• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Aléas

Aléas.

Aléas ? Imprévus ? Malchance ? Bonne ou mauvaise fortune ? Fini tout ça, ça n'existe pas, on ne l'accepte plus, pourtant ….

Petit fils de viticulteur du midi j'ai toujours entendu récriminer contre "la sécada, la gelada, la padragada", traduisez la sécheresse, la gelée, la grêle. Ces phénomènes naturels susceptibles de nuire gravement aux ressources de la famille étaient considérés comme des risques inhérents aux métiers de la terre, ils faisaient partie de la vie quotidienne.

Chacun savait il y a un demi siècle que l'agriculture est à la merci de phénomènes climatiques qui risquent d'anéantir les récoltes.

Aujourd'hui il est de règle en pareil cas de voir et entendre l'agriculteur monter au créneau dans un journal télévisé pour annoncer qu'en raison du réchauffement climatique et donc de la sécheresse qui en découle, il va probablement perdre 65 pour cent de sa récolte, que c'est intolérable, et que le gouvernement doit impérativement le subventionner.

Il fut un temps ou l'on attendait d'avoir rentré et mesuré toute sa récolte pour constater que c'était une mauvaise année, et qu'on avait fait 20, 30 ou 45 pour cent de moins que l'année précédente qui pourtant n'était pas fameuse, et qu'il faudrait se serrer la ceinture en espérant que ça irait mieux l'année prochaine.

Maintenant l'état doit tout à tout le monde et il faudrait une espèce d'assurance universelle contre les mauvaises surprises. Assurance dont bien entendu nous ne paierions pas les cotisations ce qui laisserait au contribuable lambda le soin d'assurer la subsistance de l'agriculteur qui a fait "une mauvaise année" ou celle du bistrotier que l'on oblige à fermer son bar quelques semaines pour freiner la circulation d'un virus meurtrier.

Aujourd'hui j'ai entendu un agriculteur de la haute Ardèche, région austère s'il en est, dire qu'avec de nouveaux moyens matériels, notamment des filets posés au sol et une souffleuse pour éliminer les bogues et les feuilles, il récolte plus facilement ses châtaignes, il les calibre vite et sans erreur grâce à une autre machine, et que cette année ma foi, la pluviométrie et l'ensoleillement ayant été favorables, il en avait récolté beaucoup de très grosses, celles qu'il peut vendre cher aux confiseurs qui les transforment en "marrons glacés".

Quoi ? Un agriculteur qui ne se plaint pas ? Qui accepte qu'il y ait de bonnes et de mauvaises années ? Qui ne réclame rien ni au gouvernement ni à l'Europe, j'ai failli en tomber de ma chaise. Au secours il est devenu fou ! 

En ces temps de pandémie je compatis bien sûr aux difficultés des commerçants, des artisans, des cafetiers, des restaurateurs, des hôteliers, et j'en passe, empêchés d'exercer leur métier. Mais quand je les vois menacer le gouvernement de tout péter si on ne les autorise pas à travailler, qui calculent leurs pertes en se référant bien sûr à leurs meilleures années, et finalement qui exigent qu'on leur trouve une solution pour assurer le train de vie auquel ils sont habitués, je me dis que dans les années 1918 1919, du temps de la grippe espagnole, leurs parents s'ils exerçaient les mêmes métiers, étaient super contents s'ils n'avaient pas contracté le virus dangereux, remerciaient le ciel de n'être pas morts, et attendaient des jours meilleurs pour "se refaire". Il ne leur serait pas venu à l'idée de demander à l'état de "compenser leurs pertes".

Mais aujourd'hui pas de ça Lisette, l'aléa ça n'existe pas ! C'est le gouvernement qui est coupable, et même trois fois coupable : une première fois de ne pas avoir su éviter l'arrivée en France d'un virus parti de Chine et qui circule dans le monde entier, une deuxième fois de ne pas avoir empêché le virus de circuler et se multiplier en France, une troisième fois de ne pas suffisamment indemniser ceux qui ne peuvent pas travailler comme d'habitude parce que hein, c'est bien beau tout ça, mais ils ont des engagements, des loyers, des emprunts, et ils doivent les honorer !

La faute à pas de bol, zut alors, ça ne leur vient même pas à l'esprit ! Une initiative personnelle pour limiter les dégâts ? Certains l'ont fait mais pas la majorité. Piocher dans leurs réserves pour étaler le coup de vent et attendre de pouvoir repartir non plus.

Contribuables à vos poches ! Venez aider ce pauvre Philippe Etchebest qui gesticule et vitupère dans les étranges lucarnes. Avec ses deux restaurants au cœur du grand théâtre de Bordeaux est dans une situation "dramatique", et il crie bien fort que le gouvernement veut "l'achever" en l'empêchant de travailler ! Le virus ? Il s'en fout, c'est son business juteux qui l'intéresse !

Je préfère la clarté et l'honnêteté d'un Gilles Goujon, restaurateur trois étoiles à Fontjoncouse un petit village de l'Aude, qui prend acte de la situation. Après le premier confinement il pouvait rester ouvert mais a refusé de travailler avec les contraintes sanitaires imposées en exposant que ses clients viennent dans son restaurant étoilé pour prendre du plaisir sans aucune contrainte, et qu'il va rester fermé jusqu'à ce qu'il puisse à nouveau exercer correctement son métier.

Gilles Goujon subit tout autant que Philippe Etchebest les inconvénients d'une situation catastrophique pour son commerce mais il sait qu'il n'y peut rien et ne vient pas pleurer devant les caméras en vitupérant contre un gouvernement qui n'y peut rien non plus.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.18/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • ticotico ticotico 3 décembre 2020 13:21

    Jupiter aurait-il la capacité de déclencher foudre et tempête, de faire pleuvoir ou neiger... ? 

    Si on vous l’a dit, je crois qu’on vous a menti.

    En revanche, le Jupiter/macron a la capacité de mettre sur le bord de la route les restaurateurs, de par sa seule volonté.

    Donc, mettre à égalité les catastrophes naturelles et les décisions hasardeuses d’un président stagiaire me semble un raccourci un peu hâtif. A moins que macron soit classé catastrophe naturelle... ?

    Ensuite, qu’un restaurateur du fond de l’Aude aie les ressources pour attendre de meilleurs jours, pourquoi pas ? Et qu’un Etchebest avec des charges de centre ville soit au bord de la faillite, ça semble plausible aussi.

    Ayant exercé ce métier pendant pas mal de temps, je suis bien placé pour vous dire que le restaurateur est situé à un très mauvais endroit dans la chaîne de prédation économique. 


    • oncle archibald 3 décembre 2020 16:30

      @ticotico :

      Je crois qu’actuellement c’est le Président en exercice qui est situé à un très mauvais endroit dans la chaine des décisions. Il ne peut pas jouer à Yakafokon, il faut prendre des décisions sous le regard vigilant de toute l’opposition qui se délecte de le voir pris dans une nasse.

      Macron a décidé d’essayer de freiner la propagation de l’épidémie, fut-ce au prix de graves inconvénients économiques, et en proposant à ceux qui sont concernés des compensations certes toujours insuffisantes par principe, mais quand même très substantielles quand on additionne les chiffres. Il aurait pu tout laisser filer en disant que ce virus n’est guère pire qu’une grippe ordinaire comme un certain Donald Trump, mais à priori ça n’est pas la bonne solution non plus. En tout cas ça n’a pas plu aux Américains qui ont viré le canard de la Maison Blanche.

      En ce qui concerne les restaurateurs et les cafetiers, en supposant qu’il puissent travailler comme si de rien n’était, on peut supposer aussi que parmi leur clientèle nombre de consommateurs potentiels craignant de choper le virus merdique en ces lieux conviviaux ne seraient pas au rendez vous. Et on les entendrait se désoler : à moins de soixante couverts par soirée je ne peux pas amortir mes frais fixes, je vais être obligé de licencier, vite des sous sinon je coule, etc etc etc ...

      Peut être aussi le fait que les indemnisations soient établies à partir des chiffres déclarés à l’administration fiscale n’est pas pour rien dans leur détresse, le « manque à gagner » réel étant bien supérieur à celui qui sera calculé. Cafés et restaurants sont parmi les grands fraudeurs du fisc officiellement recensés. Cependant en droit Français « nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude ».

      Et puis non je ne mets pas à égalité les catastrophes naturelles et les décisions de notre Président. Ce sont les grêlons et le virus que je mets à égalité comme étant des calamités imprévisibles, que par force il nous faut bien subir lorsqu’elles nous tombent dessus et je trouve malvenu de ne pas reconnaitre à leur juste valeur les « amortisseurs de choc » que constituent les aides prévues par le gouvernement, que le citoyen lambda devra financer au nom de la Fraternité Républicaine.


    • ticotico ticotico 3 décembre 2020 17:44

      @oncle archibald

      C’est donc vous le dernier croyant ?

      Votre foi vous empêche peut-être de prendre un peu de recul... ? 

      A aucun moment, je n’ai senti chez votre idole de réelle intention d’éradiquer le virus. Au contraire, celle d’infliger des dommages irrémédiables à une partie assez vaste de l’économie est facile à constater.

      Les dommages collatéraux des confinements vont certainement être bien plus graves que ceux qu’auraient entraînés des actions mieux ciblées.

      Je pars bientôt pour un pays qui n’a qu’une fraction des moyens économiques et matériels de la France. Comme je viens d’un pays (la France) qui a une mauvaise réputation virale, je sais que je vais devoir subir un test à l’arrivée, suivi de 5 jours de confinement, d’un nouveau test à domicile... et d’une libération 3 jours plus tard si je suis apte.

      Là, on sent une recherche d’un vrai résultat sanitaire. De son côté, le petit manu veut rendre irréversible une évolution de la France qui rendra impossible le rétablissement d’un niveau satisfaisant de retraite, de sécurité sociale, de revenus...
      En aidant au passage les gafam et l’industrie de la maladie à consolider leurs positions.

      Grâce aux actions de « sauvetage » du gouvernement, la France est en train de devenir un pays triste, gris et sans avenir. Le désastre en cours va bien au delà d’une répartition financière de la solidarité, décimer certaines catégories économiques aura des conséquences dramatiques pour l’ensemble du pays.


    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 3 décembre 2020 13:21

      .. jacta est !? ^^


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 3 décembre 2020 14:50

        C’est en effet une contradiction majeure chez ceux qui justifient l’accumulation de profits et le creusement des inégalités par la « prise de risques », alors qu’ils ont recours à toutes sortes de techniques pour faire payer leurs déconvenues par les autres.


        • eddofr eddofr 4 décembre 2020 16:23

          @Séraphin Lampion

          Il me souvient d’une définition « amusante » du capitalisme à la Française : « privatisation des bénéfices et mutualisation des pertes »


        • marmor 3 décembre 2020 15:30

          Mr archibald qui défend bec et ongles Macron et son équipe devrait, avant de leur trouver toutes les excuses, faire le point sur les capacités intellectuelles de ces gouvernants, leur puissance d’analyse, leur réactivité, leur probité, leur éthique, leur responsabilité à oeuvrer pour la masse et non pour eux, comme prévu dans leur mandat.Mais hélas, l’amour rend aveugle, et Archibald qui semble être arrêté dans les années vingt ne peut pas constater la déconfiture des prédateurs qui nous gouvernent.


          • pemile pemile 3 décembre 2020 15:44

            Le billet mal embouché de Guillaume Meurice sur les aléas qui touchent les restaurateurs

            https://twitter.com/GMeurice/status/1334091287339921408


            • ㄈϤ尺Цら(« ochlocrate ») Van Hell Sing(V.H.S) 3 décembre 2020 15:53

              @pemile

              Encore une intervention pas vraiment indispensable et sans rapport avec l’ article ...


            • pemile pemile 3 décembre 2020 16:30

              @Van Hell Sing(V.H.S) « et sans rapport avec l’ article ... »

              Tu le fais exprès ou tu as des problèmes de compréhension ?


            • arthes arthes 3 décembre 2020 18:29

              @pemile
              Bin Meurice , c’est p’têtre un nostalgique de ceci : https://youtu.be/kEZhCB8KdWw

              Allez, samedi prochain, vont pouvoir casser du petit commerce, du moyen et du gros dans la manif autorisée, les black box mêlés aux moutons (et pas de risques de cluster, bien entendue...O covid qui suspend son vol)


            • ㄈϤ尺Цら(« ochlocrate ») Van Hell Sing(V.H.S) 3 décembre 2020 18:53

              @arthes

              Y a beaucoup de gilet jaune mutilé , mais pas un seul black block ...
              statistiquement on devrais au moins en avoir un ou deux .


            • ㄈϤ尺Цら(« ochlocrate ») Van Hell Sing(V.H.S) 3 décembre 2020 18:54

              @arthes

              Bonjours au passage , je suis d’ une impolitesse pffff 

              bise 


            • Jeekes Jeekes 3 décembre 2020 17:54

              ’’Maintenant l’état doit tout à tout le monde’’

               

              Oh ben sûrement pas.

               

              ’’L’état’’ doit tout aux rapaces, aux ordures, aux copains, certes.

              Pour les autres que dalle.

               

              Mais ça échappe à archibald, englué qu’il est dans sa sacro-sainte admiration pour ces ordures qui prétendent nous gouverner et qui ne se soucient que de s’en mettre plein les fouilles en faisant ruisseler un pognon de dingue vers leurs sponsors habituels.

               

              Un truc qui force l’admiration béate d’archibald.

              Ce rêveur qui pense faire partie de la grande famille des crevures.

               

              Alors qu’il n’est (au mieux), qu’un tout petit ’’soldat’’ de cette mafia.

              Quasiment un benêt bénévole, c’est dire s’il est naze...

              Au pire, j’dirais pas. Ma mère m’a enseigné que c’était pas bien de foutre le pif des larbins dans leur fiente !

               

               


              • oncle archibald 3 décembre 2020 18:37

                @Jeekes : "

                ’L’état’’ doit tout aux rapaces, aux ordures, aux copains, certes.

                Pour les autres que dalle."

                Que dalle ? En France depuis longtemps, mais également sous la présidence de Macron, la redistribution d’une partie des revenus des plus riches et des fruits du travail est une des plus importantes du Monde. Les bénéficiaires de cette redistribution sont bien évidemment les familles les plus modestes.

                Le Trésor estime que les 10 % les plus pauvres atteignent 10 700 € de revenus grâce à la redistribution contre 6 900 € si elle n’existait pas.

                Cette partie de la population perçoit donc la majorité des prestations, et c’est justice.

                Il ne suffit pas d’affirmer un mensonge pour en faire une vérité. Maintenant si vous pensez que cette redistribution est encore insuffisante et qu’on ne peut pas vivre décemment avec 891 Euros par mois, je suis d’accord.


              • arthes arthes 3 décembre 2020 18:16

                @ L’ auteur :

                Retraité : Pas d’aléas.

                Le plaisir de voir les petites boites, petites structures de ceux qui ont pris des risques et qui bossent bien plus de 35 heures couler, parce que c’est le cas ou/et  être en difficultés, générer des chômeurs ...Chais pas, une revanche d’impuissant sans doute.... ?

                Question ; Qui a déjà créé sa propre structure ici ? Avec des employés ? 

                Et je ne parle pas de télé travail.

                Je parle d’une entité entreprise, que ce soit un commerce ou bien une tpe ou pme ?


                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 3 décembre 2020 18:27

                  @arthes

                  Houla ! A part Tremalweh ...ma pomme j’étais indépendant mais sans employés , sauf intérimaires parfois .


                • oncle archibald 3 décembre 2020 18:50

                  @arthes

                  Profession libérale, avec au plus fort de mon activité 3 employés, je crois que je sais de quoi je parle. Avec le boulanger qui avait sa boutique en face de mon bureau les 35 heures nous faisaient bien marrer. Ayant remarqué que comme lui je commençais tôt et je finissais tard il proposait que nous partions en week-end le Mercredi à midi !

                  Ni lui ni moi ne nous sommes jamais considérés à l’abri d’un aléa qui pouvait foutre notre activité en l’air en quelques mois. L’informatique aidant aux taches répétitives et pour diminuer ces risques j’ai fini ma carrière en travaillant quasiment seul.

                  C’est un choix. Beaucoup moins de chiffre d’affaires, un peu moins de bénéfice, mais aussi moins de soucis et moins de risques. Et quand vous parlez de revanche d’impuissant, « chais pas » non plus de quoi vous voulez parler.


                • ticotico ticotico 3 décembre 2020 21:32

                  @oncle archibald

                  On ne va pas faire un concours, ça m’est souvent arrivé de bosser 35 heures en 3 jours ou de passer deux mois avec un seul jour de repos. Mais je savais que ça faisait partie du tableau... et quand tu vois des résultats, tu ne te plains pas.

                  Et c’est aussi pour ça que je trouve immondes les priorités macronesques : alimenter à pleins wagons les caisses des grandes entreprises tout en massacrant des catégories où l’on rencontre davantage de gros bosseurs que de profiteurs...
                  D’un côté on subventionne ceux qui font vivre toutes sortes de parasites, consultants surpayés, lobbyistes, actionnaires... et de l’autre on réduit à néant des vies entières, tout ça pour accélérer la prise de contrôle par le fric, les normes, la standardisation et la médiocrité.

                  Vous ne voyez pas les implications ? Vous ne voyez pas l’amas de décombres que va laisser le petit sauveur de la France ?


                • eddofr eddofr 4 décembre 2020 16:59

                  @arthes

                  Moi, plusieurs fois :)

                  Mais maintenant je suis salarié privé d’un établissement public.

                  En gros sur 40 ans de « carrière » et dans le désordre, 10 ans chef d’entreprise, 7 ans militaire engagé, 5 ans indépendant (informaticien, ma formation à la base), 3 ans salarié du privé et depuis 15 ans salarié du public, et dans tout ça même pas 4 mois de chômage en tout et pour tout (en sortant de l’armée) ...

                  Je suis encore actionnaire (minoritaire) de deux ou trois petites boites (la troisième va pas tarder à mourir de sa belle mort, le gérant part à la retraite) et je loue encore deux ou trois biens immobiliers, mais c’est plus du business, juste de la gestion de patrimoine.


                • arthes arthes 4 décembre 2020 17:23

                  @oncle archibald

                  « revanche d’impuissant » je pose la question, abrupte, car j’ai assez vu et entendu (pas toujours loin s’en faut) des employés se plaindre de leurs patrons en estimant que si la boite fonctionnait c’était grâce à eux seuls et qu’ils perdaient leur temps dans leur entreprise, mais comme ils y restaient....Ils augmentaient leur frustration et rancoeur envers ceusses qui avaient « osé monter » une affaire (commerce ou autre) D’où une expression qui leur allait en guise de sentence  : Trop intelligent pour rester en place mais trop con pour faire autre chose .

                  Quant aux restaurateurs et cafetiers surtout puisqu’il s’agit d’eux, les aléas ils en ont leur compte durant l’activité de l’entreprise, aléas auxquels ils font face en toutes circonstances , (pour les boulangers, ça va , les confinements ne les ont pas trop impactés je pense , pas plus que les professions libérales non ?) .

                  Je connais la profession de la restauration, des deux cotés de la barrière, je sais de quoi je parle, je ne connais pas la profession libérale, mais je doute que vous connaissiez de l’intérieur celle de la restauration et de ses difficultés quotidienne , quant aux étoilés, ils diversifient leurs activités car justement leurs affaires ne sont déja pas rentables (le cahier des charges pour un étoilé est énorme, ne serait ce qu’en personnel ) mais ils restent les tenants du prestige de « l’Art de la table » ce qui fait partie de notre culture française , bref, en dehors de cela les restaurateurs et cafetiers, toutes classes confondues, ils ont tous fait des efforts, des aménagements , réduit leur espace d’accueil et donc leur chiffre d’affaire pour faire face au nouvel aléa covid, fait la police pour que chaque mette un masque et ne se tienne pas au bar, après le premier confinement, et boum, on en remet une couche, alors oui, il y en a qui vont tenir le coup, les « institutionnels » bien implantés , et oui, ça les emmerde et pas que eux de ne pouvoir ouvrir, permettez que l’on trouve que cela n’a pas de sens (de plus c’est un manque dans les caisses de l’état) il y en a qui vont dégraisser niveau personnel, et bien d’autres vont se casser la figure, malgré les aides, et encore, les aides, pour ceusses qui y auront droit, pas tous, ..

                  Et d’où sortez vous ce délire comme quoi les restaurateurs et commerçants sont « contre l’état providence » ? Cela veut dire quoi « Etat providence » ?
                  Un concept qui nous renvoie à du Zola ?
                  La grippe espagnole...Vous auriez eu quoi vous ? Et moi ? Rien non plus.
                  Vous devriez remonter aux époques de la peste tant que vous y êtes pour trouver des exemples référents
                  Macron qui voulait supprimer 5 euros d’alloc aux étudiants au début de son mandat et qui fait pleuvoir du pognon à présent comme à n’en plus finir...Non mais c’est sérieux ?


                • arthes arthes 4 décembre 2020 17:37

                  @Aita Pea Pea

                  Hé oui, tu étais plus peinard d’une certaine manière.
                  Mais il est un fait que , parmi ce qui plombe une petite structure, de nos jours, c’est la paperasse...Le secrétariat...C’est devenu hallucinant.


                • arthes arthes 4 décembre 2020 17:44

                  @eddofr
                  Wouaw, c’est précis et bien géré...7 ans militaire ? Et vous n’y avez pas voulu faire carrière ?


                • oncle archibald 4 décembre 2020 18:47

                  @arthes

                  Moi qui ai beaucoup pratiqué le chantier j’ai connu des employés se plaindre du salaire qui rémunérait leur travail, et qui glandaient en disant « pour ce qu’il nous paye on en fera toujours assez ». C’est les serpent qui se mord la queue et la seule vraie bonne solution d’après moi c’est la SCOP qui fait que chacun dans l’entreprise est à la fois patron et salarié.

                  J’ai connu aussi des employés se plaindre du salaire qui rémunérait leur travail alors qu’ils travaillaient à la perfection et que après 30 ans passés à genoux pour poser du carrelage avaient 1,25 smic sur leur feuille de paie. C’est honteux. Eux aussi auraient tout à gagner d’un exercice en SCOP.

                  Pour le reste je n’ai jamais employé l’expression « état providence » et je maintiens qu’il vaut mieux vivre avec le covid en 2020 et les aides qui vont avec qu’avec la grippe espagnole en 2019 et en se démerdant sans aucune aide.

                  Mon seul rapport avec les metiers de la restauration est la belle famille de mon fils ainé. Son beau père fils d’émigré espagnol de 36 était cuisinier en région parisienne. Il a épousé la serveuse. Après avoir beaucoup travaillé et beaucoup économisé ils ont pu acheter un petit restau bien à eux. Ce sont de très gros bosseurs et ils ont « bien gagné » (euphémisme). Ils ont acheté plus grand et moins boui-boui et se sont encore bien crevés. Quelques années avant la retraite il a créé un « bar à tapas » sous les halles de Perpignan qui est devenu très vite un endroit à la mode. C’était moins crevant puisque les halles ferment en début d’après midi.

                  Avec des chèques il achetait de vieux immeubles dans Perpignan. Avec les billets de banque du black il les faisait restaurer. Il a plein de locataires plus au moins au black également mais les immeubles ça se voit de loin ! Il s’est fait coincer par le fisc pas seulement sur les revenus mais sur le capital. Il a été imposable à l’ISF ! Il brame comme un cochon qu’on égorge du montant de impôts qu’il a du payer et du montant minable de sa retraite. Il est vrai qu’il a bossé dur mais il n’a déclaré que des revenus minables et donc .... Je ne pense pas qu’il soit le seul restaurateur ou bistrotier dans ce cas.

                  Je ne pense pas non plus que les mesures gouvernementales l’auraient fait se casser la figure. Comme d’habitude ce sont les quelques uns qui marchent droit qui vont vraiment morfler.


                • arthes arthes 5 décembre 2020 16:11

                  @oncle archibald
                  Lol
                  J’en pense ce que j’en pense (mauvaise gestion de la crise pandémique) , vous en pensez ce que vous en pensez(ils font ce qu’ils peuvent), ...Cela dit :

                  Beaucoup ont mangé leur pain blanc, pas seulement en restauration, en agriculture aussi, ainsi va le monde, ainsi va la vie et puis, nous assistons à un grand changement .

                  Sinon, ok, dsl, ce n’était pas de vous le coup de « l’état providence » , j’ai du le lire ailleurs et peut être sur votre tipoc, dans les interventions (où il était repproché aux commerçants et restaurateurs d’avoir voté Fillon et ensuite Macron pour faire cesser l’état providence, et que du coup, c’était bien fait pour leur g. de se retrouver da,ns la merde, un lien fournit par cette petite peste de Pemile je crois, et qu’importe, bref, vis à vis de vous, je me suis trompée sur ce coup ).
                  Edifiant l’exemple de votre fils et belle famille, son beau père, m’enfin, actuellement je pense qu’il est de nos jours plus compliqué de « démarrer de peu avec juste sa force de travail et de volonté » pour arriver à une belle situation.
                  En fait, c’est toujours compliqué, ce sont les paradigmes qui changent, la société, faut s’adapter, anticiper dans un monde en mouvement...


                • oncle archibald 5 décembre 2020 17:59

                  @arthes : " je pense qu’il est de nos jours plus compliqué de « démarrer de peu avec juste sa force de travail et de la volonté » pour arriver à une belle situation.« 

                  Ça se discute ! La valeur travail est tellement en perte de vitesse que celui qui est bien conscient de ce qu’il peut faire et qui est décidé à se donner à fond se remarque beaucoup plus facilement »qu’avant" dans une masse désormais amorphe et désabusée par avance.

                  Je pense aux entretiens d’embauche ou le postulant s’inquiète beaucoup du salaire, des horaires et des vacances ,avant ou même parfois en omettant de demander des précisions sur le poste proposé et les possibilités d’évolution dans la boite.


                • foufouille foufouille 5 décembre 2020 19:53

                  @oncle archibald

                  vu les 6000 000 de sans emplois c’est du délire complet.


                • arthes arthes 6 décembre 2020 16:01

                  @oncle archibald

                  Dans le monde de l’emploi, du travail cela reste encore, parfois possible...Et encore.....Certaines sociétés sont plus sensibles à la diplomite qu’aux compétences de qualités humaines pour ce qui est du recrutement de leurs cadres et gestionnaires, il y a une désynchronisation avec la réalité du terrain avec une volonté de répondre aux pressions des actionnaires qui fixent des objectifs de croissance et de rentabilité ...Mais enfin, comme ces sociétés ont la puissance financière derrière, elles peuvent faire des erreurs

                  Par ailleurs : « Monter » une affaire soi même à présent est devenu couteux (investissements, mises aux normes , stages obligés qui ressemblent à du raket, paperasse pléthorique en plus de l’activité de l’entreprise ) et de plus en plus risqué (certains aléas deviennent insurmontable , ex avec la crise covid).

                  Cela ne signifie pas pour autant que rien n’est possible, d’une certaine manière, j’aurais tendance à vouloir penser que désormais (avec le chamboulement du covid) « tout » va (re)devenir possible


                • alinea alinea 3 décembre 2020 22:58

                  Ah bon, parce que vous avez cru, et croyez encore que le virus était si virulent et dangereux que ça valait la peine de faire tout ça ?


                  • cevennevive cevennevive 4 décembre 2020 08:12

                    @alinea, bonjour,

                    Ah ma belle, le virus de la connerie est bien plus contagieux et il n’y a pas de vaccin !
                    Oncle Archibal débite pourtant quelques vérités. Mais qui soulèvent trop de colère. Il le dit crûment, avec un bon sens paysan, et il est soupçonné de faire le jeu de ce pouvoir débile.
                    Ne trouves-tu pas que cette valse de millions, de milliards d’euros nous tourne la tête avec nos tout petits revenus ?
                    Il suffit de ne pas « entrer dans la valse ».
                    D’autant que, comme oncle Archibal nous risquons fort d’ostraciser les anciens gros revenus.
                    Et je pense à ces aides ménagères des campagnes, à tous ces « gagne petit » qui servent plein de gens. Les entend-on crier leur colère ?
                    J’ai bien peur que ceux qui crient le plus fort ne soient les moins impactés.

                    Cela me fait penser à une très vieille tante qui, en proie aux aléas de sa vie, se mettait à invectiver dieu, les saints et la vierge, les accusant de la maltraiter...


                  • oncle archibald 4 décembre 2020 12:09

                    Bonjour Cevennevive,

                    Et merci de m’accorder la vertu du bon sens paysan. Qui peut nier que l’apparition brutale de cette pandémie soit un aléa majeur, et que depuis le début de cette pandémie tout le monde peu ou prou ment et triche.

                    Le gouvernement s’affole en alignant le nombre des morts, il doit faire des choix tout de suite, et bien évidemment essayer de faire baisser ce nombre. Il ne dispose pas des moyens nécessaires, je pense aux masques « inutiles » parce qu’il n’y en avait pas, qui deviennent obligatoires dès qu’il y en a assez, il distribue notre pognon à tout va pour calmer ceux qu’il oblige à fermer boutique, et chacun veut aller remplir son seau au robinet magique.

                    Je ressens exactement comme vous que ceux qui crient le plus fort ne sont pas les plus impactés. La triche et les cris d’orfraie sont la règle. Monsieur Etchebest venant pleurer à la télé dès qu’il en a l’occasion retombera sur ses pieds je n’ai aucun doute la dessus. La très grosse entreprise dans laquelle travaille un de mes fils oblige ses cadres au télétravail et en même temps les déclare en chômage partiel, sachant très bien qu’elle se fera « coincer », mais sachant aussi que le montant du « redressement » sera inférieur aux « économies » réalisées. Et cette escroquerie sera financée par vous et moi quand nous payons de la TVA pour acheter une boite de nouilles.

                    Ceux que je plains vraiment sont ceux qui venaient de créer une petite entreprise juste au début de l’année et qui se sont trouvés empêchés d’emblée de travailler. En général ils se sont endettés jusqu’au cou pour faire aboutir leur projet et pour eux il n’existe aucun bénéfice « de référence » pour calculer une indemnisation.

                    Bref ce sont les petits, les silencieux, les modestes, et ceux qui marchent bien dans les clous qui vont en prendre plein le nez, comme d’habitude.


                  • TSS 4 décembre 2020 10:41

                    Le GVT n’est peut être pas responsable(quoique !)de cet etat de fait

                    mais il est responsable du bordel qui a été organisé... !!

                     

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

oncle archibald


Voir ses articles



Publicité




Palmarès



Publicité