• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > 50ème anniversaire de l’attentat de Dallas : le discours de Kennedy (...)

50ème anniversaire de l’attentat de Dallas : le discours de Kennedy qui a signé son arrêt de mort

En ce rappel actuel de l'assassinat de Kennedy, les histoires de complot vont bon train. La bonne nouvelle, c'est que des médias jusqu'ici plutôt frileux, ceux que l'on appelle "mainstream", commencent à briser le silence et présenter des théories différentes de l'officielle, qui n'a retenu qu'un seul tireur pour l'attentat contre le président américain (sur TF1, on parle même aujourd'hui de "mystères qui demeurent, c'est vous dire !). Plusieurs magazines récemment achetés le disent sans détours désormais : Lee Harvey Oswald n'a pu tuer à lui seul JFK. Le film de Zapruder le montrant depuis des lustres, avec un éclatement de la boîte crânienne venue d'une balle tirée de face, et une Jackie Kennedy courant sur le coffre de ia limousine pour en ramasser un morceau (*). Il y a avait eu plusieurs tirs, effectivement entendus ce jour-là sur place. En ce jour où l'on tente à nouveau de noyer le poisson en parlant de son insatiable appétit sexuel (révélé par Seymour Hersh), il convient de se remémorer plutôt un discours fort, qui a très bien pu précipiter sa chute, à en relire l'étonnant contenu.

John Kennedy a bien été la victime d'un complot, dont un étonnant document retrouvé par des historiens curieux pourrait servir de raison nécessaire pour attenter à sa vie. Dans ce confondant extrait, en effet, Kennedy, dont on connaissait les difficultés avec le lobby militaire US s'en prenait à ce qu'avait effectivement dénoncé son prédécesseur (Eisenhower) dans un autre discours devenu célèbre. À savoir à ce fameux lobby industriel, vendeurs d'armes conventionnelles. Mais dans ce sidérant discours de Kennedy, écrit avec l'aide de Theodore Sorenson, c'était autre chose encore qui était remis en cause. Un discours fait au "John M. Reeves Athletic Center" de Washington, D.C, dans une université "parrainée par l'Eglise méthodiste , fondée par l'évêque John Fletcher Hurst" avait tenu à rappeler le président US.  JFK avait en effet en ce 18 juin 1963 demandé devant un parterre d'universitaires l'arrêt de la production des armes nucléaires, en souhaitant tout d'abord leur réduction progressive, gràce à des espoirs de négociation avec la Russie de Kroutchev. Un propos fort étonnant, qui pour sûr à signé son arrêt de mort, tant les revenus de la production massive de ces armes dantesques étaient faramineux pour les industriels de l'armement, qui avaient intoxiqué les aléricains avec une grande peur d'une hypothétique attaque soviétique (**). Un marché captif particulièrement réussi, tous les américains étant persuadés dans les années 50 de l'imminence d'une attaque soviétique !

Le propos ce jour-là du président tranchait, après plus de quinze années de guerre froide. "J'ai donc choisi ce moment et le lieu pour discuter d'un sujet sur lequel l'ignorance abonde trop souvent et la vérité trop rarement perçue - et c'est pourtant le sujet le plus important sur ​​terre : la paix.  Quel genre de paix veux-je dire, et quel genre de paix cherchons-nous ? Pas une Pax Americana forcée sur le monde par les armes de guerre américaines . Pas la paix du tombeau ou celle de la sécurité de l'esclave. Je parle de paix véritable - le genre de paix qui rend la vie digne d'être vécue sur terre - le genre qui permet aux hommes et aux nations de grandir et à espérer et à construire une vie meilleure pour leurs enfants - et pas seulement la paix pour les seuls Américains, mais la paix pour tous les hommes et toutes les femmes - pas seulement la paix dans notre époque, mais la paix dans pour toujours (à travers les temps)". Après cette exergue large, et fédératrice (qui pouvait alors remettre en cause cette offre remarquable, sinon les va-t-en guerre à la Curtis Le May (ici à gauche, sur qui porte des soupçons de participation au complot de Dallas !), le président américain en venait à des propositions plus concrètes. Elles étaient fort surprenantes :"Je parle de la paix en raison de la nouvelle égérie de la guerre. La guerre totale n'a aucun sens dans une époque où les grandes puissances peuvent maintenir de grandes et presqu'invulnérables forces nucléaires et à refuser de se rendre sans auparavant avoir recours à leur force. Cela n'a aucun sens à une époque où une seule arme nucléaire contient près de dix fois la force explosive délivré par toutes les forces aériennes alliées pendant la Seconde Guerre mondiale. Cela n'a aucun sens, à une époque où les poisons mortels produits par un échange nucléaire seraient transportés par le vent et l'eau et du sol et des semences aux quatre coins de la planète et transmises aux générations encore à naître". On ne pouvait être plus clair sur ce qu'on avait déjà appelé l'équilibre de la terreur, et son corrolaire dispendieux ; la course aux armements, qui avait pris des dimensions ahurissantes dans les années 50, mobilisant jour et nuit des soldats ou des aviateurs américains, 24 h sur 24. Pour Kennedy, c'était simple : les délires de son général Curtis Le May étaient bien une gabegie, grevant les budgets des citoyens américains qui auraient pu mieux vivre encore si le pays ne dépensait pas des milliards dans cette course échevelée à possèder l'arme supérieure à la dernière née de l'adversaire. Kennedy en savait quelque chose de cette incroyable gabegie et des errances que cela pouvait provoquer, à vouloir maintenir en l'air des bombes... armées, ou presqu'armées comme le souhaitait ce psychotique de Le May : l'incident dit de Goldsboro, survenu le 23 janvier 1961 avait eu lieu en effet trois jours à peine après son discours d'intronisation !!! Une des bombes nucléaires larguées par un appareil en perdition avait été retrouvée pendue à un arbre, l'autre... est toujours enfouie dans le sol, aujourd'hui encore. En particulier son noyau de plutonium, toujours situé à 50 mètres de profondeur.... aujourd'hui, les têtes d'uranium de l'arsenal américain restant occupent la bagatelle de 43 m2 (d'uranium enrichi)... Le résultat d'une gigantesque course aux amements qui s'était soldée par la victoire... de l'URSS ! En 1961, le 30 octobre les russes avaient de magnière étonnante (on pourrait dire frappante !) rattrapé leur retard en matière de bombe nucléaire.  Ils avaient en effet fait oublier l'explosion américaine de Bikini de 1954, la plus forte de l'histoire, avec l'expérience "Castle Bravo" qui avait failli mal se terminer (prévue pour libérer 5 mégatonnes elle en avait fait 15, à la grande surprise des techniciens !), avec leur "Tsar Bomba", qui demeure la plus grande bombe atomique de tous les temps. La bombe qui avait explosé au-dessus de l'île de la Nouvelle-Zemble avait en effet franchi les 50 mégatonnes, libérant en une seule nanoseconde, une énergie colossale, qui équivalait à 10 fois la quantité totale d'explosifs utilisée durant toute la Seconde Guerre mondiale : exactement l'exemple donné par JFK dans son discours ! Son onde de choc avait fait trois fois le tour du monde... et avait provoqué au moins une prise de conscience généralisée : on était allé... trop loin, et cela, les russes comme les américains semblaient en avoir pris conscience (les deux se tournant juste après sur des bombes plus petites... à produire en quantité) !

 
Pour Kennedy, le constat était là, en tout cas. Les bombes nucléaires ne font pas le bonheur des populations, pourrait-on dire pour le résumer. "Aujourd'hui, la dépense de milliards de dollars chaque année pour les armes acquises dans le but de faire en sorte que nous n'aurons jamais besoin d'elles est essentielle pour le maintien de la paix. Mais sûrement l'acquisition de ces stocks inactifs - qui ne peuvent que détruire et ne jamais créer - ce n'est pas le seul , et encore moins le plus efficace des moyens d'assurer la paix. Je parle de la paix, par conséquent, comme fin rationnelle nécessaire à des hommes rationnels. Je me rends compte que la poursuite de la paix n'est pas aussi dramatique que la poursuite de la guerre - mais souvent, hélas, les paroles de ces poursuivants tombent dans l'oreille d' un sourd. Mais pourtant, nous n'avons pas de tâche plus urgente". Une remise en cause claire et nette des arsenaux pleins à ras bord de l'équilibre de la terreur ! Vient ensuite le volet sur le rôle des soviétiques. Car Kennedy avait alors bien compris que ce que les médias avaient présenté de l'affaire cubaine, à savoir que c'était une grande victoire pour lui, marquait en fait le signe d'une défaite véritable, Kennedy ayant dû signer ce que Kroutchev avait proposé et rien d'autre. Cuba restait un ilôt comuniste narguant à quelques encablûres en Floride les nostagiques du Maccarthysme, et rien d'autre non plus : sur ce point, c'était bien un échec pour les faucons dont certains avaient même proposé de larguer une bombe nucléaire sur l'île de Fidel Castro ! Du nucléaire, on en avait à revendre et à balancer en effet, et des deux côtés. Dès le années 50, les requêtes des militaires US avaient tourné à la folie pure : entre 1951 et 957 : l'armée de terre US (Army) avait réclamé pour sa seule consommation, pas moins de 151 000 têtes nucléaires !!! Comme on peut le voir sur le schéma ci-contre, le premier "pic" de nombre de têtes nucléaires stockées aux states est bien en 1963 ; le troisième étant juste avant l'èfre Reagan en 1974. En 1967, au second pic on en était à un record de plus de 32 193 têtes nucléaires différentes pour les seuls USA... aujourd'hui encore, l'arsenal nucléaire US, son développement et son entretien, coûte toujours entre 620 et 661 milliards de dollars, indique Ploughshares Fund. La gabegie n'est toujours pas tarie !
 
"Certains disent qu'il est inutile de parler de paix ou dans le monde du droit ou le désarmement mondial - et qu'il sera inutile jusqu'à ce que les dirigeants de l'Union soviétique puissent adopter une attitude plus éclairée. J'espère qu'ils le feront. Je crois que nous pouvons les aider à le faire. Mais je crois aussi que nous devons réexaminer nos propres attitudes - en tant qu'individus et en tant que nation - car notre attitude est aussi essentielle que la leur. Et tous les diplômés de cette école, ou chaque citoyen réfléchi qui désespère de la guerre et souhaite apporter la paix, devrait commencer par regarder à l'intérieur - en examinant sa propre attitude à l'égard des possibilités de paix, vers l'Union soviétique, vers le cours de la guerre froide et vers la liberté et la paix chez nous". Et Kennedy de faire dans l'introspection et de parler du fatalisme jusqu'ici accepté du caractère inéluctable d'un futur conflit nucléaire : "en premier, examinons notre attitude envers la paix elle-même. Trop d'entre nous pensent que c'est impossible. Trop beaucoup pensent que c'est irréalisable. Mais c'est une croyance défaitiste dangereuse. Elle conduit à la conclusion que la guerre est inévitable - que l'humanité est condamnée - que nous sommes empêtrés dans des forces que nous ne pouvons pas contrôler . Nous ne devons pas accepter ce point de vue. Nos problèmes sont fabriqués par l'homme - par conséquent , ils peuvent être résolus par l'homme. Et l'homme peut être aussi grand qu'il le souhaite (...) La raison et l'esprit de l'homme ont souvent résolu des choses apparemment insolubles - et nous croyons qu'ils peuvent le faire à nouveau." Un discours allant encore une fois à l'inverse de la propagande effrénée pour la construction d'abris anti-atomiques personnels dans lequels les américains s'étaient beaucoup investis personnellement. Au point que c'est Kennedy en personne qui avait dû charger un "Mr Abris", en la personne de Steuart Pittman, en 1961... pour réguler un peu tout ce gruyère apparu dans les jardins US ! L'homme avait fini par rendre son tablier, jugeant l'organisation de ce creusement de terriers impossible à diriger ou à contrôler. A noter que les canadiens aussi, étaient aussi tombés dans la paranoïa, comme le démontre ce saisissant reportage... d'une dame ayant creusé son abri à l'insu de son mari !!!
 
La seconde partie du discours étant un plaidoyer pour s'entendre de peuple à peuple, même si la propagande soviétique marchait à fond pour faire des USA un monstre colonisateur par essence même (le propre du capitalisme, il est vrai, étant de conquérir de nouveaux marchés). "Et en second lieu : "laissez-nous revoir notre attitude à l'égard de l'Union soviétique. Il est décourageant de penser que leurs dirigeants peuvent réellement croire ce que leurs propagandistes écrivent. Il est décourageant de lire un texte de l'autorité soviétique récente sur la stratégie militaire et de trouver, page après page, des réclamations incroyables - totalement sans fondement- telle que l'allégation selon laquelle " les cercles impérialistes américains se préparent à déclencher différents types de guerre". . . ou "qu'il y a une menace très réelle d'une guerre préventive déclenchée par les impérialistes américains contre l'Union soviétique". . . et je cite - " que des impérialistes américains sont pour asservir économiquement et politiquement les pays capitalistes européens et autres. . . [ et ] pour atteindre la domination du monde . . au moyen d' une guerre d'agression " . En vérité, comme il a été écrit il y a longtemps : "les méchants fuient sans qu'on l'homme (honnête) ne les poursuive. " Pourtant, il est triste de lire ces déclarations soviétiques - à réaliser l'ampleur du fossé entre nous. Mais c'est aussi un avertissement - un avertissement au peuple américain de ne pas tomber dans le même piège que les soviétiques, et de ne pas voir seulement une vision déformée et désespérée de l'autre côté, de ne pas voir le conflit comme inévitable, la discussion comme impossible, et la communication comme rien de plus qu'un échange de menaces".
 
Le discours de Kennedy s'éloignait résolument ce jour-là des idées maccarthystes ou de celles des fanatiques anticommunistes qui hantaient toujours le Pentagone. "Aucun gouvernement ni système social n'est tellement mauvais au point que ses habitants doivent être considérés comme manquant de vertu. En tant qu'Américains, nous trouvons le communisme profondément répugnant, en étant une négation de la liberté individuelle et de la dignité.  Mais nous pouvons encore saluer le peuple russe pour ses nombreuses réalisations - dans la science et dans l'espace, de la croissance économique et industrielle, de la culture, et de ses actes de courage". Il faut dire qu'en 1963, les américains ne peuvent que saluer l'avance prise par l'astronautique russe : ils sont alors à la remorque depuis 1957, toutes les "premières spatiales" ayant été le fait des soviétiques ! Louer les russes à ce moment-là, c'était aussi se mettre à dos les différentes armées, la Navy comme l'Air Force ayant vainement tenté de lancer un satellite avant qu'un ancien nazi ne soit appelé à la rescousse... Von Braun, et ses amis bruns dont Kurt Debus... En réalité, Kennedy avait surtout fort à faire à ce moment-là de l'histoire avec une partie droitière de son état-major qui poussait à en découdre avec les russes, au risque de transformer la Terren entière en no man's land.
 
C'était en effet carrément l'inverse de ce que tentait de faire depuis des années Curtis le May, ce véritable psychopathe devenu général, au sein du Pentagone : "LeMay croyait que la guerre nucléaire avec l'Union soviétique était inévitable. Selon le Washington Post (le 19 juillet 1961), il avait dit aux invités à un dîner à Georgetown qu'une guerre nucléaire éclaterait un peu plus tard cette année-là, et que les grandes villes comme Washington, New York, Philadelphie, Los Angeles, Chicago et Detroit seraient détruites. Le 20 Juillet 1961, lors d'une réunion du Conseil national de sécurité , le général Lyman Lemnitzer avait présenté à John F. Kennedy un plan officiel pour une attaque nucléaire surprise contre l'Union soviétique. Kennedy avait été dégoûté et était sorti de la réunion et en disant plus tard au secrétaire d'État Dean Rusk " et on nous appelle l'espèce humaine !" .... Selon Curtis LeMay, une guerre nucléaire avec l'Union Soviétique étant inévitable, il fallait donc frapper les russes en premier. "LeMay a fait valoir que les Etats-Unis devraient lancer 5 000 missiles sur l'Union soviétique. Il était convaincu que cela détruirait leurs 350 missiles nucléaires et donc empêcherait une attaque contre les États -Unis. John F. Kennedy et Robert McNamara ont rejeté cette stratégie comme étant... immorale". Une telle insistance à utiliser à tout prix l'arme nucléaire a dû se retrouver fort dépitée, à entendre le discours de Kennedy en ce mois de juin 1963... Avec un général Lemnitzer, qui se cachait aussi derrière l'opération Northwoods, et qui n'est pas sans rappeler David Petraeus, par son allure (en plus grand !), l'homme étant aussi cité par certains auteurs comme susceptible d'avoir participé (lui aussi) au complot pour assassiner Kennedy... Tous au Pentagone, souhaitaient en effet entrer en conflit ouvert avec Cuba : "Lemnitzer était un dangereux - peut-être même incontrôlable - extrémiste de droite dans une position extraordinairement sensible pendant une période critique, mais l'opération Northwoods avait galement eu le soutien de tous les membres du comité des chefs d'état-major et même les hauts fonctionnaire du Pentagone Paul Nitze avait plaidé en faveur de provoquer une fausse guerre avec Cuba. Le fait que les plus hauts membres de tous les services et le Pentagone pouvaient être ainsi hors de contact avec la réalité et le sens de la démocratie resta caché pendant quatre décennies ". Mais aujourd'hui, donc, on le sait. Et on comprend progressivement ce qui a bien pu se passer à Dallas, en ce 22 novembre 1963.
 
Un des contrats d'armement les plus juteux de l'époque (pour les constructeurs) concernait ce qui allait devenir un gouffre financier pour l'Etat US : le programme F-111 à géométrie variable. Au départ, l'US Army et l'US Marine Corps étaient partants pour le projet en cherchant un avion d'appui rapproché, puis l'AirForce déclara la même chose. Les deux premiers abandonnant en route, seule restait en piste l'US Air Force, car la Navy avait souhaité entre temps développer un autre appareil, appellé "Missileer". Les militaires détestaient le jeune ingénieur issu de l'automobile, Robert McNamara, choisi par Kennedy comme secrétaire à la Défense. Il venait juste auparavant d'être nommé à la tête de Ford, et soucieux de réduire les dépenses militaires (déjà) il avait résolu de fondre les deux programmes d'avion militaires en gestation en un seul : le futur chasseur-bombardier TFX serait commun à la Navy et à l'Air Force, en avait-il décidé ainsi, après deux années d'atermoiements. Il avait choisi cette solution pour se rapprocher du plan Goldberg d'assénissement des dépenses d'Etat. Comme les deux firmes venaient de s'écharper sur le lancement du premier satellite US, ce la promettait en effet. Les militaires du Source Selection Comitee préféraient de loin le projet de Boeing (qui versait davantage de bakchichs !), mais McNamara imposa contre leur avis la solution de General Dynamics (associé à Grumman) ; retenue officiellement le 24 septembre 1962. Hughes venant jouer les trouble-fête, avec sa coûteuse solution de radar et de missiles. Boeing espérait un contrat épais de plus de plusieurs milliards de dollars et sa déception menait directement à la fronde politique ! Car au Congrès la bataille avait été menée par les lobbies pour garder deux appareils distincts, ou soutenir Boeing. Au final, mal conçue la version navale ne verra jamais le jour et le F-111 n'aura que peu d'intérêt stratégique durant la guerre du Viet-Nam, à part son emport de charges supérieur à tous les autres appareils. Il sera handicapé par toute une série de déboires qu début de sa carrière, en prime. L'avion sera l'objet d'une des premières grosses dérives financières de créations d'appareils, comme ce peut être le cas depuis pour tous les nouveaux projets aux USA comme ailleurs. Chaque avion prévu au départ à 3,97 milions de dollars pièce (en 1963) était en effet revenu à ... 15, 67 millions (dès 1965, comme visible ici dans le rapport du GAO). Le programme au total était avait coûté 8,571 milliards de dollars ! Combien les firmes d'armement avaient engrangé de subsides dans l'aventure, on ne le sait. L'avion sera vendu en Australie et en Angleterre, où son imposition face au très prometteur (et superbe) TSR-2 indigène sera une autre catastrophe politique et économique. Trop d'argent avait été en jeu (ici la fin des appareils retirés du service en Australie...) !!!
 
Kennedy ne verra pas l'avion faire son premier vol le 21 décembre 1964, sous l'ère Johnson. Il se dira que General Dynamics, avait aussi tissé des liens étroits avec l'ancien sénateur du Texas. On savait que tout le staff de General Dynamics avait hanté la Maison Blanche au temps des Kennedy (***). Un vent de fronde avait soufflé auparavant à Washington comme à Dallas : dans les clubs et salles de réunion des riches fabriquants d'armes ou chez les avionneurs , les décideurs de vente de munitions... (ou plus prosaïquement chez Hughes, qui adorait venir mettre son grain de sel en politique, lui aussi dans le coup selon son assistant John Meier.. mais dans celui de RFK !)... et chez leurs banquiers et leurs avocats, des voix commençaient à s'élever qui parlaient toutes de ce "sacré Kennedy"... jugé comme "emmerdeur". Idem dans les couloirs du Pentagone, à la CIA (lassée de servir à masquer la vie sexuelle débridée du président) où la rancœur naissait contre "l'équipe Kennedy", son frère installé à la justice ayant décidé de s'attaquer à d'autres pots de vin... pour l'auteur Oliver Barr McClellan, ce sont davantage les barons du pétrole texan qui seraient à l'origine de l'assassinat (Kennedy ayant modifié les réductions de taxes sur l'extraction du pétrole - oil depletion allowance - gardée à 27.5 % juste avant de décéder : elle sera baissée à 15% sous Nixon). Bref, des gens capables de s'en prendre au nouveau partisan de la paix dans le monde, il y en avait. A la pelle.
 
Le plaidoyer pour la paix de Kennedy continuant en hommage aux soldats russes, en rappelant les hauts faits de guerre des soviétiques contre les hordes hitlériennes : "parmi les nombreux traits que les peuples de nos deux pays ont en commun, aucun n'est plus fort que notre aversion mutuelle pour la guerre. Fait presque unique parmi les grandes puissances mondiales, nous n'avons jamais été en guerre les uns contre les autres . Aucune nation dans l'histoire des guerres jamais souffert plus que l'Union Soviétique dans la Seconde Guerre mondiale. Au moins 20 millions de personnes ont perdu la vie. Des dizaines de millions de foyers et leurs familles ont été incendiés ou saccagés. Un tiers du territoire de la nation, y compris les deux tiers de sa base industrielle, a été transformé en friche - une perte équivalente à la destruction dans ce pays de tout ce qui est à l'est de Chicago.  Aujourd'hui, si la guerre totale devait jamais sortir de nouveau - peu importe comment - nos deux pays en seraient la cible principale. C'est un fait ironique, mais précisons que les deux plus grandes puissances sont aussi toutes les deux les plus grands dangers de la dévastation possible. Tout ce que nous avons construit, tout ce pourquoi nous avons travaillé, serait détruit dans les 24 premières heures. Et même dans cette guerre froide, ceux qui portent le fardeau et les dangers pour de nombreux pays - y compris les alliés les plus proches de chacune des nations - nos deux pays, portent le plus lourd fardeau. Car nous consacrons tous les deux des sommes énormes d' argent considérables pour des armes, ce qui pourrait être mieux consacré à lutter contre l'ignorance, la pauvreté et la maladie. Nous sommes tous deux pris dans un cercle vicieux et dangereux avec suspicion sur une suspicion sur la montée en puissance de l'autre, à engendrer de nouvelles armes et des armes contraires." Ce qui conduisait, dans l'oreille des industriels liés à l'armement, à mettre la clé sous la porte, en clair !! Ou de passer de la fabrication de chars d'assauts à celle des poèles à frire, du jour au lendemain ! Notre président touché par la grâce du pacifisme après la crise de Cuba où il avait vu ses généraux déments à l'œuvre concluant :"en bref, les Etats-Unis et ses alliés, et l'Union soviétique et ses alliés, ont un intérêt commun au fond d'une paix juste et véritable, et dans l'arrêt de la course aux armements. Les accords à cette fin sont dans l'intérêt de l'Union soviétique ainsi que la nôtre - les nations les plus hostiles pouvant être citées pour accepter et conserver leurs obligations conventionnelles, et seulement les obligations conventionnelles, celles qui sont dans leur propre intérêt...  Cela nécessitera un nouvel effort pour atteindre la régulation du monde - un nouveau cadre pour les discussions mondiales. Il faudra une meilleure compréhension entre les soviétiques et nous-mêmes. Et pour une meilleure compréhension. il faudra davantage de contacts et de communication. Un pas dans cette direction est l'arrangement proposé pour une ligne directe entre Moscou et Washington, afin d'éviter de chaque côté les retards dangereux, les malentendus et les erreurs de lecture d'autres actions, de ce qui pourrait se produire à un moment de crise". Cela s'appellera on le sait le fameux "téléphone rouge" (mis en service qu 30 août 1963).
 
Un Kennedy persuadé qu'il fallait réduire la course aux armements, en commençant par un arrêt des essais nucléaires atmosphériques (la gigantesque Tsar Bomba, symbole de la folle course aux armements, ayant vraiment laissé des traces  !).. "Nous avons également parlé à Genève sur nos mesures de la première étape des contrôles visant à limiter l'intensité de la course aux armements et à réduire le risque de guerre accidentelle. Notre intérêt au delà de Genève est le désarmement général et complet - conçu pour se dérouler par étapes, permettant des développements politiques parallèles pour construire les nouvelles institutions de la paix qui prendrait la place des armes. La poursuite du désarmement a été un effort de ce gouvernement depuis les années 1920. Le seul domaine majeur de ces négociations où la fin était en vue, mais où un nouveau départ est absolument nécessaire, c'est dans un traité destiné à interdire les essais nucléaires . La conclusion d'un tel traité - si proche et pourtant si lointaine - allait empêcher la course aux armements montant en spirale dans une de ses régions les plus dangereuses. Il placerait les puissances nucléaires en mesure de traiter plus efficacement avec l'un des plus grands dangers que l'homme a fait face en 1963, celui de la prolifération des armes nucléaires. Cela augmenterait notre sécurité - cela réduirait les perspectives de guerre . Certes, cet objectif est suffisamment important pour exiger notre poursuite constante, sans céder à la tentation d'abandonner tout l'effort ni à celle de renoncer à notre insistance sur les garanties vitales". Le 7 octobre 1963, Kennedy obtiendra une petite victoire sur le sujet avec la signature du traité portant sur les explosions aériennes, appelé Partial Test Ban Treaty(PTBT), Limited Test Ban Treaty (LTBT), ou même Nuclear Test Ban Treaty (NTBT) ou plutôt par Washington comme étant le "Comprehensive Test Ban Treaty". Un traité signé par les Etats-Unis, l'URSS et l'Angleterre, De Gaulle faisant comme à son habitude cavalier seul en France. Un De Gaulle dont les expériences nucléaires dans le Pacifique seront observées par un U-2 fort spécial décollant d'un porte-avions... à partir de tests effectués dès le mois d'août 1963... Kennedy n'a alors plus qu'un peu plus d'un mois à vivre.
 
Kennedy aurait donc pu être assassiné par ceux qu'il venait de mettre au chômage : à savoir les industriels de l'armement, ligués à une pléthore de généraux n'ayant pas accepté le pacifisme affiché du responsable en chef du Pentagone. Un complot, donc, et non un acte isolé comme on a tenté de l'expliquer. Ce qui devient difficile en ce moment d'expliquer. Car c'est aussi un fait pendable que depuis la récupération des théories complotistes sur le 11 septembre par une meute d'antisémites, tout discours qui se voudrait raisonné sur les attentats ce jour-là est spolié. Ce n'est pas un hasard, par exemple, si les sondages démontrent que 61% seulement désormais des américains croient en un complot contre Kennedy alors que ce taux était monté à 80% dans les années 70 et 80. Entre temps, l'effet pervers du conspirationnisme sur le 11 septembre, avec ces méli-mélos illuminatis en particulier a fait son effet. Aujourd'hui, toute remise en cause de l'attentat contre Kenney se voit affublée de thèses les plus ridicules les unes que les autres, l'Internet étant passé par là (l'une des dernières en date reposant sur un fait réel ****). Ou alors, comme au Nouvel Obs, décidément bien souvent à côté de la plaque avec Joffrin, on ressort sans honte la thèse officielle d'un Oswald super-tireur d'élite... Or l'analyse simple des trajectoires de balles, ou celle des capacités véritables de Lee Harvey Oswald à tirer ou la faiblesse fondamentale de son équipement de tir, ne peuvent que conclure qu'à la présence de plusieurs tireurs et non d'un seul isolé qui aurait été hyperdoué pour réussir ses trois "shots" en aussi peu de temps. Et sans aucun complot judéo-maçonnique derrière, pourrait-on ajouter (pour ne pas avoir à s'encombrer de Dieudonnistes !) ! L'attentat contre Kennedy se voit affublé d'un effet de vase communicant pervers avec celui du 11 septembre. Un effet qui marche dans les deux sens, et qui bloque actuellement tout propos, l'existence d'un complot d'origine étatique (et industriel) en 1963 ouvrant, c'est évident aussi, un véritable boulevard à la théorie conspirationniste pour les attentats de 2001, qui auraient souhaité provoquer un choc similaire dans l'opinion !!! Ou similaire à celui de Pearl Harbor, selon un célèbre document qui pourrait y mener effectivement. Mais là, je ne vous apprends rien, je suppose.
 
 
Comme je ne vous apprends pas davantage je suppose avec l'une des décisions importantes du mandat de Barack Obama consistant à essayer de faire encore baisser le nombre de têtes nucléaires dans le monde. Le 19 juin dernier ; il en avait remis une couche sur le sujet, selon Le Monde : "dans un discours de trois quarts d'heure, prononcé à Berlin, l'ex-ville symbole de la division Est-Ouest, le président américain a appelé à une nouvelle réduction de l'arsenal des deux pays, au-delà du plafond de 1 550 têtes nucléaires, prévu par le traité de réduction des armes stratégiques Start, signé en avril 2010."Nous pouvons assurer la sécurité de l'Amérique et de nos alliés et maintenir de forts moyens de dissuasion tout en réduisant nos armes nucléaires stratégiques d'un tiers", a déclaré M. Obama dans un discours prononcé devant la porte de Brandebourg, une semaine avant le cinquantième anniversaire du discours de John F. Kennedy, le président qui plaidait pour "abolir" les armes nucléaires "avant qu'elles ne nous abolissent" avait-il alors dit. A ma connaissance, depuis, aucune sortie prochaine en décapotable à Dallas n'est programmée à la Maison Blanche.
 

(*) vous êtes comme moi, je suppose, et avait fini par vous résoudre à cette seule explication plausible, alors qu'elle avait été au départ présentée comme étant une "fuite" de l'épouse du président qui aurait été refoulée par l'agent du FBI monté sur le marche pied de la limousine. Une voiture qui sera intégralement nettoyée, effaçant toutes les traces du crime. Une décision signée de son successeur, l'ex colistier du président qui a toujours eu avec lui des relations éxécrables. A droite, le schéma explicatif de la commission Warren, qui est en contradiction flagrante avec le film de Zapruder.

(**) j'ai déjà évoqué ici ces incroyables dérives, allant des villes souterraines aux abris individuels construits par des américains transformés en lemmings.

(***) Extrait d'un texte précédent : "en fait les jeux avaient été faits dès le début, à examiner le surprenant organigramme de l'époque de General Dynamics. A ce stade, c'était même ahurissant : General Dynamics avait plusieurs facteurs en sa faveur. Le président de la compagnie était Frank Pace, l'ancien Secrétaire de l'Army (d'avril 1950 à Janvier, 1953). Le Secrétaire adjoint à la Défense en 1962 était Roswell Gilpatric, qui, avant, avant d'hériter du poste, était l'avocat principal de General Dynamics. Le Secrétaire de la Marine était John Connally, un politicien du Texas, l'État où General Dynamics avait sa principale usine. Quand il avait quitté son emploi en 1962, il avait été remplacé par un autre Texan, Fred Korth. Selon l'auteur Seth Kantor, Korth, l'ancien président de la Banque nationale de Continental FortWorth, au Texas, avait obtenu le poste de secrétaire de la Marine après de fortes pressions exercées par Lyndon B.Johnson. Quelques semaines après sa prise de poste, Korth avait annulé la décision prise par des officiers de la Marine de haut niveau qui recommandaient que le contrat du X-22 soit accordé à Douglas Aircraft Corporation. Au lieu de cela ils avaient insisté pour le contrat soit accordé à l'offre plus onéreuse de la Société Bell. Une filiale de Bell Aerospace Corporation of ForthWorth, au Texas. Pendant de nombreuses années Korth avait été administrateur chez Bell. Le président de la société, Lawrence Bell, était un autre membre du groupe Suite8F (...) Korth était l'ancien président de la Banque Continentale, qui avait prêté des sommes considérables d'argent à General Dynamics pendant les années 1950 et 1960." La Suite8F était un groupe d'extrême droite texans". A noter que l'engin devait être équipé de missiles Phoenix et d'un radar AN/AWG-9, ceux prévus au départ pour le projet Missileer, un Douglas F6D-1, en fait un F3D Skynight survitaminé. Missiles et radars étant fournis par Hughes Aircraft ! Une société alors en plein essor ! Et un industriel d'origine texane de plus !

(****) le cerveau a été effectivement enlevé lors de la deuxiéme autopsie (il y en aurait eu trois selon d'autres) car les lésions qu'il gardait montraient trop la trajectoire de la balle tueuse (ou de deux balles ) certainement une balle explosive qui a arraché l'arrière du crâne pour la seconde. Si l'on pouvait masquer facilement les os broyés, ce qu'à tenté de faire un médecin appelé à la hâte pour embaumer le corps, le cerveau révélait trop la trajectoire réelle de la balle.. avant. Un fragment d'os (celui que cherchait Jackie sur le coffre de la limousine) a été retrouvé par terre qui accréditerait la thèse du tir de face. L'explication donnée cette fois, celle d'une "maiadie" ne tient pas debout. "Selon Cyril Wecht, seul expert légiste non gouvernemental à avoir eu accès aux archives nationales de Washington en 1972, l'examen du cerveau, est "fondamental pour étudier les trajectoires balistiques et les hémorragies." Or "aujourd'hui, personne ne sait où il se trouve", raconte-t-il au "JDD".

le texte d'origine est ici :

http://ratical.org/ratville/JFK/HWNAU/JFK061063.html

sur Northwoods

http://www.reopen911.info/uploads/document/fichier/northwoods-quand-l-us-army-voulait-pratiquer-le-terrorisme-aveugle.pdf

sur les bombes atomiques et la Tsar Bomba

http://www.youtube.com/watch?v=sQ8qWpWK0Lk

magazines de référence utilisés (et trouvables en kiosque en ce moment) :

JFK numéro collection de la Marche de l'Histoire Hors Série n°1 

Paris Match l'Histoire "C'était l'Amérique de Kennedy".

plus :

Aero Journal (août septembre 2012) "Les cavaliers de l'apocalypse"

livre de référence

"Blood, Money & Power : How LBJ Killed JFK" d'Oliver Barr McClellan.

Précédents articles sur le sujet :

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/people/article/les-corses-et-kennedy-24597

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/assassinat-de-john-kennedy-la-109288

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/de-victor-jara-a-guantanamo-la-75531


Moyenne des avis sur cet article :  3.09/5   (67 votes)




Réagissez à l'article

129 réactions à cet article    


  • Albar Albar 19 novembre 2013 11:32

    Salut morice,

    C’est bien le discours de 1963 sur les sociétés secrètes qui a scellé sa perte, car il en savait trop !


    • morice morice 19 novembre 2013 16:36

      C’est bien le discours de 1963 sur les sociétés secrètes


      aucunement....

    • Montdragon Montdragon 19 novembre 2013 11:35

      Rentrant des obsèques, De Gaulle aurait confié à Peyrefitte qu’il s’agissait d’un coup de barbouzes, et que la vérité pourrait faire éclater les USA...
      correct ?


      • morice morice 19 novembre 2013 16:37

        exactly et donc correct


      • appoline appoline 19 novembre 2013 17:19

        Imaginez qu’on mette au grand jour toutes les saloperies de Mitterrand, ça crisserait des dents, je pense


      • pens4sy pensesy 19 novembre 2013 11:39

        Il aura donc fallut 50 ans pour que les médias officiels ’frémissent’ et acceptent de faire entrevoir des « mystères » dans l’assassinat de Kennedy.
        C’est mal barré pour le 11/09.
        Dévoiler les dessous politico-financiers de l’assassinat de Kennedy revient a accepter le fait que les oligarques tirent toutes les ficelles et font ce qu’ils veulent selon leurs intérêts : assassiner le président qui gène ou tuer 3000 civils innocents, avec le même but continuer à faire la guerre.à
        Oui le boulevard est là, sans aucun doute.
        Les « grands » médias en resteront donc aux frémissements.


        • morice morice 19 novembre 2013 16:40

          Il aura donc fallut 50 ans pour que les médias officiels ’frémissent’ et acceptent de faire entrevoir des « mystères » dans l’assassinat de Kennedy.
          C’est mal barré pour le 11/09.


          tout est là en effet, le hic c’est que le 11 septembre a été flingué par la prose idiote de Meyssan, qui a marqué de sons sceau essentiellement antisémite le débat : mossad par ci, mossad par là : résultat plus aucun débat possible. Reopen a suivi, hélas, dans la même catégorie. On ne dira jamais assez le mal que Meyssan a pu faire à l’information !

        • Xenozoid 19 novembre 2013 16:53

          morice, comme tu sais que ce n’est pas de l’information« jamais assez le mal que Meyssan a pu faire à l’information ! », comment conclure des idiotie pareil car ce n’est pas de l’info ?


        • morice morice 19 novembre 2013 16:43

          Vous omettez toute une industrie qui était menacée de la même manière que celle de l’armement à ce moment-là...
           
          Laquelle ?
           
          Celle de l’assurance médicale privée et des labos pharmaceutiques...


          ah ah ah : fusion de problèmes du jour avec ceux d’il y a 50 ans..
          je parie que Hollande ou Ayrault sont aussi dans le coup, avec vous....

          Ben, il fut le premier président étasunien à annoncer l’équivalent de ce que fut notre ’ sécurité sociale ’ 

          c’est faux. Ça ne concernait que les personnes âgées....

        • TicTac TicTac 19 novembre 2013 12:01

          Rien de neuf sur le sujet.

          Vous naviguez sans cesse entre affirmation et supposition.

          Rien que dans le titre et dans le chapeau, on ne sait pas :

          « le discours de Kennedy qui a signé son arrêt de mort »

          et quelques lignes plus loin :

          « il convient de se remémorer plutôt un discours fort, qui a très bien pu précipiter sa chute »

          • morice morice 19 novembre 2013 16:44

            Vous naviguez sans cesse entre affirmation et supposition


            comme le pantouflier votre maître ?

            à toujours à chercher après mon CV, déjà écrit mille fois ?

          • TicTac TicTac 19 novembre 2013 17:06

            Je veux dire que vous ne savez rien.

            Vous chantez la même antienne sur beaucoup de sujets.
            S’il y a un mystère, je ne compterai pas sur vous pour le résoudre.

          • c’est pas grave 19 novembre 2013 22:21

            Kennedy est mort et ça fait 50 ans ?
             
            oh putaing

            merci , Mori-sot


          • Francis JL 19 novembre 2013 12:05

            J’avais 20 ans le jour de l’assassinat, et je m’en souviens comme si c’était hier.

            Chacun sait que JFK avait été le président qui avait initié le projet de la conquête de la Lune ; de même, Roosevelt avait été celui de la bombe atomique. Curieusement, l’un et l’autre sont morts avant de voir l’aboutissement de leur projet ; pour JFK, 5 ans, et pour Roosevelt, 4 mois.

            Roosevelt n’a pas été assassiné, du moins l’histoire ne le dit pas. Tous les deux souffraient d’une maladie que par prudence je qualifierai de neurologique. Kennedy, Roosevelt.

            Enfin, tous les deux avaient beaucoup d’ennemis, Kennedy surtout.

            Maintenant, supposons : en avril 1945, il est possible que Roosevelt se soit opposé à la destruction d’Hiroshima et Nagasaki. La suite a montré que Truman n’a fait preuve d’aucun état d’âme.

            De la même façon, 5 ans avant l’épopée lunaire, il était possible de savoir si on y arriverait ou pas, et dans la négative, il fallait lancer un plan B, en l’occurrence le recours aux services d’un génie comme Stanley Kubrick. Lyndon B. Johnson, son successeur jusqu’en 1969 n’est pas connu pour avoir fait preuve d’honnêteté en la matière. Par ailleurs, rappelons que les membres de la Commission Warren ont été désignés par Johnson.

            Moi je dis ça, je dis rien.

            Ps pour morice : vous pouvez me traiter de troll, ça n’fait rien, je sais que vous êtes le gardien du Temple de la saga spatiale américaine.


            • morice morice 19 novembre 2013 16:46

              De la même façon, 5 ans avant l’épopée lunaire, il était possible de savoir si on y arriverait ou pas, et dans la négative, il fallait lancer un plan B, en l’occurrence le recours aux services d’un génie comme Stanley Kubrick. 


              pour la DERNIERE FOIS ICI, c’est du flan complet et les hommes sont bien allés sur la Lune. Cessez de ramenez vos conneries à chaque fois sur n’importe quel sujet abordé ici : c’est un PROCEDE CHEZ VOUS, et il est abject.

            • Radix Radix 19 novembre 2013 12:37

              Bonjour Morice

              Au-delà de la « balle magique » d’oswald qui fait des looping, ce qui signe le complot c’est l’assassinat de son frère quand les sondage l’on donné gagnant dans la présidentielle.

              Cerise sur le gâteau, si l’on peut dire, assassinat de Luther King dans la foulée !

              Pourquoi se gêner !

              Radix


              • morice morice 19 novembre 2013 16:48

                lien vers la débilité complète là... favorable bien sûr à Meyssan et sa fine équipe ! ras le bol de cette présence ici.


              • morice morice 19 novembre 2013 18:47

                pour la énième fois ici, je demande à la modération si elle existe encore de retirer les INSULTES de Lyacon, un habitué ici de ce genre de diffamations.


              • tf1Goupie 19 novembre 2013 19:06

                Je rêve Morice ou vous faites appel à la censure ?

                C’est plutôt des auteurs qui utilisent ce genre de menace qui devraient être définitivement chassés de ce site ...


              • claude-michel claude-michel 19 novembre 2013 13:00

                Les...« Kennedy »...ou l’histoire d’un magnat qui poussa ses enfants au pouvoir..sans oublier ses millions qui aidèrent Hitler a reconstruire une armée.. !

                Des gens prétentieux absolument pas fait pour la politique...Une marque déposée pour une page de l’histoire de l’Amérique.. !
                Ils étaient si doués qu’ils finirent sous les balles des tueurs... !
                RIP.


                • joelim joelim 19 novembre 2013 17:40

                  Au contraire, les jeunes Kennedy (pas le père, un salaud) étaient de vrais humanistes — et d’ailleurs le peuple américain connaissait instinctivement leur valeur — et réalistes en plus de ça. C’est pour ça que John et Robert (un vrai anti-raciste celui-là, pas comme le PS) ont été tués : ils auraient réalisé de grandes choses.


                  Cela dit la mort de John est peut-être due à sa lettre à benny Gourion (Lettre de JFK à Ben-Gourion sur le nucléaire israélien) qui fut vue comme un casus belli (question de survie d’Israël d’obtenir la bombe...). Voir les travaux de Michael Collins Piper (lien1, lien2, lien3). 

                  Ce qui me fait pencher pour ce scénario est :
                  1) le Mossad n’a jamais été envisagé ne serait-ce que comme hypothèse ce qui est étonnant 
                  2) ça expliquerait le comportement de Ruby et ses allusions du genre « je suis le seul à connaitre mes motivations »

                  En tout cas cette piste devrait être sérieusement étudiée (ce Piper semble l’avoir fait de façon accablante mais ça reste à valider). A moins que cela soit considéré en haut lieu comme « nauséabond » (LOL).

                • claude-michel claude-michel 20 novembre 2013 07:41

                  Par joelim

                  La vitrine était belle...sauf que dans le magasin c’était le bordel...L’empire de ces gens sentait les poubelles... faire alliance avec la mafia pour être élu n’est pas (au niveau moral) une référence de gens normaux..il me semble.. ?
                  Leurs fins tragiques prouvent qui ils fréquentaient.. !

                • joelim joelim 20 novembre 2013 21:24

                  La vitrine était belle...sauf que dans le magasin c’était le bordel...L’empire de ces gens sentait les poubelles... faire alliance avec la mafia pour être élu n’est pas (au niveau moral) une référence de gens normaux..il me semble.. ?

                  Oui d’accord. Quoique la normalité, on a vu avec le Hollandais...

                  Leurs fins tragiques prouvent qui ils fréquentaient.. !

                  Je ne pense pas. Je ne vois pas pourquoi d’ailleurs.

                  Perso je les juge (ces deux là) à l’aune de ce qu’ils ont fait et allaient faire, uniquement. A mon sens, ils ne sont pas responsables de leur famille et des contingences de la 1ère partie de leur vie. Ce qui compte c’est ce qu’on fait, ainsi que la pureté de nos intentions. JFK voulait éviter l’escalade du militaire nucléaire et il aurait pu y arriver. Mais ça n’a pas plu à une petite patrie qui voulait ardemment l’acquérir, c’est peut-être ça l’explication. Avec des connivences locales (texanes) dont Johnson peut-être donc bref, ce n’est pas la faute des relations très troubles de la famille Kennedy.

                • Pepe de Bienvenida (alternatif) 19 novembre 2013 13:10

                  Bon allez, supposons qu’on connaisse enfin la vérité, et qu’elle soit scandaleuse. Supposons qu’on ait le fin mot du 11 septembre, et que ce soit scandaleux. Des scandales, j’en prends au moins un à chaque petit déj, est-ce que le monde change ?
                  Les conspis nous dispersent ; pendant ce temps un Grand Marché Transatlantique se prépare, entre autres scandales actuels. Concentrons-nous sur ces scandales, ce sera déjà bien.


                  • morice morice 19 novembre 2013 16:35

                    Les conspis nous dispersent ; pendant ce temps un Grand Marché Transatlantique se prépare, entre autres scandales actuels. Concentrons-nous sur ces scandales, ce sera déjà bien.


                    VIEUX PLAN classique du mec qui n’écrit jamais rien mais vient placer sa camelote.


                    le net, décidément, est la patrie des pleutres. Le temps que le mec réalise qu’on dit la même chose que lui en cherchant à démonter un système, il a déjà pondu son étron.

                  • Pepe de Bienvenida (alternatif) 19 novembre 2013 16:57

                    Qui vient placer sa camelote là ? Si tu bouffes ton temps à chercher qui a tué César pendant que tes pieds sont dans la m..., c’est ton problème. Moi je préfère me concentrer sur le nettoyage des godasses d’abord.


                  • QAmonBra AmonBra 19 novembre 2013 15:05

                    @ l’auteur


                    C’est sur beaucoup de beau monde voulait la peau de JFK et tout a été fait pour brouiller les pistes menant aux véritables assassins, y compris l’excès de . . . pistes !

                    Bien qu’abondamment documenté votre article participe également de cette méthode, car vous omettez de signaler la relation conflictuelle qui s’était établie quelques mois avant son assassinat, entre le président U$ et la colonie $ioniste de Palestine, et portant sur le programme nucléaire secret de cette dernière . . .




                    • Aristoto Aristoto 19 novembre 2013 15:42

                      Amonbra tu viens de répondre à la question ci dessus de ahtupic : de l’antiaméricanisme et de l’antisémitisme primaire !!!


                    • Citoyen85 19 novembre 2013 16:13

                      La balle venait bien de derrière, elle a fait un petit trou à l’arrière du crâne et un gros trou à la sortie sur le côté droit emportant des gros morceaux de cervelle et de crâne.
                      Pour la « balle magique » on sait depuis qu’elle n’avait rien de magique. Elle a traversé le cou du président, puis le gouverneur Conally qui était assis sur un strapontin plus bas et plus au centre de la voiture et qui se tournait vers le président juste avant.
                      http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Sbt2.jpg
                      Que ce soit lors de la crise de Cuba ou pour la guerre du Vietnam, on ne peut pas dire que Kennedy était un pacifiste prêt à pactiser avec les sovietiques.


                      • joelim joelim 19 novembre 2013 17:17

                        Non, la balle venait de devant. C’est facile à prouver : la tête de ce pauvre JFK est partie en arrière quand son cerveau a éclaté. C’est visible sur la vidéo de Zapruder que j’ai revue hier sur Paris-première (excellent documentaire intitulé « JFK : les trois coups de feu qui ont changé l’Amérique » (1)). 

                        Toutes les arguties (2) tentant de maquiller les faits prouvent simplement que beaucoup d’effort est/fut déployé pour tenter de camoufler ce qu’il s’est réellement passé...

                        (1) on y apprend notamment un échange déclassifié entre Hoover et Johnson après le meurtre où chacun est d’accord pour classer rapidement l’affaire.
                        (2) exemple d’argutie : « oui mais en fait le crâne a rebondi ». Réponse : LOL mais sur quoi ? Sur l’air ?

                      • morice morice 19 novembre 2013 16:36

                        La balle venait bien de derrière, elle a fait un petit trou à l’arrière du crâne et un gros trou à la sortie sur le côté droit emportant des gros morceaux de cervelle et de crâne.


                        c’est l’inverse. C’est l’arrière du crâne qui manque.

                        • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 19 novembre 2013 16:41

                          Quand des hauts responsables cubains sont interrogés sur l’assassinat de Kennedy, ils font des sourires évasifs.

                          Faut dire que Kennedy avait ordonné qu’on assassine Castro.

                          Et le tueur était un fervent admirateur de Castro, tué immédiatement par un proxénète qui avait ses entrées dans les services soviétiques.

                          Bizarre non ?

                          Mais ce serait des lobbies US qui auraient fait le coup, alors qu’un simple article de journal avec des photos concernant les frasques sexuelles de Kennedy suffisait à le faire chuter définitivement et ce, en toute légalité.


                          • morice morice 20 novembre 2013 12:07

                            Et le tueur était un fervent admirateur de Castro, tué immédiatement par un proxénète qui avait ses entrées dans les services soviétiques.


                            allez... vous m’apprenez des choses...


                            avez-vpus imaginé qu’un mec puisse se faire doubler par ses propres amis ?

                            Lee Harvey Oswald, la quiche anticastriste parfaite.

                          • Xenozoid 19 novembre 2013 16:55

                            et de toute facons c’est quoi l’histoire ?un president abbatut ?ou une continuation du pouvoir ?


                            • Xenozoid 19 novembre 2013 16:59

                              celui qui definie l’info ?


                              • egos 19 novembre 2013 17:00

                                article foulllé « as usual »

                                qques belles phrases et citations auxquelles chacun ne saurait que souscrire,

                                Aucun gouvernement ni système social n’est tellement mauvais au point que ses habitants doivent être considérés comme manquant de vertu« 

                                leur influence apparait avec certitude ds le script du film Mars Attack, scène du présiednt us confronté a son alter-ego alien,

                                pour le reste de la politique extérieure us au cours des dernières décennies (amérique latine, Gmep etc), le constat mérite d’être nuancé

                                la pertinence de l’article et son actuité résident au sein des débats traversant l’administration us et ses groupes d’influence au sujet des choix startégiques et attributions budgétaires du dpt de la défense ,
                                inaugurés par les prises de postions de B Obala en 1999 et 2000 (en substance gel du potentiel nucléiare) au profit d’armememnts dits classiques (ils s’appuient en réalité sur des techniques novatrices sans équlivalents sérieux à ce jour) et ds les faits bien mieux adaptés à la nature des conflits présents.

                                Un second objectif lié à cette option réside ds la perspective d’un accord de dénucléarisation global (moyennant l’aval de la Russie et de la Chine) ,
                                paradoxalememnt l’arme atomique est devenue celle des pauvres (impensable et impardonnable) , ie la Corée du Nord, à la portée d’un nb conséquent de nations Brésil, Afrique du Sud, Iran et bien d’autres de taille plus modeste.

                                Le Gmep étant en voie de finalisation avec »l’atomisation" de ses poches de résisatnce nationalistes et un accord programmé avec l’Iran, la consolidation de l’Europe (accord de libre échange transatlantique, mise en commun des ses ressources de renseignement ...)
                                ne subsiste que la réalisation d’une diplomatie et d’une défense commune, est ce possible avec une défense nucléarisée française passant sous tutelle, +- partielle, de notre vosin d’outre rhin sans être peçue comme une menace par notre vosiin plus à l’est.

                                L’effroi exprimé par Sarko et Hollande face à cette éventualité est il de nature à expliquer la danse du ventre que nous joue ces jours ci notre pdt auprès de Nethanyaou , décidemment au ps on est capable de tout et de son contraire !

                                Le nouvel objectif des usa parait être de contrôle de la zône de déflagration économique du pacifique (lequel semble passablememnt chargé en isotopes radioactifs, ce qui au vu de leur expérience passée, cf les articles de Morice, ne devrait pas les arrêter)
                                ceci impliquant évidemment un réaffectation des ressourcesbudgétaires,
                                limitées même pour les us.

                                Et Kennedy, son assassinat, tragique et Hollywoodien, sans happy end un peu à l Humprey Bogart
                                Hollywood le berceau éconimique de la famille, comme une fatalité pour cette famille
                                saura t on démêler un jour l’échevau du réseau complexe des intérêts et milieux impliqués pour abouir à ceux qui prirent la décision de son élimination, peu probable

                                après tout les circonstances de la mort de Henry IV et des manipulations autour de Ravaillac conservent encore leur part d’ombre après qques siècles.

                                Les complots sont consubstanciels à la nature humaine, vitaux pour les oragnes de pouvoir et leurs startégies de contrôle et d’influence,
                                9/11 ne déroge pas à cette règle,
                                seul importe en définitive l’échelle de leur impact
                                l’impact de 9/11 aura conrtribué à façonner cet début de siècle


                                • tf1Goupie 19 novembre 2013 18:39

                                  Pour éviter de se faire des films interminables sur des complots imaginaires lisez ce très bon article sur Slate.

                                  C’est sûr ça ne plaira pas à tous ceux qui se font du blé ou de la pub avec scoops conspirationnistes ...

                                  Bon mais si vous aimez vous raconter des histoires, penchez-vous sur l’histoire de Jésus Christ, là y a matière à fantasmer.


                                  • joelim joelim 20 novembre 2013 16:39

                                    J’avais déjà lu ce nartik et j’avais bien rigolé sur ça :


                                    Cela voulait dire que la balle avait bien frappé le crâne de Kennedy par l’arrière, le poussant vers l’avant avant qu’une terminaison nerveuse n’explose, la repoussant vers l’arrière.

                                    L’énergie cinétique n’a qu’à ben se tenir, bientôt on aura le moteur à énergie nerveuse. smiley 

                                    Heureusement, Slate est capable de faire des articles beaucoup plus sérieux et pertinents comme : AVANT SA MORT, JFK A EU LE TEMPS DE S’ENVOYER EN L’AIR. Du vrai journalisme d’investigation !

                                  • TicTac TicTac 20 novembre 2013 16:42

                                    Vous pouvez continuer à opposer vos croyances à ce que dit cet article.

                                    Mais en revanche, vous aurez un peu plus à faire concernant les interrogatoires des neurologues qui, eux, ont indiqué que cela existait.

                                    Au boulot, ou alors, rejoignez le camp des branlo-sceptiques.

                                  • joelim joelim 20 novembre 2013 21:04

                                    Quels neurologues ? Donnez-moi les références des travaux scientifiques. Surtout le coup des chèvres des années 40’s sur qui ça a été testé smiley.


                                    La source de Slate est la commission Warren. Ce n’est pas fiable en soi c’est évident. Quand on cherche à tout prix à expliquer qu’une balle vient de l’arrière, on peut finir par rémunérer des experts pour avaliser n’importe quoi. 

                                    Non, je vous conseille de réfléchir par vous-même. Par exemple, quelle est la force physique qui a rejeté violemment la tête de ce pauvre JFK en arrière ? Une explosion de neurone ça ne veut rien dire. smiley 

                                    C’est une explication pour décérébré. Et on sait tous que personne n’est décérébré, d’’où le fait que les américains n’ont jamais cru la commission Warren (à 75%, on peut dire ça). Et vous me dites que je suis dans la croyance ? Mais c’est vous qui croyez en des neurones explosifs juste parce qu’on vous le raconte...

                                  • TicTac TicTac 21 novembre 2013 08:33

                                    En fait, mon petit poulet, personne n’a pu démontrer qu’un quatrième coup de feu avait été tiré.

                                    Personne n’a pu démontrer la présence d’un second tireur.

                                    Rien, nada, que tchi.

                                    Alors si vous voulez qu’on croie à « quelque chose d’autre », au taf !

                                    Parce que là, ça ressemble à de l’incantation.

                                  • TicTac TicTac 21 novembre 2013 09:13

                                    Allez, c’est cadeau  : bon, en anglais, mais tu te débrouilleras.

                                    Un extrait :

                                    « Even conspiracy theorist David Mantik, M.D., Ph.D., featured in a number of books and documentaries on the case and championed as »the most qualified student to ever study the death of JFK« by outspoken conspiracy theory advocate James Fetzer,(4) succinctly states, »I do not believe that a frontal shot, with any reasonable sized rifle or bullet, could produce the observed head snap — too much energy is required.« (5) »

                                    et un deuxième , ici :

                                    « Another factor that could be involved is acceleration of the car. I have no idea of when the car started to accelerate. But at any rate, it is typical of animals or humans struck on the head to have a violent muscular reaction to it. And this is what is appears to me. Certainly the bullet didn’t knock him backwards and sideways. This was, I think a neuromuscular reaction »

                                  • TicTac TicTac 21 novembre 2013 09:38

                                    Et encore des extraits :

                                    « Dr. Petty explained it this way : »The head snap to the rear, in the view of the panel, was that this was an automatic, involuntary reaction on the part of the President’s nerves and muscles. There was a blast inside the head, the nerves were fired off, and the muscles were set into action. The muscles in the back are stronger than the muscles in the front and so therefore the head moved backward.«  »

                                    « The key point here is that this complex rearward movement is not compatible with a direct hit of a bullet from the right front. The head does not snap backward rapidly the way it snapped forward, even though it was perfectly free to do so. Rather the head starts moving backward slowly and gains momentum over several frames. There is no cloud of brain matter to the rear as there was to the front. There is no damage to the left hemisphere of his brain, as there would have to be with a hit from the right. There is no cone of tiny fragments going from right to left in the brain, and no exit wound on the left side. No, the rearward motion was of JFK’s entire upper torso, with the head just moving along with the neck. It is a vicious recoil of sorts from the exploding right side of his head. Such a movement could have been caused by a mechanical recoil from the particles that exploded frontward out of his head (the so-called  »jet effect« ), by some sort of neurological reaction (sometimes called a »neuromuscular spasm« ), or a combination of both. The available data strongly suggest that it was indeed a combination of effects, whose detailed contributions will probably never be known with certainty. »

                                  • TicTac TicTac 21 novembre 2013 09:45

                                    Et là-dessus, l’argumentation de Joelim, c’est :

                                    « Une explosion de neurone ça ne veut rien dire. C’est une explication pour décérébré.  »

                                    Et c’est moi qui me la raconte, moi qui suis dans la croyance.
                                    Allez, Joelim, au boulot parce que là, franchement, vous aurez fort à faire pour me convaincre que votre argumentation vaut plus que celles :

                                    Du professeur Ken Rahn
                                    de David Mantik (au passage théoricien de la conspiration)
                                    de Charles S Petty

                                  • Analis 21 novembre 2013 16:39

                                    There is no cloud of brain matter to the rear as there was to the front. There is no damage to the left hemisphere of his brain, as there would have to be with a hit from the right. There is no cone of tiny fragments going from right to left in the brain, and no exit wound on the left side. 


                                    Alors, le problème est que le jet de matière cérébrale et d’os crâniens dirigé vers l’avant vu sur le film de Zapruder ne laisse aucune trace. Il surgit comme ça, et disparait aussitôt. Comme dans Les Envahisseurs. Rien sur les sièges, rien sur la veste de Jackie Kennedy (et qu’on ne me parle pas du sang dont elle était couverte, résultat de la manipulation du corps de son mari, peu de choses alors que son tablier aurait dû être maculé de matière cervicale).

                                    Au contraire, le garde du corps qui suivait la voiture, situé derrière dehors, et les motards, eux aussi situés derrière, ont affirmé avoir été aspergés. Que le garde du corps semble s’être trompé sur le moment où il a sauté sur la voiture peut venir d’une confusion de souvenirs, vue la vitesse des événements. Mais cela ne change rien à la valifdité de ses dires selons lesquel il aurait été souillé de fragments de tête, cela il ne l’aura pas rêvé. Et il semble que Jackie Kennedy aille récupérer un morceau de tête à l’arrière du véhicule ; car sinon, qu’était-ce ?


                                    Les dires des témoins et l’apparence matérielle des lieux vont dans le même sens : les morceaux de crâne ont été projetés à l’arrière. Ce qui est bien le signe d’un tir venant de l’avant. Cette ambiguïté doit être levée : le trou d’entrée d’une balle de petit calibre dans un crâne est toujours petit. Ce qui peut faire éclater le crâne, c’est l’onde de choc si la balle est assez puissante (chargée d’énergie cinétique) pour cela. Onde de choc dirigée dans le sens de la balle, bien sûr. Donc explosion dans la direction opposée de l’entrée.


                                    D’où un autre problème : la description des témoins, la disposition des restes et la direction de mouvement du corps telle que révélée par le film vont dans le sens d’un tir reçu de l’avant. Par contre, le même film montre un éclatement du front, en contradiction avec tous les autres éléments. Pourquoi ? L’explication qui vient à l’esprit est celle d’un trucage. Le film de Zapruder a été conservé par les autorités durant longtemps. Assez pour qu’il soit retouchés par des spécialistes des effets spéciaux.


                                    Vont dans le même sens les photos des autopsies. Non seulement elles ne sont pas compatibles avec ce que l’aspect de la tête tel qu’il apparaît sur le film de Zapruder. De plus, elles montrent de très nets signes de retouche. Afin de dissimuler un trou d’entrée à l’avant et un éclatement à l’arrière, qui apparaît malgré les tentatives maladroites de le recouvrir. Il n’y avait aucun motif innocent de truquer ces autopsies. La preuve du complot est là éclatante.


                                    L’explication la plus simple : le film de Zapruder aussi bien que l’autopsie montraient le crâne eclaté à l’arrière, preuve d’un tir de l’avant et un peu de côté. En accord avec les dires des témoins, ayant entendu des tirs venus du talus herbeux, et ayant parfois aussi senti la poudre. Films et autopsie ont donc été truqués afin de dissimuler ce fait. 


                                  • TicTac TicTac 21 novembre 2013 17:06

                                    Enfin des arguments que je peux entendre...

                                    Le problème est que l’autopsie n’a pas été réalisée par des spécialistes en balistique.
                                    « plutôt que de vous faire du blabla, voici ce qu’en dit Wiki ;
                                     »L’autopsie fut pratiquée par trois médecins de Bethesda dans la nuit du 22 novembre. Leurs conclusions furent que le président avait été touché par deux projectiles tirés de l’arrière. Le premier l’avait frappé dans le haut du dos au-dessus de la clavicule droite, avait traversé les muscles de la base du cou, avait légèrement endommagé le sommet du poumon droit sans traverser celui-ci, et était sorti par le cou par une blessure qui avait été détruite par la trachéotomie27, cette opération chirurgicale destructrice de preuves ayant pu ainsi permettre de nombreuses spéculations sur la théorie de la Balle Magique7. Le second avait frappé la tête à l’arrière droit causant d’importants dégâts, considérés mortels, au cerveau, des morceaux du projectile étant sortis par une grande blessure à l’avant droit du crâne28.

                                    Les circonstances de l’autopsie et ses conclusions attirèrent un grand nombre de critiques. Plus tard, la seconde enquête gouvernementale sur l’assassinat (le House Select Committee on Assassinations) relèvera notamment le fait que les médecins chargés de l’autopsie n’avaient pas les compétences nécessaires pour faire l’autopsie d’un individu tué par balles, que des photos nécessaires n’avaient pas été prises et que l’emplacement des blessures n’avait pas été décrit par rapport à des repères anatomiques invariants ; il n’avait pas été non plus procédé à la reconstruction du crâne pour déterminer l’emplacement de l’orifice de sortie29.

                                    Ce dernier point rendit les analyses ultérieures des événements particulièrement difficiles et sujettes à discussions. Ainsi, le panel médical du HSCA aboutirait à certaines conclusions relativement à l’emplacement précis des blessures, mais ces conclusions seront critiquées tant par les défenseurs de la thèse de l’assassin unique que par leurs opposants."


                                    Encore une fois, vous voyez que rien ne peut être définitivement dit ou affirmé sans être contredit aussitôt.

                                    Surtout, lorsque vous faites vôtre la thèse du tir de devant, vous devez bien considérer ce que je vous disais sur les recherches sur la localisation de ce tir.

                                    Or, là encore, rien ne peut être affirmé, et même la HSCA, estimant que ce tir est réel, précise qu’il a manqué le président.

                                    Il y a donc véritablement un souci avec ce tir.


                                    Après, libre à vous de voir des manipulations, des trucages, mais en général, on n’a recours à cet argument qu’à défaut de preuve tangible, non ?


                                  • TicTac TicTac 21 novembre 2013 17:26

                                    Votre problème, c’est une boucle.


                                    1. la vidéo montre un mouvement de tête vers l’arrière, il y a donc selon vous obligatoirement un tir de face.
                                    2. Ce tir de face ne peut venir que de la butte
                                    3. Les études acoustiques de HSCA l’y localisent

                                    Sauf que :

                                    1. des experts vous disent que le tir de face est incompatible avec ce mouvement et qu’il s’agit de la combinaison de plusieurs facteurs dont l’explosion neuronale et les réactions musculaires (une tête n’est pas une pastèque).
                                    2/3. Rien ne permet de localiser la butte sur les enregistrements audio, même le motard à qui appartenait la radio a dit qu’il ne reconnaissait pas l’enregistrement comme le sien. De plus, ce motard a été localisé à un autre endroit que la butte et enfin, l’enregistrement est plus probablement un fake, enregistré par le second canal (il évoque un moment après les coups de feu).

                                    D’ailleurs et encore une fois, dans son rapport, la HSCA dit bien qu’il y a un second tireur mais que son tir (si tant est que l’on admette l’existence de ce tir vu ce que je viens d’écrire) a raté le Président !

                                    Votre boucle tourne sur trois suppositions dont aucune n’est démontrée.
                                    Chacun de ces trois points présuppose la véracité du précédent, et vous pouvez démarrer la boucle par n’importe lequel d’entre ces points, vous ne retomberez jamais sur du FAIT.

                                  • Analis 22 novembre 2013 17:07

                                    Au sujet des médecins de Bethesda et de leurs collaborateurs, la question est moins de savoir s’ils étaient qualifiés pour les blessures à la tête ou non, que ce qu’ils ont décrit. Il est connu qu’ils ont livré des déclarations contradictoires. Certains ont changé leurs dires dans un sens ce qui témoigne probablement de pressions. Mais de nombreuses descriptions parlent bien d’une partie importante de l’arrière du crâne de JFK manquante. C’est d’ailleurs la conclusion à laquelle était parvenue le HSCA, après avoir interrogé plusieurs personnes impliquées, simples assistants et agents du FBI présents à l’autopsie. Là encore, les éléments disponibles sont fermement en faveur d’un tir reçu de l’avant. Seulement, les parlementaires du HSCA étaient eux aussi des gens non formés à l’analyse des blessures par balle à la tête. Ils n’avaient pas le bagage pour comprendre les implications de leurs découvertes.

                                    Et ces considérations sont sans effet sur le problème posé par les photos des autopsies. Le point incontournable est que ces photos sont toutes incompatibles avec la version officielle et avec ce que montre le film de Zapruder de l’état de la tête de JFK après impact, l’avant du crâne apparaissant toujours présent. Ces différences ne peuvent s’expliquer que par un trucage. Seule une marque noire apparaît en haut à droite du front – probable dissimulation d’un trou d’entrée. Il est intéressant d’ailleurs de noter que certaines photos apparaissent avoir été introduites parmi les autres, une montrant peut-être même un mannequin réaliste (mais toutes aussi incompatibles avec la thèse Oswald) ! Le livre de William Reymond JFK Autopsie d’un crime d’Etat en montre un échantillon. Sans doute y-a-t’il eu une volonté de confusion. Quoi qu’il en soit, comme il n’y avait aucun motif innocent de truquer les autopsies, ni le moindre motif de dissimuler une destruction de l’avant de la tête, qui aurait soutenu la thèse Oswald, il faut en conclure que le film de Zapruder a été modifié. Il n’est pas question de recourrir à la thèse du trucage par manque de faits tangibles, mais au contraire justement parce qu’elle ressort des faits tangibles. Encore ne faut-il pas les ignorer...

                                    Quant aux témoignages sur place sur le fait que la calotte crânienne a été pulvérisée à l’arrière, ils sont pluriels et cohérents, et confirmés parce que montre le film de Zapruder. Il ne s’agit donc aucunement de simples suppositions, mais de suppositions corroborées par plusieurs arguments.

                                    Les boucles 2 et 3 ne sont pas non plus des boucles. Elles ne reposent là encore pas sur des présupossés gratuits, mais sur les faits disponibles ; j’ai laissé par contre de côté l’étude acoustique, trop contestable. L’hypothèse d’un tireur derrière le talus herbeux se base sur de nombreux témoignages, auditifs aussi bien qu’olfactifs, de personnes présentes sur place. On voit même sur certaines prises de vue des gens se tourner vers le talus. Il n’est pas besoin de tourner autour du pôt cent ans. L’explication la plus parcimonieuse à ces déclarations est tout simplement qu’il y avait un tireur derrière le talus. Ce qui ne veut pas forcément dire qu’il ait touché le président. Seulement, l’ensemble des éléments disponibles est en faveur d’un tir l’ayant frappé de face, venant du talus herbeux ou d’ailleurs.


                                  • Analis 23 novembre 2013 19:29

                                    Et voilà un témoignage d’un des médecins de Dallas qui confirme qu’un des coups a été reçu de face :


                                    http://www.metronews.fr/info/kennedy-le-chirurgien-de-jfk-convaincu-qu-il-y-avait-plusieurs-tireurs/mmkt !DLYMSEOhuwB9g/


                                    Le chirurgien de JFK « convaincu qu’il y avait plusieurs tireurs »

                                    MIS À JOUR : 22-11-2013 11:43 - CRÉÉ : 20-11-2013 19:54


                                    INTERVIEW
                                    - Alors jeune chirurgien, c’est lui qui a tenté de sauver Kennedy. Agé de 83 ans aujourd’hui, Robert McClelland est en pleine forme. S’il ne pratique plus, il continue d’accompagner certains étudiants. Le docteur a reçu metronews à l’hôpital de Southwestern Medical Center de l’université du Texas, à Dallas. Il se rappelle ce 22 novembre 1963 où JFK est arrivé aux urgences. Un témoignage pour l’Histoire.


                                    Comment ce jour a-t-il changé votre vie ?

                                    Il n’a rien changé à ma vie, même si c’est certainement un événement très fort, je ne peux le nier. Tous les jours, je traitais de blessures comme celles-là. La différence, c’est que c’était le président.


                                    Racontez-nous ce moment. Quelles émotions vous ont traversé ce jour-là ?

                                    Vous ne ressentez pas réellement d’émotions. Vous agissez. Ce jour-là, j’étais dans une salle de conférences de l’hôpital Parkland. On a frappé à la porte et on m’a demandé de descendre aux urgences, car le président venait d’arriver, blessé. Nous sommes descendus par l’ascenseur et lorsque les portes se sont ouvertes, j’ai vu entre 75 et 100 personnes, toutes en costumes, debout dans la grande salle d’accueil. Je me suis dit : "Il se passe quelque chose”. Soudainement, cette foule s’est écartée pour nous laisser passer et je me suis dirigé dans le couloir qui dessert les deux salles d’opération. Madame Kennedy était assise sur une chaise pliante. Elle avait du sang sur ses vêtements.


                                    Qu’avez-vous fait alors ?

                                    En entrant dans la salle, j’ai été horrifié par ce que j’ai vu. Le président Kennedy était allongé sur le dos sur un chariot, avec la tête en sang. Le seul soulagement, c’était de constater que je n’étais pas le seul chirurgien : deux collègues venaient d’arriver. Je me suis placé à la gauche du président, Dr Perry à sa droite. Il m’a dit : “Bob, il y a une blessure ici dans le cou, juste au-dessus de l’os et tout près de la trachée”. Nous craignions que sa trachée soit atteinte, mais aussi l’artère qui alimente le cerveau. Nous avons pratiqué une incision pour faire une trachéotomie.


                                    A ce moment-là, Kennedy était-il mort ?

                                    Il tentait de respirer et l’électrocardiogramme montrait une excellente activité cardiaque. Il n’était pas mort. Lorsque je me suis mis derrière le chariot, c’est là que j’ai vu l’énorme blessure qu’il avait derrière la tête. Un tiers de son crâne, à l’arrière droit, était totalement ouvert. Puis son cerveau a commencé à couler hors de son crâne, sur la table. Après 4 ou 5 minutes, Dr Clark, notre professeur de neurologie, est entré dans la pièce et a regardé l’électrocardiogramme. Il a dit que l’activité cardiaque avait cessé. Il nous a dit : “Vous pouvez arrêter, car il est n’est plus avec nous”. C’est ainsi que le président a été déclaré mort.


                                    Que s’est-il passé ensuite ?

                                    Tout le monde a quitté la pièce, mais le Dr Baxter et moi sommes restés coincés entre le chariot et le mur. C’est à ce moment-là, lorsque nous n’étions plus que tous les deux avec le corps du président, qu’un prêtre est entré. Nous étions coincés, donc nous avons assisté à l’extrême-onction faite par le père Huber. Il a enlevé le drap de son visage, s’est penché à son oreille et lui a donné une absolution conditionnelle. Il allait se retirer lorsque Madame Kennedy est entrée. Elle a grimacé lorsqu’il lui a dit que l’absolution était conditionnelle. Mais elle n’a pas protesté. Elle est restée là un moment, puis elle a échangé les alliances : elle a passé celle de son mari sur son doigt, et la sienne sur celui de son mari. Elle a ensuite embrassé son pied qui dépassait du drap, puis elle est sortie.


                                    Tout cela est arrivé en l’espace de 10 à 15 minutes ?

                                    C’est cela.


                                    Avez-vous vu d’autres blessures, en provenance de devant en particulier ?

                                    Pas à ce moment-là. J’étais persuadé que la blessure à l’arrière de la tête était une blessure de “sortie” de la balle. Cela en avait toutes les caractéristiques. Des années après, lorsqu’on a pu visionner le film de Zapruder, j’ai été conforté dans mon opinion. Cela ressemble beaucoup à un tir provenant de la palissade, en haut du talus, en face. Et si cela correspond bien à la blessure que j’ai constatée, l’entrée de la balle a dû se faire ici (il pointe son front, vers la droite). Mais je ne l’ai pas vue. Je n’ai pas eu le temps d’inspecter cette partie-là de sa tête. Nous n’avons par ailleurs appris que le lendemain que l’autopsie faite à Washington avait trouvé une blessure dans le dos.


                                    C’était la deuxième balle tirée dans le dos par Oswald ?

                                    Haut dans le dos. Ce n’est qu’en visionnant le film de Zapruder, lorsqu’il a été montré au public à la fin des années 1970, que mes impressions se sont confirmées. Le cortège tourne lentement dans Elm Street. A ce moment, Mr et Mme Kennedy vont bien. Puis soudain, il tient sa gorge pendant un moment. Ça, c’est la première balle. Mme Kennedy se penche vers lui comme pour lui dire : “Qu’est-ce qui se passe ?”. C’est alors que la tête du président explose littéralement. Sa tête est projetée vers l’arrière et vers la gauche. Des gens ont dit que c’était l’effet réactif du cerveau (“jet effect”), mais cela n’a aucun sens. Il a été touché par une balle provenant de devant lui et l’a projeté vers l’arrière. Et le trou d’entrée, peut-être dans ses cheveux, devait être assez gros.


                                    Quelle est votre conviction ?

                                    Je pense que la première balle provient du cinquième étage du Dépôt de livres scolaires, là où était Lee Harvey Oswald. Cette balle l’a probablement touché dans le haut du dos et la blessure à sa gorge était sûrement la blessure de sortie de la balle. Quelques secondes après, une balle venant de la palissade l’a touché à la tête. J’ai connu un témoin oculaire qui a vu un homme avec un fusil au-dessus de la palissade.


                                    Que pensez-vous de la version officielle de la Commission Warren ?

                                    Ses conclusions sont fausses. Pourquoi ? Je ne sais pas. La plupart des gens pensent qu’il y a eu un complot. Plus qu’un seul tireur. En 1976, le Comité de la Chambre des représentants a été constitué et sa conclusion, en 1979, a été qu’il y avait eu “vraisemblablement” un deuxième tireur. Donc un complot. Mais les détails ne seront communiqués qu’en 2029, cinquante ans après. Pourquoi ? Parce que des gens impliqués encore vivants aujourd’hui seront morts en 2029 ?


                                    Quelle est votre opinion personnelle ?

                                    D’après moi, l’ordre de l’assassinat est venu du plus haut niveau de notre gouvernement. Comme beaucoup de livres le disent, des éléments de la CIA et du FBI sont impliqués. Un jour, un colonel de la Marine britannique est venu me voir. Il m’a dit qu’il avait connu Oswald sur une base de la CIA au Japon. Il y aurait été opérateur de radar. Donc, il était un agent en bas de l’échelle de la CIA. Je pense qu’il était là pour dévier l’attention du deuxième tireur, celui de la palissade.


                                    Deux jours après, vous avez également opéré Lee Harvey Oswald, après que Jack Ruby lui a tiré dessus. Comment cela s’est-il passé ?

                                    C’était dimanche, et au retour de l’église, j’allume la télévision. Et avant même que l’image ne se forme, j’entends : "On lui a tiré dessus !” Ruby venait de le descendre en direct. J’ai dit à ma femme : “Je ne déjeune pas à la maison, je retourne à Parkland. Oswald s’est fait tirer dessus”. Et elle m’a répondu “Qui est Oswald” ?


                                    Quelle a été votre réaction à ce moment-là ?

                                    Là, je me suis dis : “Qu’est-ce qui se passe ?” C’était plus fort que la fiction ! Je suis arrivé à l’hôpital en même temps qu’Oswald. Lorsque je suis entré en salle d’opération, il était encore vivant. On aurait pu le sauver. Mais malheureusement, lorsqu’il a vu le tireur devant lui, il a eu le réflexe de se tourner. Il a pris la balle sur le côté, qui l’a traversé en touchant une grosse aorte. Cela ne l’a pas tué sur le coup. Au bout de 25 minutes, son cœur s’est arrêté. Nous avons pratiqué un massage cardiaque pendant 15 ou 20 minutes. Nous pensions qu’il allait revenir, mais non. Lorsque nous sommes sortis, il y avait là le policier qui avait emmené Oswald. Il m’a dit que lorsqu’il a été atteint, il lui avait demandé s’il souhaitait parler. Oswald aurait ouvert les yeux, comme pour réfléchir, et aurait fait “non” de la tête. Comme s’il préférait garder la vérité avec lui.


                                    Pensez-vous que le vice-président Lyndon Johnson était derrière l’assassinat  ?

                                    Cela se pourrait bien. Il avait beaucoup à y gagner. Ce n’est pas fou de penser qu’il puisse être impliqué. Je ne pense pas qu’il ait décidé, mais il se pourrait bien qu’il l’ait su et qu’il l’ait approuvé. C’est juste ma théorie.


                                    Dans ce cas, pourquoi le gouvernement continuerait-il de cacher la vérité 50 ans après ?

                                    Pour protéger l’édifice. L’institution. Pour que le gouvernement ne soit pas tâché. Et certaines personnes sont sans doute encore vivantes…


                                  • morice morice 19 novembre 2013 20:05

                                    vous pensez sincèrement qu’on va y arriver avec ce genre de propos... pour imbéciles ou attardés ?


                                    Et une des caractéristiques du véhicule, dont je n’avais jusqu’alors jamais entendu parler dans aucun livre, manqua bien de faire se décrocher ma mâchoire : la banquette arrière, sur laquelle Kennedy était assis, était trois pouces (7,5cm) plus haute que le siège avant, sur lequel se trouvait Connally. Avec un tel ajustement, la ligne imaginaire reliant le fusil d’Oswald, la nuque du président et le poignet de Connally était parfaitement droite. Il n’y avait donc pas besoin que la balle soit magique.

                                    Kennedy est touché deux fois : la première balle traverse le cou (c’est celle qui frappe également Connally), puis une seconde le frappe à la tête. Le film de Zapruder témoigne également de cet impact, à l’image 313. Celle-ci fut jugée si horrible qu’elle fut enlevée des diffusions publiques du film jusqu’en 1975, quand le président Gerald Ford (qui avait fait partie de la commission Warren) ordonna qu’on la diffuse.

                                    « touché deux fois » alors que juste avant l mec dit qu’Oswald n’a PAS pu tirer aussi vite ??? c’est à mourir... de rire !!!

                                    En d’autres termes, les deux hommes sont, au maximum, touchés à 30 images d’écart. Les tests du FBI démontrèrent que le fusil d’Oswald, une carabine Mannlicher-Carcano, ne pouvait pas tirer deux projectiles à moins de 2,25 secondes d’intervalle ce qui, pour la caméra de Zapruder, se retranscrit entre 40 et 41 images d’écart. Pour résumer, Oswald n’a matériellement pas eu le temps de tirer une balle sur Kennedy et une autre sur Connally en un laps de temps aussi court.

                                    à mourir en effet !!! 

                                    Kennedy est touché deux fois : la première balle traverse le cou (c’est celle qui frappe également Connally), puis une seconde le frappe à la tête. Le film de Zapruder témoigne également de cet impact, à l’image 313.

                                    « deux fois », alors que juste avant il a dit qu’Oswald ne pouvait pas le faire... aussi vite.. !!! (il indique même le timing !)...

                                    c’est le roi de la démo votre mec ! il dit qu’Oswald n’a pas pu tirer deux balles aussi vite, puis dit qu’il y a bien eu deux tirs... pour conclure que ceux qui parlent de complot car il y a plus d’un tireur sont des « imbéciles » ???

                                    j’en vois un beau là...
                                     le mouvement de la tête de Kennedy en arrière est un acte réflexe de sa colonne vertébrale selon lui...

                                     Kennedy effectuait un bref mouvement brusque vers l’avant, bien plus rapidement qu’elle ne repartait ensuite vers l’arrière sur l’image suivante, la 313. Cela voulait dire que la balle avait bien frappé le crâne de Kennedy par l’arrière, le poussant vers l’avant avant qu’une terminaison nerveuse n’explose, la repoussant vers l’arrière.

                                    le hic ; c’est que ce jour là, Kennedy portait son CORSET de tissu serré (on en a les photos) qui lui interdisait de se pencher en arrière... même par acte réflexe : seule la cinétique d’une balle en pleine arcade soucillire droite lui arrachant l’ARRIERE de la tête peut l’expliquer.

                                    Le corset, le mec a oublié le corset...

                                    • tf1Goupie 19 novembre 2013 20:35

                                      Le problème Morice c’est que vous ne savez pas lire, ou alors que vous avez lu l’article de Slate trop vite parce que vous étiez pressé de vous ruer sur votre clavier et nous jouer les débunkers patentés.

                                      Juste un exemple : quand on suppose que Oswald n’a pas pu tirer 2 fois ce n’est pas entre les deux coups qui ont touché Kennedy , mais entre la première balle qui a touché Kennedy et celle qui a touché Connally (d’où la theorie de la balle unique). Et toc !

                                      ça montre votre niveau d’analyse.

                                      Vous voyez Morice, ce genre d’étude, la compréhension des détails, cela nécessite du temps ; et comme vous voulez toujours répondre à tout, à fond la caisse, il est très visible que vous survolez le sujet et donc ne le traitez pas sérieusement.


                                    • tf1Goupie 19 novembre 2013 20:36

                                      J’oubliais votre sketch de Madame Kennedy qui va ramasser les miettes du crane sur la capot arrière !! Risible....


                                    • TicTac TicTac 20 novembre 2013 09:41

                                      Le problème, quand on part de son opinion, c’est que l’on a alors tendance à tordre les faits et à ne pas voir ce qui peut nous contredire.

                                      Morice tombe dedans à chaque fois.

                                      Le corset devrait tout expliquer ?

                                      Il reste quand même les images...qui montrent ces deux mouvements.
                                      Alors, mouvement réflexe ou pas, le corset n’a rien empêché.

                                      Morice ne veut voir qu’une balle autorisant ce mouvement.
                                      Juste comme ça, en passant, je rappelle que, par exemple, certaines maladies comme le tétanos obligent le corps à des mouvements violents voire impossibles volontairement. Alors l’explosion d’une terminaison nerveuse...

                                    • morice morice 20 novembre 2013 09:50

                                      apprenez donc à lire... notamment les mémoires du garde du corps derrière la limousine... celui qui grimpe sur le marchepied en allant vers elle :


                                      Il est 12 h 30 quand nous arrivons à Dealey Plaza, à l’angle de Houston et Elm Streets. Un premier coup de feu retentit. Il vient d’en haut, derrière moi, d’un immeuble où je n’avais rien remarqué d’anormal. En tournant les yeux vers celui-ci, je vois le président se tenir la gorge. Je bondis sur le coffre de la limousine. Une deuxième détonation retentit. Je ne l’entends même pas. Sous mes yeux, le crâne du président explose. Sa cervelle gicle. Des morceaux atterrissent sur mon costume et sur le tailleur de Mrs. Kennedy. Elle se précipite vers l’arrière, sur le coffre. Elle veut ramasser quelque chose, je réalise que ce sont des parcelles de la tête de son mari. “John, que t’ont-ils fait  ?” hurle-t-elle. Je la réinstalle vite sur son siège. A la troisième explosion, je vois le président s’effondrer sur les genoux de Mrs. Kennedy. Ses yeux sont tournés vers le ciel, ouverts, sans vie. Le sang coule abondamment. Je peux voir au travers de son crâne, fendu par une plaie béante côté droit. Le chauffeur accélère. Il fonce vers l’hôpital Parkland, tout proche. Une fois sur place, je demande à Mrs. Kennedy de lâcher son mari. Tout le trajet, elle s’est cramponnée à lui. Je réalise dans son regard qu’elle ne veut pas qu’on le voie dans cet état. Je ­dépose la veste de mon costume sur son visage ensanglanté. Elle ­dessert son étreinte. Quand le président est transféré dans la salle Trauma 1, il respire encore. Mais, quelques minutes plus tard, le décès est officiellement constaté.


                                      comme quoi la lecture, effectivement, ça s’apprend. 

                                    • TicTac TicTac 20 novembre 2013 12:10

                                      Oui, et ?

                                      C’est vous qui ne savez pas lire et je ne vois pas bien ce que l’extrait que vous mettez dans votre commentaire apporte...
                                      Trois coups de feu ont été tirés.
                                      Le premier a raté sa cible, le second l’a atteinte au cou et le troisième au crâne.
                                      La question d’un quatrième coup de feu venant de l’avant a été posée sans qu’aucune réponse satisfaisante n’ait pu être donnée.

                                      Try again, Morice.

                                    • TicTac TicTac 20 novembre 2013 12:13

                                      Ah, et permettez-moi de m’étonner : vous citez du Paris Match ?!!!


                                    • tf1Goupie 20 novembre 2013 13:00

                                      Encore tout faux Morice !!

                                      Le garde du corps prétend qu’il est monté sur la voiture avant le deuxième coup de feu.
                                      Or en regardant le film il est évident que c’est faux : quand la tête de JFK explose le garde du corps n’est pas encore sur la voiture ...
                                      On voit mal comment il a pu être éclaboussé par les morceaux du crâne.

                                      A l’évidence le témoignage du garde du corps est approximatif, voire romancé (c’est très américain).

                                      Vous n’êtes pas attentifs aux détails importants ; c’est toute la différence entre l’investigation et le complotisme.

                                      « Oh mon Dieu, John, mais que t’ont-ils donc fait »  smiley  smiley  smiley


                                    • morice morice 20 novembre 2013 14:51

                                      Ah, et permettez-moi de m’étonner : vous citez du Paris Match ?!!!


                                      ils ont d’excellents reporters en effet. 

                                    • Analis 20 novembre 2013 14:57

                                      Juste comme ça, en passant, je rappelle que, par exemple, certaines maladies comme le tétanos obligent le corps à des mouvements violents voire impossibles volontairement. Alors l’explosion d’une terminaison nerveuse...

                                      Incroyable de lire des « hypothèses » d’une telle bêtise ! Qu’est-ce que les anti-complotistes sont stupides ! Kenedy est parti violemment en arrière pour la simple raison qu’il a été frappé par un coup très violent venant de l’avant. Simple question de physique.

                                      Il faut y faire face : il y a eu conspiration. Sortir des « idées » aussi ahurissantes que le réflexe montre que les anti-complotistes et autres théoriciens du cinglé solitaire sont juste des pêrsonnes incapables d’admettre la rélaité des faits, qui préfèrent s’en tenir aux croyances le splus aberrantes perce qu’affronter le réalité leur est trop douloureux. La thèse du tueur solitaire est plus confortable pour eux car la vérité d’un complot d’Etat est trop terrifiante.


                                    • TicTac TicTac 20 novembre 2013 14:59

                                      Analis,

                                      Si vous aviez lu le lien vous auriez vu que cette hypothèse est celle des neurologues interrogés par la commission Warren.

                                      Maintenant, si vous vous estimez plus calé qu’eux, merci de me donner arguments et sources.


                                    • TicTac TicTac 20 novembre 2013 15:02

                                      Et d’ailleurs, où avez-vous lu que je rejetais l’idée d’un complot ?

                                      Mais ce n’est pas parce que je me pose des questions que je dois accepter toutes les explications, et notamment celles de Morice.


                                    • morice morice 20 novembre 2013 15:03

                                      Le premier a raté sa cible, le second l’a atteinte au cou et le troisième au crâne.
                                      La question d’un quatrième coup de feu venant de l’avant a été posée sans qu’aucune réponse satisfaisante n’ait pu être donnée.

                                      c’est de face qu’il a été tué. Ce que montre le film de Zapruder.


                                      c’est bien un morceau de crâne que va chercher Jackie a l’arrière du véhicule.

                                      un coup venant de l’arrière ne peut pas expliquer cette projection...



                                    • TicTac TicTac 20 novembre 2013 15:08

                                      Si, Morice, mais vous ne voulez pas de l’explication parce qu’elle ruine vos postulats.

                                      « Mais en 1975, CBS news, qui travaillait à un documentaire sur l’assassinat, loua les services d’une société chargée d’effectuer une étude haute résolution du film de Zapruder en utilisant des instruments qui n’existaient pas quand la commission Warren a travaillé. Cette société découvrit que sur l’image 312, la tête de Kennedy effectuait un bref mouvement brusque vers l’avant, bien plus rapidement qu’elle ne repartait ensuite vers l’arrière sur l’image suivante, la 313. Cela voulait dire que la balle avait bien frappé le crâne de Kennedy par l’arrière, le poussant vers l’avant avant qu’une terminaison nerveuse n’explose, la repoussant vers l’arrière. »

                                    • TicTac TicTac 20 novembre 2013 15:09

                                      « Je suis retourné à la bibliothèque et j’ai parcouru les auditions de la commission Warren. J’ai pu y trouver des dépositions de neurologues qui témoignent qu’une terminaison nerveuse peut exploser quand elle est frappée par une balle et que les deux trajectoires —celle de la balle et celle des fragments nerveux— ne sont pas nécessairement corrélées.

                                      Des expériences datant des années 1940, au cours desquelles des balles furent tirées dans la tête de chèvres vivantes (sic), ont révélé ce fait. Donc, la preuve de l’image 313 est à minima ambiguë ; elle ne dit rien, dans un sens ou dans un autre, sur la théorie du deuxième tireur. »


                                    • morice morice 20 novembre 2013 15:10

                                      TROIS COUPS.. mais pas par le même mec... impossible de recharger aussi vite :




                                      témoignage accablant de trois coups tirés dont deux en même temps ou presque.Ce qui rend impossible Oswald comme seul tireur....


                                    • TicTac TicTac 20 novembre 2013 15:27

                                      3 coups, 6 secondes.

                                      Les spécifications du fusil sont les suivantes  :
                                      "
                                      • Origine : Italie
                                      • Type : fusil à verrou
                                      • Chargeur : six cartouches
                                      • Longueur : 1 021 mm
                                      • Longueur du canon : 530 m
                                      • Poids : 3,40 kg
                                      • Calibre : 6,5 mm X 52 mm

                                      En quoi serait-ce impossible ?

                                    • TicTac TicTac 20 novembre 2013 15:34

                                      Et sur le côté « possible de la chose », merci de lire ...


                                    • TicTac TicTac 20 novembre 2013 15:37

                                      extraits :

                                      « Durant son service militaire dans le corps des Marines en décembre 1956, Oswald obtint la mention « sharpshooter » (« Tireur d’élite ») aux examens de tir (il réussît un score de 48 et de 49 sur 50 tirs pendant une session de tir rapide sur cible stationnaire à 200 yards (183 m) avec un modèle de fusil standard M1 Garand semi-automatique). Toutefois, en mai 1959, il obtint la mention « marksman » (« Tireur d’élite » également mais d’un niveau inférieur dans la classification de l’armée américaine). Les experts militaires, après avoir étudié ses performances, qualifièrent ses compétences aux armes à feu comme étant “au-dessus de la moyenne”, ce qui constitue, en comparaison des hommes civils du même âge, “un excellent résultat” »

                                      « Cependant, Nelson Delgado, un soldat appartenant à la même unité qu’Oswald, avait pour habitude de se moquer de ces « prouesses » au tir et témoigna qu’Oswald portait souvent « la culotte de Maggie. » (un drapeau rouge suspendu au bout du fusil et indiquant que la personne a complètement raté sa cible pendant les épreuves de qualification). Il rapporta également que Oswald semblait indifférent au fait d’avoir réussi son tir ou pas28.

                                      Des critiques des conclusions officielles ont soutenu que des tireurs d’élite n’étaient pas parvenus à reproduire la prouesse présumée d’Oswald lors de leur premier essai lors des reconstitutions organisées par la Commission Warren (en 1964) et la CBS (en 1967). Lors de ces tests, les tireurs d’élite ont tenté d’atteindre une cible à trois reprises en moins de 4,5 secondes. Ce laps de temps a été largement remis en question. La Commission Warren elle-même estima que le laps entre les deux tirs qui ont atteint le président Kennedy était de 4,8 à 5,6 secondes. Si le second tir avait manqué sa cible (admettant ainsi que le premier et le troisième avaient touché le président), alors cette durée de 4,8 à 5,6 secondes représentait la durée totale des tirs. Si en revanche c’est le premier ou le troisième tir qui avaient manqué leur cible, cela donnerait un minimum de 7,1 à 7,9 secondes pour l’ensemble des trois tirs29. Les analyses récentes du film Zapruder dans sa version améliorée, suggèrent que le premier, le second, et dernier tir ont dû prendre 8,4 secondes.

                                      Plusieurs des 11 tireurs bénévoles de CBS, qui (contrairement à Oswald) n’avaient pas eu d’expérience antérieure avec un Mannlicher-Carcano bien ajusté, étaient capables de frapper la cible en moins de trois fois le temps imparti. Cela est contesté par Michael Griffith30 qui dit : « Dans le fusil du test de CBS, aucun des onze tireurs experts a marqué deux cibles lors du premier essai, et sept d’entre eux ont raté leurs essais. Ceci est particulièrement révélateur, car le test de CBS a été le plus réaliste à ce jour » »


                                      « Dans le but de tester le fusil dans des conditions similaires à celles de l’assassinat, la branche d’Evalution des Armes d’Infanterie de l’armée américaine a fait tirer des experts du fusil avec l’arme utilisée lors de l’assassinat sur trois cibles silhouettes à des distaces de 175, 240, et 265 pieds37.

                                      Avec l’arme du crime et son viseur télescopique, trois tireurs considérés comme des experts par la National Rifle Association ont tiré chacun deux séries de trois coups. Dans les premières séries, les tireurs ont pris 4.6, 6.75, et 8.25 seconds entre leurs tirs, respectivement. Pour la seconde série, ils ont pris 5.15, 6.45, et 7 secondes. Les tireurs prenaient autant de temps qu’ils voulaient pour ajuster leur premier tir à 175 pieds, et tous ont touché leur cible. Aux quatre premières tentatives, les tireurs ont raté leur deuxième tir à 240 pieds de plusieurs pouces. Cinq des six tirs ont touché la troisième cible à 265 pieds, la distance qui séparait le président Kennedy de la fenêtre du sixième étage lorsqu’il a été frappé à la tête38. Aucun des tireurs d’élite n’avait d’expérience préalable avec l’arme du crime si ce n’est la manipulation du verrou de culasse. »


                                    • morice morice 20 novembre 2013 17:26

                                      un tireur même d’élite ne peut tirer deux balles à la fois avec la séquence de Dallas... c’est tout bonnement impossible notamment pour les deux derniers entendus, quasi simultanés


                                      « bang-bang » on dit...

                                      d’élite ... mais pas SEUL donc.

                                      Oswald, seul conspi... ben ça marche pas. Tireur émérite avec un fusil de tir foraine.... ça ne marche pas plus.

                                    • TicTac TicTac 20 novembre 2013 17:30

                                      Votre opinion, je m’en tape le coquillard.

                                      Ce que je veux, c’est des preuves de ce que la séquence est impossible.
                                      Et là, j’ai rien.
                                      Alors dormez là-dessus et revenez-y demain.

                                    • morice morice 20 novembre 2013 17:30

                                      votre version de l’assassinat de Kennedy...



                                    • Muse 21 novembre 2013 10:46
                                      Maintenant, si vous vous estimez plus calé qu’eux, merci de me donner arguments et sources.
                                      Morice, le gugusse en question ne se gêne pas pour fréquenter un site qui n’hésite pas à remettre en question les compétences des médecins, vous pouvez lui rappeler pour lui faire fermer sa bouche.

                                    • TicTac TicTac 21 novembre 2013 10:53

                                      Tiens, v’là un super-calé de l’argumentation...


                                    • Muse 21 novembre 2013 10:57

                                      Tu fréquentes un blog et des types qui ont déjà affirmé noir sur blanc que l’on pouvait modifier le génome et la structure du cerveau par autosuggestion. Balaie devant ta porte avant d’accuser les autres. 


                                    • TicTac TicTac 21 novembre 2013 11:09

                                      « Tu fréquentes un blog et des types » quel blog et quels types ?

                                      « qui ont déjà affirmé noir sur blanc que l’on pouvait modifier le génome et la structure du cerveau par autosuggestion » Si tel est le cas, ai-je donné mon opinion sur la question ? (question subsidiaire : quel rapport avec le sujet du jour, Sherlock ?)

                                      Troll.

                                    • Muse 21 novembre 2013 11:16

                                      Faut qu’on te fasse un dessin mon grand ? Tu sais, le site des ravagés ? Contre-anti-maidisons-hebdo-quotidien-mensuel ou quelque chose comme ça (ils ont le sens de l’élégance). En tout cas, on sait que c’est pas le genre de truc qui te dérange. Indignations à géométrie variable mon grand. T’inquiètes pas, je connais. smiley


                                      PS : délires médicaux tenus par deux beaufs de première, dont l’un a un CAP cuisine smiley pour tout diplôme, ce qui ne l’empêche pas de contester des branches entières de la médecine. 

                                    • TicTac TicTac 21 novembre 2013 11:22

                                      A la limite, je préférerais que tu me fasses un dessin.

                                      Si ça ne te dérange pas, bien sûr.

                                      Applique toi, surtout, et ne dépasse pas sur les traits.

                                    • Muse 21 novembre 2013 11:39

                                      Je te parle des délires comme quoi on pouvait guérir de maladies neurologiques par autosuggestion. Discours inepte qui succédait à un autre, comme quoi une partie des branches entières de la neurologie n’étaient que de l’escroquerie. Attaques hideuses contre les autistes Kanner, traités de fous juste bons à enfermer du diagnostic à la mort, et agressions contre tous ceux qui montraient, sources à l’appui. Calomnies contre les Asperger, traités de parasites, de profiteurs aux aides sociales, de « gogols » (de la part de types dont un a le CAP cuisine je rappelle).


                                      Fantasmagories contre les MDPH, accusées d’être des moulins où il suffit de faire une demande pour obtenir une AAH. Et ici comme dans le cas précédent, les médecins accusés de complicité, de mensonge, de certificats de complaisance, de raconter des conneries, que monsieur CAP cuisine lui connaissait mieux la médecine qu’eux. 

                                      Accusations ignobles sur un handicapé, inscrit ici, à qui il manque plusieurs dizaines de centimètres d’estomac, traité de faussaire, faux nez, de parasite social dont l’AAH est une imposture. Et ce de la part d’un type qui parle souvent de ses petits problèmes et trouve lui, normal d’être soigné alors qu’il est évident qu’il à coûté bien plus médicalement qu’il n’a apporté aux finances de la Sécu.

                                      Site où je t’ai déjà vu à des époques où ils abordaient ce genre de thématiques.

                                    • Muse 21 novembre 2013 11:40

                                      ontre tous ceux qui montraient, sources à l’appui.

                                      qu’une insertion scolaire et sociale partielle pouvait être menée.

                                    • TicTac TicTac 21 novembre 2013 11:43

                                      On avait dit un dessin.


                                    • Muse 21 novembre 2013 11:53

                                      C’est bon, on t’a assez vu ici maintenant. smiley

                                      Juste au passage, t’aurais pu t’appliquer à toi-même la guérison par autosuggestion par rapport à un problème que tu as eu (il y a vingt ans, c’est ça ?). Parce que là t’as du coûter sacrément cher à la sécu, alors qu’avec juste un peu de volonté de pas se laisser aller et de méthode Coué... Bah, on te pardonne, après tout, ça reste moins pire que des Tiberi ou Tapie.

                                      Salut l’ami. smiley

                                    • TicTac TicTac 21 novembre 2013 11:56

                                      S’il te plaît, dessine-moi un troll.


                                    • morice morice 21 novembre 2013 14:51

                                      autant donner l’adresse du site d’où vous venez...


                                      et sa « grille à connards » de parano notoire
                                      plus Ze Blog
                                      extrait du délire :

                                      La question étant
                                      Les visiteurs de Vérité vox sont quoi qu’ils en disent ou souhaitent ou voudraient se faire croire à eux même , des acteurs de la Machine .
                                      Il y en a qui le font en conscience pour un profit qui leur est redistribué par des voies dont je me tappe
                                      Il y en a qui servent le Maitre des lieux en échange de la denrée la plus fantasmatique qui soit = le goût de paraître
                                      Il y en a qui viennent là trouver une estrade pour écouler leur camelote de charlatans = religieuse ou medico farfelueassociée évidemment avec leur parano egocentrique
                                      et
                                      Il y en a qui viennent de moins en moins en n’ayant pas encore pris conscience de cette mécanique là.


                                      enfermé dans sa folie, le pantouflier...

                                    • TicTac TicTac 21 novembre 2013 15:49

                                      Je ne réponds pas à ce type d’arguments Morice.

                                      Ca me rappelle trop les zeures les plus sombres, celles où la propagande d’état disqualifiait les opposant pour ce qu’ils étaient pour éviter de répondre à ce qu’ils disaient.

                                      Mais, j’y pense Morice : ce n’est pas ce que vous reprochez aux autres ??? smiley

                                    • TicTac TicTac 21 novembre 2013 15:53

                                      Et puis si, allez...

                                      Dites, Morice, pour ce qui est de la folie et de la parano, on ne vous entend plus gueuler que la modération a été noyautée par l’extrême-droite et qu’il existerait un complot pour vous empêcher de faire paraître vos articles.

                                      Vous ne seriez pas en train de nous couver un p’tit quelque chose ?

                                    • Analis 21 novembre 2013 16:35

                                      Et d’ailleurs, où avez-vous lu que je rejetais l’idée d’un complot ?

                                      Savoir si vous croyez ou admettez la possibilité d’un complot, je ne sais pas. Mais si l’attitude du scepticisme éclairé est la seule qui convienne à une démarche scientifique, on en sort quand on met sur le même pied les hypothèses raisonnables et de bon sens avec les affirmations insensées et constructions circonvolutées à l’extrême. Ce que je sais, c’est que quand on est frappé par une balle (ou un coup de poing), on part dans l’autre sens.


                                      Analis,

                                      Si vous aviez lu le lien vous auriez vu que cette hypothèse est celle des neurologues interrogés par la commission Warren.

                                      Maintenant, si vous vous estimez plus calé qu’eux, merci de me donner arguments et sources.

                                      Pour être honnête, ce type de déposition fondée sur l’argument d’autorité ne vaut rien. Des savants prêts à se prostituer pour plaire au puissant ou à faire fi de toute logique juste pour satisfaire leurs croyances pré-établies, j’en ai déjà rencontré à la pelle. J’ai vu des psychologues et des neurologues raconter n’importe quoi en matière d’observations d’OVNIs, ne pas savoir comment surgissait une hallucination ou comment se produisait une perception imparfaite, j’ai vu encore récemment lors du procès AZF des « spécialistes » parfois universitaires déverser des sornettes pseudo-scientifiques à longueur de temps. Quand on lit des « thèses » comme celles du docteur Petty, on se dit que les IgNobel sont vraiment mal distribués.

                                      En fait, le « principe de l’effet de jet » oublie juste que le jet de particules éjectées aurait forcément une énergie cinétique moindre que celle de la balle ayant frappé la tête. En vertu du phénomène physique de base appellé dissipation. Soutenir ce principe tombe dans la pseudo-science.

                                      Ils oublient juste que des affirmations extraordinaires nécessitent des preuves extraordinaires. C’est donc à eux de les apporter. Bon courage ! Et je voudrais bien voir leurs chèvres des années 40 tomber dans la même direction que celles d’où elles ont été frappées.

                                      Cette société découvrit que sur l’image 312, la tête de Kennedy effectuait un bref mouvement brusque vers l’avant, bien plus rapidement qu’elle ne repartait ensuite vers l’arrière sur l’image suivante, la 313. Cela voulait dire que la balle avait bien frappé le crâne de Kennedy par l’arrière, le poussant vers l’avant avant qu’une terminaison nerveuse n’explose, la repoussant vers l’arrière.

                                      Un mouvement brusque, c’est une interprétation très tendancieuse. En fait, le mouvement est léger, au point d’être imperceptible sans ralenti (il a fallu attendre 1975 pour le déceler, n’est-ce pas ?), et beaucoup plus lent que le mouvement suivant. Quelque soit la cause de ce mouvement, son énergie cinétique était beaucoup plus faible. Le fait même qu’on puisse le voir sans que la boîte crânienne ait encore explosé montre que la balle qui a pu le causer n’est pas celle qui a pu faire sauter le crâne. L’énergie cinétique associée à l’onde de choc qui met environ 1/19 de sec à couvrir la distance intra-crânienne est simplement trop faible. En fait, l’impact d’une balle assez puissante pour éclater une balle ne peut pas être discernée de l’explosion du crâne sur une caméra aussi lente que celle de Zapruder (486 images/26 sec de film).




                                    • TicTac TicTac 21 novembre 2013 16:57

                                      Analis,

                                      Sur mes convictions, je pense que si vous lisez tous mes commentaires, vous en aurez une connaissance complète.
                                      Je ne vais pas me répéter.

                                      Sur la question de ce mouvement de la tête de Kennedy, vous pouvez aussi lire que je ne me borne pas à reprendre les seules constatations de la commission Warren ayant interrogé des neurologues, mais que je reprends un article très documenté sur la question et qui précise même que l’une des personnes ayant conclu à l’absence de balle venant de face pour expliquer ce mouvement est un spécialiste pourtant tenant de la thèse du complot.

                                      Il a l’honnêteté de le dire, donnez-lui au moins ce crédit de ne pas être, comme vous dites, une pute.
                                      Quant à vos propos, ils sont votre opinion et votre opinion n’est pas un fait argumenté. Que voulez-vous que je vous réponde ?

                                      Sur vos dernières remarques, même chose, votre opinion ne fait pas un fait.
                                      J’ajoute que la HSCA, si elle a bien conclu qu’il y avait un second tireur (la thèse est contestée), a également précisé que son tir avait manqué le Président !
                                      Et pourtant, c’est le tir qui venait de face !!!

                                      Vous voyez, tout n’est pas si clair que certains le voudraient, et réduire mes propos comme vous le faites à des expériences sur des chèvres en 1940 n’est pas très fair-play, je pense au contraire avoir suffisamment apporté d’éléments pour mériter un peu plus de sérieux dans la contradiction...

                                    • Analis 22 novembre 2013 17:06

                                      Mais pourquoi donc s’en tenir forcément à la thèse du HSCA ou une proche ? Ce n’est qu’une théorie de conjuration parmi d’autres. Et pas celle qui repose sur le plus de faits.

                                      Ce que je dis de l’effet jet se base sur des considérations scientifiques élémentaires, il s’agit là d’un fait, pas d’une simple opinion. Pour le reste, j’admets que j’estime ne pas avoir à perdre de temps face à des constructions bancales et invraisemblables, parce que ce n’est pas à moi d’en apporter la preuve – l’attitude normale à adopter face à une construction invraisemblable. Le niveau de l’article très documenté du Dr Petty, je pense qu’il apparaît ici :  »The head snap to the rear, in the view of the panel, was that this was an automatic, involuntary reaction on the part of the President’s nerves and muscles. There was a blast inside the head, the nerves were fired off, and the muscles were set into action. The muscles in the back are stronger than the muscles in the front and so therefore the head moved backward.« »

                                      « The key point here is that this complex rearward movement is not compatible with a direct hit of a bullet from the right front. The head does not snap backward rapidly the way it snapped forward, even though it was perfectly free to do so. Rather the head starts moving backward slowly and gains momentum over several frames « .

                                      Désolé, mais comment ne pas rire. C’est un de ces textes rédigés avec un style pompeux et plein de termes choisis pour faire paraître plus scientifique son manifeste manque de substance. Ou pour faire plus court, du verbiage afin d’impressionner et égarer le profane (et inexact, car comme je l’ai fait remarquer, le mouvement vers l’arrière commence avec une vitesse très grande, la tête « saute » littéralement).

                                      Quant à David Mantik, partisan du complot ou pas, il s’égare, est-ce par trop grand attachement à la théorie du HSCA, je ne sais pas, mais cela ressort nettement de certaines de ses affirmations. Il dit  »I do not believe that a frontal shot, with any reasonable sized rifle or bullet, could produce the observed head snap — too much energy is required.«  , mais ça ne le gêne pas d’affirmer qu’un simple réflexe peut arriver à ce résultat ! La contradiction ne lui fait pas peur. Et manifestement, il n’a jamais vu la force que peut avoir un impact de balle ! Même d’un calibre petit, comme une Magnum .357.

                                      Et il faut aussi tenir compte du corset. Le dos est naturellement davantage bloqué en arrière, tout le monde sait ça (sauf apparemment le Dr Petty). Mais le corset renforçait cette caractéristique, en raidissant tout le corps. Il a fallu vraiment une forte énergie pour qu’il parte en arrière ainsi (le corset peut aussi rendre compte de certains côtés peu naturels que certains observateurs trouvent à son mouvement). On est loin du simple réflexe, combiné avec le « jet effect » ou pas.

                                      Quant au premier mouvement frontal déjà mentionné, il peut venir d’un tir l’ayant touché à l’arrière une fraction de seconde avant la frappe de face, et sensiblement moins puissant que cette dernière. Ou d’une inversion délibérée de deux images – un trucage, donc, s’ajoutant à la peinture d’une projection de chairs et d’os à partir du front.


                                    • morice morice 23 novembre 2013 13:27

                                      Au sujet des médecins de Bethesda et de leurs collaborateurs, la question est moins de savoir s’ils étaient qualifiés pour les blessures à la tête ou non, que ce qu’ils ont décrit`


                                      le problème ne se pose même pas quand on voit l’état de la t-ête

                                      vous parlez donc sans SAVOIR.

                                    • septik3 19 novembre 2013 21:45

                                      A quoi ca sert de connaître les causes si on ne connait pas les assassins ?


                                      • yvesduc 19 novembre 2013 21:47

                                        En complément de votre article, les éditions Demi-Lune viennent de traduire le meilleur livre étasunien sur le sujet, « JFK et l’indicible » de James Douglass. Je l’ai acheté mais pas encore lu ; j’ignore quelle est sa thèse. Cependant, une autre théorie circule, selon laquelle Kennedy voulait mettre fin au monopole de la FED sur la création monétaire. Les deux thèses se tiennent.


                                        • morice morice 20 novembre 2013 14:50

                                          « JFK a été tué par ce que l’on nomme le National Security State (l’appareil de Sécurité nationale, qui inclut les chefs militaires et du Renseignement), parce qu’il a renoncé au militarisme et s’est engagé vers la paix avec ses ennemis communistes, en particulier Nikita Khrouchtchev et Fidel Castro. C’est une histoire porteuse d’un grand espoir, une parabole de transformation et de rédemption. Si Kennedy n’avait pas mis sa vie en jeu lorsqu’il s’est opposé à la guerre nucléaire que ses généraux voulaient déclencher, nous ne serions pas vivants aujourd’hui pour discuter de sa décision et devenir, à notre tour, des artisans de la paix.  »


                                        • Lou Lou 20 novembre 2013 00:41

                                          Sur YouTube on peut trouver des vidéos sur le fait que le film de Zapruder a été « modifié » pour cacher que le chauffeur a ralenti en freinant, quant aux commendataires de l’ assassinat des Kennedy, un mélange des milliardaires du pétrole du Texas, le complexe militaro industriel US et les banquiers de la FED entre autre Kennedy voulait se débarrasser de la FED et avait fait imprimer 4 milliards de $....
                                           
                                          LBJ annula ce décret redonnant à la FED son pouvoir et commanda 9000 hélicoptère au complexe militaro industriel ...

                                          http://www.youtube.com/watch?v=T4n0J19yFMY
                                          http://www.youtube.com/watch?v=GFIlX0HjkmI
                                          http://www.youtube.com/watch?v=VI07govlUqI


                                          • morice morice 20 novembre 2013 09:51

                                            « cacher que le chauffeur a ralenti en freinant, »


                                            Aucunement.


                                            • TicTac TicTac 20 novembre 2013 16:04

                                              C’est de quel pays, un polaroïd ?


                                            • morice morice 21 novembre 2013 18:45

                                              particulièrement ridicule comme avis !! 


                                            • TicTac TicTac 21 novembre 2013 18:47

                                              C’est pas plus con que de dire qu’un polaroid pourrait détenir quoi que ce soit.

                                               smiley

                                            • TicTac TicTac 20 novembre 2013 16:40

                                              La seule certitude que l’on ait est que Kennedy a été assassiné.

                                              Vouloir déduire qui par le comment n’est pas pertinent.

                                              Le comment est connu. Il résulte des éléments de l’enquête et du film.
                                              On peut enculer les mouches sur des tonnes de théories, le rasoir d’Ockham fait le reste et il ne restera au final qu’une seule certitude : la mort de Kennedy.

                                              Le qui est connu lui aussi, sauf qu’il s’agit de savoir qui est derrière, si tant est qu’il existe un quelqu’un derrière.
                                              Ce que je reproche à des types comme Morice, c’est de prendre un raccourci pour arriver à démonter une thèse.
                                              En gros, si Oswald n’est pas seul, c’est un complot, il s’attache donc à faire croire qu’Oswald n’était pas seul.
                                              Sauf que ses démonstrations ne convainquent que lui et quelques aficionados.

                                              1. Il peut s’agir d’un complot même si Oswald était seul
                                              2. Fumer la moquette jette le discrédit sur le reste : la réalité supposée d’un complot

                                              Finalement, ça a toujours été le problème des complotistes : prendre les choses par l’envers pour tenter de démontrer qu’ils ont raison.
                                              Résultat des courses, tout devient trouble et même les interrogations légitimes deviennent sujettes à caution.
                                              Il reste des débats accessoires, sans pertinence et où s’affrontent des opinions de plus en plus marquées, éloignant celui qui cherche et doute du véritable coeur de sa recherche.

                                              • morice morice 20 novembre 2013 17:22

                                                Il peut s’agir d’un complot même si Oswald était seul


                                                ah ah ah elle est excellente comme découverte celle-là !

                                                jusqu’ici ; vous savez, comme personne n’a revendiqué l’attentat c’est OBLIGATOIREMENT un complot...

                                                ah ah ah il est hilarant l’envoyé de du pantouflier !!!!

                                                • tf1Goupie 20 novembre 2013 18:18

                                                  Non Morice : un complot, par définition, implique plusieurs personnes (vous étiez prof de quoi déjà ??).

                                                  Oswald pouvait très bien être le seul tireur mais avoir préparé l’assassinat avec d’autres personnes : complot ;

                                                  ou bien Oswald a été seul de bout-en-bout : pas complot ...

                                                  ou bien plusieurs tireurs solitaires avaient choisi de tuer le président au même moment,sans se concerter : pas complot, mais coïncidence hallucinante ... ceci dit, avec un corset on sait jamais smiley


                                                • TicTac TicTac 21 novembre 2013 09:18

                                                  Je comprends même pas ce qu’il dit, le Morice.

                                                  Quant à ce que je dis moi : Oswald peut très bien avoir agi seul mais avoir été piloté, manipulé.
                                                  C’est si difficile à comprendre ?

                                                • morice morice 21 novembre 2013 09:44

                                                  C’est si difficile à comprendre que la double seconde séquence de tir « Bang-Bang » pour tous les témoins ne peut pas avoir été tirée par un seul homme ? 


                                                  C’est si difficile à piger que de tirer en même temps à partir d’endroits différents exige une coordination de type radio ou par signes extérieurs pour pouvoir avoir lieu ? 

                                                  C’est nettement plus facile de venir troller à chaque fois pour tenir le contraire de ce que je raconte, quel que soit le sujet ...que je puisse aborder...

                                                  C’est nettement plus évident de venir à chaque fois qu’un autre site fondé par des exclus d’Agoravox vienne parler de moi, plus de 3 ans après les faits, démontrant une obsession caractérisée et une organisation de trollage sous pseudos différents de ceux exclus ....des comploteurs venant dire qu’il n’y a pas de complot car sur leur site de retraités acariâtres qui passent leur temps à s’en prendre aux thèses de Reopen ...ou aux auteurs d’Agoravox ou ceux qui les ont rejoints pour se faire éjecter en raison du dirigisme hitlérien du fondateur... au métalangage obsessionnel. Qu’il aille se faire soigner, il en a bien besoin...

                                                  C’est con pour vous d’être aussi évident...

                                                • TicTac TicTac 21 novembre 2013 09:51

                                                  « C’est si difficile à comprendre que la double seconde séquence de tir « Bang-Bang » pour tous les témoins ne peut pas avoir été tirée par un seul homme ? »

                                                  Oui, surtout quand je lis des rapports comme celui-ci :

                                                  « « Dans le but de tester le fusil dans des conditions similaires à celles de l’assassinat, la branche d’Evalution des Armes d’Infanterie de l’armée américaine a fait tirer des experts du fusil avec l’arme utilisée lors de l’assassinat sur trois cibles silhouettes à des distaces de 175, 240, et 265 pieds37.

                                                  Avec l’arme du crime et son viseur télescopique, trois tireurs considérés comme des experts par la National Rifle Association ont tiré chacun deux séries de trois coups. Dans les premières séries, les tireurs ont pris 4.6, 6.75, et 8.25 seconds entre leurs tirs, respectivement. Pour la seconde série, ils ont pris 5.15, 6.45, et 7 secondes. Les tireurs prenaient autant de temps qu’ils voulaient pour ajuster leur premier tir à 175 pieds, et tous ont touché leur cible. Aux quatre premières tentatives, les tireurs ont raté leur deuxième tir à 240 pieds de plusieurs pouces. Cinq des six tirs ont touché la troisième cible à 265 pieds, la distance qui séparait le président Kennedy de la fenêtre du sixième étage lorsqu’il a été frappé à la tête38. Aucun des tireurs d’élite n’avait d’expérience préalable avec l’arme du crime si ce n’est la manipulation du verrou de culasse. » »

                                                  « C’est si difficile à piger que de tirer en même temps à partir d’endroits différents exige une coordination de type radio ou par signes extérieurs pour pouvoir avoir lieu ? »

                                                  Oui, surtout quand rien n’indique que des coups de feu ont été tirés d’endroits différents.

                                                  « C’est nettement plus facile de venir troller à chaque fois pour tenir le contraire de ce que je raconte, quel que soit le sujet ...que je puisse aborder...


                                                  C’est nettement plus évident de venir à chaque fois qu’un autre site fondé par des exclus d’Agoravox vienne parler de moi, plus de 3 ans après les faits, démontrant une obsession caractérisée et une organisation de trollage sous pseudos différents de ceux exclus ....des comploteurs venant dire qu’il n’y a pas de complot car sur leur site de retraités acariâtres qui passent leur temps à s’en prendre aux thèses de Reopen ...ou aux auteurs d’Agoravox ou ceux qui les ont rejoints pour se faire éjecter en raison du dirigisme hitlérien du fondateur... au métalangage obsessionnel. Qu’il aille se faire soigner, il en a bien besoin...

                                                  C’est con pour vous d’être aussi évident... »

                                                  Que voulez-vous que je réponde à ça, Morice, quand vous croyez que balancer des infos vérifiables, crédibles, c’est troller vos articles.
                                                  Vous ne répondez finalement à rien, vous ressassez vos petites croyances.

                                                  Vous êtes si prévisible dans vos réactions...

                                                • TicTac TicTac 21 novembre 2013 09:58

                                                  Morice,

                                                  vous vous rendez compte de ce à quoi vous en êtes réduit pour contrer mes arguments ?

                                                  Si vous voulez éviter la confrontation suite à vos articles, faites un blog où vous pourrez exclure ceux qui vous déplaisent.
                                                  Mais vous êtes sur un média citoyen.
                                                  Je vous apporte la contradiction, preuves à l’appui.
                                                  Vous me répondez par des insultes et par des trucs sans aucun rapport avec le sujet.

                                                  Alors permettez-moi de vous dire que vous êtes à côté de la plaque, à la rue.

                                                • morice morice 21 novembre 2013 10:08

                                                  Je me rends compte surtout de votre harcèlement ici : comptez vos posts sur ce texte.


                                                  En prime vous oubliez une chose fondamentale : votre version, celle du rapport Warren à été rendue caduque officiellement par celui du House of Representatives Select Committee on Assassinations (HSCA)... qui a conclu à la présence de deux tireurs...

                                                  Cela s’appelle en ce sens du négationnisme.., et chez vous du harcèlement ...



                                                • TicTac TicTac 21 novembre 2013 10:28

                                                  Tiens, ce n’est plus du trollage mais du harcèlement, maintenant...

                                                  Et du négationnisme...

                                                  Ma réponse sur ce point Morice.

                                                  Le HSCA a conrifmé la quasi-totalité de l’enquête Warren.
                                                  La seule chose sur laquelle diffèrent ces deux commissions, c’est sur la présence de deux tireurs pour HSCA et d’un seul pour Warren.

                                                  Or, HSCA se base sur des éléments qui ont été abondamment contredits : la butte.

                                                  La base est l’analyse de l’enregistrement des sons transmis par la radio d’un policier.
                                                  Cette analyse était non pas des sons eux-mêmes, mais celle des impulsions sonores.

                                                  Ce que vous indiquez comme une certitude n’a pas été confirmé, comme le précise l’article de Wiki.
                                                  Désolé, Morice, mais vous m’aurez sur le dos encore un moment.

                                                • TicTac TicTac 21 novembre 2013 10:34

                                                  Autre problème, et non des moindres : Mc Lain, le motard, à qui le HSCA n’avait pas fait écouter l’enregistrement, a fini par déclarer que le dit enregistrement n’était pas celui de sa moto.


                                                • TicTac TicTac 21 novembre 2013 10:41

                                                  Et enfin, si vous aviez lu le rapport HSCA, vous auriez noté que s’il conclut à la présence de deux tireurs, il indique aussi que le possible coup de feu de ce possible deuxième tireur a manqué sa cible.

                                                  D’ailleurs, ce que vous présentez comme une certitude ne l’est pas :

                                                  « Les conclusions du HSCA relatives à l’existence d’une conspiration furent rapidement remises en cause.

                                                  En effet, la seule base pour arriver à cette conclusion avait été l’analyse d’un enregistrement censé avoir capturé des impulsions sonores à travers le microphone resté ouvert d’une moto de police située à Dealey Plaza pendant l’assassinat.

                                                  Or, deux éléments sont venus contredire cette conclusion  :

                                                  • Un chercheur indépendant se rendit compte que sur la bande analysée, il y avait, au moment des impulsions sonores supposées être des coups de feu, également l’enregistrement d’une transmission sur un autre canal de la police (les transmissions d’un canal pouvait être entendues de manière faible sur un autre canal). Or, l’enregistrement est celui d’une intervention dont on sait qu’elle a eu lieu après l’assassinat, et non pendant.
                                                  • L’officier de police dont le micro était censé être celui ayant enregistré les sons a suivi, sirène hurlante, la voiture du Président qui fonçait vers Parkland, ce qui ne correspond pas à ce que le dictabelt a enregistré, qui est celui d’une moto dont le moteur tourne au ralenti (ce qui a permis de supposer que le microphone ayant effectué l’enregistrement se trouvait peut-être sur une moto qui attendait l’arrivée du Président au Trade Mart) »

                                                • bourrico6 21 novembre 2013 10:45
                                                  Je vous apporte la contradiction, preuves à l’appui.
                                                  Vous me répondez par des insultes et par des trucs sans aucun rapport avec le sujet.

                                                  Ce n’est pas nouveau, et ça ne peut qu’empirer.
                                                  Alors pourquoi perdre son temps ?


                                                • Bruce Baron Bruce Baron 20 novembre 2013 21:55

                                                  Merci pour cet article Morice. Le 50ème anniversaire de la mort de Kennedy valait bien une retrospective sur Avox, et qui d’autre que vous pouvait s’y coller ! Votre contribution n’est certes pas un scoop, mais votre analyse tient la route et est agréable à lire. J’ai d’ailleurs appris certaines choses.


                                                  • Agafia Agafia 21 novembre 2013 09:09

                                                    bonjour

                                                    jackie kennedy à 4 pattes sur la limousine cherchant à récupérer les morceaux de crane de son mari ?

                                                    mouais.... permettez moi d ’en douter, ça c ’est la version « héroïque » pour l’édification des masses smiley ou pour faire pleurer la ménagere de 50 ans.
                                                    je pense qu’elle a seulement suivi son instinct de survie en cherchant à sortir du véhicule pris pour cible pour aller vers le garde du corps dont le job est de la protéger.
                                                    that’s all


                                                    • morice morice 21 novembre 2013 09:19

                                                      mouais.... permettez moi d ’en douter, ça c ’est la version « héroïque » pour l’édification des masses

                                                      C’est bien la preuve que vous ne connaissez rien à l’affaire.

                                                      À 4 reprises Jackie Kennedy dira aux gens présents « je tenais une partie de son cerveau dans mes lains »

                                                      On lui demandera de se taire et n’en parlera plus jamais, sachant que si elle évoquait le crâne éclaté elle alimentait la thèse du complot...

                                                      Alors l’éducation des masses dont vous parlez clés à été l’inverse...


                                                      • morice morice 21 novembre 2013 14:57

                                                        La seule chose sur laquelle diffèrent ces deux commissions, c’est sur la présence de deux tireurs pour HSCA et d’un seul pour Warren.


                                                        DEUX... donc. C’est con pour vous ça... et vos « arguments » ne défendant que la présence d’Oswald depuis votre apparition ici : « super tireur » selon vous, capable de réarmer et de tirer en moins de...1 seconde... laps de temps maxi entre les deux « derniers » tirs... vous l’avez ECRIT... et ne pouvez revenir en arrière là.... brefd, vous êtes... DEDANS !

                                                        Désolé, Morice, mais vous m’aurez sur le dos encore un moment.

                                                        ça ne fait que 6 ans que ça dure, le troll réinscrit.... vous savez, on s’y fait, à la connerie et au trollage, en ce laps de temps... c’est long, oui je sais, mais souvent quand on est con.. c’est pour longtemps, et 6 ans pour vous c’est rien.....

                                                        • TicTac TicTac 21 novembre 2013 15:46

                                                          Vous ne savez définitivement pas lire, Morice...

                                                          La présence d’un second tireur n’a pour base qu’une seule chose : l’étude des fichiers sonores.

                                                          Sur base de cette étude, la HSCA, démentie depuis, a effectivement indiqué que quatre coups de feu auraient été tirés, ce qui s’est avéré être une hypothèse et non une certitude.

                                                          Du coup, quatre coups de feu faisaient deux tireurs, non pas par des preuves de cette seconde présence mais par nécessité.

                                                          Du coup encore, il a fallu faire dire à ces fichiers sonores quelque chose de compatible avec la vidéo : que ce tireur se trouvait sur la butte, face à Kennedy.
                                                          Il le fallait puisque, sur base d’une étude de la vidéo, la tête du Président semblait partir en arrière.

                                                          Manque de bol, Morice, des experts se sont penchés sur la question, et notamment des spécialistes cités plus haut (dont l’un est partisan de la thèse du complot).
                                                          Leur réponse ?
                                                          Pas de coup de feu venant de l’avant.

                                                          Manque de bol encore, les fichiers sonores ne donnent rien de probant, et surtout pas sur la localisation de ce supposé quatrième coup de feu.
                                                          Mieux, le flic à qui appartenait la radio a déclaré que l’enregistrement ne venait pas de sa radio.
                                                          Mieux encore, et comme indiqué dans les sources que je vous ai données, l’impulsion sonore représentant prétendument le quatrième coup de feu est en décalage avec les événements.
                                                          Pour vous le faire en bref, ils sont ceux d’un second canal radio et l’on y entend des paroles dont on sait qu’elles ont été prononcées après les événements.

                                                          Pour que nous puissions parler de la même chose, Morice, renseignez-vous avant de balancer vos sentencieuses affirmations, et notamment sur le fait qu’il ne s’agit pas de l’étude de bandes sonores mais de l’étude des impulsions sonores de ces enregistrements, dont la pertinence reste tout à fait aléatoire.
                                                          C’est d’ailleurs bien la raison pour laquelle les différentes enquêtes postérieures à celle de la HSCA contredisent ou valident celle-ci.

                                                          Vous ne pouvez donc pas affirmer de manière péremptoire qu’il y avait deux tireurs.

                                                          Est-ce que vous comprenez bien ce dont je parle ou est-ce que vous voulez continuer à jouer à l’abruti dans l’espoir que je finisse par vous dire que vous avez raison.

                                                          Vous savez, Morice, je doute de vous depuis un certain temps déjà, et l’une des raisons de mes doutes est que lorsque je vois le soin avec lequel vous exposez vos recherches quand il s’agit de convaincre, je ne peux m’empêcher de le comparer avec le laxisme avec lequel vous analysez des contradictions pourtant fouillées et vraisemblables.

                                                          Ca s’appelle être partisan et je n’ai donc aucune leçon à recevoir de vous.

                                                        • fred 21 novembre 2013 23:20

                                                          Bel effort sur le sujet qui m’a passionné des années et complètement renversé. Sans le film d’Oliver Stone, je serais devenu un employé lambda, probablement carriériste.


                                                          Avec le temps j’ai découvert ce dont Stone ne parle à aucun moment.






                                                          • fred 21 novembre 2013 23:28

                                                            L’Ordre exécutif 11110 (voir http://www.futurquantique.org/2009/03/18/trois-raisons-pour-lesquelles-jfk-a-ete-assassine/ ).


                                                            Il a y a une chiée de raisons pour lesquelles ont aurait pu le tuer mais celle-ci me semble la plus crédible d’autant que c’est le premier acte officiel posé par son successeur, dans l’avion ramenant Jackie encore tâchée du sang de son mari. Des gens plus que puissants.

                                                            Néanmoins, le film de Zapruder est truqué (http://www.youtube.com/watch?v=9Y7Ss_Fp_Vs).

                                                            Un histoire officielle rocambolesque, des truthers qui vous emmènent ailleurs (dont les médias se font l’écho après avoir étouffé la chose). Aucune conséquence politique, aucune action décisive derrière. Rien.


                                                            911 : le même procédé. Une histoire officielle lamentable, truffée d’incohérences. Des médias qui verrouillent. Des truthers qui rassemblent les incohérences et... L’ensemble de la couverture télévisuelle TRUQUEE en léger différé (10 secondes environ) : https://www.google.be/search?q=september+clues+version+fran%C3%A7aise&oq=september+clues&aqs=chrome.1.69i57j0l5.4153j0j7&sourceid=chrome&espv=210&es_sm=91&ie=UTF-8 .

                                                            Bref, par derrière comme par devant, la vérité n’est pour personne.

                                                            Que s’est-il réellement passé ? No se.

                                                            Quelles conséquences ? No se.

                                                            Quel avenir ? sombre... héros (ok ça c’est pour la vanne).

                                                            Le niveau de crétinerie à laquelle on nous demande d’adhérer est sans fonds. Après, on pourra encore nous le reprocher...

                                                            AVF !

                                                            Qui a encore le moindre espoir sur un homme providentiel ? Si oui, il sera une sorte de Gandhi. Sinon, BASTA ! Mais le méritons-nous ce Gandhi ? Aurons-nous nos oreilles ouvertes quand il prendra la parole ?

                                                            A bientôt 40 balais, je suis persuadé que si cette évolution doit se produire, elle devra commencer par l’alimentation( https://www.google.be/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&cad=rja&ved=0CC8QtwIwAA&url=http%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fwatch%3Fv%3D3pupDVbec2s&ei=sYiOUpT0KsXK0QWp5ICwDQ&usg=AFQjCNEnlEXjxC92mz-VlJ-TAp6ZN2sYng&sig2=Yc7flKNddGSDu1oerhIoIg&bvm=bv.56988011,d.d2k) . Pour qu’on se réveille, nous les malades, les lymphatiques.

                                                            Bonne nuit à tous smiley




                                                            • fred 21 novembre 2013 23:30

                                                              Lyndon Johnson : http://en.wikipedia.org/wiki/Executive_Order_11110


                                                              (déso pour les fautes... fonds->fond, fatigué smiley)

                                                              • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 22 novembre 2013 04:22

                                                                Merci Morice, sacré boulot amenant de l’eau au moulin n’en déplaise aux détracteurs agressifs systématiques. 


                                                                • bourrico6 22 novembre 2013 12:02

                                                                  Tu crois que l’agressivité générale contre lui est venue comme ça ?
                                                                  Que c’est un complot ?

                                                                  Non, c’est Morice qui la créée en étant lui même abjecte dans ses commentaires, dans le ton qu’il emploie, dans sa façon de se foutre de la gueule des gens, de prendre tout le monde pour des cons, d’aller chouiner après de la modération à longueur de temps tout en l’accusant d’être d’extrême droite, vendue à Dieudonné et je ne sais quelles autres délires issus d’un esprit complétement parano.

                                                                  Et sadomaso aussi, puisque malgré ça, il reste ici depuis des années.

                                                                  Moi je serais une modération fasciste, je l’aurai viré à grand coup de latte depuis longtemps.

                                                                  Lis ce qu’il écrit, parce qu’à le défendre bêtement comme ça, tu passes pour un couillon.
                                                                  Je sais de quoi je parle, je l’ai défendu aussi, avant de me faire traiter comme une sous merde pour avoir été d’accord avec lui.

                                                                  Aucun de ces commentaire ne contient la moindre trace de tact ou de respect, aucun !!

                                                                  Ca c’est pour le personnage, pour la fond du texte.... comme d’hab, il a une idée, une version, c’est comme ça et puis c’est tout.
                                                                  A chaque fois, sur des sujets polémique comme ici sur sur Kennedy, mom à la solution, la seule, l’unique, et tous les autres sont des cons.
                                                                  Regarde ce qu’il fait des éléments qui le contredisent, regarde comment au lieu de répondre correctement, il attaque l’auteur.
                                                                  Et toujours pareil, troll, fasciste, momo victime harcèlement, etc, etc.

                                                                  Comment tu appelles ce genre de comportement ?

                                                                  Alors par pitié, les commentaires comme les tiens sont ceux de gens qui ne savent pas de qui ni de quoi ils parlent, ce type est indéfendable.


                                                                • morice morice 22 novembre 2013 12:11

                                                                  ce matin dans le Figaro à la question sur complot ou pas on est à 88% de oui sur 9780 votants....


                                                                  l’idée à bel et bien fait son chemin. Et Kennedy a bien été atteint par plusieurs tireurs, le coup fatal en pleine tête n’étant pas celui tiré par Oswald...

                                                                  • TicTac TicTac 22 novembre 2013 13:01

                                                                    Même la HSCA dont vous revendiquez les résultats d’enquête dit que le second tireur n’a pas atteint sa cible.

                                                                    Arrêtez de dire des contre-vérités.

                                                                  • Valparaiso Valparaiso 22 novembre 2013 13:34

                                                                    La thèse sur la FED est apparue à partir de la crise des subprimes... ça me semble donc pour le moins être anachronique.

                                                                    Comme beaucoup de monde, je me suis passionné par cet assassinat, j’ai lu les complotistes, les warrenistes, j’avais gobé étant ado la thèse de Garrisson.
                                                                    Mais après l’affaire du 11 septembre, j’ai regardé le meurtre de JFK avec un angle nouveau. Quelles preuves sont vraiment fiables ? De quoi est-on vraiment sûr ?

                                                                    La balle semble venir de face sur la vidéo de Zapruder. Certe.
                                                                    Mais il y a des éléments à prendre en compte.
                                                                    Primo JFK portait un corset, ce qui fait qu’il est resté bien assis même après le premier tir. Deuxièmement sir la balle venait de face, donc de l’avant gauche, vu la position de JFK à ce moment là, c’est l’arrière central du crane qui aurait explosé. Or il reste des doutes là dessus. Le personnel de l’hopital Parkland dit ne pas avoir vu la même chose que ce que montre les photos de l’autopsie militaireà Washington. Corps maquillé ? On ne voit pas quand !
                                                                    Quand on voit tire dans le cerveau, le corps peut avoir d’étrange reflexe musculaire... et si la balle venait de devant, d’ou proviennent alors les éclats de balle dans le par-brise de la Lincoln ?
                                                                    Par contre si la balle vient de devant ça explique que Jackie avait plein de sang sur elle et qu’un morceau de cerveau soit allé derrière.
                                                                    Oui mais l’analyse fine des images de zapruder montre un eclat devant Kennedy et un très leger mouvement vers l’avant avant qu’il soit rejeté en arrière.
                                                                    A l’arrivée, il me semble presque sûr, malgré la première vision des images, que la balle venait bien de derrière.
                                                                    Des mecs ont fait des reconstitutions 3D en placant bien la Lincoln, et l’angle de tir est bien plus probablement venu du dépot de livre.
                                                                    CEPENDANT, ça ne veut pas dire pour autant qu’Oswald est le tireur et que le mannlicher Carcano est l’arme du crime.
                                                                    Ca n’est que mon point de vue mais je pense que la piste de McWallace, homme de main de Johnson, avec un Moser est bien plus crédible. Tirer sur une cible mouvante, à travers un feuillage et réussir deux coups au but aussi sompteux, ce n’est pas à la portée du premier venu, même si Oswald avait été marines.

                                                                    Quant à la balle magique, là encore Garrisson s’est planté. Le strapontin central de la Lincoln était décalé vers le centre et plus bas que les sièges arrières. Et Kennedy n’était pas bien assis en ligne mais légerement de coté pour saluer la foule. Un autre superbe montage 3D montre Kennedy et Connaly bouger de façon progressive en une fraction de seconde, comme si une même balle les traverdait. Seule une arme de guerre pouvait faire ça, certainement pas la vieille pétoire d’Oswald. (Je passe sur la photo truquée du LIFE où Oswald pose avec l’arme).

                                                                    Oui je crois au complot mouillant Johnson. Je crois qu’il a été ensuite facile de convaincre les mecs des services secrets et du FBI de participer à effacer des traces, en laissant planer le doutes sur qui avait pu faire ça. l’affaire était fumante et faisait peur. Garrisson a dans un premier temps aidé les gens à prendre conscience qu’il y avait un problème. Mais ensuite il a decrédibilisé les complotistes en multipliant les erreurs.

                                                                    L’exemple type c’est le film JFK : selon moi le fond est vrai, surtout la scène monumentale avec Donald Sutterland qui explique le « pourquoi ». Mais il y a un site qui s’appelle les « 100 erreurs du film JFK » dont au moins une bonne cinquantaine sont parfaitement recevables.


                                                                    • TicTac TicTac 22 novembre 2013 14:23

                                                                      Quasi d’accord avec tout ce que vous dites.

                                                                      Pour autant, les analyses faites ultérieurement ont validé que les balles retrouvées avaient été tirées par le fusil d’Oswald.
                                                                      Très bon article ici.
                                                                      Sur le nombre de tirs et leur provenance, les liens que j’ai indiqués dans mes autres posts valident en effet la thèse d’un seul tireur.

                                                                    • TicTac TicTac 22 novembre 2013 14:39

                                                                      Petite précision à nouveau sur la balle de face.

                                                                      Les analyses faites au fil du temps et les expériences parfois sans aucun rapport (voir notamment les liens vidéo ici) ont montré que, contrairement à une idée reçue, une balle qui percute un corps humain n’a pas pour effet de lui imprimer un mouvement d’accompagnement.
                                                                      Le mouvement peut même être contraire à celui attendu (voir l’expérience de la pastèque).

                                                                      En revanche, ce sur quoi les spécialistes s’accordent, c’est sur l’effet combiné de la réaction musculaire (muscles arrières plus puissants que les muscles avant) et de la réaction neuronale pour expliquer pourquoi il y a ce mouvement de recul.
                                                                      J’ai même cité David Mantik, partisan de la conspiration, qui reconnaît ce fait scientifique (« I do not believe that a frontal shot, with any reasonable sized rifle or bullet, could produce the observed head snap — too much energy is required. »)

                                                                      Le principal souci de certains conspis, c’est ce postulat qui veut qu’une balle ait percuté de l’avant.
                                                                      En effet, il oblige à trouver des preuves d’un second tireur, situé sur la butte.
                                                                      En ont suivi des études acoustiques qui, malheureusement, n’ont rien donné de probant.

                                                                      Mais des gens comme Morice se foutent de ces détails. Ils tiennent mordicus à cette version d’un second tireur parce qu’elle valide l’idée du complot.
                                                                      La HSCA est la seule à avoir énoncé la certitude de ce second tir.
                                                                      Elle a pourtant indiqué avec force que ce second tireur a manqué sa cible !
                                                                      Croyez-vous que cela gène notre Morice ?
                                                                      Non, pas le moins du monde.

                                                                      En réalité, pour ma part, je suis partisan d’un tireur unique, thèse qui n’implique pas, comme on veut le faire croire juste pour autoriser un discours stigmatisant et discréditant (je serais un mouton aveugle et naïf), que le complot est exclu.
                                                                      Je crois qu’Oswald a été manipulé, utilisé.
                                                                      Je crois que l’on s’est servi de sa personnalité pour nourrir son passage à l’acte.
                                                                      Maintenant, sur qui est le commanditaire, la liste est longue mais je penche comme vous pour Johnson.

                                                                    • Analis 22 novembre 2013 17:47

                                                                      Ca n’est que mon point de vue mais je pense que la piste de McWallace, homme de main de Johnson, avec un Moser est bien plus crédible. Tirer sur une cible mouvante, à travers un feuillage et réussir deux coups au but aussi sompteux, ce n’est pas à la portée du premier venu, même si Oswald avait été marines.

                                                                      La question du rôle de Mc Wallace est en effet cruciale. La découverte d’une empreinte digitale qui semble être la sienne dans le dépôt de livres, découverte qui a longtemps été censurée par le FBI, paraît incriminante pour Lyndon Ben Johnson. Car on voit mal quelle raison innocente Mc Wallace avait d’être là ce jour-là.

                                                                      Après, ça ne résout pas la question du rôle exact d’Oswald (guetteur ou tireur supplémentaire ?), ni d’ailleurs de quel Oswald il s’agissait (c’est encore tout un autre pan de mystère). Ni du nombre total de tireurs, ni du tir de face, ni du nombre total de balles à avoir touché JFK, ni si toutes venaient de la même direction, ni de la nature de l’arme utilisée au dépôt de livres (les premiers témoignages parlaient d’un Moser).

                                                                      Quant à la question de la balle magique, il est vrai qu’elle dépend de la position de Kennedy et de Connally. Celle-ci a été remise en cause, résultant sur une disposition qui résoudrait le problème. Mais j’ai lu il y a peu que d’autres chercheurs avaient conclu que c’était le schéma retenu par Garrison qui avait le plus de chances d’être vrai. La controverse continue. Mais il est sûr qu’aucune des deux solutions n’est favorable au Carcano arme unique. Dans tous les cas, la démonstration de l’invraisemblance de la trajectoire de la balle magique n’est pas un argument indispensable pour prouver l’existence d’une conjuration. 


                                                                    • HERVE 22 novembre 2013 17:16
                                                                      En ce qui concerne l’assassinat de J-F Kennedy, je crois que vous devriez vous intéresser à Lyman Lemnitzer et à l’opération Northwoods. Lyman Lemnitzer était SACEUR au SHAPE (OTAN, France puis Belgique) et était donc à la tête des réseaux Stay-behind (Gladio en Italie). En Belgique, son assistant était Guy Weber. Selon Gaud, repris par Ganser, le Stay-behind français était proche du SAC (Service d’action civique), lui-même impliqué dans des affaires de drogue (voir Christian David, etc). C’est à mon avis via ce milieu de trafiquants (voir ce qui concerne la « French Connection ») que Lyman Lemnitzer a pu organiser l’assassinat.
                                                                       
                                                                      L’opération Northwoods a été proposée par Lyman Lemnitzer au président Kennedy. Elle consistait à assassiner des citoyens américains et à faire porter le chapeau aux Cubains afin que l’opinion publique accepte une invasion de l’île. Cette opération a été refusée par Kennedy qui a éloigné peu après Lemnitzer (privé d’un second mandat) au SHAPE en France puis en Belgique. Lyman Lemnitzer a aussi été à l’origine de la DIA (Defense Intelligence Agency) et faisait bien entendu partie du complexe militaro-industriel. A la tête des réseaux Stay-behind (avec son assistant belge Guy Weber), il est aussi responsable du coup d’Etat des colonels en Grèce.
                                                                       
                                                                      L’implication de Lyman Lemnitzer est tout-à-fait compatible avec le livre de Steve Rivele, qui se base sur les déclarations de Christian David. Les trois tueurs seraient Roger Bocognani, Lucien Sarti et Sauveur Pironti. Lucien Sarti a été accusé du meurtre d’un policier belge et s’est enfui en Amérique latine où il a travaillé pour Auguste Ricord. Il y a donc eu une complicité entre des réseaux mafieux et le complexe militaro-industriel ... une complicité qui va apparaître d’ailleurs par après dans d’autres affaires.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès