• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Afghanistan : une cuisante défaite pour l’impérialisme (...)

Afghanistan : une cuisante défaite pour l’impérialisme américain

Les scènes dramatiques de l'aéroport de Kaboul ont parcouru le monde, montrant des milliers d'Afghans qui essayaient de monter dans un avion militaire. Les talibans ont pris Kaboul, la capitale, le dimanche 15 août, ainsi que les grandes villes d’Afghanistan. Les occupants américains et leurs alliés de l'OTAN se sont échappés dans un chaos qui rappelle la débâcle de Saïgon en avril 1975. C’est cette évidence qui saute aux yeux quand on voit ces images.

Le retrait américain, près de 20 ans après son invasion, laisse le pays sombrer dans le désastre. C'est l'une des défaites les plus importantes pour les États-Unis après le Vietnam. Cela se produit au moment de la plus grave crise mondiale de domination de l'impérialisme nord-américain. Une crise politique, économique et militaire. Le président Biden reproche à Trump l’accord signé l’année dernière avec les talibans. Le secrétaire britannique à la Défense, principal allié des États-Unis lors de l'invasion de l’Afghanistan, a qualifié cet accord de "pourri". En février 2020, l'administration Trump avait en effet conclu un accord avec les talibans pour retirer ses soldats en mai 2021. Biden a déclaré que le retrait devait avoir lieu en septembre, mais a été contraint de le faire avancer. Actuellement, 6 000 soldats américains et britanniques interviennent encore mais limitent leur action à la garde de l'aéroport de la capitale pour permettre à leurs collaborateurs directs et aux représentants fantoches du gouvernement de s'échapper. Ashraf Ghani, l'ancien président afghan, a déjà fui le pays.

L'Afghanistan partage des frontières avec la Chine, le Pakistan, l'Iran, le Tadjikistan, le Turkménistan et l'Ouzbékistan. Aujourd'hui, avec 38 millions d'habitants, c'est l'un des pays les plus pauvres du monde. Son économie essentiellement agraire, est dominée dans une large mesure par les talibans. Sa principale exportation vient du pavot, dont elle est le premier producteur mondial, avec 328 000 hectares cultivés pour l'opium et l'héroïne. C'est précisément avec ces récoltes que se finançaient les talibans, qui ont continué à exporter en contrebande. L'invasion américaine de 2001 visait à remettre « de l'ordre dans le monde » c’est-à-dire à affirmer ici comme ailleurs la suprématie de l’impérialisme américain. L'invasion a commencé le 7 octobre 2001, moins d'un mois après les attentats terroristes de New York, de Pennsylvanie et de Washington, avec essentiellement « l’attentat des Twin Towers », lesquels ont fourni le prétexte à cette offensive comme à celle dirigée contre l’Irak en 2003. L'objectif affirmé par le président George Bush, était de « combattre le terrorisme » et de capturer Oussama Ben Laden, chef de l'organisation Al-Qaïda, considéré comme le cerveau des attentats et réfugié en Afghanistan. Le gouvernement afghan était alors accusé de protéger Ben Laden.

Les objectifs et les origines des « attentats des Twin Towers » n'ont jamais été tout à fait clairs. Ben Laden, né en Arabie saoudite, avait été financé par la CIA lors du conflit d’Afghanistan contre la Russie. C’était un bon moyen, du point de vue des dirigeants américains, pour mettre le gouvernement russe en difficulté dans le contexte de la guerre froide. Les USA ont donc fourni des armes et un entraînement aux troupes de Ben Laden pour combattre l'Union Soviétique. Celle-ci avait envahi l'Afghanistan pour défendre un gouvernement à ses bottes et arrêter l'avancée des mouvements islamiques, dont émergeront plus tard les talibans. Sous prétexte des attentats du 11 septembre, les Etats-Unis ont obtenu le soutien de la communauté internationale, et d’une grande partie de la population américaine elle-même, pour envahir l'Afghanistan, puis l'Irak en 2003 (un pays qui n'avait rien à voir avec Ben Laden ou Al-Qaïda). Mais le véritable objectif de l’impérialisme américain était de consolider sa domination et accroître son contrôle sur le pétrole d'Irak et du Moyen-Orient. Bush et les présidents qui l'ont suivi, s'érigeant en « gendarmes du monde », ont voulu mettre « de l'ordre ». Vingt ans plus tard, il est devenu clair qu'ils encourageaient plutôt « un désordre mondial », et que l'impérialisme ne s'est pas remis de son échec militaire et politique au Vietnam. Pour envahir l'Afghanistan, Washington avait le soutien militaire du Royaume-Uni, du Canada, de l'Australie, de l'Autriche, de l'Italie, de l'Allemagne, de la France et d'autres pays de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN). Le gouvernement américain avait également engagé des armées privées de mercenaires de Colombie et d'autres pays d'Amérique latine. À eux tous, il comptait plus de 200 000 soldats avec le soutien de sa puissante aviation. L'invasion yankee, avec les bombardements et les massacres qui ont produit un véritable génocide, a fait 200 000 morts et des millions de blessés et de réfugiés. Malgré cela, elle n'a jamais pu consolider sa domination sur l'ensemble du territoire. Les talibans ont continué à contrôler, avec un certain soutien populaire, une partie du sud de l'Afghanistan.

Les États-Unis et leurs alliés de l'OTAN disent avoir dépensé 1 000 milliards de dollars pour maintenir une énorme armée d'occupation. Les envahisseurs ont eu environ 8 000 morts, dont des soldats américains et d'autres pays de l'OTAN ainsi que des mercenaires embauchés par eux. On estime que 88 milliards de dollars ont été dépensés pour former les 300 000 soldats afghans, qui se sont maintenant rendus sans combat. Encore une fois, il est démontré qu'une force d'invasion ne peut pas consolider efficacement une armée à son service. La haine des occupants impérialistes est à la base de cet échec. Ils n'avaient aucune légitimité. Les afghans embauchés par les américains ne voulaient pas affronter leurs propres compatriotes.

Vingt ans plus tard, après les administrations de Bush, Obama, Trump et maintenant Biden, les forces impérialistes se retirent dans la défaite. Les talibans sont un mouvement politique religieux islamique pro-capitaliste (de la branche sunnite), qui dirigent une fédération de tribus centrée sur l'ethnie pachtoune. Les talibans, ou "étudiants" en langue pachtoune, ont émergé au début des années 90 comme une fraction de la résistance afghane à l'invasion de l'ex-URSS dans les années 80. Ils faisaient partie des "mudjahideen", la guérilla financée par le Pentagone américain et la CIA et avec le soutien du Pakistan. En d'autres termes, les talibans ont été créés par l'impérialisme américain lui-même. Mais ensuite, ceux-ci sont devenus incontrôlables. Les talibans apparaissent en 1994 confrontés à une guerre civile avec d'autres ailes de l'ex-guérilla. En 1996, ils ont pris le pouvoir en Afghanistan et l'ont gouverné jusqu'à l'invasion américaine en 2001. Ils ont formé l'Émirat islamique d'Afghanistan (une sorte de monarchie islamique, dirigée par une autorité politico-religieuse absolue, qu'ils veulent reconstruire maintenant). Les talibans ont établi une dictature islamique bourgeoise, basée sur leur interprétation de la charia ou de la loi islamique. Les meurtriers et les adultères étaient exécutés publiquement, amputant les mains et les pieds des coupables de vol. De même, les hommes devaient se laisser pousser la barbe et les femmes devaient porter une burqa qui couvrait tout leur corps, elles ne pouvaient pas circuler sans la compagnie d'un homme, ni étudier après l'âge de 10 ans. Ils ont également interdit la télévision, la musique, les films…

Où va maintenant l'Afghanistan ? En raison de leur passé répressif, lors de la période où ils ont gouverné (de 1996 à 2001), et aussi parce qu'ils sont majoritairement pachtounes (40 % de la population), les talibans se heurtent à la résistance d'une grande partie du peuple afghan, en particulier dans les villes. Notamment les femmes citadines et d'autres groupes ethniques sont le plus souvent opposés au pouvoir des talibans. Le chef religieux Mawlawi Hibatullah Akhundzada a été nommé commandant suprême des talibans le 25 mai 2016. Il est fort possible que, comme ils l'ont annoncé, ils rétablissent l'émirat dictatorial islamique. Bien qu'ils se soient heurtés aux États-Unis, ils n'ont pas de programme anti-impérialiste et ont déjà entamé des négociations publiques avec l'impérialisme chinois, qui a promis des investissements dans le lithium et le cuivre, et donné des garanties à la Russie.

L’AGIMO, et les organisations de l’UIT-QI et de la LIT-QI, soutiennent la résistance afghane et se félicitent de cette cuisante défaite de l’impérialisme américain et de ses institutions comme l’Union Européenne. Nous soutenons sans hésitations la résistance du peuple afghan pour expulser les troupes des envahisseurs et les institutions de l’impérialisme (qu’elles soient nord-américaines, européennes ou « mondiales »). Cependant, notre soutien ne signifie aucunement que nous soutenons le gouvernement ultra-réactionnaire des talibans. Nous comptons qu'il y aura nécessairement une résistance populaire importante contre ce nouveau gouvernement. Nous anticipons notre rejet de toute action répressive à l'encontre des femmes et du peuple afghan en général. Ce sont les travailleurs afghans qui méritent la solidarité internationale pour lutter pour leur indépendance et reconstruire leur pays sans envahisseurs et sans dictatures théocratiques d’où qu’elles viennent. La solidarité est également nécessaire avec les millions de réfugiés afghans qui sont discriminés et exploités en Asie et en Europe, afin qu'ils soient acceptés comme migrants d'un pays détruit par l'impérialisme, avec tous leurs droits sociaux, notamment le droit au travail.

Le 18 août 2021, Jean Dugenêt, d’après un article de l’UIT-QI.


Moyenne des avis sur cet article :  2.9/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

90 réactions à cet article    


  • Docteur Faustroll Lampion 19 août 08:13

    « Pour Bruno Guigue, la débâcle des Etats-Unis en Afghanistan n’est pas le fait d’une « erreur stratégique » : Washington aurait eu pour but principal d’endiguer les influences russe et chinoise dans le pays, plutôt que de bâtir un Etat-nation stable. »


    • Clocel Clocel 19 août 08:28

      @Lampion

      « bâtir un État-nation stable »...

      Sont pas équipé pour ça... Remenber ! Ordo ab chao.


    • Docteur Faustroll Lampion 19 août 08:35

      @Clocel

      Vus les transferts de l’appareil d’état français à l’UE, l’acceptation de la règle de subsidiarité et l’obéissance systématique aux injonctions conjuguées (et parfois contradictoire) de Bruxelles et Washington, on doit pas être très bien équipés non plus, 


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 août 09:42

      @Lampion

      c’est vrai que Bruno Guigue doit être supérieurement équipé pour construire un Etat-nation stable, lui


    • Captain Marlo Captain Marlo 19 août 20:04

      @Olivier Perriet
      c’est vrai que Bruno Guigue doit être supérieurement équipé pour construire un Etat-nation stable, lui

      Pour comprendre la géopolitique, n’hésitez pas à vous informer, par exemple sur le site Chroniques du Grande Jeu !!
      « Afghanistan le tombeau des Empires ! »

      « L’histoire sur le temps long et les tribulations autour du gazoduc TAPI, qui devait servir à évacuer du gaz depuis la Mer Caspienne ... »


    • Clocel Clocel 19 août 08:25

      Défaite ? Meuh non...


      • Docteur Faustroll Lampion 19 août 08:31

        @Clocel

        Je voudrais quand même comprendre comment ça se fait que les Talibans ont récupéré un stock d’armes alors que le retrait des troupes américaines n’avait rien à voir avec la Bérézina : c’est Trump qui avait engagé le mouvement ! Et ils ont pas eu ni le temps ni la logistique nécessaire pour récupérer leurs jouets ?


      • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 19 août 09:05

        @Lampion
        Ce sont les armes fournies à l’armée afghane. Rien de bien miraculeux cependant.


      • chantecler chantecler 19 août 09:25

        @Lampion
        A chaque intervention américaine il y a toujours eu des choses curieuses en aval , lors des retraits : des stocks d’armes qui disparaissent , qui changent de mains , des masses de dollars idem ,etc etc
        Je me souviens de l’Irak par exemple .


      • troletbuse troletbuse 19 août 09:35

        @chantecler
        Le 11 septembre, il me semble que c’est des tonnes d’or qui ont disparues.


      • chantecler chantecler 19 août 09:38

        @troletbuse
        Oui, et alors ?


      • sirocco sirocco 19 août 09:44

        @chantecler
        « ...des stocks d’armes qui disparaissent... »

        Y a que l’opium qui ne s’égare pas...


      • Docteur Faustroll Lampion 19 août 10:03

        @sirocco

        Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme...
        Pour l’opium,  plus c’est « raffiné », et plus c’est juteux pour les pépettes. Les labos savent comment produire morphine, codéine, thébaïne, rachacha, laudanum, dihydrocodéine, héroïne, hydromorphone, oxymorphone, hydrocodone, oxycodone, papavérine, noscapine et narcéine.
        En ce qui concerne les réseaux de distribution, ça se répartit entre les croix vertes en centre ville et de charmants petits revendeurs dans les cités.


      • troletbuse troletbuse 19 août 11:03

        @chantecler
        Et alors a disparu.  smiley


      • Jelena Jelena 19 août 11:27

        @Opposition contrôlée >> Rien de bien miraculeux cependant.

        Sachant qu’il y en a quand même pour je ne sais combien de milliards de dollars, je pense que les ricains ne s’attendaient pas à ce que l’armée afghane baisse les armes si rapidement face aux talibans.


      • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 19 août 14:28

        @Jelena
        Des milliards empochés par des américains, qui fournissent le matos. Pour le reste, ils n’étaient pas dupes : 2013, rien n’a changé en mieux depuis -> https://www.youtube.com/watch?v=Ja5Q75hf6QI


      • Jelena Jelena 19 août 15:49

        @Opposition contrôlée >> par des américains, qui fournissent le matos.

        Mais pas que... Selon « radio Belgrade », la Serbie a vendu plus de 30.000 armes à l’armée afghane (majoritairement des mitrailleuses). Hongrie, Croatie et Roumanie ont également vendu de nombreuses armes légères.


      • chantecler chantecler 19 août 17:57

        @troletbuse
        Astucieux !
         smiley


      • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 19 août 18:12

        @Jelena
        D’accord, mais attention aux échelles : 30 000 fusils, neuf à tarif normal, disons 1000$ l’unité, ça fait 30 millions. Ici on parle de 88 milliards de budget.


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 août 09:41

        Un peu contradictoire comme article :

        le retrait américain serait « un désastre », d’après vous, mais comme vous aimez les Talibans anti impérialistes, cela devrait plutôt vous réjouir, non ?


        • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 19 août 11:21

          @Olivier Perriet
          Je me suis sas doute mal exprimé.
          Le pays (l’Afghanistan) est dans une situation désastreuse à de multiples point de vue et principalement sur le plan économique. Il n’est pas sain d’être la première puissance productrice de drogues et de n’avoir guère d’autres atouts. Toute l’administration disparait. En effet les américains ont mis en place à coup de milliards de dollars une administration à leurs bottes dont il ne reste que des milliers d’afghans cherchant à fuir le pays. Il s’agit bel et bien d’une situation désastreuse. Je n’ai pas dit qu’il faut s’en réjouir ou s’en plaindre. « Ni rire ni pleurer mais comprendre. »

          Le fait que la situation soit désastreuse ne signifie pas que je considère le retrait américain comme un désastre bien au contraire. Cela me réjouit en effet. Ce retrait est une victoire du peuple afghan. Ce n’est pas parce que la situation était désastreuse en France en 1945, à la suite de la Libération, qu’il fallait se plaindre du départ des nazis.

          Je ne sais pas d’où vous sortez : « vous aimez les talibans anti-impérialistes ». Il me semble que j’ai largement expliqué le contraire. J’ai d’ailleurs expliqué que les talibans sont une création monstrueuse des américains. Il y a, à ce sujet, une certaine similitude avec ce que fut « l’Etat Islamique ». Des puissances réactionnaires s’ingénient, à un moment, à créer des opposants-islamistes-terroristes qui leur servent de prétexte pour mâter toute une population puis elles doivent combattre le monstre qui leur a échappé.

          Je résume maintenant ma position que vous n’avez pas comprise (à moins que vous le fassiez exprès). Je me réjouis du départ des américains. Je me réjouis toujours qu’un peuple mette des coups de pieds au cul d’un envahisseur. La question qui se pose ici comme ailleurs (Cuba, Iran... ) c’est : qui va maintenant combler le vide en dirigeant le pays ? C’est souvent la force constituée la plus organisée et armée qui prend le pouvoir confisquant ainsi au peuple le résultat de sa victoire. Dans la situation présente, il faut craindre que ce soit les talibans qui s’imposent à la tête du pays. Mais, rien n’est joué... Je compte sur une opposition populaire à leur pouvoir mais en aucun cas je ne demande qu’une puissance étrangère vienne mettre ses sales pattes dans l’affaire pour s’imposer au prétexte de proposer un remède.


        • phan 19 août 09:57
          << Sa principale exportation vient du pavot, dont elle est le premier producteur mondial, avec 328 000 hectares cultivés pour l’opium et l’héroïne. C’est précisément avec ces récoltes que se finançaient les talibans, qui ont continué à exporter en contrebande.  >>

          « Les leaders des talibans affirment quant à eux que les moudjahidines mènent le djihad contre les occupants et que l’islam interdit strictement les drogues et l’alcool. Les fondamentalistes musulmans suivent cette règle à la lettre. »

          « Les opérations à l’étranger de la CIA sont financées par ces profits liés à l’opium et de l’héroïne. L’accusation selon laquelle les Taliban utilisaient le commerce de l’héroïne pour financer leurs opérations était un mensonge et une forme d’enfumage.  »

          • Docteur Faustroll Lampion 19 août 11:00

            @phan

            Dans les périodes troubles, les systèmes de prohibition sont les meilleurs moyens de se procurer du pognon sans faire les poches des citoyens, en organisant le marché noir qu’on feint d’interdire et en taxant par des amendes les contrevenants.
            Mais bon, la prohibition de l’alcool n’a pas permis aux Etats-Unis de sortir de la crise de 29, Al Capone s’étant révélé plus doué que l’état lui-même.
            C’est le plan Marshall qui a permis la relance, en transférant la dette (privée) américaine à tous les alliés qui allaient devenir l’OTAN pour justifier les annexions de fait en période de paix.


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 août 11:05

            @Lampion

            putain y sont trop forts les amerloques, ils ont tout organisé :

            la crisse de 29, Hitler, le plan Marshall, l’OTAN, Ben Laden, les Talibans, l’Islam, Mahomet, le Wahabisme smiley)


          • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 19 août 11:58

            @phan
            Bonjour,
            Merci pour ces précisions.
            Vous n’avez pas dit explicitement ce que vous cherchez à montrer. Il me semble que vos citations et liens vont dans le même sens que ce que j’ai dit.


          • Docteur Faustroll Lampion 19 août 12:22

            @Olivier Perriet

            ridicule


          • chantecler chantecler 19 août 12:35

            @Olivier Perriet
            "la crisse de 29, Hitler, le plan Marshall, l’OTAN, Ben Laden, les Talibans,

            ...."
            Oui assurément .
            Faudrait atterrir !
            Adolf , ils l’ont financé, pas fabriqué !


          • phan 19 août 14:00

            @Jean Dugenêt

            Lorsqu’ils étaient au pouvoir, de 1996 à 2001, les talibans appliquaient un islam radical. A l’époque, la production d’opium avait chuté de 90%. 
            Le narco état était un produit de l’impérialisme américain pour masquer le pillage des ressources importantes : Cuivre, terres rares, lithium…

          • Captain Marlo Captain Marlo 19 août 20:15

            @Olivier Perriet

            putain y sont trop forts les amerloques, ils ont tout organisé :

            la crisse de 29, Hitler, le plan Marshall, l’OTAN, Ben Laden, les Talibans, l’Islam, Mahomet, le Wahabisme

            Livre : « Anthony Sutton : Wall Street et l’ascension d’Hitler »

            Vidéo d’Anthony Sutton sur le même sujet . Sutton est un historien américain, il travaille sur les archives des entreprises américaines.

            "En mettant au jour un cloaque de mensonges, de tromperies et de duplicités, Antony Sutton révèle l’un des faits le plus marquant, et pourtant jamais rapporté, de la Seconde Guerre mondiale : que des banques de Wall Street et des grandes entreprises nord-américaines ont soutenu l’ascension de Hitler vers le pouvoir, en finançant l’Allemagne nazie et en faisant des affaires avec elle.

            En suivant minutieusement la piste de ce secret bien gardé, grâce à des documents et des témoignages incontestables, Sutton parvient à la conclusion que la catastrophe de 1939-45 bénéficia surtout à un groupe privilégié d’initiés financiers.etc


          • njama njama 19 août 12:12

            Jean Dugenet toujours aussi naïf !

            Les Talibans sont les supplétifs de l’impérialisme américain, ils vont faire le job à leur place, pareil qu’en Syrie avec leurs amis islamistes qu’ils ont financés, armés.

            « Tea-party » à la Maison Blanche avec les islamistes talibans :
            la légende de cette photo qui avait été retirée de quelques sites est :

            Ronald Reagan rencontre les moudjahidines (talibans) en 1985 : « Ces hommes sont l’équivalent des pères fondateurs des États-Unis. »

            https://politicalfilm.wordpress.com/2013/04/08/parry-vs-hanks-re-afghanistan/reaganmeetstalibanwhitehouse/

            En 1982, le président Ronald Reagan a même dédié la navette Columbia aux « combattant de la liberté », les islamistes appuyés par les États-Unis en Afghanistan, à savoir Al-Qaïda et les talibans.

            « Columbia représente les plus grandes aspirations de l’Homme dans le domaine de la science et de la technologie au même titre que la lutte du peuple afghan représente les plus grandes aspirations de l’Homme à la liberté. »

            https://www.youtube.com/watch?v=uqZ-ToXjCz0


            • Jelena Jelena 19 août 12:34

              @njama : Donc d’après vous les talibans qui ont fait la guerre à l’Otan pendant 20 ans sont au service des USA... Vous en avez parlé à votre psy ? Il dit quoi ?


            • njama njama 19 août 13:49

              @Jelena
              On peut distinguer trois périodes.
              Celle d’avant 1980 pendant laquelle la vie à Kaboul ressemblait à celle de l’occident, voir l’excellent article de Julie Lévesque avec photos à l’appui.
              https://www.mondialisation.ca/de-lafghanistan-a-la-syrie-droits-des-femmes-propagande-de-guerre-et-cia/5331097

              La seconde de juillet 1979 date à partir de laquelle les US ont apporté leur soutien, au début des années 1990 après l’effondrement le l’URSS, ce qui qui change complétement la donne, et les orientations politiques des US et consorts.

              Puis la période qui suit, avec les attentats du 11 septembre 2001 comme prétexte à l’invasion de l’Afghanistan par les US et quelques alliés, la France ne participant pas aux opérations militaires.


            • njama njama 19 août 13:54

              @Jelena, pour les US il s’agissait à l’époque de combattre le communisme, là où il pouvait déployer son influence.

              (...) Zbigniew Brzezinski : Ce n’est pas tout à-fait cela. Nous n’avons pas poussé les Russes à intervenir, mais nous avons sciemment augmenté la probabilité qu’ils le fassent.

              Le Nouvel Observateur : Lorsque les Soviétiques ont justifié leur intervention en affirmant qu’ils entendaient lutter contre une ingérence secrète des Etats-Unis en Afghanistan, personne ne les a crus. Pourtant il y avait un fond de vérité. Vous ne regrettez rien aujourd’hui ?

              Zbigniew Brzezinski : Regretter quoi ? Cette opération secrète était une excellente idée. Elle a eu pour effet d’attirer les Russes dans le piège Afghan et vous voulez que je le regrette ? Le jour où les Soviétiques ont officiellement franchi la frontière, j’ai écrit au président Carter, en substance : « Nous avons maintenant l’occasion de donner à l’URSS sa guerre du Vietnam. » De fait, Moscou a dû mener pendant presque dix ans une guerre insupportable pour le régime, un conflit qui a entraîné la démoralisation et finalement l’éclatement de l’empire soviétique.

              Le Nouvel Observateur : Vous ne regrettez pas non plus d’avoir favorisé l’intégrisme islamiste, d’avoir donné des armes, des conseils à de futurs terroristes ?

              Zbigniew Brzezinski : Qu’est-ce qui est le plus important au regard de l’histoire du monde ? Les talibans ou la chute de l’empire soviétique ? Quelques excités islamistes où la libération de l’Europe centrale et la fin de la guerre froide ?

              https://www.voltairenet.org/article165889.html


            • njama njama 19 août 14:05

              @Jelena
              (...)
              Par la suite, ce même Oussama Ben Laden servit de conseiller militaire au président bosniaque, Alija Izetbegović, en 1992-94. Ses combattants le suivirent là-bas. Ils abandonnèrent le nom de « Moudjahidines » pour celui de « Légion arabe ». Son campement fut visité par des commandos russes, qui y furent fait prisonniers. Cependant avant d’être arrêtés, ils avaient eu le temps de fouiller sa salle de commandement et de constater que tous les documents militaires étaient rédigés en anglais et non pas en arabe6.

              https://www.voltairenet.org/local/cache-vignettes/L400xH300/b-2-62969.jpg?1629283629
              légende l’image  : La Légion arabe d’Oussama ben Laden défile en Bosnie-Herzégovine


              source : 7 mensonges à propos de l’Afghanistan
              par Thierry Meyssan 18 août 2021
              https://www.voltairenet.org/article213760.html


            • Jelena Jelena 19 août 15:51

              @njama : Oui... Sauf que la guerre contre les soviets, c’était durant les années 80. Insinuer que les talibans d’aujourd’hui sont au service des ricains n’a aucun sens.


            • njama njama 19 août 17:12

              @Jelena
              « Insinuer que les talibans d’aujourd’hui sont au service des ricains n’a aucun sens. »

              Je n’insinue rien, je me questionne, les US ont à l’évidence exploité toutes ces années des oppositions politiques pour des raisons opportunes (opportunistes) qui nous échappent je pense...

              Pourquoi ce départ précipité d’Afghanistan..., je me questionne, car pour une armée qui n’était pas acculée à la défaite, à la reddition, assiégée,... une armée US qui a d’immenses moyens militaires, les plus importants peut-être de la planète (hors Russie et Chine), cela pose question...


            • chantecler chantecler 19 août 18:09

              @njama
              Salut !
              "Pourquoi ce départ précipité d’Afghanistan...

              "
              Effectivement c’est la bonne question .
              Ton hypothèse 1, que US et Taliban , sont culs et chemises ne collent pas .
              Donc hypothèse 2 : une guerre se termine toujours tôt ou tard .
              Ici ni victoire ni défaite : pat
              Hypothèse 3 : aujourd’hui les US ont mieux à faire .
              Hypothèse 4 : ça coûte trop cher et ça rapporte pas assez


            • alinea alinea 19 août 18:18

              @njama
              Je me pose la question aussi : il me semble bien que du temps de Massoud, les Américains aidaient bien les Talibans ? J’ai rêvé, je confonds avec la guerre de cent ans ?


            • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 19 août 18:19

              @Jelena
              Selon une maxime en usage là-bas : « on peut louer un chef de guerre Afghan, mais pas l’acheter »


            • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 19 août 19:44

              @njama
              Il est grand temps d’avouer que vous ne comprenez rien. Vous êtes sous l’influence constante de l’idéologie de la nouvelle extrême droite que j’ai résumée en onze points (Rappel ci-dessous). Vous en êtes abreuvé avec vos sites web : InfoSyrie, Réseau Voltaire, et Egalité et Réconciliation.

              • Négation de la lutte des classes au profit de l’exacerbation du nationalisme, c’est-à-dire de la haine envers d’autres nations. Mise en avant aussi des valeurs de l’occident chrétien. Les faits historiques ne s’expliquent que par les luttes entre des nations et des « blocs de nations ».
              • Défense des valeurs traditionnelles : travail, famille, patrie. « Gauche du travail et droite des valeurs ».
              • Défense de l’Europe avec des peuples de race blanche, de culture chrétienne et de politique anticommuniste comme la « Neue Europa » d’Hitler.
              • Lutte contre l’Empire (notion de Soral) qui est américain avec la complicité de pays européens comme la France et le Royaume Uni. Cet empire est dominé par les grosses fortunes juives dont Soros est le prototype.
              • Défense de la Nation et de l’Europe contre l’invasion migratoire principal danger de notre civilisation.
              • Antisémitisme dans la lutte contre « l’Empire » qui est notamment à la base du projet sioniste. La légitime défense de la Palestine est assimilée à la lutte contre les juifs (antisémitisme).
              • Islamophobie contre les musulmans potentiellement islamistes et djihadistes (les forces les plus sombres du monde). Soudoyés, ils sont en fait au service des grandes fortunes juives pour défendre l’Empire en toutes circonstances.
              • Défense de la famille et par conséquent de l’hétérosexualité. Opposition au divorce surtout par consentement mutuel…
              • Toutes les stratégies politiques de l’Empire sont élaborées par la CIA et Soros (Avec d’autres fortunes juives mais Soros en est le prototype). Elles visent essentiellement à s’accaparer les ressources en hydrocarbures de toute la planète. L’Empire est impérialiste. Il veut dominer le monde. La CIA et Soros sont responsables de tous les malheurs : les guerres, les révolutions…
              • Il n’y a pas de révolutions populaires mais seulement des révoltes fomentées par la CIA et les grandes fortunes juives à l’instar des « révolutions de couleur ». Avec de l’argent, il est possible de déclencher n’importe quelle révolution. Le complot « judéo-bolchévique » se répète à l’infini. Toutes ces fausses révolutions font intervenir des agents étrangers financés par la CIA. Les complots, dans chaque pays, sont ourdis par des officines étrangères dans le seul but de déstabiliser des dirigeants politiques qui font obstacle aux visées impérialistes de l’Empire.
              • L’extrême droite est la seule force capable de faire connaître la vérité. Elle essaie donc de contrer la propagande occidentale dont sont abreuvés les peuples du monde entier. Ceux qui ne comprennent pas que les discours de l’extrême-droite sont l’exacte transcription de la vérité sont de pitoyables imbéciles.

              Vous écrivez : " je me questionne, car pour une armée qui n’était pas acculée à la défaite, à la reddition, assiégée,... une armée US qui a d’immenses moyens militaires, les plus importants peut-être de la planète (hors Russie et Chine), cela pose question...

              « 

              Avec une pareille idéologie, vous ne pouvez en effet rien comprendre. Les pays et les nations ne sont pas des entités homogènes. L’Amérique n’est pas le »grand méchant" qui mord tout le monde. Je vous l’ai déjà expliqué à propos de la Syrie.

              Rappel :

              "Il n’est pas question pour nous de considérer comme une entité homogène l’Amérique avec ses dirigeants-guerriers qui veulent dominer le monde et les américains qui ne veulent plus de toutes ces infâmes guerres. (...) Dans ces conditions, les américains seraient un danger immédiat puisqu’ils seraient tous disposés à venir immédiatement envahir la Syrie avec toute leur puissance militaire. Avez-vous demandé à la femme de ménage qui nettoient des bureaux à Manhattan ce qu’elle en pense ? Avez-vous demandé à ce petit noir qui vit à Harlem ce qu’il en pense ? Sans doute que non (moi non plus d’ailleurs) ! Et pourtant, ce qu’ils pensent, l’un comme l’autre et les centaines de millions d’américains qui leur ressemblent est une donnée importante pour comprendre ce qui se passe en Syrie car, assurément, l’Amérique n’est pas un bloc monolithique. Les dirigeants guerriers de l’Amérique sont en effet contraints de tenir compte des désirs de tout ce peuple américain, de ce qu’ils sont prêts à accepter, des discours qu’ils veulent entendre de la part de leurs dirigeants et de toutes leurs attentes. Ce que nous appelons globalement l’opinion publique américaine est en effet le produit de toutes ces attentes de ces millions de personnes et, bien évidemment, l’opinion publique évolue.

              Pour que l’Amérique lance, le 20 mars 2003, la grosse cavalerie de son invasion de l’Irak, il avait fallu qu’il y ait, quelques temps auparavant, les attentats du 11 septembre. Cette invasion était en effet présentée dans le cadre de la « Global War » comme une réponse aux attentats. Huit ans plus tard, quand éclate la révolution syrienne, les attentats du 11 septembre sont loin et le peuple américain est saturé du bourbier dans lequel les USA sont engagés en Irak. Obama avait promis de supprimer le camp de torture de Guantánamo mais il est toujours en place. Les photos qui montrent les exactions des américains dans la prison d’Abou Ghraib sont insupportables... Bref ! les américains ne veulent plus de cette guerre et personne ne pense une seconde à remettre ça avec la Syrie."

              L’occupation de l’Afghanistan par les américains s’est faite à peu près dans le même contexte que l’invasion de l’Irak. La situation politique en Amérique n’est plus du tout la même. La grande masse de la population américaine ne veut plus de cette honteuse mise sous domination par la force de peuples entiers au prix d’ailleurs d’immenses gaspillages et d’exactions qui sont la honte de l’Amérique. Comme pour la Syrie la situation actuelle est très différente. Souvenez-vous des conditions dans lesquelles les USA ont perdu la guerre du Vietnam. C’était en grande partie parce que le peuple américain n’en voulait plus. Il se passe aujourd’hui la même chose avec l’Afghanistan et avec l’Irak. C’est d’ailleurs la même chose avec la Syrie où les américains ont aidé El-Assad à massacrer l’opposition syrienne, à mâter son peuple pour imposer sa dictature. Les américains ne voulaient pas d’une intervention militaire des USA car le peuple américain ne le supporterait pas. Les dirigeants américains qui sont les plus grand contre-révolutionnaires ont mis en œuvre une autre stratégie pour briser la révolution syrienne.

              Jelena à parfaitement raison :« Insinuer que les talibans d’aujourd’hui sont au service des ricains n’a aucun sens. »



            • njama njama 19 août 20:40

              @Captain Marlo

              Le même BHL qui soutenait quelques factions libyennes, ukrainiennes, kurdes...

              S’il y a bien un philosophe qui devrait être la risée du monde c’est bien lui, ce n’est pas d’un tonneau comme Diogène que ce millionnaire (par héritage colonial il n’y peut rien, on ne saurait lui reprocher -) a besoin, encore que ça pourrait lui apprendre à vivre...
              BHL, une référence ?
              en plus qu’il est de la tribu... une des douze... (et tant pis si je risque le point Godwin...)


            • njama njama 19 août 21:07

              @Jean Dugenêt 19 août 19:44

              C’est bien la première fois en douze ans sur ce site qu’on me taille une telle croupière.

              Résumons, car je ne publierai pas plus une longue logorrhée qu’un d’article pour vous répondre, ce sont juste quelques-unes de mes opinions / perceptions qui vous dérangent...
              après vous pouvez bien penser de moi ce que vous voulez, mais en tant que commentateur sur ce site je suis très loin de passer pour un farfelu, et encore moins être d’extrême droite...


            • alinea alinea 19 août 21:41

              @Captain Marlo
              On lui a dit que, BHL était un con fini, non..., que les américains étaient de mèche avec les talibans pour tuer son père ?
              Ou alors, c’est à nous qu’on a raconté des cracs, les américains sont gentils et ont fait ce qu’ils ont pu ?
              J’en ai marre... j’ai souvenir d’une dame bien plus âgée que moi et je détestais quand elle disait : à chacun sa merde... mais, je vais y réfléchir. ! je dois avoir à peu près l’âge qu’elle avait à l’époque, je vais peut-être adopter cette philosophie expéditive.

               smiley

            • alinea alinea 19 août 21:43

              @njama
              Je confirme... mais ce n’est pas une aide, au contraire, parce que Dugenêt et moi à propos de la Syrie, on aurait fini à l’hôpital s’il y en avait encore !


            • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 19 août 21:45

              @njama
              "en tant que commentateur sur ce site je suis très loin de passer pour un farfelu, et encore moins être d’extrême droite...

              "

              Si vous commentez des articles en commençant par dire que l’auteur est naïf et que des épisodes lui ont échappé sans fournir la moindre explication pour étayer vos accusations vous passerez inévitablement pour un insolent qui fait étalage de sa fatuité.

              Les sources dont vous faites le plus souvent état vous situe assurément comme un fidèle militant d’extrême-droite. Vous avez bien cité à maintes reprises InfoSyrie et Réseau Voltaire quand ce n’est pas directement la télé de Bachar El Assad. Il vous arrive bien de faire étalage avec jubilation de l’extraordinaire score électoral de ce dictateur ainsi que des grandioses manifestations en sa faveur. Cela m’a amené à remarquer que vous êtes littéralement fasciné par les dictateurs.

              Si vous n’êtes pas d’extrême-droite avec tout cela, expliquez-moi comment qualifier la politique que vous défendez.


            • leypanou 19 août 21:53

              @njama
              Pourquoi ce départ précipité d’Afghanistan..., je me questionne  : quel départ précipité ? Ça fait 1 ans que Trump a négocié avec les Talibans leur départ de l’Afghanistan, ce n’est pas du tout précipité.
              En plus, le contenu des accords est secret ; ce qu’on sait par contre, c’est que dans l’accord figure la libération de 5000 prisonniers, beaucoup de matériel, de munitions, de voitures blindées, de missiles aussi je crois, sont récupérés par les Talibans.
              Il y a Kit Knightly qui a écrit un article intéressant à lire dans Off-Guardian sur la question. J’ai lu aussi que des lingots d’or ont disparu des coffres afghans ainsi que d’autres choses.
              Mais tout çà, on ne risque pas d’en parler ici(d’ailleurs, je crois qu’il s’est passé pareil en Libye après la « libération »).


            • alinea alinea 19 août 22:11

              @njama
              Il ne vous est pas venu à l’idée, Dugenêt, que les occidentaux mentaient ? Déjà pour le Vietnam, ils mentaient ! Ce sont les américains qui ont inventé de mentir au peuple, parce qu’ils restaient fidèles à l’idée de démocratie, et ils n’œuvraient pas contre leur peuple et faisaient semblent de tenir compte de ses émotions ; bon ça change un peu, comme partout.
              Les dictateurs sanguinaires dans leur pays réciproques, faisaient des choses très bien mais qui ne plaisaient pas aux occidentaux ! alors il fallait appuyer sur la pédale : ils ne sont pas démocratiques !
              Mais ils n’ont jamais dit le contraire ! Ils ne l’ont jamais prétendu ! Nous si.
              Et on n’est pas en démocratie, non plus.


            • alinea alinea 19 août 22:12

              @alinea
              ce n’est pas adressé à njama évidemment mais à Jean Dugenêt évidemment bis !


            • Jelena Jelena 20 août 08:38

              @njama >> Pourquoi ce départ précipité d’Afghanistan

              D’après ce que j’ai lu, la principale raison du départ des ricains est avant tout économique... Et ce ne fut pas véritablement un départ « précipité », vu que c’était planifié depuis 2018. Par contre, comme je l’ai écrit précédemment, ils ne s’attendaient pas à ce que l’armée afghane baisse les armes si rapidement.

              Pour l’anecdote, ce n’est pas la première fois que les « experts » de la Maison Blanche se plantent, durant les guerres de l’ex-YU, ils s’imaginaient que les croates et bosniaques allaient faire alliance.


            • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 20 août 12:01

              @Jelena
              "D’après ce que j’ai lu, la principale raison du départ des ricains est avant tout économique... Et ce ne fut pas véritablement un départ « précipité », vu que c’était planifié depuis 2018...« 

              Il faut en effet faire des nuances. Il y a déjà quelques temps que les dirigeants américains ont décidé de se sortir de ce bourbier dans lequel ils s’enfoncent en Irak et en Afghanistan mais il ne savent pas comment faire. Leurs raisons sont en partie économique car l’occupation militaire leur coûte cher de même que leur tentative de créer une administration à leurs bottes dans ses pays.

              Ils sont aussi, et surtout, poussés par l’opinion publique américaine (le peuple américain) qui ne veut plus de ces sales guerres avec tout leur lot d’exactions  : Guantanamo, Abou Krahim... et tout ce que nous ne connaissons pas encore. Cela se passe comment la sexualité des américains en Irak et en Afghanistan ? Comment réagissent-ils quand quelqu’un leur demande de retourner chez eux s’occuper de leurs affaires ? Entendent-ils le fameux »US go home !" ?

              Ils veulent donc partir depuis un moment mais ne savent pas comment faire car ils ne veulent pas se faire ridiculiser alors qu’ils savent très bien que la population de ses pays ne supporte plus leur présence. Ils ne veulent pas avoir l’air de se faire mettre dehors. Ils planifient donc des départs... Mais voilà, la pression des masses est forte, très forte, et le plan de départ se trouve bousculé et c’est ce qu’ils redoutaient qui se produit. Finalement, le départ prévu s’est fait dans la précipitation.


            • Jelena Jelena 20 août 17:54

              @Jean Dugenêt : Je suis plutôt d’accord avec votre commentaire... Même si je ne suis pas certaine que « l’opinion publique » a joué un grand rôle dans cette affaire (j’imagine aisément que la majorité des ricains - tout comme les franco-anglais - s’en fiche des guerres qui ont lieu en dehors de leurs frontières).


            • njama njama 19 août 12:18

              @Jean Dugenet, vous avez manqué quelques épisodes il me semble, mais vous n’êtes pas le seul, cette journaliste Lucia Gangale qui commet un article sur Agoravox en ce moment se plante aussi

              Afghanistan : les origines d’un conflit et quelques questions

              https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/afghanistan-les-origines-d-un-235173


              Zbigniew Brzezinski : Oui. Selon la version officielle de l’histoire, l’aide de la CIA aux moudjahidine a débuté courant 1980, c’est-à-dire après que l’armée soviétique eut envahi l’Afghanistan, le 24 décembre 1979.

              Mais la réalité gardée secrète est tout autre : c’est en effet le 3 juillet 1979 que le président Carter a signé la première directive sur l’assistance clandestine aux opposants du régime prosoviétique de Kaboul. Et ce jour-là j’ai écrit une note au président dans laquelle je lui expliquais qu’à mon avis cette aide allait entraîner une intervention militaire des Soviétiques.

              http://www.voltairenet.org/article165889.html


              • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 19 août 16:24

                @njama

                Vous venez à nouveau polluer la discussion avec une entrée en matière à la hauteur de vos productions habituelles. Vous commencez par m’insulter : « Jean Dugenet toujours aussi naïf ! ».

                Je vous prie soit de vous excuser soit d’expliquer en quoi il y aurait de la naïveté dans ce que j’ai écrit.

                Vous ne vous contentez plus de nous envoyer des tartines de copier-coller de vos anciennes interventions, vous y ajoutez maintenant des copier-coller d’un article archi-connu du nouvel-observateur. Il est ici et nous avons même une photo ici. Il est inutile de le recopier. Nous savons lire.

                Vous vous vanter de participer au « réseau Voltaire » avec vos camarades de l’extrême-droite : Thierry Meyssan et Alain Benajam. Vous ne manquez pas de sortir des citations de leur site web. Comme ça c’est clair ! Nous savons ce que vous défendez.

                Vous ajoutez encore une accusation sans la moindre explication : « @Jean Dugenet, vous avez manqué quelques épisodes ». Je vous prie, là encore, soit de vous excuser soit d’expliquer quels seraient les épisodes que j’ai manqué en montrant sur quoi vous vous appuyez pour lancer une telle accusation.

                Vous avez toujours la même outrecuidance caractéristique de la petite bourgeoise fascisante qui se prend pour une élite et prétend avoir des leçons à donner.


              • njama njama 19 août 17:03

                @Jean Dugenêt

                Je ne cherchais à vous insulter, cette histoire en Afghanistan commence en 1978... par un coup d’État (discutable, suite à des intrigues de Palais, et assassinats) du PDPA Parti démocratique populaire d’Afghanistan un parti communiste inspiré du marxisme-léninisme
                il est vrai, soutenu par après par l’URSS, alors même que la guerre civile avait commencé

                https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_d%27Afghanistan_(1979-1989)#Pr%C3%A9mices
                https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9volution_de_Saur

                En tant que communiste ( trotskyste que vous revendiquez d’être) ce point devrait vous être sensible pour éclairer la compréhension de la suite des événements politiques

                Que reproche-t-on aux Talibans aujourd’hui ? d’avoir bouté dehors les US ?
                eh bien, je ne vois pas comment vu qu’ils sont partis d’eux-mêmes.

                A moins que cela ne serait un nouveau piège tendu à la Russie, à la Chine...


              • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 19 août 17:27

                @njama
                « Je ne cherchais à vous insulter, »
                C’est quoi donc ! Dire que quelqu’un est naïf et ajouter plus tard que des épisodes lui ont échappé.

                Vous ne vous êtes pas excusé et vous n’avez nullement expliqué ni en quoi il y avait de la naïveté dans mon article ni ce qui vous permet d’affirmer que des épisodes (lesquels) m’ont échappé.

                Je me fiche de vos assertions gratuites comme « cette histoire en Afghanistan commence en 1978... » Cela est sans aucun rapport avec vos insultes. C’est par ailleurs imprécis (« cette histoire » Quelle histoire ?) et nullement argumenté. Vous feriez mieux de ne rien écrire plutôt que de lancer sans arrêt des affirmations sans fondement, sans arguments. Je n’ai pas besoin de vous pour connaître l’histoire de l’Afghanistan et je n’ai pas écrit un article à ce sujet mais seulement au sujet des évènements actuels.

                J’attends les excuses ou les explications.

                Il semble, au vu des questions que vous posez, que vous n’ayez même pas lu mon article. Cela expliquerait aussi que vos insultes soient entièrement gratuites. Vous demandez par exemple « Que reproche-t-on aux talibans aujourd’hui ? ». La réponse est dans l’article.


              • njama njama 19 août 17:31

                @Jean Dugenêt

                Veuillez accepter mes plus humbles excuses de vous avoir froissé, blessé peut-être avec mes propos à l’encontre de vos perceptions de faits, qui ne visaient aucunement votre personne avec toutes ses qualités militantes et de conscience

                D’autant plus qu’il y a un fond marxiste (pour simplifier) que nous partageons.

                Ceci dit je ne me vante nulle part d’appartenance au Réseau Voltaire (c’est vous qui interprétait, comme quelques accointances avec ce que vous appelez « l’extrême droite »), mais je ne dénierai pas à Thierry Meyssan une grande acuité géopolitique (et donc mondiale qui dépasse notre canton hexagonal) sur les événements que nous vivons, profitable je pense à toutes les sensibilités politiques pour essayer d’y voir un peu clair.


              • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 19 août 19:50

                @njama
                "je ne dénierai pas à Thierry Meyssan une grande acuité géopolitique (et donc mondiale qui dépasse notre canton hexagonal) sur les événements que nous vivons"

                Quelle grande acuité ? Il est sans arrêt contredit par les faits mais s’en tire en expliquant toujours que la politique des américains a changé à cause de conflits internes aux USA qu’il est le seul à pouvoir cerner car nous sommes tous abreuvés par la propagande occidentale qui nous empêche de percevoir toute cette réalité qu’il est le seul à avoir comprise.


              • njama njama 19 août 20:24

                @Jean Dugenêt

                Sauf erreur de ma part, Thierry Meyssan vit à Damas (ou quelque part en Syrie), ce qui n’empêcherait pas je le conçois qu’il pourrait être influencé par le prisme de ses références politiques, historiques, cultuelles,...
                tout comme vous et moi, il me semble.

                Aussi, sans prendre pour argent comptant tout ce qu’il écrit, je ne jetterais pas ses analyses trop facilement comme on jetterait le bébé avec l’eau du bain...

                il a une vaste culture politique, actons qu’elle ne coïnciderait pas forcément pile poil à la notre, mais elle mérite écoute et respect à mon sens. Libre à nous d’en faire ce que nous en souhaitons.

                Un rejet de ce que tout ce que publie le Réseau Voltaire, voix alternative dissidente s’il en est, me semble déplacé, ou trop hâtivement partial.

                Je ne suis pas du tout opposé à une critique structurée de ce qui est publié sur son site, mais force est de constater que personne ou presque ne le fait, pourquoi...


              • Captain Marlo Captain Marlo 19 août 20:29

                @Jean Dugenêt
                en expliquant toujours que la politique des américains a changé à cause de conflits internes aux USA

                Mais oui, la politique extérieure des USA a changé avec Trump.
                Il n’a commencé aucune nouvelle guerre et il a déclaré que l’Otan était obsolète, au grand dam de toutes les euronouilles !!

                Tu as déjà vu cela avec les Démocrates fous de guerres sans fin ??
                Obama a été sacré Prix Nobel de la Paix, malgré son bilan sanglant.


              • Captain Marlo Captain Marlo 19 août 20:40

                @Jean Dugenêt
                Quelle grande acuité ? 

                Moi aussi j’apprécie les analyses de Meyssan. Par exemple sur le rôle de la France en Syrie : « Pourquoi la France veut-elle renverser la république syrienne ? », je ne vois ce qu’il y a à redire sur son analyse...

                Ce qui te dérange, c’est qu’il ne soit pas de Gauche !
                Va falloir t’y faire, car hélas, la Gauche française ne pense plus, ( mis à part le PRCF). C’est l’UE, la BCE, les Démocrates US et l’Otan qui pensent à sa place !


              • njama njama 19 août 20:54

                @Captain Marlo
                Merci pour ton soutien...

                ah l’ambition coloniale de la France ne Syrie...

                une page d’histoire jamais vraiment tournée... on y retrouve dans la région à peu de choses près les mêmes puissances coloniales qui à une époque dominaient les océans, et c’est bien l’enjeu politique, économique surtout, constante intemporelle d’intérêts financiers,...

                Cela devrait pourtant sauter aux yeux de ceux qui se revendiquent communistes...


              • alinea alinea 19 août 21:10

                @njama
                Jeter les écrits de Meyssan, c’est surtout se priver d’infos, d’ouvertures, d’analyses très éclairantes, etc !
                Qu’un mec réputé de gauche ( parce que je ne connais pas Meyssan mais on se demande si ce n’est pas son complotisme de 2001 qui lui a valu l’étiquette extrême-droite ! Et quand on analyse le Moyen-Orient, voyons, qu’est-ce qu’on a à foutre de pour qui le mec vote ? D’ailleurs il ne viendra plus en France, sauf révolution !! alors il ne vote pas.) donc qu’un gauchiste fasse pareil, on le lira !
                Il faut quand même réaliser que le gauche progressiste est salement atteinte de cécité, de surdité, de débilité ou vétusté !!smiley


              • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 19 août 21:30

                @njama
                « Sauf erreur de ma part, Thierry Meyssan vit à Damas (ou quelque part en Syrie) ».

                Il y a erreur de votre part. Thierry Meyssan a quitté la France (volontairement) de septembre 2007 à janvier 2021. Il semble bien qu’il ait vécu à Damas mais il est aussi fait état de ses séjours en Iran, en Libye, en Irak et au Liban. Il y a des zones d’ombres dans son parcours. Il est assurément passé au Liban où il s’est fait photographier avec son ami Frédéric Chatillon, vieux routier de l’extrême-droite.

                "Je ne suis pas du tout opposé à une critique structurée de ce qui est publié (sur le Réseau Voltaire) sur son site, mais force est de constater que personne ou presque ne le fait, pourquoi."

                Il est vrai que, pour ma part, je n’ai rien à trier sur les sites de propagande de l’extrême-droite. Je rejette à ce titre InfoSyrie, Egalité et Réconciliation, Réseau Voltaire, Mein Kampf, Syria TV, Riposte Laïque, Minute, Rivarol... J’ai mieux que cela à faire.


              • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 19 août 21:56

                @Captain Marlo
                « Moi aussi j’apprécie les analyses de Meyssan »

                J’ai remarqué en effet que tu apprécies non seulement Meyssan mais aussi la production d’un groupe de « volontaires !!!! » qui sont allés en Syrie tourner une vidéo de propagande pour el Assad, mais encore un roman d’espionnage que tu fais passer pour un reportage : « Le jour avant Deraa : Comment la guerre a éclaté en Syrie – La véritable histoire ».

                J’en viens à me demander s’il s’agit de la politique de l’UPR. Affirmez-vous toujours que vous êtes contre les prises de position clivantes ? Il me semble que cette défense d’El-Assad ne fait pas l’unanimité même si elle est très partagée sur AgoraVox. J’en viens aussi à me demander si l’UPR ne défend pas la même idéologie, avec le racisme en moins (c’est important), que la nouvelle extrême-droite.

                Je rappelle, une fois de plus, le résumé en onze point que j’en fais.

                • Négation de la lutte des classes au profit de l’exacerbation du nationalisme, c’est-à-dire de la haine envers d’autres nations. Mise en avant aussi des valeurs de l’occident chrétien. Les faits historiques ne s’expliquent que par les luttes entre des nations et des « blocs de nations ».
                • Défense des valeurs traditionnelles : travail, famille, patrie. « Gauche du travail et droite des valeurs ».
                • Défense de l’Europe avec des peuples de race blanche, de culture chrétienne et de politique anticommuniste comme la « Neue Europa » d’Hitler.
                • Lutte contre l’Empire (notion de Soral) qui est américain avec la complicité de pays européens comme la France et le Royaume Uni. Cet empire est dominé par les grosses fortunes juives dont Soros est le prototype.
                • Défense de la Nation et de l’Europe contre l’invasion migratoire principal danger de notre civilisation.
                • Antisémitisme dans la lutte contre « l’Empire » qui est notamment à la base du projet sioniste. La légitime défense de la Palestine est assimilée à la lutte contre les juifs (antisémitisme).
                • Islamophobie contre les musulmans potentiellement islamistes et djihadistes (les forces les plus sombres du monde). Soudoyés, ils sont en fait au service des grandes fortunes juives pour défendre l’Empire en toutes circonstances.
                • Défense de la famille et par conséquent de l’hétérosexualité. Opposition au divorce surtout par consentement mutuel…
                • Toutes les stratégies politiques de l’Empire sont élaborées par la CIA et Soros (Avec d’autres fortunes juives mais Soros en est le prototype). Elles visent essentiellement à s’accaparer les ressources en hydrocarbures de toute la planète. L’Empire est impérialiste. Il veut dominer le monde. La CIA et Soros sont responsables de tous les malheurs : les guerres, les révolutions…
                • Il n’y a pas de révolutions populaires mais seulement des révoltes fomentées par la CIA et les grandes fortunes juives à l’instar des « révolutions de couleur ». Avec de l’argent, il est possible de déclencher n’importe quelle révolution. Le complot « judéo-bolchévique » se répète à l’infini. Toutes ces fausses révolutions font intervenir des agents étrangers financés par la CIA. Les complots, dans chaque pays, sont ourdis par des officines étrangères dans le seul but de déstabiliser des dirigeants politiques qui font obstacle aux visées impérialistes de l’Empire.
                • L’extrême droite est la seule force capable de faire connaître la vérité. Elle essaie donc de contrer la propagande occidentale dont sont abreuvés les peuples du monde entier. Ceux qui ne comprennent pas que les discours de l’extrême-droite sont l’exacte transcription de la vérité sont de pitoyables imbéciles.

              • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 19 août 22:05

                @Captain Marlo
                « Mais oui, la politique extérieure des USA a changé... »

                Tu enfonces des portes ouvertes. Bien évidemment que la politique des USA change. Je viens d’ailleurs de l’expliquer longuement dans un autre commentaire.

                Ce que je reproche à Meyssan ce n’est pas de dire que la politique américaine évolue mais d’expliquer sans arrêt cette évolution avec des supposés conflits internes à leur appareil d’état. Il est toujours dans les délires des agents secrets et des espions qui œuvrent partout pour fomenter des révolutions de couleur ou des changements d’orientation de la politique...

                Je maintiens ce que j’ai écrit :

                "Il est sans arrêt contredit par les faits mais s’en tire en expliquant toujours que la politique des américains a changé à cause de conflits internes aux USA qu’il est le seul à pouvoir cerner car nous sommes tous abreuvés par la propagande occidentale qui nous empêche de percevoir toute cette réalité qu’il est le seul à avoir comprise".


              • Captain Marlo Captain Marlo 20 août 06:54

                @Jean Dugenêt
                Il y a erreur de votre part. Thierry Meyssan a quitté la France (volontairement) de septembre 2007 à janvier 2021. Il semble bien qu’il ait vécu à Damas mais il est aussi fait état de ses séjours en Iran, en Libye, en Irak et au Liban. Il y a des zones d’ombres dans son parcours.

                Meyssan est parti à Damas car il a reçu en France des menaces de mort. Il est rare que soit menacé de mort quelqu’un qui ne gêne pas la pensée unique dominante... Assange en est un autre exemple.

                Cela ne me dérange pas que des personnalités de droite ou d’extrême-droite fassent des analyses et donnent des informations.

                Ce qui me dérange fortement, c’est que la Gauche ne le fasse pas ! Toi, comme la FI, le NPA ou Lutte ouvrière, vous ne voyez pas les révoltes populaires en France que vous avez sous les yeux, avec les Gilets jaunes ou les manifestations actuelles contre le passe sanitaire. Vous avez piscine le samedi ??

                Mais chaque fois que la CIA organise une révolution colorée pour une opération « régime change », vous y voyez une révolte populaire...

                En Ukraine par exemple, les fascistes de Maïdan au milieu de drapeaux européens, sont sans doute le fer de lance de la révolution prolétarienne, non ??


              • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 20 août 09:58

                @alinea
                "Jeter les écrits de Meyssan, c’est surtout se priver d’infos, d’ouvertures, d’analyses très éclairantes, etc !

                « 

                C’est pour tout dire se priver de l’idéologie de cette extrême-droite. Tout cela se fait avec son ami Frédéric Chatillon, le vieux routier du GUD, et avec son collaborateur Alain Benajam qui milite maintenant clairement avec André Chanclu encore plus vieux routard de l’extrême-droite. Meyssan et Benajam ne s’expriment pas beaucoup sur leurs accointances, amitiés et complicités diverses mais ils ne renient rien.

                 »je ne connais pas Meyssan mais on se demande si ce n’est pas son complotisme de 2001 qui lui a valu l’étiquette extrême-droite !"

                Inutile de vous poser la question c’est exactement le contraire qui s’est produit. Ses écrits sur l’attentat des « twin towers » l’ont fait passer pour un militant d’extrême-gauche.

                C’est souvent ce qui se produit quand des critiques ont des aspects pertinents. C’est l’extrême-droite qui a la première dénoncé que Mitterrand était un ancien pétainiste décoré de la francisque. C’est aussi l’extrême-droite qui a en premier fait ressortir les propos de pédophile de Cohn-Bendit. La seule chose qu’il y a à dire c’est qu’ils disaient la vérité et cela n’a aucun rapport avec extrême-droite ou extrême-gauche. La vérité est toujours révolutionnaire.

                « D’ailleurs il ne viendra plus en France, sauf révolution ! »
                Thierry Meyssan est actuellement en France et il n’y a pas de révolution.

                « Il faut quand même réaliser que le gauche progressiste est salement atteinte de cécité, de surdité, de débilité ou vétusté ! »


                Feriez-vous donc partie de la « gauche progressiste » (pour reprendre votre vocabulaire que je ne comprends pas)


              • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 20 août 10:15

                @Captain Marlo
                « Meyssan est parti à Damas car il a reçu en France des menaces de mort. »

                Cela c’est ce que dit Meyssan et évidemment c’est ce que tu gobes. Comme le reste...

                Pour le reste tes discours sur les étiquettes « gauche » ou « droite » ne m’intéressent pas. Je ne me définis ni comme un militant de « gauche » ni comme un militant de « droite ». Je suis un marxiste en recherche constante de la vérité et soucieux d’en finir avec le système capitaliste qui pourrit la vie de l’humanité et met sa survie en danger.

                Quant à tes calomnies et insultes tu ferais mieux d’essayer de donner l’exemple, toi qui n’est même pas fichue d’écrire un article sur AgoraVox au nom de quoi te permets tu tant de calomnies à mon sujet. J’ai écrit tout un livre intitulé « Macron Démission Révolution » où tous les derniers chapitres sont essentiellement consacrés aux gilets-jaunes (Chapitres 12, 13 et 14, intitulés « Les gilets jaunes », « Les béquilles du macronisme » et « Que faire ? »). Tous ces chapitres ont d’ailleurs été préparés par des articles sur AgoraVox.

                Tu te permets d’écrire : "vous ne voyez pas les révoltes populaires en France que vous avez sous les yeux, avec les Gilets jaunes ou les manifestations actuelles contre le passe sanitaire."

                Faut-il que j’affirme que tu es une grosse pute tout juste bonne à tailler des pipes à Asselineau pour que tu comprennes ce qu’est une insulte et qu’il n’est pas permis à n’importe qui de dire n’importe quoi ?


              • Captain Marlo Captain Marlo 20 août 12:01

                @Jean Dugenêt
                Et bien dis donc, pour quelqu’un qui ne supportes pas les insultes, là, j’en reçois un plein wagon ! Il faut croire que j’ai touché un point sensible pour que tu perdes ton sang froid. Je te laisse à tes monologues. Bon vent !


              • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 20 août 12:05

                @Captain Marlo
                J’ai posé une question en espérant te faire prendre conscience. Maintenant, si tu veux discuter sereinement c’est toujours possible mais il faut arrêter les calomnies et les affirmations gratuites. Toute accusation doit être justifiée par des faits, des citations... et je ne supporte plus en effet les calomnies que tu lances contre moi.


              • alinea alinea 20 août 23:07

                @Jean Dugenêt
                Lisez Michéa, il vous ouvrira peut-être les yeux.
                Je n’ai rien à vendre, je ne cherche pas querelle, mais j’ai du mal à comprendre les entraves, les cases que les gens se mettent devant les yeux pour éliminer sans rencontre le quidam qui pourrait leur apporter son savoir.
                Je suis assez grande pour détecter les pensées d’extrême droite qui ne m’atteignent pas ; en revanche je ne dénie aucune intelligence à certains d’entre eux, ni talent ni connaissance qui puisse m’ouvrir des horizons.
                Hélas aujourd’hui, il semble que seuls les gens de droite, voire extrême ( je ne suis pas très au fait toujours de savoir qui est qui) ont l’audace de dénoncer des réalités politiques que la gauche progressiste, on va dire, ne voit pas.
                Je n’y peux rien, c’est comme ça ; par exemple, seul Phillipot exhorte le peuple à se rebiffer et manifester contre le vaccin, le passe et tout ce qui s’ensuit.
                Je ne peux pas bouder ceci ou affirmer que c’est une connerie sous prétexte que c’est Phillipot qui l’initie ! Je ne deviens pas adepte de Phillipot pour autant.
                Êtes vous si peu sûr de vous que vous craignez être d’accord avec un acte, une parole de quelqu’un qui n’est pas de votre bord politique ?
                On n’est pas près de s’en sortir avec cet esprit là !!


              • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 21 août 10:07

                @alinea
                "Êtes vous si peu sûr de vous que vous craignez être d’accord avec un acte, une parole de quelqu’un qui n’est pas de votre bord politique ?"

                Je répugne en effet à examiner les torchons de l’extrême-droite mais si vous pensez que je crains de ne pas pouvoir montrer l’ineptie de leurs discours, je suis prêt à faire une exception.

                Le sieur Meyssan que vous semblez apprécier vient de publier sur son site un article sur le sujet qui nous intéresse : l’Afghanistan. Le titre (7 mensonges à propos de l’Afghanistan) est à lui seul significatif de toutes ses productions. Il s’agit pour lui de nous inculquer toute sa fantasmagorie réactionnaire au prétexte de dénoncer la propagande occidentale.

                Nous reconnaissons au premier coup d’œil le style de sa littérature. Il est question de réunion secrète, de service secrets, d’agents de la CIA, d’officines confidentielles... Je suis saturé de ce genre de littérature mais je veux bien voir plus précisément de quoi il retourne et examiner le peu de fiabilité de ses discours.

                Il nous fait part d’une réunion particulièrement importante puisque c’est cette réunion qui, à la mi-juillet 2001,

                a ni plus ni moins décidé de lancer la guerre de 2001 en Afghanistan. Il ne nous donne aucune preuve que cette réunion a eu lieu puisque c’était une réunion secrète. Il ne nous dit pas non plus comment il a été mis au courant. Il joue toujours au spécialiste des services secrets qui serait toujours dans la confidence des dieux. Vous avez le droit de gober cela et le reste. Je ne crois pas un mot de ce qu’il écrit à ce sujet. Voici ci-dessous tout le passage que je prends pour du courant d’air. Les journalistes sérieux indiquent qu’elles sont leurs sources. Bien évidemment, il y a beaucoup de flou dans ce roman. Nous n’avons aucun nom ni des négociateurs ni des observateurs. La date est vague (mi-juillet 2001). Le lieu aussi (Berlin).

                "la guerre de 2001 a été décidée à la mi-juillet 2001, lors de l’échec des négociations de Berlin entre d’un côté les États-Unis, le Royaume-Uni et de l’autre non pas le gouvernement afghan, mais les Talibans. Le Pakistan et la Russie assistaient en observateurs à ces discussions secrètes. La délégation talibane est entrée en Allemagne en violation de l’interdiction de voyager édictée à son égard par le Conseil de sécurité des Nations unies."

                Dans le même style, une de ses sources nous est donnée par la note numéro 6 : « Conversation de l’auteur, en 2003, avec un officier du KGB ayant participé à cette opération »

                Il se fout de votre gueule. Il affirme ni plus ni moins qu’il est le seul à être au courant de tout puisqu’il discute avec « un officier du KGB ». Il vous dira demain qu’il a d’autres informations venant d’un officier de la CIA et vous goberez cela aussi. En l’occurrence, il s’agit de prouver que Ben Laden était un agent de la CIA. L’officier du KGB lui a expliqué qu’il a été amené à fouillé son campement (! !!) et que les documents étaient rédigés en anglais. Voici le texte exact :

                "Son campement fut visité par des commandos russes, qui y furent fait prisonniers. Cependant avant d’être arrêtés, ils avaient eu le temps de fouiller sa salle de commandement et de constater que tous les documents militaires étaient rédigés en anglais et non pas en arabe"

                Bien évidemment il y a, à côté de cela, des choses exactes et intéressantes mais elles ne viennent pas de lui et elles sont connues.

                J’ai regardé cet article. Je n’en regarderai pas d’autres.


              • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 21 août 10:51

                @Jean Dugenêt
                @njama @alinea

                Je viens de relire quelques commentaires et de m’apercevoir que njama c’était déjà fait un plaisir de répéter ces discours de Meyssan qu’il a avalé comme tout le reste sans broncher. Après cela, il nous expliquera que nous sommes de pauvres imbéciles qui ne comprennent rien puisque nous sommes abreuvés par la propagande occidentale.
                Les renseignements sérieux que j’ai sur la présence de Ben Laden en Bosnie Herzégovine viennent d’ici.

                La réponse apportée à la question d’un parlementaire est :

                "Les conclusions de la commission précitée confirment les assurances reçues des autorités bosniaques qu’il n’a jamais été accordé de passeport bosniaque à Oussama Ben Laden. Bien que l’on ne puisse exclure qu’Oussama Ben Laden ou l’un de ses collaborateurs aient séjourné en Bosnie-Herzégovine pendant la guerre, jusqu’à présent ces allégations n’ont été étayées par aucune preuve crédible. Le nombre de Moudjahidin qui se trouvaient en Bosnie-Herzégovine avant le 11 septembre 2001 est estimé à quelques centaines."

                Ce n’est pas Meyssan qui apportera des preuves du contraire.


              • Jelena Jelena 21 août 11:29

                @Jean Dugenêt : Même si il est vrai que le Meyssan à indéniablement un coté mythomane, par contre le Ben Laden qui avait fait un séjour en Bosnie afin d’encourager ses barbus à tuer des infidèles, ce n’est pas de la fiction.


              • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 21 août 13:20

                @Jelena
                « Ben Laden qui avait fait un séjour en Bosnie afin d’encourager ses barbus à tuer des infidèles, ce n’est pas de la fiction »

                Je pense que c’est très probable et parfaitement cohérent avec ce qu’on connaît par ailleurs à la fois sur Ben Laden et sur les évènements de Bosnie-Herzégonvine. Cependant, je n’en ai pas la preuve formelle.
                Je répète que les renseignements sérieux en ma possession à ce sujet sont dans le compte rendu officiel d’une réunion d’une commission de l’UE. (Journal officiel des Communautés européennes du 18.7.2002). Tout en étant un farouche adversaire de l’UE je crois à ces documents officiels.

                On y trouve la question posée par Konstantinos Hatzidakis et la réponse suivante :
                "Les conclusions de la commission précitée confirment les assurances reçues des autorités bosniaques qu’il n’a jamais été accordé de passeport bosniaque à Oussama Ben Laden. Bien que l’on ne puisse exclure qu’Oussama Ben Laden ou l’un de ses collaborateurs aient séjourné en Bosnie-Herzégovine pendant la guerre, jusqu’à présent ces allégations n’ont été étayées par aucune preuve crédible. Le nombre de Moudjahidin qui se trouvaient en Bosnie-Herzégovine avant le 11 septembre 2001 est estimé à quelques centaines."

                Dans sa question Konstantinos Hatzidakis faisait état d’article de journaux qui disaient en effet que Ben Laden s’était rendu en Bosnie. Dans la réponse il est dit que cette assertion ne peut pas être exclue.


              • Jean de Beauce Jean de Beauce 19 août 14:52

                L’Afghanistan est une terre musulmane et asiatique. Ces gens sont libres de se battre pour préserver leur identité et refuser l’american way of life. De plus, le gouvernement corrompu qui a détourné les aides est plus inquiétant que les talibans : qui va juger les voleurs, comment les aides seront-elles remboursées ?


                • njama njama 19 août 18:22

                  @Jean Dugenêt

                  Si on élargissait (dilatait) un peu cette question très contemporaine d’avoir laissé les Afghans à leur propre sort (ce qui d’un certain point de vue politique serait une aubaine inattendue... au moins pour eux, si les Peuples doivent s’autodéterminer d’eux-mêmes selon la doxa ambiante...), et que l’on remonte un peu dans le temps, mais pas tellement, dans l’histoire coloniale.

                  Qu’y trouve-ton, si ce n’est que l’occupation de l’Afghanistan par les troupes britanniques... simultanément au contrôle qu’il exerçait sur l’Inde, que Ghandi a bouté dehors d’une manière on ne peut plus pacifique, politique, malgré qu’elle a subi des répressions sauvages..., laquelle devrait nous inspirer plus que des barricades et le lutte armée.

                  Vous me voyez un peu désolé Jean Dugenêt de vous faite subir un de mes anciens posts qui n’a pas pris une ride :

                  njama 13 avril 2013 19:13

                  Dans cette guerre d’Afghanistan en 2001, (au seul motif de la présence - réelle ou supposée - de Ben Laden), il y a eu aussi toute une propagande digne de la colonisation pour faire passer les Afghans (talibans) pour des barbares arriérés. Une agression contre un monde dont ils ignoraient tout ou presque, et auquel ils ne comprenaient rien !
                  Qui étaient les barbares ?

                  Le combat non-violent des musulmans pashtouns contre l’empire britannique des Indes sous la conduite d’Aboul Ghaffar Khan

                  Si l’histoire du combat non –violent de Gandhi contre les britanniques est connue, celle de Ghaffar Khan et des pashtouns l’est beaucoup moins. Khan montra à ses frères et sœurs musulmans qu’il était possible de suivre les enseignements pacifiques du prophète Mohammed et de renforcer et leur foi et leur combat pour la liberté par la non-violence trouvée dans les enseignements de l’islam. C’est ainsi qu’ils se libérèrent du joug colonial des anglais.
                  [...]
                  Ghaffar Khan va s’appuyer sur deux traditions bien implantées chez son peuple (organisé en société tribale la plus grande au monde) pour amener celui-ci à passer d’une culture de guerre à une culture de non violence. Dans la société pashtoun il y avait un puissant code moral regardant le combat. Refuser le combat était considéré comme la pire offense. Ghaffar Khan enseigna qu’il fallait combattre pour se libérer de la violence et des anglais, que là était le vrai combat et qu’on ne pouvait pas s’y soustraire. Le deuxième aspect de la tradition pashtoun qu’il utilisa ce fut la puissante foi religieuse de son peuple, prêt à se sacrifier pour Allah. Il leur enseigna que le prophète Mohammed a originellement prescrit de résoudre les conflits par des moyens pacifiques ( sabr), et leur dit que l’islam fonctionnait sur un principe simple : ne jamais faire de mal à quelqu’un ni par la langue, ni avec une arme, ni avec la main. .Ne pas mentir, ne pas voler, ne pas faire de mal c’est là le véritable islam. Ghaffar Khan a basé sa philosophie et les motivations de son « armée » des serviteurs de Dieu sur ces passages du Coran qui prône l’utilisation de ces moyens pacifiques, ainsi que la patience, l’endurance, la compassion, le pardon à ses ennemis, approches coraniques jusqu’alors inconnue des pashtouns. Ainsi pour faire partie des serviteurs de Dieu, chaque pashtoun devait signer un engagement d’utiliser des moyens non-violents pour régler ses affaires. Les pashtouns prêtaient serment de servir Allah, l’humanité, et tous les êtres vivants par des moyens non-violents. Ceci paraissait un défi incroyable sur cette terre et chez ce peuple marqués par des siècles de combats féroces. Pourtant Ghaffar Khan réussit à convaincre de nombreux pashtouns. Ces réformateurs ouvrirent des écoles, développèrent le système sanitaire des villages, enseignèrent aux enfants dans le cadre d’un mouvement de jeunesse et Ghaffar Khan publia un bulletin sur la loi islamique et les réformes sociales. Tout ce qu’ils entreprirent rencontra de la part des autorités coloniales britanniques une violente répression : le bulletin fut interdit, les écoles détruites, les réformateurs emprisonnés. Mais les serviteurs de Dieu avaient pris l’engagement de se battre pour leur liberté avec pour seule arme leurs vies.
                  [...]

                  Gandhi et Khan (appelé aussi le Gandhi des frontières) se rencontrèrent, une alliance se créa entre les serviteurs de Dieu pashtouns et le Congres National Indou qui oeuvrèrent ensemble à la réalisation de leur objectif commun : se libérer du joug de l’empire britannique, pour l’indépendance de l’Inde. Tous deux enseignèrent et pratiquèrent la non-violence en s’appuyant sur leur religion respective, y puisèrent leur force, chacun par son charisme et son exemple faisant des émules parmi les siens jusqu’à la libération effective
                  http://www.planetenonviolence.org/Le-combat-non-violent-des-musulmans-pashtouns-contre-l-empire-britannique-des-Indes-sous-la-conduite-d-Aboul-Ghaffar_a78.html

                  Abdul Ghaffar Khan connu comme « Badshah Khan », parfois écrit « Bacha Khan », (le roi des chefs), et le « Gandhi de la frontière », et fut décoré en 1987 par l’Inde du Bhârat Ratna (expression qui signifie Joyau de l’Inde) qui est la décoration civile la plus prestigieuse de l’Inde, récompensant aussi bien une réussite exemplaire dans les domaines artistique, littéraire ou scientifique.


                  • njama njama 19 août 18:44

                    Le site « planetenonviolence » a malheureusement disparu de la toile...

                    victime de la censure ?

                    autre cause ?

                    au moins j’en aurais sauvegardé par ce commentaire de 2013 une référence politiquement, spirituellement, historiquement,... très précieuse


                  • njama njama 19 août 20:08

                    La question est à l’évidence de se demander quels intérêts « coloniaux » ou mercantiles poursuivaient tant l’Empire britannique depuis le début du XIX° siècle, que par la suite les US pour contrôler cette région d’Asie sans aucun ou presque lien culturel avec la culture anglo-saxonne, occidentale d’une manière générale ?

                    et d’une culture qui ne menaçait absolument en rien celle du dit « Occident »... qui dominait le commerce mondial depuis plusieurs siècles.

                    On pourrait acter que la Péninsule arabique (Moyen-Orient) avait des ressources en pétrole, mais l’Afghanistan, lesquelles ???

                    Combien de fois ne nous a-t’on présenté ce pays comme complétement rétrograde, voire moyenâgeux...

                    Le problème avec l’Afghanistan, cherchez l’erreur...


                  • babelouest babelouest 20 août 18:53

                    @njama l’Empire des Mers ne supporte pas qu’on soit seulement neutre : tout le monde doit être contrôlé par eux. Une maladie mentale chez eux... mais qui fait des millions de morts, qui les indiffèrent.


                  • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 20 août 19:22

                    @njama
                    "La question est à l’évidence de se demander quels intérêts « coloniaux » ou mercantiles poursuivaient tant l’Empire britannique depuis le début du XIX° siècle, que par la suite les US ..."

                    Avant même le capitalisme les grandes puissances d’Europe puis les USA ont entrepris de coloniser le monde entier sans se demander ce qu’il y avait comme richesses à trouver dans le sous-sol tout en espérant probablement qu’il y en ait beaucoup. L’objectif de la colonisation de tous les pays d’Asie, d’Afrique ou d’Amérique Latine était de réduire les peuples en esclavage pour en extorquer de la plus-value... L’objectif est toujours le même.

                    Il n’y a pas lieu de chercher des liens culturels ou une quelconque menace dans ce processus... Quels liens culturels avec les pays de l’Afrique noire ? Quelles menaces venant de chez eux ?


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité