• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > ALLEZ VOUS FAIRE MAÎTRES !

ALLEZ VOUS FAIRE MAÎTRES !

Une société qui ne change pas est vouée à l’extinction, mais vers quel idéal nous guide-t-on ? Quels sont les objectifs ? Quelqu’un les connaît-il ou fait-on confiance au hasard et à la nécessité ?

 

 L’examen d’un fort commun stylo à bille permet d’avoir une idée de l’extraordinaire complexité du monde dans lequel on vit. Dans un stylo il faut bien sûr se préoccuper du « colorant » (des phtalocyanines, du noir de carbone, de l’oxyde de fer…), de la nature de la bille (inox ou carbure de tungstène), du plastique (polyéthylène, polyisoprène…) transparent ou non qui l’habille… parmi d’innombrables autres composants. Des milliers, des centaines de milliers de chimistes, de physiciens, d’ingénieurs, d’employés, d’ouvriers sont nécessaires pour concevoir, fabriquer et distribuer un « simple » stylo à bille. Une considérable division du travail est la condition sine qua non d’obtention de tous les objets ou utilités qui peuplent le quotidien de tous, du savon de toilette à l’ordinateur multi-usage.

 Une société est dite évoluée à condition qu’une importante répartition du travail, des compétences et des connaissances entre spécialistes puisse se mettre en place. Il se créé ainsi une collectivisation de la société sans même que les fourmis qui la constitue s’en aperçoivent. Dans le même temps, les individus perdent une grande partie de leur autonomie et donc de leur liberté. Les aspects non-matériels tels que le bonheur, la joie de vivre, l’espoir… n’étant pas pondérables, ne sont pas échangeables et ne font donc pas partie du progrès. Seules les quantités importent : la quantité de nourriture, de 4x4 urbains, de résidences secondaires, d’orgasmes, d’employés, de salariés, d’ouvriers… et celui qui a le plus de ces quantités est le mieux inséré dans le tissu social et le plus puissant.

 Pour passer d’un système désordonné à un autre plus collectivisé, il faut fournir de l’énergie, à l’image de la nourriture ingérée par tout être humain qui l’utilise pour faire fonctionner les divers organes, glandes, vésicules qui tapissent son corps. Les ressources naturelles (pétrole, uranium, terres rares, acier…) sont les nutriments des sociétés, encore faut-il une férule qui impose un sens de l’ordre. Les lettrés antiques avaient inventés les vie et bonheur éternels dans l’au-delà, ce qui permettait de fournir de l’espoir aux humbles afin qu’ils acceptent la domination subie. Mais Dieu est mort ! Dieu n’est pas mort sous les coups des philosophes, ce sont les marchands qui l’ont terrassé. Les businessmen firent bien mieux que lui : ils permirent à la majorité de consommer à satiété tout ce qui est consommable, tous les produits devenus accessibles grâce aux montagnes d’énergies ou de matières premières tirées de la terre. Une nouvelle hiérarchie associée à l’argent remplaça alors celle qui découlait du ciel, de la République ou de la démocratie. Tous les objets de plaisirs et de passions tristes devinrent communs, à la portée de presque tous, les uns s’y perdant, les autres en tirant partie.

 Mais des ressources fossiles, même si elles sont le fruit de millions d’années de collecte photosynthétique, restent limitées. Il fallait encore faire appel au progrès pour trouver autre chose.

 Bien sûr on aurait pu trouver un autre moyen que de transformer tous et chacun en vibrions s’agitant d’autant plus qu’ils ne font rien d’utile. Bien sûr que l’on pouvait moins consommer, mieux consommer, mieux répartir le travail entre tous. Bien sûr que les technologies liées à l’énergie solaire sont simples et qu’elles auraient pu être mises en œuvre par tous. Bien sûr que le Sahel et les autres endroits désertiques sont les lieux privilégiés pour ce faire. Mais alors, exit les chefs, les kapos, les maîtres, les führers, les peuples élus : une seule humanité faite d’une mosaïque de cultures seule subsisterait. Mais les rois ne pouvaient pas accepter d’être nus ! Ils eurent une toute autre idée que celle de bon sens !

 Ils postulèrent que la multitude doit consommer, consommer si intensément qu’elle ne pense à rien d’autre que consommer, qu’elle doit bâtir des mausolées pour le Dieu-Argent qu’elle n’adorera certes pas mais qu’elle craindra. Ne pouvant plus rien consommer de réel, avec des ressources devenus maigres pour trop de gens comment peut-on faire ? Alors la populace goinfrera du virtuel : des amis virtuels, des relations érotiques virtuelles, des hommes politiques virtuels, des voyages virtuels, des paysages virtuels. Et même des colifichets nouveaux de toutes sortes, des Pepsi à bulles carrées, des voitures autonomes planantes, dérivantes, roulantes, des piscines ascensionnelles de toutes les couleurs, des diplômes d’intellectuels pour réseaux sociaux, des armes de paix pour exterminer les terroristes, des dieux 3D capables de maints miracles : transformer l’eau en Vodka, les paralytiques en robots ou permettant la multiplication des drones lanceurs missiles… Et tant d’autres choses… mais virtuelles. Votre écran, votre casque, votre chambre de projection doit vous plonger dans une réalité augmentée où tout est possible, même et surtout l’impossible. Chacun devient son propre dieu : il créé de la matière, des idées, des concepts en poussant sur un bouton, sur une manette, en clignant des yeux, en murmurant un mot… et l’algorithme s’exécute sans rechigner, sans se révolter, sans même connaître encore ce qu’est la colère.

 Les humanoïdes post-modernes ne sortent pratiquement plus de leur niche où on leur apporte leurs aliments en vélo, les tubes directs d’alimentation par voie rectale étant encore en cours d’installation. Toutes les deux heures, une série de pilules du bonheur de différentes couleurs contenant du Fentanyl, de l’Alfentanil du Sufentanil, du Rémifentanil, du Carfentanil (selon le choix et les disponibilités financières) sont dispensées. Ces produits sont fabriqués en énormes quantités par l’industrie chimique pour remplacer le cannabis et l’opium : toute culture terrestre étant devenue impossible. Les humanoïdes étaient heureux : il leur suffisait d’ajuster correctement la dose de produit euphorisant pour connaître un bonheur virtuel proche de l’extase.

 Le nouveau dieu 2.0 fit oublier l’Amour et l’argent : il donnait à voir, presque à toucher, tout ce que le Dieu antique ne faisait que promettre… Quelques humains restaient encore, ceux qui dirigeaient le monde sans s’y mêler et quelques autres qui devaient se cacher pour vivre, sans vraiment y réussir, de passion. Bien sûr les philosophes, les artistes et les scientifiques étaient devenus ou redevenus esclaves, mais ils préféraient cette condition à celle de maître.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • phan 6 juin 09:24

    Ni dieu, ni maître, que du bonheur avec Naloxone !


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 6 juin 09:48

      @phan
      Il ne faut pas être dépendant.


    • phan 6 juin 10:05

      @Jacques-Robert SIMON
      Vive l’immuno-indépendance !


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 6 juin 18:40

      @phan
      C’est à dire libre.


    • Et oui, même chez les franc-mac, l’initiation se fait avec un vagin virtuel. Le TEMPLE EST VIRUS-TU-ELLE, car le serpent transmet l’hépatite CCCCCCC.


      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 6 juin 18:41

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
        Étant réfractaire à tout groupe, je suis aussi réfractaire aux initiations.


      • Esprit Critique 6 juin 18:49

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
        C’est de L’ésoterisme concnetré !


      • gaijin gaijin 6 juin 10:39
        " Une société est dite évoluée à condition qu’une importante répartition du travail, des compétences et des connaissances entre spécialistes puisse se mettre en place « 
        et qui a donné cette définition au fait ?
        on met des lunettes bleues et ensuite on se rend compte que le monde est bleu..... smiley
        j’ai une autre définition a proposer : » une société est évoluée dans la mesure ou elle permet d’assurer a chacun de ses membres le meilleur développement spirituel possible "
        ça change la donne non ?

        • MagicBuster 6 juin 11:32

          @gaijin

          Effectivement , ce serait bien de définir c’est quoi une société et vers quoi ça va.

          On fait venir des migrants car les français ne font pas assez d’enfants.
          Il faut croire que le but de la France est d’être plus nombreux que les chinois.

           ? On va-t-on  ?


        • gaijin gaijin 6 juin 12:35

          @MagicBuster

          « On va-t-on »
          nulle part ......et pourquoi ? parce qu’on a décidé arbitrairement qu’on était déjà dans le meilleur des mondes possibles
          ( c’est implicite dans le dogme de l’histoire linéaire et du progrès )

        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 6 juin 18:42

          @gaijin
          Ma définition n’est qu’une constatation, la votre n’est historiquement pas correcte.


        • gogoRat gogoRat 6 juin 15:44

           Merci d’avoir si joliment formulé, en particulier, ces avis qui méritent d’être répétés et retenus et annotés : 


           « Bien sûr on aurait pu trouver un autre moyen que de transformer tous et chacun en vibrions s’agitant d’autant plus qu’ils ne font rien d’utile. »

            « Alors la populace goinfrera du virtuel  »
           

          «  des armes de paix pour exterminer les terroristes »
           

          « une réalité augmentée où tout est possible, même et surtout l’impossible »
            
          [ du genre traiter d’intellos-adeptes-de-théories-du-complot-et-racistes celles et ceux qui doutent de la possibilité qu’un enfant de 4 ans puisse se raccrocher, sans mal et en gardant ses tongs aux pieds, à un balcon après une chute de un ou deux étages ?]«  


           » les tubes directs d’alimentation par voie rectale étant encore en cours d’installation « 
            

           » Toutes les deux heures, une série de pilules du bonheur de différentes couleurs ...«  
           [ et là nous avons un authentique chimiste qui parle ! et non plus un personnage fictif du célèbre roman concoctant les doses de »soma« distribuée dans ’le meilleur des mondes » de Aldous Huxley ! ]«  


            »ceux qui dirigeaient le monde sans s’y mêler et quelques autres qui devaient se cacher pour vivre, sans vraiment y réussir, de passion « 

          et l’admirable conclusion :

           » Bien sûr les philosophes, les artistes et les scientifiques étaient devenus ou redevenus esclaves, mais ils préféraient cette condition à celle de maître." 

          (en espérant donner ainsi un coup de pouce à leur référencement automatique, ce qui permettra de les retrouver plus rapidement)

          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 6 juin 18:46

            @gogoRat
            Ces formules reflètent ce que je pense, mais ma maîtrise du réel est limité.


          • libramax 6 juin 15:53

            maitre ou ne pas maitre !


            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 6 juin 18:46

              @libramax
              En quelque sorte.


            • Coriosolite 6 juin 19:07

              « Une société qui ne change pas est vouée à l’extinction »
              C’est la première phrase de votre article. J’ignore si il s’agit de votre conviction ou si ce n’est qu’une observation sur notre société.
              L’apologie et la glorification du changement est un des poncifs de nos anciens, actuels et sans doute futurs dirigeants, politiques et patronaux.
              La stabilité et la permanence sont considérés -il vaudrait mieux dire « déconsidérés »- comme inertie, immobilisme, voire conservatisme ou pire encore « réaction ».
              L’injonction permanente au changement, au « bougisme », à l’innovation est un sujet récurrent des littératures politiques ou managériales contemporaines.
              Ce thème est construit comme une évidence sans qu’on en questionne l’origine et sans qu’il ait à prouver sa pertinence conceptuelle.
              Sa validation ne tient qu’à une sorte de déterminisme technologique, dogme moderne quasiment d’ordre « divin ».
              Jamais le prétendu bénéfice du changement permanent n’est mis en balance avec les dégâts sociaux, psychologiques et organisationnels infligés aux individus sous couvert de flexibilité et de progrès.
              Le Cadre jeune dynamique et innovant est l’incarnation de ce modèle de société dans laquelle celui qui ne serait ni jeune ni dynamique ni etc.. incarne le déchet inutile destiné au rebut.
              Cordialement


              • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 6 juin 19:58

                @Coriosolite
                Un organisme vivant est toujours en perpétuel changement pour que les équilibres soient maintenus, même si l’observation externe ne le démontre pas. La comparaison (très approximative) avec le fait de faire du vélo me semble correcte : immobile, on tombe. Il n’y a aucune idéologie dans cette constatation.


              • hervepasgrave hervepasgrave 7 juin 03:43

                Bonjour,
                Les réveils matinaux sont généralement bénéfiques à l’ouverture d’esprit,mais là ! je me demande si ce n’était pas simplement se secouer la tête vivement pour chasser un songe sans autres considérations ! « Je le sais mon entrée en matière n’est pas fine et certainement incompréhensible ? Pourtant a y réfléchir ton article démarrait franchement de bonne manière et puis tout c’est effondré,pourquoi ? Aurait tu eu quelques fatigues,peur de déraper ? manqué de courage ? Je ne le sais pas ! Dans ta phrase d’introduction il y avait tout pour se poser de bonnes questions et finalement émettre quelques observations réalistes, voir essayer de poser des idées et idéaux personnels, mais au final, que dalle ?? Aurait-tu eu peur de ce qui se passe actuellement ? Cette accélération des choses ? Car pour ma part et j’ai bien l’impression que soit je suis seul a penser et dire cela » la préparation au changement de génération est en marche forcée" et là pour ma part ce n’est pas de l’évolution.Ou, une grande majorité de personnes préfèrent chasser cette réalité par confort personnel ou ni songe absolument pas.cestpasgrave je vais essayer d’aller me recoucher.


                • Yanleroc 7 juin 05:46

                  @hervepasgrave, En effet il fait jour à 3:43, alors que je ne suis pas encore couché.


                  Bien reçu ! Non, t’ as raison ! C’ est exactement ça ! (sérieux). Moi aussi ! A+ (je lirai le nartic demain ! Tout-à-l’heure.

                • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 7 juin 07:58

                  @hervepasgrave
                  « la préparation au changement de génération est en marche forcée » : certes, mais la démarche n’est pas nouvelle, Hitler est venu au pouvoir à 43 ans.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès