• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > 14 – 18 : « C’est complètement idiot la guerre »

14 – 18 : « C’est complètement idiot la guerre »

JPEG

« Quand mettrez vous les sans-papiers hors de chez nous ».[1] Lors d'un déplacement à Verdun, Macron a salué des vétérans. L'un d'eux l’a interpelé en disant ça... La réponse présidentielle fut : « ceux qui n’ont pas de papiers et qui n'ont pas le droit d'asile, croyez-moi on va les... On va continuer le travail  ». Et freluquet 1er de continuer son itinérance mémorielle comme si de rien n’était... Puis en ce 11 novembre Manu va appeler à ne pas tomber dans « la fascination pour le repli, la violence et la domination »...[2] Ce mec c’est thèse et antithèse à chaque instant.

Quant à toi vieille ganache qui n’aime pas les « étrangers », je vais t’en remémorer un d’étranger sans papier : Lazare Ponticelli [3] ça te dit quelle chose dans ta tite tête sous ton béret rouge ? C’était le dernier poilu survivant sur les 8,5 millions qui servirent de pâté à canon entre 1914 et 1918. Cet Italien de naissance, né en 1897, parti tout seul de son village natal du nord de l'Italie, à 9 ans et demi, pour fuir la misère et gagner son « paradis », la France, fit, qu’il fut un « sans papier » et vécut de petits boulots payés au black pendant des années. Arrivé à l‘âge de 17 ans, et en trichant sur son âge, il joignit la légion étrangère pour comme il le confia « « J'ai voulu défendre la France parce qu'elle m'avait donné à manger »... De ce long conflit, dont il sorti indemne, il retint une chose : « vous tirez sur des pères de famille, c'est complètement idiot la guerre ». Il y a donc bien vétérans et vétérans ! il y a ceux qui furent embarqués dans cette boucherie et n’en tirèrent aucune gloriole, et surent qu’ils avaient bien malgré eux tués pour survivre, dans un conflit dont ils n’eurent aucun des tenants et aboutissants, car, les raisons en étaient autres que la sempiternelle : « défense de la patrie », « la défense de la liberté, de la démocratie » ou bien « faire face à l’envahisseur  » et « contrecarrer la volonté hégémonique du boche »...Ils savaient bien ces survivants de l’enfer sur terre que ces millions de morts et d’estropiés avaient souffert de tout cela pour rien... D’ailleurs la soi-disant « der des der » se répétera avec le nazisme 21 ans après par la seconde guerre mondiale. Et puis il y a eu ce vétéran à Verdun, qui très bien décrit d’ailleurs par une émigrée avec papiers, néee au Maroc : Leïla Slimani. Elle dit à propos de ce militaire de carrière à la retraite : «  Ce vétéran, je le connais. Ou plutôt, je le reconnais. Cette voix amère, ce ton aigre, cette façon hautaine de cracher les syllabes lorsqu'il dit « sans-papiers »  »...[4] Ce type de ganache décorée qui aurait pu dire il n’y a pas si longtemps des mots comme : métèques, nègros, sales youpins, bougnoules, Bridés, Viets... Quant à la réaction de Macron, elle est du niveau de ce triste personnage, car, je suis certain qu’un Chirac, un Mitterrand auraient vertement répondu au cacochyme médaillé : « ces sans-papiers » comme vous dites ne sont pas sans visage. Ils ne sont pas des figures abstraites sur qui on peut allègrement se défouler. Ils sont étudiants, nounous, chefs cuisiniers, chercheurs en sciences sociales, écrivains, gardes-malades, parents, enfants, soutiens de famille. Qui prend leur défense face au discours nauséabond ? Qui s’inquiète qu’ils soient poursuivis, méprisés dans un pays où pourtant ils s’intègrent, travaillent, aiment et tentent de survivre ? »[5] Je viens de citer de nouveau Leïla Slimani, marocaine, avec papiers... Il ne faut pas que Benêt/Beret rouge lise, ou il va en avaler son slip kangourou à tous les coups !!!

Toutes ces commémorations du centenaire de l’armistice du 11 novembre 1918, ne font que glorifier l’acte de guerre, et ainsi que la guerre est une option lorsque les nations s’opposent ; entamons des Marseillaises, et que la garde républicaine joue Sambre et Meuse. Chacun y va de son : « morts au champ d’honneur », dans chaque village des monuments « morts pour la patrie »... Pour les plus « grands » c’est étape éternité au Panthéon. Toutes ces pitreries, d’un Emmanuel Macron qui enjoint les dirigeants internationaux à « faire le serment de placer la paix plus haut que tout  »...[6] Alors que ya pas plus va-t-en guerre que la mafia de l’OTAN... Et dire que presque tous gobent de telles salades... Me laisse Pontoise à pantois.

En fait cette boucherie inutile prit sa source entre des nations aux intérêts divergents : l’Allemagne voulait une plus grosse part du gâteau colonial (1 million de km2) comparé à l’Angleterre (5 millions de km2) et la France (3,5 millions de km2). De plus, le jeu des alliances joua à plein pot : la Serbie attaquée par l’empire austro/hongrois, fit que la Russie dut venir en aide aux serbes ce qui fit que l’Allemagne alliée de l’empire centrale déclara aussi la guerre et comme la France et l’angleterre étaient alliés aux russes... Pour faire bonne mesure l’empire ottoman se joignit à l’Allemagne et l’Italie aux français, et baboum ! c’était parti pour l’hécatombe ! En rétrécissant le tableau, il y avait de la part de la noblesse et de la grande bourgeoise industrielle une peur des « masses laborieuses », avec la montée du syndicalisme, des mouvements socialistes, anarchistes, et la révélation du marxisme/communisme. Ne pas oublier aussi, que depuis 1870 et la défaite de napoléon III contre Bismarck, et comme conséquence la perte de l’Alsace-Lorraine, ces jeunes générations avaient été élevées au biberon de l’esprit de revanche, et la reprise de ces deux provinces à l’empire allemand, surnommé l’ennemi héréditaire des français... Comme on peut le voir, la population générale n’avait absolument rien à voir dans tous ces micmacs, pourtant ce fut elle qui trinqua. « les grands se chamaillent, les petits se tabassent ». Un vétéran anglais dans un émission nous dit « pourquoi deux pays doivent ils se faire la guerre, c’est comme un meurtre ».

Qu’aujourd’hui que nous pleurions tous ces morts, ces estropiés inutiles d’accord, mais que tout ça soit célébré par des défilés, des musiques militaires, des parades guerrières, que des vétérans plastronnent avec leurs médailles agrafées au poitrail, ce qui prouve bien que nous n’avons rien appris car, cette affreuse guerre de 14 devait être la dernière et qu’aujourd’hui, tous disparus les poilus, il y a ceux de la seconde guerre mondiale, de Corée, d’Indochine, d’Algérie, du Tchad, des Balkans, d’Irak, d’Afghanistan, du Mali, et...D’autres encore...Et d’autres à venir. Nous n’avons rien appris disais-je !!! L’histoire bégaie.

Tout ce déballement commémoratif me donne la gerbe, surtout un macron jouant « le president de tous les français et de toutes les époques morts au champ d’honneur pour défendre la patrie en danger », c’est se foutre de nos gueules de voir cette demie portion se prosterner devant les mausolées à la mémoire de ceux disparus bien trop tôt... Et que fait-on des pleurs de ces femmes, sans mari, sans frère, sans père ? Qu’en fait-on ? Et du 1,2 million d’orphelins de 1918, et toutes ces gueules cassées qui durent souffrir leur existence entière, de ces gazés aveugles, tubards et de tous ces hommes qui une fois revenus du front furent incapable de se réadapter à la vie civile, à la vie de famille... La génération perdue.

---------------------------------

Le seul, qui au moins assume sa « fuck you attitude », sa « rien à branler attitude » c’est Trump-trompe : comme il pleuvait un peu trop à son gout, il est resté dans son hôtel avec son taupe model d’épouse au lieu d’aller se crotter les godasses dans un cimetière américain à Bois-Belleau dans l'Aisne... Les 7800 tombes pourront bien attendre le deuxième centenaire en 2118... Chez les morts, même ceux du champs d’honneur, ya pas l’feu, on peut attendre !

On croit mourir pour la patrie ; on meurt pour des industriels (Michel Collon)[7],et j’ajouterai ma touche perso ; on croit commémorer, en fait, on célèbre les guerres... Et donc, les industriels ; et Vive la consommation mémorielle !

 

Georges Zeter/novembre 2018

 

Moyenne des avis sur cet article :  3.72/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

110 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 novembre 12:53

    Pourquoi le jeu d’échec, s’appelle-t-il : ECHEC ?


    • NEMO NEMO 12 novembre 12:59

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      en Turc, eşek (prononcer « échec ») signifie « âne ».

      Tirez-en la conclusion que vous voulez.
      Le jeu d’échecs vient du Moyen-Orient (Perse).


    • Tall Tall 12 novembre 13:07

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      ça vient du vieux français : eskec = « mort du roi »


    • Cadoudal Cadoudal 12 novembre 13:12

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
       ???

      Mais l’évolution la plus importante a lieu à la fin du Moyen Âge, après 1470, en Espagne ou en Italie,

      Les joueurs de cette époque nomment ces nouvelles règles : « eschés de la dame » ou « jeu de la dame enragée »

      https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89checs


    • George L. ZETER George L. ZETER 12 novembre 13:15

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      vous etes sure d’etre sur le bon article avec votre « jeu d’échec » ?


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 novembre 13:21

      @NEMO
      Au jeu d’échec, je serais plutôt le fil d’ARIANE (comme dans le Minotaure), celui qui se promène en les cases blanches de la dualité (celle qui oppose les bons ou mauvais,...). L’âne, voile un terme qui m’interpelle tant il a de signification différente selon les religions, les mythologie. Celui d’Apulée (qui véhicule les passions humaines en excès, dont la lubricité). Celui de la crèche, qui a pour fonction de refroidir l’excès de chaleur du boeuf (il freine l’élan, castre, le marcheur comme saturne ou chronosLeurs oreilles sont plus longues que celles des autres équidés Bien irriguées, adaptées au désert, elles permettent le refroidissement du corps ). La bêtise : celui qui coiffe le bonnet d’âne (pour être plus près du chauffage en hiver). celui qui accompagne le christ dans sa traversée du désert. La Croix de saint-ANDRE MAIS D’OÙ VIENT CETTE MARQUE ?
      La légende nous raconte que c’est sur le dos d’un âne que Marie, mère de Jésus, fuit l’Égypte. Pour remercier sa monture, la Vierge le bénit, lui dessinant ainsi une croix sur son dos ; croix de forme latine, un des symboles du christianisme.
      L’âne portant à vie cette croix, le Diable ne peut donc ni le monter, ni prendre sa forme ! Les romains, de tendance belliqueuse, le crucifièrent.


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 novembre 13:23

      @George L. ZETER

      Tout à fait. Il se dit que Poutine joue l’avenir du monde en jouant aux échecs,.....Vous l’ignoriez ? Trump, c’est le poker,...


    • George L. ZETER George L. ZETER 12 novembre 13:27

      @Mélusine ou la Robe de Sa
      et macron ? la pétanque ?


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 novembre 13:36

      @George L. ZETER

      Non, les DAMES,....


    • George L. ZETER George L. ZETER 12 novembre 13:39

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      plutot les « messieurs » je dirais


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 novembre 13:42

      @George L. ZETER

      Macron, venant d’Amiens et sa fameuse Cathédrale dont il est dit qu’elle est construite en forme de minotaure et est traversée par un fil d’Ariane (la fusée ou quenouille), ne peut pas ne pas être inspiré par Victoir Hugo et Notre-Dames de PARIS. Souvenez-que la plus fameuse Guerre dans l’inconscient collectif, est et restera : LA GUERRE DE TROIE et que son Roi s’appelait comme par hasard : PARIS. 


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 novembre 13:43

      @George L. ZETER

      certes, mais je le voix plutôt dans le rôle de la damoiselle. 


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 novembre 13:45

      @George L. ZETER

      Faites l’amour (balance ton porc ou cochonnet), pas la guerre. 


    • Ruut Ruut 12 novembre 13:47

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      Car dans une guerre, il n’y a au final que des perdants.


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 novembre 13:49

      @Ruut
      Vous avez parfaitement compris. Vous voyez que je n’étais pas à côté du sujet,...


    • Cyrus A bot & cost hello 12 novembre 16:12

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_du_jeu_d%27%C3%A9checs
      Renaissance pour la forme actuelle .
      Le nom vient du verbe échouer .
      Le mat est l’ ancien nom du fou et désigne une absence de sortie de l’ echec.
      Notre fou s’ apelle l’ eveque (bishop) dans la forme anglaise et anglicane .

      Bise


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 novembre 16:19

      @A bot & cost hello

      Merci, je profite de l’occasion pour rappeler que Guy Debord adorait jouer au https://fr.wikipedia.org/wiki/Kriegsspiel-jeu de guerre. et s’il avait beaucoup de défauts (qui n’en a pas ???), il était loin d’être un imbécile.


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 novembre 16:26

      @Ruut

      Excepté les marchands d’armes. Mais ils sont en échec face à leur conscience..


    • troletbuse troletbuse 12 novembre 16:36

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      Pourquoi ? Ils ont une conscience ?


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 13 novembre 09:49

      @troletbuse

      Personne n’échappe à sa conscience. Même enfouie sous une couche de ciment. Parfois le passé enfoui ressurgit deux ou trois générations plus tard. Observez le chaos actuel. Ne peut-on y voir un retour « karmique » de ce qui fut refoulé après la guerre quarante, sous le jerk et le rock en roll ????


    • NEMO NEMO 12 novembre 12:54

      Une autre belle brochette d’étrangers : lien.


      • Cadoudal Cadoudal 12 novembre 13:35

        @NEMO
        certainement des ingénieurs, docteurs, architectes et j’en oublie...

        https://pbs.twimg.com/media/DqB4vPVWkAEv5kn.jpg


      • velosolex velosolex 13 novembre 13:11

        @NEMO
        En 14 ils ne se montrèrent pas trop exigeant sur les papiers pour aller se battre....Les tirailleurs sénégalais et les bat d’af en général étaient souvent en première ligne ;
        Les allemands ne pardonnèrent pas aux Français d’avoir été confronté à des « nègres », et le firent payer cher à ceux ci en 39, quand ils furent fait prisonniers, et fusillés instantanément. 
        Les marines noirs américains débarqués à Brest en 17 furent incorporés au commandement français. Pas de ségrégation comme chez les yankees. Les noirs eurent à travers cette boucherie la révélation d’une confrérie d’armes, avec les poilus, sans apartheid. Ils s’en souvinrent au retour en Amérique, et cette guerre eut sans doute une influence sur leurs revendications futures. 
        Par contre cette guerre tua le mythe de l’homme blanc supérieur. La boue des tranchées, dans un univers sans sens aucun, lamina une construction intellectuelle : Celle d’un occident paternaliste, menant la voix vers la lumière et le progrès. De retour en afrique, aux indes ou en orient, ces soldats raménèrent la certitude que leurs maîtres n’en étaient plus, qu’ils avaient perdu leur âme, et qu’on pouvait les vaincre. 


      • Cadoudal Cadoudal 14 novembre 12:49

        @velosolex
        ".Les tirailleurs sénégalais et les bat d’af en général étaient souvent en première ligne ;

        "

        Les tirailleurs sans papiers...triple lol d’or de la propagande colonialiste..

        Je vois que la lutte est rude entre vous et Cabanel avec ses 40 000 arrivées annuelles de colons en 2017..

        N’allez pas lui déclarer la guerre pour une breloque, comme à l’école des fans vous allez gagner tous les deux...


      • njama njama 12 novembre 13:13

        Parmi les dernières âneries de Macron dans le cadre de la commémoration de l’Armistice de 1918 le 11 novembre retenons qu’il dit que  « Le patriotisme est l’exact contraire du nationalisme. Le nationalisme en est la trahison »,

        Que défendaient donc nos Poilus patriotes si ce n’est que notre souveraineté nationale... ?

        Les Poilus des traitres à la Patrie ? oups ! il y a en plus d’un qui va se retourner dans sa tombe ! pas que mon grand-père décoré de la Croix de Guerre.

        un peu plus loin il ajoute : « Cela s’appelle, sur notre continent, l’amitié forgée entre l’Allemagne et la France [...]. Cela s’appelle l’Union européenne, une union librement consentie jamais vue dans l’Histoire et nous délivrant de nos guerres civiles. Cela s’appelle l’Organisation des Nations Unies »

        Emmanuel Macron serait-il déjà amnésique des résultats du référendum de 2007 ? que 55% des électeurs français (54,87% exactement) votaient non au référendum sur le projet de traité dit « de Constitution européenne ».

        En résumé, il fallait se foutre sur la gueule entre allemands et français pour (enfin) s’aimer et faire l’Union €uropéenne ?


        • George L. ZETER George L. ZETER 12 novembre 13:18

          @njama
          référendum de 2005, retoqué par Sarkozy en referendum (par seulement les députes en 2007) sous le nom de traité de lisbonne...


        • njama njama 12 novembre 13:37

          @George L. ZETER
          merci de me rectifier, oui le référendum est en 2005, l’élection de Sarko en 2007.


        • cevennevive cevennevive 12 novembre 14:02

          @njama, bonjour,

          Il va falloir qu’à mon âge, j’entame de nouvelles études car les miennes semblent être dépassées. Je ne comprends pas cette phrase de notre Président :

          « Le patriotisme est l’exact contraire du nationalisme. Le nationalisme en est la trahison »,

          Des mots, rien que des mots ? Pour endormir les gogos qui n’ont rien compris mais qui disent « comme il parle bien ! »...

          Comment peut-on dire que le patriotisme est l’exact contraire du nationalisme ?


        • Xenozoid Xenozoid 12 novembre 14:04

          @cevennevive
          car le drapeau est fabriqué en chine ?


        • njama njama 12 novembre 14:30

          @cevennevive
          comme vous, pour un peu j’en viendrais à douter de mon français !
          hier il n’y avait que son latin que l’on pouvait perdre smiley

          de la novlangue je pense...
          vous savez, Orwell, « La guerre, c’est la paix. La liberté, c’est l’esclavage. L’ignorance, c’est la force ».
          et la France c’est l’Europe ? ou le contraire ?
          parce que avec Macron, c’est toujours une chose, « et, en même temps », le contraire.


        • njama njama 12 novembre 16:00

          @cevennevive

          On pourrait ne pas lui en vouloir de ne pas comprendre le « patriotisme » en raison de son immaturité politique, du moins l’on pouvait penser qu’il n’avait pas oublié ses cours d’histoire, que le XIX° siècle et une bonne moitié du XX° étaient l’ère de tous les nationalismes sous toutes les latitudes et longitudes.

          Dans cadre de la commémoration de l’Armistice de 1918 dire que « Le patriotisme est l’exact contraire du nationalisme. Le nationalisme en est la trahison » est un non-sens historique doublé d’un anachronisme, en plus d’être une insulte aux Poilus.

          Il est plus probable que, opportuniste, il profita des circonstances de cette Commémoration et d’une tribune pour prêcher sa version de l’€urope.

          L’échéance des prochaines élections étant à portée de vue en mai 2019, LREM s’y prépare déjà.
          https://www.ouest-france.fr/politique/elections/elections-europeennes/elections-europeennes-lrem-veut-batir-une-coalition-avec-les-liberaux-europeens-et-au-dela-6060369


        • alinea alinea 12 novembre 16:53

          @njama
          On dit quand même que le patriotisme est l’amour de sa Patrie (avec majuscule) tandis que le nationalisme est la haine des autres.
          Donc le patriotisme n’amène pas les guerres mais force le respect contrairement au nationalisme qui suscite la violence.


        • njama njama 12 novembre 17:21

          @alinea
          La citation exacte est « Le patriotisme, c’est l’amour des siens. Le nationalisme, c’est la haine des autres. »
          Remise dans le contexte, elle prend un tout autre sens que celui qu’on lui prête.

          Rendons à Romain Gary ce qui lui appartient !
          01 mai 2012, par T.Savatier

          [...] Pris de ce soudain élan littéraire, le Président avait utilisé, dimanche dernier à Toulouse [Nicolas Sarkozy fait l’éloge de la nation 30.04.2012] , une autre référence culturelle qui n’était guère plus heureuse. Évoquant la frontière qui existe entre patriotisme et nationalisme, il cita (en l’écornant) une belle phrase qu’il attribua au Général de Gaulle. Hélas ! Cette phrase n’était pas du Général, mais d’un héros de la France libre, Compagnon de la Libération et gloire littéraire du XXe siècle : Romain Gary. Elle figure en page 371 de son unique essai, Pour Sganarelle (Gallimard, 476 pages, 25,40 €), publié en 1965. « La haine, celle de l’impuissance, est en eux [les critiques d’extrême-droite], ce qui est naturel dans le nationalisme : le patriotisme, c’est d’abord l’amour, le nationalisme, c’est d’abord la haine, le patriotisme, c’est d’abord l’amour des siens, le nationalisme, c’est d’abord la haine des autres. »

          Gary savait de quoi il parlait. Juif confronté à l’antisémitisme, il avait également été victime du racisme ordinaire aux Etats-Unis où, avec son teint hâlé et sa moustache, on l’avait souvent pris pour un Mexicain, autant dire un métèque. Il avait aussi traité ce sujet dans son roman, Chien blanc (1970).

          http://savatier.blog.lemonde.fr/2012/05/01/rendons-a-romain-gary-ce-qui-lui-appartient/

          Comme quoi, Macron est Sarkozy à peu de choses près tiennent le même discours. La continuité de l’État ? les mêmes plumes patentées à l’Élysée ? le même Programme ?


        • njama njama 12 novembre 17:50

          @alinea
          En temps ordinaire, il y a la Nation et la Patrie, et nous n’avons pas à être particulièrement patriote, ni à manifester de sentiments nationaux, en dehors de quelques éphémérides nationales, (ou de quelques matches de foot, lol), et rien de patriotique ne transparaît dans la société.

          J’aurais tendance à penser que c’est le contexte de guerre qui fait le patriotisme, et cette nécessité impérieuse de sauvegarder la nation, sa souveraineté, qui fait le nationalisme.
          La Syrie en est un bel exemple pour toutes les nations.

          A côte de cela il y a le nationalisme qui est un sujet très politicien ou sujet politique intellectuel sans réalité dans la nation. En pleine construction €uropéenne, d’un projet fédéral qui veut absorber les nations dans une même entité politique , que le nationalisme sous couvert de soi-disant vicieux travers populistes qui sépareraient le peuple des élites soit jeté aux orties, voué au mépris (alors qu’hier il était l’Union Sacrée), n’a rien de surprenant. Ce n’est pas la première fois que le monde politique retourne sa veste.


        • JulietFox 12 novembre 18:12

          @njama
          Le béret rouge, l’a fait l’Algérie. L’a tué du « bougnoule » comme son pote Le Pen
          C’est pas parce qu’on a un béret sur la tête, et rouge en plus que ça rend intelligent.


        • alinea alinea 12 novembre 18:15

          @njama
          Il y a déjà les mots auxquels on donne un peu le sens que l’on veut, la patrie me paraît moins laïque que la nation-, et puis il y a la récupération qui en est faite par tel ou tel côté politique, la nation a été récupérée par l’extrême-droite, comme Jeanne d’Arc et la Marseillaise(!), il me semble que cela trouble l’eau clair du sens !
          J’ai dit « on dit » parce que je ne crois pas être pas la seule à y attacher guère d’importance.
          Je n’ai pas suivi du tout du tout ces cérémonies, mais ces sens « Gary » peut expliquer la sortie de Macron,non ?


        • njama njama 12 novembre 18:50

          @alinea
          la nation a été récupérée par l’extrême-droite
           
          et comme elle ne va pas dans le sens du poil de la construction €uropéenne, au sens d’abandonner la souveraineté française à Bruxelles, à l’OTAN, les nationalistes sont devenus les hérétiques, et en Europe les nationalismes des partis de droite des hérésies politiques qu’il faut combattre.

          Encore que dans le sujet il y a deux poids deux mesures, la nationalisme ukrainien est de bon aloi, celui d’Israël reçoit bénédiction universelle ou presque, mais les nationalisme arabes des pays voisins ne reçoivent pas les mêmes faveurs....


        • velosolex velosolex 13 novembre 03:21

          @njama
          Toute cette belle rhétorique et ce fleuret moucheté des mots, et des sens vole en éclat quand l’orage arrive, et qu’il faut se déterminer ; alors nos définitions nous semblent vaines. La boucherie de 14 est incompréhensible quand on connait la fin. En 14, même dans la tête de Jaurès c’était autre chose. J’ai tout lu, les carnets du soldat Berthas, les romans révoltés de Giono. Les allusions esthétiques de Proust s’emballant pour un combat aérien au dessus de Paris me font gerber, tout autant que les déclarations d’Apollinaire. « que la guerre est jolie »
          Déjà que j’ai fait mon service militaire, alors que tant d’autres faisaient le malin en se faisant réformer. J’aurais sans doute était un de ces pauvres cons, que j’imaginais quand je faisait des marches dans la pluie de novembre avec ma compagnie, du coté du chemin des dames...
          Mais pas de dames ! Dame ! Comme on dit en Bretagne....Je pensais à mon grand père qu’était dans la cavalerie. Comment pouvait on se batte habillé en cuirassé...Trois fois son cheval est mort sous lui. A qui tient la vie, la sienne et la mienne qui y était lié comme tant d’autres...Le cheval est une drôle de pièce d’échec, que je me permet d’évoquer, puisqu’on ici des échecs...Se déplaçant en quinconce. Un peu à la façon de la vie, ou de la mort, passant par dessus les autres pièces. 
          Hier j’e me suis rendu à La Feuillée, petit village des monts d’arrée. 1700 habitants en 14...110 gars n sont pas revenus. Un peintre local les a représenté tous sur les murs des maisons. C’était très émouvant .https://bit.ly/2PRClUt
          Le papier kraft s’en va au vent, dans la nuit de novembre. Ils sont toujours là, dans la mémoire. Je ne les avais jamais imaginé ainsi, debout. https://bit.ly/2z1K9JJ


        • velosolex velosolex 13 novembre 12:30

          @velosolex
          Si la guerre me fascine, c’est en tant que mystère, que représentation d’une accélération de l’histoire, à travers le renversement des pièces. On abandonne les règles pour se cogner dans le bistrot. L’instinct de mort tente de prendre le dessus sur l’instinct de vie....Comme dans des articles de plus en plus nombreux, l’auteur brasse beaucoup de choses, en peu de lignes, ce qui rend la nuance difficile. On comprend que c’est un humanisme. Il s’oppose à la guerre, aux commémorations, et défend les sans papiers...Je dirais que commémoration ne veut pas dire approuver la guerre ; que c’est au delà du devoir de recueil, quelque chose d’irrationnel pour certains, une leçon d’histoire. Un élément essentiel pour les enfants, avides et curieux de notre passé. Je suis surpris qu’un prof ne pige pas cela : Les commémorations d’un village n’ont rien à voir avec celles protocolaires de Paris. Mais même celles ci ont leur utilité. On n’est pas forcé de se mettre pour autant au garde à vous patriotique, mais de dégager du sens ; et de réfléchir, c’est le but de l’histoire., dans cette histoire en direct. 


        • velosolex velosolex 13 novembre 12:55

          @alinea
          Jeanne d’arc, personne admirable, totalement anachronique, femme affranchie des conventions, n’appartient à personne, de même que le drapeau bleu blanc rouge ; On est fâche avec nos couleurs depuis 40, pour les raisons que l’on sait, mais qui ne sont pas claires pour tout le monde. Une sorte de secret de famille qui installe des métastases
          Depuis l’après guerre nous trimbalons ce complexe des couleurs. Voilà ce qui nous différentie des anglais et des américains qui même s’ils sont libertaires, arborent leur drapeau, et revendiquent une certaines fierté. Beaucoup d’anglais par ici participant aux commémorations avec le symbole de « poppy » le coquelicot, qui fait parler de lui pour une autre raison.....( IL FAUT SAUVER LES COQUELICOTS ! Signez la pétition.. https://bit.ly/2qID6kF       C’est la nouvelle ligne de front le combat à mener maintenant..
          IL faut se rappeler que ce drapeau avant d’être sali par des salauds, fut le symbole de la liberté pour l’europe, et des droits universels des peuples, ce qui fait rigoler certains maintenant. J’ai suivi les commémorations d’ans un petit village, et elles étaient émouvantes.  Les enfants des écoles ont chanté un morceau de Delayahe. https://bit.ly/2OFTrQE  Nous sommes loin de paris. Mais une séquence entrevue à la télévision on l’on voyait de jeunes allemands participer à cette commémoration m’a fait chaud au cœur. J’ai pensé à Karl, mon copain de Hambourg, qui n’avait pas voulu venir, car pris par trop d’émotions dés qu’il voit un simple monument aux morts. Gamin, il était sous les bombes de Hambourg, fuyant sa maison détruite. Je suis pacifiste de coeur mais ne suis pas indifférent à ces commémorations. Il y a mon intelligence et mon émotion. Et pour ce coup elles ne me semblent pas rentrer en opposition. Car elle peuvent faire partie d’un vrai travail de connaissance et d’éducation. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès