• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


easy easy 30 avril 2011 18:04

@ JL.

«  »«  »Vous évoquez ces « ces liquidités pharamineuses investies dans des secteurs stériles ! » Je ne vois pas où sont passées ces liquidités ?! Ils se les ont échangées mutuellement ?? «  »«  »

Laissons de côté l’adjectif faramineux qui n’est que du sensationnalisme.

Si l’on parle du marché de l’or, les injections plus importantes depuis deux ans, qui sont liées à la conjonction d’au moins trois facteurs (Peur d’une chute mondiale de l’immobilier depuis le crise US des surendettement sur lit de chômage croissant, peur d’une chute des monnaies en raison des manques de supports des banques, raréfaction des métaux en relation avec la croissance forte des pays émergeants) ces injections donc, se sont réparties entre ceux qui ont joué l’or.

Concernant l’or extrait, la flambée n’a probablement pas profité aux mineurs employés des minières. Mais elle a déjà profité aux patrons des minières et à leurs actionnaires ? Ensuite, même à pourcentage de marge égale, les grossistes et revendeurs d’or ont tous fait de plus gros CA et ont aussi augmenté leurs bénéfices. Même les joailliers ont augmenté leur CA, tout en élargissant probablement aussi leur pourcentage de marge. Tout le monde de l’or, en dehors des mineurs, s’est partagé les injections.


Michel qualifie ce secteur de stérile car contrairement au secteur de l’immobilier, du médical ou du nucléaire, cette ruée vers les métaux précieux n’a induit ni des emplois nouveaux ni des innovations. 
C’est vrai et je dis que ce n’est pas renversant étant donné le scepticisme que de plus en plus de gens partagent au sujet du progrès.

Mais à regarder dans le détail, on voit toujours des épiphénomènes plus dynamiques, même sur un marché lourdingue.
Beaucoup de gens ont considéré qu’il fallait rouvrir des mines considérées jusque là trop peu rentables. Ils ont aussi développé de nouvelles méthodes d’extraction. On reparle à nouveau de récupérer l’or de la mer. On accentue aussi la récupération des objets qui partent en décharge alors qu’ils contiennent des métaux précieux. 
On invente des produits de substitution. On fabrique des coffres-forts en pagaille. On renforce les dispositifs de sécurité contre le vol. La SNCF devra injecter 100 millions pour essayer de freiner le vol. 

Une incidence forte sur le prix du cuivre et de l’aluminium provoquera forcément des renversements énormes. Par exemple fini les bateaux en alu, vive les bateaux en carbone. Fini les lignes de haute tension et création de mini centrales plus proches, le tout en tenant compte d’une autre manière de fabriquer et distribuer le courant.

Etc.

Michel va donc un peu vite quand il qualifie ces injections de liquidités dans l’or de stériles.

 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès