• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Alain Soral et la raison émotionnelle

Alain Soral et la raison émotionnelle

Il s'agit pour le soralisme de faire passer le message anti-victimoféministe, bizarrement au travers de l'antisionisme et de l'islamophilie, au sens où l'islamisme serait victimisé. Ce dernier point (la victimisation soralienne de l'islamisme) est contradictoire avec la critique du victimoféminisme par le même homme, jouant bonnes victimes (victimo-islamisme) contre mauvaises victimes (victimoféminisme).


Source internautique

 

Monsieur Soral

Quand on égrène sa fiche Wikipédia et divers témoignages par le Net, on se rend compte que le véritable problème d'Alain Soral, c'est avant tout la censure et l'effet-Streisand qui font du monde sociomédiatique une caisse de raisonnances parfaites, pour une idéologie à moitié convenue (l'anti-islamophobie) et à moitié vilaine garçonne (l'antisionisme, dont il faut reconnaître toutefois la possibilité, en tant qu'existe l'atlantisme et sa culpabilité post-Shoah pro-israélienne, supposément sous l'influence de l'ethnie des Juifs caucasiens nommés les Khazars ; c'est-à-dire qu'un judaïsme orthodoxe admet la Diaspora sans rechigner, puisque c'est un décret yahvique : il n'est pas pro-israélien !)

A noter alors qu'Alain Soral s'est toujours défendu d'accuser le commun des croyants, uniquement la victimologie organisée de certains groupes d'obédience juive : dans un style impulsif éveillé, qui ne se passe pas de vulgarité, il est vrai, pour quoi il me semble que ses obsessions ont surtout suscité une ire picrocholine d'hygiène de CSPs supérieures et sociomédiatiques. Si à cela, on ajoute qu'Alain Soral est néo-marxiste, républicaniste, sophiste, on a tout compris.

Donc, répétons avant tout que le soralisme ne doit son existence qu'à la censure (les restrictions communautaristes à la liberté d'expression, notamment anti-antisémites, comme si le sémitisme était une catégorie d'antiracisme à part, d'ailleurs ! de quoi faire gamberger les soraliens, encore !) ainsi qu'un effet-Streisand (plus on cherche à faire de la contre-publicité à quelque chose, plus on lui fait de publicité).

 

Les Khazars ?

Concernant la controverse sur les Khazars, remarquons que la génétique pourrait confirmer l'héritage, juifs d'adoption, prétendue 13ème tribue d'Israël. Un héritage que des chercheurs ressortants du judaïsme sont les premiers à valider, ce qui n'a pas empêché un dernier polémiste de revenir sur l'Histoire pourtant affirmée scientifiquement par ses prédécesseurs historiens et généticiens.

Quant à savoir jusqu'où il y a discussion, c'est quelque chose qui a lieu de tout, partout dans les milieux scientifiques. En dehors des éléments éprouvés, les discussions sont denses, et c'est bien cela que la science : l'esprit de recherche méthodique. A partir de quoi effectivement, il semble permis de s'étonner qu'un dernier polémiste ait eu besoin de se donner le dernier mot dans l'espace public, contre la filiation khazare. Cela signifie qu'il existe bien un certain néosionisme (et non pas sionisme, pour être précis, puisque le sionisme a obtenu ce qu'il voulait avec la reconnaissance de l’État d'Israël en 1947).

De plus, quand on observe l'Histoire, on remarque que la fin de l'Empire Khazar correspond à l'avènement des Yiddishs en Europe, les Ashkénazim (originaires d'Allemagne), dont singulièrement une frange régnant en Israël, se considère un peu comme "la race aryenne" du judaïsme, devant les Séfarades et les Mizrahim, et ce n'est pas dit pour la provoc : originaires d'Allemagne, pour l'époque ... hélas.

 

Une guerre de religions sur la base d'une guerre antireligieuse, nationalisme prohibé contre nationalisme autorisé

Donc avant tout, ce qui est magnifié par un certain néosionisme contemporain, porté pour X raisons bonnes et mauvaises (géopolitiques avant tout) par l'atlantisme, c'est une guerre de religions, sur la base d'une guerre antireligieuse (la Shoah). Et, pour cela, il faut inventer que tous les juifs sont originaires de Palestine, ce qui n'est pas vrai, d'autant plus qu'aucun texte biblique ne laisse entendre que le dieu revenait sur la Diaspora.

Remarquons alors à quel point tout cela est de nationalisme post-colonial. Nous autres, notamment Européens, sommes un îlot d'humanitarisme sur Terre, à récuser - du moins socio-médiatiquement - toute forme de nationalisme. Et pourtant, toute l'Histoire depuis la deuxième moitié du XXème siècle, témoigne de notre effort à soutenir des nationalismes anti-européens dans le monde, ce qui s'appelle l'indépendantisme post-colonial. Qui, chacun, se sont fait sur la base de nationalismes, sinon de patriotismes, et pour tout dire de populismes locaux.

Nous ne sommes pas cohérents, et les raisons qui nous poussent à soutenir Israël sont donc belles et bien géopolitiques, par-delà bien et mal. Qu'ensuite le soralisme critique cela, ce devrait en réalité être son droit de l'homme le plus strict : seulement au nom de bonnes intentions qui pavent l'enfer, il y a une censure, il y a des chiens de garde (et de nouveaux chiens de garde).

 

Un seul exemple de raison émotionnelle

Dans une émission de Clique TV présentée par Mouloud Achour, avec l'humoriste amateur de sciences Alexandre Astier, et l'astrophysicienne Fatoumata Kebe. Alexandre Astier avait prêté sa voix pour doubler le jeu vidéo Mass Effect, de guerres interstellaires. Quand Achour demande à Kebe ce qu'elle en pense, cette dernière s'indigne que c'est transposer le colonialisme dans l'espace, au prétexte que la notion de colonies humaines implantées çà et là dans l'univers (pourtant sans nationalité spécifique) ne lui plaisait pas ... mais très vite, quand il est question d'aller sur la lune et d'y planter un drapeau, Astier estime que c'est risible, or Kebe intervient en disant qu'elle serait trop fière d'y planter le drapeau de son pays d'origine, sans que personne ne soit en droit de moufter ? Donc, en somme, Kebe était la seule véritable post-coloniale de la clique. Et Achour de sourire de connivence, tandis que le représentant nolontaire de la domination éternelle, l'Européen séculaire assimilé, j'ai nommé Alexandre Astier, passait pour le con.

C'est-à-dire que la victimologie contemporaine a naturellement besoin d'un bouc-émissaire, dans sa schizothymie (on a vraiment besoin de bouc-émissaires qu'au compte d'une schizothymie). De victime, elle est devenue bourreau en victimisant sur un déni, l'Européen séculaire assimilé, qui pourtant lui a offert de prendre son indépendance (aux anciennes colonies, aux femmes). Où nous retombons sur nos pieds, rapport à ce topic :

Per moderna definitio, la charmante Fatoumata Kebe, et derrière elle Mouloud Achour (il a "le défaut" d'être homme) passent pour rationnels, devant l'Européen séculaire assimilé, qui pourtant s'avérait plus rationnel qu'eux, puisque Fatoumata Kebe se contredisait d'une minute à l'autre dans la démarche. Elle était plus nationaliste qu'Astier, c'est un fait, qu'on le lui pardonne ou non, de ce qu'elle s'émotionnait, émue, émouvante, sans compter son communautarisme voire son racisme, de connivence avec Achour.

Le problème, donc, c'est l'émotionnalisme en guise de raison. Ce que l'on pourrait philosopher sous la notion de raison émotionnelle, au même titre qu'Emmanuel Kant parla de raison pure et Peter Sloterjik de raison cynique, etc. Alain Soral lui-même est saisi par cette raison émotionnelle sans échappatoire.

 



Pierre Desproges, ou le contraire de la raison émotionnelle.
Il ne joue évidemment pas d'antisémitisme,
mais ironise en écho à la France de Vichy.

 

 

_____________________________________
 
JPEG - 1 Mo
Mister Jem - Timshel
JPEG - 1 Mo
Mister Jem - Blesse you
JPEG - 531 ko
Mister Jem - Wallah

Moyenne des avis sur cet article :  1.39/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • sylvie 29 juillet 18:12

    il ne devait pas être en prison ?


    • Marzhin Tavernier Marzhin Tavernier 29 juillet 18:19

      Il en a fait, et a payé des amendes, ne vous inquiétez pas, au compte desdites lois d’exception.


    • leypanou 29 juillet 19:39

      témoigne de notre effort à soutenir des nationalismes anti-européens dans le monde, ce qui s’appelle l’indépendantisme post-colonial 

       : François-Xaver Verschave, et pas que lui, ne verrait pas les choses ainsi mais chacun son point de vue.


      • Marzhin Tavernier Marzhin Tavernier 29 juillet 20:00

        Il y a l’officiel et il y a l’officieux. La diplomatie et l’action. De toutes façons, même officiellement/diplomatiquement, l’étranger nous est présenté sur le mode de l’exotisme, c’est-à-dire tout sauf sa vérité, sachant en outre qu’il joue de cette mascarade exotique aussi parfois, à ses propres fins, au miroir de l’Occident. Bref, tout est question nous pas de points de vue mais de clarifications des points de vue.


      • Marzhin Tavernier Marzhin Tavernier 29 juillet 20:00

        * non pas de points de vue ...


      • tinga 29 juillet 21:11

        Le « soralisme », on croit rêver, ce polémiste meilleur allié du pouvoir, est un véritable boulet pour les véritables militants anti-système.


        • Marzhin Tavernier Marzhin Tavernier 29 juillet 22:02

          Les « véritables » : on pourrait discuter longtemps là-dessus, que même les « concernés » ne s’entendraient pas entre eux.


        • Marzhin Tavernier Marzhin Tavernier 29 juillet 22:03

          Mettriez-vous en place des « critères de véritabilité », que vous instaureriez un système en parallèle.


        • Dan 30 juillet 02:09

          Seule la vidéo de Déproges est intéressante, car vraiment on ne comprend rien à votre charabia technico-technique des religions le tout enveloppé dans une sémantique qui n aide pas le décodage. Et puis que vient faire Soral dans le titre ? il fait donc autorité en la matière ? c ’est pour « vendre » ? il y a longtemps que Soral marche à côté de ses pompes il n’a plus qu’une petite boutique de souvenirs pour aficionados incompressibles (catégorie secte gourou) après les dégâts qu’il a fait autour de lui par son manque d’empathie caractérisée, on citera : Blanru, Jacob Cohen, Ploncard d’Assac, Faridha Belgoud, Louis le Belge, Etienne Chouard, Shlomo Sand, Vincent Lapierre, Chomsky, sa soeur Agnès, et bien d’autres ..tous qui de près ou de loin pouvaient se trouver en accord avec ses analyses à certains moments ; mais le mec est imbu et se prend pas pour de la merde ( la virilité ah ah, que de prétentions). Il fait encore vendre sur agoravox (site ouvert dissident) mais par curiosité. A son crédit il a une très bonne capacité d’analyse marxiste, patriotique, et des religions. Il ne se fourvoie pas pour se vendre ; en outre on lui reconnaîtra un certain talent à l’oral et son livre Comprendre l’Empire est un must.

          Mais par son égo et sa suffisance il a raté sa carrière de dissident représentatif qui pouvait canaliser les gens. Et puis son stage au FN est une faute, une tache indélébile qui détourne toujours sa clientèle musulmane française.  


          • Marzhin Tavernier Marzhin Tavernier 30 juillet 18:00

            Il faut parfois faire des associations d’idées incongrues, pour dire du vrai.


          • Bahn 30 juillet 04:38

            Article d’une nullité totale.


            • Marzhin Tavernier Marzhin Tavernier 30 juillet 17:56

              Navré que vous ne saisissiez pas l’idée de fond.


            • devphil30 devphil30 30 juillet 07:18

              Rien compris , ça part dans tous les sens

              On sent beaucoup de parti pris contre Soral le tout dans une pseudo sauce culturelle , on se demande ou se trouve le sujet principal de l’article


              • Marzhin Tavernier Marzhin Tavernier 30 juillet 17:58

                Tout est dans le titre, sachant que le deuxième terme du titre n’est pas que chez Soral sauf à considérer que l’époque alors, serait soralienne.



                • Marzhin Tavernier Marzhin Tavernier 30 juillet 17:58

                  Oui mais non. Il faut aussi savoir dépasser les clivages, quitte à étonner.


                • Serge ULESKI Serge ULESKI 1er août 09:47

                  @Marzhin Tavernier

                  Procès après procès, condamnation après condamnation, banni des médias, difficile néanmoins de se passer du courage, de l’intelligence et du talent d’Alain Soral ! Il est celui qui, aujourd’hui en France, avec l’aide de Rousseau, de Marx, de György Lukács, de Lucien Golmann, de Philippe Muray, de Michel Glouscard et de Jean-Claude Michéa , développe les analyses les plus courageuses, les plus pertinentes et les plus talentueuses sur la société française (d’aucuns écriront : « ... sur ce qui est arrivé à la France... ») de la fin de la Seconde guerre mondiale à nos jours ; et ce dans de nombreux domaines : l’économie, la politique, le social et le culturel.

                  En cela, il demeure indispensable et quasiment irremplaçable ; Internet aussi.

                  A propos de la persécution dont Alain Soral fait l’objet ( avec Dieudonné) depuis une bonne quinzaines d’années - ses « poursuivants » principaux car récurrents, se nomment le CRIF, l’UEJF et la LICRA -, nombreux sont ceux qui ne sont pas dupes. Aussi, disons les choses : le seul reproche qui est fait à cet essayiste qui ne s’en laisse pas compter, bien que l’on puisse reconnaître de sa part quelques maladresses dans la manière d’aborder certaines périodes de notre histoire de France, ce que les « officines israéliennes » pré-citées ne pardonnent pas à Alain Soral, c’est son soutien à la cause palestinienne, sa critique du Judaïsme et de son bras armé qu’est le sionisme, ainsi que le fait suivant : l’essayiste a toujours refusé de placer au centre de ses analyses et de ses récriminations, l’Arabe en général et le Musulman en particulier, contrairement à Zemmour, Charlie Hebdo, Finkielkraut et tant d’autres (voir le magazine Causeur à ce sujet), tous adeptes des thèses racistes et complotistes, notamment à propos de la théorie du « Grand remplacement » développée par Renaud Camus -, qui jouissent d’une impunité quasi-totale lorsqu’il est question de réserver à la communauté musulmane, communauté sans moyen, sans accès aux médias et de tout temps méprisée et discriminée, un sort injuste et cruel : celui du bouc-émissaire haïssable.

                  Refus qui est tout à l’honneur de cet essayiste pugnace, autodidacte dont le travail et la pertinence de ses analyses ont bel et bien rencontré son époque.

                  Quant à l’antisémitisme de l’essayiste, si l’on devait juger la qualité de ses analyses à l’aune de cet antisémitisme, doit-on alors disqualifier, interdire la vente, la lecture et brûler tous les ouvrages de nos auteurs français, des Lumières à nos jours, de Voltaire à Bernanos ( soit... du 18è siècle à la fin des années 1930), qui ont tous tenu des propos que l’on pourrait sans difficulté qualifier d’antisémites (1) ?

                  Faut-il aussi rajouter à cette liste, Schopenhauer et plus encore, Heidegger qui a formé tous nos philosophes des années 30 à nos jours, carte du parti nazi en poche et puis le protestantisme luthérien ?

                  Doit-on ne pas lire Céline ? Ne pas écouter Wagner ? Deux personnalités au rayonnement mondial, figures incontournables de l’histoire de la littérature et de la musique ?

                  Bien évidemment non car un seul critère doit guider nos choix : la pertinence, la cohérence de toute manifestation d’intelligence, de courage et de talent d’où qu’elle vienne car l’homme n’est rien, l’oeuvre est tout quand elle ne peut pas ne pas avoir été et qu’elle demeure, qu’elle persiste, et qu’elle persévère, irréductible.


                • Djam Djam 4 août 23:37

                  @ Marzhin Tavernier

                  Ne tentez pas d’argumenter vous vous emmêlez les pieds dans le tissage confus de votre analyse et surtout... remerciez Soral qui est donc un sujet qui vous permet de publier une analyse aussi claire que de l’eau de vaisselle.

                  Cela dit, lâchez-vous sur le bonhomme, lui se tamponne royalement de votre analyse niveau Bac 2019... c’est dire le niveau smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès