• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Alain Finkielkraut et les idiots

Alain Finkielkraut et les idiots

La publication par Alain Finkielkraut d’une tribune dans Le Monde à propos du livre de François Bégaudeau et du film qu’en a tiré Laurent Contet me permet de dire tout le bien que je pense d’un des philosophes les plus brillants de notre temps et de m’interroger sur la haine qu’il inspire à ses détracteurs.

Tout le monde déteste Alain Finkielkraut. La tribune qu’il vient de faire paraître dans Le Monde, suivie de ses propos sur les plateaux TV, si elle m’a réjoui, ne plaira pas à tout le monde, c’est certain. Autre raison de s’en réjouir ! Rien que cela me semble être un argument suffisant pour le défendre.

Bien sûr j’exagère : tout le monde ne déteste pas Finkielkraut. Plus nombreux sont ceux, et c’est heureux, qui apprécient ou simplement respectent ses prises de positions (comme Philippe Bilger), voire aiment débattre avec lui (tel Edgar Morin). Chaque semaine, depuis de nombreuses années, son émission Répliques sur France Culture et l’une des plus passionnantes d’un paysage audiovisuel de plus en plus miné, comme la télé, par la bêtise et la vulgarité. Bref, l’autodidacte que je suis est reconnaissant à Alain Finkielkraut de lui avoir ouvert l’esprit (il n’est pas le seul, mais il compte).

Seuls les pleurnichards, les braillards, les victimisateurs, les dames patronnesses des sociétés des bonnes œuvres, d’Acrimed à Novo Press en passant bien sûr par la bible de la bien-pensance laïque et obligatoire, Le Monde diplomatique, c’est-à-dire les phares de la pensée occidentale (exit Simon Leys, George Steiner, François Fejto…), le détestent. Dans cette école de la détestation, les freluquets ne sont pas en reste : à Sciences-Po, à la Sorbonne. Quand Finkielkraut explique que le mouvement lycéen est un mouvement gâteux, ce qui me fait rire ce n’est pas son propos, mais les réactions indignées. On n’a jamais vu tel déchaînement. J’adore cette époque qui banalise ses indignations. Il y a aujourd’hui des familles roumaines qui vivent dans une misère crasse au bord de Paris…

Certains qualifient même Alain Finkielkraut de suppôt de la droite populiste. Vous verrez que bientôt on l’accusera d’égorger des petits-enfants. Ne riez pas et craignez ce temps-là où les accusations les plus folles, les pensées les plus délirantes qui couvent aujourd’hui sous la cendre, resurgiront. J’admire le philosophe de résister avec un tel aplomb face à la malveillante adversité de ses détracteurs sûrs de leur bon droit.

Leurs attaques injustifiées, car ad hominem et donc déloyales, ne m’inspirent que du dégoût. Heureusement Finkielkraut peut se défendre lui-même. Et puis si j’apprécie Alain Finkielkraut ce n’est pas parce qu’on l’attaque, ce n’est même pas pour ses opinions avec lesquelles je ne suis pas forcément, et de loin, d’accord, mais parce que j’ai toujours préféré la raison à l’irrationnel, j’ai toujours préféré une pensée clairement exprimée aux embrouilles idéologiques. Je préfère son courage solitaire aux imprécations des imposteurs. Je préfère aussi le paradoxe vivifiant, tonique, déstabilisant, à l’idéologie.

On lui reproche de s’en être pris successivement à Mai-68, à Debord, à la modernité. Et alors ? On lui reproche ses prises de positions lors des émeutes de 2005. Curieux comme les gardes rouges de la démocratie se déchaînent après lui. Sauf quand il s’attaque à Nicolas Sarkozy ou quand il lui demande d’arrêter avec le jogging. Là, c’est bien, c’est dans la ligne. Quand il s’en prend à l’équipe de France « black, black, black » là, on comprend que ça émeuve. Mais quoi qu’il dise, les donneurs de leçon ne peuvent être d’accord. Ils ignorent ce qu’est un esprit libre.

En réalité, on lui reproche d’être ce qu’il est, ce qui l’a façonné. On lui reproche son histoire, on lui reproche sa culture. On lui reproche non pas de camper sur ses positions, ça serait trop simple, mais d’habiter carrément sa pensée. Celle-ci découle d’une réflexion et d’une histoire.
Quand, dans Le Monde (29 mars 2007), il dit « Les juifs de France n’ont d’avenir que si la France reste une nation ; il n’y a pas d’avenir possible pour les juifs dans une société multiculturelle, parce que le pouvoir des groupes antijuifs risque d’être plus important », il a raison. Et plus le temps passe plus on constate avec effarement combien ce constat s’affine, se précise chaque jour davantage. Je ne pourrais pas vivre dans un pays où il n’y a plus de Juifs. En revanche, je pourrais très bien vivre dans un pays sans fascistes, sans alters, sans paranoïaques de toutes sortes.

Un jour, j’ai été de gauche. J’ai failli ensuite être de droite. Je suis maintenant libre de toute attache. Et je regarde de très haut tous ceux qui revendiquent le fait d’avoir des idées. Et qui en sont si fiers.

N’importe qui peut avoir une idée. C’est très vulgaire les idées. Rien ne vaudra jamais un vers de Michaux, de Char ou de Prévert, trois notes de Monk… Pour ça, il faut être un génie. Mais Finkielkraut, me direz-vous, ne manie que les idées, les concepts.
Certes, mais comme je préfère Rimbaud à Maurice Carême, je préfère un philosophe talentueux avec qui, pourquoi pas, je ne suis pas d’accord à un vulgaire ratiocineur, haut-parleur d’une doxa sans couleur, sans saveur. Vide.

J’espère que mon papier déplaira au plus grand nombre.

Crédit photo : Croatia


Moyenne des avis sur cet article :  2.75/5   (165 votes)




Réagissez à l'article

165 réactions à cet article    


  • Philippe D Philippe D 4 juin 2008 13:03

    @ l’auteur

    "J’espère que mon papier déplaira au plus grand nombre."

    J’espère que vous aurez raison, car ici (sur Avox), avoir un "Esprit Libre" sous-entend immédiatement une forme de pensée bien formatée, sans surprise, évidemment anti-Finkiel ...


    • Jason Jason 4 juin 2008 13:16

      Bravo Homme Libre. Et continuez ainsi. Puissiez-vous faire des émules, notre époque en a bien besoin.


      • WOMBAT 4 juin 2008 13:46

        Mouais, le jour où Finkiel se débarassera de son obsession viscérale comme quoi il n’existe de souffrance et d’intelligence qu’au sein d’une judaïcité victimisée, revancharde et recroquevillée sur elle-même, on l’écoutera d’une oreille certainement plus attentive. Pour l’instant on est contraints à l’usage (pénible) d’un tamis, lequel permettrait de séparer les scories (surabondantes) de la matière à proprement parler audible, voire digeste. Quant à Thélonious Monk ce n’est que pur diamant et le citer dans le débat c’est procurer beaucoup d’honneur injustifié au Finkiel dont il est question.


        • sisyphe sisyphe 4 juin 2008 14:16

          Voilà. Entièrement d’accord avec ça. C’est, mieux développé, ce que j’ai voulu dire plus haut.


        • Deneb Deneb 4 juin 2008 16:31

          Wombat, votre commentaire m’enlève les mots de la bouche. Magistral !


        • Zenobia Zenobia 5 juin 2008 11:36

          Merci Wombat de répondre aussi clairement pour bon nombre d’entre nous


        • hans lefebvre hans lefebvre 8 juin 2008 20:56

          Absolument, et je permets de rajouter que la France compte dans ses rangs nombre d’intellectuels brillantissimes, qui ne se pavanent point de média en média, qui produisent moultes travaux superbes, et qui ne se plaignent pas d’être devenus de superbes têtes de turc. On en a marre de ces apocryphes apôtres de la déclinologie dont, en fait, il ne sont que le nombril evanescent ! À la retraite Finkiel....


        • Tintin Tintin 4 juin 2008 14:02

          Merci, enfin je veux dire, désolé de vous déplaire, votre article m’a bcp plu. Je suis souvent en desaccord avec Finkielkraut, mais je trouve son discours maintes fois plus intéressant que cette soupe quotidienne de condescendance et de bien-pensance catho-caviardisante-et-réfoulée-du-bulbe.


          • jak2pad 4 juin 2008 14:29

            enfin un peu d’air pur dans la tête !

            là je suis content de lire agoravox et je l’embrass, et l’embrass encore !


            • wesson wesson 4 juin 2008 14:32

              Merci merci cher auteur,

              merci pour défendre le point de vue de cet homme méconnu et injustement décrié qu’est Alain Finkelkraut

              Merci de le défendre sur Agoravox tant on lui restreint la parole à ce pauvre homme. C’est vrai qu’il ne fait qu’une émission par semaine sur France Culture qu’il produit lui-même ("répliques", en fait un gros monologue de la pensée du génie pendant 1 heure), qu’il a tribune ouverte dans plusieurs journaux (le monde, l’express, ...), participe régulièrement à des émissions de bavardage cuculturel à la télé et qu’il publie entre 2 et 3 livres par an.

              Voila effectivement une personne tenu dans un silence médiatique, face au méchant monde diplomatique par exemple, dont je ne me rappelle plus quand j’ai vu un de ses collaborateur dans une émission quelquonque.

              Défendons celui qui trouve que "l’équipe de France est aujourd’hui black-black-black, ce qui provoque des ricanements dans toute l’Europe.", qui pense des émeutes de 2005 "il est clair que cette révolte a un caractère ethnique et religieux" et que ce n’est pas la provoc d’un certain ministre de l’intérieur, que "Le problème est que la plupart de ces jeunes sont des Noirs ou des Arabes avec une identité musulmane". Je n’invente rien, ces propos ont été tenus en 2005 dans le quotidien israélien Al Haaretz, qui s’est d’ailleurs étonné que ce soit pas Le Pen qui les ai tenu.

              Alors oui, défendons le pôvre Finkelkraut contre les hordes rouges. Le grand homme n’est pas un raciste de base, il n’a pas renié ses convictions de gauche, il a raison de soutenir la politique de notre adorable président Sarkozy, et il ne pantoufle pas dans des émissions nullissimes ou son réseau l’as placé et ou il ne peut heureusement pas faire trop de dégats, le pauvre le pauvre, soyez-en remercié !!!. 

              Cher auteur ; et si vous n’avez pas compris ce second degré je vais résumer. Votre article est insignifiant, comme peut l’être la défense sur ce site d’une personne faisant partie du happy few médiatique par le petit personnel.

              Peut-être à force de compromission et de léche, vous arriverez à un poste similaire.


              • Nobody knows me Nobody knows me 4 juin 2008 15:42

                Ah mais attention, il a quand même ouvert sa gueule devant le président, il a dit : "Halte au jogging"...


              • Nobody knows me Nobody knows me 4 juin 2008 15:44

                Mon papier a atteint son objectif : vous déplaire.

                Eh ben, ça c’est de l’ambition ! Autant écrire une ligne "Allez tous vous faire foutre" dans votre article et le tour est joué, vous déplairez à coup sûr !!


              • bobbygre bobbygre 4 juin 2008 15:59

                C’etait juste pour te faire remarquer que poser Finkelkraut comme une victime ou un oublié de la société médiatique d’aujourd’hui est au mieux, une vaste foutaise, et au pire, de la manipulation.


              • Dalziel 4 juin 2008 16:04

                Défendons celui qui trouve que "l’équipe de France est aujourd’hui black-black-black, ce qui provoque des ricanements dans toute l’Europe.",

                Je ne comprends pas très bien pourquoi on lui reproche d’avoir dit cela... Je parle très couramment l’italien, et j’ai vécu le mondial 2006 en Italie, et bien c’est peu de dire qu’à chaque match, la France s’en prenait plein la gueule du fait de la composition raciale de son équipe !

                C’était bien autre chose que les ricanements polis des gens bien élevés que Finkielkraut côtoie généralement. C’étaient les huées, les lazzis et les grognements simiesques de vrais Italiens de l’Italie profonde qui ne se laissent pas berlurer par les poisseuses théories progressistes à la mode.

                Voilà la vérité ! Donc Finkilekraut est encore largement en retrait.


              • bobbygre bobbygre 4 juin 2008 16:06

                Si tu veux dire, que Finkelkraut n’a fait que dire "tout bas"(entendre "version light") ce que les racistes disent ouvertement "tout haut" (plus crûment), tu as tout à fait raison...

                Mais, personnellement, ça m’inspire pas le respect pour c’t homme.


              • Nobody knows me Nobody knows me 4 juin 2008 16:10

                Donc Finkilekraut est encore largement en retrait.

                Ca, qui vous connaît un petit peu comprendra forcément votre point de vue. Et ce n’est pas une surprise que de vous savoir fréquenter ces "groupes de réflexion" de la lazzio, mouvement intellectuel reconnu pour ses cris de singes.

                On touche le fond et on creuse...


              • Deneb Deneb 4 juin 2008 16:37

                Dalziel, mais qu’est qu’on s’en foot !


              • ASINUS 4 juin 2008 16:38

                @ smith :prenom wesson surement

                 

                bravo pan en plein dans le mille


              • Deneb Deneb 4 juin 2008 16:44

                Finkelkraut, c’est le Tarik Ramadan sioniste.


              • millesime 4 juin 2008 18:41

                dommage vous n’avez pas l’humour qu’il faudrait pour une réponse "lisible" au 1er degré


              • Zenon Zenon 5 juin 2008 11:18

                Vous m’ôtez les mots de la bouche (ou du clavier)


              • gaiaol 4 juin 2008 14:37

                oui restons simples, cachons ce coté que nous ne saurons voir sans critique et admirons seulement et béatement le coté flamboyant des mots et la délicatesse du style... du nouvel intellectuel néocon et totalitaire français. car le plus important aujourd’hui, c’est le verbalisme, la force avec laquelle on dit les choses, la facilité qu’on a à les dire, les tribunes ouvertes partout qui mâchent les leitmotiv, la réplique à point, le phrasé, l’esthétique, l’élégance de l’expression. les idées, leur générosité, leur conception, leur profondeur, leur hauteur, leur sagesse, mais quelle idée ma bonne dame, tout-le-monde-s’en-fout...


                • Christophe Christophe 4 juin 2008 16:53

                  @Gaiaol,

                  car le plus important aujourd’hui, c’est le verbalisme, la force avec laquelle on dit les choses, la facilité qu’on a à les dire, les tribunes ouvertes partout qui mâchent les leitmotiv, la réplique à point, le phrasé, l’esthétique, l’élégance de l’expression.

                  Il y a comme du B. Latour dans votre approche ; tous se résumant à la force de conviction sur la forme. Le verbiage est à la mode, mais philosopher ne consiste pas à enfiler des mots comme on enfile des perles.

                  les idées, leur générosité, leur conception, leur profondeur, leur hauteur, leur sagesse, mais quelle idée ma bonne dame, tout-le-monde-s’en-fout...

                  Dès lors que nous attaquons le fond, en effet, le pseudo philosophe tend vers un vide sidéral. Il a sans doute quelques propos qui peuvent avoir un sens, mais si peu et d’une profondeur si ténue, qu’il est incompréhensible qu’il porte le titre de philosophe tant il tient des propos qui manquent cruellement de rigueur conceptuelle.

                  @L’auteur,

                  Votre article serait, à mon sens, plus intéressant si vous pouviez extraire, si cela est possible s’entend, des positions de fond pertinentes de la part de AF. Les quelques interventions auxquelles vous vous référez sont strictement sans fondement, juste des jugements de valeur sans argumentaire solide.


                • Zanini 4 juin 2008 14:59

                  "Seuls les pleurnichards, les braillards, les victimisateurs, les dames patronnesses des sociétés des bonnes œuvres, d’Acrimed à Novo press en passant bien sûr par la bible de la bien-pensance laïque et obligatoire, le Monde diplomatique, c’est-à-dire les phares de la pensée occidentale (exit Simon Leys, George Steiner, François Fejto…), le détestent"

                  "Leurs attaques injustifiées, car ad hominem et donc déloyales, ne m’inspirent que du dégoût."

                  L’auteur voit la paille dans l’oeil du voisin mais pas la poutre dans le sien.Un peu comme la pensée et "l’oeuvre" de Finkeilkraut.

                   


                  • bobbygre bobbygre 4 juin 2008 16:04

                    Bah, le commentaire où il y avait le plus d’arguments sur lequel vous auriez pu débattre, vous y avez répondu en disant que vous aviez atteint votre seul but : [nous] déplaire. Et de pimenter le tout par des attaques non argumentées et surtout pas sur le point soulevé par le commentateur (le fait que Finkelkraut ait tribune ouverte sur tous les médias)

                    Visiblement, vous ne voulez surtout pas que le débat se fasse sur le terrain des arguments... Et on le comprend, car si on oppose votre discours à la réalité des faits, il perd beaucoup de sa pertinence...


                  • jondegre jondegre 4 juin 2008 16:50

                    je confirme a 100 % les dires de bobbygre.


                  • Mr Mimose Mr Mimose 4 juin 2008 15:01

                    Dire que ce mec se prend pour un grand penseur de notre temps ! Il me herisse le poil, je ne peux le supporter, bien fait pour lui de s’etre fait mouché à science po !


                    • Nobody knows me Nobody knows me 4 juin 2008 15:29

                      Ma pensée pour FinkielKraut se résume à ce qu’on trouve sur acrimed à son sujet, là bas si j’y suis et Le Monde Diplomatique (trois medias me semble-t-il assez marginaux pour ne pas être considérés comme bien pensants). Une simple recherche dans l’outil prévu à cet effet permet de consulter qqs articles à son sujet.

                      Les accusations d’antisémitisme de ce fil sont :

                      • soit à prendre au second degré
                      • soit le schéma de réflexion typique Finkielkraut/Redeker et compagnie

                      Avec moi ou contre moi (plus précisément "Avec moi ou antisémite")... Très pragmatique pour un philosophe-penseur non ?

                      Une star du showbiz qui a sa tribune sur France Inter dans SON émission et s’octroie un temps de parole que tous les politiques lui envient...



                      • Nobody knows me Nobody knows me 4 juin 2008 15:36

                        Les juifs de France n’ont d’avenir que si la France reste une nation ; il n’y a pas d’avenir possible pour les juifs dans une société multiculturelle, parce que le pouvoir des groupes antijuifs risque d’être plus important

                        Rien ne vaut un bon lobby unique omnipotent hein ? Alors on accepte un lobby juif uniquement ?

                        Pas très fair-play tout ça...


                      • Nobody knows me Nobody knows me 4 juin 2008 15:51

                        Pas trop saisi votre commentaire. Il faudrait que nous ayons par exemple en France 60 millions d’avis différents sur les retraites ? 60 millions d’avis différents sur le service public ?

                        Parce que chercher la marginalisation n’est pas forcément très "constructif". Et franchement, je ne trouve pas Finkielkraut si marginal que cela...


                      • sisyphe sisyphe 4 juin 2008 15:53

                        Finkielcrotte un marginal ??

                        • Marginal de salon, oui !

                      • rocla (haddock) rocla (haddock) 4 juin 2008 15:56

                        t’ es bien un sisyphle d’ opérette toi ...


                      • Nobody knows me Nobody knows me 4 juin 2008 15:56

                        J’adore cette époque qui banalise ses indignations.

                        Demandons à ce cher monsieur ce qu’il pense de la fameuse annulation de mariage de Lille... Il n’a pas encore fait de tribune dans Le Monde par hasard, manière de confirmer la légitimité de son désir d’une société uniculturelle  ?


                      • Weinstein 4 juin 2008 16:11
                        Sisyphe et ces oeuvres, on en redemande.

                         

                         

                         

                         

                         


                        Mais dis moi, espèce de débile profond, Pétard, je me répète, mais c’est pas humain d’être aussi con : FERME TA GUEULE  !!!
                        A X
                        Décidément.... ta guueule !!!!! ...
                        A X
                        A tous les facistes :Ach ! La noztalchie du Fuhrer !Tous les bulgroz, les drzzz, les lyon, tombent le masque, et nous dévoilent leur vraie gueule de petits salopards racistes, collabos avec le pouvoir en place, veules et bavants...
                        A Lerma : Mais qu’est-ce que tu peux être con, mon pauvre lerma : c’est pas possible, là : tu le fais exprès ? Oui, pauvre tache ...
                        A Dalziel :chacune de tes interventions est frappée du seau de la bétise la plus crasse : continue à te caricaturer comme ça :
                        A hgo04 :Et toi, tu mériterais d’être dénoncé pour accusation calomnieuse sans preuve, patate !Si t’as que des conneries comme ça à avancer, dispense toi d’écrire : ça fera de l’air à tout le monde : merci !
                        A Polo : T’as raison : des mecs comme toi, c’est dangereux de les autoriser à se regrouper en famille d’esprit
                        A Dalziel :Et toi Dalziel, tu leur préfères quoi ?... le droit-de-la-connerisme ?
                        A Dalziel :On ne sait pas de quelle "souche" tu es dalziel, mais ce que tu prouves, à chaque instant, c’est que tu en tiens une fameuse.... couche ! Et puis, les souches, ça ne sert à rien : ça s’arrache, et ça se fait bruler ! Au feu, les "de souche" !
                        A lui même : Jusqu’à preuve du contraire, le procureur devrait fermer sa gueule, en attendant une enquête et un jugement.
                        A personne en particulier mais à tout le monde à propos d’un article sur Mai 68 :Qu’est-ce qu’on peut lire comme conneries !
                        Sur un Article de Morice : Ah ! Un nouveau coup de pied dans la trollinière, et les voilà lachés, remontés comme des coucous. Les bulgroz, les hihan, les weinstein, les calmos, bruxman, etc.... ceux qui n’ont jamais rien à dire sur les sujets, mais de l’insulte et du rejet plein les doigts, la bouche, la gueule...Faut bien qu’ça sorte ; alors, ça se défoule : allez, les trolls, profitez : vous devez être tellement frustrés dans votre vie Mais gaffe à l’analyse et à la réflexion : vous savez que face à elles, vous risquez de disparaitre (c’est ce qui se passe, d’ailleurs, à voir tous vos posts foireux repliés ; et ça, je dois dire que c’est un vrai plaisir)
                        A Seb59 (intrégralité du post) :"C’est bon de sucer Bush ? "
                        A Bulgroz :Ne te gène surtout pas : gave toi ; tu débarrasseras le plancher un peu plus vite, et ça fera du bien à tout le monde...
                        A son ami Morice pour venir à son secours :On ne vous demande pas d’écrire un article, parce que ça, vous n’en êtes pas capables, mais au moins de nous épargner vos petits cacas nerveux : merci d’avance.
                        A Dalziel :si tu avais le 10ème du 1/4 de son intelligence, tu ne nous gartifierais pas de posts plus stupides et abjects les uns que les autres. Retourne à l’école.
                        A Lyon :Espèce de vieille patate, si tu savais lire, tu aurais vu que le texte cité n’est pas de moi.Ah ; c’est pas beau de vieillir... ? Fais gaffe, lyon : on va retrouver tes coordonnées, et lancer une fatwa contre toi

                         

                         

                         

                        A X

                        ET aussi gros con antisémite.

                         


                      • rocla (haddock) rocla (haddock) 4 juin 2008 15:53

                        article qui nous change de

                         

                        c ’est c’est c ’est l’ hymen ,

                         

                        moi aussi j’ aime la choucroute ....


                        • Onegus onegus 4 juin 2008 15:55

                          Article ridicule, autant que le discours de ce pseudo-penseur médiatique, déconnecté du monde, enfermé dans son auto-suffisance intellectuelle, obsédé par les théories paranoïaques du conflit des civilisations, plus pathétique de jour en jour dans un monde qu’il comprend de moins en moins. Finkielkraut, c’est avant tout le spectacle attristant d’un naufrage de la pensée, que seuls quelques idiots peuvent encore apprécier.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès