• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Absentéisme - Les salariés français trop souvent malades ?

Absentéisme - Les salariés français trop souvent malades ?

Nous n'allons pas revenir encore une fois sur la caricaturale image du bon travailleur et du méchant patron. Certes, si les salaires des ouvriers et des employés étaient plus souvent motivants et les conditions de travail parfois moins pénibles, il y aurait peut-être moins de Burn-out et d'arrêts maladie et l'entreprise s'en porterait que mieux. 

Mais vous qui travaillez ou qui êtes à la retraite, vous savez que dans la réalité de la vie au boulot, vous pouvez trouver des employeurs corrects et aussi des employés fainéants comme des couleuvres. Toutes les entreprises ont leurs tire-au-flanc, pour ne pas dire autre chose. Tout le monde a déjà rencontré ce genre de personnage jamais très éloigné de la machine à café, souvent absents ou en consultation chez un bon docteur. Ces malades chroniques en bonne santé, sont des boulets pour leurs collègues et nuisibles pour la boite qui les emploie. Mais ces gens-là sont une minorité et une étude sur les arrêts maladie réalisée par le groupe Malakoff Médéric sur 61.000 entreprises du privé qui emploient 2 millions de salariés, démontre que les travailleurs n'arrêtent pas de travailler au moindre petit rhume.

D'après cette étude, on apprend que 34,1% des salariés sont absents au moins une fois dans l'année. Est-ce si grave docteur ? En réalité pas pour tout le monde, puisque 29% des absents sont arrêtés seulement pour une durée de 1 à 3 jours, les autres sont des cas plus sérieux, comme les "troubles musculosquelettiques" ou le trop célèbre Burn-out et les maladies graves et chroniques. Mais si vous posez la question à l'employeur, il vous répondra que pour lui ces absences sont un vrai problème, puisque pour "1000 salariés, ces arrêts représentent près de 43 emplois équivalents". N'est-ce pas une bonne raison pour embaucher davantage ? Il le fait probablement, en CDD ou en intérim. Mais il peut également augmenter les cadences des autres travailleurs qui risquent à leur tour de tomber malades.

Voilà certainement le point le plus important de l'enquête qui devrait mettre un point final à certaines idées reçues. "20% des arrêts de travail prescrits en 2016 n'ont pas été suivis. 7% des arrêts ont été pris, mais pas en totalité, et 12% n'ont pas été pris du tout". Oui, on peut le dire, le travailleur français est un super-héros que rien n'arrête, même pas la goutte au nez. En fait non, la vérité est ailleurs. Comme vous le diront certains sondages, les travailleurs et travailleuses de notre cher pays aiment leur boulot (pas tous). À un tel point qui vont travailler même avec une bonne la grippe ; et ainsi contaminer toute l'équipe. En réalité, voilà les véritables raisons de cet acharnement au travail. 

"Ils n'ont pas l'habitude de se laisser aller, 29% des raisons financières, 23% la crainte d'avoir une charge de travail trop importante à leur retour, 22% la pression hiérarchique et 20% déclarent qu'il leur semblait impossible de déléguer leurs tâches".

Malgré tout, pour 97% des dirigeants d'entreprises, "la réduction de l'absentéisme permettrait d'améliorer la performance de l'entreprise et que le sujet doit être partagé avec les managers, les salariés et les syndicats (88%)". Mais quelles solutions pour prévenir l'absentéisme au travail ? 

 

Pour en savoir plus

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.13/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

76 réactions à cet article    


  • chantecler chantecler 24 novembre 2017 10:15

    @Armelle
    Retour vers le futur ....
    Et comme le temps passe :
    Sous Vichy il était aussi de bon ton de critiquer les enseignants , les instituteurs ...
    Les traiter de buses, d’ignorants ,de fainéants etc etc ....
    De critiquer la valeur de leurs enseignement ....
    Il y avait évidement d’autres cibles : la République , les fonctionnaires , les juifs , les syndicats ouvriers , les communistes, les socialistes , les congés payés, les retraites....
    D’ailleurs la « Révolution nationale » devait remettre les compteurs à zéro .
    Bref la droite maurassienne du début du 20 éme siècle dans toute sa splendeur.
    On pourrait penser que les débats sont modernes , que les idéologies exprimées ont été renouvelées .
    Il n’en est rien : que du vieux et ressassé .
    Les héritages familiaux ,.... !
    Lisez : « La France pendant la Seconde Guerre mondiale » de JF Muracciole et coll. ...(ldp ).


  • Armelle Armelle 24 novembre 2017 12:21

    @chantecler
    Tiens ! notre Chantecler national...le forgeron des temps modernes...Il y avait longtemps !!!
    Que de colorer vous même vos étoiles dès la parution de du commentaire ne lui donne pas plus de force !!! Nous ne sommes plus à l’école maternelle mon gros, redescendez 5 minutes, d’autant que vous sortez du sujet que j’évoque, à savoir les moyens, pour vous faufiler dans un discours caricaturale vous permettant de bien vous défiler !!!
    Votre verbiage amenant systématiquement l’aspect politique dans tous les sujets démontre non seulement votre manque d’objectivité mais la bêtise gauchiste à ne voir que l’intérêt personnel ou corporatiste tout en négligeant l’aspect économique qui, que cela vous plaise ou non reste le nerf de la guerre dans notre modèle de société !!!
    Les gens comme vous (les cultureux du dimanche) connaissent le prix de tout mais la valeur de rien...
    Retournez donc à votre forge, chauffer l’acier vous ira mieux que chauffer les esprits ici avec vos commentaires haineux et sans intérêt, surtout quand la forge, OUTIL DE TRAVAIL, n’est là pour vous qu’un objet ludique pour combler votre ennui entre deux visites sur Agoravox qui vous sert d’exutoire au trop plein de frustration qui semble vous avoir passablement esquinter
    A bon entendeur...


  • chantecler chantecler 24 novembre 2017 12:37

    @Armelle
    Bisous mon puce , et joyeuse noël .


  • Armelle Armelle 24 novembre 2017 13:02

    @chantecler
    Je fête volontiers le 14 juillet, mais certainement pas Noël...ni même pour les jours fériés qu’il procurent et que nos fervents défenseurs de la laïcité de l’éducation nationale ne laissent pas pour les autres...C’est amusant ma foi
    L’honnêteté intellectuelle disparaît souvent quand un profit quelconque pointe son nez...
    Le bal des rigolos...


  • NEMO Jeussey de Sourcesûre 23 novembre 2017 09:13

    Même les robots tombent en panne !


    Cela dit, les raisons de cette opiniâtreté des salariés à la tâche ne sont peut-être pas seulement celles qui sont évoquées.

    Aimer son boulot, ne pas risquer de perdre un centime, avoir la trouille du DRH, se croire indispensable ou éviter les surcharges au retour sont certainement des motivations, mais la raison la plus importante est peut-être tout simplement le conditionnement entrepris depuis la crèche et perfectionné tout au long de la scolarité. Ajoutez à ça une bonne manipulation parentale et vous obtenez de bons petits soldats disciplinés et culpabilisés. Depuis que les femmes travaillent et que l’école est obligatoire, le service militaire qui faisait ce boulot n’est plus nécessaire pour fournir aux employeurs une armée de soumi(e)s (inclusion obligatoire).

    • gruni gruni 23 novembre 2017 09:35

      @Jeussey de Sourcesûre


      Je suis d’accord sur le conditionnement tout au long de la vie, on appelle ça plutôt l’éducation et l’apprentissage. J’ai quand même remarqué qu’il y avait pas mal d’insoumi(e)s tout au long de mon parcours de travailleur. Je remarque également que le correcteur d’orthographe n’apprécie pas l’écriture inclusive. Il n’est pas le seul.

    • NEMO Jeussey de Sourcesûre 23 novembre 2017 09:44

      @gruni

       « J’ai quand même remarqué qu’il y avait pas mal d’insoumi(e)s »


      est-ce une mauvaise nouvelle pour ceux qui ne considèrent pas les humains que comme des « ressources » ?

      PS : le correcteur d’orthographe est un robot qui attend les ordres du technicien qui est pour lui une sorte de DRH. Contrairement aux humains, il n’anticipe pas pour lui complaire dans l’espoir d’obtenir une promotion ou quelques privilèges dérisoires comme d’^tre tout seul dans un bureau ou avoir une agrafeuse neuve. Ainsi donc, windows10 et google n’ont donné aucun ordre à ce sujet.

    • gruni gruni 23 novembre 2017 09:53

      @Jeussey de Sourcesûre


      « Ainsi donc, windows10 et google n’ont donné aucun ordre à ce sujet »

      Tant mieux, est n’allez pas m’accuser de sexisme, que ferions-nous sans e(s)

    • pipiou 23 novembre 2017 12:01

      @Jeussey de Sourcesûre

      Ah parce que faire son travail et arriver à l’heure c’est être soumis ?

      Ce genre de discours plairait à beaucoup de lycéens insoumis ...


    • Fergus Fergus 23 novembre 2017 09:14

      Bonjour, Gruni

      Très bon article. Les Français ne sont en effet pas les tire-au-flanc qui sont parfois décrits de manière abusive.

      Je profite de cet article pour souligner un point important en rapport avec les arrêts maladie : le rétablissement de la journée de carence dans la fonction publique va de facto pénaliser les salariés de ce secteur relativement au privé. Certes, il y a officiellement 3 journées de carence dans le privé, mais elles sont prises en charge par l’employeur dans 80 % des cas dans le cadre des conventions collectives. Ceci pour remettre les pendules à l’heure.


      • gruni gruni 23 novembre 2017 09:43

        @Fergus


        Bonjour Fergus.

        En Alsace et en Moselle tous les employeurs sont tenus de maintenir intégralement le salaire pendant le délai de carence. Je ne sais pas avec précision s’il y a plus d’arrêts maladie de ce fait. Mais j’en connais qui en bien profité de cette faveur locale.

      • NEMO Jeussey de Sourcesûre 23 novembre 2017 09:45

        @gruni

        ah, le Concordat !
        Il faudrait le généraliser et revenir au bon temps de Napoléon 1er.

      • gruni gruni 23 novembre 2017 10:03

        @Jeussey de Sourcesûre


        « le généraliser » 

        La tendance de gouvernements successifs serait plutôt de le supprimer. Pour le moment, le concordat tient bon. 


      • Eric F Eric F 23 novembre 2017 15:02

        @Jeussey de Sourcesûre
        Le système de sécurité sociale d’Alsace Moselle hérité de la Reichsversicherungsordnung sous Guillaume II n’a rien à voir avec le concordat. On apprend au passage que le « social » n’a pas été inventé en France en 1936 et 45.


      • Le421 Le421 23 novembre 2017 16:12

        @Fergus
        elles sont prises en charge par l’employeur dans 80 % des cas

        En 29 années de privé*, quasiment, je n’ai jamais vu ça !! Jamais.
        1H d’absence pour des papiers était retenue sur les heures supplémentaires...
        1H en plus jamais payée.
        Pas la moindre formation professionnelle, des accidents du travail non déclarés comme tels et le médecin du travail parfois plusieurs années absent...

        Le monde de bisounours n’est pas dans la tête de qui on croit.
        La réalité des campagnes est tout autre !!

        *6 boîtes différentes, je précise.


      • jeanpiètre jeanpiètre 23 novembre 2017 22:35

        @gruni
        Si la mesure disparait dans le public, elle disparaitra dans le privé, ne soyez pas naif


      • foufouille foufouille 23 novembre 2017 10:52

        « en consultation chez un bon docteur. Ces malades chroniques en bonne santé, sont des boulets pour leurs collègues et nuisibles pour la boite qui les emploie » dans ce cas, ce serait de la faute du médecin. des tas de maladies ne sont pas très visibles et avec des poussés.


        • gruni gruni 23 novembre 2017 11:20

          @foufouille


          Tu sais, les bons médecins connaissent leurs clients et savent pourquoi ils viennent. Maintenant, il est bien difficile de déterminer le pourcentage d’arrêts vraiment abusifs. De toute façon, pour le patron, un employé vraiment malade ou pas, sera toujours un improductif et le licenciement abusif existe aussi.

        • Fergus Fergus 23 novembre 2017 11:58

          @ gruni

          J’ajoute à cela que les salariés malades de temps à autre ne sont pas forcément moins productifs que des employés solides comme des rocs qui donnent l’impression de travailler sans cesse mais en brassant du vent et en multipliant les initiatives inutiles ou redondantes pour donner l’illusion d’une intense activité. J’en ai connu des particulièrement gratinés dans le genre.


        • gruni gruni 23 novembre 2017 12:43

          @Fergus


          C’est certain Fergus, pour autant je ne crois pas que le patron soit dupe. smiley

        • Fergus Fergus 23 novembre 2017 12:47

          @ gruni

          « je ne crois pas que le patron soit dupe »

          En général, non. Mais j’ai quand même connu des cas où c’était le cas, notamment dans des emplois utilisant des techniques que ne maîtrisaient pas les supérieurs hiérarchiques.


        • jeanpiètre jeanpiètre 23 novembre 2017 22:38

          @Fergus
          Clair, et parfois le zèle improductif à un intérêt dans l organisation d un service ou d une boîte


        • eddofr eddofr 23 novembre 2017 12:12

          Et si on commençait par changer de mot ?


          Si on mettait la bonne étiquette sur le phénomène, peut-être serait-on plus aptes à lui chercher la solution appropriée ?

          L’absentéisme est le fait d’être absent de manière habituelle ou systématique du lieu de travail ou d’études (absentéisme scolaire), ou de tout lieu où la présence est obligatoire.

          Parlons d’arrêt maladie, de taux d’absence, mais pas d’absentéisme.

          Ce mot, en lui-même, connote le sujet : Les salariés sont fautifs, ils sont fainéants, ils s’absentent sans raison valable ...

          Et pendant qu’on y est, comparons ce qui est comparable.

          Les employés recevant du public, le personnel hospitalier sont plus absents, parce qu’ils sont au contact de plus d’agents pathogènes.
          Les ouvriers sont plus absents, parce que leur travail est source de traumatisme physique direct.
          Les plus vieux sont plus absents, parce qu’ils ont plus de pathologies.

          Et pendant qu’on y est aussi, rendons à César ce qui appartient à César.

          L’arrêt maladie à généralement une cause étrangère à l’entreprise et c’est bien une externalité négative que l’entreprise doit supporter.

          L’accident de travail lui, résulte directement des conditions de travail dans l’entreprise et c’est une charge inhérente à son activité.
          Pour réduire les accidents de travail, l’entreprise n’a qu’à améliorer les conditions de sécurité.

          J’irais même plus loin, l’arrêt pour accident de travail n’est pas un préjudice que le salarié fait subir à l’entreprise, c’est un préjudice que l’entreprise fait subir à son salarié !


          • gruni gruni 23 novembre 2017 12:36

            @eddofr


            « L’absentéisme est le fait d’être absent de manière habituelle ou systématique du lieu de travail ou d’études (absentéisme scolaire), ou de tout lieu où la présence est obligatoire ».

            Oui, c’est la définition du dictionnaire. Selon vous, il aurait une connotation défavorable pour les salariés. Sans doute qu’on fait trop souvent l’amalgame entre les arrêts abusifs et les autres. 
            Et c’est vrai que certains métiers sont plus exposés que d’autres, les ouvriers ont le plus d’arrêts selon l’étude (40.7%). Ce qui ne surprendra personne.


          • Le421 Le421 23 novembre 2017 16:15

            @eddofr
            J’ai eu trois graves accidents du travail (chute, électrisation, écrasement) et jamais cela n’a fait l’objet d’une déclaration comme tels.
            Chez trois employeurs différents.
            Pas de bol ?? Ou une méthode éprouvée...


          • Pere Plexe Pere Plexe 23 novembre 2017 16:47

            @eddofr
            vous soulevez plusieurs problèmes intéressants.

            Le premier est de corréler le taux d’absence avec l’age moyen du personnel.Quel est l’impact du recul de l’age de la retraite ?

            Le second est de le corréler avec le milieu d’activité. Il est connu que le mal être au travail se traduit systématiquement par une hausse de ce taux.

            Enfin il faut aussi se poser la question des accidents du travail maquillés en arrêts maladie : la pratique est courante mais non quantifié.
            La criminalisation des accidents du travail si bien pour l’employeur que pour le salarié et la précarité généralisée pousse fortement les deux parties à ne pas déclarer les accidents.
             A quand des études sérieuse sur le sujet ?

          • Eric F Eric F 23 novembre 2017 18:25

            @eddofr
            je suis d’accord avec vous que le terme « absentéisme » a une connotation péjorative, donnant l’image celui qui sèche sans raison valable.


          • pipiou 23 novembre 2017 19:12

            @eddofr

            Et les chasseurs sont plus souvent malades à l’époque de la chasse à la palombe smiley


          • signéfurax 24 novembre 2017 09:30

            @eddofr
            c’ est exactement ca !
            et je rajoute l’ accident de trajet : se situant vaguement entre la maladie et le travail .


          • Pierre 23 novembre 2017 12:45

            Il faut reconnaitre que parfois le climat est insupportable et justifie parfaitement les arrêts de travail : par exemple, en Corse, les fonctionnaires sont arrêtés en moyenne deux mois par an !


            • gruni gruni 23 novembre 2017 12:53

              @Pierre


              Je sais qu’on peut aménager les horaires de travail, par rapport au climat. Maintenant ce n’est peut-être pas toujours possible. 

            • Pere Plexe Pere Plexe 23 novembre 2017 16:24

              @Pierre
              ...c’est beaucoup moins que les autres Corses non ?


            • Pierre 23 novembre 2017 12:47

              Ah, j’oubliais : des municipalités donnent des primes à ceux qui veulent bien venir bosser...


              • Agafia Agafia 23 novembre 2017 13:05

                @Pierre

                Ah bon ? Vous avez des noms ?

                Ou alors vous avez pris le problème à l’envers. Chez moi, si on a eu trop d’absences dans l’année, nos primes sont amputées.

              • Pere Plexe Pere Plexe 23 novembre 2017 16:26

                @Pierre
                ...bosser pour une prime ?

                Faudrait vraiment qu’ils soient très con !


              • Eric F Eric F 23 novembre 2017 18:29

                @Pierre
                cela me rappelle une anecdote concernant l’Italie. Un jour l’ensemble des fonctionnaires ont eu l’obligation de venir à leur poste (peut être pour les recenser ?) , et on s’est aperçu qu’il n’y avait pas assez de chaises et de bureaux pour tous.


              • Pierre 23 novembre 2017 23:34

                @Agafia
                Par exemple à Montpellier.


              • Gasty Gasty 24 novembre 2017 19:43

                @Eric F

                Ça marche aussi pour la Grèce, et puis aussi la Corse et puis avec tous ceux que vous voudrez.

                Tout dépend de la manière dont on veut en rire.


              • bonnes idées 23 novembre 2017 12:57

                Mais ce monde n’est pas un idéal mais plutôt une machination perverse afin de nous harper avec de multiples crédits et de nous offrir une multitude de choses inutiles. Quelle est belle la souffrance au travers de nos désirs jamais rassasiés, à la recherche d’un illusoire bonheur dans la possession de produits de dernières générations.

                 Des heures à faire la queue chez Disney pour quelques secondes d’un manège chèrement payé par une année de dur labeur alors je tourne en rond à la recherche de ce bonheur qui s’éloigne toujours plus à mesure que je m’en rapproche. S’offrir des vacances hors de prix de l’autre côté de l’équateur dans le dépouillement le plus total, allongé sur une natte à manger du riz. Envier ceux qui ont acheté à prix d’or le dernier téléphone qui par la grâce de Dieu fait toujours téléphone.

                S’offrir la dernière voiture qui se gare toute seule avec la connexion satellite (les 78 000 antennes terrestres en France font très bien l’affaire en passant) Allez très haut dans les études et finir plongeur dans le petit resto du coin, croire encore au miracle Américain et s’acheter un polo avec son drapeau imprimé. La souffrance viendra toujours du manque alors si vous voulez passer ce cap simplifiés vos vies.

                Tout le reste n’est qu’illusion...


                • gruni gruni 23 novembre 2017 13:10

                  @bonnes idées


                  Là vous parlez de la surconsommation et comment ne pas être d’accord. Bien sûr, chacun est libre de faire ce qu’il veut, mais tout de même il faut raison garder. Il y a des bonheurs simples.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès