• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Affaire dite des biens mal acquis : un matraquage juridico-médiatique (...)

Affaire dite des biens mal acquis : un matraquage juridico-médiatique français aux relents néocolonialistes

Depuis le mois de juillet 2017, la justice française a déjà mis en examen au moins cinq membres de la famille du Président congolais, Denis Sassou N’Guesso dans l’affaire dite des biens mal acquis. Tout porte à penser que ce matraquage judiciaire, aux relents néocolonialistes, va aller crescendo tant que la France n’a pas fait payer à Sassou le choix qu’il a porté sur la Chine pour le développement du Congo.

Dans sa marche contre le Congo, la France accélère le pas. En effet, pas un seul mois ne passe sans que la justice française ne sorte de son chapeau le nom d’un membre de la famille du président congolais, Denis Sassou N’Guesso. Multipliant des mises en examen sans discontinuer, elle bénéficie ainsi du soutien de la prolixe presse hexagonale qui assure le relais au rythme de la procédure.

Aujourd’hui, une certitude se dégage très clairement : la France a levé l’option de nuire au président congolais. Cette volonté affichée fait penser que dans les prochains jours, la justice française allongerait volontiers sa liste de mises en examen. Car, derrière l’écran de fumée judiciaire se cache en réalité, une volonté politique visant à faire payer au Congo son partenariat stratégique noué avec la Chine. Dans ce jeu dangereux, la presse française ne se donne pas un rôle anecdotique. Elle est bavarde et unanime quand il s’agit des mises en examen contre la famille présidentielle congolaise, mais étonnement aphone quand Denis Sassou N’Guesso porte plainte contre l’antenne française de Transparency internationale pour « tentative d’escroquerie au jugement ».

A travers ce matraquage juridico-médiatique qui souille l’honneur de Denis Sassou N’Guesso, la France vise à affaiblir le président congolais. La stratégie, selon certains observateurs est classique : susciter le désamour du peuple congolais pour son leader et le préparer ainsi à accepter éventuelle une déstabilisation des institutions.

Cette analyse semble objective d’autant plus que l’attitude paternaliste de la France laisse de plus en plus perplexes nombre d’observateurs avisés. Et, pour le peu de Congolais qui s’intéressent à cette affaire, la question à laquelle ils n’ont pas de réponse est celle de savoir pourquoi les monarchies du Golfe qui donnent l’impression de vouloir acheter tout Paris n’attirent pas l’attention de la justice française autant qu’elle s’intéresse aux biens des chefs d’Etats africains ? Sans doute que les biens que cette justice considère comme mal acquis ont-ils le goût colonial. Et comme tels, ils attirent le colonisateur dont, par ailleurs, l’envie de coloniser n’a jamais disparu.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Parrhesia Parrhesia 5 septembre 09:49
    La population française (hé oui ! Il en reste une !!!) devrait maintenant réaliser que lorsque nos « zélites politiciennes enmondialistées » interviennent en Afrique, ce n’est plus avec le soucis d’une coopération progressivement profitable à tous comme aux temps bénis de la France-Afrique de de Gaulle !
    Sur le fond, c’est avec le soucis bien clair de servir les seuls intérêts mondialistes du capitalisme exclusivement financiers.
    Sur la forme, c’est avec l’acharnement que mettent généralement les rongeurs à consommer leur fromage (Cf. : Le cas Gbagbo en côte d’Ivoire !!!)
    Les démolisseurs de la « France-Afrique », malheureusement si nombreux actuellement en France parce que de moins en moins bien informés, seraient surpris de découvrir l’importance des hommages décernés à la France sur la façon et sur l’esprit dont notre pays avait alors organisé la décolonisation libératrice.
    Des hommages non seulement décernés par les pays africains alors concernés, mais aussi par nos propres concurrents traditionnels occidentaux dont les Britanniques dont nous ferions bien de reconnaître l’expertise en la matière !

    • Parrhesia Parrhesia 5 septembre 09:54
      Le cas Gbagbo ès qualité de victime du mondialisme et du FMI, évidemment !
      Cela va mieux en le disant...

    • Yvance77 Yvance77 5 septembre 09:54

      « A travers ce matraquage juridico-médiatique qui souille l’honneur de Denis Sassou N’Guesso »

      .
      Eh ben ... si avec cela il ne mérité pas en plus une petite pipe, c’est à n’y rien comprendre ! Comment vous faites pour être autant lèche-fion envers un dictateur, un criminel qui met exsangue la majeure partie du peuple qu’il devrait d’abord servir ?

      Pour votre information, bien que blanc, j’ai travaillé au Congo et ce pays (qui est mon préféré avec le Cameroun de l’Afrique Francophone, mérite vraiment autre chose que ce salaud à sa tête.

      Ps : d’honneur le Sassou n’en possède pas une gramme.

      • Osis Osis 5 septembre 12:40

         
        « Ps : d’honneur le Sassou n’en possède pas une gramme. »

        Que des pillards, des colonisateurs, des esclavagistes donnent des leçons à leurs victimes, de démocratie...
         
        C’est un poil déplacé...

         

         


        • Yvance77 Yvance77 5 septembre 15:10

          @Osis

          T’es juste un poil trop con pour comprendre !

        • Osis Osis 10 septembre 17:36

          @Yvance77

          Merci mon adjudant.


        • Osis Osis 5 septembre 12:41

          oups...

          Que des pillards, des colonisateurs, des esclavagistes donnent des leçons de démocratie à leurs victimes...
           
          C’est un poil déplacé...


          • foufouille foufouille 5 septembre 13:04

            il faut donc qu’il continue à voler. c’est mieux car il fait partie d’une race supérieure.


            • OMAR 5 septembre 18:07

              Omar9

              Il est possible que Denis Sassou NGuesso, ait acquis illégalement des biens dans son pays.
              Mais c’est aux congolais de le juger.
              .
              Sinon, Giscard d’Estaing a bien reçu des diamants de Bokassa.
              http://www.afrikmag.com/femme-general-bokassa-a-ete-enceinte-dun-president-francais-video/
              Pourquoi la France ne le juge-t-elle pas ?


              • Parrhesia Parrhesia 5 septembre 20:15
                @OMAR
                Tout-à-fait d’accord avec vous Omar !
                Surtout si l’on considère la façon dont certains Français gèrent désormais leurs « propres » problèmes de gouvernance, on peut se demander où ils peuvent bien trouver l’audace d’aller se mêler de gouvernance sur des continents dont ils ne connaissent même pas l’esprit !!!

              • eddofr eddofr 6 septembre 17:29

                En aucun cas, la justice française ne fait procès à un citoyen étranger pour des délits commis à l’étranger.

                En l’occurrence, les prévenus sont poursuivis pour avoir tenté de blanchir en France des biens acquis, à l’étranger, par des moyens illégaux.
                Pour ce faire, la justice française doit forcément établir que la manière dont les bien ont été acquis, était illégale là où il ont été acquis.
                Cependant, elle ne rendra aucun jugement sur le délit constitué par cette acquisition frauduleuse ou criminelle, mais seulement sur le fait de venir en France pour essayer de les blanchir. 

                Parce que ça c’est bien un délit commis en France et donc passible de la justice Française.

                Il n’y a là dedans aucun relent de colonialisme, juste la loi Française et son application pointilleuse.

                La France Raciste et colonialiste, c’est une illusion et un mensonge (depuis au moins 30 ans).

                Il existe des politiciens et des affairistes véreux en France, comme partout, qui s’attaquent à n’importe quelle proie, du moment qu’elle est affaiblie. 
                Et l’Afrique, avec ses régimes démocratiques « élus avec 99,99% des voix », ses présidents à vie, son instabilité récurrente et ses problèmes chroniques de corruption et d’infrastructures déficientes est un cible particulièrement facile.

                Mais cela n’a rien a voir avec du racisme ou du colonialisme. C’est juste du Business bien pourri. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires