• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Tiberius Tiberius 27 mai 2011 17:16

@ Bovinus

Ne prenez pas mal ce que je vais vous dire, mais sachez que je me rends parfaitement compte en vous lisant de la modestie de votre culture. Manifestement, vous n’avez pas appris à réfléchir comme ont été forcés de l’apprendre ceux qui ont poursuivi un peu plus haut que la moyenne les études supérieures. 

Par exemple : Vous vous prévalez de vos observations, votre analyse, pour fonder votre compréhension. Pourtant, si je vous dis que pour COMPRENDRE les motivations des guerres américaines il faut s’être préalablement  intéressé à la pensée de leurs promoteurs, est-ce que cela ne vous paraît pas sensé ? Bien sûr que oui, n’est-ce pas ? Reconnaissez néanmoins que vous n’avez jamais lu d’intellectuel néoconservateur et que les fondements de leur pensée vous sont étrangers ! Sans quoi, je me doute bien que vous sauriez comme moi que les guerres d’Irak étaient fondamentalement différentes l’une de l’autre et n’étaient surtout pas basées comme vous l’affirmez sur des intérêts économiques à court terme. Les motivations des stratèges américains étaient infiniment plus complexes.

Si vous aviez pris le temps d’analyser comme moi les travaux d’un homme comme Bill Kristol vous sauriez que les plans d’invasion de l’Irak avaient été tracés bien avant l’accession même de Bush au pouvoir. Au sortir de la guerre du Kosovo, des intellectuels néoconservateurs ont émis l’idée que les dictatures du Moyen-Orient constituaient le terreau sur lequel prospérait l’islamisme et que les USA ne connaîtraient jamais plus la paix tant que ces dictatures ne seraient pas tombées. Pour y parvenir les néconservateurs avaient conclu qu’il fallait que les Occidentaux se fassent les promoteurs de la démocratie libérale au Moyen-Orient. Ce qui nécessitait qu’ils se dotent d’une vitrine là-bas qui puisse servir de modèle qui déstabiliserait les dictatures de la région.

Selon ces gens, la vitrine en question ne pouvait être que l’Irak car ce pays possédait une élite instruite et laïque qui pourrait très vite assumer le pouvoir si on dotait le pays de structures démocratiques. Ce pays étant de surcroît riche en pétrole il ne tarderait pas à récupérer et participerait par sa réussite à déstabiliser les dictatures alentours provoquant des soulèvements populaires partout au Moyen Orient. Et selon ces théoriciens de la guerre, la démocratie en s’étendant au Moyen-Orient apporterait la prospérité, gage de mort pour l’islamisme.

Les USA n’ont donc pas choisi d’attaquer l’Afghanistan, ils y sont allés sous la contrainte de Ben Laden qui entendait les attirer là dans un piège. Les Américains avaient été attaqués et ils savaient que leur ennemi se cachait là-bas, ils n’avaient pas d’autre option que de suivre les règles du jeu fixé par Ben Laden. Mais en 2003 quand ils ont attaqué l’Irak, cette fois, c’est eux qui menaient le jeu. Les néoconservateurs étaient allés vendre à George Bush leur plan d’invasion de l’Irak et lui avaient fait entendre que faire de l’Irak la vitrine du modèle démocratique et libéral était la seule solution pour emporter définitivement la guerre contre les islamistes. En Europe beaucoup ont songé que c’était une erreur, que l’on ne réussirait pas à démocratiser aussi facilement ce pays et que loin de gagner la guerre contre Al Qaïda, on allait leur ouvrir la porte de l’Irak. 

L’avenir a donné raison aux Européens puis, avec l’élection d’Obama et le départ des néoconservateurs du pouvoir, on a cru un peu trop rapidement que leurs idées appartenaient désormais au passé. Seulement voilà, avec 8 ans de retard, les printemps arabes sont venus. Au début, les Occidentaux ont été déstabilisés, ne sachant plus comment réagir. Puis les néoconservateurs ont à nouveau donné de la voix pour crier victoire et nous dire qu’il était du devoir des Occidentaux de reprendre leurs armes pour soutenir le mouvement démocratique car c’était toujours selon eux, le SEUL moyen de vaincre à l’islamisme.

Que s’est-il passé ensuite ? Monsieur Sarkozy, en bon néoconservateur, accompagné des conservateurs britanniques a repris le flambeau de George Bush et est parti en Libye. Même monsieur Obama qui a tant décrié les néoconservateurs s’est engagé là-bas, bien caché toutefois derrière Sarkozy, qui n’a quant à lui pas les mêmes réticences à assumer l’héritage de George W. Bush.

Si vous voulez comprendre les motivations des guerres, il faut comprendre la pensée de leurs promoteurs. Monsieur Sarkozy est un néoconservateur qui contrairement à vous a dû lire Bill Kristol et le plan des néoconservateur que l’on croyait mort avec l’élection d’Obama est ressuscité. L’Occident a repris sa croisade pour la démocratie sous l’œil effaré des Russes et des Chinois qui ne savent plus très bien comment réagir, ceci parce que, comme dans les plus beaux rêves des néoconservateurs, de la Côte d’Ivoire à la Libye, l’Occident a le soutien des peuples. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès