• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 12 mars 2011 10:53

@ Mahler

Pour critiquer une philosophie ou un système, il faut en connaitre les principes énoncés par ceux qui s’en réclament.

Séparer libéralisme de moeurs et libéralisme économique n’a pas de sens. L’un ne peut pas exister sans l’autre : La liberté économique est une condition nécessaire de la liberté politique (mais pas suffisante, cf. La Chine). Sans liberté économique, qui va financer la diffusion d’idées nouvelles : Sans la fortune de son ami milliardaire Engels, Marx n’aurait jamais pu diffuser ses idées !

Je vous recommande donc de lire d’authentiques auteurs libéraux : Sur internet, d’abord, avec Frédéric Bastiat, puis en lisant les ouvrages de Milton Friedman, Friedrich Hayek, Ludwig von Mises, Raymond Aron. Vous pourrez alors constater que la pensée libérale est intrinsèquement liée à la morale, et qu’il s’agit avant tout d’une philosophie du droit.

Si des hommes sont immoraux, pouvez-vous m’expliquer par quel principe magique ils deviendraient moraux par le simple fait d’occuper un emploi publique ? Nos grands leaders socialistes de notre temps, comme Moubarack, Kadhafi, Bourguiba, Ben Ali, Chavez sont des exemples vivants de la qualité morale dans des régimes anti-libéraux.

La différence, c’est que dans ces régimes, la concurrence n’existe pas, et que les « consommateurs » n’ont pas d’autre choix que de subir le service imposé. Dans un sytème d’économie de marché, des escrocs comme le patron d’Enron ou Murdock se retrouve condamnés à de très lourdes peines.

C’est bien là que ce situe la différence : Le choix et la morale !


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès