• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


CrabAtome CrabAtome 23 juin 2011 11:54

Je vais intervenir pour vous expliquer ce que vous ne comprennez pas.


Comme AV est rempli de conspirationnistes dramaturges anti-nucléaires, je suis conscient que mon commentaire sera moinssé avec fougue et véhémence. Mais au moins, vous aurez compris les aspects techniques, même si seuls les aspects émotionnels sur la population vous intéresse.

Je ne mets pas de lien, vous êtes assez grand pour faire des recherches avec votre amis google si vous en avez envie.

Le combustible nucléaire est composé de pastille d’oxide d’uranium empilées dans des crayons. Ces crayons sont réunis en assemblage. Il y a 264 crayons par assemblage et 157 assemblages par coeur. ça fait un peu plus de 40 000 crayons par coeur.

la gaine de ces crayons est un alliage de Zirconium. C’est un matériau assez balèze puisqu’il doit : être résistant mécaniquement, résistant aux radiations (ne pas devenir cassant) et être bon conducteur de chaleur. Cette gaine est relativement fine pour permettre un bon transfert de chaleur pour avoir un bon refroidissement des pastilles d’oxyde (qui chauffe à 1200°C en leur coeur, 800°C en périphérie). Ces crayons baignent dans de l’eau fraiche à 300°C. la différence de température entre l’intérieur et l’extérieur de la gaine est très importante.

Face à toutes ces contraintes, il arrive, et c’est normal, et c’est prévu pour que des gaines se percent. On appelle ça dans le jargon un « fuitard ». L’origine est variable : défaut de construction, frottement avec une grille de répartition d’eau, corps migrant... Lorsque celà se produit, les produits de fission gazeux (iode, krypton..) sont relachés dans l’eau primaire. De plus de l’eau primaire entre dans le crayon et en sort quelques joyeusetés. Il y a un circuit dans une centrale, qui s’appelle le RCV (ou CCV pour nos amis Belges) et qui permet de nettoyer l’eau de cette contamination. 

Avoir un fuitard n’est pas un drame. ça arrive souvent. Il y en a plus ou moins et il existe des critères au delà desquels il faut arrêter pour remplacer ces combustibles fuitards. La plupart du temps ce type de critère est calculé avec une étude d’accident pénalisante. Par exemple dose admissible sur RTGV avec une soupape bloquée ouverte en aggravant. (je balance cet accident comme ça, je ne sais pas d’où vient le critère en vrai).

Les facteurs pour limiter les fuitards : pas de corps migrant dans le primaire, une bonne chimie, pas de transitoires brusques...

En bref, pour ceux qui ne veulent pas tout lire : Avoir un fuitard est « normal ». C’est en aucun cas une fuite radioactive. Mais c’est bien pour faire peur aux gens !

Bouh !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès