• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


easy easy 17 mai 2011 09:42

Ce que vous dites est difficile à dire car en dehors de la sémantique actuelle.
Félicitations.



Concernant le fonds.

Il m’avait semblé que les syndicats ouvriers combattaient en acculant le patronat dans un coin d’un ring que eux, syndicats, considéraient fermé
« Si tu ne plies pas, nous allons faire la grève et tu seras foutu » 

Il y aurait eu surexploitation du droit de grève, trop de grèves et à force...le capital se sera méfié de tout ce qui peut virer à la grève.

Tout compte fait, le capitalisme a très bien su trouver une échappatoire et a même amplifié ses gains pendant que les syndicats ouvriers ont complètement manqué de clairvoyance.

Qu’auraient-ils pu faire de mieux ?
Réinventer le dépassement de soi par le travail. Réinventer le sens du travail au-delà du travail. Pousser l’ouvrier à offrir plus de lui (c’est la voie du sublime) et non moins de lui.


Le stakhanovisme n’est pas né dans la tête d’un patron. C’est l’ouvrier qui peut avoir de lui-même, le goût du sublime en travaillant au-delà du raisonnable, du suffisant.
Mais à peine un Stakhanov apparaît, que des syndicalistes ou marxistes arrivent pour lui dire qu’il est à la fois stupide et dangereux.

Il y aurait eu des syndicalistes de la métallurgie dans le sport, il n’y aurait plus de sport.


Dans tout domaine, l’Homme a besoin une notion de sublime (d’infini) pour compenser son angoisse de finitude (de mort).

Les humains aiment tôt mourir au nom d’un dieu.
Les syndicats ont tué les dieux et ont poussé les ouvriers à dépérir de radinerie.




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès