• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Ah... elle est belle l’Europe

Ah... elle est belle l’Europe

Même si l’idée d’une grande communauté européenne est une belle idée historique, garante de la paix, le résultat frôle le grand n’importe quoi. La communauté européenne aurait dû sortir LA gagnante de la fin de la guerre froide entre les deux grands blocs Etats-Unis / Russie au début des années 90. En 2007, elle est ridicule.

Drapeau20europe_2

Il y a de ces petits symboles qui en disent long. Une petite balade sur le port de Saint-Tropez, un soir d’été. A ma gauche, des yachts gigantesques peuplés de Russes, de Pakistanais, d’Indiens, de Sud-Américains et encore de quelques américains US. A ma droite, ceux que l’on appelle "les suceurs de glace". Allemands, Belges, Italiens, Espagnols et bien sûr Français, plantés ébahis devant cet étalage de luxe qui restera pour eux dans le domaine de l’intouchable. Même en travaillant beaucoup plus... C’est un fait, l’argent fuit la vieille Europe. Le pouvoir d’achat des Européens se transvase inexorablement vers leurs voisins des pays dits émergents (la Chine en tête). Bien sûr, il s’agit encore là d’une caricature. Les peuples des pays émergents sont toujours en grande majorité dans une grande pauvreté. Mais... si la tendance se confirme, on en reparlera dans 50 ans. 2 % de croissance d’un côté, entre 5 et 10 % de l’autre, nous sommes bien partis pour être les futurs pays du tiers monde, juste derrière l’Afrique dont tout le monde se fout.

Comme la France, l’Europe a loupé son virage dans les années 80. C’est lorsqu’elle était composée de 10 ou 12 membres qu’elle aurait dû consolider sa politique, son économie, s’équiper d’une Constitution, établir clairement ses bases de fonctionnement. Et la France, alors obnubilée par le rapprochement avec l’Allemagne, a raté l’occasion d’être le moteur de la construction européenne.

Mais pour moi, l’erreur historique restera l’élargissement du 1er mai 2004. Alors que les bases européennes ne sont pas solides, alors qu’il n’existe aucune Constitution, alors que les effets pervers de l’euro sont encore frais, voici l’arrivée de dix nouveaux pays d’un coup, et quels pays... La Pologne reste la tête de gondole des pays qui n’ont rien à faire là, défiant ses aînés européens à la première occasion, se mettant systématiquement du côté des Américains (la guerre en Irak, les installations antimissiles...). La cacophonie en devient irrémédiable.

Une preuve du dysfonctionnement européen ? La crise financière de cet été. Une Europe plus forte et mieux construite n’aurait-elle pas protégé nos places boursières des bêtises de nos amis Américains ? Lorsque, alors qu’il se trouvait aux Etats-Unis, le président Sarkozy envoie une lettre à Angela Merkel sur la nécessité de réguler les marchés, il a raison. L’Europe doit savoir se mettre à l’abri des prises de risques insensées de la bourse américaine. La BCE doit avoir une autre utilité que celle de renflouer les trous et de persister dans l’erreur d’un euro trop fort. Quand l’Europe aura-t-elle le courage d’une vraie politique économique, orientée comme le font toutes les grandes puissances, vers un minimum de protectionnisme ?

Et puis, comment ne pas évoquer l’incompatibilité de certains peuples  ? Jamais le nationalisme n’a été aussi présent dans les pays européens. Plus l’élite nous bassine avec la construction européenne, plus les populations se replient sur elles-mêmes, le faisant cruellement ressentir à leurs voisins (ceux qui ont fait un tour en Pologne ou en Grèce savent de quoi je parle...). Moi-même, j’avoue que j’échangerais bien les dix arrivants de 2004 (gardons les deux de cette année) contre la Turquie (on a besoin d’un grand pays musulman) et la Russie (locomotive économique) par exemple.

Le 6 mai 2007 au soir, Sarkozy clame que la France est de retour en Europe. Mais l’Europe, elle, elle est de retour dans quoi ? Pour le moment dans pas grand-chose. Là où je suis d’accord avec notre président, c’est que la France doit être le pays qui sauvera la communauté européenne. Elle a déjà commencé, lorsque étanche aux discours de l’élite, le peuple français a tapé violemment du poing sur la table, estimant qu’il ne fallait plus continuer sur cette voie. C’était le 29 mai 2005. L’histoire retiendra peut être que cette date aura sauvé une construction européenne en perdition.

Passons de la symbolique de St-Tropez à celle de Paris. La capitale française, qui devrait se doter des atouts pour se battre à armes égales avec New York, Londres, Moscou, Shangaï, New Delhi... Paris, qui devrait développer son économie, renforcer son social afin d’établir les bases d’une sortie de crise (Paris a l’un des plus forts taux de chômage), redevenir attractif pour les investisseurs, et non plus seulement pour les touristes. Eh bien non... On s’extasie sur un maire (même à droite !), quasiment réélu d’avance, parce qu’il a installé... les Vélibs ! Consternant... Bientôt, si ce n’est déjà fait, Paris sera aussi attractif pour le business que Rome, Amsterdam ou Liège, c’est-à-dire une ville musée de plus en Europe. Musées visités par des touristes fortunés du monde entier, étonnés de voir que les autochtones de la vieille Europe ne peuvent plus s’offrir les spécialités locales (Vuitton, Dior, Chanel...).


Moyenne des avis sur cet article :  2.93/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • dom y loulou dom 3 septembre 2007 12:23

    quel pamphlet de propagande antieuropéenne stérile.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 4 septembre 2007 07:02

      Je crois fermement à une Europe entité culturelle ( « post-chrétienne-laïque »), politique et militaire aussi bien qu’économique, intégrant la Russie et l’Ukraine, devenant une troisième force dans un monde qui, sans elle, deviendrait « bipolaire » et en grand risque d’un conflit entre l’Amérique et la Chine. Une Europe forte garantira la paix.

      http://www.nouvellesociete.org/713F2.html

      Pierre JC Allard


    • stephanemot stephanemot 3 septembre 2007 12:35

      Votre critique vous emporte un peu loin.

      Je vous rejoins néanmoins sur ce point :

      . « Comme la France, l’Europe a loupé son virage dans les années 80. C’est lorsqu’elle était composée de 10 ou 12 membres qu’elle aurait dû consolider sa politique, son économie, s’instaurer d’une Constitution, établir clairement ses bases de fonctionnement. »

      Dont découle la critique suivante sur l’élargissement de 2004. Il y a eu beaucoup de précipitation après la réunification de l’Allemagne et la chute du rideau de fer. Il fallait effectivement tendre la main à l’Est mais sans faire de l’adhésion un préalable ou une promesse automatique.

      Les années 80 se sont focalisées sur l’économique alors que l’heure était à la politique au sens noble du terme. On a eu l’Euro mais on a perdu une partie de l’Europe.


      • Internaute Internaute 3 septembre 2007 13:39

        Vous échangeriez les pays d’Europe orientale contre la Turquie et la Russie. C’est sûrement la voie du futur en y rajoutant l’Inde, l’Irak et l’île de Poulo-Bidong. smiley smiley


        • Captain Cap 3 septembre 2007 14:36

          Vous oubliez la Nouvelle-Zélande et la Terre Adélie.


        • Vilain petit canard Vilain petit canard 3 septembre 2007 14:29

          Vous allez un peu loin, je trouve, mais c’est sûr que l’arrivée brutale de 10 nouveaux pays en 2004, sans aucune vraie concertation préalable, a créé une situation ingérable. Il serait peut-être temps pour nos dirigeants de dire franchement que ça ne marche pas, au lieu de glapir partout qu’il faut relancer l’Europe.


          • judel.66 3 septembre 2007 14:45

            reviens Charlemagne ! ! ! !


            • JL JL 3 septembre 2007 15:20

              Il y a deux façons de voir la construction de l’UE, la première selon la grille de lecture des médias officiels de l’empire du fric. Selon cette grille de lecture, force est de constater que ça va mal pour nous et qu’il faut encore plus de médecine libérale, surtout en France. Vas-y Nicolas.

              La seconde c’est de la regarder avec les yeux de la raison : et de ce point de vue, le constat n’est pas du tout le même !

              Par exemple, savez-vous que, lorsqu’on dit : « la concurrence c’est bon pour les consommateurs, il faut des concurrents aux services publics », comme Elie Cohen, pas plus tard que ce midi à France Inter, parlant d’EDF, la bonne grille de lecture est la suivante :

              « Tous les services sont soumis à l’AGCS Dès L’INSTANT où coexistent dans un même pays au moins deux fournisseurs d’un même service. Aucune distinction n’est opérée entre les services fournis par les pouvoirs publics et ceux fournis par des firmes privées. » (« l’AGCS, quand les états abdiquent face aux multinationales », RM Jenner, L Kalafatidès, éd. Daison d’agir).

              La règle de la concurrence libre et non faussée permettant d’interdire au institutions démocratiques de favoriser un fournisseur, c’est la mort à court terme des services publics concurrencés, c’est à dire au train où ça va, tous les services publics. L’on comprend mieux pourquoi il y a trop d’impôts et donc trop de fonctionnaires, et vice et versa.


              • Barbathoustra Barbathoustra 3 septembre 2007 16:26

                La capitale française, qui devrait se doter des atouts pour se battre à armes égales avec New York, Londres, Moscou, Shangaï, New Delhi...

                — ->

                Je vous en suplie, dites moi que cet article et écrit au second degrès. Je ne peut pas croire que des gens civilisés pensent sérieusement que je puisse avoir envie de leur tirer le cul en pousse-pousse pour 2 roupies de l’heure.


                • Barbathoustra Barbathoustra 3 septembre 2007 16:33

                  Mais pour moi, l’erreur historique restera l’élargissement du 1er mai 2004.

                  — ->

                  Pour moi, comparer la France à l’Inde, au Pakistan, à la Chine, etc ... c’est à dire à des pays émergeants, c’est surtout faire preuve de l’inculture économique la plus crasseuse qui soit.


                • franck dana franck dana 4 septembre 2007 08:31

                  Certains commentaires ici (mais c’est souvent le cas) montrent à quel point les français tendance bobo sont détachés de la réalité de notre monde... les indiens, les chinois et les russes (entres autres) en rigolent d’avance.


                • Romain Baudry 3 septembre 2007 17:18

                  La Pologne n’est pas facile à vivre, c’est sûr, mais en quoi la France fait-elle mieux ? Au début de la crise irakienne, elle a affirmé son point de vue, certes louable, sans aucune concertation avec ses partenaires européens. L’attitude paternaliste de Chirac se permettant de sermonner les pays de l’est comme des enfants pas sages n’était guère de nature à améliorer nos liens.

                  Par ailleurs, intégrer la Russie dans l’UE ne me semble ni possible ni souhaitable. Le pays a fait quelques pas vers la démocratie depuis la chute de l’URSS, mais il est encore loin d’être arrivé (et il n’est pas certain qu’il se dirige dans la bonne direction).


                  • Asp Explorer Asp Explorer 3 septembre 2007 22:40

                    En premier lieu, la France s’était concertée avec certains de ses partenaires, et ensuite, si on avait convoqué un symposium européen, on en serait encore à débattre sur l’opportunité d’évoquer la nomination d’une commission ayant pour but de définir les modalités de désignation d’un groupe de contact ayant mission de discuter d’un échéancier pour fixer le terme d’une conférence intergouvernementale pour la ratification du protocole de Sibiù disant en substance, dans son titre I, que « ce que font les Américains en Irak c’est bien, mais on n’ira pas les aider », et dans son annexe B que « ce que font les Américains en Irak c’est très mal, mais on les encourage à poursuivre leurs efforts ».


                  • Romain Baudry 4 septembre 2007 02:27

                    Certes mais, dans ce cas-là, on peut difficilement se plaindre que les pays de l’Est ne s’embarrassent pas non plus de coopération européenne en matière d’affaires étrangères.


                  • Barbathoustra Barbathoustra 3 septembre 2007 17:26

                    Vous qui avez de la volonté ; expliquez donc à monsieur comment, en rachetant les actions des ouvriers à la chute de L’urss, la plupart des milliardiares russes ont fait fortune ( quand il ne sont pas tout simplement des mafieux et autres proxènètes ).


                    • dup 3 septembre 2007 17:46

                      Une Grenouille vit un Boeuf Qui lui sembla de belle taille. Elle, qui n’était pas grosse en tout comme un oeuf, Envieuse, s’étend, et s’enfle, et se travaille, Pour égaler l’animal en grosseur, Disant : "Regardez bien, ma soeur ; Est-ce assez ? dites-moi ; n’y suis-je point encore ?
                      - Nenni. - M’y voici donc ? - Point du tout. - M’y voilà ?
                      - Vous n’en approchez point. "La chétive pécore S’enfla si bien qu’elle creva. Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages : Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs, Tout petit prince a des ambassadeurs, Tout marquis veut avoir des pages


                      • Bernard Allin Bernard Allin 3 septembre 2007 19:30

                        Echec de la C.E.D (communauté Européenne de Défense)en 1954. Dommage. Rien ou presque dans ce sens depuis.

                        Comment parler de politique sans une véritable intégration militaire ? pour peser sur la diplomatie et la géopolitique vous connaissez d’autres moyens ? on a un espace géopolitique parmi les mieux armés du monde, mais aucun crédit car 27 mini-forces coalisées seraient impuissantes face à une force intégrée égale en nombre et en moyens.

                        Pourquoi tout l’or du monde est à Fort Knox ? Le défense du territoire est la base de la confiance politique et par extension, économique. Quelques années de paix relative ne doivent pas le faire oublier.


                        • moebius 3 septembre 2007 21:18

                          ET pourquoi l’Europe aurait du sortir gagagnangnante de ctte frileuse guerre ? et pourquoi cet article et ces commentaires sont aussi aussi stupides ?


                          • Forest Ent Forest Ent 3 septembre 2007 22:48

                            « Lorsque, alors qu’il se trouvait aux Etats-Unis, le président Sarkozy envoie une lettre à Angela Merkel sur la nécessité de réguler les marchés, il a raison. »

                            C’EST UNE BLAGUE ? smiley smiley

                            Au dernier G7, Mme Merkel a plaidé en vain sans soutien de la France pour un contrôle de la finance, et s’est fait renvoyer dans ses 22 par US et UK. Sa réponse à cette déclaration a été : « Tiens ? M Sarkozy semble commencer à comprendre le sujet ? » Entre ça, la Lybie, la BCE, la dette française, et quelques autres gags, Sarkozy est maintenant considéré outre-Rhin comme le moins comique des guignols.


                            • Claude Simon Tzecoatl 3 septembre 2007 23:07

                              L’UE est, à l’instar de Rome, de Charlemagnes, de Napoléon ou d’Hitler, vouée à disparaitre.


                              • Rayves 4 septembre 2007 09:27

                                Caricatural, et de ce fait peu crédible, même si quelques vérités surnagent à ce réquisitoire sans discernement.

                                Exemple avec le cliché « Paris, ville musée ». Si l’on ne sait pas que le PIB de l’Île de France dépasse celui de la Belgique on serait tenté de tomber dans le panneau !

                                Aux dernières nouvelles, la productivité de l’ouvrier français demeure une des plus élevées du monde, tant en valeur absolue qu’à l’heure, ce qui est un indice un peu plus pertinent que le taux de sacs Vuitton dans le port de Saint Tropez !

                                Le luxe étalé par les nouveaux riches est plutôt l’expression consternante des énormes inégalités sociales annonciatrices de luttes sociales et d’instabilité politique dans les pays émergents .


                                • vinvin 4 septembre 2007 12:29

                                  Bonjour.

                                  (@Romain Baudry)

                                  Vous dite que intérer la RUSSIE a l’UE ne vous semble ni possible ni souhaitable :

                                  Mais que dire alors de l’ intégration de la TURQUIE ?

                                  la Turquie n’ est pas plus démocratique que la Russie, voir meme que la Corée du Nord.

                                  Pour ce qui me concerne, je préfèrerais l’ hadésion de la Russie que celle de la Turquie.

                                  De toutes façons, (comme le dit Monsieur TZEGOATL,) avec ou sans la Russie l’ Europe est comme Charlemagne, Napoléon, ou Hitler, condamné a disparaitre a plus ou moins long terme.

                                  Mais cela ne ce ferat pas sans conflits.

                                  bien cordialement.

                                  VINVIN.


                                  • Bobby Bobby 4 septembre 2007 12:30

                                    Bonjour,

                                    Oui, tout à fait d’accord avec Rayves, de la caricature ! qui a motivé un « moins », rare chez moi !

                                    Le pouvoir international de la France est tombé à presque zéro... de l’Europe, quasi au même point ! Faut-il en rire ou en pleurer ? La réalité mondiale est bien ailleurs et l’énorme crise économique planétaire mène l’ensemble à sa baguette. Ce n’est pas Nicolas qui me contredira ! (ni les autres d’ailleurs)

                                    On est loin des dépenses monstrueuses pour le tape à l’œil qu’on été les prouesses technologique (tout de même) du concorde, d’Ariane ou même auparavant du « France »...

                                    Il s’agit peut être aujourd’hui de sauver les meubles, de survivre dans ce cloaque économique dont la finalité mène tout droit vers une explosion que le peuple payera nécessairement très chère... (La Chine semble déjà en subir les prémisses)

                                    La question serait dans combien de temps ? Je ne puis y répondre... des indices nous font voir la dégradation de plus en plus rapide du « consensus social » Ce matin l’annonce de la fusion Suez - gaz de France est un exemple ! La résultante de cette fusion sera un monopole accompagné de son corolaire, une augmentation incontournable des tarifs d’énergie (gaz et électricité) !

                                    Les consommateurs peuvent ils agir ? Quel est le poids des associations telles que Test-Achat ou 50 millions de consommateurs ? De quelle manière nos gouvernements défendront-ils nos moyens de survivance ?... Voilà bien des questions auxquelles j’aimerais avoir des réponses... Aujourd’hui, dans les rues, il y a de plus en plus de SDF ! Et cela, nul ne peut le contester !

                                    Que fait le « responsable politique » face à cette réalité poignante ? ...d’un côté les yachts et de l’autre le peuple ? Vite que l’on engage plus de policiers... des fois que le peuple arriverait à comprendre !

                                    Aldous Huxley et Georges Orwell nous avaient portant bien montré la voie... et nous avons toujours le choix entre un pouvoir concentré et un pouvoir décentralisé !... quand au résultat de ce choix... j’ai bien peur que ce ne soit que chou vert et vert chou !

                                    Bon amusement ! Collègue !... (s), car nous sommes bien tous dans le même bain !


                                    • Signé Furax 5 septembre 2007 12:07

                                      L’échec de l’Europe ne remonte pas à l’intégration des pays de l’est en 2004 mais bien avant, à l’entrée de l’Angleterre, avant-poste constant des Etats-Unis.

                                      Même si les Américains sont et restent nos alliés, leur intérêt bien compris est d’affaiblir l’Europe sur les plans politiques et militaires tout en assurant un grand marché pour mercantis très gourmands.

                                      Ce manque cruel de « vista » (coupe du monde de rugby oblige) nous a fait perdre irrémédiablement le match.

                                      Et quand l’auteur dit qu’il préférerait la Turquie aux 10 pays de l’est, il ne se rend pas compte qu’il enfonce un peu plus l’Europe.

                                      Au prétexte que l’Europe a besoin d’un grand pays musulman ? Pour faire quoi ? Se suicider ?

                                      On n’a pas osé affirmer une fois pour toute l’évidence : l’Europe a ses racines dans la chrétienté et ceci n’a rien à voir avec l’opinion que l’on peut avoir des religions.

                                      Mais il ne faut pas offusquer ces pauvres musulmans qui pourtant, eux, clament haut et fort leurs racines dans l’islam.

                                      L’Europe ne connait aucun problème avec sa douzaine de millions de musulmans, n’est-ce pas ? Il ne faut pas le dire, chut ! tabou ! honte à toi, raciste !

                                      Alors pourquoi pas en rajouter une centaine de millions et transformer Notre-Dame de Paris en mosquée comme Sainte Catherine à Istanboul ?

                                      Pardonne leur Charlemagne, ils sont devenus fous.


                                      • orsi 5 septembre 2007 23:11

                                        Selon certain, « l’arrivée brutale de 10 nouveaux pays en 2004, sans aucune vraie concertation préalable, est néfaste ». Mais qu’a-t-on fait pour les intégrer entre 1889 et 2004 ? 15 ans perdus. Bien géré, celà aurait pu être (et celà sera) une chance. L’Espagne et le Portugal aussi étaient pauvres 2O ans avant ! On discute toujours pour savoir s’il faut intégrer la Russie ou la Turquie. Pourquoi, on ne souhaite jamais intégrer la Suisse ? Ou se séparer de la Grande-Bretagne, si les anglais veulent être le 41ème Etat ?


                                        • ernst 10 septembre 2007 00:37

                                          Il me semble que tous nous avons voté NON à cet arrangement de bout de ficelles.

                                          Non pas non à l’Europe et son indispensable cohésion future. Encore eut-il fallu connaître un peu du passé de cette idée géniale pour en faire nos choux.

                                          En 1300 et quelques, ces crétins de Suisse avaient déjà eu cette idée confédérale. Pour commencer sur des bases simples : pacte de non agression. Il fallut sept cents ans pour parfaire l’idée. On peut dire qu’elle fonctionne (richesse, 4% de chômage, dette réglée etc.) Cependant cette idée d’Europe ne séduisit pas les suisses. Pas qu’ils n’iment pas l’Europe (ils en parlent couramment quatre langues ) mais que la confection du paquet cadeau leur sembla trop aléatoire.Idem des Danois, des Norvégiens. Peuples anciennement très pauvres Eux aussi dirent NON.

                                          Est-il temps aujourd’hui d’insister sur le NON donné par suffrage universel et que le seul suffrage universel( à ma connaissance de la Constitution ) pourrait démentir ?...Nous contenter de ce Traité simplifié dont nous ne savons rien mais qui rend caduc notre avis ?...

                                          Mais la quantité d’écrivains de cette tribune, viscéralement accrochés à leurs anciennes écoles de pensées politique me fait penser que chacun tirera la couverture à soi et ne fera qu’envenimer une situation vingt-sept fois trop confuse.

                                          Ou c’est maintenant ou c’est jamais, mais il faudrait vous entendre Messieurs les français !...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès