• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Affaire Skripal... ou opération Artichok ?

Affaire Skripal... ou opération Artichok ?

Le Royaume-Uni, en butte à ses turpitudes économiques, et suivant la déconfiture en rase campagne de son Suzerain américain dans ses projets de « regime change » au Moyen Orient, veut, plus que jamais, faire taire toute voix dissidente... Avec en ligne de mire la chaîne Russia Today, qualifiée par Theresa May d'officine de propagande de l'État russe.

Tout commence le 4 mars dernier, quand au sortir d'un restaurant italien, situé sur Castle Street, à Salisbury, un ancien agent russe — en fait un agent double — et sa fille, sont retrouvés inconscients sur un banc, à une trentaine de mètres de là. Immédiatement, les autorités envisagent un empoisonnement, suivent la piste d'un agent innervant de la famille des novichoks, et à peine quelques jours plus tard, désignent comme coupable la Russie de Vladimir Poutine avant de monter d'un cran hier, et d'impliquer directement la responsabilité personnelle du président russe dans cette agression.

« Il y a deux erreurs par rapport à la théorie du complot. La première c’est d’en voir partout et la deuxième c’est de n’en voir nulle part » (Frank Lepage)

À quelque chose malheur est bon, dit-on, et il se trouve que cette affaire, est un cas d'école en matière de coup monté aux fins de propagande. C'est ce que je me propose de vous démontrer, sans avoir à faire appel à des théories nébuleuses ou des références aussi rares qu'invérifiables en la matière, s'agissant de produits tellement secrets que personne ne sait exactement s'ils ont jamais existé. D'autre part, et il convient de ne pas perdre tout ceci de vue, toute cette histoire se déroule littéralement dans un mouchoir de poche, et comme nous le verrons, aucun des protagonistes ne peut être immédiatement écarté de la liste des instigateurs eux-mêmes.

Dans lequel on rappelle quelques évidences

  • Corpus delicti : Pour qu'il y ait crime, il faut d'abord qu'il y ait une ou plusieurs victimes. C'est étrange de devoir rappeler ceci, mais sans mort, pas de crime. Or en l'espèce, personne n'est mort, que je sache. C'est d'autant plus étrange quand on évoque un poison dix fois plus létal que l'agent VX — pourtant réputé comme étant l'agent le plus toxique jamais produit. Petit clin d'oeil en passant, l'agent VX a été inventé par les Anglais au plus fort de la guerre froide, en 1952, puis synthétisé et produit à Porton Down, située à moins de dix kilomètres de Salisbury. Les médias ont pris un malin plaisir, ces derniers jours, à suggérer par tous les moyens que les Skripal seraient, en fait, morts des suites de l'empoisonnement mais il n'en est rien. Aux dernières nouvelles, ils sont dans un état « critique mais stable », ce qui est légèrement... ridicule, en raison de la nature même du supposé poison.
  • Drôle de poison : Les agents innervants sont tous, depuis le sarin jusqu'au supposé « novichok » en passant par le VX, des organophosphorés : ils agissent sur la manière dont les influx nerveux sont transmis au système musculaire[1]. D'une façon générale, si un antidote n'est pas administré presque immédiatement, l'issue est fatale, même à des doses infimes. Cet antidote prendra le plus souvent la forme d'une injection d'atropine, qui est un puissant antagoniste à l'acétylcholine. Ce qui est interpellant, dans le cas de Skripal, c'est qu'on parle d'un homme retrouvé « à l'agonie », présentant tous les symptômes d'une intoxication aigüe par un agent innervant... qui se serait subitement retapé au point de pouvoir parler aux enquêteurs avant de sombrer à nouveau ? Soyons clairs : ces poisons tuent en quelques minutes, et lorsqu'ils ne tuent pas, ce qui reste, c'est plus ou moins un géranium. Si vous avez ingéré une dose suffisante pour vous plonger dans le coma (qui est l'état qui précède immédiatement la mort), vous êtes fichu, et il n'y a aucune chance de vous retrouver en état « critique mais stable ».
  • Agent... russe : il n'est pas inutile de préciser, parce que les médias s'en gardent bien, que Sergeï Skripal, s'il était bien un agent russe (il avait le grade de colonel du GRU - le renseignement militaire), a trahi son pays, et était un agent double pour le compte des services secrets de Sa Gracieuse Majesté, le MI6[2]. À ce titre, le dépeindre comme « ancien agent russe » est trompeur, c'est bien, aux dernières nouvelles, un agent britannique.

Pourquoi ça ne tient pas la route

On se trouve face à une véritable caricature, ou plus rien n'a plus de sens, sitôt que vous essayez d'admettre ou de comprendre la version telle que présentée par le gouvernement britannique. C'est donc un excellent exercice de debunking que chacun peut réaliser lui-même, il suffit d'avoir deux sous de bon sens.

  • Cui bono : la première question que doit se poser tout enquêteur amené à résoudre une affaire criminelle... À qui profite le crime ? J'ai beau me retourner le ciboulot dans tous les sens, je ne vois pas quel avantage opérationnel ou ne serait-ce que de « prestige » la Russie aurait pu tirer de l'élimination de Sergeï Skripal, et encore moins de sa fille. Il faut tout de même se rappeler que les autorités russes, lorsqu'elle se sont aperçues de la trahison de Skripal, l'ont arrêté, jugé, et condamné à 13 ans de prison. Ils l'avaient donc « sous la main », et s'ils avaient souhaité le laisser au trou, ils auraient parfaitement pu le faire. Et s'ils avaient souhaité s'en débarrasser, quoi de plus simple que de le « suicider » discrètement dans sa cellule ? L'intéressé avait été interrogé après son arrestation, et ce qui intéressait surtout le FSB, c'était la teneur des informations que Skripal avait révélées au MI6. Il est parfaitement évident que Skripal ne savait rien de plus qui aurait pu mettre en danger la vie ou la position d'autres agents russes, sans quoi jamais Dimitri Medvedev n'aurait permis qu'il fît l'objet d'un échange.
  • Signature : on ne signe un crime que lorsqu'on est sûr de son impunité, ou pour terroriser d'éventuels opposants, comme les narcotrafiquants le font régulièrement en Colombie, par exemple. Dans ce cas-ci, choisir une « arme » qui ne pourrait provenir que de l'arsenal des services secrets russes équivaudrait à laisser sur le cadavre la carte de visite de Vladimir Poutine. L'histoire nous montre que lorsque les services secrets veulent éliminer un opposant, ils choisiront au contraire des méthodes plus simples, susceptibles de ne pas éveiller l'attention des enquêteurs et des médecins : accidents domestiques, accidents de la circulation, arrêt cardiaque, bref, tout ce qui mènera à un diagnostic de mort naturelle ou accidentelle.
  • Les preuves : aucune preuve d'utilisation d'un agent innervant n'a à ce jour été communiquée par les autorités britanniques. C'est le laboratoire de Porton Down (militaire) qui a identifié le produit, ce sont les autorités britanniques qui ont mené l'enquête, et c'est le NHS qui a pris en charge les « victimes ». Comme déjà dit, tout cela se passe dans un mouchoir et les seuls à avoir eu accès aux « preuves » sont les mêmes qui accusent la Russie — voire le président russe lui-même — sans avancer le début du commencement d'un élément probant pour étayer leurs accusations. Or s'il me souvient, la charge de la preuve revient toujours à l'accusation. Dans ce cas-ci, au contraire, on en arrive à décréter que l'absence d'aveu de culpabilité de la Russie prouve « en soi » sa culpabilité, en faisant comme si on ne se rendait pas compte qu'il s'agit d'une logique circulaire. Il fallait oser.

Un complot

Ce qui suit est mon opinion personnelle. On me fera remarquer que je n'ai aucune preuve de ce que j'avance, je répondrai qu'à ce jour, le gouvernement britannique n'a fourni aucune preuve de ce qu'il avance non plus. On est priés de les croire... Ou pas.

Pour qu'il y ait complot, il faut qu'il y ait des conspirateurs, un mobile, des moyens, et l'occasion :

  • Les conspirateurs : pas besoin qu'ils soient bien nombreux, une demi-douzaine suffit, issus du gouvernement de Theresa May, du MI6, sans parler de Skripal dont on peut imaginer qu'il a une dent contre l'État russe.
  • Un mobile : faire retirer la license d'exploitation de Russia Today par l'Ofcom, de telle manière que le gouvernement lui-même n'aura pas à se salir les mains.
  • Les moyens : presque rien, une petite mise en scène autour d'un banc public, on ajoute les enquêteurs habillés en combinaison NBC pour faire joli et il ne reste qu'à faire monter la mayonnaise.
  • L'occasion : l'affaire étant simplissime à orchestrer, elle pouvait être déclenchée n'importe quand.

Voyons un peu comment cette théorie passe le crible qui nous avait été si obligeamment fourni par le gouvernement français lui-même ?

Question Réponse
1 Phénomènes surnaturels ou paranormaux, formes de vie extraterrestre, ovnis ? Non
2 Action d'une société secrète dont l'existence n'est actuellement pas prouvée Non
3 Conspiration mondiale impliquant l'intégralité des membres d'une communauté religieuse ou nationale Non
4 Conspiration dont les origines remontent à plusieurs décennies, voire plusieurs siècles (et qui n'a, depuis, jamais été démontrée) Non
5 Est-elle vraisemblable ou cohérente. Est-elle plus efficace qu'une autre explication Oui
6 Repose-t-elle sur une source d'information réputée pour son sérieux, sa rigueur, et qui n'a, a priori aucun intérêt politique, idéologique ou personnel à défendre cette hypothèse Neutre, j'aime à croire que oui
C L'hypothèse d'un complot ne peut raisonnablement être écartée. Oui

Force est de constater que l'hypothèse d'un complot est parfaitement plausible, au contraire des accusations, qui ne tiennent pas la route.

Véritable objectif du gouvernement britannique

L'objectif ultime, en toile de fond, c'est de mettre au silence la chaîne de télévision Russia Today, qui vient régulièrement mettre à mal la propagande du gouvernement, que ce soit dans le dossier syrien, les supposées ingérences russes dans les élections américaines, ou d'autres sujets sensibles. Mais comme elle l'avait si bien dit devant la Chambre des Communes, Theresa May ne peut prendre pareille décision sans que celle-ci ne soit vue comme totalement anti-démocratique. Ainsi, il s'agit de faire pression sur le régulateur de radiodiffusion, l'Ofcom, afin qu'il retire lui-même la licence accordée à RT.

Déclaration concernant RT | 13 mars

Suivant le discours du premier ministre à la Chambre des Communes, hier, l'Ofcom a déclaré qu'il examinerait les implications pour les licences de radiodiffusion de RT après avoir entendu les déclarations ultérieures du premier ministre.

En tant que régulateur indépendant de radiodiffusion du Royaume-Uni, l'Ofcom a un devoir permanent de s'assurer que les attributaires de licences restent aptes et adéquats à les conserver.

Nous avons écrit ce jour à ANO TV Novosti, titulaire des licences de diffusion de RT UK, qui est financé sur le budget de la Fédération de Russie. Cette lettre expliquait que, si l'enquête des autorités britanniques devait conclure à un usage illégal de la force par l'État russe à l'encontre du Royaume-Uni, nous considérerions ceci comme pertinent dans le cadre de notre devoir d'évaluation continue des critères auxquels RT doit satisfaire (fit & proper).

La lettre à RT précisait que nous mènerions notre propre évaluation indépendante des critères selon une procédure accélérée, et que nous écririons à RT sous peu pour préciser les détails de notre évaluation.

Vous aurez remarqué que c'est pour le moins étrange, un régulateur de radiodiffusion qui réévaluerait les conditions d'octroi de la licence de RT, non plus sur les critères du « fit & proper » (apte et adéquat), mais sur base de motifs politiques, sous la pression du gouvernement, et ce, sans autre élément au dossier que les accusations portées par ce même gouvernement.

Une petite note d'optimisme pour terminer

La décision de retirer la licence de radiodiffusion de RT ne peut être vue autrement que comme une censure pure et simple d'un média qui est vu comme une épine dans le pied par les gouvernements occidentaux. Nul doute que la France, dans la foulée, essaiera de jouer l'argument de « la solidarité face à l'agression scandaleuse bla bla... » pour entamer auprès de son propre régulateur, une procédure similaire. Ceci expliquerait le brutal revirement du président Macron qui, le matin déclarait que le dossier n'était étayé par aucune preuve, et l'après-midi, publiait un communiqué commun dénonçant les « comportements russes irresponsables ».

Et inévitablement, cela fait quelque peu couler le masque de la démocratie bienveillante, du sacro-saint respect de la liberté d'expression. Et forcément, ça va se voir.

Notes

[1] Les organophosphorés (OP) sont des toxiques létaux, à action systémique prédominante, dont le mécanisme d'action principal est de bloquer la dégradation de l'acétylcholine au niveau des synapses cholinergiques par inhibition irréversible des cholinestérases, d'autres mécanismes encore mal connus aggravant cette toxicité. Source : Urgences-Online

[2] Skripal - Treize ans de prison pour « haute trahison » : Pour son pays d’origine, Skripal est un traître. La séquence filmée de son arrestation en décembre 2004, par des hommes en civil, le montre hagard et anxieux. Il y a de quoi. L’ex-officier supérieur reconnaît avoir, jusqu’en 1995, transmis des informations au MI 6 (le service de renseignement extérieur britannique) sur les taupes russes infiltrées en Occident. Verdict : une condamnation à treize ans de prison pour « haute trahison ». Mais la vie en général, et celle de l’espionnage, en particulier, est inventive…

En 2010, alors que Skripal purge sa peine, dix agents dormants russes sont démasqués aux Etats-Unis, des « illégaux » parfaitement intégrés dans l’American way of life. Parmi eux, Anna Chapman, mariée au fils d’un homme d’affaires britannique et installée à New York. Comme au temps de l’affrontement Est/Ouest, le scandale débouche sur un échange d’agents. En juillet de cette année-là, à Vienne (Autriche), sur le tarmac d’un aéroport surchauffé, les dix agents russes expulsés des Etats-Unis (dont Chapman) sont remis à leurs autorités, contre trois de leurs compatriotes (dont Skripal), soupçonnés d’avoir renseigné l’Occident. Source : Le Parisien

 

Article original sur LeVilainPetitCanard
Page Facebook

Moyenne des avis sur cet article :  4.89/5   (47 votes)




Réagissez à l'article

156 réactions à cet article    


  • Alex Alex 18 mars 16:33

    Désolé, monsieur l’auteur, mais vos conclusions allant à l’encontre de celle des « enquêteurs » Gruni et son acolyte Fergus – que l’on ne saurait un instant accuser de malhonnêteté... –, je rejoins leur opinion qui résulte d’une « enquête » d’une qualité exemplaire par sa circoncision : ils « savent », tout simplement...


    • gardiole 18 mars 17:48

      @Alex
      « concision ». La « circoncision », c’est autre chose. Mais peut-être avez-vous voulu faire de l’humour ?


    • Alex Alex 18 mars 20:05

      @gardiole
      Merci d’avoir relevé ce qui n’était pas de l’humour, mais un lapsus, car je connais bien évidemment le sens de chacun de ces mots. Cela m’incitera à relire mes contributions. 

      C’était donc la « concision des enquêtes  » – voire même leur absence – que j’évoquais.


    • Dom66 Dom66 19 mars 10:07

      @Alex

      Salut collègue

       smiley super, très bon


    • Fergus Fergus 19 mars 11:49

      Bonjour, Alex

      Vous m’avez mis en cause hier de manière parfaitement malhonnête : cette affaire ne m’intéresse guère, et surtout à aucun moment je n’ai écrit quoi que ce soit sur les responsables de cette tentative d’assassinat qui, soit dit en passant est bien un « crime »contrairement à ce qu’affirme l’auteur.

      J’ai écrit « on ne prête qu’aux riches » en faisant allusion à d’autres affaires précédentes où la responsabilité de la Russie avait été avancée sans pour autant que des preuves aient été publiées. Et j’ai également écrit que cette affaire était très profitable pour Poutine car elle lui permettait de souder derrière lui le peuple russe face aux accusations occidentales et ainsi de se donner les moyens, en se victimisant, d’obtenir le plébiscite qu’il recherchait.

      C’est très exactement cde qui s’est passé hier. Je n’en affirme par pour autant que Poutine ait commandité cette tentative d’assassinat qui relève de la barbouzerie de pieds nickelés. Je dis simplement que, cette fois encore et quels qu’aient pu être les empoisonneurs, Poutine a parfaitement tiré les marrons du feu à son profit. Nier cela ne serait pas très sérieux !

      Persiflez si vous le souhaitez, mais faites-le honnêtement ! Merci.


    • malitourne malitourne 19 mars 12:09

      @Fergus
      Des agents russes pourraient commettre d’odieux crimes suffisamment bien fait pour qu’il n’y ait pas de preuves mais seulement des indices qui laisseraient penser que les commanditaires viendraient de Moscou afin de provoquer les protestations de l’Occident contre le pouvoir russe ce qui lui permettrait ainsi en se victimisant d’affermir encore plus son pouvoir sur sa propre population. Avouez qu’il est trop fort ce Poutine !


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 mars 12:26

      @Fergus
      Vous devez confondre Poutine avec nos marionnettes locales, élues avec 17% des électeurs ...
      Il est soutenu par le peuple russe, et n’a pas besoin de ce genre de subterfuge. Depuis le coup d’état de Maïdan, les sanctions pleuvent sur la Russie comme à Gravelotte !!


    • JC_Lavau JC_Lavau 19 mars 12:28

      @Fergus. Je te félicite pour le soin que tu prends de Serguei Skripal et sa fille Ioulia, qui s’ils ne sont encore morts, du moins seront prestement euthanasiés afin qu’ils ne parlent jamais.


    • Alex Alex 19 mars 12:36

      @Fergus

      Dans son article, Gruni écrivait – sans autre preuve que les affirmations anglaises – que cette tentative de meurtre était l’œuvre de Poutine.
      En commentant « Cela ne peut profiter qu’à Poutine, » vous confirmiez l’opinion de Gruni, alors que l’honnêteté aurait consisté à dire : « faute de preuves, tout ce que l’on peut dire est que cette tentative était soit téléguidée par le Kremlin, soit par le tandem GB-USA habitué à ce genre de manœuvre, soit même par une tierce partie. »
      Dans le premier cas, la Russie n’étant plus un monde fermé, le déferlement de critiques émanant du monde otanesque risquait avoir une influence néfaste sur les Russes hésitant à voter pour Poutine, ce qui pouvait se traduire par un « Cela ne peut nuire qu’à Poutine. »
      L’honnêteté consiste à envisager toutes les possibilités – ou, en l’absence de preuves, à se taire –, d’autant que l’Otan a un passé criminel avéré. En ne privilégiant qu’une seule possibilité, je considère que vous avez fait preuve de malhonnêteté intellectuelle. Point.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 mars 12:38

      @Fergus
      Vous croyez que les Russes sont atteints d’Alzheimer ?
      Et qu’ils ont besoin de cette histoire pour savoir que les Occidentaux ont Poutine et la Russie dans le collimateur ??

      - 2014- Obama, sanctions USA- UE envers la Russie


      - 2016 - Nouvelles sanctions contre la Russie

      - 2017 - Trump et les sanctions contre la Russie.

    • Fergus Fergus 19 mars 12:53

      @ Alex

      Vous restez dans le procès d’intention. Je vous renvoie à mon commentaire ci-dessous à cateaufoncel.


    • Cateaufoncel 18 mars 16:36

      « À qui profite le crime ? »

      A ceux qui ont voulu saboter la conclusion d’un accord sur la Syrie entre Vladimir Poutine et Donald Trump.

      Ils ont déjà été dénoncés en avril 2017, devant l’assemblée des Nations Unies, par le représentant de la Russie, Vladimir Safronkov


      • Fergus Fergus 19 mars 11:54

        Bonjour, Cateaufoncel

        Soyons sérieux, le seul à qui profite le crime se nomme Poutine. Cet attentat de barbouzes de pacotille, quels qu’en soient les auteurs, a été entièrement à l’avantage du président russe au moment où il était en quête d’un plébiscite.

        Je me fiche de sa voir qui a fait quoi, mais une chose est sûre : si les Russes ne sont pour rien dans cette affaire - ce qui est tout à fait possible - du moins l’ont-ils récupérée à leur avantage avec beaucoup de brio.

        Ce n’est donc pas forcément vers celui à qui profite le crime qu’il faut se tourner pour trouver les responsables !


      • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 19 mars 13:05

        @Fergus

        Comme vous dites, soyons sérieux... 

        « A qui profite le crime »

        Reste à démontrer qu’il y a eu attentat à la vie de Skripal, ce qui n’a pas été établi. Poser par hypothèse ce qui reste à démontrer n’en fait pas une vérité.

        « A l’avantage du président russe »

        Nope, my friend, d’une part la campagne bat son plein en Russie depuis des mois, Poutine était assuré d’être élu dans un fauteil, et cerise sur le gâteau, Poutine n’a absolument pas évoqué ces accusations ridicules avant d’être élu.

        « Ce n’est pas forcément vers celui à qui profite le crime »

        Mmh, dès qu’il aura été établi qu’il y a eu crime, déjà. Pour l’instant ça ressemble furieusement à une campagne de propagande essentiellement domestique.


      • JC_Lavau JC_Lavau 19 mars 13:13

        @Fergus. Avoir un Boris Johnson comme sinistre des affaires étrangères, c’est trop la honte.

        En 1938, ils avaient déjà eu Halifax.
        Et nous on a eu m. « Bon boulot » au 37 quai d’Orsay, comme sinistre des étranges affaires israéliennes, puis Ayrault et le Driant, qui ne valent guère mieux.
        Des siècles à expier une pareil vergogne...
        On voit déjà tout le mal que Charles de Gaulle a eu pour expier Louis XV.

      • Fergus Fergus 19 mars 13:59

        Bonjour, Philippe Huysmans

        Est un « crime » toute forme d’attentat à la vie d’une personne, que celui-ci ait abouti ou pas ! Vous confondez « crime » avec « assassinat » et « meurtre » !

        « Pour l’instant ça ressemble furieusement à une campagne de propagande essentiellement domestique »

        Peut-être ! Mais d’aucuns ont botté en touche de la même manière à propos de la mort de Berëzovski et d’une dizaine de ses amis dans les années qui ont suivi. Etrange, non ?

        Cela dit, je vous concède bien volontiers que si Moscou avait voulu éliminer Skripal, cela se serait fait sans laisser de traces, particulièrement en étant orchestré par un ancien patron du... FSB.

        La question reste donc entière : soit Skripal a été victime de barbouzes anonymes et inexpérimentés pour des motifs mystérieux, soit il a bel et bien été la victime de Russes ou de Britanniques désireux, les uns comme les autres, de tirer un profit politique de cette tentative évidemment destinée à être médiatisée.


      • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 19 mars 14:28

        @Fergus

        Dans l’état actuel des choses, il n’y a rien, juste rien sauf des déclarations de gens dont le moins qu’on puisse dire est qu’ils ne sont pas neutres, on pourrait même aller jusqu’à dire qu’ils ont une dent contre la Russie.

        Ni crime, ni tentative d’assassinat, rien qui ait été étayé.

        Vous savez, si vous faites passer l’hénaurme théorie du complot au crible des questions comme je l’ai fait pour ma version, vous verrez qu’elle a bien plus de mal à passer la rampe.

        C’est piquant de voir comment sitôt qu’on dénonce des guerres pour le pétrole au M.O. où que l’on poserait une question sur les étranges relations entre Merah et les services de renseignement, on est traité de complotiste.... Et comment, dans ce cas-ci, on essaie de vous faire tenir pour vrai un complot bien plus énorme encore. 

        Alors voilà, soit vous savez quelque chose que je ne sais pas, soit vous prenez les gens pour des bulots, mais je crois sincèrement que chacun ici est parfaitement capable de se faire son opinion.

        Dès qu’elle est identifiée, la propagande ne fait plus aucun effet, et tous les biais cognitifs qu’on vous avait patiemment inculqués s’évaporent aussitôt.

        L’avenir nous dira ce qu’il en est, néanmoins, j’ai déjà ma petite idée : les Skripal se remettront, aucune preuve de rien ne sera jamais avancée, les médias britanniques feront, comme dans le cas des accusations d’attaques au gaz en Syrie, et construiront le prochain mensonge en prenant pour référence celui-ci. L’Ofcom prendra probablement la décision de retirer la licence à RT, Macron s’en servira comme précédent, et peut-être d’autres dans la foulée.

        Et comme je le disais en conclusion : on ne peut indéfiniment se parer des vertus démocratiques et d’autre part, glisser doucement vers le totalitarisme -> un moment donné, ça commence à se voir.


      • JC_Lavau JC_Lavau 19 mars 14:33

        @Philippe Huysmans. La mise en danger volontaire de la vie d’autrui, est au minimum un délit.

        Je lisais hier qu’une procédure pénale est engagée par son pays contre la tentative d’assassinat de Ioulia.
        Depuis l’empoisonnement, elle est au secret, et nous grand public ignorons si elle est morte ou vive.

      • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 19 mars 14:38

        @JC_Lavau

        Reste plus qu’à établir que X a attenté à la vie de Skripal. Et le reste dans la foulée. Et d’ici-là, ma théorie est nettement plus digeste que la théorie du complot qu’on voudrait vous présenter comme un fait avéré.

        Pourquoi devrait-on traiter les théories du complot de manière différentes lorsqu’elles sont invoquées par un gouvernement, par un autre, ou par Monsieur Tartempion ?

        Les complots ont toujours existé, reste que c’est à celui qui porte l’accusation de complot d’en apporter la preuve, et pour l’instant, c’est un peu léger pour dire le moins.


      • Cateaufoncel 19 mars 17:18

        @Fergus

        « Soyons sérieux, le seul à qui profite le crime se nomme Poutine. »

        Libre à vous de ne tenir aucun compte de la semonce adressée, en avril 2017, par le représentant de la Russie, Vladimir Safronkov, au représentant de la Grande-Bretagne :

        « Ce qui est important, et beaucoup de gens à l’ONU le savent déjà, c’est que vous avez pris peur, perdu le sommeil parce que nous allons coopérer avec les Etats-Unis. C’est ce qui vous fait peut. Vous faites tout pour saper la coopération. Voilà pourquoi… Regarde-moi ! Ne détourne pas le regard ! Pourquoi tu détournes le regard ? Voilà ppourquoi tu n’as rien dit sur le processus politique. Tu n’as pas écouté (Staffan) de Mistura (envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU pour la Syrie) sciemment. Vous imposez des exigences insultantes aux garants du processus d’Astana. Et vous, qu’avez-vous fait pour le cessez-le-feu ? »

        Elle a complètement changé ma vision de l’affaire Skripal, d’autant plus que des rumeurs laissaient entendre qu’un accord était proche entre la Russie et les Etats-Unis. Et le seul à qui le crime profite, c’est le Deep State, qui a participé à la manoeuvre avec l’un ou l’autre des services secrets américains. Il y en a dix-sept et parmi eux, des anti-Trump à chaux et à sable


      • Cateaufoncel 19 mars 17:25

        @Philippe Huysmans

        « Les complots ont toujours existé, reste que c’est à celui qui porte l’accusation de complot d’en apporter la preuve... »

        La présomption d’un complot entre le gouvernement anglais, ses services spéciaux et un ou plusieurs services spéciaux américains pour torpiller un accord Russie-Etats-Unis sur la Syrie, apparaît hautement vraisemblable, et elle est renforcée - la présomption donc - par le nombre de points obscurs entourant cette affaire et qui ont soulignés ici.


      • Le421 Le421 19 mars 18:47

        @Philippe Huysmans
        Thérésa May a voulu se refaire la cerise en montrant ses gros bras. Visiblement.
        Ainsi que sa pleine appartenance au monde anglo-saxon et son OTAN.
        Rantanplan Macron a vite fait des bonds et emboité le pas pour faire l’intéressant.
        Qu’est-ce que Poutine en a à branler ? Franchement.
        On a minablement raté le marché des Mistral dont les russes n’ont rien à foutre et on s’est privé du gaz en prime !!
        Le dernier des cons verrait que la russie est plutôt un allié qu’un ennemi.
        Finalement, je me demande si le moins idiot de la bande, c’est pas cet arsouille de « Gégé » !!
        Il a voté Poutine, en plus !! Devant les caméras...


      • goc goc 20 mars 01:12

        @Fergus
        Bonjour Fergus

        A qui profite le crime

        Pour une fois je ne serais pas d’accord avec vous.
        On aurait pu dire que le crime profitait à Poutine, si celui-ci était en ballottage avec un autre candidat. Un peu comme sarko 1er quand TF1 (entre autre) avait mis en avant l’histoire du ptit-vieux tabassé quelques jours avant l’élection. Là oui, on peut dire que cela a profité au nabot.

        Mais dans le cas de Poutine, il avait largement d’avance sur les autres candidats pour ne pas avoir besoin de prendre le risque d’un montage compliqué qui peut se retourner contre lui en renforçant une union anti-russe alors même que cette dernière battait de l’aile avec les histoires de pipeline et de gaz. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé, et du coup Poutine ne peut être déclaré « vainqueur »

        En plus on est dans une période très très tendue avec plusieurs points chauds :
        - l’Iran et l’intention de Trump de sortir de l’accord nucleaire - idée tout aussi crétine que celle de l’ambassade à Jerusalem
        - le Donbass qui s’agite, et surtout
        - la Syrie avec ce qui ressemble de plus en plus à un coup monté (attaque au gaz imputée à Hassad) destiné à justifier le bombardement de Damas par les ricains.

        Donc je vois mal Poutine se lancer dans une histoire tordue et risquée juste pour gagner quelques points


      • rogal 18 mars 17:02

        « sans mort, pas de crime. »
         
        Faux en France : crime d’est pas l’équivalent de meurtre.


        • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 18 mars 20:14

          @rogal

          Le crime est une gradation dans les qualifications pénales, reste qu’ici, le crime, je ne le vois point.


        • Matlemat Matlemat 18 mars 17:32

          Macron a aussi une dent contre RT , la loi est déjà prête... peuvent ils vraiment la supprimer de l’Internet en France ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès