• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Algérie, la guerre des appelés (France 5, dimanche 3 novembre (...)

Algérie, la guerre des appelés (France 5, dimanche 3 novembre 2019)

JPEG Une de mes connaissances rencontrées samedi m'a parlé de cette émission. Et France Info me l'a rappelée dimanche matin par l'ouverture d'une vue vidéo en avant-première (cf image).

J'ai donc j'ai suivi cette émission.

Évidemment, la "guerre des appelés" (en Algérie) ne peut se résumer à deux heures d'images et témoignages. Et une telle émission ne peut être exhaustive... Néanmoins, avant d'en dire du bien, je tiens à émettre une critique : cette guerre, pour le "contingent", ne s'est pas terminée avec les retours massifs de troupes montrés à l'écran. Des soldats appelés, généralement métropolitains, sont restés en Algérie après le 3 juillet 1962 (c'est d'ailleurs le cas de la personne rencontrée samedi). Et, pour le maintien de l'ordre, ont dû faire cause commune avec l'ALN (pour eux, des hommes encore appelés "fellouzes") ; certains ont réellement connu la peur. Ont eu à connaître des faits (enlèvements, règlements de comptes, etc) tout en ayant interdiction de s'en mêler, d'intervenir comme soldats. Ont été ressentis comme "occupants" par la population algérienne (musulmane) après l'avoir été par la population européenne depuis la fin 1961 (personnellement, après 27 mois et une semaine, j'ai été rendu à la vie civile en novembre 1961 et n'ai pas vécu cette dernière période). Bref, la fin de l'émission, sur ce plan, est trop abrupte.

Mais cette émission montre à quel point ces soldats, de 1956 à 1962, dans leur majorité ont surtout subi les aléas de la politique coloniale puis celle de décolonisation, ont été confrontés à l'insupportable au plan moral (les gorges nouées et les yeux embués près de 60 ans plus tard en disaient beaucoup), ont été transplantés, voire jetés, dans des paysages et un climat, au sein de populations... tellement différents de ce qu'ils vivaient chez eux, "en métropole"... Enfin, l'un des témoignages (fort de mon point de vue) montre comment un "facho" (ses propres mots) analyse ces évènements, son vécu y compris d'ex OAS, et en est venu à une tout autre attitude profonde et à un engagement (rédempteur ?).

À titre personnel, et parce que les incompréhensions existent dans le cadre des rencontres d' "anciens combattants", je voudrais rappeler que... "les évènements d'Algérie" (belle pudeur politico-médiatique d'alors), les "opérations de maintien de l'ordre" (là, c'est mon livret militaire qui l'indique ; et après tout, l'Algérie n'étaient-ce pas des départements français, étudiés à l'école ?)... racontent le dernier théâtre d'opérations militaires sur lequel la France (la Patrie) a envoyé, sans leur assentiment, ses pioupious "appelés sous les drapeaux".


Moyenne des avis sur cet article :  3.7/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

65 réactions à cet article    


  • JulietFox 5 novembre 09:38

    Il y a une anecdote racontée dans ce film. Un des interviewés rapporte qu’entendant un algérien être torturé, il a réussi à aller le voir , et lui donner a boire.

    Il est aller trouver l’ aumonier, qui a opposé un fin de non recevoir.

    Il faut savoir que le haut clergé français, avait donné pour consigne aux séminaristes appelés, qu’il s’agissait d’une guerre contre le communisme.

    Lire « Le choix de larmes » de Jean Pierre Vittori aux Editions Arte.


    • Raymond75 5 novembre 09:40

      J’ai échappé de peu à cette guerre, puisque en 1962 j’avais 15 ans ; un grand copain avait été mobilisé, et je voyais mon tour arriver ...

      Toute ma vie j’ai été conscient d’appartenir à la première génération d’hommes français qui n’avait pas connu la guerre, conscient d’avoir eu cette chance.


      • kimonovert 5 novembre 09:58

        Je ne pense pas que ces 2 films que j’ai vu datés de 2019 au générique de fin soit si récents (mauvaise qualité des images et du cadre des itws) que cela...J’ai l’impression d’avoir déjà regardé cela ! Ce qui est « faux » et laisse un drôle d’impression d’office ce sont les premières images que j’ai déjà vues comme celles du soulèvement du 8 mai 1945 ! Ces films étaient axés sur les appelés et la torture...Le contexte (Cela laisse une impression de baclage...) est de fait très rétréci...Historiquement la mise en images de l’oeuvre d’Yves Courrière que j’ai lu à sa sortie reste à faire !


        • Bella Ciao 5 novembre 16:48

          @kimonovert
          Effectivement, j’ai eu la même impression. Sauf peut-être pour Jean-Claude Carrière...


        • CLOJAC CLOJAC 5 novembre 20:07

          @kimonovert
          Les propagandistes de service ont oublié les massacres d’Oran alors que la paix avait été signée, et à quelques heures de la proclamation de l’indépendance. 
          Il n’y avait plus d’armée à combattre à ce moment là...
          https://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_d%27Oran


        • Nass 6 novembre 00:47

          @kimonovert Tu as de bien drôles « impressions » !
          Lis un peu « L’honneur de Saint-Arnaud » et le contenu du lien suivant : https://www.fichier-pdf.fr/2015/12/23/habart-michel-histoire-d-un-parjure/habart-michel-histoire-d-un-parjure.pdf



          • Bella Ciao 5 novembre 17:14

            Oui, mais aussi plus récent : L’ennemi intime.


          • kimonovert 5 novembre 17:55

            @Bella Ciao Bonjour, L’ennemi intime... Il y a livre de Patrick Rotman et un documentaire qui en a été tiré, puis un film ! Je me rappelle parfaitement l’épigraphe du livre que j’ai lu : « Le propre de la guerre est d’être sale »


          • kimonovert 5 novembre 18:01

            @kimonovert

            https://fr.m.wikipedia.org/wiki/L’Ennemi_intime_(téléfilm) Il y a le lien pour le visionner...


          • Carte Senior Carte Senior 5 novembre 18:21

            @kimonovert Merci


          • Carte Senior Carte Senior 6 novembre 16:35

            @kimonovert
            C’est d’ailleurs l’une des contradictions, ou LE paradoxe de la notion d’Honneur pour un militaire (un officier) de carrière. Les trois dernières guerres de type Etat contre Etat (1870, 14-18 et 39-45) ont été des guerres au cours desquelles « l’ennemi » a porté le fer, la mitraille et plus, sur le sol de la Patrie. Il ne s’agit donc ni de corps expéditionnaire (Algérie 1830, Indochine, etc), ni de guerre coloniale. Ajoutons pour 39-45 qu’il s’agit de la lutte contre le nazisme. Il me semble que Philippe de Hauteclocque, le général Leclerc, avait bien compris et intuité cela lorsqu’il représentait la France à Hanoï. Il fut rappelé !


          • jymb 5 novembre 13:25

            J’ai commencé à visionner cette émission avec bienveillance, espérant pour une fois un lecture moins monomaniaque d’un guerre que mon père a fait, comme mes deux oncles, et dont mes voisins rapatriés ayant tout perdu se souviennent de maniére poignante...Et j’ai fini par éteindre le poste lorsque aprés de longues minutes à entendre parler en substance des « méchants soldats et des gentils résistants », j’ai entendu que ces soldats devaient se comparer... aux occupants nazis

            Avec de tels moments outranciers, ce l’est pas demain que la paix des mémoires se fera ( ni la paix dans les quartiers ...) 

            PS Dans ma ville les deux seules rues portant le nom d’appelés morts en Algérie sont des rues privées, désservant un petit lotissement, la mairie refusant encore et toujours ce devoir de mémoire pour d’autres lieux...ou comment raviver éternellement les blessures


            • CN46400 CN46400 5 novembre 14:43

              @jymb
              hé bien moi, je regrette que ce film ai 50 ans de retard alors que « le chagrin et la pitiè » n’en avait, en 70, que 30. Moi, j’ai évité, de peu, cette saleté puante qui consiste à aller faire la guerre à des « indigènes » qui rechignent à continuer de baisser la tête. Me reviennent les discutions, au lycée, sur les divers tuyaux, toujours percés, que nous échafaudions, pour échapper à la conscription qui approchait.
              Et aussi, ces insultes racistes, que deux permissionnaires ont infligé à l’unique algérien de mon village, ancien de la fameuse armée des « indigènes » de 43-44-45 et de Monté-Cassino, qui, hasard de la vie, s’était incrusté dans plus grande ferme de la commune, où il avait tous les pouvoirs, pendant que son patron jouait de l’accordéon dans les fêtes du pays.
              Ouais, le racisme anti-arabe, des Zemmour, Le Pen et consort doit énormément à la guerre d’Algérie, et à la convocation du contingent par le socialiste Guy Mollet !
              Récemment c’est venu sur le tapis dans une conversation avec un voisin, catho profond, qui au soir de sa vie m’a fait cette confession :« savez-vous qu’elle est ma fierté principale ? Avoir traversé la guerre d’Algérie (25mois) sans avoir ni tué ni blessé personne... » et un autre, coco comme moi, qui vient de mourir « J’ai vu plein d’Oradours en Algérie... »


            • marmor 5 novembre 15:11

              @CN46400
              Ouais, le racisme anti-arabe, des Zemmour, Le Pen et consort doit énormément à la guerre d’Algérie, et à la convocation du contingent par le socialiste Guy Mollet !
              Vous êtes sûr de ça ? C’est peut-être l’attitude des 3ème et 4ème génération d’arabes qui déclenche ce phénomène de racisme,non ?


            • Cadoudal Cadoudal 5 novembre 15:29

              @marmor
              tellment le mariage il es rempli de cassos ki se marient entre cousins en dirré une classe de 3ème a Sarcelles

              Un mariage froncé (vidéo)

              https://twitter.com/mymiii_92/status/1190640428799942656?ref_src=twsrc%5Etfw


            • CN46400 CN46400 5 novembre 15:46

              @marmor
              En Algérie, l’outil de base de Le Pen, et de bien d’autres, était la gégène... Allez dans un repas de la FNACA et vous entendrez de quoi il est question... Le seul auquel j’ai participé a eu lieu en 83, pendant les grèves Citroën qui concernait des marocains, çà m’a vacciné définitivement !
               Il est curieux que dans le doc dont on parle, c’est celui qui après avoir boudé le galon de caporal, est fier de celui de sergent, au point d’être volontaire pour une « corvée de bois », qui note le développement du racisme boosté par la guerre d’Algérie...


            • exol 5 novembre 16:01

              @CN46400
              Et tu penses quoi des attentats commis par cette engeance sur notre territoire ??? Ceux du Bataclan , de Nice , de Toulouse , de Charlie hebdo te remercient de ta compassion. S’ils revenaient tu verrais la fête qu’ils te feraient.


            • Bella Ciao 5 novembre 16:56

              @CN46400
              Effectivement, le cas que vous citez du caporal n’affichant pas ses chevrons de couleur (étonnant, d’ailleurs !) mais qui devient particulièrement obéissant comme sergent est surprenant et choquant. Mais il montre en même temps tout à la fois nos contradictions individuelles au sein d’un collectif lui aussi bourré de contradictions et les conséquences d’actes perpétrés par l’adversaire, soit directement connus, soit racontés par les officiers de l’action psychologique...


            • Bella Ciao 5 novembre 17:12

              @jymb
              Je suis moins catégorique que vous et j’ai aussi entendu parler de soldats découpés à la hache, de victimes du « sourire kabyle »...
              Cela dit, il y avait un double risque : celui du manichéisme, celui du seul filtre de ces témoins interviewés.


            • Bella Ciao 5 novembre 17:30

              @CN46400
              Cessez-le-feu, et indépendance reconnue : 1962

              La Bataille d’Alger (Gil Pontecorvo) 1970
              Avoir vingt ans dans les Aurès (René Vauthier) sorti en 1966 mais autorisé seulement en 1971
              Le vent des Aurès (du réalisateur algérien Lakhdar Amina) : 1972
              La guerre d’Algérie (Yves Courrière) : 1972
              RAS (Yves Boisset) : 1973
              Récemment (2007) : L’ennemi intime.

              Il y a eu beaucoup d’autres films soit directement sur cette guerre, soit avec cette guerre en arrière plan. Il y a déjà eu des émissions du genre de celle-ci (avec parfois débats suivant la projection)...


            • Carte Senior Carte Senior 5 novembre 18:18

              @Bella Ciao Vous avez raison en parlant des contradictions du soldat (et pas que là !) et des contradictions de l’armée et du politique durant toutes ces années...


            • Carte Senior Carte Senior 5 novembre 18:22

              @Bella Ciao Tout à fait.


            • JulietFox 5 novembre 18:26

              @jymb
              Dans les souvenirs écrits de mon frère classe 58, il y ces mots terribles : « Nous nous comportons comme les SS en France ».


            • Carte Senior Carte Senior 5 novembre 18:41

              @JulietFox C’est tout le cas de conscience du général de Bollardière : issu, comme tant d’officiers supérieurs et généraux, des forces françaises libres, ces gens s’étaient jurés « plus jamais ça ! ». L’Indochine est passée par là, puis l’Algérie. Cette dernière défie les « lois de la guerre telle qu’enseignée dans les hautes écoles militaires. C’est l’amorce des guerres »asymétriques« . La doxa de la lutte contre »le terrorisme« est développée à l’occasion de »la bataille d’Alger« . Bollardière (cherchez sur wikipedia) refuse d’appliquer les consignes de Massu, refuse l’extorsion du renseignement par la torture. Et brise une »belle" carrière (j’ai écrit belle entre guillemets car l’idéal militaire n’est pas partagé par toutes et tous).


            • CN46400 CN46400 5 novembre 21:26

              @Bella Ciao
              Ces films sont des bonnes fictions, or j’ai comparé avec « le chagrin et la pitié » qui, lui aussi, est une suite d’interviews...


            • CN46400 CN46400 5 novembre 21:40

              @exol
              Ma compassion est totale pour tous les innocents, y compris les têtes brûlées de tout bord, qui croient qu’on peut grandir en obéissant à des ordres idiots.


            • Carte Senior Carte Senior 6 novembre 00:36

              @CN46400 Le chagrin et la pitié est un vrai film, c’est l’œuvre d’un cinéaste. Je n’ai pas trouvé que ces deux épisodes d’interviews avaient une réelle qualité cinématographique.


            • Nass 6 novembre 00:51

              @jymb Ainsi ! Tes « oncles » et « voisins » avaient tout...« perdu » ! Les Algériens, eux, rien !
              https://www.fichier-pdf.fr/2015/12/23/habart-michel-histoire-d-un-parjure/habart-michel-histoire-d-un-parjure.pdf


            • CN46400 CN46400 6 novembre 08:01

              @Carte Senior
              Je ne parle pas de la qualité cinématographique, mais du contenu, et uniquement du contenu. Comme vous j’attends le Max Ophuls de la guerre d’Algérie....


            • kimonovert 6 novembre 15:20

              @marmor

              Bonjour, Demaretz l’auteur de https://mobile.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-debuts-du-parachutisme-218961#commentaires m’a viré pour critique acerbe de sa prose ! Donc si ses prochaines bavasseries sont toujours aussi teintées d’amateurisme je posterais mes corrections ici sous votre pseudo pour que vous les colliez en commentaire de son post ! OK ? Merci.


            • jymb 5 novembre 13:47

              En fait, celà m’a rappellé les « micro trottoirs » ou bien encore l’émission « Le téléphone sonne » où les inervenants sont trés soigneusement triés sur le volet pour coller à la pseudo réalité que les réalisateurs veulent fabriquer de toutes pièces.

              Quelques recherche sur internet vous aideront à trouver des témoignages, notamment en livres, beaucoup moins trafiqués 


              • Bella Ciao 5 novembre 17:04

                @jymb
                Je ne sais pas si cette émission avait l’ambition d’embrasser réellement ces huit années et toute la toile de fond de cette guerre. D’ailleurs il y a peu de repères historiques saillants (pas de « bataille d’Alger », pas de janvier 60 avec les barricades...) mais des faits-clés suggérés : par exemple la visite de De Gaulle implique qu’il y a eu le 13 mai 1958, que la 4ème est tombée.
                Personnellement, j’ai pensé que la guerre ainsi racontée est celle vécue (là où ils étaient) et mémorisée par ces quelques personnes interrogées.


              • Carte Senior Carte Senior 5 novembre 18:14

                @Bella Ciao C’est aussi mon point de vue. Plutôt que « Algérie, la guerre des appelés » il aurait fallu titrer « Algérie, des appelés dans la guerre ». Nous avons tous (du moins mes aînés -par exemple les rappelés de 1956- et ma génération) des « souvenirs » à raconter et des choses à dire ; en moins de 10 ans, des dizaines de milliers de jeunes hommes sont entrés dans la vie d’adulte sous un uniforme et « là-bas ». Et le tout est d’une complexité phénoménale qui interdit toute simplification manichéenne. C fut un drame humain pour toutes les personnes et toutes les populations concernées...


              • Carte Senior Carte Senior 5 novembre 18:19

                @jymb Je ne sais pas si c’est à ce point là...


              • JulietFox 5 novembre 18:37

                @Carte Senior
                A lire autres que Le choix des larmes : L’Algérie a en mourir de Jack Roland ed Corollys, Les Egorgeurs qui me fut prêté.
                La FRance refuse encore de nous mùontrer la vérité.
                Mais dans ce téléfilm, ces appelés, ou rappelés, comme mon frère, relevèrent la misère du peuple algérien. Les grands colons, considérant les fellahs, comme des chiens.
                 Je ne cautionne pas bien entendu les horreurs de part et d’autres.


              • JulietFox 5 novembre 18:50

                @Carte Senior
                Souvenirs de mon frère.

                "Arrivé à Tiaret, chef lieu de la région, le train ne va pas plus loin. Des camions nous hissent jusqu’au poste militaire, sur les hauteurs de la ville. Heureusement ! Le paquetage pèse lourd. Tiaret, la cité la plus pro-française,  à 98 % lors du dernier référendum. En remerciement, de Gaulle est venu visiter « sa ville ». Ce jour-là elle était particulièrement  propre. De l’eau courait dans les caniveaux. Mon Général, on ne vous a pas dit qu’elle sortait de camions citernes garés là-haut, tout en haut. "


              • CN46400 CN46400 5 novembre 21:52

                @JulietFox
                Et aussi un petit livre qui a fait beaucoup de bruit lorsqu’il paru sous le manteau (1958) : La Question d’Henri Alleg


              • Carte Senior Carte Senior 6 novembre 00:28

                @JulietFox J’ai connu Tiaret en août 1958. J’essaie de me souvenir si ce camp qui dominait la ville s’appelait citadelle, fort, redoute...


              • Nass 6 novembre 00:53

                @Carte Senior Le « drame humain » fut en premier celui des Algériens.
                Pour t’en convaincre : https://www.fichier-pdf.fr/2015/12/23/habart-michel-histoire-d-un-parjure/habart-michel-histoire-d-un-parjure.pdf


              • Andy21 5 novembre 18:21

                1961 : je suis sursitaire , étudiant et enseignant stagiaire. On casse mon sursis et on m’envoie directement en Algérie. Classes pendant 4 mois. Je devais suivre la formation des élèves officiers. Je profite d’une hospitalisation à Alger ( cloison nasale modifiée ) pour éviter de devenir un acteur de ce conflit que je désapprouve : les Algériens sont chez eux, et pas les Français depuis leur colonisation. Je suis muté à Oran : 61è BI ( = Bureau d’Information = service de renseignements = DOP ... = service dédié aux opérations utilisant la torture... ). Nous sommes en Mars 1962 ; entretiens d’Évian ; De Gaulle interdit les tortures et dissout le 61è BI ; Accords d’Évian ; 21 Mars : Cessez-le-feu . Alors après le push des Généraux de L’OAS, le Port d’Oran est en feu... Référendum = indépendance de l’Algérie. Juillet = Événement d’Oran , l’armée française n’intervient pas ; plusieurs centaines de morts à cause des fusillades causées par certains Bataillons de l’armée algérienne... 4 appelés de nos services rattachés au SDECE ( Renseignements ) sont enlevés... Retour en France à la fin de mon incorporation de 18 mois... L’émission n’a ni mentionné ni développé " l’après cessez-le-feu en Algérie... dommage.


                • Carte Senior Carte Senior 5 novembre 18:29

                  @Andy21 Témoignage qui renforce ma présentation en ce qui concerne l’après 3 juillet 1962. La personne rencontrée samedi (bâchelier, licence, diplômé CREPS... mais EOR cassé et envoyé en disciplinaire) qui m’avait indiqué ce programme télé a vécu cette période. Peu attaché à la chose militaire (c’est le moins que l’on puisse dire) il est néanmoins encore outré qu’on ait pu ne pas donner la carte « du combattant » (et la retraite afférente) à sa génération.


                • Nass 6 novembre 00:57

                  @Andy21 Et « l »émission« n’a pas plus »développé« TOUTE LA RÉALITÉ.
                  Lis »L’honneur de Saint-Arnaud" (que condamne Victor Hugo). Et juste pour t’éclairer un peu, ce lien : https://www.fichier-pdf.fr/2015/12/23/habart-michel-histoire-d-un-parjure/habart-michel-histoire-d-un-parjure.pdf


                • CN46400 CN46400 6 novembre 09:16

                  @Andy21
                  « L’émission n’a ni mentionné ni développé » l’après cessez-le-feu en Algérie... dommage."
                  Vous avez raison, mais dans ce cas il aurait fallu parler de l’OAS et de ses relations avec les pieds noirs. Mais on peut en parler avec le maire de Bésiers, ou avec le compagnon de Marine et alors vous comprendrez...


                • Carte Senior Carte Senior 6 novembre 10:10

                  @CN46400
                  Ils ont parlé de l’OAS, du moins en Algérie (sur le tout début de la période « terre brûlée »). Mais le témoignage de l’ancien « pied noir » passé à l’OAS après avoir été soldat (volontairement affecté en Algérie) est, en quelques mots, significatif et... lucide un demi-siècle plus tard.


                • titi 6 novembre 17:33

                  @Andy21
                  Ni les accords secrets d’Evian entre la France et le FLN permettant à notre pays de finir les expérimentations de l’arme nucléaire contre monnaie sonnante et trébuchante pour ceux que celà interresse : http://www.lescobayesdelarepublique.org/  

                  http://www.moruroa.org/Texte.aspx?t=329

                  http://www.3emegroupedetransport.com/FermetureBases.htm


                • JulietFox 5 novembre 18:41

                  Comme m’a dit un de mes amis, lieut’ dans les commandos de chasse de Bigeard« La guerre c’est sale, les Conventions de Genève, du pipeau. Donc, il ne faut pas la faire.

                   »La guerre, n’est que la continuation de la politique, par d’autres moyens" Clauzewitz.


                  • exol 5 novembre 19:16

                    Mon oncle s’en est farci 18 Mois de l’Algérie , quand il est revenu , pendant 6 Mois il était complètement bargeot , il dormait avec un couteau sous son oreiller. Il en parle jamais de sa guerre en Algérie. Mais je suis sur que les Fellouzes étaient aussi bon dans la torture et les exactions , quand ils coupaient le sexe des prisonniers et leurs fourraient dans la bouche , de vrais petits anges .


                    • OMAR 5 novembre 20:04

                      Omar9
                      .
                      @exomil
                      .
                      Les nazillons, c’étaient des énergumènes comme toi et ton oncle qui ne s’embarrassaient pas à larguer du napalm sur des mechtas et villages peuplés de civils algériens désarmés et inoffensifs.
                      Tiens, cadeau pour toi, le témoignage de l’un d’entre-eux :
                      https://www.youtube.com/watch?v=HFZ2UKKvejE


                    • exol 5 novembre 20:14

                      @OMAR
                      Mon oncle il avait rien demandé , on l’a envoyé dans ton bled pourri et on lui a pas demandé son avis , il a fait le job qu’on lui a demandé , il a servi le drapeau français , contrairement à toi qui lui crache dessus tous les jours , qu’est ce que toi petit salopard tu as fait pour la France mise à part vivre à ses crochets.
                      Je vais transmettre derechef aux anciens combattant d’AFN la haute estime que tu as pour eux et pour les familles qui ont laissés leurs fils là bas .


                    • CN46400 CN46400 5 novembre 21:43

                      @exol
                      Ouais mais eux ils étaient chez eux, et pas les notres....


                    • OMAR 5 novembre 22:46

                      Omar9
                      .
                      @exomil
                      .
                      Ton oncle avait voté pour le gouvernement qui l’a envoyé dans un pays « pourri » pour massacrer des innocents ou pour que lui même se fasse tuer.
                      .
                      Il a servi des colons, des charognards et des barbares qui pillaient ce pays « pourri » de son agriculture, de ses matières premières, de son pétrole, et, occasionnellement de ses jeunes « indigènes » qu’il envoyait crever à Verdun ou en Moselle pour qu’une vermine de ton espèce puisse voir le jour.
                      .
                      En tant que morbac, tu dois te cacher, car demande à ton oncle, la maison que tu habites, c’est Mokrane ou Mouloude qui l’a construite.
                      De même que la route sur laquelle tu roules.
                      .
                      Alors,arrête de jouer au cancrelat,

                      et va rejoindre le moujik @popovitch qui est en train de chercher la tête de l’infâme terro @Cadoucal.


                    • exol 5 novembre 23:21

                      @CN46400
                      çà c’est une autre histoire , mais les pauvres gars qu’on envoyait là bas n’avaient jamais vu l’Algérie avant , et si tu refusais les ordres c’était 12 balles dans la peau contre un poteau . Faire porter le chapeau à des pauvres gars qu’avaient rien demandé faut être gonflé . Tu sais ce que veut dire servir son pays , çà veut dire que t’as pas le choix. Alors respectes au moins ceux qui sont tombés pour servir la France. Et quand des salopards de Muzzs viennent encore nous narguer et accuser nos militaires d’être des nazis et qu’ils viennent encore prétendre nous mettre en place chez nous faut être une lavette pour ne pas réagir. Tu pleures sur les Algériens et tu craches sur la tombe des soldats qui on servi le pays , es tu sur d’être français ??? Tu vois c’est pour çà que ce pays se barre en couille parce qu’on ne respecte plus rien.



                    • CN46400 CN46400 6 novembre 08:18

                      @exol
                      « et si tu refusais les ordres c’était 12 balles dans la peau contre un poteau »
                      Harkis mis à part, cela n’est jamais arrivé, par contre les régiments disciplinaires ont bel et bien existé. Mais il y a eu des déserteurs dont le film ne parle pas.
                      Quand aux « muzzs », ils ne m’ont jamais nargué. C’est des prolos que je respecte comme les autres, avec leurs défauts, et leur qualités. Alors, suis-je français ? Je ne sais, sauf que le premier des ancêtres que je connais est un soldat embauché dans l’armée de Louis16 et débauché 28 ans plus tard, après la retraite de Russie....


                    • popov 6 novembre 09:42

                      @OMAR

                      et va rejoindre le moujik @popovitch qui est en train de chercher la tête de l’infâme terro @Cadoucal.


                      Je vous manque à ce point que vous me cherchiez sur un fil où je ne suis même pas intervenu ?
                      Je viens de visionner quelques entretiens de Zineb El Rhazoui sur youtube. Çà c’est une femme courageuse qui continue même sous les menaces des blaireaux mahomerdiens. Rien à voir avec vos minables pleurnicheries de victime professionnelle.

                    • popov 6 novembre 09:51

                      @OMAR

                      En tant que morbac, tu dois te cacher, car demande à ton oncle, la maison que tu habites, c’est Mokrane ou Mouloude qui l’a construite.

                      Les Mokrane et Mouloude d’aujourd’hui ne sont plus ce qu’ils étaient.

                      Pour construire la mosquée pharaonesque de Boutef, l’Algérie a dû faire appel à une entreprise chinoise. Pas seulement les ingénieurs et les architectes chinois, mais aussi les ouvriers dans un pays où il y a tant de chômage. La raison, d’après les Chinois : « les Algériens travaillent moins, et moins bien, que les Chinois et ils rouspètent tout le temps ».


                    • CN46400 CN46400 6 novembre 12:00

                      @exol
                      Pour motiver le soldat, il faut lui faire haïr l’adversaire. En 14 les « shleu » occupaient une partie du territoire, c’était des affreux occupants qu’il fallait chasser.
                      En Algérie, comme on ne pouvait pas dire cela, on s’est, en haut lieu, rabattu sur le racisme. Les juteux expliquaient aux bidasses que tuer un arabe n’était pas tout à fait un crime puisque qu’un arabe ne valait quelque chose que lorsqu’il était commandé par un européen, français de préférence....


                    • Carte Senior Carte Senior 6 novembre 16:20

                      @CN46400 Attention : les chleuhs (en fait une population berbérophone du Maroc) est passé dans le langage + ou - argotique français durant la seconde guerre mondiale pour parler des « boches ». En revanche, boches fut bien l’appellation conférée aux soldats allemands dès 1914 et fut reprise très généralement en 39-40 (À partir de l’invasion-occupation de 1940, on aura aussi « chleuhs », « vert-de-gris », « teutons », nazis, hitlériens, « l’occupant »...). Je revois cette sentinelle allemande me tendant un bonbon (fin 1943 ou début 1944) alors que ma mère me tirait par le bras et moi de demander « c’est un boche ? » et ma mère de tirer plus fort et d’accélérer le pas... Pour l’Algérie, je pense qu’il faut éviter certaines généralisations : cela au sujet de vos juteux... Nos expériences sont toutes très variées et donc différentes.


                    • titi 6 novembre 17:44

                      @OMAR
                      Toujours aussi objectif le Omar ...

                      Il en fut de même après la guerre, quand des civils européens disparurent dans les mains de milices armées ou quand d’anciens auxiliaires de l’armée française furent liquidés par les représentants du nouveau pouvoir algérien : personne n’était là pour tenir le compte précis de ces morts et pour identifier leur sépulture.

                      Or, en Algérie comme en France, ici comme ailleurs, comparer des nombres et estimer le poids respectif de souffrances ramenées à des chiffres devenus eux-mêmes mythes ne rend pas compte de la douleur individuelle et du vide que ressentent les proches.



                    • titi 6 novembre 17:48

                      @OMAR
                      Toujours aussi objectif le Omar ...

                      Il en fut de même après la guerre, quand des civils européens disparurent dans les mains de milices armées ou quand d’anciens auxiliaires de l’armée française furent liquidés par les représentants du nouveau pouvoir algérien : personne n’était là pour tenir le compte précis de ces morts et pour identifier leur sépulture.

                      Or, en Algérie comme en France, ici comme ailleurs, comparer des nombres et estimer le poids respectif de souffrances ramenées à des chiffres devenus eux-mêmes mythes ne rend pas compte de la douleur individuelle et du vide que ressentent les proches.


                    • CN46400 CN46400 7 novembre 08:16

                      @titi
                      « Il en fut de même après la guerre, quand des civils européens disparurent dans les mains de milices armées »
                      SVP vous pouvez détailler un peu.....


                    • robert robert 5 novembre 21:50

                      si le « Code Colonial » n’avait pas existé, de l’Algérie il en serait autrement, malgré les massacres de la conquête

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès