• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > 20 : en ville c’est vain !

20 : en ville c’est vain !

 

L'auto en ville, c'est trop lent et surtout trop LOURD !

 

20 : en ville, c'est vain !

20 : c'est la vitesse moyenne maximale en ville, et aussi le rapport moyen du poids d'un véhicule par rapport à celui de son conducteur, la plupart du temps seul dans son véhicule en zone urbaine. Est-ce sensé ? Peut-on faire autrement ?

Il faut peut-être aujourd'hui se demander s'il est raisonnable ou même concevable de déplacer 1400 kg pour un individu de 70 kilos. En d'autres termes : dispose-t-on aujourd'hui des sources d'énergie ad-hoc, donc pas trop compromettantes à tous égards, pour déplacer une telle masse chaque jour de par le monde ? Et par « pas trop compromettantes », il faut entendre non polluantes et renouvelables, donc avec un bilan tous déchets et gaz à effets de serre confondus qui soit neutre ou même pas trop mauvais. Cette question est-elle réellement posée quelquepart ? Conçoit-on qu'un milliard d'êtres humains chacun dans leur voiture chaque jour revient à déplacer 20 milliards d'individus ?

Assujettis

La problématique du transport urbain, et en particulier celui-là, reste entière en France. Que les gouvernements successifs aient promu la liberté automobile comme une quasi obligation ne fait de doute pour personne. Les banlieues sont recouvertes de zones commerciales, éloignées de centre-villes qui se meurent. Les infrastructures autoroutières ont fleuri partout, souvent au détriment du réseau dit secondaire ; et ce réseau, payé avec l'impôt et ensuite concédé au privé, double le prix des trajets par rapport au seul carburant. Le coût de l'immobilier a chassé des centre-villes des commerçants et des salariés qui, pensant gagner en qualité de vie, ont accepté de parcourir jusqu'à 50 km chaque matin pour aller travailler, et autant pour rentrer le soir après une ou deux heures de bouchons quotidiens, dans une maison individuelle souvent énergivore car ancienne ou mal conçue.

En fait de liberté inviduelle, l'auto serait pour beaucoup devenue plutôt un assujettissement.

Certes, oui, le Français reste individualiste, même si le covoiturage fait des progrès. A ce sujet il faut, dans l'usage individuel de la voiture pour les trajets domicile-travail, impliquer directement la relation au travail avec des horaires voulus souples par les employeurs, qui dynamite bien des possibilités de covoiturage pour les salariés soumis à ce diktat. La faute au flux tendu, au stock trop cher, aux livraisons 24h chrono ...

Trop lourd

Le transport urbain, c'est avant tout une question de poids. Si le moteur dit « thermique » -le bon vieux moteur à piston- asphyxie certainement nos villes, le monde du véhicule électrifié est une jungle avec à ce jour une évidence : les batteries, entre autres, sont trop chères et surtout : trop lourdes. Démonstration.

Une voiture tout-électrique pèse a minima 1500 kg, soit environ 300 kg de plus qu'une thermique de même capacité de transport -je ne parle volontairement pas de puissance. La pollution résiduelle est peu atmosphérique en France, et elle reste invisible : c'est celle des déchets nucléaires, aussi transparents que les prix des médicaments remboursés intégralement dans votre pharmacie : peu importe puisqu'on ne les voit pas. Pari peut-être gagné pour la pollution des villes mais 300kg d'embonpoint, c'est l'équivalent en poids transporté de 4 adultes ! Et plus un véhicule électrique revendique d'autonomie, plus il est lourd en permanence.

En hybride rechargeable, le surpoids est à peu près identique au véhicule électrique : moins de batteries mais le moteur thermique est toujours là. Compte-tenu du prix de la technologie -dont celui de la batterie-, on observe sur le marché que ce moteur thermique est souvent plus basique, avec une efficacité énergétique inférieure aux moteurs récents et sophistiqués : consommation de carburant assez élevée, émission CO2 à l'avenant. Dès que le roulage en 100% électrique est épuisé, i.e. au bout de 50 ou 60 km au mieux, reste donc un véhicule plus polluant, car de motorisation souvent moins efficiente, et forcément bien plus lourd.

Les voitures hybrides non rechargeables souffrent exactement des mêmes remarques qu'au paragraphe précédent, avec une capacité de roulage en électrique plus limitée. Le moteur thermique alimente une batterie suffisante pour quelques kilomètres.

Ajoutons sur ces catégories d'hybridation qu'elles offrent souvent à prix fort une bonne conscience aux acheteurs de SUV et autres 4x4, tous plus lourds et moins aérodynamiques que les berlines basses équivalentes en capacité de transport …

En hybridation dite « légère », une batterie de petite capacité se recharge uniquement grâce au moteur thermique ou en récupération d'énergie à la décélération. On a alors un compromis un peu plus favorable, une batterie de faible poids et capacité suffit à un petit moteur électrique ou alterno-démarreur. Evidemment il n'est plus question de rouler en mode électrique, mais d'économiser le carburant au démarrage du véhicule à l'arrêt et en accélération, opérations fréquentes en ville et plus encore dans les bouchons, et qui font grimper très rapidement la consommation de carburant bien au-delà des données des constructeurs. Le surpoids dû à ce mode d'hybridation est contenu, les émissions diminuées.

Reste la pile à combustible … quand elle deviendra économiquement abordable, et que l'on saura disposer d'hydrogène produit pas trop salement dans suffisamment de points de distribution : pas demain en France !

Ce petit exposé est corroboré très à propos dans un article intitulé 'Voiture verte : faut-il acheter dès maintenant ?' sur autmobile-magazine.fr.

Tout ça reste catastrophiquement énergivore : la première cause, c'est bien le poids déplacé.

Quant aux prix des voitures « électrifiées », sauf hybridation « légère », ils restent bien plus élevés que les « classiques » à moteur thermique. Ce qui est imputable à une technologie coûteuse et à une dépendance sur les matières premières de fabrication qui augure mal d'une inversion de tendance. On peut tout-de-même aujourd'hui commencer à parier sur un bond technologique en termes de prix, poids et efficacité sur les batteries … dont les 2-roues électriques bénéficieront aussi !

Devenons légers ...

Un vélo électrique doté de 50 km d'autonomie, pèse 20 kilos, soit un rapport de poids transporteur/transporté de 1/4 ou 1/3 pour un individu moyen de 70kg. Ce rapport est encore plus favorable pour les trottinettes et autres engins légers, un peu moins pour un scooter de 70 kg pour lequel il vaut 1, ce qui reste dérisoire comparé à une automobile pour laquelle il est rappelons-le de 20 (vain !).

Le vélo électrique semble certes onéreux à l'achat mais reste 8 fois moins cher qu'une voiture citadine (à moteur thermique !). Le cycliste participe de surcroît physiquement à son propre déplacement avec un bénéfice bien établi pour sa santé et celle des autres, qui serait encore plus élevé avec une pollution aérienne diminuée. Il reste flexible dans ses horaires, grimpe les côtes sans effort, prend peu de place en ville, stationne gratuitement sans gêner à proximité immédiate de sa destination … et peut encore rouler batterie déchargée.

Pour transporter des objets, il y a pléthore d'équipements adaptés.

Reste un point-clé : le confort. Idée aussi bien ancrée que reçue. On se dit : « à quoi me sert ma voiture si je dois affronter la météo en vélo à chaque fois que je dois me déplacer ? ». Là aussi tout est question d'équipement : les grandes capes protègent très bien de la pluie, et l'offre de vêtements chauds est aujourd'hui bien étoffée pour l'hiver. En été, on a bien moins chaud en vélo électrique que coïncé dans une voiture climatisée au prix d'une pollution supplémentaire.

Et on oublie de se dire : « je déplace 20 fois mon poids, moi qui suis contre le gaspillage ! » ou « il fait beau aujourd'hui, je serais mieux à rouler dehors plutôt que bloqué dans ma voiture ! » ou « je suis co-responsable de ce que je respire dans ma ville, qui est peut-être en train de me tuer, moi ou l'un de mes proches, enfants, parents, générations à venir … ? ». C'est ça le confort ?


Moyenne des avis sur cet article :  2.05/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Jeekes Jeekes 17 décembre 2018 17:03

    ’’La problématique du transport urbain...’’

     

    Parlez-nous donc du transport tout court.

    De ces millions de poids-lourds qui sillonnent (et défoncent) nos routes.

    De ces portes-containers qui parcourent toutes les mers du globes.

    De ces usines flottantes qui baladent des gogos-branchés d’un port à l’autre.

    De ces milliers d’avions qui brouillent notre soleil pour emmener le citadin ’’prendre’’ l’air dans des pays exotiques à bas-coûts salariaux.

     

    Bon, pour le reste je préfère m’abstenir. Le vélo, la trottinette, la cape, les équipements ’’confortables’’ et toussa...

     

    Après tout s’il y a un marché pour les bobos-parigots, grand bien leur fasse !

     


    • Alain 17 décembre 2018 18:15

      @Jeekes
      On peut parler des poids lourds, des porte containers, des usines flottantes. Cela veut-il dire qu’on a pas le droit de parler des voitures ?

      Pour en revenir au sujet des voitures, l’article est plutôt juste. De nombreuses études de part le monde montre qu’en ville (et c’est bien de ce que parle l’article), les voitures sont à vitesse moyenne inférieure à un vélo.

      Je n’habite pas à Paris, j’habite une grosse agglomération. Ca n’empêche que c’est des embouteillages permanents sur certains axes du matin au soir. J’ai 3 kms à faire, je l’ai fait en vélo. Je double sans effort des dizaines de voitures qui sont au point mort sur des centaines de mètres. C’est effarant : seul dans leur voitures, et pour certains que quelques kms à faire. Je me demande commlent on peuyt supporter çà tous les matins et soir...Et puis, ils sont tous énervés. Ca klaxonne à tout bout de champ. Une vraie vie de merde pour un automobilisme.
      a ta décharge, il est vrai qu’en France, on a tout centré sur l’auto et qu’on a complétement occulté les bus, les trains, les tramways, et tout ce qui est alternative à la voiture. tout cela a été relégué à un niveau secondaire même si les communications de nos élus disent le contraire.

      A lire :
      http://carfree.fr/index.php/2008/02/02/lideologie-sociale-de-la-bagnole-1973/


    • égorgedéployée 18 décembre 2018 10:06

      @Jeekes
      Je suis totalement d’accord avec vous, je suis ici resté concentré sur ce qui à la portée du citadin.


    • Jeekes Jeekes 18 décembre 2018 18:01

      @égorgedéployée
       
      Je ne cherche pas à démolir votre article, il y a du vrai.
      Mais pas que...
       
      Vos préconisations ne sont pas, tant que ça, à la portée de n’importe quel citadin.
      Vous oubliez tout ceux qui ne peuvent pas (trop vieux, trop jeunes, handicapés, etc.) se déplacer en vélo, en trottinette. 
      Vous oubliez les femmes avec enfants.
      Vous oubliez qu’un caddy de course ne tiens pas sur un porte-bagage.
      Vous oubliez qu’on ne peut pas transporter 3 packs de flotte, un pack de lait, les courses pour la semaine et la poussette du petit dernier dans les transports en commun.
      Quand à la voiture électrique, vous oubliez son coût insensé à l’achat et à l’usage. Sans parler de son bilan pollution désastreux à la fabrication et à l’utilisation...
       
      Enfin, bref. Le mieux étant l’ennemi du bien, il faut surtout se méfier des généralisations, et des solutions qui semblent par trop évidentes.
      Applicables à certains, mais certainement pas à tout le monde...
       
      Et pour revenir à ma précédente intervention, je rappelle que l’essentiel de la pollution n’est pas le fait de ceux qu’on accuse si facilement !
       


    • égorgedéployée 18 décembre 2018 18:34

      @Jeekes
      Je suis bien conscient que l’usage du vélo électrique a ses limites ... et si je n’ai pas parlé du coût prohibitif des véhicules électriques (et hybrides d’ailleurs), j’en dénonce sans équivoque le surpoids !
      Je pense juste que l’air des villes serait bien plus respirable si une large majorité de conducteurs seuls dans leur voiture faisant leur aller-retour domicile-travail utilisait un véhicule électrique léger ; je ne vais pas jusqu’à évoquer le réchauffement climatique,


    • Croa Croa 19 décembre 2018 13:21

      À Jeekes,
      « Vous oubliez qu’on ne peut pas transporter 3 packs de flotte, un pack de lait »
      En ville t’as pas besoin d’acheter en gros. Tu prends tous les jours ta bouteille de flotte et ta bouteille de lait en bas chez l’épicier arabe.
       smiley Et Voilà smiley


    • JC_Lavau JC_Lavau 19 décembre 2018 13:30

      @Croa. Pas plus que je n’ai besoin que mes tomates mûrissent toutes en même temps. Mais elles ne m’écoutent pas.



      • Jeff Parrot Jeff Parrot 17 décembre 2018 18:22

        L’auteur rapelle les bases, l’energie depensee et donc la pollution est en rapport direct avec le poids deplace.

        On peut imaginer (enfin rever quoi smiley ) une loi avec une taxe progressive en fonction du poids du vehicule, pareil pour les peages


        • égorgedéployée 18 décembre 2018 10:09

          @Jeff Parrot
          Une taxe fonction du poids (conditionne le frottement solide, donc en ville) et du SCx (conditionne le frottement fluide : l’aérodyamique, donc sur autoroute) : ce serait effectivement le bon sens moral, à contre-sens total de la mode du SUV !


        • Citoyen de base 17 décembre 2018 21:00

          Bon article. Mon VAE, un excellent Moustache Samedi 28 me donne effectivement une moyenne de 20 km/h en IDF. Autonomie de 70 km en jouant du dérailleur comme un vélo normal et sans chercher à « taper dedans » quand ça monte. Tout ça pour une conso moyenne de 7 Wh/km, soit 35 kWh pour 5 000 km annuels. A 15 cts le kWh je paie donc la somme royale de 5,25 € pour une année ! En plus je pédale agréablement et c’est bon pour ma santé. Bref, que du bonheur.

          Bon, après ça reste un vélo. Au delà de 15/20 km ça commence à faire un peu loin, mais on peut s’organiser. Donc un excellent moyen de transport urbain et péri-urbain. En fait vous avez tout dit : le poids c’est l’ennemi et 20 kg de vélo reste très raisonnable pour transporter 75 kg de viande.  smiley


          • velosolex velosolex 18 décembre 2018 11:06

            Le mieux ce serait de revenir au canasson et à la charrette. Ecologique, et apportant de l’engrais pour le jardin. De plus, le cheval soigne au mental, et vous raccompagne à la maison en guide automatique quand vous êtes bourré. Très esthétique, évidemment. Les peintres ont beaucoup perdu depuis sa disparition


            • nono le simplet nono le simplet 18 décembre 2018 11:15

              le plus simple serait que les gens dorment sur leur lieu de travail ...

              c’est vrai quoi ! les fonctionnaires le font depuis longtemps et ça marche très bien !


              • nono le simplet nono le simplet 18 décembre 2018 19:30

                @nono le simplet
                et je reçois 4 zétoiles pour cette ânerie ... ppffff


              • Doume65 18 décembre 2018 15:13

                « Il faut peut-être aujourd’hui se demander s’il est raisonnable ou même concevable de déplacer 1400 kg pour un individu de 70 kilos »

                Ce qui déplace la voiture, c’est le moteur. 80 kilos en gros. Le reste protège le conducteur, et éventuellement ses quatre passagers.

                Un scooter 125 cc3 consomme litres aux cent, à peine moins qu’un diesel moderne. J’ai dernièrement loué une Clio avec laquelle j’ai fait 950 km avec 36 litres, avec mon épouse et nos bagages qu’on aurait pas pu emporter sur un scooter. Maintenant, sortir de son parking son gros SUV

                pour aller chercher son cher (très cher) petit à l’école à 800m, c’est sûr, faut arrêter.


                • Croa Croa 18 décembre 2018 15:41

                  20km/h c’est en centre-ville, pas partout en ville, mais en moyenne ce n’est pas beaucoup plus de toute façons. Effectivement il existe des quartiers de certaines villes qui se traversent plus vite à bicyclette qu’en automobiles !

                  *

                  En fait les automobiles actuelles sont faites pour voyager, pas pour faire de la ville. Et même comme objets de voyage elles sont plutôt trop lourdes et trop puissantes avec des vitesses de pointe dépassant allègrement les vitesses autorisées. Avant même de passer à l’électrique il faudrait voir à alléger tout ça !


                  • gaijin gaijin 18 décembre 2018 17:19

                    « L’auto en ville »

                    putain encore un qui est trop intelligent

                    la france est un pays rural !

                    c’est trop compliqué ?

                    RURAL

                    le sonotone il est pas livré avec les cours de sémiologie ?

                    R U R A L !

                    le centre ville on y va pas ( enfin a part pour foutre le feu smiley smiley ) ...rien a foutre de toute façon de l’argent a dépenser on en a plus ...

                    wakarimasu ka ? .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès