• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Alpinistes : Deux de Décordée...

Alpinistes : Deux de Décordée...

Deux alpinistes en janvier dernier décident en plein hiver d’escalader le Nanga Parbat, un des sommets à +8000 de l’Himalaya, un des plus dangereux qui a fait déjà + de 60 victimes. Ce sont deux alpinistes expérimentés, il savent très bien qu’en arrivant au sommet entre 17 et 18 heures peut s’avérer risqué, mais ils y vont quant même. La nuit tombe vite à ces altitudes, et il ne faut absolument pas que quelque chose aille de travers sinon... Et pas de chance, l’homme arrivé au sommet se plaint qu’il voit trouble, il est atteint certainement de cécité des neiges. L’autre grimpeur, une femme devra donc l’aider à redescendre seule, de nuit, à 8100 mètres d’altitude... Elle contacte en France son « routeur » afin qu’il alerte les secours pakistanais. Là je marque une pose :

- « François Damilano, guide de haute montagne et réalisateur de documentaires rappelle que le contexte des secours en montagne est très différent dans l’Himalaya et dans les Alpes. « Il n’existe pas de secours en montagne très organisés en Himalaya. À ma connaissance, aujourd’hui, il y a quelques acteurs pakistanais qui ont été formés, souvent en collaboration avec des pays de l’arc alpin. Il s’agit plutôt d’équipes capables d’aider des personnes parties en trekking qui seraient en perdition. Il faut comprendre la complexité d’aller secourir des gens en très haute altitude, on est sur des « 8 000 ». « Un hélicoptère ne peut pas se poser n’importe où, et les secouristes doivent être acclimatés. En plus, quand il s’agit d’hivernale, on est dans l’exception. Comment voulez-vous qu’il y ait une structuration de secours sur quelque chose d’exceptionnel et de compliqué  ? »[1]

Franchement, ces alpinistes qui veulent braver les hauts sommets pourquoi pas, mais qu’ils soient responsables et qu’ils assument lorsque ca va de travers ! C’est eux qui se mettent dans cette situation à risque et donc, il ne faut pas geindre lorsque ça tourne en eau de boudin ! Car, même dans les alpes où les secours sont hyper structurés et organisés et où les distances sont très courtes où le plus haut sommet est le mont blanc, et bien chaque année à cause d’irresponsables en quête d’exploits sportifs, ils font prendre des risques inutiles à des pères et mères de famille qui doivent aller les récupérer au risque de leur vie. C’est encore bien pire lorsqu’on parle des deux chevronnés plus haut.

« Pourquoi un « 8 000 » en hiver  ? Mais parce que c’est le niveau de la haute performance aujourd’hui. Les 14 sommets à plus de 8 000 mètres ont été gravis. Ils l’ont été sans oxygène, en solitaire, par des voies difficiles… Notre génération arrive derrière cela. On ne fait que réinventer notre terrain de jeu sur les épaules de nos aînés. »... « Terrain de jeu » T’en foutrais moi ! En fait la femme alpiniste après avoir survécue a le titre de « 1ere femme à avoir gravit un 8000 en hivers », et pour ce genre de connerie un père de famille de 3 enfants est mort gelé, car il a fallu l’abandonner à son triste destin à cause du mauvais temps et ainsi l’impossibilité pour un hélicoptère de décoller. (de plus un hélico devant monter à 7000m alors que ça vole à 5000 maxi...)

Ce qu’il faut savoir et que peut être ces deux grimpeurs auraient dû entendre ou au moins se renseigner, c’est qu’au Pakistan comme en Inde d’ailleurs les secours en montagne ne sont pas la priorité première, il y a tellement d’autres choses plus importantes à régler. Qu’en plus, une vie humaine là bas n’a pas la même valeur que chez nous, et enfin, la corruption est inscrite dans le patrimoine culturel de ces pays : on paye sous la table, on a la table, point ! Aussi, franchement, les « exploits » des « héros » occidentaux ils n’en ont rien à battre les locaux.

En anecdote, j’étais à Nainital dans le « bas » Himalaya (2500 mètres) en 2006 comme professeur dans une école privée musulmane. Lorsque sur internet j’ai lu : le français Jean-Christophe Lafaille est porté disparu depuis hier dans le Makalu. Et bien lorsque j’en parlais aux locaux et à mes élèves c’est unanimement, je résume : « il a pas mieux à faire qu’aller grimper une montagne en hiver ?  » Ils ne comprenaient pas qu’un homme puisse ainsi risquer sa vie pour une raison aussi futile qu'égocentrique, et que les secours envoyés pour le retrouver étaient de l'argent jeté par la fenêtre. Les montagnards comme les marins ont un respect quasi religieux pour ces éléments naturels : on ne monte pas un haut sommet ou ne traverse un océan comme ça la fleur au fusil, sinon... Le drame que l’entourage, la famille devra supporter à votre place puisque soit congelé ou noyé le problème sera résolut pour vous, l’inconscient ! Oui, on peut tenter le diable, mais lorsqu’il frappe, et bien faut assumer et ne pas mettre ses fautes sur la tête des pakistanais qui n’ont pas réagis assez vite, d’une mauvaise volonté de l’armée, de la corruption car c’est connu tous des voleurs etc. Franchement lorsque je vois cette femme alpiniste à la TV, quelle inconscience des autres seulement centrée sur sa passion, ses exploits et ne prenant aucun compte ses mauvaises décisions comme par exemple : lire sur internet avant de partir et c’est facile ce que dit à nouveau François Damilano à propos des secours pakistanais :

- « Je ne suis pas étonné que les choses aient pu dysfonctionner. Il y a des raisons à cela, et cela n’est pas nécessairement dû à de la mauvaise volonté. Je le répète, le Pakistan n’est pas la France et je ne suis pas sûr que l’obsession première de l’armée pakistanaise soit d’aller chercher des alpinistes. On peut imaginer qu’il a fallu un peu de temps pour faire décoller des hélicoptères. Au Pakistan, on est à 8 000 mètres, il y a des centaines de kilomètres à parcourir et rien n’est structuré. »[2] Quant à : Serait-il possible que des Pakistanais aient fait monter les enchères pour faire décoller des hélicoptères  ? « Le Pakistan reste un pays compliqué et militarisé. Tout l’espace aérien est maîtrisé par les militaires. C’est aussi un pays qui a un rapport à l’argent complexe – c’est un euphémisme. Il suffit qu’une ou deux personnes dans la chaîne d’organisation des secours soient un peu plus « accrochées » aux liasses de dollars pour faire monter les enchères dans une situation extrêmement tendue. »[3]

Donc : être dans un pays où les secours en montagne ne sont pas la priorité, dans un pays où le carburant coute très cher qu’il a fallu faire une quête sur internet pour réunir des fonds et ainsi faire le plein de l’hélico, où la chaine de commandement est kafkaïenne et achetable. Grimper en hiver où on sait que les risques sont démultipliés, avoir une logistique basée en France, puis qui passe par la Pologne et enfin, être au sommet à 18 heures, c'est-à-dire au coucher du soleil. Et bien, moi qui n’ai aucune expérience, pourtant en voyant ça sur une liste c’était niet ! au fou !

La femme a eu du bol, 4 grimpeurs polonais qui n’étaient pas trop loin on pu aller la récupérer à plus de 6000 mètres ; Elle s’en tire avec des doigts de pieds et de main gelés, « en attendant la reconstruction, je cite » ; mais toujours avec un égo intacte. Fallait voir comme elle tempêtait, ainsi que son routeur contre la terre entière de ces secours trop lents qui ont causés selon elle la disparition de son compagnon « on aurait pu le sauver si ca avait été un réel secours »... Argn, Aaaaarrh !!!!!! Conclus-je.

 

Georges Zeter/août 2018

Durant cet article je ne mentionne pas les noms des deux protagonistes, car, il/elle sont interchangeables dans ce monde imbécile de coureurs de l’inutile exploit pour l’adrénaline.

Deux vidéos cependant :

  1. – l’ascension et la descente (dire qu’on tourne docu sur la 2, donc avec le fric de notre redevance.)
  2. – interviewe après coup


[2] idem

[3] Idem


Moyenne des avis sur cet article :  4.22/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Raymond75 25 août 2018 10:43

    Il ne faut plus risquer la vie de sauveteurs pour aider ce genre d’abrutis ; qu’ils assument les risques stupides qu’ils prennent.


    • cyborg 25 août 2018 10:47

      Comme Florence Artaud la bobo gocho qui dérange toute la marine nouvelle zélandaise pour sa petite branlette...
      Mickey Land de mattuvus... c’est ce qu’est devenu la « montagne », selfies et drones, pub, marketing, angliscisme snobs etc... free-ride, free-rando, free-climbing, free-tooling... la consommation rend libre, des connards de goche.
       
      Le respect quasi religieux de la Nature, vous faites rire... de la branlette écolo mondaine mattuvus faire des exploits sur InterBEnet, c’est tout.
       
      Suffit de voir les poubelles de l’Everest... du grand guignol. Je connaissais ce milieu, Lafaille, Damilano etc... que des égo surdimensionnés qui se la pètent parce qu’ils bourrinent dans des morceaux de glace, mais des chiures finales de l’Occident dévérébrés, des glands remplacés qui ont perdu pays, nature (bétonnée), culture, peuple civilisation. de gochos mondains de merde. Ce ne sont pas Preuss, Eckmair, Blödig etc... Preuss grimpait seul du 6b sans corde, et sans caméra... Le gochisme mercantile purine tout.
      Himmler s’indignait de tuer des petites bêtes innocente à la chasse... smiley Goëring développait un auroch extrêmement dangereux... le vrai philosophe naturaliste c’est pas le bobo végan ant-corrida, bisounours, anti-spéciste, à portable pour appeler les secours... c’est celui qui défie la mort atroce dans la Nature, seul, à l’image de cette dernière, qui n’est pas bobo.


      • Fergus Fergus 25 août 2018 11:48

        Bonjour, cyborg

        Comme l’auteur, vous avez raison sur le fond.

        Mais pourquoi diable toujours ramener « le gochisme » dans vos commentaires ? Les irresponsables de la montagne (mais aussi de la mer) appartiennent à tous les courants de pensée politique.


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 25 août 2018 11:57

        @Fergus

        Bonjour. Cyborg ne peut plus dire Gogochon...j’ai déposé le nom .


      • leypanou 25 août 2018 13:01

        @Aita Pea Pea

        Bonjour. Cyborg ne peut plus dire Gogochon...j’ai déposé le nom : voici ce que lui disait Isga quand il utilisait Jo.Di.

        Depuis plusieurs pseudos sont passés.

      • JL JL 26 août 2018 09:39

        @leypanou

         
         Cyborg, Lansquenet, Choucas, Jean Roque, ... même personnage, cent fois viré cent fois revenu tel qu’en lui-même.
         
        Ce type est obsédé par la gauche.

      • cyborg 25 août 2018 10:58

        La métaphysique de l’alpinisme c’est effectivement défier la mort pour rien, partir avec un camarade, piolets, casque sur la tête, et plein de ferraille qui ressemble à des armes, la nuit, au milieu des crevasses, et la grand pente qui s’illumine au lever du soleil qui fait peur. C’est la guerre pour qui ne peut la faire dans ces tps de larves gochos (roman l’Île de Huxley)
        C’est se sentir vivre dans le défi de la mort, le gocho se sent vivre dans le Supermarché. Mais du défi pour soi, du défi pour l’Allemagne, du défi pour s’élever u dessus de la vie banale, c’est devenu le défi pour avoir un sponsor, où avoir des clients, les selfies pour frimer sur InterBEnet où à la machine à café, c’est devenu « faut absolument jouir dans les loisirs », c’est devenu gocho... collant-pipette moule burnes, et matériel changé chaque année...


        • George L. ZETER George L. ZETER 25 août 2018 11:12

          @cyborg

          bonjour,
          pourquoi avez vous tous ce mot « gocho »à la bouche ? ce serait plutôt connard qui serait mieux adapté non ?

        • Fergus Fergus 25 août 2018 11:54

          Bonjour, George L. ZETER

          Je viens de poster ci-dessus un commentaire qui va dans le même sens avant d’avoir descendu le fil. Cette manie de Cyborg nuit évidemment au contenu de ses commentaires.

          Car comme vous le soulignez, c’est plutôt du mot « connard » qu’il s’agit. Non pour ce qui est de se lancer des défis de plus en plus risqués - chacun doit rester libre de mettre sa vie en danger -, mais dans la mise en cause des structures de secours par ces irresponsables.


        • George L. ZETER George L. ZETER 25 août 2018 12:04

          @Fergus
          surtout ces « connards » démystifient la grandeur de la nature. j’ai vécu à Gap et connais un peu la montagne mais j’ai été un moniteur de voile ; je peux vous dire que ces deux grands éléments apprennent l’humilité, et non pas cette arrogance imbécile des faiseurs de gloriole, des « j’ai battu le records » ; « j’en ai une plus grosse que la tienne »...je hais ces crétins ! point.


        • Fergus Fergus 25 août 2018 13:07

          @ George L. ZETER

          Il faut dire qu’en montagne, les comportements extrêmes sont bel et bien favorisés dans la tête des jeunes alpinistes dotés d’un ego surdimensionné. Durant des mois il y a eu au cœur de Chamonix (peut-être sont ils encore là) des panneaux photographiques accompagnés de citations montrant de célèbres conquérants des cimes, mais aussi des alpinistes de l’absurde dont les exploits étaient de facto glorifiés par cette galerie de plein air. A cet égard, les « exploits » de Killian Jornet ne relèvent plus de l’alpinisme, mais du défi suicidaire ; la question n’est pas en effet de savoir s’il tombera, mais quand cela se produira.


        • cyborg 25 août 2018 14:30

          @George L. ZETER
          synonymes
          D’habitude j’utilise gogochon mais c’est un « concept » un peu trop compliqué, regroupant gocho collabo de l’oligarchie mondialiste, écolo négrier bétonneur, mondain, cochon du jouir sans entrave et des bébé gpa achetés, ’richs meet beautiful’, « on » heideggerien, c.a ;d « vie inauthentique » du Supermarché, et les modes (au sens philosophique et marketing) qui vont avec, moule-burnes, mattuvu, drones, pontification droitdelhommiste, collaboration avec pute merdiatique, sorosien, « bite à beurette », véagn, anti-spécisme,anti-racisme et autres enfumages capitalo-compatibles etc.
           
          Bref gocho = purin hypocrite (au mieux crétin)  smiley
           
          Sur Lafaille (gag très gentil) une anecdote : Au refuge pour la FN des Grandes Jorasses, il s’inquiétait de nous voir car il pensait qu’on allait lui piquer sa « première » (une variante de variante...). Le milieu « meilleurs grimpeurs du monde » est un milieu superficiel, qui arrive à vous dégoûter de la montagne, je vous parle pas des touristes « cadors » sur la VN du Mt Blanc... là c’est du grand comique, mais à la limite plus compréhensible. Les guides sont souvent les pires, et les plus dangereux, sortez jamais avec un guidesmiley il prendra des risques pour garder son client... la seule fois où j’ai vraiment failli mourir dans une avalanche, ça s’est joué à 5mn, j’étais avec 2 guides et 1 aspi ! smiley En montagne la sécurité c’est pas le guide, mais la trouille... et la solitude souvent (le groupe donne de l’assurance, comme l’arva d’ailleurs)
           

           


        • Passante Passante 25 août 2018 11:19
          « Durant cet article je ne mentionne pas les noms des deux protagonistes, car, il/elle sont interchangeables »

          petit nota-benêt final sur brégançon...
           smiley

          • Arthur S Dr Faustroll 25 août 2018 11:25

            Ils auraient du lire les petites lignes du contrat d’assurance-assistance inclus dans leur carte bancaire : c’est que des arnaques, ces trucs-là !

            Les tour_operators ? Pareil ! Des bons à rien !
            Les sherpas ? Des fégnants !
            Moi, c’est pareil :quand j’ai voulu tirer entre les deux yeux du lion qui sautait sur la jeep du safari en pension complète, je me suis aperçu que le boy avait ou blié de charge la carabine.
            Comment que je te l’ai fait virer séance tenante, ce fils de...
            je suis sûr que c’était un syndiqué !

            • leypanou 25 août 2018 13:14
              car, il/elle sont interchangeables dans ce monde imbécile de coureurs de l’inutile exploit pour l’adrénaline : moi j’irais plus loin que vous.

              Tous ceux qui courent exprès des risques, pas seulement sportifs, qu’ils assument leurs risques. Mais la télé aiment bien parler de ces exploits que je pense stupides.

              • velosolex velosolex 25 août 2018 14:09

                La connerie est en face ascendante, et il n’y a rien de plus logique que la montagne en soit impactée. J’ai lu qu’autour du mont Blanc ne lave plus blanc, elle se déchaîne actuellement. Jamais autant d’abrutis sur les pentes. Pendant longtemps ce furent des espaces vierges, que ce soit dans les alpes ou dans l’Himalaya, les anciens voyaient là haut le domaine des dieux qu’il convenait de ne pas déranger. Voyez à Olympie....C’est les anglais qui commencèrent, en créant du coup le métier de guide. Les alpes devinrent chics, lieu des records en tous genres...Les nazis bien sûr se lancèrent dans le genre. Planter un drapeau montrait clairement qu’on en avait une plus grosse. ( Tiens un bon film en entier : Duel au sommet, racontant cette histoire homérique sur la face nord du mont Eiger., ce monstre jamais au soleil..http://bit.ly/2EtgwT1

                Un film sur une histoire véridique qui fait froid dans le dos, et qui pose la question effectivement du secours, avec la même modernité qu’à l’époque actuelle. 
                A l’assaut de l’Eiger - le drame de 1957 | Le Club de Mediapart
                Bien difficile tout de même de laisser un mec pendu au bout d’une corde. Corti y restera un an, avec les touristes regardant du bas de la vallée, son corps sortir de la glace au printemps, pour se balancer au fil du vent contre la falaise 

                • George L. ZETER George L. ZETER 25 août 2018 15:11

                  @velosolex
                  un peu comme ces "con quérants de l’everest qui slalom entre les cadavres congelés de ceux qui se sont fait pieger...


                • leypanou 25 août 2018 15:14

                  @velosolex

                  dans votre lien, on lit ceci :
                  et pour décourager les amateurs de dangers, ils ont pour politique officielle de ne pas entreprendre d’expéditions de sauvetage en cas de cordées en difficultés ", c’est çà qu’on devrait appliquer à chaque fois.

                  Cela est valable aussi bien pour ceux qui défient le kidnapping des bédoins dans le désert quelque part vers l’Érythrée que la traversée de la Méditerranée.

                • cyborg 25 août 2018 15:29

                  @leypanou
                  A propos de kidnapping, je me rappelle de nos journalopes gochos qui ont coûté aux contribuables je ne sais plus combien, et qui se la ramenaient, grand sourire, crânant à la tété,
                   
                  et un japonais.... lui... il s’est excusé en public ! (d’avoir dérangé le pays et coûté du pognon au peuple)
                   
                  Toute la différence entre le gocho et le samouraï ... smiley


                • velosolex velosolex 25 août 2018 16:48

                  @leypanou

                  La corde, le téléphone portable permettent de se croire en lien avec le monde, et de penser qu’il suffit de ces prothèses pour se croire protégé. Autant de miroir aux alouettes !
                  Sans doute faudrait il accepter de n’avoir que ses jambes et ses bras, pour se hisser. Piolets, pitons, cordes, pour ne pas parler des bouteilles d’oxygène sont des artifices qui dénaturent le sens d’une montée, et permettent de se prendre pour un dieu.
                   Pour réenchanter le monde il faudrait se débarrasser de ce bric à brac, et être capable de s’élever par la force du rêve, accepter que des sommets nous dépassent. Notre vision du monde en serait magnifiée
                  Les secours en montagne verraient leurs missions baisser, et les aigles et les bouquetins auraient enfin la paix.
                  L’alpinisme et la montagne peuvent être vu comme des métaphores, dans les considérations parlant de nos limites, et des tabous, autant que de la protection de la nature, des règles qu’on ne peut s’absoudre, sans mettre le monde, les autres, et la terre elle même en danger


                • alinea alinea 25 août 2018 22:08
                  C’est dur d’assumer sa connerie ; aujourd’hui c’est société de spectacle à tous les étages !
                  Mais on peut comprendre que les défis que l’on se donne n’ont de sens que parce que l’autre existe et si l’on perd, c’est plus simple de trouver l’autre responsable.
                  Comme quoi on peut grimper très haut l’hiver et avoir un petit mental d’enfant gâté.

                  • zygzornifle zygzornifle 26 août 2018 08:49

                    Chez les ricains avant le moindre soin a l’hôpital on vous prend votre carte bancaire pour regarder votre solvabilité , il faut faire pareil ....


                    • George L. ZETER George L. ZETER 26 août 2018 09:11

                      @zygzornifle
                      faux ! on vous envoie au general hospital qui est gratuit !!! ca c’est une legende qui courre en france, on ne laisse pas les gens crever dans la rue aux states, il y a donc ces general hospital et des dispensaires.


                    • Fergus Fergus 26 août 2018 09:35

                      Bonjour, George L. ZETER

                      Cela fait effectivement partie des légendes qui ont la peau dure.


                    • zygzornifle zygzornifle 26 août 2018 08:50

                      Au pied de chaque montagne il devrait y avoir un Mamoudou prêt a escalader pour vous sauver ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès