• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > 4 mythes sur la nutrition démystifiés par la science

4 mythes sur la nutrition démystifiés par la science

La diététique et tout ce qui tourne autour du manger sain est un business florissant depuis bien longtemps.

Mais malgré les progrès impressionants que nous avons réalisés autour de la nutrition, les vieux mythes restent bien imprégnés dans les esprits.

Nous avons selectionné 4 mythes ridicules et pourtant très répandus sur la nutrition, qui ont été démystifiés par la recherche scientifique.

Mythe 1 : Les huiles de graines et les huiles végétales raffinées comme l’huile de soja et de maïs réduisent le cholestérol et sont super saines

Les huiles végétales comme les huiles de soja et de maïs sont riches en graisses polyinsaturées oméga-6, qui diminuent les niveaux de cholestérol.

Mais il est important de rappeler que le taux élevé de cholestérol est un facteur de risque de maladie cardiaque, et non pas une maladie en soi.

Le simple fait que quelque chose améliore un facteur de risque ne signifie pas que cela aura une incidence sur les crises aigues comme des attaques cardiaque ou la mort... c’est ce qui compte vraiment.

La vérité est que plusieurs études ont montré que ces huiles augmentent le risque de décès, à la fois des maladies cardiaques et du cancer (919293).

Même si ces huiles peuvent causer des maladies du cœur et tuer des gens, les organismes de santé traditionnels nous recommandent encore de les consommer.

Ils ne comprennent tout simplement pas que ... quand on remplace des aliments réels par des aliments transformés, nous devenons gros et malades. Il serait grand temps de revenir sur des aliments et des recettes plus saines (quelques idées sur les lesvieuxpots)

 

Mythe 2 : Le sucre est nocif principalement parce qu’il fournit des calories « vides »

Presque tout le monde convient que le sucre est malsain lorsqu'il est consommé en excès.

Mais beaucoup de gens pensent encore qu’il n'est mauvais que parce qu’il fournit des calories vides.

Eh bien ... rien ne pouvait être plus faux.

Lorsqu'il est consommé en excès, le sucre peut causer des problèmes métaboliques graves (85,86).

De nombreux experts pensent maintenant que le sucre peut amener des maladies parmi les plus graves ... notamment l'obésité, les maladies cardiaques, le diabète et même le cancer (87888990).

Bien que le sucre soit acceptable en petites quantités (en particulier pour ceux qui sont physiquement actifs et métaboliquement sains), il peut être un désastre total lorsqu'il est consommé en excès.

 

Mythe 3 : Les protéines absorbent le calcium des os et augmentent le risque d'ostéoporose

Il est communément admis que la consommation de protéines augmente l'acidité du sang et absorbe le calcium des os, conduisant à l'ostéoporose.

Bien qu'il soit vrai qu'un apport élevé en protéines augmente l'excrétion de calcium à court terme, cet effet ne persiste pas à long terme.

La vérité est qu'un apport élevé en protéines est lié à une réduction du risque d'ostéoporose et de fractures chez les personnes âgées (767778).

Ceci est une belle illustration que suivre aveuglément la sagesse nutritionnelle conventionnelle aura l'effet inverse de ce qui était prévu !

Conclusion : De nombreuses études ont montré que consommer plus de protéines (pas moins) est liée à un risque réduit d'ostéoporose et de fractures.

 

Mythe 4 : Perdre du poids est lié à la force de la volonté et au fait de manger moins et de faire plus de sport

La perte de poids (et le gain) est souvent supposée être liée à la volonté et « l’apport des calories vs la perte des calories ».

Mais c'est totalement faux.

Le corps humain est un système biologique très complexe avec de nombreuses hormones et des centres de contrôle dans le cerveau qui régulent quand, quoi et en quelles quantités nous mangeons.

Il est bien connu que la génétique, les hormones et divers facteurs externes ont un impact énorme sur le poids corporel (69).

La malbouffe peut aussi être carrément addictive, ce qui fait perdre aux gens littéralement le contrôle de leur consommation (7071).

Bien que ce soit encore de la responsabilité de l'individu de faire quelque chose face à ses problèmes de poids, accuser une sorte d'abandon moral ou de manque de volonté face à l'obésité est inutile et inexact.

Conclusion : C’est un mythe que de penser que le gain de poids puisse être causé par une sorte d'abandon moral. La génétique, les hormones et toutes sortes de facteurs externes ont un effet déterminant.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

48 réactions à cet article    


  • Pimpin 14 octobre 10:56

    Il n’empêche, quand on mange moins et qu’on fait de l’exercice on maigrit, c’est factuel ! 

    Et c’est vrai il faut en avoir la volonté.
    Il ne faudrait tout de même pas raconter n’importe quoi.

    • Alren Alren 14 octobre 12:43

      @Pimpin

      Ce sont surtout les glucides absorbés en excès (sucre, farines dont pain et pâtes alimentaires, pomme de terre) qui contraignent le foie à synthétiser des graisses avec eux.

      Notre organisme a été modelé par les centaines de milliers d’années du paléolithique, époque qui connaissait des famines sévères. N’y survivaient que ceux qui avaient un stock de graisse suffisant.
      En prévision de famines futures, notre foie synthétise des graisses aujourd’hui, sans « savoir » que les famines ne menacent plus (en France).

      L’exercice est toujours une bonne chose (nos ancêtres bougeaient mille fois plus que les sédentaires motorisés d’aujourd’hui) mais la dépense calorique qu’il occasionne est faible par rapport aux calories absorbées lors d’ingestion de glucides, dans la quantité excessive que nous connaissons.

      Pour diminuer la consommation de glucides sans connaître la torture de la faim, il faut manger des protides, des lipides, de la cellulose, autrement dit de la viande (notamment du poisson), des graisses et huiles riches en oméga 3 et des fruits et légumes (bio, ce qui coûte cher hélas !)


    • jjwaDal jjwaDal 14 octobre 17:23

      @Alren
      Oui et non...
      La capacité à stocker les excédents de nourriture sous forme de graisse a été sélectionné comme facteur essentiel de survie il y a probablement des dizaines de millions d’années.
      Tu oublies l’autre versant à savoir que cette aptitude était complétée par la capacité (toujours présente) de vivre sur les réserves internes pendant de longues durées. En 2017 on appelle ça un jeûne et le dernier que j’ai fait il y a quelques mois m’a fait perdre 6kg de graisse en 15 jours tout en continuant à travailler, faire du sport, etc...
      Or, nous sommes dans une époque où l’alimentation est à la fois hypercalorique (je parle de la bouffe industrielle essentiellement) et bon marché, d’où les 40% d’américains obèses et où tout le monde semble avoir oublié les bénéfices du jeûne (qui pour nos ancêtres lointains était toujours subis).
      Sous jeûne nulle « torture de la faim » puisque c’est notre seconde façon de nous alimenter, même si j’ai quand même connu une « fringale » durant 24h lors du tout premier qui date de quelques années. J’ai tendance à penser qu’on devrait réhabiliter cette pratique, vu que c’est le complément naturel pour éliminer les excédents alimentaires bien plus sévères de nos jours.


    • Eric F Eric F 14 octobre 19:54

      @Pimpin
      Il y a un aspect génétique dans certains cas d’obésité, mais la majeure partie des cas dépend des habitudes alimentaires, l’augmentation du nombre de personnes en surpoids n’est pas une épidémie génétique.


    • Ar zen Ar zen 15 octobre 08:25

      @jjwaDal

      Et vous avez repris combien de kilos après l’arrêt de votre jeûne ? En combien de temps ?

    • jjwaDal jjwaDal 15 octobre 09:15

      @Ar zen
      Je n’ai rien repris en graisse, mais j’avais débuté la musculation avant le jeûne du début avril et donc je fais le poids que j’avais il y a 30 ans plus un bon kilo (de muscle j’insiste) pris depuis. En base je suis végétarien, je fais 30 km de marche rapide (mini) par semaine et maintenant je soulève de la fonte, donc je ne prévois pas de jeûne avant quelques années tout en restant un bon vivant...
      Un régime est long (très supérieur à 15 jours) et est assimilé par l’organisme à une privation durable. Dans le jeune on est alimenté « à sa faim » et il faut juste veiller à consommer des eaux qui apportent des minéraux utiles. Pas réellement le temps de développer des carences en 15 jours et elles se compenseraient vite à la reprise.


    • Alren Alren 15 octobre 16:56

      @jjwaDal

      "Vous oubliez l’autre versant à savoir que cette aptitude était complétée par la capacité (toujours présente) de vivre sur les réserves internes pendant de longues durées."

      À condition d’avoir des réserves de graisse suffisante avant la période de famine ; graisse stockée sur le ventre pour les hommes afin qu’ils puissent continuer de courir rapidement et sur les fesses pour les femmes afin que la graisse ne pèse pas sur le ventre de celles qui étaient enceintes.

      Je n’ai rien contre le jeûne de courte durée (1 à 3 jours maxi). Mais quinze jours c’est prendre un risque insensé d’arrêt cardiaque par chute du taux de glucose.
      Si le foie est fatigué et ne réussit pas à convertir alors suffisamment de lipide en glucide, le moindre effort peut être mortel. Cela s’est produit un grand nombre de fois dans les camps nazis.


    • foufouille foufouille 14 octobre 11:00

      "

      Mais il est important de rappeler que le taux élevé de cholestérol est un facteur de risque de maladie cardiaque, et non pas une maladie en soi.

      Le simple fait que quelque chose améliore un facteur de risque ne signifie pas que cela aura une incidence sur les crises aigues comme des attaques cardiaque ou la mort...« 
      faux, il s’agit bien d’un facteur de risque augmentant le nombre de malades ce qu’indique touts les études.
      en consommer trop a le même effet.
      partie assez nul sur le sucre ( rapide ) et »oubli" des sucres lents.


      • Alren Alren 14 octobre 12:17

        @foufouille

        « il s’agit bien d’un facteur de risque augmentant le nombre de malades ce qu’indique toutes les études. »

        Des études sur un grand nombre ont démontré au contraire que les personnes de plus de 70 ans qui ont un taux considéré traditionnellement comme élevé de cholestérol soit 4 g par litre de sang, étaient en meilleure santé et vivaient plus longtemps que celle qui avaient 1g ou moins (!)

        Le cholestérol est un lipide toujours « mou ». Or les plaques d’athérome qui causent les infarctus sont fibreuses.
        Certains pensent même que le cholestérol que l’on trouve dans ces plaques est une réaction de l’organisme pour se guérir et protéger l’intima ulcéré des artères, comme un baume naturel.
        Le cholestérol est un composant essentiel des cellules en particulier des neurones.

        Mais la vente des statines censées faire baisser à toute force contre l’organisme, le taux de cholestérol est une des principales rentes des gros laboratoires pharmaceutiques et ils exercent auprès des médecins, particulièrement des cardiologues et les angiologues une pression permanente pour qu’ils prescrivent ce poison à leurs patients.

        Ce sont les statines qui tuent, pas le cholestérol à moins de 5g par litre de sang.
        Quand éclatera le scandale des statines, comme d’autres scandales causés par la rapacités de « Big Pharma » ?

        Bien entendu les études dont je parle ne sont jamais citées par les organes officiels d’information des médecins « orthodoxes » et du public. Leur financement est très difficile. Mais elles sont visibles sur Internet.


      • foufouille foufouille 15 octobre 10:51

        @Alren
        mdr pour tes études vu que 4g est un chiffre astronomique avec un gros risque d’artères bouchées.


      • Alren Alren 15 octobre 16:44

        @foufouille

        « merde pour tes études vu que 4g est un chiffre astronomique avec un gros risque d’artères bouchées. »

        Quelle classe ... et quelle ignorance !

        Si vous vous êtes vautré dans la bauge des cochons, c’était sans moi !


      • foufouille foufouille 15 octobre 17:30

        @Alren
        4g est très loin de la limite acceptable qui est de 2g.


      • foufouille foufouille 15 octobre 17:30

        @Alren
        mdr = mort de rire.




      • CORH CORH 16 octobre 11:38

        ?@Alren
        Tout a fait d’accord avec vous, toutes les études faites sur les bienfaits d’un taux de cholestérol LDL très bas ont été faites par les labos qui vendent les statines donc bien évidemment biaisées, grâce a ces études la moitié de la planète se retrouve malade, le plus de malades possibles, n’est ce pas le but de l’industrie pharmaceutique ?
         comment peux t’on être aussi naïf et croire encore a tout ça et ne prêter aucune attention aux propos de personnalités comme le professeur Even entre autres qui, eux n’ont absolument rien a gagner dans ce combat ?
        Et cette blague ridicule de ’mauvais’ cholestérol ! Comme si la nature s"était ingéniée a mettre en place un système pour produire un produit toxique, trouvant sans doute que pour le reste elle avait trop bien travaillé : J’ai fait du bon ; tiens je vais faire du mauvais, ça va me reposer ! 


      • njama njama 14 octobre 11:29

        Hypothèse : explication chimique sur la toxicité de l’excès de consommation de sucre, lequel provient essentiellement des betteraves ou de canne à sucre, dont on extrait le saccharose qui est un diholoside constitué de glucose et de fructose, lequel est considéré comme sucre simple contrairement aux sucres dits complexes qui sont des chaînes de plusieurs oses dites polysaccharides dont certains sont utilisés comme additifs alimentaires.

        Plus les molécules sont complexes, plus c’est difficile pour l’organisme de les assimiler.

        Seuls les sucres simples sont parfaitement assimilables directement par l’organisme. Ainsi en va-t-il du miel, et de sucres contenus dans les fruits et légumes. Les « sucres simples » sont des hydrates de carbone ou glucides simples, du type ose (monosaccharides) (glucose, fructose, galactose...) et non pas comme l’indique cette Page Wikipedia qui leur associe les diholosides (disaccharides), qui sont des molécules formées par la réunion de deux monosaccharides. Les plus connus étant le saccharose, le lactose, le maltose , lesquels ne sont pas directement assimilables par l’organisme avant d’être décomposés (hydrolysés) en deux sucres simples ; le saccharose se décomposant en glucose et fructose.

        D’un point de vue chimique cela représente beaucoup d’énergie préalable à l’assimilation biologique de séparer le disaccharide en deux monosaccharides , l’hydrolyser (décomposition chimique qui brise la liaison covalente qui les unit) pour qu’ils puissent être assimilés par l’organisme, et cette opération se répète autant de fois que l’on consomme ce type de sucre. En sorte que le foie, grande centrale industrielle du corps qui distribue toutes sortes de choses, se trouve extrêmement sollicité si excès de consommation de sucre pour produire ce qui est nécessaire à cette transformation.

        Le sucre blanc contient plus de 99,8 % de saccharose cristallisé. Le miel à l’inverse, n’est pour ainsi dire composé que de sucres simples à plus de 75 % (+ 18 % d’eau en moyenne et 2 à 3 % d’acides aminés, vitamines...), principalement du glucose et du fructose (sucre simple non-hydrolysable) dont le pouvoir sucrant est plus important que celui du saccharose

        En raison de la lenteur de l’assimilation pour des raisons purement chimiques, les disaccharides (saccharoses et Cie) devraient être associés pour plus de clarté aux sucres dits « complexes » polymères du glucose (polysaccharides), amidon, glycogène, ... non pas qu’ils soient purement toxiques, mais ils seraient assez indigestes ou plus difficilement digestes ce qui pourrait peut-être (?) expliquer des dysfonctionnements hépatiques à la source des diabètes


        • foufouille foufouille 14 octobre 11:42

          @njama

          bon gros délire, tous les sucres finissent en glucose. que ce soit du miel ou des patates.


        • njama njama 14 octobre 12:08

          @foufouille

          Arrêtez de dire des âneries, les sucres du miel n’ont pas besoin d’être transformés puisque ce sont déjà des sucres simples
           
          Le sucre industriel c’est très récent, XIX° siècle, et vous savez très bien que la consommation de sucre dans le monde par an et par habitant n’a fait que croitre ... que le sucre soit un facteur de l’explosion de certaines pathologies modernes (diabètes, maladies cardio-vasculaires...) ne serait pas très étonnant


        • foufouille foufouille 14 octobre 12:40

          @njama
          le sucre du miel est transformé en glucose. c’est le seul ose qui sera stocké.
          comme pour le riz, pattes, pain, etc.


        • foufouille foufouille 14 octobre 13:05

          @njama
          tu as aussi des tas de miel, pour le bas de gamme, l’apiculteur donne du sucre aux abeilles pour avoir un meilleur rendement.
          le miel liquide sans ajout ne cristallise pas sur le long terme ce qui montre qu’il n’y a pas d’ajout de sucre blanc. si il y a des dépôts de cristaux au fond, j’achète pas.


        • njama njama 14 octobre 13:31

          @foufouille
          vraiment vous n’y connaissez rien aux miels, si le miel n’était pas liquide dans les alvéoles il ne pourrait être extrait par centrifugation, ou par pression ...
          Certains cristallisent très vite comme le miel de colza par exemple, d’autres que très très lentement comme le miel d’acacia, miel de thym, ...
          Les dépôts de cristaux apparaissent assez fréquemment dans les miels de forêts sans que ceux-ci cristallisent complétement.

          Si vous avez un miel cristallisé, ou qui a cristallisé, il suffit de la mettre dans un bain-marie pour qu’il redevienne liquide, c’est aussi simple que ça. Certains préfèrent le miel crémeux, d’autres noms.

          La vitesse de cristallisation d’un miel est fonction du rapport entre le taux de glucose et le taux de fructose contenu dans le miel ainsi que du taux d’humidité. Plus le taux de glucose est élevé, plus le miel cristallisera vite. De même, plus le taux d’humidité est faible (entre 17 et 22% d’eau en moyenne), plus le miel cristallisera vite.

          gros baloo, ça n’a rien à voir avec des bas de gamme ou du pas bas de gamme, sauf peut-être pour des miels importés qui sont coupés avec du sirop de sucre (
          sucre = saccharose, sirop de sucre = saccharose, il ne suffit pas d’ajouter de l’eau pour l’hydrolyser


        • njama njama 14 octobre 13:33

          d’autres non


        • njama njama 14 octobre 13:40

          @fou-fouille
          l’apiculteur donne du sucre aux abeilles pour avoir un meilleur rendement.

          FAUX ! l’apport de sirop de sucre ne se fait que à la fin de l’hiver, où au début du printemps s’il tarde à venir et que les températures sont trop froides pour que les abeilles sortent, si et seulement si il ne reste pas assez de miel dans la ruche, car l’apiculteur en laisse bien évidemment pour que les abeilles se nourrissent durant l’hiver
          et si les abeilles se nourrissent de cet apport ... le saccharose est transformé par leur salive ...
          prenez des cours d’apiculture ...


        • foufouille foufouille 14 octobre 14:29

          @njama
          je te parle du miel en pot ou bocal. miel pas cher et trafiqué = cristallisation au fond.
          le bocal ou pot étant fermé, tu n’as aucune humidité.


        • foufouille foufouille 14 octobre 14:31

          @njama
          un miel naturel est sans apport de sucre, sinon il s’agit juste de nourrir les abeilles pour ne pas les laisser crever.


        • njama njama 14 octobre 15:12

          @foufouille
          miel pas cher et trafiqué = cristallisation au fond. FAUX, ça n’a rien à voir
          le bocal ou pot étant fermé, tu n’as aucune humidité.

          Le miel qui a été coupé avec du sirop de sucre (saccharose) ne cristallise pas forcément plus, puisque le saccharose reste à l’état de saccharose. Les apiculteurs français connaissent bien le problème (concurrence déloyale, frauduleuse) certains miels venant de l’étranger (pays de l’est, Chine) sont coupés, pas tous. La question est d’ailleurs financière puisque couper du miel avec du sirop de sucre permet de baisser le prix de vente. Les dealers coupent aussi le cannabis pour marger beaucoup plus...

          Le taux d’humidité fait partie du miel, il est variable suivant l’origine du miel, le moment où il est récolté ... c’est sa teneur naturelle en eau (sinon il ne serait pas liquide). Alors forcément par évaporation il s’épaissit ... normal
          De même qu’il y a de l’eau dans les légumes, les fruits, la viande ...


        • njama njama 14 octobre 15:16

          @foufouille
           Allez chez un apiculteur acheter votre miel ... au moins vous saurez d’où il vient, quelles fleurs ont été butinées, à quel moment il a été récolté ...
          vous risquez de le payer un peu plus cher qu’en supermarché, mais au moins vous en aurez pour votre argent


        • njama njama 14 octobre 15:41

          @foufouille

          L’apiculteur visite ses ruches à longueur d’année... il les surveille pour voir si tout va bien
          prenez des cours d’apiculture ça vous occupera au lieu de raconter n’importe quoi, c’est passionnant je vous assure, j’ai fait ça pendant un an

          faut juste pas d’appréhensions d’être piqué par une abeille ou deux, trois, ... - si vous n’êtes pas allergique, pas de problème - parce que pour certaines manipulations ce n’est pas évident de travailler avec des gants, et la plupart des apiculteurs n’en portent pas
          faut fonctionner au feeling avec les abeilles ...elles peuvent être très douces si tout va bien, faut pas les brusquer


        • foufouille foufouille 14 octobre 16:41

          @njama
          mon miel est celui d’un apiculteur. certains donne effectivement pas mal de sucre aux abeilles ce qui donne un miel merdique qui cristallise vite et sans goût ou presque.
          c’est plus facile à voir avec un bocal et du miel crémeux au maximum, cela forme une couche blanche sur le dessus.


        • njama njama 14 octobre 17:38

          @foufouille

          Vous pouvez me raconter ce que vous voulez, la chimie, c’est la chimie, la vitesse de cristallisation ne dépend que du rapport entre le taux de glucose et le taux de fructose qui est différent pour chaque miel suivant les fleurs butinées, ainsi que du taux d’humidité contenu dans le miel... et dans un moindre degré de la température extérieure qui peut accélérer ou ralentir la cristallisation.
          Hormis ces données de chimie, le reste n’est que bavardages ou ouï-dire ...
          changez de refrain, merci


        • foufouille foufouille 15 octobre 10:41

          @njama
          j’achètes du miel depuis des dizaines d’années et j’ai vécu dans tas de villes et villages.
          j’ai donc acheté des tas de miels différents et certains ont effectivement un gros dépôt de sucre au fond du bocal.
          j’ai acheté des pots en dlc dépassé sans cristallisation.


        • jjwaDal jjwaDal 15 octobre 16:24

          @foufouille
          Je n’avais pas vu... C’est bien sûr faux, vu que la digestion du saccharose donne autant de glucose que de fructose et que ce dernier est utilisé comme source d’énergie au même titre que le glucose (source d’énergie préférée des cellules des testicules par ex).


        • foufouille foufouille 15 octobre 16:50

          @jjwaDal
          tu as raison mais j’avais même pas cherché sachant qu’il écrit presque toujours des conneries.


        • jjwaDal jjwaDal 15 octobre 17:53

          @foufouille
           smiley


        • Les hormones et la glande pituitaires sont en lien direct avec notre mental.


          • ZenZoe ZenZoe 14 octobre 17:13

            Jamais entendu dire que les huiles végétales raffinées étaient super saines. Ni à vrai dire que les protéines provoquaient l’ostéoporose. Me demande où l’auteur a pris ses mythes ?


            • Eric F Eric F 14 octobre 19:57

              @ZenZoe
              concernant les huiles, c’est ce que disent ...les pubs.


            • leypanou 14 octobre 23:32

              @ZenZoe
              Même le mythe 2 de l’auteur est bidon : à ma connaissance, personne n’a jamais dit que le sucre est une calorie vide ; le sucre blanc, raffiné, oui mais pas le sucre tout court.
              A part d’être agréable au goût, le sucre blanc n’apporte pas grand chose, mais le sucre complet -et la mélasse- est totalement différent.


            • Ar zen Ar zen 15 octobre 08:53

              Et la cuisson des aliments dans tout ça ? 


              Toutes les études montrent que les nutriments, les oligo-éléments, les vitamines, contenus dans la nourriture sont dégradés par la cuisson. Une véritable anomalie que de cuire ses légumes par exemple (exceptés quelques cas particuliers bien identifiés). 

              Est-ce que quelqu’un en parle ? L’alimentation crue est la « clé » de la santé. Mais l’agro-industrie a tout intérêt à le cacher. C’est ainsi, qu’hormis les rayons des produits « frais » non transformés, tous les autres produits passés entre les mains de l’industrie agro-alimentaire, devraient être jetés à la poubelle. Tous les produits de ces gondoles, pleines de saloperie les plus diverses et les plus variées, qui attaquent subrepticement notre santé, devraient aller directement à la décharge. Il faudrait revoir de fond en comble notre système de distribution des produits alimentaires mais les puissances de l’argent dominent de la tête et des épaules cette industrie si lucrative. Les agriculteurs, quant à eux, continuent de se suicider. 

              Mais, bien évidemment, les lobbies sont extrêmement puissants et riches et vous trouverez tout un tas d’études pour dire que la cuisson douce est merveilleuse. Mais le crû, il n’y a que cela de vrai pour bien nourrir son corps. Mais hélas, nous n’avons plus ce mode de réflexe alimentaire et nous cuissons presque tout. Une aberration totale. 

              En mangeant cru, on mange moins mais on apporte une quantité plus importante de nutriments à l’organisme. Le corps ne stocke plus de graisse inutile. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires