• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > A Lyon, ma raison de battre s’est arrêtée

A Lyon, ma raison de battre s’est arrêtée

Subjectivement, l’homme de droite que je suis y croit ardemment. Jusqu’au bout. Autrement à qui bon croire en la démocratie et la souveraineté du peuple ! Objectivement, les faits sont là, têtus, qui ne laissent guère de place à l’optimiste.

Après l’union de la droite réussie, un véritable exploit, l’ambiance avait réellement changé. L’espoir avec un grand ‘’E’’ renaissait. La mobilisation battait son plein. Les sondages d’ailleurs à l’époque ont confirmé qu’un vent nouveau soufflait sur la campagne politique à Lyon. Un blizzard ? Non, malheureusement, juste une rafale ! Car progressivement, la situation s’est à nouveau normalisée avec le maire sortant, Gérard Collomb, reprenant de l’avance avant de la conforter.

Comment expliquer ?

Trois éléments majeurs handicapent la candidature de Dominique Perben, tête de liste de la droite à Lyon.

Premier  : son image de parachuté dont il ne parvient pas à se défaire. Une étiquette qui lui colle. Aussi fort que celle au dos des livres que parfois il faut passer à l’eau chaude pour parvenir à s’en débarrasser. Pourtant, Dominique Perben n’a pas ménagé sa peine et ses efforts pour se défaire de cette image dont ses adversaires ont su admirablement jouer au début. Car l’objectif était de marquer une différence essentielle entre les deux prétendants : d’un côté un maire sortant, au fait de la réalité lyonnaise, des dossiers et surtout dont sa fidélité à la ville n’a jamais été prise en défaut. Gérard Collomb a réalisé tout son parcours politique au service de la seconde ville de France.

La fidélité, un argument qui fait mouche car les Lyonnais y sont profondément attachés. C’est viscéral. Dominique Perben, même si sa ville natale est Lyon et qu’il prépare sa candidature avec le plus grand sérieux depuis plus de quatre ans, preuve en est la solidité de son programme et sa maîtrise des dossiers, n’a pas réussi à gommer cette image dans l’esprit des Lyonnais. Tout du moins à l’estomper suffisamment. Même si les vicissitudes de la vie ne vous laissent, parfois, pas maître à 100 % de la conduite de votre parcours et décisions.

Deuxième élément et non des moindres, l’alliance avec les millonistes. Pour nombre d’électeurs de droite qui vivent encore dans le traumatisme des élections régionales de 1998 quand le président de l’époque, Charles Millon, avait osé franchir le rubicond, soit tendre la main au Front national. Episode surmédiatisé et qui est resté en travers de la gorge d’une partie de l’électorat de droite. Les millonistes sont toujours dépeints comme le mal absolu en politique, la peste qu’il faut éviter de fréquenter à n’importe quel prix sous peine de contagion ! Ainsi, encore récemment lors d’une interview donnée au quotidien local, Le Progrès, Michel Noir, ancien maire de Lyon, rappelait qu’il avait conseillé à Dominique Perben ne pas perdre ne serait ce qu’"une nano seconde" avec les millonistes. Vu de Paris ou d’ailleurs, on peut se laisser à la caricature et surtout ne pas saisir le sens de cette alliance.

Dominique Perben pouvait-il faire autrement ? Passer outre ? Certainement pas car les millonistes sont une force politique incontournable, de surcroît à la légitimé locale incontestable. Ceux qui prétendent que Dominique Perben pouvait y aller seul témoignent d’une méconnaissance de la réalité politique lyonnaise. Dominique Perben est-il allé trop loin dans son marchandage ? Question qui appelle un autre débat et surtout qui n’a pas sa place maintenant.

Pour comprendre cette attitude, il faut se pencher sur l’histoire récente de la ville de Lyon. En effet, en tant que capitale de la Résistance, et de surcroît ville par excellence centriste (aux dernières élections présidentielles, François Bayrou a fait un de ses meilleurs scores) nombreux sont les électeurs humanistes à rejeter, pour ne pas dire à condamner, cette alliance. Pour eux, finalement, mieux vaut que la droite perde cette élection que la ville de Lyon perde son âme. Son honneur certains diront.

Enfin, la sociologie, qui a considérablement changé ces dernières années dans la ville de Lyon, joue contre la droite. Désormais à l’instar des grandes villes de France, comme en témoignent les scores réalisés par la candidate socialiste à la présidentielle de 2007 Ségolène Royal, Lyon a enregistré l’arrivée d’une population au statut socioprofessionnel respectable, bénéficiant d’un mode de vie disons "confortable" sensible aux thèmes de la gauche. Ce qu’on appelle désormais les "bobo" ou la gauche bourgeoise.

Bien sûr, la droite dispose de nombreux et de solides atouts, arguments. Un projet qui tient la route, fruit d’un travail de longue haleine, réfléchi, novateur, qui va au fond des sujets. Un candidat fort d’une expérience en politique et d’une notoriété dont la ville de Lyon a un grand besoin, surtout quand on aspire au rôle de capitale européenne. Sans oublier, une situation qui s’est dégradée dans de nombreux domaines : circulation routière, petite enfance, propreté, logements sociaux, la place accordée aux économies du savoir, des nouvelles technologies, facteur-clé maintenant et à l’avenir de la compétitivité des villes et des nations, etc. A cela, il faut ajouter un bilan financier guère reluisant, relevé par le magazine Challenges.

Une réalité donc en déphasage avec la confiance, la bonhomie et la sérénité du maire sortant. Un maire qui met l’accent sur les arbres, certes symboliques et réussites indiscutables comme le vélo’v, mais qui cachent, toutefois, une forêt plutôt mal entretenue. Et souvent maigres au regard des enjeux qui attendent la capitale des Gaules.

Une posture et une diversion qui marchent. Cependant, les lendemains pourraient être douloureux en étant passé à côté de l’essentiel durant la campagne. La raison voudrait donc que les élections municipales réservent une surprise. Mais, voilà, la mienne, de battre s’est arrêtée...


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Voltaire Voltaire 7 mars 2008 10:04

    Article partisan mais bien argumenté. L’analyse sur les raisons de l’échec probable de la droite à Lyon me semble assez juste. Pour ce qui est de la réalité à Lyon, à la fois des réalisation et des projets, on peut bien sûr en discuter... 


    • Boduacus 9 mars 2008 18:32

      Trés juste pour la justesse de l’analyse. Mais « Lyon, capitale de la résistance » ?


    • La Taverne des Poètes 7 mars 2008 10:15

      Vous avez dit blizzard ?


      • arretsurlesmots arretsurlesmots 7 mars 2008 10:40

        La campagne de Perben n’a jamais réussi à décoller, critique de l’olympique lyonnais, volonté de "défoncer" la gauche, alliance avec les millionistes, ... Avec ou sans programme la droite, et Perben en tête, n’a pas réussi à s’imposer comme alternative possible à Gérard Collomb. D’ailleurs un sondage paru il y a peu de temps affirmait que 7 personnes de "droite" sur dix se déclaraient satisfaites si Collomb restait maire... Il n’y a pas à dire c’est un scrutin qui, certe fera réfléchir Nicolas Sarkozy si beaucoup de grandes villes passent à gauche, mais qui, en fait, reste imminament local.


        • LE CHAT LE CHAT 7 mars 2008 10:47

          à Lyon U.M.P bobo

          Perben sera battu l’est pas beau

          à Lyon y’a trop d’bobos

          à Lyon y’a trop d’bobos

           


          • docdory docdory 7 mars 2008 11:06

             @ Stephane Rossard 

            Ce qui m’inquiète à Lyon , c’est l’incroyable atteinte à la laïcité dont s’est rendue coupable l’actuelle municipalité , que j’avais dénoncé dans un précédent article sur agoravox : " menus sans viande dans les cantines à Lyon , un apartheid est crée "

             

             


            • Eratosthène 7 mars 2008 12:08

              Certes ! Mais Perben, de ce point de vue là, vaut-il mieux ? Ce n’est pas lui (corrigez-moi si je me trompe, je ne suis pas sûr de ce que j’avance) qui avait proposé de créer une université de formation à l’islam ?


            • docdory docdory 7 mars 2008 16:22

               @ Erastothène 

              C’est possible , je n’en sais rien . Une chose est sûre , c’est qu’à Lyon ou ailleurs , il existe un consensus politique fort de l’UMPS des verts et du PC pour ringardiser la laïcité et la loi de 1905 


            • Christoff_M Christoff_M 7 mars 2008 12:12

               localement c’est l’homme, le maire, la stature qui compte, pas le parti....

              mais comme les partis en France se commportent comme nombreuses structures archaiques en France avec un noyau à Paris et des ramifications qui vont vers la province, on parachute...

              mais les electeurs locaux sont de moins en moins dupes à l’image de l’éviction de Martinon à Neuilly....

              Juppé est dans son fief à Bordeaux je pense qu’il peut gagner...

              Bayrou est parachuté à PAU dans un pays ou les gens ont voté LAbarrère pendant tres longtemps, je pense qu’il va se planter, il est la pour prendre un siège pas pour apporter quelque chose à la ville...


              • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 7 mars 2008 15:25

                L’UMP a deux problèmes à Lyon : l’ancien ministre de la justice et des lois Perben et l’ancien ministre des transports qui a refusé les subventions au SYTRAL pour pouvoir prétendre ensuite que la municipalité ne faisait pas d’efforts suffisants dans le domaine des transports en commun.

                 

                Perben s’est complètement planté dans sa stratégie électorale parce qu’il prend les électeurs pour des c... Le monsieur s’est dit "nous avons perdu Lyon à cause de la division de la droite alors nous allons réunir toute la droite et le centre dès le premier tour. " Sur le papier, cela pouvait se concevoir. Sauf qu’il fallait peut-être réfléchir aux raisons de la division de la droite.

                 

                Son alliance avec le millionistes avant le premier tour prouve une parfaite incompétence. Il a effrayé les centristes alors que de toutes façons, les millioniste votaient pour lui au second tour.

                 

                La stratégie électorale la plus élémentaire aurait consisté également à permettre au Modem de rafler le plus grand nombre de voix à gauche au premier tour et de faire une alliance au second avec un Modem fort.

                 

                Au lieu de cela, ce gros nigaud de Perben a flingué le Modem et poussé dès le premier tour la moitié de ses électeurs dans les bras de Collomb, qui n’en demandait pas tant.

                 

                Faute d’alliés crédibles, Perben va évidemment se faire flinguer.

                 

                De plus, le discours électoral de ses candidats locaux est d’une parfaite stupidité : " Vos élus ne vous écoutent pas assez ! " De la part d’un mec qui représente un parti politique n’entend rien aux réalités, c’est plutôt dramatique.


                • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 7 mars 2008 15:41

                  Article qui est un tour de force ou un coup de force logique, comme on voudra : il explique la situation lyonnaise et en quoi Perben est le meilleur des candidats à la mairie, sans rien nous dire de son programme, ni de celui de ses adversaires et ni en quoi il est le meilleur. Autant dire tout de suite qu’il est le meilleur à Lyon du fait du programme de NS sur le plan national, ce qui vaudrait une ligne et non un article et ce que nombre de candidats de l’UMP s’abstiennent de dire et pour cause...heureusement que c’est Fillon qui s’est fendu du voyage pour soutenir ce candidat pour... Lyon.

                  Il fallait le faire, l’auteur l’a fait.


                  • Foudebassan Foudebassan 7 mars 2008 20:48

                    Si Colomb est réélu, c’est tout simplement que les Lyonnais ne savent pas quoi en penser. Il a réalisé ce que ces prédécesseur avaient initié, ne s’est engagé sur rien (sauf Velo’v peut-être), n’a pas fait parler de lui au niveau national. Bref, il est arrivé à ce poste par hasard et sans doute sera t-il réélu un peu pour les mêmes raisons.

                    Seul son engagement auprès de SR aurait pu lui être fatal. Mais comme bien d’autres, sentant qu’il avait fait une grosse erreur stratégique, il s’en est discretement éloigné. I


                    • tvargentine.com lerma 8 mars 2008 00:07

                      LYON est une très belle réussite qui aura commencé avec les travaux de Michel Noir dans la modernisation de cette belle capitale

                      Le Maire de Lyon dispose d’un tres bon bilan,il serait dommage de changer pour le flou total

                      Si j’avais votre place je voterais pour Collomb qui sera réélu au 1er tour haut la main

                      Cette ville est moderne pour ses infrastructures de transports en commun,RIEN A VOIR AVEC PARIS et la vision sectaire de l’automobile dans une ville qui ne remplacera jamais des infrastructures modernes

                       

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires