• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Algérie : le Hirak à l’épreuve de la contre-révolution

Algérie : le Hirak à l’épreuve de la contre-révolution

La « transition » politique imposée aux Algériens par le biais de l’application de l’article 102 de la Constitution ne garantit en rien l’avènement d’une République digne de ce nom. Cette solution constitutionnelle intervient comme un traitement palliatif permettant au pouvoir de se maintenir le plus longtemps possible. Il s’agit d’une bouée de sauvetage destinée à « repêcher » les hommes du sérail, c’est-à-dire tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, ont conduit le pays à la dérive. A vrai dire, il n’y a pas que Bouteflika qui soit contesté ; toutes les personnes qui l’ont accompagné, soutenu et applaudi font l’objet d’un rejet massif de la part de la population. Il serait donc maladroit d’ignorer (ou de faire semblant d’ignorer) cette donnée fondamentale.

Depuis 1962, le régime en place n’a fait que pervertir le paysage politique par des schèmes coercitifs portés par des discours et des pratiques qui s’opposent au bon sens. Dans ce sillage, l’action militante a longtemps été considérée comme un facteur de déstabilisation, ce qui justifiait sa diabolisation, sa récupération et, le cas échéant, sa répression. Désormais, force est de constater que les tenants du pouvoir n’ont à aucun moment fait l’effort de se remettre en question, ne serait-ce que pour être en phase avec l’air du temps. Ils ont ainsi fini par s’ériger en caste totalement déconnectée du vécu des citoyens ordinaires, à tel point qu’ils n’ont plus aujourd’hui la légitimité de continuer à gérer les affaires politiques et économiques du pays. C’est de cette faillite générale qu’est né le Hirak du 22 février 2019, dont l’objectif principal est d’en finir avec un système prédateur afin de contourner l’impasse historique dans laquelle se trouve l’Algérie.

L’installation d’Abdelkader Bensalah dans ses fonctions de président intérimaire, à la suite du retrait forcé d’Abdelaziz Bouteflika de la tête du pays, va à l’encontre des revendications exprimées par la rue, lesquelles exigent le départ immédiat de tous les symboles du système. Bien qu’elle soit en apparence constitutionnellement justifiée, cette démarche est loin de conduire à une sortie de crise paisible. Au contraire, le risque que la situation dégénère et bascule dans le chaos est plus que jamais pesant. En d’autres termes, il est temps d’admettre une bonne fois pour toutes que la solution n’existe pas dans la Constitution, mais en dehors de celle-ci. Il faut bien comprendre qu’à ce stade de révolte, le peuple n’est pas en position de demander ou de négocier quoi que ce soit, mais plutôt dans celle d’exiger et d’imposer sa feuille de route. C’est ici que réside toute la nuance de cette dynamique révolutionnaire, consciemment assumée, dans laquelle se sont engagés les Algériens.

Il existe ici et là des adeptes d’un discours sécuritaire qui consiste à sacrifier cet élan populaire sur l’autel de la raison d’Etat. Etant l’homme du système le plus visible depuis le début des événements, Gaïd Salah tente à présent de freiner ce mouvement. Son discours du 10 avril 2019, tenu lors de sa visite à la 2e région militaire, illustre bien cette position. Il semble que pour lui la « stabilité » du pays prime sur le processus de changement réclamé par le peuple. De toute façon, cette position est facilement compréhensible quand on sait d’où vient et où va ce personnage qui n’est autre que le chef d’Etat-Major de l’Armée. Il est même inutile de s’attendre à une réaction plus souple de sa part, d’autant plus que le problème actuel échappe à son champ d’intervention puisque celui-ci est strictement d’ordre politique. Cela disqualifie complètement sa sortie et rend aberrante sa tentative d’influencer l’opinion publique. A ce sujet, il convient de rappeler que ses propos ne vont pas jusqu’au bout des choses. Par exemple, il accuse des parties d’œuvrer à la déstabilisation du pays, sans pour autant donner de noms ou avancer des preuves. Cette démarche vise à alimenter le flou et la suspicion au sein du mouvement de contestation qui ne cesse de hausser le ton en fonction de l’évolution de la situation. En parlant à maintes reprises de « revendications irréalisables », l’homme en question dévoile son positionnement défaillant à l’égard des aspirations populaires et sa vision tronquée de la réalité. Ainsi montre-t-il que non seulement il n’adhère pas au projet de société prôné par les civils, mais aussi qu’il n’est pas en mesure de soutenir concrètement l’idée d’un changement total et radical.

La révolution pacifique du peuple algérien est désormais face à un contre-hirak mené par les appareils de l’Etat, suivant des mécanismes développés et affinés au cours de plus de cinquante ans de règne illégitime. D’ailleurs, la répression qui commence à refaire surface depuis quelques jours est un indice qui laisse penser que la caste dirigeante ne compte point renoncer à ses réflexes autoritaires d’antan. Ainsi, malgré le départ de Bouteflika, les agents du système sont toujours en poste, se cachant derrière des manœuvres constitutionnelles afin de compromettre le débat politique en cours. Jusque-là, leur plan semble bien fonctionner en dépit de la résistance farouche que leur oppose la rue.

Mokhtar BOUGHANEM


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • blablablietblabla blablablietblabla 11 avril 18:12

    On entend plus le larbin du fln , Chemse dine Chitour. Il doit être dans le désert avec les chameaux histoire de se faire oublier.


    • Christian Labrune Christian Labrune 12 avril 00:11

      à l’auteur,

      Excellent article, qui décrit très bien une situations plus que préoccupante. Effectivement, si on a bien rangé la momie qui, de toute façon, n’était qu’une espèce de vieux meuble dans un coin, ceux qui tiraient les ficelles dans l’ombre, eux, sont toujours là, obligés seulement de s’exposer un peu plus. La situation, depuis les premières manifestations, n’a guère changé,
      Aux informations de ces derniers jours, on apprenait que pour la première fois on avait commencé à utiliser contre les manifestants les canons à eau et les gaz lacrymogènes.
      Et les islamistes tapis dans l’ombre, qui espèrent pouvoir tirer les marrons du feu, après une situation de crise qui commence tout juste à prendre forme, montrent-ils déjà le bout de leur nez ?


    • Christian Labrune Christian Labrune 12 avril 00:26

      On entend plus le larbin du fln , Chemse dine Chitour.

      ...........................................
      @blablablietblabla

      J’avais fait la même remarque il y a déjà une quinzaine de jours. A mon avis, il doit être dans ses petits souliers. Ses articles, il y a quelques années, étaient fort commentés parce que je me chargeais toujours de lui apporter une contradiction propre à susciter le débat. Mais depuis qu’il avait trouvé le truc qui permet, sur ce forum, d’empêcher n’importe qui de publier des critiques, je ne pouvais plus rien écrire. Du coup, il semblait bien qu’il qu’il n’y eût plus grand monde pour s’intéresser à sa bavarde indigence. Son cas, comme celui de Bouteflika, requiert le formol.


    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 12 avril 12:29

      @blablablietblabla

      Très bonne observation...


    • Christian Labrune Christian Labrune 12 avril 12:43

      @blablablietblabla

      Nous avons parlé trop vite ! Il bouge encore et je viens de voir son dernier article, sur... la Libye ! Bon pied, bon oeil. Si bon oeil qu’il est même capable voir ce qui se passe de l’autre côté de la Tunisie. Et pourtant, me dit la voix charmante de l’assistant Google que je viens d’interroger, Alger est à 1255 kilomètres, en voiture, de Tripoli. Donc, nous pouvons nous rassurer, il voit loin.

      Moi aussi, je vois loin très bien de loin, même sans lunettes, mais comme j’ai depuis longtemps passé la quarantaine, je suis presbyte autant qu’on peut l’être. Il y a quelques jours, la vis d’une de mes branches de lunettes pour voir de loin est tombée, et même avec les lunettes pour voir de près sur le nez, plus une loupe, j’ai eu un mal de chien à la remettre en place : ce qui est sous mon nez, je ne le vois plus.


    • blablablietblabla blablablietblabla 12 avril 13:22

      @Christian Labrune
      Bonjour Labrune, il a fait un article aujourd’hui que j’ai survolé mais pas sur l’Algérie.
      Vous avez raison il doit être dans ses petits souliers.


    • dr.jambon-beurre dr.jambon-beurre 12 avril 07:24

      On s’en fout de l’Algérie...


      • Christian Labrune Christian Labrune 12 avril 12:15

        On s’en fout de l’Algérie...

        ............................................
        @dr.jambon-beurre

        « Homo sum, nihil humanum mihi alienum puto ». C’est-à-dire : je suis homme, rien de ce qui est humain ne m’est étranger. C’est ce qu’écrivait déjà Térence au deuxième siècle avant notre ère.
        A l’époque, le monde connu, qui n’était pas bien grand, paraissait immense et presque infini. Aujourd’hui, notre planète n’est plus qu’un petit village où les distances ne comptent pas. Les images de ce qui se passe dans une rue d’Alger nous arrivent à Paris à la vitesse de la lumière, c’est-à-dire quasi instantanément, et ce qui advient n’importe où dans le monde aura des répercussions pour nous. Notre bonheur ou notre malheur sont étroitement dépendants, à plus long terme, de ce que vivent les Algériens de l’autre côté de la petit mare.


      • medfichouche medfichouche 12 avril 11:31

        Bonjour Mokhtar !

        Mon ami, il suffit de connaitre les lieux de retraites, de repos de vacances, d’investissements, d’achat d’immobilier, de séjours de maladie (souvent avec un retour dans un cercueil) des hommes au pouvoir, depuis le président de la république, jusqu’au dernier des maires et des j’en passe.... Pour se rendre compte que l’Algérie de mama Fafa est toujours présente, elle le sera toujours pour leurs progénitures.

        Tous les chiots ne peuvent pas profiter du même sein, les plus faibles (la majorité du peuple) sont rejetés.


        • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 12 avril 12:28

          @auteur

          On doit d« abord comprendre soi-même avant de vouloir informer utilement les autres !


           »La « transition » politique imposée aux Algériens par le biais de l’application de l’article 102 de la Constitution ne garantit en rien l’avènement d’une République digne de ce nom. « 

          Quelle est cette transition imposée au Algériens ? C’est le verrouillage total, c’est le blocage total, c’est la constipation ! 

          L’Art 102 aurait pou être la solution puisqu’il prévoit la destitution d’un chef d’Etat incapable de présider (pour des raisons diverses)...

          Or la malhonnêteté collective algérienne a ignoré cet article et toute la Constitution jusqu’à ce qu’elle soit éclaboussée par la Vérité et par la réalité du terrain ! 

          Tous les responsables corrompus et corrupteurs du régime avaient déclaré fièrement à la face du monde que »Bouteflika n’était pas malade« et trois présidents français se sont expressément rendus à Alger pour confirmer que »seul Bouteflika peut diriger...« 

          Le parlement n’avait pas pris ses responsabilités pour voter l’Art 102...

          L’armée n’avait pas eu le courage de prendre ses responsabilité pour justement écarter les irresponsables et les corrompus en suspendant la Constitution comme cela se fait dans les cas exceptionnels dans tous les pays du monde !

          — Et enfin tous les bricolages, les destitutions, les désignations, les démissions, les fuites, les désertions, les déballages et les trahisons... En pleine désinformation et en pleine pollution des esprits ET DANS UNE MONSTRUEUSE MANIPULATION ...Tout cela pourquoi ?


          La TRANSITION n’a pas fleuri le »22 février« , elle a été lancée dès le début du 1er mandat de Bouteflika et elle a été développée et expliquée quotidiennement ici : https://www.facebook.com/M.A.Madjour 

          Les journalistes d’El Watan, de Liberté, du Soir d’Algérie mais aussi les sites TSA, Focus, Algérie360 et d’autres, tous complices des médias français surtout France24 ... Tous ont décidé en même temps il y a longtemps de cela de me bloquer et de refuser mes articles et commentaires, tous sont entrain de manipuler et de chauffer la population... Tous sont maudits !


          L’idée, le programme et l’explication de la TRANSITION qui donnera la liberté et l’indépendance aux Algériens sont dans ma page Facebook mais aussi sur mon tableau de Bord Agoravox ! 

          Un petit rappel pour tout le monde :

          Les dernières »MISES AU POINT"

          https://www.facebook.com/notes/mohammed-madjour/septi%C3%A8me-mise-au-point/3196443390381052/

          ET UN CONDENSE D’HISTOIRE...

          https://www.facebook.com/notes/mohammed-madjour/la-transition-ou-le-retour-aux-si%C3%A8cles-obscurs/1208298259195585/?fref=mentions


          • Christian Labrune Christian Labrune 12 avril 12:53

            @Mohammed MADJOUR

            Pensez-vous que les islamistes, en Algérie, puissent encore avoir quelque chance de refaire surface à la manière d’Ennahdha en Tunisie ?
            Ou bien les rescapés du grand naufrage des années 90, pressés d’aborder enfin dans leurs chaloupes à des rivages plus démocratiques, les enverront-ils par le fond, et cette fois définitivement, à grand coups de rame sur la tronche ?


          • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 12 avril 14:07

            @Christian Labrune

            La France est véritablement coincée ! Elle ne peut pas échapper à la Vérité et à la Justice !


          • Hijack Hijack 12 avril 17:07

            @Christian Labrune

            Perso, je ne le pense vraiment pas. Nous avons vu des barbus se faire gentiment sortir des manifs. Le mouvement algérien (hirak) ne souhaite aucune ingérence (et on sait que les islamistes, tout comme les séparatistes genre FFS / RCD etc ...) sont manipulés par l’extérieur.
            .
            La situation est vraiment chaude ... mais le jeune peuple algérien, a contre toute attente atteint une très grande maturité politique et de logique. Souhaitons leur de réussir dans cette révolution pour l’avenir de leur chère nation.


          • Christian Labrune Christian Labrune 12 avril 22:22

            @Mohammed MADJOUR

            Je ne vous parlais pas de la France, mais des islamistes. Nous en avons bien quelques-uns ici et là, mais ce sont des produits d’importation récente, lesquels n’ont rien à voir avec ce que nous faisons depuis des siècles. Par exemple, la pensée rationnelle héritée de René Descartes ou, à un niveau certes inférieur mais point trop méprisable, le vin de Bordeaux, le camembert, le Roquefort ou encore le Jésus, délicieux saucisson qui est une des grandes spécialités de la charcuterie lyonnaise.


          • Christian Labrune Christian Labrune 12 avril 22:34

            Nous avons vu des barbus se faire gentiment sortir des manifs.

            ======================================
            @Hijack

            Cela ne prouve pas grand chose ! Les gilets jaunes, en France, ne voulaient pas non plus se faire « récupérer ». Il n’empêche que les soraliens ont très vite su les induire ici ou là à se comporter comme de véritables nazis, et les fascistes de l’extrême gauche alliés aux islamistes ont sur faire ailleurs, et souvent en même temps, la même chose.
            Le gouvernement sait très bien, par les services du renseignement, qui est derrière les gilets jaunes, mais on préfère n’en rien dire. La presse observe la même pudeur. A l’étranger, on est beaucoup moins discret sur ces questions-là.
            Qui manipule les masses, en Algérie ? On n’en sait rien pour l’instant, mais il faudrait être complètement idiot pour croire qu’il puisse s’agir d’un soulèvement totalement spontané.


          • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 13 avril 14:44

            @Christian Labrune

            Et moi je voulais vous dire que la petite pensée rationnelle du minuscule René Descartes n’a pas sa place en Afrique du Nord ! La France se débrouillera toute seule avec ce qu’elle a produit chez elle ou dans tous les pays qu’elle a empoisonnés !  Mes L.O.G.I.C.I.E.L.S qui sommeillent dans les tiroirs de l’Académie des sciences et au Cnrs feront leur oeuvre...


          • Hijack Hijack 14 avril 16:10

            @Christian Labrune

            Tu parles de Gilets Jaunes ? ... Sache une chose, Soral a tjrs été G.J ... qu’on l’aime ou pas.
            Même en Algérie, j’ai vu bcp de soutiens à Soral, comme lui-même les soutient et en fait même des titres de son association.
            Nazi et Soralien ... tu conclus bien vite.
            De plus, sans être sympathisant nazi et loin de là ... qui manipule les peuples, si ce n’est pas ceux qui soutiennent par exemple Bhl, responsable de la destruction de la Libye, son dirigeant et sa famille, une majorité de libyens non islamistes. Enfin, les islamistes soutiennent toujours les ennemis des nations.
            Donc, ravi de voir les islamistes sortis des manifs en Algérien, tous comme les Bhlistes, ou les séparatistes que Bhl défend, comme par hasard.


          • Christian Labrune Christian Labrune 13 avril 10:31

            J’évoquais plus haut le danger de l’islamisme en Algérie. Je disais aussi que l’athéisme progresse dans le monde musulman. En Egypte, pas mal d’intellectuels assument cette position, et ils sont si nombreux que les abrutis d’Al Azhar commencent à s’en inquiéter, voudraient imposer au pouvoir politique de sévir contre une telle prétention à cette liberté de conscience qui est pour nous, et depuis déjà des siècles, le minimum en matière de liberté publique. Une loi est en préparation, qui tendrait à leur donner satisfaction.

            Or, les Egyptiens ont tâté de l’islamo-fascisme à l’époque où les Frères musulmans de Morsi commençaient à incendier les églises des chrétiens Coptes qui sont encore 15 millions dans le pays, et se préparaient à les massacrer.

            Le goupillon chassé des institutions politiques, restait le glaive militaire qui n’a jamais été le rêve d’aucun démocrate. Au moins, ces dernières années, les Coptes étaient quand même un peu protégés, même si tous les attentats n’ont pas pu être empêchés, mais si le glaive du régime militaire commence à s’accorder demain avec le goupillon des salafistes, c’est vraiment la fin des haricots.

            Il ne me paraît pas que l’Algérie, étant donné l’emprise de l’islam sur tout ce qui touche à la vie quotidienne, puisse être à l’abri de ces sortes de dérives. Ce qui m’inquiète un peu c’est que, justement, les articles qu’on nous propose depuis quelques temps sur une crise algérienne qui nous inspire la plus grande sympathie, ne disent absolument rien de cet aspect des choses.

            Je suggère, si on veut s’informer un peu sur cette question préoccupante, qu’on tape dans Google « Egypte athéisme ». On y trouvera de nombreux articles fort instructifs, dont celui-ci qui est en haut de la liste :

            https://www.marianne.net/monde/l-egypte-prepare-une-loi-pour-criminaliser-l-atheisme


            • Christian Labrune Christian Labrune 13 avril 10:49

              ADDENDUM
              Il serait intéressant pour tous ceux qui s’intéressent à ces questions, de lire les ouvrages de Waleed al-Husseini, un jeune palestinien qui, sur son site internet, n’avait pas hésité à assumer son athéisme. Il se sera très vite retrouvé enfermé et torturé dans les prisons du vieux gâteux de Ramallah.
              Réfugié en France juste un peu avant les assassinats à Charlie Hebdo, il a publié plusieurs bouquins, dont Une trahison française où il rend compte de l’horreur que lui ont inspirée les réactions imbéciles de la presse à ces événements dans ce qu’il croyait être « le pays des droits de l’homme ». Voir l’article de Wikipedia à cette page :
              https://fr.wikipedia.org/wiki/Waleed_Al-Husseini
              On peut également consulter son blog, qui est très bien fait :
              https://la-voie-de-la-raison.blogspot.com/


            • Christian Labrune Christian Labrune 13 avril 11:07

              Je m’étonnais de voir que l’une de mes interventions avait disparu et j’allais la rétablir (je garde systématiquement une copie de ce que j’envoie !). J’y disais à l’auteur, qui m’avait reproché de parler d’un islamisme dont il ne traitait pas, tout le bien que je pensais par ailleurs de son article, et j’avais oublié que je terminais par une protestation concernant un certain nombre d’injures caricaturales qui m’étaient destinées par un intervenant, et dont je me soucie ordinairement fort peu. Je vois, juste au moment de rétablir mon texte, qu’elles ont disparu. C’est bien. La modération se souciant généralement fort peu de ces graves entorses à la charte du forum, je remercie l’auteur d’avoir probablement fait le nécessaire.


              • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 13 avril 18:11

                @Christian Labrune 12 avril 22:34

                @Christian Labrune 13 avril 10:31

                @Christian Labrune 13 avril 10:49

                Je ne suggère à personne ne plonger dans l’Océan google pour chercher quelque chose sur l’Afrique du Nord : 

                Et moi je voulais vous dire que la petite pensée rationnelle du minuscule René Descartes n’a pas sa place en Afrique du Nord ! La France se débrouillera toute seule avec ce qu’elle a produit chez elle ou dans tous les pays qu’elle a empoisonnés ! Mes L.O.G.I.C.I.E.L.S qui sommeillent dans les tiroirs de l’Académie des sciences et au Cnrs feront leur oeuvre...


                • Xenozoid Xenozoid 13 avril 18:14

                  @Mohammed MADJOUR

                  quand 2 robots se rencontre,je vous souhaite un avenire binaire sans doûtes


                • Christian Labrune Christian Labrune 13 avril 21:36

                  Et moi je voulais vous dire que la petite pensée rationnelle du minuscule René Descartes n’a pas sa place en Afrique du Nord !

                  =================================
                  @Mohammed MADJOUR

                  Pourquoi un tel mépris des peuples de l’Afrique du nord ? Vous pensez qu’ils ne seraient pas capable de comprendre Descartes ? Les grands penseurs, d’où qu’ils pensent, deviennent universels. Le moyen âge français doit énormément à Averroès, philosophe arabe, très lu chez nous avant que l’université, condamnant Siger de Brabant en 1277, qui l’avait tant enseigné, mette momentanément un terme à son influence et à celle d’Aristote qu’il avait si bien traduit et fait connaître.

                  Descartes est un immense philosophe, et avec Galilée un des grands penseurs de la science moderne. Songez qu’en 1600, on avait brûlé Giordano Bruno qui s’obstinait à enseigner que l’univers était infini. L’Eglise ne voulait pas admettre, avec Galilée, que c’était la terre qui tournait autour du soleil, et non l’inverse. Mais si vous allez voir à Versailles les horloges astronomiques construites une trentaine d’années après la mort de ces deux-là, vous constaterez qu’en dépit des élucubrations périmées de l’Eglise, elles mettent toutes le soleil au centre du monde : le système de Ptolémée est définitivement mort.

                  S’il y avait eu un Descartes en Afrique du Nord à la même époque, ou un autre penseur de la trempe d’Averroès, ll y a longtemps que l’islam serait aussi moribond que peut l’être désormais chez nous le christianisme. Il est vrai qu’avec le calendrier de l’hégire, on n’en est encore qu’au XVe siècle ! J’ose toutefois espérer qu’il ne faudra pas encore en attendre près de six pour que le monde musulman sorte de son moyen-âge, de ses délires coraniques, et renonce à sa fascination pour les grands massacres. Je n’ai vraiment pas envie de revoir l’Algérie plongée dans les horreurs de la fin du siècle dernier.


                • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 14 avril 13:03

                  @Christian Labrune Vous aggravez votre cas déjà gravissime...
                   
                  « Pourquoi un tel mépris des peuples de l’Afrique du nord ? Vous pensez qu’ils ne seraient pas capable de comprendre Descartes ?  »

                  J’ai au contraire dit que Réné Descartes n’arrivait pas à la cheville des Sages Nord Africains ! Vous êtres troublé ? 

                  « Je n’ai vraiment pas envie de revoir l’Algérie plongée dans les horreurs de la fin du siècle dernier. »

                  Rassurez-vous, les vieilles marmites de l’Elysée ne produiront plus jamais de recettes terroristes ...

                  01) Pour les « Algériens », la révolution est celle-là : https://www.facebook.com/notes/mohammed-madjour/la-transition-ou-le-retour-aux-si%C3%A8cles-obscurs/1208298259195585/?fref=mentions

                  02) Les Français (Les Gilets jaunes) ont, eux aussi un révolution à conduire, ils changeront la France ou la France siégera dans la Ligue des ZZZarabes !

                  La mission des Deux Rives : Ni « printemps arabe désertique », ni « Floréal fané » ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès