• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > 2019, Révolte ou révolution électorale ?

2019, Révolte ou révolution électorale ?

 

Comme nous l’avions écrit fin 2018, le 23 Avril 2019, jour de dépôt des candidatures pour l’élection européenne (jusqu’au vendredi 3 mai) représente la date limite que nous avions laissé à chaque parti pour remettre leurs avis et propositions concrètes de sortie de crise. Un exercice de communication qui ne consiste pas à ressortir leurs vieux programmes dogmatiques éculés qui ont tant desservi le pays. Ils doivent tous accoucher d’un texte propositionnel en réponse à la forte demande populaire exprimée par un « dégagisme » non encore assoupis. Passée cette date, les frustrations populaires pourraient se cristalliser dans la rue ou/et dans les urnes. Les apparatchiks conservateurs de tous partis qui joueraient avec la montre et prendraient les français pour des imbéciles, joueraient clairement avec le feu.

Le Grand Débat National a de facto reconnu et soutenu notre demande de l’indispensable dialogue direct avec les citoyens et de remise à plat de dossiers sujets à polémique. Malgré les violences, les obstructions et les appels au boycott d’un côté, malgré les limites et les censures imposées de l’autre, ce débat général a été néanmoins à la fois une réussite et objectivement fécond.

 

Certains modes décisionnels centralisés, opaques, autarciques, avec évidentes insuffisances de démocratie, de communication, de transparence, de consultation des corps intermédiaires, d’interrogation des institutions démocratiques nationales et locales ont été soulignées (la gestion occulte du discrédité Pacte de Marrakech sur l’immigration n’était, hélas, pas le seul indice de dysfonctionnement de notre Veme République). Les élus locaux qui s’étaient sentis délaissés voire méprisés pendant la période 2017-2018, devenus chevilles ouvrières de cette vaste consultation citoyenne, ont ainsi vu leur utilité et leurs doléances affichées au grand jour.

Pour la première fois, un débat sérieux est envisagé sur nombre de dossiers oubliés jusqu’ici : représentation des usagers dans les Conseils d’Administration des services publics (privatisés ou non), plafond institutionnalisé des prélèvements obligatoires (une sorte de bouclier fiscal élargi aux charges sociales), taxation de l’énorme flux de produits spéculatifs toxiques (appelés « dérivés » et gérés hors bilan par les banques), transparence sur l’énorme budget de 11 milliards d’Euros sur la filière EPR (en 11 ans, sans produire un watt d’électricité !), etc.

 

Cependant, la prolongation du débat national a été ressentie comme une manœuvre dilatoire afin de retarder les prises de décisions gouvernementales (certaines estimées urgentes). Gouverner, c’est effectuer des choix. A force de reports et de procrastinations, l’absence de compte-rendu synthétique officiel et surtout l’absence de décisions du gouvernement empiètent maintenant sur la campagne électorale des européennes. A cette absence du programme gouvernemental « réactualisé » tant attendu pour la France, s’ajoute une caricaturale absence de programme « réactualisé » pour l’Europe ! Lors du lancement officiel de la liste « RENAISSANCE » le 30 Mars, les participants (bien moins nombreux qu’à la présidentielle : 3.000 seulement, en comprenant les bus régionaux, les ministres, sénateurs, députés, élus LaREM et partis « associés », ainsi que les nombreuses forces de sécurité) ont découvert que le programme électoral européen n’était pas prêt. Le programme censé unifier ces partis associés et ce premier lot de 30 candidats de « rassemblement » ne sera pas disponible avant mi-avril ?!..

A cela, s’est ajoutée la déception de découvrir que la tête de liste Nathalie LOISEAU a le charisme électoral d’une huitre. Cette ex Ministre des Affaires Européennes (du 21 Juin 2017 au 27 Mars 2019), ex Directrice de l’ENA (de 2012 à 2017), n’a guère brillé sur plusieurs dossiers européens. Cette fade bureaucrate a été cependant absoute de ces échecs européens successifs, au prétexte que les décisions européennes ne relèvent pas de son autorité mais de l’unanimité des chefs d’Etats. Hors, à la fin de son long et ennuyeux discours (un discours ânonné de répétitifs « merci Alain Juppé, merci Edouard Philippe, merci Richard Ferrand, merci Jean-Yves Le Drian, merci tel candidat, merci telle candidate, etc. », presqu’une trentaine de remerciements soporifiques pour remplir un discours d’un creux abyssal), qu’annonce t’elle ? La mortelle poursuite de la politique erronée antérieure qui a tué l’Europe ! « Madame bigorneau » refuse toute Europe à géométrie variable !

 

A ce moment précis, mon envie d’assoupissement prit fin et mon sang ne fit qu’un tour. Car c’était pour nous un nouvel éclatant refus d’écoute des citoyens français et des peuples d’Europe qui en ont vraiment marre de l’impuissance et de l’incompétence. Son message européen n’est rien moins qu’une déclaration de guerre à toutes les Nations qui ne supportent plus cette impuissance tatillonne stérilisatrice de technocrates européens non élus... comme elle !

►˜ Alors que l’unanimité dans certains votes d’importance est maintenant reconnue comme la cause de crétines inerties européennes dans nombre de dossiers sensibles,

►˜ alors que pour cette raison, l’Europe à géométrie variable existe de facto déjà (Le Conseil de l’Europe : 47 membres. l’Union Européenne : 28 et bientôt 27 membres. L’Euro : 19 membres. Eurosur : 18 membres + la Norvège. Frontex : 19 membres avec la Norvège et l’Islande pourtant non membres de l’UE. Etc.).
˜► alors que nous préconisons depuis longtemps un système d’agences souples et autonomes (avec parfois 8, 18, 28 ou 38 membres) pour sortir des divers blocages (voir articles Agoravox précédents),

˜► alors que certains pays commencent à s’intéresser à ce dispositif qui permet d’entrer ou de sortir d’une collaboration concrète sans connaitre le complexe traumatisme du BREXIT,

█ voilà que cette terne bureaucrate bécassine (évidente erreur de casting électoral pour une soit disant renaissance de l’Europe) préconise le retour à l’étouffante et castratrice unanimité. Cette unanimité qu’elle avait plusieurs fois recherchée en 2017 et 2018 et qui avait déjà volé en éclat, notamment à l’occasion du sulfureux pacte de Marrakech dont elle a été complice avec Jean-Yves Le Drian (ce fameux beau pacte « unitaire » pour une immigration ordonnée et régulière, spectaculairement rejeté notamment par l’Autriche, l’Italie, la Bulgarie, la Croatie, la Hongrie, la Pologne, la Serbie, la Slovaquie, la République tchèque, la Suisse, le Danemark, les Pays-Bas, etc.). Ont-ils fumé un joint avant de nommer cette caricature symbolique de l’échec européen et de l’autisme bureaucratique ? 

 

En repoussant la date de parution de la synthèse du Grand débat national,

en tardant à prendre certaines mesures gouvernementales attendues et urgentes,

en hésitant à présenter un programme de gouvernement pour relancer le pays,

en repoussant à la mi avril la rédaction d’un programme pour également relancer l’Europe,

en proposant une liste « Renaissance » avec cette ligne politique européïste conservatrice qui a tué l’Europe,

en rejetant le débat sur nombre de dossiers sensibles (parfois explosifs),

veulent-ils alimenter une nouvelle flambée de révoltes (et à un tout autre niveau) pour 2019 ?

 

Bien qu’étrangement exilé au fin fond d’une zone dégradé du 9-3,

(un dock au métro Front Populaire… ; défense de rire. Aubervilliers a sans doute semblé plus sécuritaire pour LaREM que Paris le samedi)

ce meeting de lancement n’a pas été totalement raté.

1) Les 29 autres candidats, majoritairement novices en politique, m’ont semblé sympathiques, avec une bonne teinture équilibrée, rafraichissante, de jeunesse et d’écologie.

2) Quelques centaines de notre plaquette 4 pages ont pu être distribuées à l’entrée en début de meeting.

3) Une poignée de rencontres faites sur place avec des militants LaREM bien moins dogmatiques que ceux des autres partis et en sincère recherche de solutions (je répète que le travail et la dévotion des marcheurs sont admirables).

4) J’ai été interviewé deux fois dans la salle, à la mi-temps, par deux équipes vidéos différentes. Dans les deux cas (malgré deux questions politiquement orientées), j’ai pu transmettre le même message ayant motivé ma présence, ma mission politique du jour : il faut absolument rendre la copie du Grand Débat National avant ou pendant la campagne des européennes. Le mélange pouvant même en être fécond puisque nombre de dossiers sont à la fois français ET européens. Attendre la fin de l’élection européenne serait catastrophique, tant au niveau électoral que dans la rue. Espérons « qu’en haut lieu » nos messages d’avertissement, verbaux et écrits, seront bien reçus à temps cette fois-ci...

 

En attendant la date butoir du 23 Avril, nous poursuivons notre communication d’alerte (il en devient presque lassant d’avoir toujours raison longtemps à l’avance). Sans oublier nos traditionnels tractages sur les pare-brises parisiens, bien entendu.

NB/ Des cartons de ramettes demeurent disponibles. Notre dernière plaquette 4 pages récapitulant 8 de nos 14 points programmatiques est assez bien accueillie ; peut-être en raison de la frustration du public de ne voir aucun tract programme des grands partis parlementaires…

 

Nous demeurons disponibles pour toute ébauche d’action européenne commune, y compris avec des Gilets jaunes non violents, sous les conditions que nous avions déjà énoncées le 30 novembre 2018 : 

►˜ de l’ordre dans le programme et

►˜ de l’ordre dans les manifs.

Il ne sert à rien de tenter d’unir des extrêmes incapables de se mettre d’accord sur un programme. D’autant que nous, les bouledogues de la Républiques, les damnés de la terre, nous ne souhaitons pas la démission d’Emanuel Macron que nous soutenons (car il respecte ses engagements électoraux et qu’il est peut-être ouvert à d’autres réformes). C’est la démission de son Premier Ministre Edouard Philippe que nous réclamons, car il a aveuglément renié « droit dans ses bottes » (jusqu’à la violente révolte populaire antifiscale) l’engagement de baisse des prélèvements obligatoires.

Les choses doivent être claires dès le départ :

Le programme commun à cette élection européenne doit être globalement exportable en Europe.

Pour nous, il ne sert à rien de tenter de vendre la restauration de l’ISF aux électeurs et à l’Europe alors que la France a été la seule à expérimenter cette désastreuse mesure démagogique (voyez la F.I. pro Maduro qui s’effondre dans les sondages malgré son matraquage médiatique sur ce sujet et sa présence invasive insurrectionnelle dans les Gilets Jaunes). Comment prétendre sérieusement défendre l’industrie française, les emplois, les pauvres, les retraites, etc., si on refuse de taxer la gigantesque masse des produits spéculatifs « dérivés ». Comment sérieusement prétendre instaurer la démocratie citoyenne en refusant par ailleurs la représentation des usagers dans les conseils d’administration des services publics (privatisés ou non), etc, etc. Nous voulons travailler avec des gens sérieux, honnêtes et non violents. Au leader FI et historien de réputation, je réponds « impossible n’est pas français » et « paix aux êtres de bonne volonté ». Le dogmatisme et la violence sont mauvaises conseillères. La France a besoin d’une gauche reprenant ses esprits et capable d’autres choses que ces stériles divisions et répétitives « union de la gâche ».

 

Conclusion :

Nous avions déclaré être prêts à travailler sur un programme électoral commun et nous le sommes encore.

Nos maigres moyens nous en ont hélas imposé la frustrante expérience (y compris avec ces insupportables compromis que la médiocrité politicienne impose depuis des décennies au peuple en souffrance.

 

En raison de l’urgence qu’un atelier programmatique « commun » se mette au travail sérieusement et aboutisse médiatiquement avant le 23 avril,

malgré notre notoire pauvreté,

nous acceptons le « starter » non remboursable de 10.000 Euros pour participer au tour de table sélectif. Une mise au pot demandée à chacun des groupes acceptant de participer au premier tract préélectoral symbolique commun. Un tract de « Gilets bariolés* » probablement catalogués de « barjots » en raison de leurs misérables moyens. Certes c’est une action à risque, mais elle aura au moins le mérite d’offrir une expression de minorités dans un message écrit d’espoir et de propositions complémentaires à celles des partis ayant mal fait leur boulot depuis 30 ans. 

 

Bienvenus au rassemblement républicain de citoyens « d’en haut et d’en bas », de tous partis, dévoués et sérieux, avec ou sans dents, pour distiller quelques idées communes afin de redynamiser la France et l’Europe.

 

 

(NB/ *Des couleurs bariolées censées représenter la variété des minorités politiques pacifiques autres que celles de l’extrémisme, entre l’extrême gauche et l’extrême droite. Aujourd’hui globalement démasqués, ceux-ci ne voudront d’ailleurs pas de notre tract collectif, puisqu’ils ont déjà leurs propres partis en arrière plan et qu’ils feront à nouveau tout pour nous intimider et nous empêcher de diffuser nos propres propositions).

 

Rappel technique :

Cette année, liste de 79 candidats au lieu de 74 (sur 751 sièges pour toute l’Europe, à cause des sièges récupérés sur les britanniques victimes du BREXIT). La déclaration de candidature est déposée au ministère de l'Intérieur, sur papier libre, au bureau des élections et des études politiques (11 rue des Saussaies, 75008 Paris). Le coût du papier, de l’impression des bulletins de vote, affiches, circulaires ainsi que les frais d’affichage sont remboursés aux partis qui ont obtenu au moins 3 % des suffrages exprimés (et non 5% comme certains continuent à répéter intentionnellement ou non). La répartition des sièges est par contre réservée aux listes ayant dépassé 5% des voix (soit 4 élus au minimum).

 

Documents joints à cet article

2019, Révolte ou révolution électorale ?

Moyenne des avis sur cet article :  2.29/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • acab2 3 avril 11:13

    Je ne peut rien vous dire sans vous blesser. Pardonnez moi. Si vous ne voulez pas étre blessé, ne lisez pas. Si vous voulez passez ce qu’il reste de votre vie dans l’illusion d’avoir bien bossé, ne me lisez pas.

    C’est l’histoire d’un imbécile, qu’on as pistonné a un poste de supervison, pour avoir le champ libre. Assez malin pour donner le change, assez orgeuilleux pour se croire valeureux en « charisme » ou en « leadership » pour justifier sa promotion, mais pas assez pour faire le boulot, pas assez pour comprendre les choix éclairés des autres.

    Je ne te déteste pas, je ne t’en veux pas, méme si je te nivellerai a la retraite minimum comme tout les enculés de moindre rang qui me tomberons sous la main, n’y vois aucune « punition », ce n’est qu’un traitement réglementaire, t’est riche t’est con, bzzzzzz, tampon halal/casher/bio bon retour dans le monde reel.

    Mais tu dois comprendre que notre monde, le système. Pas hkln/exagon, pas l’exagone et l’europe, le vrai système idée, le système de domination morale point a point, qui se trouve répart dans les cerveaux. Il est essentiellement basé sur des cons comme toi. Sur la « coopération incompétant ».

    Une bonne partie de l’adminstration étatique et partisane est pleinne de gents comme toi, de braves couillons qui ne voit rien des trafics dans la compta, qui ne voient rien des surfacturation, qui ne voient rien des emplois fictif, c’est encore mieux qu’un complice corompu, un directeur idiot.

    Désolé pour ton égo. Ta petite vie, n’en est pas moins une vie :)

    ++


    • Gabriel Gabriel 3 avril 13:07

      Vu votre âge avancé et vos expériences politiques décevantes passées, on aurait pu enfin espérer de votre part une lueur de compréhension sur ce système dévoyé, corrompu et entièrement sous religion monétaire et financière, mais hélas, il n’en est rien ! Comme vous le faisais remarquer très justement acab2, vous faites parti de ces idiots utiles qui font perdurer ce système imbécile et suicidaire en croyant béatement le modifier. 


      • ticotico ticotico 3 avril 13:25

        En plus vous proposez comme avancée immédiate la démission du bras droit, ce pauvre benêt d’Édouard Philippe, qui n’a fait qu’exécuter les ordres...

        Le macronisme n’est pas sauvable... Serez vous le dernier à constater qu’à part une entreprise de pillage en bande organisée, ce regrettable épisode de notre histoire ne poursuit aucun but assimilable à du bien commun ?


        • REMY Ronald REMY Ronald 3 avril 14:05

          @Gabriel, @ticotico

          Personne n’est en droit d’interdire aux damnés de la Terre, avec ou sans dents, SDF ou non, aux retraités fatigués et arnaqués, aux veuves flouées, au jeunes exclus et désespérés, etc., d’exprimer leurs doléances.

          Avec les maigres moyens à notre disposition.

          En toutes occasions.

          Avec ou sans Gilets jaunes.

          Avec ou sans élections.

          Y compris élections européennes.

          D’autant que les donneurs de leçon n’ont jamais pris la peine de relayer nos revendications (la totalité des professions de foi que vous avais reçues dans vos boites aux lettres en sont la preuve).

          Le mépris, les insultes, les moqueries et les menaces anonymes n’empêcheront pas notre expression citoyenne. Notre objectif est de réfléchir collectivement, de faire des propositions concrètes, de fédérer sur certaines idées de manière trans-partis et de redonner courage aux compatriotes tentés par la désespérance.

          A+ pour le débat réfléchi.

          Cordialement.


          • Gabriel Gabriel 3 avril 17:01

            @REMY Ronald
            A vous battre avec leurs armes, vous ne faites pas le poids. Avec les chiens enragés il faut des loups si vous ne l’avez toujours pas compris, c’est triste. Eux, ils se foutent de la vérité, de la justice et de l’équité. Vous faites une partie de poker menteur avec des voleurs, vous n’avez aucune chance et vous perdez votre temps mais bon, cela vous regarde... Deux choses, il n’y a aucunes insultes ou mépris de ma part vous concernant juste de l’étonnement devant autant de candeur puis, question de se battre pour que cela change, nous faisons aussi parti des gilets jaune... 


          • REMY Ronald REMY Ronald 3 avril 18:57

            @Gabriel
            Avec sa cape Gilet jaune XXL, mon fils de moins de 7 ans a fièrement distribué dès le début dans les rues en marge des manifs parisiennes. Un jeu pour le seul enfant de France capable de donner une sommaire définition des produits « dérivés ». Un jeu avec aussi le sentiment d’être utile. 
            .
            Le même sentiment d’utilité que moi, qui investit beaucoup de mon temps à écrire et mes maigres moyens à imprimer. D’un certain côté, je suis peut-être aussi naïf que lui ; sans doute parce que cette naïveté peut faire du bien à l’âme ; ou simplement faire oublier les insurmontables montagnes de difficultés et de conneries humaines de la base au sommet de cette société malade.
            .
            Mais même si la tâche est à la limite de l’impossible,
            §&B***** de bon sang de M*****&§,
            (cela fait du bien du jurer ou de renverser une table, de préférence en privé)
            c’est pour nos gosses et les générations suivantes que nous nous battons !
            .
            NB / Dans la masse des millions de chômeurs et de chômeurs retraités, il devait fatalement y avoir des « mutants » aux ressources ignorées. Des ressources parfois peu imaginables. Il est vrai qu’un effondrement psychique complet peut atteindre un citoyen de n’importe quel milieu professionnel (pour cause de maladie ou autres). La dépression peut isoler socialement pendant 10 ou 20 ans. Puis, parfois, des facultés reviennent. Ces « mutants » n’ayant rien à perdre peuvent s’organiser et être très utiles le moment venu.
            .
            Dans l’attente de débattre du comment transformer une fraction de ce « vaste bordel allant dans tous les sens » en une force hétérogène coordonnée et efficace
            (crainte par ceux qui ont beaucoup à perdre...)

            A+
            Cordialement.


          • REMY Ronald REMY Ronald 8 avril 21:48

            Depuis 30 ans, au lieu de se contenter de critiquer, notre humble petit groupe « VLC » s’était toujours évertué à faire des propositions concrètes constructives.

            La remarque par courriel de certains d’entre vous sur ma virulente critique de la tête de liste « Renaissance » (LaREM) mérite donc attention.

            Effectivement, rester sur une simple critique abrupte ne nous ressemble pas.

            .

            Voici par conséquent une proposition constructive

            (et même objectivement salvatrice à la fois fois pour Emmanuel Macron et pour l’Europe) :

            Le Président de la République devrait imiter ce qu’avaient fait les Verts lors de la présidentielle de 2002 (le candidat des Verts Alain Lipietz avait été destitué au pied levé en pleine campagne et fructueusdment remplacé par Noël Mamère).

            .

            Dans ce cas précis, Nathalie LOISEAU ne serait pas retirée de la liste et resterait en 2eme place.

            Pour mener l’indispensable réforme en profondeur des institutions européennes, il faut une personnalité politique expérimentée connaissant parfaitement ces institutions. Pourquoi pas un célèbre trublion du Parlement Européen au caractère bien trempé, indépendant des lobbies et capable de mobiliser les autres parlementaires autant que les médias. Je vous propose :

            Daniel Cohn-Bendit

            Comme le programme des européennes n’est pas encore prêt, cette « modification » de liste pourrait être annoncée médiatiquement en même temps que la future sortie du programme européen de « Renaissance » (prévue entre le 15 et le 20 Avril).

            Un tel chamboulement de dernière minute ferait le « buzz », un véritable coup de tonnerre médiatique, et relancerait une campagne actuellement soporifique. Quelques Gilets Jaunes macroniens participerait intelligemment à la relance de cette liste...

            Mais tout cela nécessite de l’écoute « transversale », de la réflexion « collective », du courage et un esprit véritablement disruptif...

            A suivre.

            On se tient au courant...


            • REMY Ronald REMY Ronald 10 avril 00:00

              Une demande de précision.

              J’y réponds :

              « En Marge » propose une campagne nationale trans-partis appelant à des réformes explicites, concrètes et urgentes des institutions européennes.

              Malgré notre pauvreté notoire, nous sommes prêts à contribuer jusqu’à 10.000 € pour la financer.

              .

              Il est proposé à chaque parti et groupe associatif acceptant de cogérer cette campagne de contribuer au moins à ce niveau.

              .

              L’objectif serait de lancer une véritable renaissance institutionnelle, économique, scientifique et culturelle de l’Europe. Un idéal, un message d’espoir à toutes les générations de toutes nationalités.

              .

              Les gilets jaunes, verts, rouges, bleus ou « bariolés* » de bonne volonté seront les bienvenus au futur rassemblement républicain trans-partis pour réfléchir et distiller des idées communes redynamisant à la fois la France et l’Europe.

              .

              * Des couleurs bariolées censées représenter la variété des minorités politiques pacifiques autres que celles de l’extrémisme, entre l’extrême gauche et l’extrême droite. Celles-ci ne voudront d’ailleurs pas de notre tract collectif. Mais si elles s’avèrent intéressées par une démarche réformiste, elles seront sincèrement invitées à oeuvrer au grand débat public européen (GDPE). 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès