• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Bodhi 7 janvier 2011 14:25

@ Hermes,

Tout simplement que la révolution par essence n’est pas violente. Quand on pense révolution, on pense tout de suite barricades ou à ce genre de conneries, c’est dans l’inconscient de la plupart des personnes. Si un peuple rejète en nombre suffisant une autorité, celle-ci ne peut plus s’appuyer sur qui que ce soit pour se maintenir. Elle disparait d’elle même car le peuple ne l’écoute plus. C’est ce qu’il s’est passé en 1917 avec le gouvernement provisoire libéral, qui s’est instauré en Russie après la chute du Tsar.
Par contre la contre-révolution, elle, est violente. Dans l’exemple précédent, ça correspond à la prise de pouvoir bolchévique.

Par ailleurs, si vous voulez mon avis ce qui se passe en Islande n’est pas une révolution, tout au plus un progrès puisqu’il n’y a aucune réelle rupture avec le présent ou le passé. Peut être que le fait que l’Islande soit peu peuplée peut rendre soutenable ce progrès sur le moyen terme puisqu’il y a plus de proximité entre les représentants et le peuple. Mais cette manière de procéder, appliquée à des pays très peuplés, nous ramènerait tout droit en arrière. C’est à dire à un Etat trop puissant, trop oppressif.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès