• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Algérie : Hirak et discours du vice-ministre de la défense nationale

Algérie : Hirak et discours du vice-ministre de la défense nationale

Depuis le début du hirak, les Algériennes et les Algériens ont pris l’habitude d’attendre le discours que le vice Ministre de la défense, Ahmed Gaid Salah, prononce, régulièrement, chaque mardi, à partir d’une caserne du sud algérien ou d’une école de formation militaire à Biskra ou ailleurs. Tel un métronome, celui-ci revient régulièrement pour commenter les évènements de la semaine précédente, liés, évidemment, au hirak, et essayer, par la même occasion, d’imposer, à tous et à toutes, le point de vue de l’état-major et la manière, dont on doit, selon lui, procéder pour régler la crise algérienne. Sauf que le peuple, celui qui occupe aussi régulièrement les places publiques et les grandes artères de villes algériennes, ne se laisse pas, comme je l’ai dit précédemment, conter fleurette. De ces discours du chef de l’Etat-major, il n’en a cure.

 

Le hirak a atteint, depuis longtemps déjà, le point de non retour et aucune force, fut-telle militaire, ne pourra le contraindre à renoncer à ses revendications légitimes. Le chef de l’état-major a beau claironné qu’il n’acceptera aucun préalable de la part du hirak et qu’on devrait aller aux élections présidentielles dans « les plus brefs délais », mais les Algériens ne l’entendent pas de cette oreille. Le but du hirak est de démanteler tout le système de gouvernance qui a prévalu jusque là. Et tant que ce but, cet objectif noble et réaliste en même temps n’est pas encore atteint, on ne reculera pas. On ne fera pas marche arrière. Car, l’on sait que faire marche arrière équivaudrait à renoncer au processus révolutionnaire et que ce serait donc un suicide collectif. 

Lors de son dernier discours, prononcé à partir du siège du MDN, sur les hauteurs d’Alger, le chef de l’état-major a tout rejeté en bloc. Tous les préalables posés par le panel (qui a été reçu dernièrement par le chef d’Etat par intérim), pour un début de dialogue, sont considérés comme « un diktat  » inacceptable par Ahmed Gaid Salah qui ne croit qu’à la seule vertu de l’élection présidentielle « dans les plus brefs délais ». A chaque préalable, à chaque condition que tout un peuple réclame, depuis plusieurs semaines maintenant, le vice Ministre de la défense à répondu « niet !

Les détenus d’opinion ? Il y a la justice, souveraine, qui devrait s’occuper de leur cas, a-t-il précisé, comme si dans le pays, celle-ci, la justice, est vraiment libre et indépendante et qu’elle n’obéit pas à des injonctions venues d’en haut.

Le quadrillage par les forces de l’ordre des grandes villes et notamment d’Alger ? Cela est fait dans le but d’éviter que le mouvement citoyen, pacifique jusque- là, ne soit infiltré par des éléments venus de Mars ou de je ne sais quelle autre planète de notre système galactique. Les gendarmes armés jusqu’aux dents et postés sur l’autoroute Est-Ouest, à quelques km d’Alger ne sont là que pour préserver la quiétude des Algérois et ne pas les perturber dans leur sieste (dixit Ibtissem Hamlaui, une blonde à la langue de bois comme, seul le FLN sait en fabriquer).

Le départ du gouvernement Bedoui ? Non, pour quoi faire ? Il est constitué d’éléments très compétents, preuve en est « qu’ils ont pu réaliser durant cette courte période ce qui n’a pas pu être réalisé pendant des années  ». Pourtant, dès le départ du Hirak, ce gouvernement, formé du temps de l’ex Président Abdelaziz Bouteflika, est dans le collimateur. Tout autant que les autres « B » dont certains sont déjà tombés. Paradoxalement donc, la théorie des dominos sur laquelle le hirak avait fondé tous ses espoirs n’a pas eu l’effet escompté. Mais si cette théorie des dominos n’a pas fonctionné à merveille, le peuple algérien, qui est par ailleurs un adepte des jeux de société, saura faire échec et mat au cheval de Troie. Comme il l’avait déjà fait au roi. 

En somme, AGS a répondu point par point à toutes les préoccupations du hirak et des personnalités politiques qui ont été choisies pour mener le dialogue tant attendu mais pas dans le sens d’un désamorçage de la crise. Son jusqu’au-boutisme plus que suspect dans le soit disant respect de la Constitution alors que celle-ci est devenue caduque depuis belle lurette, son insistance plus que suspecte sur l’organisation dans les plus brefs délais d’une élection présidentielle alors que le peuple demande plutôt une phase de transition, risquent, de notre point de vue, de constituer une impasse sérieuse à la crise. Cela risque d’enfoncer davantage le pays dans une crise aux multiples conséquences politiques et économiques. Car plus la crise dure et plus l’Algérien devient réfractaire à tout ce qui émane des autorités tant civiles que militaires. Nous risquons carrément de rentrer dans un cycle de désobéissance civile. 

 Toujours est-il que le peuple, lui, est déterminé à ne pas abandonner la lutte pacifique d’autant plus que les vacances sont presque finies. La rentrée sociale risque d'être plus chaude que la période caniculaire actuelle. 

 


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • OMAR 1er août 21:30

    Omar9

    .

    Bonsoir @A. Ghédia : « ...dans le soit disant respect de la Constitution alors que celle-ci est devenue caduque depuis belle lurette.. ».

    .

    La dernière blague du Pouvoir actuel :

    Le Ministre de la Justice, Slimane Brahimi a été limogé après avoir tenté de protéger Tayeb Louh et Belkecir, 2 crapules notoires.

    https://algeriepart.com/2019/07/31/le-ministre-de-la-justice-limoge-apres-avoir-tente-de-proteger-tayeb-louh-et-belkecir/

    Sauf que, les réseaux sociaux (hé,hé,hé..) prétendent qu’il a commis un accident de circulation alors qu’il était .... en état d’ébriété.

    .

    Mais quelque soit la raison de cette décision, la mise de fin de fonction du ministre de la Justice, Slimane Brahmi, par le chef de l’État, est anticonstitutionnelle, celui-ci n’a pas le droit de démettre un quelconque membre du gouvernement hérité du Président déchu.

    .

    Et là, nous admirons le mutisme de A.G.S devant cette perversion de la légalité.


    • GHEDIA Aziz GHEDIA Aziz 1er août 21:42

      @OMAR Eux, ils se donnent tous les droits, même celui de piétiner la Constitution quand ça les arrange.


    • Mursane 2 août 11:10

      Ce rab el djazair se croit tout permis .Il usurpe en toute illégalité, la fonction d’homme Président du pays il a dépassé en conneries Boutef, puisqu’il décide , instruit et emprisonne à tout va... en contradiction avec lui même et le droit a une vraie justice . Le peuple algérien a compris que désormais il doit prioriser son combat pour sortir cet éléphant analpha-bête « de la vitrine de faïence » ... quitte a faire couler encore et encore de la sueur ... Bensalah a l’opportunité de sa vie d’entrer dans l’histoire, de se faire nominer en vrai homme d’état par le seul fait qu’il aurait eu le courage d’ignorer ses directives contradictoires.. de faire honnêtement son travail d’intérimaire ou de démissionner en adoubant la version  Hirak , tout en dénonçant officiellement les intentions sournoises de ce militaire.. Qu’il il ne doit certainement pas ignorer A savoir installer des faux civils au pouvoir... L’armée défend les frontières non pas ses généraux.. qui ont au demeurant bien profité en toute impunité d’un budget colossal il n’y a qu’a voir leur abdomen 


      • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 2 août 12:01

        @GHEDIA Aziz

        L’honnêteté est la première valeur humaine

        C’est l’honnêteté dans l’engagement entrepris (individuel ou collectif) qui détermine le résultat final. Que tous les Algériens qui s’impliquent comprennent alors que la politique n’est pas tout-à-fait synonyme de malhonnêteté !

        Or à ce jour, seule la malhonnêteté est la règle la mieux respectée du côté du régime, des journalistes faussaires et manipulateurs, des faux opposants qui s’accrochent au « marche-pieds du train » et de ces « volontaires au faux dialogue » qu’il ne pourront jamais ni organiser ni faire aboutir au profit du régime hors la loi !

        C’est à l’intention de tout le monde que je répète ceci :

        https://www.facebook.com/notes/mohammed-madjour/700%C3%A8me-article-r%C3%A9ponse-a-monsieur-bensalah/3450376871654368/


        Le contenu de mes 700 articles et des milliers d’explications données quotidiennement depuis plus dix ans, ne pourra être ni refusé, ni contourné, ni déformé, ni plagié par personne : Ou ce sera un contenu révolutionnaire qui créera l’Algérie libre et indépendante, ou ce sera un contenu qui refusera toute autre initiative d’où qu’elle vienne, même de...


        L’Elysée qui veut toujours réussir son impossible pari :

         : https://www.facebook.com/notes/mohammed-madjour/la-france-ne-fera-pas-de-nous-son-butin-de-guerre-/2328977007127699/

        PS : Vous n’avez pas répondu à çà : https://t.co/w9i90FpqzV

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès