• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Alexandre Benalla ou la stratégie de diversion

Alexandre Benalla ou la stratégie de diversion

La mise en une du nom dAlexandre Benalla, chargé de mission dEmmanuel Macron, par le journal Le Monde, organe de presse ami au pouvoir, également le sacrifice apparent – le pauvre ne risque pas grand chose - dune brebis galeuse servent dautres intérêts, et obéissent à une stratégie rodée de lElysée. Faire diversion, jouer sur lémotionnel, faire que tout le monde en parle. Ce qui marche extrêmement bien tant les faits sont graves.

Sauf qu il ne sagit hélas de rien dautre quun fait divers. Un de plus. Monté en épingle pour masquer lessentiel. Qui se joue au Palais Bourbon.

Nos députés planchent actuellement sur la réforme constitutionnelle voulue par le tout petit monarque. En gros deux mesures. Qui a elles seules enterrent définitivement le role de cette assemblée, avec lassentiment de 75% des députés eux-mêmes.

De quoi sagit-il. Purement et simplement de couper le lien entre électeur et deputé, en réduisant dune part le nombre de députés dun tiers. Circonscriptions plus grandes égale éloignement. Un député qui n est pas sur le terrain devient hors-sol et technocrate. Rajoutez à cela le fait de surbooker les agendas des parlementaires et vous supprimez les permanences. Pendant lesquelles vous et moi pouvions faire remonter infos, témoignages et doléances. Avec le nouveau dispositif, le député du futur aura le choix entre absentéisme ou être vissé à Paris. Une bien belle évolution.

Mesure deux, lordre du jour devient celui du gouvernement et de lui seul. Finie pour les députés la possibilité dinscrire à lordre du jour telle ou telle mesure ou sujet. On exécute, point. On vote avec ses pieds mais on vote tout ce que veut le roitelet, et on récuse tous les amendements dont sa Majesté ne veut pas.

Et on continue à payer fort chers des députés qui de fait ne servent plus à rien. Les débats, peu importe. Les votes sont acquis. Bourbon cétait déjà un théatre dombres. Dorénavant on pourra parler de maison des morts. Avec un cout fort élevé pour un truc qui ne sert plus à rien.

Les ministres, tous, sont des obligés, eux non plus ils ne servent à rien, pareil pour lopposition, pareil pour le Sénat, pareil pour le Conseil Constitutionnel, pareil pour le Conseil dEtat. Une tête une seule, un qui a le melón, un et un seul qui depuis sa console de jeux décide de tout. Macron tire toutes les ficelles. Ca sappelle une dictature.

Tu votes une fois tous les cinq ans dans une liste dressée par loligarchie, les médias te bourrent le crâne et jouent avec un ou deux épouvantails qui sauto-annulent, tu élis des députés fantomes, quatre lois sur cinq sont des traductions de directives européennes, tu manifestes sans que le pouvoir recule dun iota, ton parti dopposition tonne mais ne fait pas varier la ligne dun millimètre. Digne de feu l'URSS.

Donc voilà, la dictature institutionnalisée est en marche et ne se cache que derrière cette dérisoire affaire Allexandre Benalla dont Macron avait la carte en stock depuis deux mois et demie. Voila à quoi a servi cette excitation médiatique, une de plus, post coupe du Monde de football. Bientot les vacances, dormez bien bonnes gens.


Moyenne des avis sur cet article :  3.89/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

91 réactions à cet article    


  • Pimpin 20 juillet 09:05

    Bon constat, il manque juste la conclusion : virer ces manipulateurs du pouvoir. C’est très simple il suffit de voter pour l’opposition RN aux prochaines élections. 

    Ah oui, mais on nous dit que le RN ce sont des méchants, l’extrême droite, des incapables, etc. ...
    Mais qui dit cela ? les manipulateurs en question ! Il faut juste cesser vraiment de les croire et mettre les cerveaux en route !

    • ASTERIX 20 juillet 09:46
      @Pimpin

      COMME LE NAIN SARKO qui avait un entourage genre GUENO GUEANT SOUBISE MACRON 

      a benalta grivaux castaner  ;; ;; ;; ;blanquer; ;; ;; ;;


      ON PEUT DONC AFFIRMER QUE LES METHODES DE L ’ENTOURAGE DE JUPITER ONT BEAUCOUP DE POINTS COMMUNS AVEC LE FN ET LES FASCISTES !!!! du LR-FN !!!!!!

      il ne pourra pas cacher son jeu longtemps il NE SERA PAS REELU

    • Pimpin 20 juillet 13:20

      @ASTERIX
      Le RN n’a rien à voir ni avec Macron ni avec le fascisme ! Vous devriez arrêter de croire les mensonges que racontent les désinformateurs qui justement soutiennent Macron et sa politique.


    • Arogavox 20 juillet 21:35

      @Pimpin
       être ou ne pas être ... raciste ? That is the noeud de la prise de pouvoir en France depuis au moins le successeur de Giscard ... 

          
       Sauf que là, va falloir correctionner la ficelle du ’vote barrage à la dictature’ !  puisqu’il devient flagrant que l’entendement de ceux qui prétendent nous protéger de cette dictature sont ceux-là même qui imposent aux Français, sans les consulter, un dangereux resserrement du pouvoir d’un unique et fort présomptueux représentant du peuple !
        
       Car, le dernier des benets, même en France va bien finir par comprendre que si un pouvoir monarchique absolu est accepté aujourd’hui pour Jupiter, ceux-là mêmes qui valident aujourd’hui cette ineptie, devraient aussi continuer à la défendre s’il advient demain que celui ou celle qu’ils désignent aujourd’hui comme Satan venait à son tour à exploiter le système de légitimation officiel pour s’emparer de ce pouvoir suprême établi par les bien-pensants eux-mêmes !!

      Rappel culturel :
      ’Toute loi que le Peuple en personne n’a pas ratifiée est nulle ; ce n’est point une loi. Le peuple Anglois pense être libre ; il se trompe fort, il ne l’est que durant l’élection des membres du Parlement ; sitôt qu’ils sont élus, il est esclave, il n’est rien. 

    • Fergus Fergus 20 juillet 21:40

      Bonjour, Pimpin

      « Bon constat », certainement pas ! L’auteur se plante complètement. Macron s’est en effet donné beaucoup de mal pour récupérer la victoire des Bleus au maximum afin de redorer un blason de plus en plus ternie. Or, voilà que surgit une affaire aussi déplorable que choquante qui donne une image désastreuse de ce qui se passe dans le staff rapproché de Macron. Où peut-être le bénéfice pour le chef de l’Etat ???


    • christophecroshouplon christophecroshouplon 20 juillet 22:03

      @Fergus
      Fergus je vous apprecie mais vous etes d un naif ! Deja croire la FI ... Vous tombez dans tous les panneaux des elites decidement. Bref vous avez le droit, ma foi


    • Arogavox 20 juillet 22:21

       correctif : ’ ... il devient flagrant que ceux qui prétendent nous protéger de cette dictature sont ceux-là mêmes dont l’entendement foiré impose aux Français,  sans les consulter, un dangereux resserrement du pouvoir d’un unique et fort présomptueux représentant du peuple !


    • Fergus Fergus 20 juillet 22:25

      Bonsoir, christophecroshouplon

      Je pense que sur ce sujet, c’est vous qui faites preuve d’une étonnante naïveté, directement liée à votre détestation - bien compréhensible - de Macron. Il suffit d’ailleurs de constater les dégâts considérables que fait cette affaire dans l’opinion pour se convaincre qu’il n’y a pas eu d’instrumentalisation de la part de l’Elysée. Qui plus est, après la Coupe du Monde, les Français sont en vacances et ne se préoccuperont des problèmes socioéconomiques qu’à la rentrée.

      Pour ce qui est de ma position relativement à la France Insoumise, ce n’est - comme toujours - qu’un choix par défaut : aucun parti ne m’a jamais enthousiasmé au point de le soutenir sans défaut. En l’occurrence, la FI est le parti qui s’approche le plus de mes convictions, mais je ne partage pas, loin s’en faut, la totalité de ses engagements !


    • Le421 Le421 21 juillet 08:53

      @Pimpin

      Vous devriez vous repasser le face à face Macron / Le Pen pour retomber un peu sur terre.

      Et je vous explique rien si on avait eu droit à Mélenchon / Macron, le dézinguage en règle qu’aurait subi Jupiter.
      Et il le savait.
      Technique rodée.

    • Pimpin 21 juillet 11:06

      @Fergus

      Je persiste, bon constat. 
       Macron se prend des baffes, et alors ? dans quelques mois les Français auront oublié, et s’il se trouve à nouveau face à Marine il voteront de nouveau pour Macron ou éventuellement son clone parce qu’il dira que Marine c’est l’extrême droite et que cela fera peur aux Français qui ne prennent pas le temps de vérifier et qui n’ont pas le courage de se rebeller dans les urnes.

    • Pimpin 21 juillet 11:13

      @Le421
      Ce débat n’était pas si mauvais que cela, mais visiblement le battage des médias dans ce sens a été efficace ! Marine a peut-être été moins bonne que lors de ses précédentes interventions, mais cela ne justifiait pas le replis de certains électeurs qui maintenant doivent s’en mordre les doigts quand ils constatent que tout se passe comme le disait Marine malgré les dénégations de Macron.

      Et quand je regarde ce face à face, la technique de Macron a consisté à faire le débile mental en posant des question stupides à Marine. C’est en essayant de contrer ces question stupides qu’elle s’est forcément embrouillée. Mais quand on regarde bien on comprend la manoeuvre de Macron. Il est très habile, et Mélanchon aurait subi exactement le même sort, voire pire à mon avis.

    • Fergus Fergus 21 juillet 20:57

      Bonsoir, Pimpin

      La question n’est pas là, elle est dans l’affirmation de l’auteur que Macron aurait instrumentalisé cette « diversion », ce qui est totalement aberrant au moment où il bénéficiait de l’effet positif de la Coupe du Monde et alors que les Français vont se désintéresser des questions socioéconomiques jusqu’au début du mois de septembre. Il n’y avait donc pas lieu de mettre sur pied la moindre « diversion ». Qui plus est, l’effet désastreux de cette affaire se ressent sur les 5 continents, avec d’évidents dégâts sur le chef de l’Etat. Une catastrophe pour Macron !!!


    • CORH CORH 22 juillet 14:03

      @Fergus

      L’auteur fait un délire de ’complotite’ aiguë, qui le pousse a croire nos dirigeants trés trés intelligents, alors qu’en fait, ils sont trés trés bêtes. Je suis d’accord c’est trés trés etonnant.

    • Legestr glaz Ar zen 22 juillet 16:23

      @Pimpin

      Sans blague ? C’est le RN l’opposition ? Le RN que ne veut pas sortir de l’UE et qui prendra en pleine poire les règlements européens, les directives européennes, les décisions européennes, toutes les normes européennes et qui devra fermer son clapet parce que les traités, inscrits dans la Constitution française (relisez les articles 55 et 88-1) enferment la France dans un contexte « supranational ». 


      Une opposition d’opérette dans vous n’avez pas encore saisi le sens. Il est devenu impossible, constitutionnellement parlant, de désobéir aux traités. Quel que soit le Président élu, quel que soit le gouvernement, quelle que soit l’Assemblée nationale, les traités ont une force supérieure aux lois nationales. 

      Arriverez vous un jour à le comprendre ? C’est toute la question. En baptisant le RN « d’opposition » vous vous bandez les yeux !

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 22 juillet 18:55

      @Pimpin

      DÉSOLANT... Mais Il n’y a pas au monde une seule autorité politique d’une quelconque importance qui n’ait pas dans sa panoplie une option « musclée » à laquelle elle fait appel au besoin... Et il en va ainsi partout depuis le néolithique... Jouer les vierges offensées est de bonne guerre, mais si on est trop jocrisse on peut vite avoir l’air tartuffe ou simplement bête Evidemment on peut aller plus loin durant la canicule, mais il faut savoir raison garder.

    • ASTERIX 24 juillet 19:33
      @ASTERIX

      JUPITER fabrique SON SAC BIS QU IL APPELLERA MAQ §§§§ IL
       nous faire encore RIRE PLUS QUE DU TEMPS DU NABOT ET DE FILONS( en marche arrière )


      SAC SERVICE D ACTION CIVIQUE QUI VA SE TRANSFORMER EN MAQ BELLANA ET SES COMPERES COMBIEN SONT ILS ,,, ?????????????????

    • BA 20 juillet 09:13

      Vendredi 20 juillet 2018 :


      Emmanuel Macron : popularité au plus bas niveau depuis son élection.


      Dans un sondage réalisé par BVA publié ce matin, RTL et ses partenaires Orange et La Tribune révèlent que le Président ne bénéficie pas d’un "effet Coupe du Monde", sa popularité ayant chuté de deux points pour atteindre son plus bas niveau depuis l’élection d’Emmanuel Macron en mai 2017.


      Le Président tombe ainsi à 39 % d’opinion favorable, et 59 % d’opinion défavorable.


      Seul un français sur cinq soutiendrait la politique présidentielle, et plus de la moitié de ceux ayant une opinion favorable de la personne attendent d’être convaincus par sa politique.


      Autre donnée marquante de ce sondage, aucun des partis d’opposition n’est perçu comme pouvant mieux réussir qu’Emmanuel Macron, là où les trois quart des interrogés souhaiteraient un virage social dans la politique du Président, et seulement 30 % sont convaincus que ce changement va se produire.


      https://www.bfmtv.com/politique/emmanuel-macron-popularite-au-plus-bas-niveau-depuis-son-election-1492428.html




      • acetrip 20 juillet 16:14

        @BA
        si 39 % favorable , ça fait 61% défavorable, ce me semble !


      • Homphilo 21 juillet 01:50

        @acetrip Ce n est que le debut


      • Taverne Taverne 20 juillet 09:15

        Une stratégie ? Et qui serait le stratège ? Les chaînes d’information en continu ? Vous trouvez que ces chaînes ont une pensée de stratège ? Il ne suffit pas d’accoler deux phénomènes pour créer une perspective valide. Nous avons là deux choses bien différentes dont les liens ne sont qu’aléatoires.

        Donc à mon sens pas de stratège. Quant aux faits dénoncés, non, ils ne relèvent pas du banal fait divers puisque l’Elysée est fortement impliqué et ternissent la République. Chose aggravante : Macron gâche la fête du foot ! Ca, le peuple ne lui pardonnera pas.


        • Decouz 20 juillet 10:16

          @Taverne
          Oui je ne vois pas trop l’intérêt de Macron à gâcher ainsi son image. C’est une sérieuse épine dans le pied ou ailleurs.


        • Decouz 20 juillet 10:25
          @Decouz
          Il y a toujours des dérapages et des grains de sable de l’histoire qui échappe aux planificateurs.


        • christophecroshouplon christophecroshouplon 20 juillet 17:16
          @Taverne
          Taverne, vous demeurez, ca fait votre charme, extremement naif. Souvenez vous en 2017 vous nous vantiez ci meme les charmes du monarque - avant de dechanter apres avoir vote pour lui - et chassiez les fachistes imaginaires avec enormement de virulence. Vous ne voyez que la surface des choses et restez bien trop attache a la version officielle de nos dirigeants et des medias. Bah c est votre droit le plus strict

        • Arogavox 20 juillet 21:55

          @christophecroshouplon

           diversion risquée tout de même, et un rien ballot : après l’ire des militaires suite à la démission du général des armées (de Villiers), se permettre d’indisposer ou narguer les journalistes et les gendarmes ! ...
               
            En même temps, dans un pays (et pire : dans un monde) qui ne trouve aucune question à éclaircir quand on lui raconte qu’un bambin de 3 ans et demi peut se raccrocher à un balcon après avoir chuté d’un étage (voire même de deux ! - on ne sait toujours pas !!) ... les dictateurs marchent sur du velours !

        • Fergus Fergus 20 juillet 22:27

          Bonsoir, Taverne

          Entièrement d’accord avec toi !


        • kader kader 22 juillet 23:02

          @christophecroshouplon

          il y a une chose qui vous donne terriblement raison..
          cette histoire est sortie par le journal le monde.
          En effet ca ressemble à une diversion, ou à ces débats qui s’adressent aux cerveaux limbiques et primaires, c’est à dire c’est débats qui court-circuitent le néo-cortex
          c’est à dire des débats qui enflament la France, mais qui en meme temps l’empeche de prendre du recul de reflechir.
          On a eu ca en 2009 avec la fausse grippe h1n1, puis le mariage pour tous, etc etc


        • Sébastien A. 20 juillet 09:54

          Bonjour Christophe,

          Je partage votre analyse, et ne peut que renvoyer -encore et toujours - à Guy Debord qui a eu une sorte de préscience visionnaire de notre société :

          « Le spectacle se présente comme une énorme positivité indiscutable et inaccessible. Il ne dit rien de plus que « ce qui apparaît est bon, ce qui est bon apparaît ». L’attitude qu’il exige par principe est cette acceptation passive qu’il a déjà en fait obtenue par sa manière d’apparaître sans réplique, par son monopole de l’apparence. »
          (la société du spectacle, proposition n°12 et souligné par moi).

          Ce qui apparaît est bon : car même le « mal » doit apparaître dans la société du spectacle, ne serait-ce que pour démontrer qu’il existe et qu’on le « dénonce » (par exemple le nervis dont vous parlez).

          Mais surtout il exige notre « acceptation passive ». Rien ne saurait mieux définir notre époque. Quand Macron dit « vous préférez être bouillis ou rotis ? », on trouve une majorité d’imbéciles pour répondre et engager des débats sans fin (avec des experts) sur le sujet. Gare à celui qui aurait l’audace de s’exclamer : « mais pourquoi devrais-je perdre la vie ? »

          Bien à vous,
          Sébastien A.


          • Taverne Taverne 20 juillet 10:12

            @Sébastien A.

            Le spectacle, c’est ce qui se déroule sur la scène publique. Ici, ce dont il s’agit relève des coulisses les plus secrètes. Par une forme d’ironie du sort, ce qui devait restait en coulisse est devenu un spectacle de premier plan. Normal si on peut dire puisque tout est possiblement spectacle de nos jours. L’imbécilité du pouvoir est d’avoir cru que des choses cachées pouvaient échapper à cette loi de la société du spectacle. Peut-être une forme de pensée magique qui découle d’un sentiment de puissance.


          • Sébastien A. 20 juillet 11:25

            @Taverne
            Il n’y a pas de « coulisses », pas plus que de « scène publique » dans la société du spectacle, précisément parce que tout doit être vu et fait donc partie du spectacle. C’est ce qu’explique Debord : 
            On ne peut opposer abstraitement le spectacle et l’activité sociale effective ; ce dédoublement est lui-même dédoublé. Le spectacle qui inverse le réel est effectivement produit. En même temps la réalité vécue est matériellement envahie par la contemplation du spectacle, et reprend en elle-même l’ordre spectaculaire en lui donnant une adhésion positive. La réalité objective est présente des deux côtés. Chaque notion ainsi fixée n’a pour fond que son passage dans l’opposé : la réalité surgit dans le spectacle, et le spectacle est réel. Cette aliénation réciproque est l’essence et le soutien de la société existante.
            proposition 8
            Et plus loin
            Là où le monde réel se change en simples images, les simples images deviennent des êtres réels, et les motivations efficientes d’un comportement hypnotique. [...]
            proposition 18


          • Taverne Taverne 20 juillet 11:42

            @Sébastien A.

            Mais la réalité et le spectacle ne sont pas séparables. Depuis, la nuit des temps, l’Homme se met en scène : récits oraux, rites. Enfin les Grecs inventèrent le théâtre. Le réel et le spectacle sont indissociables, l’un nourrit l’autre et il n’y a pas de quoi en déduire comme le fait Debord que c’est une maladie ou une aliénation. Tout est affaire de prudence et de mesure simplement.

            Par ailleurs, bien sûr que les coulisses existent toujours : ce monsieur Benalla prenait soin de régler certaines choses hors des caméras...


          • Sébastien A. 20 juillet 12:11

            @Taverne
            Je pense que vous n’avez pas lu Debord. Ce qu’il nomme la société du spectacle, n’est pas le « spectacle », au sens littéral du terme mais ce qu’il définit à la proposition n°1 :

            Toute la vie des sociétés dans lesquelles règnent les conditions modernes de production s’annonce comme une immense accumulation de spectacles. Tout ce qui était directement vécu s’est éloigné dans une représentation.

            De là, la représentation « spectaculaire » du monde et le développement de toutes ses conséquences (qui sont l’objet de son oeuvre). Ce qui explique que même ce qu’on veut conserver caché (et je suis d’accord avec vous qu’il existe des choses et surtout des ressorts cachés) et qui se retrouve sur le devant de la scène sans qu’on l’ait voulu, doit être mis en scène de manière spectaculaire, car comme l’écrit Debord :

            Dans le monde réellement renversé, le vrai est un moment du faux.

            Exactement ce qui se passe aujourd’hui. Il faut que le faux (la société actuelle) assimile le vrai, le digère pour donner une image positive de cette société totalisante (ce monde du faux) qui nous entoure et nous faire accroire qu’on nous dit tout, que rien n’est caché et que nous vivons dans le meilleur des mondes (comme dirait maître Pangloss).

            Je vous conseille de lire la société du spectacle et de manière générale, l’ensemble de l’oeuvre de Debord, clef indispensable pour comprendre notre monde.

            Quant à notre société, je n’ai pas trouvé de meilleur résumé de ce qu’elle est que dans les commentaires sur la société du spectacle :

            La société modernisée jusqu’au stade du spectaculaire intégré se caractérise par l’effet combiné de cinq traits principaux, qui sont : le renouvellement technologique incessant ; la fusion économico étatique ; le secret généralisé ; le faux sans réplique ; un présent perpétuel.


          • Taverne Taverne 20 juillet 12:26

            @Sébastien A.

            Très bien. Mais il ne faut pas tomber non plus dans l’excès qui consiste à opposer « réel comme vrai » à « représentation comme fausseté ». L’intelligence humaine est faite entièrement de représentation. Il faut se souvenir simplement des leçons de Platon (mythe de la caverne) et de celles de Descartes.

            La mise en scène est un excellent moyen de rendre compte de la réalité dans toutes ses formes de vérité. A mon tour, je vous conseille de lire des pièces de bon théâtre. Je trouve dans le théâtre une source inépuisable de vérité.


          • Jean Roque Jean Roque 20 juillet 12:28

            @Sébastien A.
             
            Debord c’est du marxisme coté ontologique, sous forme quasiment d’aphorismes presque à la Nietzsche.
             
            Que voulez qu’un gocho de la Caverne y comprenne ? smiley
             
            Cousin lui comprend. Mais il a raison quand il dit que Debord répète juste Marx. Des prolégomènes à Debord serait le triptyque de Baudrillard sur le « système des objets »
            (économie politique du signe, le symbolisme et la mort, système des objets)
             
             
             
            « Le travail est l’essence subjective de la propriété, comme exclusion de la propriété, et le Capital est le travail objectivé, comme exclusion du travail. »

             
            Marx fait le malin ... à la Hegel.

             


          • Jean Roque Jean Roque 20 juillet 12:34

            @Sébastien A.
             
            le vrai est un moment du faux.
             
            à rapprocher de « le message est le média »
             
            ce n’est pas que tt est « caché » c’est que la Vérité est le faux, c.a.d que la Vérité du concept du Capital Total est le « fétichisme », c.a.d que l’existentiel de l’homme (faille, travail, social etc.) est faussé, dans le fétichisme
             
            Un truc qui s’en rapproche (Ellul remplace le Capital par La Technique) :
             
            « L’automatisme [des comportements économiques] et l’adaptation est forcément externe [aux coutumes sociales, venant de la technique pure], et conduit à une rationalité apparente, qui est la seule que peut produire par nécessité la technique ; mais celle-ci, pour progresser elle-même, remet en cause toutes las valeurs [acquis sociaux, traditions] et toutes les symboliques [la famille par ex], et elle empêche la constitution d’une cohésion AUTONOME [hors technique, purement politique] du système social [...] On paie l’adaptation à tendance automatique [à la technique économique] du prix de la cohésion interne du système organique [...] C’est POURQUOI, le changement social [imposé] doit passer par la contestation : celle-ci n’est plus en rien révolutionnaire [les nuits branleurs debout ont des Iphones ...], elle est l’expression [contestataire] à la nécessité de l’adaptation à la technique [taxi et Uber] [...] Les conflits sont des conflits de FORMES [de modalité de soumission à la technique] Le progrès technique [accepté] INTERDIT les conflits clairs, par grandes masses [lutte des classes]. »
             
            ‘Le système technicien’ 1977 J. Ellul

             

             


          • Jean Roque Jean Roque 20 juillet 12:43

            « moment » = 1er moment (de Hegel)
             
            le vrai est le « 1er » moment de la dialectique, qui sera « nié » par le « fétichisme » (2eme moment) pour deveni faux
             
            c’est « l’aliénation » version Hegel, et il n’y a pas de 3ème moment, négation du fétichisme, négation de la négation, car le gogochon reste abruti.
             
            Mais effectivement ça n’a rien à voir avec le spectacle genre « coupe du monde »... Spectacle = existentiel aliéné
             

             


          • Sébastien A. 20 juillet 13:15

            @Jean Roque
            Merci pour les citations et les explications entre crochets. Des fois que... Merci également d’avoir pris le temps et de ne pas avoir éructé comme un Céline raté.
             
            Bref, oui Debord est une continuation de Marx (qui a compris le fonctionnement de la société capitaliste le premier et l’a décrite mieux que personne dans le Capital). Debord a ajouté une pierre à l’oeuvre de Marx en analysant la transformation de la société capitaliste en société du « spectacle ».

            Le problème c’est que vous faites un raccourci rapide entre la gauche (au sens français du terme) que vous semblez détester et Marx et Debord. Marx parle de socialisme, pas de « gauche » ; la gauche moderne est née à la fin de XIXème siècle autour d’un compromis entre ce qu’on nommerait aujourd’hui le « centre gauche » et le mouvement ouvrier qui comprenait des marxistes mais pas qu’eux. Marx, comme Rosa Luxembourg ne sont pas de « gauche » au sens où on l’entend aujourd’hui, mais socialiste (rien à voir avec Hollande). Quant à Debord, il n’est que de voir le peu de considération du situationnisme à « gauche » pour comprendre à quel point ce raccourci est là encore rapide. Enfin, Ellul dont vous êtes un lecteur attentif, a été plus qu’inspiré par Marx.

            Je ne me prononcerais pas sur Hegel dont je ne connais pas suffisamment la pensée, contrairement à vous, qui semblez disposer des saines capacités nécessaire pour critiquer la dialectique.

            Merci aussi, au passage, pour « le gogochon abruti », je me permets donc de vous envoyer, par un juste retour des choses, l’adresse qu’utilise Bernanos à de multiples reprises contre ses contemporains dans la France contre les robots.


          • christophecroshouplon christophecroshouplon 20 juillet 17:18

            @Sébastien A.
            Sebastien, Taverne ne PEUT PAS comprendre Debord, il reste dans l intellect pur et l apparence des choses. Tacher de lui expliquer ne sert a rien, qu il fasse a minima l effort de le lire et d en tirer trois ou quatre trucs. Quand un adulte refuse de comprendre et de voir, le laisser seul - et libre - est la seule chose a faire !


          • Jean Roque Jean Roque 22 juillet 10:05

            @Sébastien A.
             
            Debord n’ajoute rien du tout, mais a un super style, il détaille la société moderne, mais le principe du fétichisme (de la Argent (dieu omnipotent) et de la marchandise (spectacle) est ds Marx, et Hegel, qui lui souligne même le risque du fétichisme de l’outil (de la Technique comme Ellul) ce qui pour son tps est très très fort ! Marx n’a pas détaillé le purinement des mœurs du gogochon du Capital (comme Sade) mais il annonce la fin de dieu, du peuple et de la famille et la prostitution généralisée ds le froid payement comptant.
             
            Le quiproquo socialiste/gocho vient de l’affaire Dreyfus. Comme marxiste d’ED, je ne fais pas le raccourci smiley mais je ne suis pas d’accord avec Marx (Rosa Luxembourg) sur « l’homme générique » absolu... Je suis plus matérialiste, je crois à l’instinct de l’identité, de territoire, la sélection parentelle etc.. ! D’ailleurs Hegel n’y croyait pas non plus (pour lui c’est la logique de l’essence, l’universel de de Kant, c’est des impératif catégoriques tombés du ciel)
             
            « Il y a une grande confusion : confondre la gogoche et le socialisme. La goooche s’est construite de manière parfaitement indépendante à la question du socialisme [19eme, le droitdelhommiste colonisateur Ferry par ex].
            Celui-ci est apparu plus tard, indépendamment du clivage droite/gauche qui opposait la droite royaliste, conservatrice et la gogoche progressiste et libérale qui œuvrait pour la reconnaissance des libertés individuelles. Le socialisme était étranger à cette problématique-là. Ce n’est que par un jeu d’alliances historiques [affaire Dreyfus notamment] que la gauche et le socialisme ont entretenu des liens. Essentiellement pour combattre la droite. À partir de là, la gauche et le socialisme en sont venus dans l’imaginaire collectif à désigner exactement la même chose. Effectivement, pendant les réformes populaires, la gauche et le socialisme faisaient front commun. Mais à partir du moment où Mitterrand amorce le tournant de la rigueur, (…) on assiste au divorce idéologique entre la gauche et le socialisme. La gogoche est redevenue ce qu’elle était dans son essence : non pas un mouvement politique préoccupé par la condition des classes populaires, mais un mouvement idéologique philosophique préoccupé par le progrès des libertés individuelles [Purinement Sociétaliste] : toutes les mesures prises sous le gouvernement Hollande sont des mesures sociétales, par exemple Le Mariage Pour Tous [la triplette mariée qui achète le gode bébé gpa]. »
            C Robin

            https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201702101030024040-france-charles-robi-gauche-liberalisme/
             
            « Cette civilisation mécanique finira par promener autour de la terre, dans un fauteuil roulant, une humanité gâteuse et baveuse, retombée en enfance , et torchée par les robots. » Bernanos annonce le singe remonté ds l’arbre de Nietzsche
             
            Passéisme réactionnaire. Comme dit Vernant (spécialiste monde grecque)
             
            « Le vrai dieu des grecs était Prométhée »
             
            Ainsi Prométhée apportera le feu du cyborg et dans sa matrix tous les sujets seront fusionnées, l’universel sujet-objet l’Esprit du Monde sera enfin Un et Absolu. smiley


          • Sébastien A. 20 juillet 09:55

            « Je partage votre analyse, et ne peux » pardon


            • NEMO Clark Kent 20 juillet 11:03

              déjà que Macron est une diversion du MEDEF et Rotschild, si l’autre cinéma est sa diversion à lui, alors qu’est-ce qui sera la diversion de ce soulier à clous ?


              un chien galeux ? un âne ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès