• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


avoodware (---.---.101.44) 22 mai 2006 14:35

Etre ou ne pas être. Mourir, dormir...

Etre ou ne pas être Hamlet.

Jouer. Rêver peut-être.

Mais qui donc est Hamlet ? Que lui arrive-t-il ? Par quel sorte de désespoir est-il habité, hanté peut-être ? La folie tragique d’un prince, ou plutôt l’insupportable lucidité d’un homme ? Et pourquoi a-t-on le sentiment de n’en avoir jamais terminé avec cette pièce, comme d’un diamant qui nous fascine et dont chaque facette serait en elle-même le coeur impénétrable ?

Un diamant sur lequel beaucoup se sont cassés les dents, tant c’est un pari toujours très risqué que de prétendre donner à voir d’Hamlet une autre facette. Gageure que Georges Lavaudant a osée pourtant, et avec un grand bonheur. Et c’est donc sur un bel augure que l’Odéon rouvre enfin ses portes.

Mais avant d’en parler, un mot d’abord sur Hamlet. Dire simplement qu’entendre cette pièce est chaque fois, en soi, un immense plaisir, tant il y a entendre, tant on ne se lasse pas de sa poésie et de sa drôlerie, tant est profond son puits tragique, et tant chaque scène est un choc et chaque réplique un régal. Et tant il semble impossible enfin d’en avoir jamais fait le tour. Chaque fois, c’est aux tripes qu’elle nous saisit, et chaque fois ce sentiment d’une vérité révélée qui nous pénètre et nous remue. Et aussi, cette impression diffuse qu’on passe à côté de l’essentiel, qu’on n’a pas tout entendu, qu’il en reste encore qui nous a échappé.

Et c’est bien le seul reproche que j’aurai à émettre sur cet Hamlet que Georges Lavaudant nous présente : ce songe d’une tragédie qui file à toute allure devant nos yeux, ça va trop vite, il en manque, se dit-on, on n’a pas eu notre compte des mots sublimes de l’auteur. Mais ce n’est pas un reproche, juste un regret, ce goût diffus d’inachevé que laisse un rêve après que l’on s’est éveillé, cette frustration qui en est toute la saveur et qui persiste et nous accompagne au long de la journée, ce songe qui nous habite et nous hante parce qu’il a fait partie de nous et s’estompe déjà dans les brumes de la trivialité du réel.

Car c’est à cela, donc, que nous donne à assister cette représentation d’Hamlet, les songes d’un homme, Hamlet qui rêve la vie d’Hamlet, qui assiste en spectateur à sa propre tragédie, qui la joue et la met en scène aussi, la comédie d’un homme. Mise en abîme parfaitement maîtrisée, servie par une scénographie splendide et aérienne, et par un comédien, Ariel Garcia Valdès, magnifiquement omniprésent, central, le coeur du songe de lui-même : Valdès qui joue Hamlet qui joue Hamlet qui ne sait pas ce qui est réel. Etre, ne pas être, mourir, dormir, rêver peut-être... Valdès qui est Hamlet qui tient Hamlet à distance et en observe l’humaine tragédie. Parce que rêver, c’est à la fois être intensément et être à distance de soi, c’est la réalité et l’imaginaire qui s’imbriquent et deviennent indissociables de ce qui arrive et qui est inéluctable, et qui est le théâtre de la vie où nous sommes tous à la fois acteurs et spectateurs. Parce qu’est-ce qu’un rêve sinon la vie théâtralisé ? Et qu’est-ce que la vie, peut-être, sinon ce songe que nous faisons de nous-mêmes ?

Quel sens cela aurait de dire davantage que cela ? Voilà enfin du théâtre !

avoodware : c’est à vous de lire... ----------


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès