• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > 1er Mai : le « modèle français » est mort ! Pour conquérir de nouveaux (...)

1er Mai : le « modèle français » est mort ! Pour conquérir de nouveaux droits sociaux ! Abolition de la CSG !

 

 

Déjà plus de cinq mois de manifs hebdomadaires et de confrontation, souvent violente, avec les forces répressives du pouvoir, n’ont pas permis de dessiner l’ébauche d’une solution crédible à la crise, ni l’ébauche d’une solution politique alternative.

Les quelques « mesures » prises par le pouvoir n’ont eu pour but que de faire illusion, de duper ceux qui ont bien voulu y croire, de faire payer un peu plus le contribuable, et donc de diviser le front unitaire qui s’était spontanément formé le 17 Novembre, au tout début du mouvement des Gilets Jaunes.

Une des premières motivations de ce mouvement était l’excès de pression fiscale en France. Une autre était le relèvement des bas revenus, et notamment du SMIC. Or le pouvoir a réussi ce tour de passe-passe de prétendre avoir augmenté le SMIC, alors qu’il n’a fait qu’augmenter encore la pression fiscale sans rien ajouter au SMIC qui n’était déjà prévu ! Une prime, et en plus limitée comme accès en pratique, n’a jamais été réellement un salaire.

Alors que parmi les taxes et impôts diverses, la CSG, à elle toute seule, représente déjà 9,2% du salaire brut, et notamment, du SMIC, soit 139,95€.

Son abolition remonterait donc le salaire net du Smicard à 1311,29€, soit déjà légèrement au dessus de la revendication initiale des Gilets Jaunes, qui était à 1300€ net sur la liste des 42 revendications du 29 Novembre 2018

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/12/02/gilets-jaunes-un-cahier-de-revendications-adresse-a-lassemblee-nationale/

Pour une famille monoparentale le seuil de pauvreté (Eurostat) est à 1334€, et ne serait donc pas encore franchi. C’est pourquoi la revendication récemment proposée sur la liste en 10 points, à 1400€ net, et reprise de la pétition Ab.CICE, n’est en rien abusive.

https://gjles42revendications.wordpress.com/2019/04/15/10-objectifs-revendicatifs-pour-le-1er-mai-et-ensuite/

https://www.change.org/p/emmanuel-macron-mettre-fin-au-scandale-%C3%A0-40-milliards-du-cice-et-de-son-substitut-actuel-82eed49b-2055-4be5-a0b0-4dcc8e80e771/u/24378388

Il resterait donc près de 90€ à conquérir comme augmentation en salaire net, soit un équivalent total en salaire brut actuel de l’ordre de 1820€.

Cependant, incontestablement, une grande partie des TPE-PME, qui représentent 70% du salariat en France, ne peuvent déjà pas faire face à leurs charges sociales sans les aides financières déjà prises sur nos impôts et taxes, et, de plus, la CSG est encore un impôt supplémentaire destiné à financer directement la Sécu.

Par contre les grands groupes monopolistes industriels et financiers, qui échappent déjà grandement, tant par des moyens légaux que illégaux, au fisc, et qui profitent et surtout, abusent, en plus, des aides publiques, réalisent des bénéfices exponentiels, qui ont même continué d’augmenter, malgré la crise.

Une nouvelle répartition des charges et cotisations sociales s’impose donc, comme corollaire indispensable, tant d’une hausse du SMIC que de l’abolition de la CSG, appelées à se réaliser conjointement.

Un tel mode de répartition, fixé par un quotient qui aura force de loi, et non pas comme faveur gouvernementale prise sur nos impôts, équivaut en fait à une véritable taxe sociale sur le capital financier.

C’est pourquoi, en dépit de leurs proclamations anti-fiscalité véhémentes, la plupart des « leaders » du mouvement GJ se gardent bien de mettre en avant une telle revendication, qu’ils soient de droite ou de gauche.

Au moins pire des cas on retrouve parfois des formulations démagogiques mais délibérément inapplicables, faute d’une nouvelle répartition des charges.

C’est pourquoi il leur est plus commode d’amuser la galerie avec le RIC et le prétendu rétablissement de l’ISF qui ne représentera qu’un pourcentage extrêmement minime de la solution.

C’est pourquoi, des 10 points mis en avant comme objectifs sociaux, et bien évidemment, sans abandonner l’abrogation du CICE, complément indispensable et même urgent, c’est l’abolition de la CSG qui doit prévaloir comme mot d’ordre à court terme, parce que c’est, actuellement, celui qui peut amener à poser les vraies questions de la fiscalité et du progrès social en France. Et déboucher sur une remise en cause, non pas du « modèle français », déjà mort et enterré sous les précédents gouvernements, mais sur une remise en cause du système lui-même qui engendre ce genre de crise, en réalité insurmontable : le capitalisme.

Un système qui, depuis des mois, ne peut plus répondre aux besoins sociaux manifestement exprimés que par des coups de matraques, des pluies de grenades et des peines d’emprisonnement, a déjà, en réalité, cessé d’être légitime.

Il est déjà plus que temps, donc, pour le mouvement social, de s’unifier sur ses revendication les plus évidentes et les plus urgentes, et de faire ainsi valoir sa propre légitimité, base d’une réelle alternative anticapitaliste.

Luniterre

 

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/04/23/1er-mai-pour-de-nouveaux-droits-sociaux-abolition-de-la-csg/

 

 

https://gjles42revendications.files.wordpress.com/2019/04/10-propositions-pour-une-nouvelle-plate-forme.pdf

 

https://gjles42revendications.wordpress.com/

 

 

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.9/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

63 réactions à cet article    


  • devphil30 devphil30 24 avril 12:02

    C’est une piste mais le problème est que ce qui peux être donné d’une main est repris de l’autre.

    A avoir une dette astronomique dont l’IRPP sert à payer les seuls intérêts de la dette montre l’incurie dans la gestion de l’état et ceci depuis 1973 avec cette monstrueuse loi de Janvier 1973.

    Depuis l’inflation a été jugulé pour le plus grand plaisir du capital par contre la société vit à crédit et l’état en situation d’endettement maximal à bientôt 100 % du PIB.

    Ce sont ces mêmes personnes qui viennent nous apprendre à gérer un budget


    • sweach 24 avril 17:51

      @devphil30
      Nous avons 2 dettes

      Le première celle de 1973 à 2008 et qui court encore, environ 1500 Milliard
      Cette dette n’a servi à rien, on a rien payé avec, c’est un chiffre artificiel composé uniquement d’intérêt, ce chiffre grossi tout seul avec d’autres emprunt et d’autres intérêt.

      Cette dette on peut l’envoyer promener sans problème, à part faire grossir un chiffre, elle ne nous a jamais posé de problème, on peut continuer comme ça indéfiniment.

      La deuxième par contre celle de 2008 à aujourd’hui environ 600 Milliard (+100M/an)
      Avec la crise des Banques le gouvernement Sarkozy à fait le choix d’utiliser la dette pour défiscaliser les entreprises (cice et compagnie). En claire depuis cette date nous utilisons la BCE à la place de l’impôt des entreprises pour faire tourner 1/5 du pays.

      Cette dette là, on peut aussi s’en débarrasser, mais il faudrait de nouveau remettre en place l’impôt sur nos entreprises ou bien sacrifier 1/5 du pays, 100 Milliard par an, ça ne va pas se faire sans poser problème.

      Cette dette donne du pouvoir à la BCE sur notre nation et elle fait de plus en plus de l’ingérence, une ingérence qui aggrave notre dépendance à la dette.

      En réalité la dette n’est qu’une question de pouvoir.


    • Eric F Eric F 24 avril 22:11

      @sweach
      « cette dette [de 1973 à 2008] n’a servi à rien, on [n’]a rien payé avec »

      Ben si, elle a servi chaque année à équilibrer le budget, payer les équipements publics, rémunérer les fonctionnaires, compléter les recettes de la sécu, etc. Rien de différent en nature par rapport à la situation postérieure à 2008.


    • sweach 25 avril 09:57

      @Eric F
      Regardez les chiffres et vous comprendrez que non.

      Après les chiffres sont assez complexe et imbriquer les un dans les autres avec de gros mélange entre débit et crédit.

      Mais jusqu’à 2008 (hors dette) le budget de l’état à toujours était à l’équilibre à quelques Milliard près et même dans un jolie positif dans les années Jospin.

      La mécanique de cette dette est simple, un nouvel emprunt plus gros avec de nouveau intérêt pour rembourser l’ancien et ainsi de suite depuis 1973

      Donc non cette dette là n’a rien financé.

      Exemple j’emprunte 5 Milliard à 5%, je réemprunte l’année suivante 5.25Milliard à 5% pour rembourser, je réemprunte l’année suivante 5.51Milliard à 5% pour rembourser, je réemprunte l’année suivante 5.78Milliard à 5% pour rembourser, je réemprunte l’année suivante 6.07Milliard à 5% pour rembourser, je réemprunte l’année suivante 6.37Milliard à 5% pour rembourser, etc ....

      Au bou de 46 ans cette dette est composé presque exclusivement d’intérêt, donc non elle n’a rien financé, c’est juste une mécanique bancaire très loin du réel.

      Mais effectivement depuis 2008 elle sert à financer la mission public Remboursements et dégrèvements, on peut facilement faire le parallèle entre l’augmentation de l’emprunt et l’augmentation de cette mission.

      Le hic c’est que cette fois les intérêts sont prit sur les autres mission du gouvernement, en clair au lieu de « payer les équipements publics, rémunérer les fonctionnaires, compléter les recettes de la sécu » elle fait exactement le contraire.
      Cela explique bcp pourquoi ces intérêts sont proche de 0 sans quoi ça ne serait pas viable.


    • Luniterre 25 avril 10:16

      @sweach

      Le point que vous faites sur cette question de la dette est effectivement utile.

      Il montre bien l’absurdité de la situation actuelle et surtout, l’impasse dans laquelle se trouve le système, dont la survie est en partie suspendue au fil non moins absurde du « taux zéro », qui finira, inévitablement, par casser !

      Tous les experts sont pratiquement d’accord sur ce point : un nouveau krach financier et économique est déjà dans les tuyaux, pour les toutes prochaines années, et probablement encore bien pire que 2008 !

      https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/10/07/2008-2018-situation-internationale-10-ans-de-crise-quel-remede/

      Luniterre


    • sweach 25 avril 11:26

      @Luniterre
      La martingale financière de la dette peut durée indéfiniment, si la banque refuse de nous prêter on ne la rembourse pas, ça ne nous empêchera pas de vivre.
      Pour l’avenir on peut la faire disparaître comme l’ont fait les Islandais

      Par contre ne plus prélever l’impôt sur les entreprises et utiliser l’emprunt à la place, ça c’est problématique, car il y a un trou dans le budget.

      Vendre les bijoux de famille (autoroute, aéroport, barrage) ou bien diminuer les fonctionnaires (fermeture hôpitaux, non renouvellement 1 sur 2, non statutaire) n’est évidemment pas une solution au contraire même.

      Beaucoup de dépense faite pour le peuple, revienne immédiatement en recette pour l’état, par exemple les prestations social sont totalement utilisé dans l’économie direct, alors qu’un allègement fiscal fini sur les marchés financier.

      Diminuer les dépenses publics est en réalité un suicide budgétaire.


    • Luniterre 25 avril 11:45

      @sweach

      « un allègement fiscal fini sur les marchés financier. »

      >>> tout comme un allègement des charges sociales patronales, et qui, en plus, est assumé, à la base et inévitablement, par un alourdissement de la fiscalité sur les couches sociales les plus défavorisées, via la CSG et les diverses taxes sur les produits et services de base de la vie quotidienne.

      >>> une remise à plat de la totalité des charges sociales directement sur la valeur crée par les travailleurs dans les entreprises, et qui doit donc leur revenir également sous la forme du salaire indirect (Sécu, retraites, etc...), c’est donc une nécessité économique, quelque soit le régime politique, du reste !

      >>>autant commencer tout de suite cette remise à plat en tenant compte des inégalités entre les entreprises, via un quotient tenant compte de tous les paramètres, et s’appliquant à toutes. Plus de « passe-droits », légaux ou non.

      >>>de fait, cela aboutit aussi, en pratique, à un allègement de la fiscalité sur les classes populaires, et qui est donc positif !

      Luniterre


    • sweach 25 avril 13:15

      @Luniterre
      Perso je ne veux pas d’un allègement des charges sociales patronales, au contraire, je voudrais les augmenter et surtout que les patrons les payent vraiment, car l’état prend d’une main pour rendre de l’autre.

      On a une injustice incroyable entre ceux qui peuvent s’exonérer et ceux qui ne peuvent pas.

      La remise à plat devrait se faire par un system simple, soit on paye des impôts, soit on touche des aides, mais il faut arrêter d’urgence de faire les deux en même temps.
      Le dumping avec nos impôts est une catastrophe pour tout le monde.

      Perso je ne souhaite pas non plus un allègement de la fiscalité sur les classes populaire, car je souhaiterai augmenter nos droits, aux logements, aux chômages, à la retraite, à la santé, à l’éducation et je préfère largement un mutualisation et une égalité de traitement de ces dépenses à une privatisation et un system de classe.


    • Le421 Le421 25 avril 13:19

      @sweach

      Le CICE ??
      Tient, je croyais que c’était « la gauche » avec Hollande qui l’avait institué.
      Je mets de guillemets à « la gauche », vous m’aurez compris.
      Des gauches comme ça, j’en vois tous les matins... Avant de tirer la chasse !!


    • Andy Capp Chantecler 24 avril 12:07

      « A avoir une dette astronomique dont l’IRPP sert à payer les seuls intérêts de la dette montre l’incurie dans la gestion de l’état et ceci depuis 1973 avec cette monstrueuse loi de Janvier 1973.  »

      ce n’est pas de l’incurie, mais un investissement juteux par des financiers qui ont nommé leurs employés à la tête de l’état pour assurer la gestion de leur portefeuille d’actions : c’est plus sûr que d’investir dans le privé, car la police et l’armée sont lç pour protéger le magot accumulé par le racket.


      • Andy Capp Chantecler 24 avril 12:11

        La CSG a été instaurée par Michel Rocard, co-fondateur du PSU, réputé « à gauche » du PS et grand mentor de la faune young leaders bobos dont le dernier avatar dégénéré est Macron.A avoir une dette astronomique dont l’IRPP sert à payer les seuls intérêts de la dette montre l’incurie dans la gestion de l’état et ceci depuis 1973 avec cette monstrueuse loi de Janvier 1973.ard est le clé qui premet de comprendre comment la classe sociale privilégiée utilise les « réformistes » pour duper les électeurs-contribuables et leur faire les poches.


        • foufouille foufouille 24 avril 12:30

          il est bizarre ce smic net, je le voyais proche de 1200 ........


          • Odin Odin 24 avril 17:59

            @foufouille
            Bonjour,

            Smic mensuel pour 35 heures / semaine et 151,67 / mois.

            Brut 1.521,22 € Net 1.171,34 €

            Soit 349,88 de charges (patronales et salariales)

            Une baisse des charges pour les PME et TPE de 128,66 €

            mettrait le SMIC à 1.300 € NET.

            Resterait 221,22 € de charges à payer (Patronales et salariales)

            Cette solution permettrait de rendre les PME et TPE plus compétitives en augmentant le pouvoir d’achat des salariés. 


          • Luniterre 24 avril 18:55

            @Odin

            La baisse des charges patronales, sous diverses formes, dont le CICE, c’est déjà ce que pratique le système actuel !

            >>> cela implique donc une autre source de financement pour la sécu, à savoir, plus de taxes et plus d’impôts !

            >>>et qui paye ces taxes, sinon le prolétaire smicard en achetant son pain, son essence, son gaz, son électricité, etc... ?

            >>>et qui paye ces impôts, sinon les « classes moyennes » qui étaient précisément parmi les premiers soutiens des Gilets Jaunes, le 17 Novembre et les jours suivants ?

            >>>donc, moins de charges, globalement, ce n’est pas la solution, mais une meilleure répartition en fonction de la valeur générée par les différentes entreprises, selon également leur masse salariale, oui !

            >>>d’où la nécessité d’un quotient approprié, mais impératif !

            Luniterre


          • Odin Odin 24 avril 20:03

            @Luniterre

            Bonjour,

            Désolé mais vous avez mal lu mon commentaire.

            Lorsque j’ai écrit baisse de charges, j’ai ajouté pour les PME et TPE, avec une baisse des charges salariales et patronales.

            Je n’inclus pas les sociétés de plus de 500 salariés et particulièrement les multinationales. Je suis pour la suppression du CICE qui profite à des grands groupes comme Carrefour qui en plus des charrettes massives, notamment de cadres dans un futur très proche, pour optimiser encore et toujours la rente des actionnaires.

            Pour le financement, je pense que la suppression du CICE pourrait largement compenser cette baisse de charges pour relancer le pouvoir d’achat des plus faibles et il en resterait pour la sécu, sans parler des niches fiscales qui pourrait être ventilées sur les caisses de retraites, sans parler de l’évasion fiscale.

            Pour l’impôt, il devrait être progressif et pour TOUS. Même une personne au RSA devrait payer, même 10,00 € / an et les plus riches à un taux plus élevé, surtout si les bénéfices résultent de spéculations de tout genres et ne sont pas le fruits d’investissements dans l’économie nationale.

            La meilleure solution pour résoudre ces problèmes serait de retrouver nos souverainetés et plus précisément celle monétaire en sortant de l’UE, de l’€ et de l’OTAN et donc, en arrêtant de voter pour des renégats qui ne sont que des marionnettes à la solde de la ploutocratie. Quand les français le comprendront-ils ? 


          • Le421 Le421 25 avril 13:20

            @foufouille
            Faux !! Le SMIC est à 36€ de l’heure !!
            Demandez à « la blonde »...


          • William 25 avril 18:34

            @foufouille
            smic net = 1204 euros + 159 euros de prime d’activité = 1363 euros


          • Luniterre 25 avril 18:54

            @William

            http://www.smic-horaire.com/

            Au 1er Janvier 2019, le SMIC a progressé de 1.52 % pour atteindre un taux horaire de 10,03 € brut, ce qui correspond à un montant de 1 521,22 € mensuel (pour 35h hebdomadaire) et 18 254,60 € annuel.


            SMIC Brut SMIC Net * SMIC horaire
            Défini par décret par le gouvernement. 10,03 € 7,72 € SMIC journalier
            Sur la base de 7 heures de travail par jour. 70,21 € 54,06 € SMIC mensuel
            Pour 35 heures par semaine et 151,67 heures par mois. 1 521,22 € 1 171,34 €

            *LE SMIC NET EST DONC A 1171,34€ ...point barre !!!

            Une prime n’est pas un salaire, et de plus, tout smicard n’y a pas forcément droit !

            Luniterre


          • William 28 avril 12:21

            @Luniterre
            Les sources diffèrent, celle-ci indique 1202,92 euros nets https://www.net-iris.fr/indices-taux/paye/1-salaire-minimum-smic-horaire-smic-mensuel
            Une prime n’est pas un salaire effectivement, mais elle fait partie du revenu


          • Jeekes Jeekes 24 avril 16:26

            ’’Conquérir de nouveaux droits sociaux ?’’

             

             

            Mmmm...

             

            Et si on commençait par conserver ceux qui nous restent, hein ?

            Et aussi par récupérer ceux que ces ordures nous ont sucré, décennie après décennie, ça serait déjà pas mal, non ?

             

            Après, j’avoue que l’adage qui dit que ’’qui veut le plus, peut le moins’’ (ou quelque chose comme ça) me titille un tantinet. C’est bien d’être ambitieux, après tout c’est ce que microminus et ses sucent-boules nous serinent chaque jour !

             


            • Luniterre 24 avril 17:02

              @Jeekes

              « Et si on commençait par conserver ceux qui nous restent, hein ? »

              Cela fait plusieurs décennies que les syndicats et la « gauche » prétendent se battre pour conserver ce modèle, forgé en réalité pendant la période d’expansion du capitalisme, une période où la Kollaboration de classe qu’ils tentent de pratiquer encore aboutissait effectivement à des résultats en matière de progrès social en France, même si basés en partie sur les restes de l’« empire français », puis de la « françafrique », etc...

              A présent, en période de crise chronique et probablement sans retour, ce modèle est inopérant, sauf pour leur conserver leurs subventions bureaucratiques, étatiques et patronales.

              Pour la défense de ses intérêts, le prolétariat doit donc en changer. C’est déjà ce que le mouvement GJ avait commencé à comprendre, dans sa première phase, suite au 17 Novembre, et avant d’être récupéré et manipulé.

              Changer le rapport entre fiscalité et « salaire indirect » (charges et cotisations sociales), c’est déjà commencer à changer de modèle, et, pour le prolétariat, commencer à reprendre en partie le contrôle de ce salaire indirect, à travers un quotient incontournable de répartition des charges entre les entreprises.

              Luniterre


            • sweach 24 avril 17:31

              @Luniterre
              *les syndicats et la « gauche » prétendent se battre pour conserver ce modèle *
              Bien sachant que les syndicats sont cul et chemise avec le patronna et que la « gauche » a fait une politique de droite, on comprend mieux pourquoi tout part en sucette.

              Je suis du même avis que @Jeekes, je ne demande ni plus ni moins que ce qu’on eu mes parents avant moi.

              *A présent, en période de crise chronique*
              Oui une crise de rire, la France est un pays riche, ce mot perd de son sens quand on regarde son peuple, pourtant c’est le cas nous avons énormément de richesse et le problème ne se trouve pas dans l’absence de richesse.

              Mais il est uniquement dans la répartition de cette richesse.

              C’est justement parce qu’on baisse les impôts et qu’on diminue la fonction public que le peuple va de plus en plus mal et si on essayait l’inverse ?


            • Luniterre 24 avril 19:10

              @sweach

              Répartir les charges sociales équitablement, entre les entreprises qui les doivent et ne les payent actuellement plus, c’est aussi un moyen de répartir la richesse, concrètement.

              De plus, sur la base d’un quotient impératif, il n’y a plus guère de fraude possible, avec des moyens de contrôle également appropriés.

              Cela permet donc, en outre, d’alléger considérablement le budget de l’Etat, au bas mot des 40 milliards du CICE cette année, par exemple !

              Donc, pas d’impôts ni de taxes en plus pour les prolos et les classes moyennes !

              Plus de « fonction publique » ? Dans certains cas nécessaires, comme les hôpitaux, les écoles, oui, mais pas forcément plus de bureaucratie, non merci !

              Lunterre


            • Eric F Eric F 24 avril 22:17

              @Luniterre
              le CICE est un « manque à gagner » et non une dépense, supprimer le CICE augmenterait les recettes mais n’allégerait pas le budget


            • Luniterre 24 avril 23:47

              @Eric F
              Bien évidemment, si les 40 milliards sont réaffectés ailleurs !

              Autrement, cela peut aussi devenir un « allègement » (...remboursement) de la dette !

              Et à l’avenir, une suppression pure et simple de tout ce genre de dispositifs peu aussi permettre un « allègement » des futurs budgets !

              Luniterre


            • Luniterre 25 avril 00:22

              @sweach

              "*A présent, en période de crise chronique*
               .... nous avons énormément de richesse et le problème ne se trouve pas dans l’absence de richesse.« 

              La crise du capital n’est pas une question de »richesses« mais de profitabilité du capital, qui ne cherche que la rentabilité financière maximum, indépendamment de toute utilité sociale, même »rentable« en termes d’équilibre économique.

              La cause de la crise n’est pas le manque de »richesses« , c’est même plutôt la concurrence entre capitaux surnuméraires...

              C’est pourquoi la crise actuelle est sans issue pour le système....

              Revendiquer qu’il prenne ses responsabilités en le sommant, à travers nos revendications, de répondre aux besoins sociaux, c’est en fait démontrer la nécessité d’en finir avec lui, étant donné qu’il ne renoncera pas à une part suffisante de ses superprofits pour y répondre...

              Définir les besoins sociaux les plus urgents auxquels répondre, c’est donc déjà commencer à construire le programme d’une alternative au système capitaliste !

              C’est pourquoi les leaders du mouvement GJ font durer les »actes" et les palabres en longueur sans définir de programme réel, car il ne veulent pas vraiment changer le système, en réalité !!!

              Luniterre


            • MagicBuster 24 avril 16:42

              Il n’y a que 41 % des foyers qui payent des impôts.

               59% ne payent pas d’impôts.

              L’Impôt est donc injuste et inégalitaire.
              Comment peut on se baser la dessus pour espérer changer la société  ?

              Ben on ne peut pas ;
              Alors on augmente ce que tout le monde paye, la TVA la CSG etc . . .

              Tout le monde ferait mieux de demander à payer des impôts.
              Ça couterait moins cher , à l’évidence.


              • Luniterre 24 avril 17:20

                @MagicBuster

                La CSG est déjà une sorte d’impôt prélevé directement sur le salaire pour financer la sécu. Un système particulièrement absurde qui ne sert qu’à exonérer, même si indirectement, via de multiples processus, du type CICE, les entreprises d’une grande partie des charges sociales qui leur incomberaient normalement.

                Un quotient approprié de répartition des charges réglerait ce problème tout en allégeant le budget de l’Etat.

                Évidemment cela implique une relative contrainte sur le capital financier, dont la « générosité » sera ainsi rendue impérative pour une autre cause que celle de la Cathédrale !

                Luniterre


              • Eric F Eric F 24 avril 22:20

                @Luniterre
                Les « charges » sociales ne sont pas des impôts mais des « cotisations » finançant des droits sociaux. La CSG est intermédiaire entre cotisation et impôt, et avait pour but d’élargir l’assiette de prélèvements en diminuant les charges spécifiquement salariales.


              • Luniterre 24 avril 23:53

                @Eric F

                « La CSG est intermédiaire entre cotisation et impôt  »

                C’est à peu près le seul point utile de vos observations...

                ...mais qui figurait déjà dans l’un de mes commentaires précédents...

                Merci tout de même pour ce rappel !

                Luniterre


              • Le421 Le421 25 avril 13:34

                @Eric F
                On parle de « charges sociales » comme on dit « vidéoprotection ».
                Ça arrange mieux que « cotisations sociales » et « vidéosurveillance ».
                La « Taxe Foncière des Entreprises » est par contre devenue « Cotisation Foncière des Entreprises » sous Hollande.
                Cherchez l’arnaque.
                On nous prends pour des cons, épicétou !!


              • sweach 24 avril 17:18

                *Une des premières motivations de ce mouvement était l’excès de pression fiscale en France.*

                NON ! non ! non et encore non !

                Il ne faut surtout pas demander une baisse la pression fiscal, au contraire même il faudrait l’augmenter de près de 100 Milliard.

                Ce que réclame les Gilets jaunes c’est de la « JUSTICE » fiscale, si on tournait notre regard au bon endroit il faudrait juste se pencher sur les Remboursements et dégrèvements qui sont la cause de tout nos maux. En premier lieu le CICE

                Contrairement à la TVA, la CGS a l’avantage d’être proportionnel aux revenus, donc non il ne faut pas y toucher, au contraire on pourrait même y ajouter de la progressivité.

                *la liste des 42 revendications du 29 Novembre 2018*

                D’où sort cette liste ? Pourquoi la voiture à hydrogène ? Pourquoi des revendications sur l’immigration ou la géopolitique ? 

                Un impôt qui affecte plus les riches que les pauvres est un bon impôt, la CSG en fait parti, surtout que les prélèvements sociaux est pratiquement le seul impôt du capital.

                Si vraiment on devait baisser un impôt, réduire la TVA serait plus efficace que la CSG, mais il faudrait pour cela être d’abors à l’équilibre budgétaire, hors avec les Remboursement et dégrèvement ce n’est pas le cas depuis plus de 10 ans.

                Touche pas à la CSG et occupe toi de la flat tax plutôt, on va vers encore plus d’injustice fiscal avec la prochaine loi de finance.


                • Luniterre 24 avril 17:55

                  @sweach

                  *Une des premières motivations de ce mouvement était l’excès de pression fiscale en France.*

                  Ce n’est que le constat que chacun a pu faire le 17 Novembre et les jours suivants !

                  Que cela plaise ou non !

                  Prétendre le contraire, c’est déjà une manipulation grossière de l’histoire, pourtant récente.

                  Le prétexte originel de la CSG, selon Rocard, c’était de faire contribuer tout le monde, y compris les non-salariés, qui bénéficient effectivement de la Sécu sans forcément y cotiser...

                  Mais comme c’est aussi juridiquement un impôt, pour être « égalitaire » (...« généralisé »), il doit donc concerner tout le monde, y compris les salariés qui cotisent déjà... >>> une absurdité qui ne devrait pourtant pas vous échapper !

                  Luniterre


                • Luniterre 24 avril 18:22

                  @sweach

                  "Contrairement à la TVA, la CGS a l’avantage d’être proportionnel aux revenus, donc non il ne faut pas y toucher, au contraire on pourrait même y ajouter de la progressivité."

                  >>>elle deviendrait ainsi un impôt inégalitaire !


                  >>>> "Régulièrement, les experts et hommes politiques proposent un taux de CSG progressif, notamment pour favoriser les salariés dont le revenu est proche du SMIC, mais cette mesure a été rejetée par le Conseil constitutionnel en 2015 au nom du principe d’égalité face à l’impôt. La CSG progressive n’est donc pas d’actualité.« 

                  https://www.l-expert-comptable.com/a/532523-csg-deductible-en-2018.html

                  En pratique le gouvernement a inventé la CSG à taux 0% pour certaines catégories, dont les retraités les plus modestes...

                  Qui en sont donc exonérés, de fait, ce qui enlève le principe »généralisé" d’origine et traduit bien le non-sens qu’elle représente.

                  Ce qui serait juste c’est que chaque catégorie ait à la fois les moyens de vivre décemment et de cotiser raisonnablement, en proportion, à la Sécu.

                  C’est pourquoi il faut abolir la CSG et la remplacer par des cotisations/contributions spécifiques selon les catégories.

                  Luniterre


                • Luniterre 24 avril 18:34

                  @sweach

                  >>> Concernant le CICE, si vous avez bien lu l’article, vous avez du voir que la revendication du SMIC à 1400€ net provient précisément de la pétition Ab.CICE, c’est à dire pour l’abrogation totale du CICE et de tous ses substituts en matière de financement des charges sociales par l’Etat, c’est à dire, précisément, par le contribuable et le taxe-payeur de base que nous sommes !!!

                  https://www.change.org/p/emmanuel-macron-mettre-fin-au-scandale-%C3%A0-40-milliards-du-cice-et-de-son-substitut-actuel-82eed49b-2055-4be5-a0b0-4dcc8e80e771

                  Luniterre


                • Luniterre 24 avril 18:40

                  @sweach

                  >>> Concernant la « flat tax », si vous avez lu la nouvelle liste des 10 propositions, vous avez donc trouvé ceci :

                  "__7_L’ISF supprimée sera remplacée par une CONTRIBUTION SOCIALE SPÉCIFIQUE SUR LES REVENUS DU CAPITAL, à hauteur de 20%, entièrement reversée au budget de la Sécurité Sociale, et qui remplacera donc également l’ensemble de la « flat tax » actuelle. L’IFI sera maintenu."

                  https://gjles42revendications.wordpress.com/2019/04/15/10-objectifs-revendicatifs-pour-le-1er-mai-et-ensuite/

                  Luniterre


                • Eric F Eric F 24 avril 22:25

                  @Luniterre
                  la flat tax couvre à la fois les charges sociales et l’impot sur le revenu, et c’est donc sur ce second volet qu’il y a la vraie injustice en ce sens que les « tranches » d’impôt progressif sont escamotés pour les revenus financiers (on paye plus d’impôt sur les salaires que sur les revenus boursiers, dont les TRES riches paient moins d’impôt en proportion que les salariés ou retraités)


                • Luniterre 25 avril 00:00

                  @Eric F

                  Encore une observation assez confuse...

                  Néanmoins, il ressort de la proposition 7 sur la liste des 10 l’idée que la flat tax pourrait donc être portée à 20% et entièrement convertie en contribution sociale, et non plus partagée entre CSG et pseudo « impôt de solidarité » que le gouvernement peut affecter n’importe où, en fait, et pas forcément dans le social !

                  Luniterre


                • Le421 Le421 25 avril 13:31

                  @sweach
                  Ça leur fait une belle jambe à tous les gilets jaunes qui ne gagnent pas assez pour être imposables qu’on leur diminue les impôts directs !!

                  Ceci dit, la clique à Macron, journalistes à la suite, le répètent à l’envi.
                  Chez LR ou au RN, c’est pareil.
                  Vu que ce sont des partis de friqués...


                • Eric F Eric F 25 avril 15:53

                  @Luniterre
                  Désolé si je ne suis pas assez clair, je m’explique donc :

                  -l’IR (impot sur le revenu) comporte des « tranches » d’imposition progressive : 14%, 30%, 41%, 45%
                  -les cotisations sociales sur les revenus fonciers et financiers sont de 17,2%, car outre la CSG il y a la CRDS et le prélèvement de solidarité

                  La « flat tax » est un prélèvement unique institué par Macron sur les revenus financiers, fixée à 30%, se substituant à l’IR progressif et aux cotisations sociales.

                  Que signifie donc votre proposition de « porter la flat tax à 20% », voulez-vous la réduire, supprimer la part d’IR qu’elle comporte ? Ou alors voulez-vous augmenter les cotisations sociales pour les faire passer de 17,2 à 20%, mais en ce cas quid de la part d’IR qu’elle comportait ?

                  Ne vaudrait-il pas plutôt annuler la flat tax, et que, comme pour les revenus fonciers, il y ait les deux prélèvements distincts, -au titre des cotisations sociales et -au titre de l’Impot général à taux progressif (quitte à réduire le taux pour amortir une part des charges sociales) ?

                  PS : dans un autre commentaire j’ai évoqué le terme « cotisation » plutôt que « charges », ce dernier terme ayant un caractère péjoratif, alors que le premier se réfère à l’aspect « assurantiel » de la protection sociale (acquisition de droits).


                • Eric F Eric F 25 avril 16:05

                  @Le421
                  si j’ai bien compris l’intention générale des mesures envisagées, ce serait d’accorder des hausses de revenus pour les plus modestes (prime activité, réindexation des « petites » retraites), et des baisses d’impôts pour ceux dont les revenus restent gelés. Si c’est décliné de manière cohérente, ça serait recevable, mais il y a des risques de trous dans la raquette et d’effet de double aubaine, un peu comme les cartes à gratter du loto.

                  En fait, ce qui est pernicieux c’est la notion de « plafond », ou de « seuil », il faudrait procéder par « tranches », comme pour l’impôt sur le revenu (par exemple pour appliquer les divers taux de CSG sur les pensions de retraite), cela permet d’éviter les distorsions. Ainsi lorsque les minima sont augmentés, cela devrait être répercuté au moins en tant qu’« échelle mobile », si ça ne l’est pas en pourcentage, sur l’ensemble des revenus (incluant les salariés diplômés, enseignants, médecins hospitaliers, etc.).


                • sweach 25 avril 16:58

                  @Eric F
                  Tranche, seuil, pourcentage, ...

                  Je n’arrive toujours pas à comprendre qu’au 21em siècle on n’utilise tout simplement pas des équations.


                • William 25 avril 18:29

                  en@sweach
                  oui, mais il faut d’abord établir sur quels principes baser les équations, je plaide pour une « progressivité » au lieu de mesures en tout ou rien basées sur des seuils ou plafonds. Par ailleurs, il faut une « lisibilité » permettant la compréhension et la transparence. On voit par exemple que la notion de revenu imposable différent du net perçu (du fait de l’ubuesque proportion de CSG imposable) est illisible et entraine la suspicion.


                • Luniterre 25 avril 18:36

                  @Eric F
                  Effectivement, il y a une erreur de formulation, ici, car la revendication ne porte que sur le volet « contributions sociales », actuellement limitées à 17,2% sur les 30% de la flat tax...

                  Mais on la retrouve sous une autre forme, dans votre propos :

                  -les cotisations sociales sur les revenus fonciers et financiers sont de 17,2%, car outre la CSG il y a la CRDS et le prélèvement de solidarité

                  La « flat tax » est un prélèvement unique institué par Macron sur les revenus financiers, fixée à 30%, se substituant à l’IR progressif et aux cotisations sociales.

                  >>> En réalité, sur les 30% il n’y a que 9,7% (CSG+CRDS), qui sont véritablement des cotisations sociales, et non pas 17,2%, car cela inclus l’impôt dit de « solidarité » qui va dans le budget de l’Etat, tout comme l’IR, et non dans les caisses de la sécu !

                   "A compter du 1er janvier 2019, un prélèvement de solidarité sur les revenus du patrimoine et les produits de placement au taux de 7,50% est instauré. L’assiette du prélèvement est identique à celle de la CSG sans qu’il soit toutefois possible d’y échapper pour les non-résidents. Le produit du prélèvement est par ailleurs affecté au budget de l’Etat, et non à celui de la sécurité sociale, comme la CSG et la CRDS. »


                  ( __7 https://www.cbanque.com/placement/cotisations-sociales.php )

                  >>>d’où le principe, même si mal formulé, de rediriger 20%, sur les 30, soit les deux tiers, entièrement vers le financement de la sécu.

                  >>>ce n’est plus la « flat tax », le nom n’aurait évidemment pas du apparaitre à nouveau, ici, mais bien "une CONTRIBUTION SOCIALE SPÉCIFIQUE SUR LES REVENUS DU CAPITAL, à hauteur de 20%, entièrement reversée au budget de la Sécurité Sociale, " point barre, en fait, car elle ne supprime évidemment pas l’impôt sur le revenu du capital (12,8% actuellement)


                  >>>cet impôt reste donc effectivement à redéfinir, dans cette transformation.


                  Luniterre


                • Luniterre 25 avril 19:13

                  @sweach @William @Eric F

                  En ce qui concerne la répartition des charges sociales entre les entreprises, un quotient qui tient compte de toutes les données utiles, c’est, en quelque sorte, effectivement, une équation, et il n’y a donc pas d’effets de seuil possible, pas de « tranches » à définir arbitrairement, etc...

                  Cela est sans doute aussi possible pour l’IR et d’autres formes de fiscalité, notamment pour les taxes sur l’énergie, en remplacement du « chèque énergie » !

                  "__10_GAZ- ÉLECTRICITÉ – FIOUL DOMESTIQUE : Le même principe de base d’une taxe unique sur chacune de ces formes d’énergie sera donc appliqué. De plus, en remplacement du dérisoire « chèque énergie », elle seront modulées, dans leur application, en fonction d’un quotient familial approprié, revenus/nombre de personnes par foyer."

                  https://gjles42revendications.wordpress.com/2019/04/15/10-objectifs-revendicatifs-pour-le-1er-mai-et-ensuite/

                  Luniterre


                • Gloubi 24 avril 18:53

                  La Contribution Sociale Généralisée est le moyen de faire reposer l’impôt sur d’autres revenus que ceux du travail. Il faut donc l’étendre, notamment pour financer les retraites.


                  • Luniterre 24 avril 19:24

                    @Gloubi

                    Sur d’autres revenus que ceux du travail ???

                    >>>Dans ce but il faut donc bien en exonérer les salariés, qui payent déjà leurs cotisations !

                    >>>Et donc ce n’est plus une contribution « généralisée » !!!

                    Plus d’explications :

                    https://gjles42revendications.wordpress.com/2019/04/03/mouvement-social-10-objectifs-revendicatifs-pour-le-1er-mai-et-ensuite/

                    Des liens vers des études plus approfondies :

                    https://gjles42revendications.wordpress.com/2019/02/21/trois-mois-de-luttes-du-mouvement-gj-mise-a-jour-de-la-petition/

                    Luniterre


                  • eau-du-robinet eau-du-robinet 24 avril 20:47

                    Bonjour,

                    .

                    « Pour conquérir de nouveaux droits sociaux » nous devons rétablir notre souveraineté.

                    .

                    Pour pouvoir rétablir notre souveraineté il faut sortir des traitées esclavagistes qui sont le TUE et le TFUE.
                    Cela veut dire, comme il est impossible de changer l’UE, il faut passer par le FREXIT !

                    .

                    Le 26 mai 2019 c’est l’occasion de remettre Macron à sa place et lui faire comprendre que la plus grande majorité des français ne lui soutiens pas. Puis si vous voulez voter utile, c’est à dire pour revendiquer la sortie de l’UE, votez UPR, votez François Asselineau.

                    .
                    Le 1er Mai 2019 revendiquons la démission du gouvernement Macron et le FREXIT !


                    • Luniterre 24 avril 21:24

                      @eau-du-robinet

                      Actuellement, Asselineau serait autour de 2%, selon les sondages...

                      Impressionnant !

                      Mais encore...

                      "Avec prise en compte de l’abstention, représentativité de chaque parti :

                      54,0% Abstention
                      0,7% LO
                      0,9% PC
                      4,4% LFI
                      1,4% GS
                      3,0% PS-PP
                      4,1% EELV
                      11,0% LREM-MODEM
                      0,7% UDI
                      6,4% LR
                      1,8% DLF
                      9,9% RN
                      0,2% LP
                      0,7% UPR
                      0,7% Divers"


                      Aller aux européennes pour sortir de l’Europe, ce n’est pas une démarche vraiment cohérente, de toutes façons !

                      Luniterre


                    • sweach 25 avril 12:00

                      @Luniterre
                      11,0% LREM-MODEM
                      Je demande à voir.

                      Lors de la présidentiel on a eu :
                      24% LREM
                      21% FN
                      20% FI
                      20% LR
                      6% PS
                      5% DLF
                      4% Autres

                      LREM a réussi le tour de force de siphonner les électeurs du PS et attirer une parti de la droite, mais on ne y les prendra pas deux fois.
                      Maintenant que LREM exerce le pouvoir je vois mal 11% de centriste ?

                      Comme d’habitude la gauche est trop dispersé pour faire quelques choses, mais je vois mal EELV jouer d’égal à égal avec FI, certain oublie trop vite que EELV n’existerait pas sans le PS.

                      RN subira le contre coup du débat d’entre-deux-tours et c’est DLF, UPR et LP qui vont en profiter (ne sous estimez pas LP), mais contrairement à ce sondage, je pense que RN + DLF + UPR + LP c’est au moins 30% voir 40% des suffrages.

                      C’est triste à dire mais ça sera surtout LR qui devrait le mieux s’en sortir, perso je n’ai jamais compris les gens qui votaient pour encore plus de capitalisme, ça ne nous pourri pas assez la vie comme ça ?


                    • Luniterre 25 avril 12:05

                      @sweach

                      >>> Si vous lisez attentivement le post, vous comprendrez qu’il s’agit des données réelles, c’est à dire rétablies en tenant compte de l’abstention !!!

                      Luniterre


                    • Le421 Le421 25 avril 13:28

                      @Luniterre

                      Actuellement, Asselineau serait autour de 2%, selon les sondages...

                      Erreur.
                      Dans les sondages OPIF, c’est plutôt 20% !!  smiley

                      De toute façon, le choix donné par le gouvernement c’est RN ou LREM.
                      Les autres, c’est du cinoche !!
                      Macron a essayé de nous la jouer à l’envers avec ses potes banquiers, sauf qu’à LFI, on est maintenant suffisamment nombreux pour lui chier dans les bottes.
                      Campagne de propagande ou pas.


                    • Eric F Eric F 25 avril 16:13

                      @Le421
                      Dans une élection à la proportionnelle, les partis gouvernementaux n’ont absolument pas intérêt à favoriser RN, car le « plafond de verre » n’existe que pour un scrutin uninominal.
                      La gauche va aux élections en ordre dispersé. Aux présidentielles et aux législatives, LFI bénéficiait du statut du « parti de gauche le mieux placé » et a recueilli une part de « vote utile » qu’il ne retrouve plus aux européennes. La « dynamique » n’est plus là.


                    • sweach 25 avril 16:20

                      @Luniterre
                      J’avais compris la subtilité, mais des chiffres hors abstention sont plus parlant pour tout le monde.

                      Vous devriez apprendre à vous méfier des sondages, car ils jouent uniquement un pouvoir d’influence et les organismes de sondages appartiennent tous à l’oligarchie.

                      Je ne crois pas une seul seconde que LREM puissent faire 11%, mais le travail de sape médiatique qui va pousser les gens à mettre telle ou telle bulletin dans l’urne est déjà en Marche ^^

                      « Pour faire barrage au FN »
                      « Pour que les chars russes ne défilent pas sur les Champs-Elysées »
                      « Pour lutter contre les extrêmes »

                      Ces petites phrases de journaliste ne sont rien d’autre qu’une forme de dictature.

                      On est loin de l’image de la démocratie et de l’égalité des chances face au suffrage du peuple.

                      Pourquoi faire barrage au FN ? qu’est ce que les chars russes feraient sur les Champs ? Pourquoi FI ou FN seraient plus extrémiste que les autres ?

                      Nos médias ne sont absolument pas dans un rôle informatif, c’est purement et simplement de la propagande, les sondages ne sont qu’un outil.

                      Si vous voulez commenter des chiffres prenez ceux des précédentes élection.


                    • Luniterre 25 avril 19:19

                      @Le421

                      Sondage « Opif » ??? Celui de Pinocchio ?!!!

                      Luniterre


                    • sweach 26 avril 09:24

                      @Luniterre
                      Le sondage de pinocchio à autant de valeur que celui de Bolloré, de Rothschild, de Pinault, de Parisot, etc ...

                      Après je trouve celui de Pinocchio moins dangereux car aux moins on ne lui donne pas plus de crédit que ça.


                    • zygzornifle zygzornifle 25 avril 09:31

                      Pour abolir la CSG il faudra aller le chercher .....


                      • Le421 Le421 25 avril 13:24

                        Travailler plus pour gagner plus !! C’est Sarko qui a soufflé ça à l’autre Bozo...

                        Moment de solitude où l’on constate que l’ouvrier français travaille plus que l’allemand ou le hollandais...

                        Et si déjà on trouvait du boulot à ceux qui n’en ont pas.

                        Parce que je veux pas dire, mais 400.000 places pour six millions de chômeurs, il va rester cinq millions et des bananes de « feignants » !!

                        Hormis les lumières qui ont redécouvert la pierre philosophale, je ne vois pas qui a la solution... Hormis de s’orienter vers des projets innovants !!


                        • Eric F Eric F 25 avril 16:22

                          @Le421
                          et encore, les 400 000 emplois non pourvus ne sont pas tous des offres fermes (parfois il y a des effets d’annonce, ou des intentions non transformées). Le thème de ces emplois non pourvus est monté en épingle par les médias et les partis « libéraux », or l’argument selon lequel il « faut se bouger » peut être valable à titre individuel, mais collectivement il manque effectivement bel et bien 5 millions de « postes de travail » pour parvenir au plein emploi. C’est les « chaises musicales » mais avec une chaise pour 15 personnes.
                          Autrefois on disait « ça se règlera quand les baby boomers seront à la retraite » (je me souviens que Giscard en parlait déjà lors de la campagne de 81), mais en fait on rallonge la durée de carrière pour question de financement des retraites, les emplois ne sont donc pas libérés. Et les délocalisations industrielles ont fait leur oeuvre.

                          Ceci dit, pour les « emplois non pourvus », les agents de Pole Emploi devraient se focaliser à les pourvoir en réorientant le budget formation vers les entreprises embaucheuses ferme et par des primes de mobilité, plutôt que saupoudrer en formations ’occupationnelles’


                        • Yaurrick Yaurrick 25 avril 16:54

                          @Le421
                          A ceci près que les salariés français sont parmi ceux qui travaillent le moins en volume annuel....


                        • Eric F Eric F 25 avril 18:19

                          @Yaurrick
                          sauf que le temps réel de travail de beaucoup de salariés dépassent les théoriques 35 heures, sans horloge pointeuse pour le mesurer ni « heures sup » enregistrées (petites entreprises, salariés au forfait...)


                        • Yaurrick Yaurrick 25 avril 19:18

                          @Eric F
                          Tout à fait, mais ce n’est pas un phénomènes limité à la France.


                        • Luniterre 26 avril 06:50

                          Deux correctifs ont donc été apporté à l’original de l’article, suite à ce débat sur Agoravox :

                          "__7_L’ISF supprimée sera remplacée par une CONTRIBUTION SOCIALE SPÉCIFIQUE SUR LES REVENUS DU CAPITAL, à hauteur de 20%, entièrement reversée au budget de la Sécurité Sociale, et qui remplacera donc également l’ensemble du volet des « contributions sociales » de la « flat tax » actuelle. L’IFI sera maintenu.« 


                          https://gjles42revendications.files.wordpress.com/2019/04/10-objectifs-revendicatifs-pour-le-1er-mai-et-ensuite.pdf


                          ET :

                           »Alors que parmi les taxes et impôts diverses, la CSG, à elle toute seule, représente déjà 9,2% du salaire brut, et notamment, du SMIC, soit 137,5€.(*)

                          Son abolition remonterait donc le salaire net du Smicard à 1308, 84€, soit déjà légèrement au dessus de la revendication initiale des Gilets Jaunes, qui était à 1300€ net sur la liste des 42 revendications du 29 Novembre 2018."

                          ******* 

                          ( * Après la déduction forfaitaire de 1,75% pour frais professionnels)


                          ******** 

                          https://gjles42revendications.wordpress.com/2019/04/25/mai-2019-vers-labolition-de-la-csg/

                          https://www.change.org/p/emmanuel-macron-mettre-fin-au-scandale-%C3%A0-40-milliards-du-cice-et-de-son-substitut-actuel-82eed49b-2055-4be5-a0b0-4dcc8e80e771/u/24474182

                          Luniterre


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Luniterre


Voir ses articles







Palmarès