• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


doctorix doctorix 21 juillet 2011 20:30

Je n’ai pas l’habitude de défendre mes confrères, et j’ai un tas de sujets, dont les vaccins, où ils feraient bien de faire gaffe à leurs fesses, car ça couve...Et là, si on veut savoir, on peut savoir.
Mais :
J’ai prescrit 122 boites de Mediator à une douzaine de patients, parce que ce produit cumulait beaucoup d’avantages, mais j’ai cessé quand l’isoméride a été retiré.
A l’échelon individuel, et sur des effets aussi rares, puisqu’il s’agit de 500 à 2000 morts(quel flou !), et que cela représente un décès pour 50 à 200 médecins sur une longue période, il est impossible de s’apercevoir d’un quelconque effet secondaire.
J’ajoute que ce produit s’adresse aux diabétiques, et que ce sont eux qui font souvent des pathologies valvulaires. D’où la difficulté de faire une relation de cause à effet. Car pour avoir la puce à l’oreille, il faut observer plusieurs cas, ce qui mathématiquement ne peut arriver à un même médecin.
J’ajoute encore que ma cardiologue préférée, chef de service hospitalier, a vu affluer en peu de temps quelques 3000 patients inquiets des révélations à propos des effets délétères du mediator.
Et qu’elle n’a observée aucune pathologie valvulaire chez ces patients.
Même aujourd’hui, j’ai donc comme un doute encore sur la réalité de cet épisode, et on peut se demander honnêtement s’il n’y a pas un coup tordu pour démolir un labo. On a vu pire, déjà. Dans le genre OPA pas gentille, vous voyez ?
Dans tous les cas, comment voulez-vous qu’un médecin, qui a une chance sur 200 de rencontrer un problème valvulaire grave en dix ans chez un patient prenant du médiator, fasse le lien entre les deux ?
Les patients nous ont longtemps pris pour de grands sorciers.
Il ne faudrait pas qu’ils nous prennent maintenant pour Madame Soleil.
On sait que les médicaments tuent. Et beaucoup. Les accidents iatrogéniques sont extrêmement nombreux, liés le plus souvent à des associations trop variées. Les patients ne sont pas innocents dans cette affaire, eux qui jugent les médecins à la longueur de leurs ordonnances.
Les médecins doivent apprendre à modérer les appétits de leurs patients : mais c’est qu’ils sont gourmands, les bougres. Quand il s’agit de choisir une victime pour amputer une ordonnance, la réponse st toujours : « ah non, pas celui-là, Docteur ! ».
Et on cède.
Et on a tort.
Or si on sait les effets indésirables des médicaments, on en sait beaucoup moins sur les effets leur association.
On dit qu’au-delà de trois médicaments associés, personne ne sait ce qui peut se passer. Alors, à 10, ou à 15, c’est de la dynamite.
Pression des laboratoires, pression des patients, lassitude des médecins, nous conduiront à d’autres drames.
J’allais oublier la pression de l’État, qui protège fidèlement son industrie : sa dernière trouvaille est une (scandaleuse) prime de 9000 euros annuels promise aux médecins qui prescriront le plus de vaccins, le plus d’examens radiologiques, ce qu’ils appellent de la prévention...
Moi qui sais que les vaccins sont responsables de nombreuses pathologies extrêmement graves, simplement parce que j’ai eu la curiosité de les étudier, et que les radiations ionisantes répétées sur les seins en particulier (mais pas seulement) sont responsables de nombreux cancers qu’elles étaient censées éviter, je suis catastrophé.
Cette prime ne me concernera pas, mais ce n’est pas le plus grave : une flambée d’effets secondaires est à craindre, si mes confrères n’ouvrent pas un peu l’œil, et savent renoncer au pactole. J’ai comme un doute, comme une appréhension....
D’autres scandales sont en vue, qui seront étouffés, comme la catastrophique vaccination anti-hépatite de Douste Blazy, cardiologue peu réputé mais crétin, voire escroc célèbre.
Kouchner n’est pas mal non plus, sous cet angle.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès