• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


lanatur lanatur 4 juin 2011 14:08

Je vais dans votre sens Gaijin, moi même je me suis enflammé aux premières heures du mouvement espagnole, j’y voyait là un réel espoir mais quand je suis allé à bastille dimanche dernier, mes pensées ont commencé à se troubler, puis lors de mon retour chez moi je suis allé à pied chercher mon RER à ST Michel ND , je suis ainsi passer à travers , les rues et sur les parvis de l’hotel de ville puis de Notre Dame, une foule hétéroclite, plus nombreuse encore qu’à mon point de départ, s’agglutinait loin de l’état d’esprit de mes « co-révolutionnaires »,devant l’hotel Sully pour ça visite,des rollers en dilétantes,à la mairie un grand écran et du festif,à Notre Dame des touristes en admirations, aux terrasses des cafés bondées une pause consommation tout comme dans les rues du bas ST Michel où les rabatteurs des restos variés haranguaient le chaland pour qu’il vienne s’installer au milieu de tables déjà bien remplies,il ,n’était pourtant que 18H30.

C’est ainsi que dans le train j’ai essayé de rassembler mes idées et idéaux. Ma réflexion a aboutit sur ce message que je viens d’envoyer à quelqu’un avec qui je devisais sur facebook :

Quand à la révolution,douce utopie,il me semble qu’elle ne peut-être qu’intérieur, toutes, même celle de Gandhi,ont été récupéré.

La démocratie, Rousseau nous rappel qu’elle ne peut exister dans « le grand nombre ».

(A prendre le terme dans la rigueur de l’acception, il n’a jamais existé de véritable démocratie, et il n’en existera jamais. Il est contre l’ordre naturel que le grand nombre gouverne et que le petit soit gouverné. On ne peut imaginer que le peuple reste incessamment assemblé pour vaquer aux affaires publiques, et l’on voit aisément qu’il ne saurait établir pour cela des commissions sans que la forme de l’administration change. En effet, je crois pouvoir poser en principe que quand les fonctions du gouvernement sont partagées entre plusieurs tribunaux, les moins nombreux acquièrent tôt ou tard la plus grande autorité ; ne fût-ce qu’à cause de la facilité d’expédier les affaires, qui les y amène naturellement.
D’ailleurs que de choses difficiles à réunir ne suppose pas ce gouvernement ? Premièrement un Etat très petit où le peuple soit facile à rassembler et où chaque citoyen puisse aisément connaître tous les autres ; secondement une grande simplicité de moeurs qui prévienne la multitude d’affaires et les discussions épineuses ; ensuite beaucoup d’égalité dans les rangs et dans les fortunes, sans quoi l’égalité ne saurait subsister longtemps dans les droits et l’autorité ; enfin peu ou point de luxe ; car, ou le luxe est l’effet des richesses, ou il les rend nécessaires ; il corrompt à la fois le riche et le pauvre, l’un par la possession, l’autre par la convoitise ; il vend la patrie à la mollesse, à la vanité ; il ôte à l’Etat tous ses citoyens pour les asservir les uns aux autres, et tous à l’opinion. Voilà pourquoi un auteur célèbre a donné la vertu pour principe à la République ; car toutes ces conditions ne sauraient subsister sans la vertu : mais faute d’avoir fait les distinctions nécessaires, ce beau génie a manqué souvent de justesse, quelquefois de clarté, et n’a pas vu que, l’autorité souveraine étant partout la même, le même principe doit avoir lieu dans tout Etat bien constitué, plus ou moins, il est vrai, selon la forme du gouvernement.
Ajoutons qu’il n’y a pas de gouvernement si sujet aux guerres civiles et aux agitations intestines que le démocratique ou populaire, parce qu’il n’y en a aucun qui tende si fortement et si continuellement à changer de forme, ni qui demande plus de vigilance et de courage pour être maintenu dans la sienne. C’est surtout dans cette constitution que le citoyen doit s’armer de force et de constance, et dire chaque jour de sa vie au fond de son coeur ce que disait un vertueux Palatin dans la Diète de Pologne : Malo periculosam libertatem quam quietum servitium. S’il y avait un peuple de dieux, il se gouvernerait démocratiquement. Un gouvernement si parfait ne convient pas à des hommes.

ROUSSEAU
Du Contrat Social, Livre III, Chapitre IV)

Il faudrait donc envisager un exode citadins, inverse au précedent qui nous a aliéné, une réoccupation du territoire et de petites communautés qui interagiraient et échangeraient entre elles, je verrai bien dans cette « utopie » une espèce de service civique et initiatique où les jeunes adultes devraient, à la manière des compagnons du tour de France, pendant une periode d’un à deux ans aller à la rencontre des autres communautés en quête de savoir et savoir faire, les échanges y seraient riches et les rencontres variées.
Mais je ne pense pas que nous soyons prêt.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès