• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Affaire Quatennens : La bonne baffe des insoumises

Affaire Quatennens : La bonne baffe des insoumises

La compétence des hommes à affronter les problèmes de famille et de couple reste apparemment encore très limitée. Pourtant longtemps désignés comme chefs de familles et propriétaires de leurs femmes, ce sont en réalité ces dernières qui étaient et restent encore chargées de la sphère intime et de l’entretien de la maison, sans aucune reconnaissance de la société et du monde politique. Les mœurs ont-elles évolué au point d’avoir changé la civilisation occidentale depuis la sortie progressive de la religion ? Il est permis d’en douter, même si de plus en plus de responsabilités et une meilleure place dans la société leur sont reconnues.

 

Avec les actualités brûlantes que l’on connaît sur la guerre en Europe et la crise de l’inflation galopante, qui aurait pu prédire qu’un conflit au sein d’un couple, parmi certainement des milliers d’autres tragédies de ce genre, provoquerait un séisme au sein d'une des plus grandes formations politiques nationales et ferait la une de tous les journaux ? C’est certainement parce que ce type d’événement est tristement si banal dont personne n’en parle jamais, que du coup cela devient un problème national de première importance. La grande politique, généralement menée par des hommes charismatiques, révèle alors des coulisses peu reluisantes, où la domination sexuelle est la règle et le virilisme est encouragé (Insoumises, suivez mon regard...). Cela concerne d’ailleurs toutes les sphères du pouvoir et se fait de manière inconsciente, sans que personne n’ait a dire quoi que ce soit. C’est hélas un fait anthropologique qui dure depuis des millénaires et qui remonte donc à l’aube de la civilisation.

 

La justice régulière est-elle suffisante pour corriger le tir ? Évidemment que non puisqu’elle est la plupart du temps saisie une fois que le mal est déjà fait. De plus elle est débordée et manque de moyens. Le politique peut contribuer à changer les mentalités et le comportement, mais là il ne faut pas se tromper de cheval. Soit on insiste sur l’indignité morale soit sur le défaut de compétence, à propos de la capacité à gérer des conflits et dans un collectif aussi restreint qu’un ménage ou une famille. Les deux restant liés, bien évidemment. De même qu’on ne naît pas femme mais qu’on le devient, le rôle de partenaire de couple ou de parent n’est en rien une chose acquise à la naissance. Cela peut s’apprendre, ou alors être refusé dans certains cas. Il me semble qu’aborder la violence conjugale et intrafamiliale sous le prisme du manque de compétence (et pas seulement de responsabilité), permettrait d’englober les différentes situations et les différents degrés de violence, sans être encombré par les détails de procédures souvent lourdes et longues à statuer, réservés au domaine judiciaire, et privé de surcroît. Bien que ce soit nécessaire, la mesure judiciaire n’est pas forcément la plus adaptée pour définir une nouvelle éthique à ce sujet.

 

Comme il s’agit aussi d’un phénomène anthropologique qui dépasse de très loin la sphère du droit commun et de l’action politique, il est peut être plus judicieux d’afférer de nouvelles compétences aux responsables publics, femmes et hommes, sur la question des violences sexuelles et intrafamiliales. Si un représentant du peuple a fait vœu de se consacrer à la chose publique et de résoudre les tensions sociales, il n’est pas illogique de juger de sa compétence au regard de son comportement dans son cercle privé. S’il n’arrive pas, comme dans le cas de Quatennens, à régler pacifiquement un conflit de couple sans recourir à la violence, peut-on vraiment le considérer comme quelqu’un de compétent à gérer des conflits sociaux d’une bien plus grande ampleur ? Et surtout d’apporter de nouvelles solutions en ce qui concerne les féminicides ?

 

Ainsi, ce n’est plus seulement une condition morale qui s’impose. Le délit ou le crime sort du jeu entre bourreau et victime, dont se charge le pouvoir judiciaire, pour être « jugé » selon une compétence proprement sociale et politique : pourquoi finalement ce que vivent et subissent les femmes dans la sphère privé ne constituerait pas un critère de sélection qui habilite à faire de la politique ? Non pas seulement pour ceux qui ont été jugés coupables, mais pour tous les autres, femmes et hommes, qui pourraient bénéficier d’une formation ou d’une éducation pour gérer ce type de conflit. On peut même imaginer un système de rattrapage, avec un contrôle serré par la suite, pour les individus qui font l’objet d’une procédure en cours ou qui ont été jugés il y a un certain moment.

 

Étant donné la rémanence de tels faits et l’incapacité des uns et des autres à se mettre d’accord sur le degré de moralité nécessaire pour exercer une fonction politique, ce n’est pas simplement l’injustice qu’il faut résoudre et combattre, mais aussi faire évoluer les mœurs dans le cercle privé en reconnaissant enfin la place primordiale que les femmes tiennent dans la société, grâce à de nouvelles compétences reconnues et acquises par le plus grand nombre. Au-delà d’une querelle de couple, la gifle de Quatennens est devenu un symbole de l’iniquité entre genres qui ronge la civilisation et sape les droits fondamentaux. Et nombre de femmes et d’insoumises l’ont d’ailleurs bien compris et n’ont pas cherché à mettre la poussière sous le tapis, comme au « bon » vieux temps que regrettent encore tous les réactionnaires.

 

 

Illustration : City hunter - Tsukasa Hōjō


Moyenne des avis sur cet article :  1.38/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • Yann Esteveny 3 octobre 11:30

    Message à tous,

    Le spectacle des « insoumis » masque la catastrophe politique en France. La réalité claquera autrement plus fort.


    • cevennevive cevennevive 3 octobre 11:37

      « Et nombre de femmes et d’insoumises l’ont d’ailleurs bien compris et n’ont pas cherché à mettre la poussière sous le tapis, comme au « bon » vieux temps que regrettent encore tous les réactionnaires. »

      Non, non ! C’est faux ! Qui sont les « réactionnaires » selon vous ?

      Aujourd’hui, il est plus condamnable de mettre une gifle dans l’intimité d’un couple que de détourner des fortunes, puiser dans les caisses de l’état ou des associations, vendre des armes aux belligérants en gardant les mains propres, etc.




      • Clark Kent Clark Kent 3 octobre 12:17

        @cevennevive

        Tout-à-fait.

        Pendant qu’on s’occupe de leurs turpitudes conjugales ou de l’enterrement de la reine d’Angleterre, les gros chats continuent à se faire du gras en piquant le fromage au souris et en en bouffant quelques-unes de temps en temps.


      • Boogie_Five Boogie_Five 3 octobre 20:31

        @cevennevive

        Non, c’est faux. La violence faite aux femmes est tout autant répandue et nuisible, et ce n’est pas sans relation avec le grand banditisme et la criminalité en col blanc. Dans les deux cas, il y a un sentiment d’impunité favorisé par le pouvoir et l’argent. 


      • eau-mission eau-mission 3 octobre 12:27

        L’écriture inclusive est-elle utile chez les escargots, eux qui n’ont pas vraiment de sexe ?
        Comment un gastéropode prend-il son pied ?

        Existe-t-il une espèce qui change de genre et où les œufs sont fécondés à l’extérieur ?
        Si c’est possible, il suffirait de donner par génie génétique à l’espèce humaine ces propriétés.
        Ainsi, les enfants de celle qui décidera de mettre au frigo ses œufs le temps de changer de sexe pour les faire féconder par celui qui ne tardera pas à s’épanouir en elle, ces enfants seront débarrassés d’emblée de leur Œdipe. En plus, ils seront sûrs d’être des enfants désirés. Par il ou elle, on sait pas.


        • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 3 octobre 12:44

          @eau-mission
           
          ’’Comment un gastéropode prend-il son pied ?’’
           
          En se prenant par la main ?


        • Octave Lebel Octave Lebel 3 octobre 12:49

          Dans cette affaire, qu’avons-nous ? Une gifle donnée il y a un an par un homme à sa compagne et qui a reconnu ses torts et exprimé ses regrets et un divorce en cours à l’amiable selon la formule consacrée.

           Des policiers, difficile de ne pas penser à un syndicat qui lors de la campagne électorale présidentielle a fait défiler les candidats à l’exclusion de LFI afin d’évaluer leurs propositions en bafouant sans états d’âme les pratiques républicaines et syndicales, des policiers qui ont fait en sorte de rendre publique une main courante, ce qui est une faute professionnelle même si pour certains ces choses-là ne signifient plus rien et prêtent à dérision. Jusqu’au jour où ils en seront eux-mêmes les victimes je suppose.

          Ceux que l’on appelle journalistes se sont délectés à organiser et relancer la partie de ping-pong, reprise bien entendu dans les médias sociaux et sans surprise dans une veine identique ici même avec essentiellement des coups-bas destinés au mouvement LFI et la Nupes.

          Outre ce couple qui traverse un moment difficile et qui se serait bien passé de toute cette boue, qui sont les plus méprisés dans ce type d’épisodes médiatiques récurrents, instrumentalisés et pris pour de pauvres imbéciles et de pauvres gens influençables et manipulables à l’infini , si ce n’est nous les citoyens. Je prends le pari qu’à la prochaine occasion le cirque recommencera.

           A part cela, nous avons une nouvelle fois connu une élection présidentielle où les problèmes fondamentaux du pays n’ont pas pu être débattus avec une très lourde responsabilité de ceux qui possèdent les médias et de ceux qui y travaillent et qui nous donnent chaque jour des leçons de démocratie.

           


          • Fergus Fergus 3 octobre 13:05

            Bonjour, Octave Lebel

            Très largement d’accord avec vous.

            Un petit bémol : il semble qu’il y ait transmission automatique au parquet dès lors qu’une plainte, ou même une main-courante, est déposée pour « violences conjugales ». Dans de telles conditions, difficile d’affirmer d’où vient la fuite, même si le plus probable ait qu’elle ait été organisée par les policiers.


          • Boogie_Five Boogie_Five 3 octobre 20:44

            @Fergus

            Non mais arrêtez ! Vous tombez dans le même piège de tout judiciariser. L’affaire suit son cours et on verra bien quelle peine sera appliquée ou non. Le plus important est que ce genre de délit doit être pris plus au sérieux, notamment pour des responsables politiques, et n’est pas juste une affaire concernant les médias et la justice, en gros la politique politicienne.

            Que Quatennens en paie le prix fort, c’est justement parce qu’il s’est lui-même mis au centre du jeu. Il aurait pu se mettre en retrait bien avant pour régler ses problèmes. Mais comme c’est un homme de pouvoir, il a cru pouvoir tout gérer et a fait les gros bras, jusqu’à ce que ça lui expose à la figure. 


          • Aristide Aristide 4 octobre 10:12

            @Octave Lebel

            Vous avez raison sur le nécessaire et indispensable secret de telles affaires. Que ce soit dans tous les moments policiers et judicaires. A mon sens ne vaut que le jugement, le vrai, après un débat contradictoire, des faits établis, un procureur et une défense, etc ...

            Dans cette affaire, qu’avons-nous ? Une gifle donnée il y a un an par un homme à sa compagne et qui a reconnu ses torts et exprimé ses regrets et un divorce en cours à l’amiable selon la formule consacrée.

            Je me garde bien de donner un avis quelconque sur le fond de cette affaire, de juger de la valeur de cette confession publique, de toutes les déclarations surjoués des uns et des autres, de parler de divorce à l’amiable, de nouvelle plainte, etc ....Je constate simplement que vous ne manquez de donnez votre avis sur le fond dont vous reconnaissez que vous ne savez rien. 

            Après vous jetez un écran de fumée sur cette affaire en utilisant de vrais sujets politiques qui ont été évacués mais qui ne manqueront surement pas de revenir ...

            Mais tout de même, il me semble que les postures de Père la vertu que ne manque jamais de prendre les représentants de la NUPES, leur reviennent en boomerang m’apparait compréhensible. 

            Là encore, vous en rajoutez sur les médias, qui s’il est vrai qu’ils en ont fait cette fois, ne se sont jamais vraiment privé quand cela arrivait de l’autre coté de l’hémicycle .... Et même en accusant sans l’assumer, un syndicat policier ... Vous lisez peut-être le Canard dont les sources viennent en grande majorité du propre camp, assez clair comme du Sandrine Rousseau ... Mais bon, la police tue et dénonce !!! 

            En résumé, ces affaires sont à traiter par la justice et par elle seule, pas par ces comités Théodule instrumentalisés dans les partis, dans le secret jusqu’au jugement ... 


          • Aristide Aristide 4 octobre 10:25

            @Boogie_Five

            Non mais arrêtez ! Vous tombez dans le même piège de tout judiciariser. 

            Il n’y pas d’alternative à la justice dans ce domaine comme dans tous les autres, il s’agit du respect des lois de notre pays !!!! Dans le respect de la présomption d’innocence et dans la confrontation entre une accusation et une défense ... Sinon, c’est le lynchage, les manipulations à la Rousseau, les dénonciations calomnieuses, les lynchages publics, ..

            Après il est incontestable qu’il faille améliorer les procédures pour que ces affaires soient jugées dans les meilleures conditions et les plus brefs délais dans le respect des droits des plaignantes et des accusés ...


          • Mon amie de raconter que les remarques de son mari devant leurs enfants lui étaient insupportables. elle ajeté "violemment son mari dehors. Cela se passe partout et à chaque seconde. Si nous devions à chaque fois en faire un casus belli. Plus besoin de guerre.. Nous croulerions sous les dossiers de justice...... morts et en burn-out


            • Boogie_Five Boogie_Five 3 octobre 20:48

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.

              Faudrait plus de détails sur ton affaire. J’ai un peu du mal à croire que chaque jour des maris sont jetés dehors comme ça. Je pense plutôt que ça se déroule comme dans le film « jusqu’à la garde », où le mari ne lâche pas l’affaire. 


            • @Boogie_Five Mon amie fait l’effort de ne pas couper les ponts entre ses enfants et son ex mari (épousé pour fuir sa famille). Un bougon gauchiste dont son psy a dit qu’au fond il était misanthrope. Bien sûr, il vote insoumis. Il a besoin de critiquer les autres pour se sentir vivre.... La vieillesse est un naufrage. 


            • tashrin 3 octobre 15:34

              Evidemment que la fuite était préméditée

              Mais en même temps, je comprends. L’occasion était trop belle de mettre leur nez dans leur caca aux donneurs de lecons permanents de LFI adeptes du fais ce que je dis mais pas ce que je fais

              Et meluche qui tombe dedans comme un seul homme ahah. Le pas finaud aura fini de se griller dans l’opinion, entrainant dans son sillage les caicuqes qui n’osent pas se desolidariser de la parole du chef ! Cf la conference de presse suite au tweet de melenchon en soutien à son pote, c’etait un kif absolu de les voir se debattre comme des mouches dans un pot de miel ahah

              Melenchon apparait tel qu’il est : un petit despote imbu de sa personne, enclin au nepostisme le plus affirmé, et qui ne voit pas de mal à soutenir son pote. Les grands principes c’est bien, mais pour les autres

              Mouarf, pas stratége pour un sou, « la Republique c’est moi »

              Idem pour l’autre timbrée de rousseau et sa milice stalinienne... Ca fait pas rever les foules


              • Fergus Fergus 4 octobre 09:17

                Bonjour, tashrin4

                Je suis assez largement d’accord avec votre commentaire, notamment pour ce qui concerne Mélenchon, une fois de plus à côté de la plaque dans cette affaire.

                Quant à l’ultra-sectaire Rousseau, il ne faut pas se faire d’illusions à son sujet : son rôle dans l’affaire Bayou n’a visé qu’à écarter un rival influent au sein d’EELV.


              • Aristide Aristide 4 octobre 11:13

                @Fergus

                Je suis assez largement d’accord avec votre commentaire, notamment pour ce qui concerne Mélenchon, une fois de plus à côté de la plaque dans cette affaire.

                Mélenchon seul ? Je vais être accusé de je ne sais quoi, mais bon j’y vais ...

                Comme le dit tashrin, la conférence de presse de tous les représentants de LFI a démontré l’absence complète de ce que l’on nomme le courage. Ils ont tous été incapables de se singulariser, c’était pathétique. Mathilde PANOT et Clémentine AUTAIN en tête !!! Et tous les autres figés et silencieux sur la déclaration du chef !!!

                Et voilà Danièle OBONO qui vole aujourd’hui la vedette à Adrien QUATENNENS avec des déclarations ... insensées.

                La violence de la parole de Mélenchon en est la cause essentielle, c’est vrai, mais ils sont tous dans le même état d’esprit. Ce jeunot fumeur de pétard et dealer à ses heures donnant des leçons !!! CORBIERE et GARIDO profiteurs d’aides sociales, de même !! Et Manuel BOMPARD, qui n’a aucun sens de la valeur des mots, parle de déclaration de guerre sur le 49.3 ... Clémentine AUTAIN des français qui ont perdu la tête le jour de la décapitation de PATY, etc ... Elles sont tellement nombreuses ces déclarations !!! Et surtout pas un pour rattraper l’autre !!!.

                Je suis toujours étonné de votre mansuétude envers cette clique des faiseurs, des comiques involontaires, des fraudeurs, ...


              • Fergus Fergus 4 octobre 11:38

                Bonjour, Aristide

                Si vous voulez me faire dire qu’il y a une belle brochette de personnalités sectaires et pas toujours propres sur elles à LFI, pas de problème : j’ai toujours dénoncé les agissements du couple Corbière/Garrido, et pris Obono pour une allumée. Depuis qu’elle dirige le groupe à l’AN, force est de reconnaître que Panot n’est pas mal non plus dans le genre outrancier.
                Je leur préfère Autain, malgré quelques prises de parole hasardeuses.

                Parler de « mansuétude » me semble injustifié !


              • Aristide Aristide 4 octobre 12:21

                @Fergus

                Je crois que vous vous méprenez sur le sens de mon message. Si j’ai désigné nommément des personnes, il s’agissait seulement d’essayer de mettre en évidence LA caractéristique particulière de ce parti. 

                Mélenchon a trouvé un public et des électeurs en utilisant comme arme essentielle la violence du discours. La radicalité des positions politiques en complément ne fait que rajouter à la dureté de la parole. Tous les dirigeants de LFI ont constaté que cela a fonctionné. Le petit sénateur PS s’est transformé en leader incontesté de la gauche, la vraie bien sur, l’autre la fausse gauche réformatrice ne vaut rien ...

                Cette stratégie de la violence a démontré son efficacité en marginalisant tous les mouvements d’extrême gauche, même Besancenot est passé à la trappe. Cette manœuvre bien huilée est appliquée pour tous les publics, des musulmans aux marginaux, des anciens marxistes et nouveaux communistes, des pourfendeurs de la social démocratie, les immigrés en détresse et les autres bobos moralisateurs, enfin ... on laisse tomber les classes populaires, le RN s’en occupe. Tout ce qui de près ou de loin ressemble à une personne qui rejette le système ou se sent exclu. 

                Mais voilà, les imitateurs n’ont pas le talent du maitre. Ils pataugent dans une radicalité qui frôle le ridicule, une opposition qui s’humilie par ses concessions électoralistes, ses postures qui se voudraient du peuple, ... 

                Vous remarquez que je n’ai pas parlé du fond, il y aurait tant à dire sur tous les miroirs aux alouettes de l’AEC ...


              • ZenZoe ZenZoe 3 octobre 17:12

                Oui bof, quand je pense aux insoumis, je pense aussi qu’il y a des baffes qui se perdent.


                • zygzornifle zygzornifle 4 octobre 08:13

                  A mon époque on se faisait baffer a longueur de journée par les profs, tirer les oreilles et les cheveux et si on mouftait aux parents on s’en reprenait une ration  .....


                  • Fergus Fergus 4 octobre 09:21

                    Bonjour, zygzornifle

                    C’est vrai, et parfois pire ! smiley


                  • Je connais assez ce public des insoumis : des bougons jamais contents et fouteur de merde complètement Immatures. 


                    • Dans un « couple » d’insoumis, vous avez une chieuse et un emmerdeur. Fixation au stade anal dirait Freud...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité