• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Algérie : une crise économique en perspective

Algérie : une crise économique en perspective

   L'Algérie est, semble-t-il, condamnée à vivre des moments très difficiles dans les mois, voire les années à venir. Notre pays est paralysé par un statu quo politique insoutenable, alors qu'il se trouve confronté à une crise économique et sociale majeure qui touche gravement toutes les catégories de la population, en particulier les plus démunis.

   Les grèves et les mouvements sociaux dans les secteurs de l'Education, la santé et les services publics reflètent un état généralisé de déliquescence. En témoignent le manque de liquidités au niveau des postes, les coupures d'eau récurrentes dans la capitale et ailleurs dans l'Algérie profonde, les pénuries de produits de base, etc.

 

   En réalité, depuis 2020, les autorités publiques ont procédé à la dévaluation du dinar dans l'espoir d'augmenter les recettes budgétaires qui entrent dans les caisses du Trésor public, en convertissant les recettes des exportations en devises provenant des ventes des hydrocarbures à l'étranger. Or, une telle dévaluation n'a eu comme effet que la baisse du pouvoir d'achat des ménages entre 2020 et 2021. En conséquence, l'indice de l'inflation (2,6% fin-janvier dernier) a déséquilibré notre économie, largement dépendante de la rente pétrolière, provoquant une rupture de confiance sur le marché économique. Le pouvoir va-t-il opter, désormais, pour une nouvelle dévaluation du dinar ? Pas sûr ! Car, déjà testée, en vain, entre 2014 et 2016, lors du choc pétrolier ayant vu les prix du baril chuter à plus de 70 % en 2 ans, mettant ainsi un terme à une période de prix historiquement élevés, débutée en 2003, celle-ci a montré ses limites. D'ailleurs, pendant cette période, il y a eu une dépréciation du dinar de 28% dans le taux de change par rapport au dollar américain, sans qu'aucun programme global d'ajustement ou d'accompagnement n'ait été engagé en parallèle. Ce qui aurait mis en évidence l'inutilité de la procédure et son impact négatif sur les équilibres budgétaires de l'Etat. En effet, l'exécutif Djerrad sait pertinemment que l'accroissement des recettes budgétaires d'hydrocarbures en dinars, à travers la dépréciation du taux de change de la monnaie nationale n'est qu'un levier d'ajustement des ressources budgétaires avec une petite marge de manœuvre. Autrement dit, elle n'est qu' « un moyen d'ajustement partiel et artificiel des recettes du Trésor », pour reprendre les propos de l'ancien gouverneur de la Banque d'Algérie Mohamed Loukal. En clair, l'Algérie gagnera-t-elle quelque chose si jamais elle baisse ou déprécie la valeur de sa monnaie puisqu'elle ne produit presque rien d'essentiel et dépend de l'étranger pour ses importations ? Question embarrassante pour l'exécutif alors que l'on sait que celui-ci a refusé catégoriquement et l'option de l'endettement extérieur et celle de la planche à billets ! Grosso modo, la dépendance structurelle de l'économie algérienne, vis-à-vis des importations n'a laissé aucune chance de réussite à l'éventuelle « manœuvre financière » de dépréciation de la monnaie nationale. Que va faire alors le Président Tebboune face à des réserves de change qui s'épuisent, un secteur des hydrocarbures sans grandes perspectives, l'absence d'une vision économique cohérente pour assurer un développement durable, les graves conséquences de la crise de la Covid-19, des secteurs entiers sans productivité ni valeur ajoutée concrète, un front social sur le qui-vive ? Wait and see !

Kamal Guerroua. 
 


Moyenne des avis sur cet article :  2.83/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 5 mai 15:19

    L’Algérie est en crise économique depuis 1962. Ca s’appelle « néocolonialisme ».


    • Gégène Gégène 5 mai 22:00

      @Séraphin Lampion

      et ce qui vient après le colon, c’est le trou du cul smiley


    • Iris Iris 5 mai 22:15

      @Séraphin Lampion
      Oulala, quel mauvais esprit limite cancel culture !


    • Gégène Gégène 5 mai 17:48

      peut-être qu’une bonne guerre fraîche et joyeuse ?


      • I.A. 5 mai 19:24

        « Algérie : une crise économique en perspective »

        Vous êtes toujours aussi rigolo, Kamal... Tous les pays qui ont pissé dans leur froc devant un certain virus grippal vont connaître une crise économique, en fait.

        Ça apprendra l’Algérie à mimer les vieux crétins occidentaux, ces pauvres fiottes dégénérées.

        Qu’est-ce qu’il y a, déjà, après le Printemps... ? J’espère seulement qu’il n’y aura pas trop de morts. N’oubliez surtout pas de remercier Emmanuel Maquereau et ses Conseils Scientifiques ! L’ange de la mort Merkel, et puis les Italiens, entre autres...


        • nemesis 5 mai 22:44

          Ce qui manque à l’Algérie, c’est :

          de l’espace,

          une bordure maritime,

          de la ressource énergétique...


          • OMAR 5 mai 23:26

            Omar9
            .
            @nemesis
            .
            Vous confondez l’Algérie avec votre esprit...



          • OMAR 6 mai 12:00

            Omar9
            .
            @nemesis
            .
            Ce que l’on observe à chaque coin de rue en Russie :
            https://www.dailymotion.com/video/x15doyr


          • popov 6 mai 12:40

            @OMAR

            Ce qu’on observe dans les maternités algériennes : deux parturientes par lit.

            Il y a de l’argent pour construire une grosse putain de mosquée avec un minaret qui bande plus haut que celui de la mosquée Hassan II, mais dans les maternités, on empile les parturientes comme des bêtes faute de place.


          • L'apostilleur L’apostilleur 6 mai 13:26

            @popov

            C’est mieux quand c’est dit par les intéressés qui ne peuvent pas être taxés de haineux, d’islamophobes, racistes..


          • popov 6 mai 13:47

            @L’apostilleur

            En effet. Je suppose que vous parlez de la vidéo que j’ai mise en lien.

            Quoique de nos jours, quand on voit qui traite les autres de racisme, de haine ou d’islamophobie, on serait en droit de considérer ces accusations comme des louanges.


          • OMAR 5 mai 23:24

            Omar9

            .

            @Bonsoir @K. GUERROUA :« En témoignent le manque de liquidités au niveau des postes,.. ».

            .

            Vous savez très bien que le manque de liquidités émane de leur détention par le marché informel, et que le paiment par chèque, carte bancaire ou e-paiment ne représentent que 0,001% des transactions financieres au niveau interne de l’Algérie.

            .

            Autrement dit, c’est la thésaurisation généralisée au niveau individuel qui est pratiquée dans ce pays.

            .

            Et la seule solution pour inciter les algériens à deposer leur argent dans les banques reste un changement de la billetterie actuelle et une obligation à limiter les paiments en cash...

            .

            Mais voila, personne n’a le courage ou la volonté d’appliquer cette solution : surtout que les grands détenteurs de fric sont des mafioso encore dans le pouvoir ou la peur de rendre des comptes sur l’origine de certaines fortunes.


            • Trelawney Trelawney 6 mai 08:21

               En témoignent le manque de liquidités au niveau des postes, les coupures d’eau récurrentes dans la capitale et ailleurs dans l’Algérie profonde, les pénuries de produits de base, etc.

              Chez vous la crise économique ca veut dire quelque chose. On a peine à croire qu’en 60 ans d’indépendances, un pays riche en pétrole et en gaz comme l’Algérie n’ait pas été capable de s’organiser économiquement.

              Certains crétins vont nous parler sans savoir de « néo colonisation » dans un pays où il ne faut pas rigoler avec la souveraineté nationale. 

              Personnellement je pense que ce pays ne vaut pas la peine qu’on s’y intéresse. D’autres pays qui ont fait l’effort de s’adapter au 21ème siècle méritent notre attention. Faut savoir faire des choix.


              • vieuxgrincheux 6 mai 17:28

                @Trelawney
                Cher Monsieur
                Voyons, en fonction de la vulgate en vigueur dans la Republique dite francaise, l’Algerie subit la consequence de la colonisation francaise et du RACIALISME de la France.
                En fonction de quoi, son gouvernement est absolument INNONCENT de l’tat actuel de cepays et doit se retourner tres vite contre les salauds de balncs francais qui ont laché ce pays depuis 62ans 


              • nemesis 9 mai 10:18

                @vieuxgrincheux

                En fait, la France a conçu une « Algérie » (à partir de rien) et, elle a engendré un monstre congénital qui se traine et se trainera combien de temps encore... Paris a beau proposer des jeux de béquilles variés. Rien n’y fait !
                Encor’ an coup pour rien.
                Meskine


              • Houari Boumedienne 9 mai 22:29

                L’Algérie n’a plus ou moins de problèmes éco comme la majorité des pays du monde.

                Parmi les points oubliés par l’auteur, un point essentiel est que l’Algérie n’a pas de dette et ne doit rien à personne contrairement à de pseudo pays riches qui vivent sur leur dos des plus faibles.A bon entendeur...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité