• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > A la détresse des Français, Macron répond par la promesse d’un (...)

A la détresse des Français, Macron répond par la promesse d’un débat

C’est comme si on traitait un AVC par un colloque sur les maladies cardio-vasculaires !

Quelques semaines après le début du mouvement des Gilets Jaunes et dix jours après le lancement de mon appel au Général de Villiers, une constatation s’impose : jamais une initiative politique destinée à rester longtemps méconnue n’a aussi bien collé avec l’actualité. En effet, les Gilets jaunes sont venus, comme à dessein, illustrer et même justifier la nécessité qui s’impose à la société française de changer radicalement son logiciel politique et le personnel chargé de son exploitation et de sa maintenance.

En deux mots, les Français sont en train de pousser la logique de dégagisme entamée en 2016 avec les primaires pour la désignation des candidats LR. Avec le discours prononcé ce matin par Emmanuel Macron, on atteint le sommet, si j’ose dire, du fossé creusé entre les Français et leur représentation politique depuis, selon moi, l’arrivée de la Gauche au pouvoir en 1981.

Ce matin, le Président de la République a répondu au cri de détresse des Français par des considérations oiseuses et des commentaires philosophiques abscons et, surtout, des propositions à long terme, non pas de solution mais de débat. Sur l’urgence, rien ! C’est comme si on traitait un AVC par un colloque sur les maladies cardio-vasculaires ! Cette non-réponse du pouvoir a jeté les Gilets jaunes dans un état d’abattement extrême. Les Gilets jaunes et, plus largement, les Français conservaient quelque part au fond d’eux-mêmes un infime espoir d’être entendus. Ils se disaient qu’au moins ils échapperaient à l’augmentations des tarifs de l’énergie et des taxes programmées pour ce 1er janvier 2019. Mais, non, rien n’est venu ; on leur propose seulement de participer à un « comité Théodule » et à un hypothétique débat à venir dans les trois mois.

L’incapacité d’Emmanuel Macron à entendre le cri de souffrance des Français a un effet immédiat : ils comprennent ENFIN qu’on ne peut pas demander aux pyromanes d’éteindre les feux qu’ils mettent tant de constance à attiser. Ils savent maintenant que rien ne sera fait par le pouvoir en place pour répondre à leurs attentes. Les plus politisés d’entre eux sont de plus en plus nombreux à demander la dissolution de l’Assemblée nationale, la démission du Président, un référendum ; les autres demandent des solutions et se fichent de savoir par qui ni comment. Et c’est bien légitime car dans une société démocratique, les citoyens, qui ont assez à faire avec la nécessité de gagner leur vie et assurer l’éducation de leurs enfants, élisent des gens pour les représenter et pour mener une politique en leur nom et pour eux.

En réalité, ces demandes, si elles étaient acceptées - ce qui serait illogique car comment imaginer qu’après avoir refusé de renoncer à une simple augmentation de taxes Emmanuel Macron accepte de remettre en jeu un pouvoir qu’il a conquis par défaut ? S’il était dans l’état d’esprit de quelqu’un disposé à écouter le Peuple français, il aurait reculé sur le détail pour préserver l’essentiel.

Les institutions permettent à Macron de se maintenir coûte que coûte

D’ailleurs, en quoi la dissolution de l’Assemblée, la démission du Président ou un référendum changeraient-ils quelque chose ? Réponse : en rien car ils ne feraient que changer le personnel politique en place par celui qu’on a déjà vu à l’œuvre ! Ce serait un moindre mal si ces gens étaient foncièrement différents d’Emmanuel Macron ; mais ce n’est pas le cas. A l’exception des Insoumis, du Rassemblement national et de Debout la France, tous sont libéraux, européistes, mondialistes, immigrationnistes, communautaristes, LGBTistes. Comme on ne voit pas les Français porter Jean-Luc Mélenchon ou Marine Le Pen à la Présidence de la République (je ne pose pas la question de savoir si c’est souhaitable) ou élire une majorité anti-européenne, gauchiste ou nationaliste à l’Assemblée nationale, ces « solutions » ne déboucheraient que sur une restauration de ceux qui ont mené la France à l’état où elle est aujourd’hui. Evidemment, ils se dépêcheraient de revenir sur les mesures Macron qui ont mis le feu aux poudres mais, sur le fond, rien ne changerait.

Pire, certaines de ces options auraient un effet contraire à celui qu’on en escompte. Mais voyons ça de plus près !

Après avoir rappelé que ces trois options - démission du Président, dissolution, référendum - relèvent de l’initiative du Président de la République, disons d’emblée que l’une d’elle est purement et simplement inimaginable : la démission du Président. On ne voit pas, en effet, Macron céder tout le pouvoir alors qu’il s’accroche au presque rien que constituent les augmentations de taxes. Restent le référendum et la dissolution.

Un référendum n’aurait aucun sens car il se transformerait automatiquement en consultation « pour ou contre » le Président de la République. Dès lors qu’Emmanuel Macron a décidé de camper sur ses positions, on n’en voit pas l’intérêt pour lui.

La dissolution de l’Assemblée pourrait, en revanche, être utile à Emmanuel Macron mais sûrement pas à quarante deux mois du terme de son mandat. Pour l’heure, elle ne ferait que ramener au pouvoir ceux que les Français ont chassés en 2012 et qui ont raté leur retour en 2017. Des législatives anticipées seraient favorables à une alliance entre les Républicains et l’UDI… qui ne demandent qu’à gouverner avec Macron. En effet, macron fait tout ce que la droite libérale a rêvé de faire sans l’oser. Elle ne demande qu’à prendre en otage et à l’obliger à concéder des pans entiers de son pouvoir (Matignon et de nombreux ministères) en échange d’une cohabitation d’autant plus bienveillante que rien ne la sépare de Macron au plan idéologique et, surtout, sur celui de leur vision euro-mondialiste.

Les français pourraient bien, en 2022, avoir le choix entre une douzaine de candidats dont la moitié seront des revenants et l’autre jamais partie.

Une dissolution se solderait par une véritable restauration mais absolument pas un renouvellement. Et, certes, les Français y gagneraient un recul sur les taxes mais la France y perdrait toute chance de retour à sa souveraineté et à sa grandeur.

En revanche, la dissolution pourrait constituer une véritable option pour Emmanuel Macron en 2020. En effet, dans l’état actuel des choses, on l’imagine mal redresser son image et recouvrer des chances de succès en 2022. En revanche, une dissolution suivie d’une cohabitation au cours de laquelle il pourrait mettre toute son énergie à saboter discrètement le travail de son gouvernement lui permettrait de se racheter une virginité. En quelque sorte, une dissolution-exfiltration ou dissolution-mise au vert serait un bon moyen de regagner assez de popularité pour reconstituer ses chances de réélection. Mitterrand n’a pas fait autre chose entre 1986 et 1988.

Bref ! Ce qui s’annonce n’a rien de très folichon. Et les français pourraient bien, en 2022, d’avoir le choix entre une douzaine de candidats dont la moitié seront des revenants et l’autre jamais partie. Sauf si les Patriotes utilisent le temps qui nous sépare de la prochaine échéance vitale pour la France - la Présidentielle de 2022 OU une éventuelle dissolution en 2020 - à travailler à une solution alternative à la fois radicale et de bon sens.

Travailler à une solution alternative à la fois radicale et de bon sens

Cette alternative à la fois radicale et de bons sens s’incarne, à mes yeux, dans le Général Pierre de Villiers. J’en ai eu l’intuition au moment de son limogeage de sa mission de Chef d’état-major des Armées. J’en suis convaincu depuis qu’il s’exprime publiquement pour les besoins de la promotion de ses livres. Certes, Pierre de Villiers dit à qui veut l’entendre qu’il ne postule à rien et ne cherche qu’à partager son expérience. Je veux bien le croire ; mais rien ne dit qu’il ne changera pas d’avis au vu de la nécessité de réparer les dégâts causés par quarante ans de politique irresponsable. C’est pourquoi je persiste à penser qu’en mai 2022, il pourrait être le candidat des Français qui aiment leur pays et qui tiennent à préserver sa civilisation mais aussi, plus généralement, de ceux qui souffrent de la politique irresponsable de cette caste politicienne déconnectée qui rentre par les fenêtres après qu’on l’ait chassé par la porte.

En tout cas, j’y travaille. Mon appel au Général de Villiers a été signé par plus de 1 600 personnes en dix jours ; j’ai entamé la création d’un réseau de comités de soutiens dans chacune de nos 577 circonscriptions législatives ; enfin, j’ai pris des contacts avec des responsables de think tank et de petites formations citoyennes afin qu’ils se joignent à nous. Et je continuerai à appeler sans discontinuer nos compatriotes à signer la pétition et à nous rejoindre et à inviter les plus motivés d’entre vous à me contacter pour participer à cette entreprise citoyenne[1].

 

[1] Contacts :

. blog https://www.kader-hamiche.fr/

. mail : kader-hamicheotmail.fr

. twitter : @KaderHamiche

. Facebook : https://www.facebook.com/kader.hamiche.1

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.79/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • gaijin gaijin 30 novembre 2018 10:12

    un débat ...

    une réunion ..

    une commission 

    une réunion préparatoire a la commission

    une réunion de préparation de la réunion préparatoire

    ........

    la technocratie en marche !!!

    cad la lèpre qui gangrène entreprises , administration et gouvernement ...


    • math math 30 novembre 2018 10:19

      Son cynisme envers les Français, est à la hauteur de sa mégalomanie..

      Tous jours il répète qu’il a compris l’appel du peuple, mais qu’il ne changera en rien sa politique et ira de l’avant pour tenir le contrat envers les riches !

      Tous les autres peuvent aller se rhabiller..dans les couleurs de ieur choix !

      Doit être daltonien ?


      • zygzornifle zygzornifle 30 novembre 2018 10:26

        Oui quand le peuple a faim il montre des photos de son repas au Crif ....


        • Arogavox 30 novembre 2018 10:29

          Le pouvoir du peuple en France n’est limité qu’à l’idée d’une possibilité théorique de contre-pouvoir par l’article 68.

          Aujourd’hui qu’une majorité absolue des Français veut faire cesser l’inacceptable, il est INDISPENSABLE qu’une première destitution soit demandée et obtenue.

          Sans quoi nous aurons la preuve que l’article 68 n’est pas dissuasif et ne serait donc qu’un leurre :

          toute légitimation officielle deviendrait suspecte et la République laisserait place au chacun pour soi du

          sauve qui peut !


          • zygzornifle zygzornifle 30 novembre 2018 10:34

            Il est en train de diluer le mouvement , oui dans trois mois , il va vous ronger lui et son équipe de bras cassés comme un acide .....

            Une fois que vous vous serez habitués a l’augmentation des carburants , du gaz, de l’électricité ,des assurances,de la flotte , des mutuelles,des autoroutes , de la poste etc....

            Une fois que vous vous serez habitués a vous serrer la ceinture d’un cran de plus il vous dira que le dialogue c’est bien mais qu’il ne reviendra sur rien Hahahaha

            Macron se fiche de vous , il vous méprise , vous conchie dessus , c’est maintenant ou jamais , dans 3 mois il sera trop tard , c’est comme si vous vouliez avorter de Macron , faut pas attendre qu’il soit formé pour se débarrasser du Rothschildien ....


            • Balkanicus 30 novembre 2018 10:45

              @zygzornifle

              Qui va pratiquer l ivg ?


            • zygzornifle zygzornifle 30 novembre 2018 13:38

              @Balkanicus

               Édouard a la tête a ça non ?


            • Balkanicus 30 novembre 2018 13:44

              @zygzornifle

              Cahuzac ?


            • Jason Jason 30 novembre 2018 12:01
              Je ne crois pas que l’appel au Général de Villiers soit un bon choix.

              Pour paraphraser Coluche : Quand j’entends ce que j’entends et que je vois ce que je vois, ça ne m’étonne pas qu’on en soit où on en est.

              Sur un mode plus sérieux, j’attends peu de chose d’une population imprégnée de monarchisme républicain. Le fait d’aller soumettre, le chapeau dans une main, les doléances dans l’autre, leurs souhaits aux titulaires de l’autorité, n’augure rien de bon. Car soumettre une humble requête au bon vouloir de gouvernants qui ne doivent leur position dominatrice qu’à un semblant de démocratie, cet effort est voué à l’échec.

              Les Gilets Jaunes sont en train de passer à côté d’une situation essentielle : celle du pouvoir.  Ils ne devaient pas se rendre à Paris, sinon pour manifester, mais pas pour aller dans un ministère (et de plus, pas le bon. Bercy aurait été un meilleur choix). Ils devaient convoquer (j’insiste sur le mot) un membre du gouvernement de leur choix, dans un lieu de leur choix (Perpignan, Mulhouse, Brest, etc.), et discuter d’un agenda de leur choix. Et ce choix aurait dû être autrement plus ambitieux que ce qu’il est. Tant pis. Malheur à ceux qui se cherchent un maître ou un roi et qui, ce faisant, courbent l’échine !

              Ce gouvernement a beau jeu de critiquer l’insuffisance du nombre de manifestants, ce même gouvernement élu avec un score minable !

              De plus, comme la mobilité reste excessivement taxée, il fallait organiser une journée sans déplacements, où chacun reste chez soi. Le résultat ne se serait pas fait attendre.

              • zygzornifle zygzornifle 30 novembre 2018 13:39

                Cool les mougeons le débat va remplir vos frigos déjà vide le 15 du mois et combler votre découvert a la banque , c’est le père Noël votre président .....


                • Christian Labrune Christian Labrune 30 novembre 2018 13:41

                  à l’auteur,

                  Votre analyse de la situation actuelle est des plus pertinentes. Effectivement, on ne voit pas de solution. En revanche, votre appel à un général De Villiers me paraît tout à fait saugrenue ; c’est comme si vous vous proposiez de résoudre un problème complexe en recourant à la baguette magique des vieux contes. Le recours à l’armée, prévu par la constitution (état de siège, état de guerre) n’est pas une solution politique ; a contrario, il sanctionne la mort du politique et une suspension, en cas de force majeure, des libertés républicaines. C’est l’équivalent de la dictature dans la république romaine, et il est fort peu souhaitable de devoir en arriver là.

                  Cela dit, on va tout droit vers la guerre civile, et on ne peut pas se faire trop d’illusions sur le sympathique soulèvement des gilets jaunes que les organisations les plus extrémistes, encore plus pernicieuses que celles qu’on voit au pouvoir, essaient déjà de récupérer. N’importe quoi peut surgir assez rapidement au sommet de cette grosse vague tumultueuse, et la fermentation des banlieues islamisées qu’évoquait Collomb lors de sa démission est aussi une menace qui finira par éclater au grand jour et qu’il convient de prendre en compte.

                  Bref, si la situation continue à pourrir, et comme il n’y a aucune relève à espérer du côté des vieux partis dits « de gouvernement », par la force des choses, il faudra peut-être bien finir par compter provisoirement sur l’armée républicaine, mais ce sera vraiment en dernier recours.


                  • Kader Hamiche Kader Hamiche 30 novembre 2018 14:59

                    @Christian Labrune
                    Nulle part dans mon appel au Général de Villiers il n’est question de recourir à l’Armée.Par conséquent, votre long développement, quoique pertinent, est hors sujet.
                    J’ajoute qu’il serait irresponsable de confier à notre Armée des tâches de maintien de l’ordre ; ce n’est pas sa vocation. Et je me réjouis de voir que personne de raisonnable dans notre personnel politique n’y songe.


                  • kalachnikov kalachnikov 30 novembre 2018 15:10

                    @ Kader Hamiche

                    La gendarmerie, les gardes mobiles, eurogenfor, c’est quoi ?


                  • Kader Hamiche Kader Hamiche 30 novembre 2018 16:30

                    @kalachnikov

                    Vous jouez sur les mots. Je ne crois pas que vous ayez pensé à la Gendarmerie en interprétant mon appel au Général de Villiers comme un recours à l’Armée.

                    L’Armée est l’ensemble des forces affectées à la défense nationale en cas d’AGRESSION EXTÉRIEURE ou pour des opérations A L’EXTÉRIEUR. Hormis en temps de guerre, ce n’est que très exceptionnellement, comme vous l’avez dit, qu’elle intervient. Dans l’Histoire de la République, c’est arrivé que 4 fois : 1848, 1871 en Algérie contre la « Révolte des Mokrani » puis à Paris contre « la »Commune", 1947 contre les mineurs du Nord.

                    Sous la Vè République, l’état de siège peut être décrété pour 12 jours et jamais sur l’ensemble du territoire par le Gouvernement ; la consultation du Parlement est obligatoire si prolongement (article 36 de la Constitution, loi du 3 avril 1978). 

                    Le fait que la Gendarmerie nationale (GM 100 000 hommes) dépende statutairement du Ministère de la Défense n’en fait pas une armée. Elle reste essentiellement un corps de police dépendant du Ministère de l’Intérieur, affecté essentiellement à la police de la route et aux enquêtes criminelles dans nos campagnes.

                    Le corps de la Gendarmerie mobile (13 000 hommes) et les Compagnies républicaines de sécurité (C.R.S. 14 000 h) qui en sont des subdivisions, sont, en plus, spécialement affectées à des missions de maintien ou de rétablissement de l’ordre.


                  • Christian Labrune Christian Labrune 30 novembre 2018 19:23

                    votre développement [...] est hors sujet.

                    ...............................................................
                    @Kader Hamiche

                    Vous voudriez donc que votre général vînt au pouvoir en tant que simple « citoyen De Villiers ». Pourquoi pas ? Ses démêlés avec le jeune irresponsable de l’Elysée me l’avaient rendu tout à fait sympathique et ça le ferait probablement rigoler si on lui imputait l’intention de s’emparer du pouvoir avec le soutien de la grande muette, comme De Gaulle obligé de préciser qu’il n’allait pas « devenir un dictateur à 65 ans ».

                    Mais je ne sache pas que le général de Villiers soit actuellement à la tête d’un quelconque parti politique. Il est connu -et apprécié comme un militaire soucieux de ses responsabilités, et qui ne se laisse pas marcher sur les pieds ; on ne lui connaît pas de programme politique, même s’il est aisé de le percevoir comme un conservateur de bon aloi, tout fait capable de rompre avec cette lâche politique de démission d’inspiration maréchaliste qu’on connaît depuis quarante ans.

                    Pour cette raison même, je ne vois pas ces sortes de Cincinnatus arriver à la présidence par les urnes. Il faut aller les chercher -ce que vous faites-, et cette entreprise ressemble un peu à celle des factions qui se constituent, dans les moments où l’état parvient au dernier degré de sa décomposition, en vue d’une sorte de pronunciamento. C’est ainsi, de toute façon, que les choses risquent d’être perçues par les belles âmes naïvement démocrates.

                    Quand on sera plongé dans les horreurs de la guerre civile -ce qui ne saurait tarder— des gens de la trempe de De villiers seront assurément un dernier recours, mais s’il veut arriver « normalement » à l’Elysée, il faudra bien qu’il ait un parti, comme ses prédécesseurs, et qu’il se livre à toutes les gesticulations démagogiques sans lesquelles, par les temps qui courent, on ne peut pas être élu.


                  • Kader Hamiche Kader Hamiche 30 novembre 2018 19:51

                    @Christian Labrune

                    Merci, Prof Labrune pour ce « votre développement est hors sujet » ! Et 1000 excuses pour avoir répondu à l’interrogation précise et pertinente de @kalachnikov sur la Gendarmerie !

                    Merci également pour avoir convenu que le citoyen Pierre de Villers a quelque légitimité à faire de la politique et à occuper la plus haute charge de l’Etat ! C’est, d’ailleurs, bien le moins, vu ce qu’on a élu à la Présidence de la République depuis quarante ans !

                    Je ne commente pas le reste de votre critique car il s’agit de rien de plus que de spéculations. Si j’étais taquin, je dirais de branlette intellectuelle ou d’enculage de mouches ; mais je me retiens !


                  • Christian Labrune Christian Labrune 1er décembre 2018 13:53

                    car il s’agit de rien de plus que de spéculations.

                    ....................................................
                    @Kader Hamiche

                    S’il fallait choisir entre un Macron et un général De Villiers qui ne ressemble guère à plusieurs Gamelin qui composent l’élite actuelle de l’armée française, je n’hésiterais évidemment pas un seul instant, et je trouve tout à fait sympathique votre initiative.
                    Mais si vous l’exposez sur un site de discussion, vous ne voudriez tout de même pas, j’espère, qu’on se mît immédiatement au garde-à-vous sans s’autoriser la moindre réflexion sur la difficulté de l’entreprise !
                    Mes « spéculations », qui ne procèdent nullement de cet anti-militarisme caricatural qu’on voit surgir fatalement sur un site gauchisant comme AgoraVox, il est inévitable qu’elles vous aient aussi traversé l’esprit. Pourquoi le nier ?
                    Va-t-on vers la création d’un nouveau parti en vue des prochaines présidentielles, qui serait un parti conservateur concurrent de LR (définitivement hors-jeu) et de l’extrême droite ? Ce serait intéressant. Est-ce votre objectif ?


                  • Christian Labrune Christian Labrune 1er décembre 2018 14:06

                    Merci, Prof Labrune pour ce « votre développement est hors sujet » !

                    ............................................................
                    @Kader Hamiche

                    La remarque « votre développement [...] est hors sujet », en tête de mon intervention ne prétendait pas caractériser ce que vous m’aviez dit, c’était seulement votre propre propos que je reproduisais. Vous m’aviez en effet écrit, à 14:59 :
                    « Nulle part dans mon appel au Général de Villiers il n’est question de recourir à l’Armée.Par conséquent, votre long développement, quoique pertinent, est hors sujet. »
                    Votre remerciement ironique est donc tout à fait incongru. Vous vous offusquez d’un type de reproche que vous avez été le premier à formuler et dont le malheureux destinataire (moi en l’occurrence) n’aurait pas même songé à se formaliser. C’est rigolo.


                  • Christian Labrune Christian Labrune 1er décembre 2018 14:21

                    Je ne commente pas le reste de votre critique car il s’agit de rien de plus que de spéculations. Si j’étais taquin, je dirais de branlette intellectuelle ou d’enculage de mouches ; mais je me retiens !

                    ......................................................
                    @Kader Hamiche

                    J’ose espérer quand même qu’aucun gouvernement, en France, n’entreprendra jamais d’induire l’Assemblée à légiférer, dans une intention répressive, sur la « branlette intellectuelle » voire « l’enculage de mouches » ! Je ne serais évidemment pas favorable à une promotion délirante de ces sortes de perversions, je ne voudrais pas qu’on induisît, par la pédagogie, les petits enfants à opter pour ces sortes de dispositions intellectuelles et sexuelles, mais je pense qu’il convient tout de même de les tolérer parce qu’elles ont toujours existé.


                  • Kader Hamiche Kader Hamiche 1er décembre 2018 15:30

                    @Christian Labrune

                    Cher Christian Labrune, je suis ravi par votre réflexion et votre question.

                    Effectivement, depuis 2008, je préconise l’émergence d’une formation politique entre LR et FN. il s’agirait d’une opération du type de celle menée par Chevènement, Mermaz, Hernu et d’autres en 1971.

                    J’ai d’abord essayé de créer quelque chose en 2009 mais je m’y suis mal pris. Ensuite (2014 et 2016), j’ai proposé aux petites formations intermédiaires entre FN et LR de s’unir. Les réponses de leurs leaders m’ont convaincu que rien ne se ferait d’en haut.

                    Dont acte, j’ai créé en avril 2016 un parti, « Peuple & Nation », que j’ai immédiatement mis en sommeil en attendant l’événement que je pressentais et la personne capable de l’incarner. On y est : l’événement, c’est la révolte des Français, la personnalité, c’est Pierre de Villiers. Une fois lancé mon appel, j’ai commencé à créer un réseau de comités de soutien. Toute offre de service est la bienvenue, évidemment !

                    Je vous rassure : il n’est pas question de garde-à-vous ! Si le Général de Villiers décidait d’y aller, il aurait, comme tout prétendant, à convaincre. S’il n’y va pas, quelqu’un d’autre ira car la France est mûre pour un « Dégageons-les TOUS ! »


                  • Christian Labrune Christian Labrune 1er décembre 2018 21:23

                    j’ai créé en avril 2016 un parti, « Peuple & Nation », que j’ai immédiatement mis en sommeil en attendant

                    ...
                    .....................................................................
                    @Kader Hamiche

                    Ca ne sera probablement pas de la tarte : j’imagine sans peine la levée de boucliers du boboïsme radical et je vois mal un parti comme LR, assez mou sur la question de l’Europe, et qui n’a même jamais songé à dénoncer la collaboration de Macron avec les mollahs iraniens, s’effacer pour soutenir un De Villiers. Si vous y parvenez, je vous tirerai mon chapeau !

                    C’était l’émeute aujourd’hui à Paris. J’avais dès longtemps prévu qu’en cas d’insurrection à Téhéran, Macron enverrait peut-être quelques compagnies de nos CRS pour y écraser l’opposition. Mais c’est peut-être bien l’inverse qui va se produire : les gardiens de la Révolution iranienne -et pourquoi pas le Hezbollah !- venant au secours d’un régime complice en pleine déconfiture.


                  • Kader Hamiche Kader Hamiche 1er décembre 2018 23:31

                    @Christian Labrune

                    Une fois de plus, je vous réponds sur l’aspect politique en laissant de côté vos délires sur l’Iran et le Hezbollah !

                    LR et le macronisme sont une seule et même idéologie : euro-mondialiste, libérale, immigrationniste, communautariste et LGBT. Sarkozy et sa bande (dont les membres jouent chacun un rôle pour empêcher leur électorat d’aller soit vers Macron, soit vers MLP) attendent le faux pas de Macron pour le prendre en otage. Il s’agit pour eux de l’affaiblir suffisamment pour qu’il accepte leur aide en échange de Matignon et de Ministères.

                    Evidemment, si un Pierre de Villiers ou toute autre personnalité se dressait devant eux, ils feraient tout pour le casser. C’est pourquoi il faut que les Français prennent l’affaire à leur compte. j’essaie modestement de donner l’exemple et de susciter un élan mais je n’ai ni la prétention, ni la vocation à créer un parti politique qui, à lui seul, prendrait les choses en main. Je l’ai déjà dit mais je le redis puisqu’apparemment, vous me lisez en diagonale.

                    Il n’est pas question de rallier LR mais de le siphonner et de le transformer en groupuscule. Idem du RN.

                    DÉGAGEONS-LES TOUS !


                  • Christian Labrune Christian Labrune 2 décembre 2018 14:48

                    Une fois de plus, je vous réponds sur l’aspect politique en laissant de côté vos délires sur l’Iran et le Hezbollah !

                    .=============================
                    @Kader Hamiche

                    La politique imbécile et criminelle des Macron & Moghérini touchant à la collaboration avec l’Iran, après le nouveau Münich que les accords de Vienne ont constitué, c’est ce qui condamnera aussi radicalement la politique de l’Europe actuelle aux yeux des historiens que celle de Chamberlain et de ses suiveurs avant la dernière guerre.
                    SI les positions d’un De Villiers sur ces questions-là ne sont pas radicalement différentes, je le metttrai exactement dans le même panier que tous les autres crabes.


                  • aimable 30 novembre 2018 17:17

                    le peuple Français est maudit , parce que depuis Chirac chaque fois que l’on vire celui qui a fini son quinquennat parce qu’avec lui nous croyons que nous avions touché le fond , alors avec le nouveau , quelque temps plus tard nous nous apercevons que nous creusons encore .


                    • Mandrin Mandrin 30 novembre 2018 17:43

                      Kader Hamiche quand vous écrivez que tous les partis politiques sont européistes A l’exception des Insoumis, du Rassemblement national et de Debout la France,.C’est faux car ils souhaitent simplement renégocier les Traités voire les bouder comme les insoumis avec le plan A et le plan B. Ces leaders sont également Européistes. Soit vous manquez d’infos, soit vous les ignorez car il est impossible de renégocier les Traités sachant qu’il faut l’unanimité des 27 membres pour changer ne serait-ce qu’une virgule. Macron et ses prédécesseurs ne font qu’obéir aux recommandations de Bruxelles avec les GOPES et donc quelque soit l’Élu qui le remplacera suivra ces directives. La seule façon de changer la donne c’est le Frexit. Sortir de l’UE, de l’Otan retrouver notre souveraineté et notre monnaie. Je vous invite à visionner les conférences de François Asselineau, Président de l’UPR, qui fait la démonstration avec des sources vérifiables que la France est en dictature Européenne, soumise et en voie de perdre son identité même. Tout ce que nous subissons en réformes actuellement sont les directives de Bruxelles avec les GOPES. Les Gilets Jaunes devraient en prendre connaissance car vouloir destituer Macron ne changera rien si on retrouve un candidat parmi les partis que vous citez. Prenez le temps de consulter le site UPR.fr et on en reparlera.

                      Bien cordialement.


                      • Kader Hamiche Kader Hamiche 30 novembre 2018 19:35

                        @Mandrin

                        Sur l’Europe  question ô combien subtile  je suis exactement sur la même ligne qu’UPR : favorable au Frexit. Cela ne m’empêche pas d’essayer de comprendre le positionnement des autres et de réfléchir aux meilleurs moyens de ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain.

                        Être européiste, c’est vouloir faire une Europe libérale, sans frontières, immigrationniste, communautariste, LGBT, vouée à la consommation de merdes fabriquées en dépit du bons sens et sans souci de la santé des hommes et du bien-être animal ; une Europe gouvernée par des technocrates et des banquiers ; une Europe sans patries, oublieuse de son histoire et niant les fondements de sa civilisation romaine chrétienne.

                        Être européiste, c’est vouloir transférer, à terme, toute la souveraineté de la Nation vers l’UE. Et, comme les peuples n’en veulent pas, le faire à leur insu, au mépris de toute démocratie.

                        Vouloir négocier les traités en cours en vue de revenir à une Europe des Peuples et des Nations (elle existait à 6 puis, un peu moins, à 9) n’est pas être européiste ; c’est être diplomate et respectueux des formes. C’est ainsi que j’interprète la position du RN, de DLF. S’agissant des Insoumis, c’est moins clair mais, n’étant pas dans leur cerveau, je me rends à leurs discours.

                        Notation au passage : laisser l’Europe aux européistes sans avoir cherché à les mater et à les priver de toute capacité de nuisance serait déserter : l’Europe n’appartient pas aux Européistes !

                        D’ailleurs, que ferait la France après le Frexit ? Resterait-elle seule ? Non, elle se dépêcherait de nouer des alliances économiques, commerciales, diplomatiques et de coopération industrielle avec des états-nations amis.


                      • covadonga*722 covadonga*722 30 novembre 2018 20:01

                        ce général a laissé Sarkozy détruire et réduire les effectifs ayant reçu la garantie
                        que la caste des officiers supérieurs verrait se perpétuer la gabegie de centaines de postes de généraux et des privilèges afférents 


                        • Xenozoid Xenozoid 1er décembre 2018 15:35

                          Que se vayan todos ! 
                          Dans une atmosphère d’hystérie et de paranoïa collective, les récits des autorités ou/et autorisés n’ont pas besoin d’avoir de sens ou de résister à n’importe quel examen approfondi. Leur but premier n’est pas de tromper, mais plutôt de délimiter un territoire idéologique acceptable, d’expression et d’émotion auquel les gens « normaux » doivent se conformer. Au-delà des limites, se trouvent les ténèbres extérieures de « l’anomalie » et de « l’extrémisme », dont aucune personne « normale » ne veut. Pour éviter d’être jeté dans cette obscurité extérieure, les gens se conformeront aux absurdités les plus absurdes et paranoïaques que vous pouvez imaginer. 
                          Les classes dirigeantes le savent, et c’est pourquoi elles s’en moquent si vous réfutez leurs récits sur Twitter ou sur un site web « déshonorant » qu’ils ont rendu pratiquement invisible de toute façon. Ils ne discutent pas des faits ou de la vérité ... ils marquent les limites de ce territoire « normal » et attirent des gens effrayés.  


                          -Qui êtes-vous ? 
                          Qui je suis s’ensuit de ce que je suis :
                          Un homme masqué.qui a demandé 2 fois ,au site de me vitrifier,que neni,même V n’aurait pas rêvé mieux 
                          - J’avais vu. 
                          Certes.Tu es observatrice,
                          mais je trouve paradoxal de demander
                          à un homme masqué qui il est.
                          - C’est juste.
                          Mais en cette soirée si propice,permets-moi,
                          en lieu et place de sobriquet,
                          de suggérer la personnalité du protagoniste.
                          pauvre vétéran du vaudeville, successivement voyou et victime
                          via les vicissitudes de la vie.
                          Ce visage, non pas un vil vernis de vanité,
                          est un vestige de la vox populividée, volatilisée.
                          En revanche,cette vieille vexation
                          s’est vivifiée et se voue à vaincre la vénale
                          et virulente vermine visant le vice
                          et la vorace violation de la volonté !
                          Seul verdict valable : La vengeance.
                          Une vendetta,
                          un vœu non vain,
                          car sa valeur et sa véracité
                          valideront vite les vigilants et vertueux.
                          Vrai, cette vichyssoise verbale
                          vire verbeuse,
                          je finirai donc
                          en me disant fort honoré
                          et tu peux m’appeler X. c’est après W 
                          - Vous êtes un peu dérangé ? 
                          Je gage qu’ils le diront.

                          • Christian Labrune Christian Labrune 4 décembre 2018 14:26

                            à l’auteur,

                            J’entendais hier un gilet jaune proposer, sur un plateau télévisé, que le général De Villiers fût appelé, par le Président de la République, à remplacer l’actuel premier ministre.

                            Les réactions ont été vives, comme il était prévisible, et l’homme à l’écharpe rouge du Figaro (j’oublie son nom), bien qu’on puisse le ranger « à droite », aura immédiatement parlé de « coup d’état » : De Villiers n’est jamais passé par les urnes, il n’est l’émanation d’aucun parti politique représentatif. C’est bien ce que je vous disais plus haut.

                            Il n’empêche que ce gouvernement d’irresponsables est désormais à la dérive, sans moteur et sans gouvernail, et qu’il aurait bien besoin d’une curatelle ! Mais ça pourra encore continuer à pourrir comme ça un certain temps, jusqu’au réveil des banlieues.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès