• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > 3ème Partie : Une campagne de vaccination contre la méningite à Bergame en (...)

3ème Partie : Une campagne de vaccination contre la méningite à Bergame en Lombardie en hiver 2019/2020

Lombardie Méningite {PNG}

Dès Octobre 2019, il semble que des cas de méningite, ou peut être d’une forme de pneumonie rare, auraient été observé en Lombardie mais le fait n’est pas très bien documenté. Une télé chinoise a même diffusé cette interview de la télé italienne d’un médecin italien décrivant ce fait : Giuseppe Remuzzi, directeur de l’Institut Mario Negri de Recherches Pharmacologiques de Milan, la détection d’un type de pneumonie rare dès Octobre 2019, mais sans plus de détails : https://www.youtube.com/watch?v=RhoWUOayD6I&feature=youtu.be

L’Italie a dû faire face à 5 cas de méningite à l’Automne 2019, avec des symptômes bien connus et rapidement identifiés, des patients très vite isolés, et une contagion ainsi très limitée.

Il y a d’autres pays qui ont aussi fait face à des cas de méningites mais à une échelle encore plus faible. En Italie c’est tous les ans depuis 2011, et en général, l’approche employée a toujours été des campagnes de vaccinations plus ou moins grandes dans la région où sont apparus les cas. On a observé jusqu'à 150 et 200 cas par an, en général l’hiver, en Lombardie. En Toscane, c’est seulement une trentaine. 

Il n’y a pas vraiment de cause connue à ça. Certains ont soupçonnés des migrants illégaux africains mais cette hypothèse est mise à mal parce qu’il ne s’agit pas d’une souche de méningite comme celles qu’on trouve en Afrique.

Voici la chronologie de l’épidémie de méningite en Lombardie, et plus particulièrement dans la région de Bergame, en hiver 2019/2020 et la campagne de vaccinations qui a suivi (source : Presse locale italienne en italien, traduction en ligne. Tout est vérifiable de sources multiples)

  • Le premier cas signalé officiellement et documenté a présenté les premiers symptômes le 2 décembre 2019 et est mort le jour suivant d'une septicémie à méningocoques. La personne infectée n'a pas été vaccinée contre le méningocoque de type C (Men C). Les autorités sanitaires locales ont envoyé la souche au laboratoire national de référence du SSI pour le génotypage des méningocoques et en tant que centre national de coordination de la surveillance des maladies bactériennes invasives.
  • Le deuxième cas non mortel n'a pas non plus été vacciné contre le type C. Après avoir vérifié le génotype du premier cas, en envoyant l'échantillon au SSI, l'Agence de protection sanitaire de Bergame (ATS) a lancé une campagne de vaccination de masse en plus de la chimioprophylaxie pour les contacts proches des patients afin d'offrir une vaccination gratuite contre la Méningite C à la population de la zone concernée âgée de 11 à 60 ans.
  • Le troisième cas a été signalé le 21 décembre 2019 et s'est révélé positif pour le Meningococcus C et la même souche que les deux premiers cas.
  • Le quatrième cas a présenté les premiers symptômes le 2 janvier 2020 et est mort le 3 janvier. Dans ce cas également, il s'agit d'une infection à Men C.
  • Le cinquième cas, en revanche, n'est pas lié aux quatre premiers, ayant été causé par un méningocoque du sérogroupe B.

Tous les cas sont apparus dans la même zone géographique en l'espace d'un mois, mais comme les autorités sanitaires interviennent rapidement et massivement, l'épidémie peut être circonscrite, ce qui permet d'éviter une épidémie à grande échelle. Toutefois, il convient de souligner que puisque le vaccin commence à faire effet 15 à 20 jours après son administration, de nouveaux cas peuvent apparaître jusqu'à ce que la vaccination de la population locale commence à faire effet. Il est également important de considérer que dans le cas du méningocoque, la vaccination est particulièrement adaptée comme forme de prévention car, en cas d'infection, le délai entre l'apparition des symptômes et le développement de la maladie est très rapide.

Article italien sur la campagne extraordinaire de vaccination contre la méningite à Bergame en Janvier 2020 : https://www.varesenews.it/2020/01/ventimila-vaccinazioni-meningococco-c-un-evento-senza-precedenti/889249/ : 20000 doses, offerte notamment aux employé de 25 entreprises, 14 unités spéciales temporaires mises en place pour l’administration des doses. 

50% des habitants de Bergame sont vaccinés dans la 1ère semaine de Janvier 2020 (soit 34 000 personnes)

Il est à noter que le principal vaccin utilisé est un vaccin cher, le “Menveo” de la société GSK (GlaxoSmithKline)

Il est aussi intéressant de mentionner les liens nombreux entre cette société, GlaxoSK, et la fondation Bill & Melinda Gates. Cette fondation a fait des donations très importantes et régulières à GSK ces 15 dernières années, et a notamment, entre autres, subventionné des vaccins pour la méningite en Afrique. Il y a eu pas mal de controverses, et de problèmes aussi, mais ce n’est pas le propos ici, et ce serait trop long de le détailler. On signalera simplement le scandale du programme PATH en Afrique qui a donné lieu à des procès. Il y a eu aussi plusieurs cas très clairs de collusions ou d’anciens employés de GSK ont pris d’importantes responsabilités dans la fondation Gates et vice-versa. Voire l'exemple le plus proéminent de Tachi Yamada, bien connu et documenté, ancien directeur R&D chez GSK, avant de devenir directeur de la section santé de la fondation Gates ! Quand on connaît aussi l’influence et les liens de cette fondation Gates avec l’OMS, on est vraiment en droit de se poser quelques questions.

Maintenant, encore une fois, corrélation n’est pas causation, mais quand même, il paraît assez opportun de faire quelques rappels sur l'épidémie de Coronavirus en Italie, et particulièrement en Lombardie, et à Bergame.

  • Jusqu’à ¾ des malades italiens ont été en Lombardie et particulièrement la région de Bergame. Avec l'évolution de l'épidémie ces dernières semaines, le chiffre tend plutôt maintenant vers la moitié.
  • Le patient 0 italien n’a pas encore été confirmé. Il y a des hypothèses sur 2 touristes chinois à Rome, et d’autres sur Milan, de businessman de retour de Chine, etc.... La date non plus n’est pas très claire. Selon toute vraisemblance, le virus aurait déjà été présent en Italie dès le mois de Janvier.
  • Une certaine presse a soupçonné des quartiers avec communauté chinoise implantés depuis des décennies en Chine mais rien n'accrédite ces hypothèses, et au contraire, elles n’ont pratiquement pas, voire pas du tout été touché.
  • Les foyers épidémiques italiens sont pour l’instant considérés comme séparés (Venise, Milan, Bergame, etc...)
  • La majeure partie des victimes sont des personnes âgées, et avec maladie(s) pré-existante(s)
  • Il y a eu plus de victimes en Italie que d’après les chiffres officiels de Chine.
  • Il n’y a pas pour le moment de cause officielle à la situation “particulière” lombarde. La Lombardie est très bien équipée en hôpitaux et n’a pas de caractéristiques particulières comparée aux autres régions qui pourraient facilement expliquer ce qui a été observé. La seule possibilité évoquée est la pollution : il s’agit d’une zone très polluée même comparée à toute l’Europe

La Sardaigne est une région d’Italie qui a étudié de possibles risques des vaccinations de la méningite : https://www.vaccinarsinsardegna.org/en/science-knowledge/vaccination-benefits-and-risks/vaccinating-against-bacterial-meningitis

Voici un article belge sur ce sujet des vaccins anti-méningite http://initiativecitoyenne.be/article-meningite-c-le-vaccin-plus-risque-que-la-maladie-les-chiffres-sont-la-111050253.html

Des études existent sur des possibles aggravations de risques dus aux bactéries après des campagnes de vaccinations. Mais c’est un domaine de recherche controversé. 

Une question légitime est de se demander si il y a eu d’autres campagne de vaccinations de cette amplitude en Europe par exemple ces dernières années. La réponse est que oui il y en a eu, mais peu, et souvent d’ampleur moins large. Par exemple, suite à 2 cas de méningites à Dijon en France à l’automne 2018, il y avait eu une campagne mais qui ne connut pas un grand succès. Seul 25% des doses et vaccins préparés furent utilisés devant le peu de réponse du public (9000 sur 40000 : https://www.youtube.com/watch?v=0JsEuflxgq0) La population concernée était les 18 - 24 ans. Dans la plupart des pays européens, ou aux Etats-Unis, l’approche a été une vaccination systématique dès la petite enfance ou pré-adolescence qui semble avoir eu du succès contre la méningite avec ces quelques exceptions tel que ce qu’on a vu en Lombardie. 

Conclusion / Résumé de la 3ème partie : L’origine et la date de début exacte de l’épidémie de Covid 19 en Italie ne sont à l’heure d’aujourd’hui pas clarifiée. En Lombardie il y a eu une campagne de vaccination de plus de 30000 personnes qui s’est terminée début Janvier 2020. Le vaccin, le Menveo, est produit par la société GlaxoSmithKline. Cette société a des liens nombreux et ancien avec la Fondation Bill & Melinda Gates. Il n’y a pas eu d’autres de campagne de vaccination similaire et de cette ampleur en Europe cet hiver.


Moyenne des avis sur cet article :  3.82/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • leypanou 5 mai 12:25

    Des études existent sur des possibles aggravations de risques dus aux bactéries après des campagnes de vaccinations. Mais c’est un domaine de recherche controversé 

     : controversé est le terme utilisé quand les pouvoirs publics ne veulent surtout pas qu’on questionne d’une manière ou d’une autre les conséquences des vaccinations.


    • foufouille foufouille 5 mai 19:19

      @leypanou

      ça veut juste dire que 0.01% de barjots sont antivax.


    • njama njama 5 mai 13:34

      @ Fabien Bloom

      Je vous ai mis quelques commentaires dans votre « saga » du Covid 2ème partie ...


      • Fabien Bloom Fabien Bloom 5 mai 21:03

        @njama
        Merci, je vois que vous maitrisez le sujet, fruit de longues années de recherche. Merci pour tout ce partage, ces réactions et ces liens. Cette série est en 6 partie, et ça va un peu crescendo. La 4ème partie abordera l’evenement 201 et les jeux de Wuhan, puis la 5ème partie est une chronologie jusqu’au 11 Mars 2020 avec quelques informations et faits imparables qui a ma connaissance n’ont pas encore fait surface dans le web francophone....Enfin la 6ème et dérnière partie essaiera de comprendre un peu le pourquoi, et tenter d’envisager la suite. 


      • njama njama 5 mai 13:52

        symptômes analogues

        Le vaccin contre la grippe augmente les risques de coronavirus de 36 % selon une récente étude du Pentagone
        Par Julie Lévesque, Mondialisation.ca, 26 avril 2020
        Une étude du Pentagone parue le 10 janvier dernier dans la revue Vaccine [ Influenza vaccination and respiratory virus interference among Department of Defense personnel during the 2017–2018 influenza season https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0264410X19313647?via%3Dihub ]

        a démontré que le vaccin contre la grippe augmentait significativement les risques d’attraper un coronavirus :

        « Se faire vacciner contre la grippe peut augmenter le risque d’attraper d’autres virus respiratoires, un phénomène connu sous le nom d’interférence virale […] L’interférence virale dérivée de vaccins a été associée de manière significative au coronavirus et au métapneumovirus humain. » (C’est l’auteure qui souligne.)
        Bien qu’elle ne comporte pas de données sur le SARS-CoV-2, le coronavirus responsable de la COVID-19, on ne peut nier l’importance de cette étude en pleine pandémie de coronavirus.
        lire l’article :
        https://www.mondialisation.ca/le-vaccin-contre-la-grippe-augmente-les-risques-de-coronavirus-de-36-selon-une-recente-etude-du-pentagone/5644767


        • agent ananas agent ananas 5 mai 14:46

          Intéressant ...

          Cependant s’il y aurait une corrélation entre une campagne de vaccination contre la méningite et le Covid-19, comment expliquer le taux élevé d’infections à Madrid, New York et maintenant Moscou ?


          • Fabien Bloom Fabien Bloom 5 mai 21:10

            @agent ananas
            Il y aurait au moins 5, sinon beaucoup plus de mutation du Virus. Nous ne sommes pas face à un évènement unique ! Il y a de plus en plus d’infos qui font surface sur la non fiabilité des tests, leur petits nombre, le fait qu’il y aurait pu y avoir des contaminés bien plus tôt que ce qui est admis jusqu’à présent. Faites vos recherches : il n’y a aucun certitude nulle part sur le patient 0 dans aucun des pays ou lieu « épicentre » que sont Wuhan, Bergame, ou bien même les Etats-Unis. La 5éme partie de cette série apportera un éclairage factuelle et impérable sur la période pre-pandémie aux Etats-Unis. On nous parle beaucoup du laboratoire P4 de Wuhan, OK, mais combien de lignes et de mentions de ce qui s’est passé a Fort Detrick au mois d’Aout 2019 ?! A Bergame, comme au Fort Reily en 2018 nous avons une vaccination de méningite à large échelle suivi à 2 semaines d’un départ d’épidémie. Cette partie se concentre sur Bergame, rien ne dit que la même cause ou le même protocole explique la situation dans les « epicentres » qui semblent multiple (e.g. y a t-il vraiment un épicentre unique, Wuhan ? l’examen en détail des faits, la prise en compte des incertitude devrait inciter à la prudence et ne prendre cette explication que comme une hypothèse et non un fait)


          • sls0 sls0 5 mai 17:07

            A Bergame il y a eu 43000 personnes qui se sont congratulés lors d’un match de foot contre Valence. Pour rappel la norme de distance entre l’axe des sièges c’est 0m50.

            Il y a le site nextrain où l’on peut pister la virus via ses mutations.

            Malgré cela ça serait dû à une vaccination, le fait qu’il y ait des gens non vaccinées qui aient chopé le covid 19 ne dérange personne.

            J’ai regardé l’étude du pentagone, des militaires sont ils représentatifs d’une population ?

            Des indice de confiance style IC à 95% 0,76- 1,86 ça veut dire la moyenne c’est 1,31 mais que ça peut être 0,8 comme 1,5.

            On évacue les échantillons qui ne plaisent pas, on déclare du non significatif sans trop d’explications.

            Bon c’est du pentagone.

            Employez donc le rasoir d’Ockam.


            • julius 1ER 6 mai 10:00

              Merci pour cet article.... il m’a permis de me replonger dans les affres de cette maladie que j’ai contracté en 2013( Méningite B avec Purpura fulminant)

              à l’époque il n’y avait pas de vaccin et l’on considérait cette maladie comme « marginale » et l’on m ’avait dit au sortir de l’hôpital qu’il n’y avait pas d’immunité après l’avoir contracté car plusieurs souches pouvaient être à l’origine de la maladie !!!

              je vois que maintenant il existe des vaccins et cela est plutôt rassurant !!!

              car pour moi( et pour ceux qui contractent ce type de pathologie) cela a été un véritable cauchemar que cette aventure qui aurait pu être sans lendemain sans la bienveillance et le professionnalisme du personnel médical que je respecte énormément !!!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Fabien Bloom

Fabien Bloom
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité