• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Bodhi 3 janvier 2011 21:48
  • Je ne vois pas concrètement ce qu’est l’anarchie, Par contre je vois vaguement que ce qu’impose la théorie, pour que l’anarchie fonctionne il faut impérativement que tout les monde joue le jeu et partage les mêmes idées.

D’un point de vue anarchiste, on peut se dire exactement la même chose des sociétés dites autoritaires, basées sur des hiérarchies. En fait, quand on y regarde bien, tout système qu’il soit politique ou économique nait du consentement de tous les acteurs qui le compose.

Par exemple, la République. Imaginons, mais vraiment avec beaucoup d’imagination, qu’en 2012 70% ait arrêté de croire en la république et en la représentation en politique et n’en avait plus peur. Crois tu vraiment que même si un gouvernement venait à s’autoproclamer, il réussirait à assouvir sa domination ? Toutes les révolutions nous l’on bien montré. Dès lors qu’un nombre suffisant de personnes cessent de croire en un système, le système s’effondre.

  • Par exemple les plus forts doivent refuser le pouvoir et les plus faibles refuser de suivre les plus forts .... ???

Pas exactement.

Du point de vu de la société :

Disons que l’accumulation de pouvoir est elle même contenu par l’organisation des structures politiques ou économiques. C’est à dire que plus on monte dans l’échelle de la structure, moins ont a de pouvoir. Imaginons par exemple une personne qui est mandaté sous mandat impératif dans la fédération d’ingénierie électronique du Rhône (exemple bidon). Elle ne pourra alors que faire ce qui a écrit dans son mandat ( ça peut par exemple gérer les exportations de produits électroniques).

La personne remplie son rôle : elle tient le poste le temps que son mandat dur et la quantité de mandat est limitée afin d’éviter que cette personne ne se sente trop bien à cette place.

La personne ne respecte rien ou enchaîne grosse bêtises sur grosses bêtises : elle peut être révoquée. Mais bon de toutes manières la formation au poste est indispensable.

D’un point de vu politique c’est exactement la même chose. Plus on monte dans la structure moins on peut légiférer, il n’y a qu’un rôle organisationnel. Par exemple Sarkozy avec des « réformes »comme le bouclier fiscal n’aurait pas fait 4 mois. Et de toute façon le peu de législatif étant gérer à la base, donc par les habitants d’une commune par exemple, il n’aurait pas pu la faire.

Du point de vu plus personnel  :

Du point de vue purement personnel, on ne peut contraindre l’individu à devenir plus bête qu’il ne l’est. Au contraire, il est bien d’encourager l’apparition de l’individualité du moment qu’elle s’accorde à l’idée de bien commun. L’idée principale est d’émanciper chaque individu de la société afin qu’il puisse s’exprimer dans la voie qui lui plait le plus. On sait, comme tu l’as sous entendu d’ailleurs, que nous n’avons pas tous la même intelligence. Là où le capitalisme ne privilégie qu’un nombre restreint d’intelligences ( celle qui rapporte du de l’argent), les anarchistes, tous je pense, n’en privilégient aucune. Ainsi le poète est au même rang que le mathématicien. Bien sûr tu me dira que chacun de ces travaux n’apporte pas la même chose à la société. Mais si je te dis que ces intelligences sont exploitées lors des temps libres des individus, on voit tout de suite la chose différemment. Le but est de parvenir à des schémas de sociétés où l’amour du savoir serait le seul carburant. Quant on est fort dans un domaine, on apprécie et peu importe le salaire comme j’ai pu le voir chez certaines personnes que je connais. Il y a des chercheurs qui travaillent même les week-end et d’autres qui ne dorment que 4heures par nuit par passion en ce qu’ils font. La conception du travail change en fonction du fait qu’il nous plaise ou non. Et savoir si l’on aime ou pas qu’elle que chose, si cela s’accorde avec notre intelligence propre, c’est une partie non négligeable de l’émancipation.

Donc ce n’est pas une volonté d’uniformisation mais au contraire, une volonté d’atteindre un niveau de diversité jamais atteint. Que chaque individu puisse exploité ses capacités au maximum dans la limite du respect de la liberté de tous. D’ailleurs Bakounine disait lui même que "L’uniformité, c’est la mort. La diversité, c’est la vie."


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès