• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Anne Hidalgo se moque-t-elle des enseignants ?

Anne Hidalgo se moque-t-elle des enseignants ?

La visite de Madame le maire de Paris à Rouen lui a semble-t-il donné des idées. Après avoir parcouru la cité de l' éveque Pierre Cauchon et peut-être visité le charmant petit musée de l'éducation, Mme Hidalgo a revêtu sa cape de candidate socialiste à l'élection présidentielle (ne riez pas svp) pour partir à la chasse aux électeurs.

Elle s'est souvenu qu'il fut un temps où les profs votaient massivement pour un mouvement politique qui promettait de changer la vie, d'assurer le bonheur pour tous en donnant le pouvoir au peuple, et même de rémunérer correctement les enseignants français. Pour celles et ceux qui n'ont pas explosé de rire, je ne fais que rappeler ce que la gauche socialiste représentait vers 1980. 

Quarante ans après et la conversion du PS au libéralisme ultra, à la privatisation rampante de l'enseignement, au communautarisme et au rejet du souverainisme, il est difficile pour une candidate PS de trouver des électeurs en dehors des cercles indigénistes, LGBT et libéraux-libertaires. Les profs d'aujourd'hui, quand ils ont des opinions et votent, se tournent vers d'autres que les héritiers de Mitterrand : Mélenchon, les écolos, Marine Le Pen etc.

Rappelons ce que le monde enseignant doit aux ainés de Mme Hidalgo :

- Période 1988-1993 : séparation du recrutement public/privé sous Jack Lang avec deux certificats différents, CAPES et CAFEP (privé). En clair, impossibilité pour un prof titulaire de passer du public au privé et inversement. A l'époque, le climat scolaire commençait à se dégrader sérieusement, poussant aussi bien les familles que les profs vers des voies alternatives au public.

- Mise en place des IUFM pour remplacer les écoles normales en pénurie de recrutement (déjà à l'époque), suppression des logements de fonction pour les nouveaux professeurs des écoles, développement du pédagogisme.

- Période 1997-2002 : le temps du fantasque Allègre, des "poivrots" qui manifestaient contre lui, des "remplaçants fainéants" et autres bassesses dignes du café du commerce. La mise en place de ces fameuses "sciences de l'éducation" développées par le gourou Philippe Meirieu (prix Lyssenko 2011), une fausse-science pour contourner les vrais problèmes et expliquer la dérive de l'école pour de mauvaises pédagogies. Le tout avec la complicité des deux syndicats-maison du PS, le SGEN-CFDT et le SE-UNSA.

- Réforme des mutations dans le second degré : impossibilité désormais pour un prof de postuler directement sur un établissement, mise en place du mouvement interacadémique avec le silence complice des syndicats.

- Période 2012-2017 : des salaires bloqués et la fumeuse réforme des rythmes scolaires pour augmenter le temps de présence des enseignants dans les établissements sans contrepartie. Gazage des manifestants par les CRS devant le ministère de la rue de Grenelle à Paris (votre narrateur y était). Aucune création de postes contrairement aux annonces médiatiques, mais seulement des départs à la retraite remplacés.

Ce ne sont que les grandes lignes, mais il est clair que depuis 1988 les enseignants ont vu leurs conditions d'exercice se dégrader davantage avec la "gauche" qu'avec la "droite", en accordant quelque importance à ces clivages désuets puisque les deux camps sont convertis au capitalisme mondialiste.

Dans ces conditions, que nous promet Mme Hidalgo qui a contribué à chasser les profs comme le reste des classes moyennes de la capitale, en favorisant l'explosion des prix de l'immobilier ? De meilleurs salaires ? Avec des "possibilités" et des "alignements" ? Celle qui finance des salles de "shoot" pour les toxicomanes et loge volontiers les migrants dans ses HLM flambants neufs, au détriments des salariés français contraints de partir à 100 kms pour trouver un logement, voudrait mieux payer les professeurs ? Comment peut-elle parler d'éducation quand les écoles parisiennes ont perdu des dizaines de milliers d'élèves en dix ans, du fait de sa politique du logement ?

Comme d'habitude, les "socialistes" (qui n'ont rien à voir avec les vrais de l'avant-guerre) promettent n'importe quoi pour tenter de faire revenir leurs électeurs. Puisque les "promesses n'engagent que ceux qui y croient" (Mitterrand), nous préférerons en bons laïcs le savoir du passé aux croyances quasi-astrologiques de Mme Hidalgo. NON, votre narrateur et la plupart de ses collègues ne voteront pas pour elle. Si Pierre Cauchon s'est payé la tête de la pauvre Jeanne d'Arc à Rouen, Anne Hidalgo ne nous enverra pas au bûcher avec sa démagogie de dame patronnesse. L'enfumage du PS, ça suffit !

NON - Définition non et orthographe

 


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

51 réactions à cet article    


  • eddofr eddofr 14 septembre 10:16

    C’est bien, on sait que tu ne voteras pas pour Mme HIDALGO parce que les méchants socialistes ont rien fait qu’à embêter les profs.

    Va bouder dans ton coin et reviens quand tu sera calmé.

    Suivant ?


    • Jean de Beauce Jean de Beauce 14 septembre 13:07

      @eddofr
      Je n’ai rien contre les électeurs LGBT dont tu fais peut-être partie, ce qui est ton droit. Mais nous avons aussi le notre qui est de ne pas voter pour ta reine.


    • eddofr eddofr 14 septembre 14:51

      @Jean de Beauce

      Pourquoi me traiter de LGBT ?
      Pourquoi ma reine.

      Je ne suis ni L ni G ni B ni T.
      Je suis citoyen Français et n’ai donc pas de reine (contrairement aux britanniques).

      Et je ne votes pas non plus socialiste (du moins plus depuis 1981, j’étais jeune, très pauvre, salement exploité et bougrement naïf).

      Je souhaitais simplement souligner que l’élection d’un Président de la République est chose sérieuse, qui ne devrait s’appuyer que sur un débat intelligent, serein, étayé et surtout sincère et non sur la diatribe vindicative, le mensonge ou la médisance.

      Donc, je réitère, va bouder dans ton coin et reviens discuter quand tu seras calmé et prêt à présenter des arguments réalistes pour contrer son programme (ce qui ne devrait pas être si compliqué que ça.

      Ce n’est pas un programme, c’est une brochure publicitaire.


    • Venceslas Venceslas 14 septembre 15:50

      @eddofr
      Niais !


    • Venceslas Venceslas 15 septembre 00:31

      @eddofr
      Perso, vu les coups de p...e qu’ils nous ont faits, je ne me suis toujours pas calmé. 
      Un.e autre suivant.e ?


    • Docteur Faustroll Séraphin 14 septembre 10:17

      Tous les enseignants ne sont pas « profs ».

      Le fond de commerce du PS, c’était plutôt les instits via le SNI.

      Le SNES et les profs étaient plus critiques.

      Mais maintenant tout le monde il est professeur (des écoles ou des collèges ou des lycées, ou des facs), et la gauche française s’est calquée sur un sociotype d’alternance bipolaire venu d’outre-Atlantique avec une inversion des couleurs bleue et rouge.

      On ne peut pas utiliser des outils sociologiques d’hier pour faire une analyse de la situation actuelle. L’idéologie « sociétale » fait définitivement écran sur tout positionnement « social » éventuel qu’aucun candidat ne mettra en avant, sous peine de n’être pas relayé par les médias et même de peur d’être incompris, ce qui est faux.


      • chantecler chantecler 14 septembre 10:34

        @Séraphin
        Et tous les profs ne sont plus de gauche , loin de là ...
        A cause entre autre de ce qui est dénoncé dans l’article mais aussi de l’évolution de la sociologie des enseignants :
        Salaires minables qui ne permettent plus de faire vivre une famille.
        Disparition accélérée des logements de fonction avant même le passage au professeur des écoles ...
        Donc féminisation +++...(salaire complémentaire dans le ménage, mari : chef d’entreprise , artisanale et autre ...donc votant à droite, et souvent d’ailleurs travail à mi temps )
        Parallèlement perte de l’intérêt des syndicats .


      • Nowhere Man 14 septembre 13:49

        @Séraphin
        Le sni regroupait plusieurs tendances, celle qui était majoritaire penchait plutôt du côté socialiste mais la tendance PC était bien présente et très active.
        le snes était totalement lié au PC et méprisait globalement les instits.


      • Nowhere Man 14 septembre 14:02

        @chantecler
        Oui disparition du logement de fonction mais également de la retraite à 55 ans.
        Toujours pas de CE. Pas d’accès à la médecine du travail !


      • velosolex velosolex 14 septembre 15:47

        @chantecler

         dans le public, le salaire net moyen d’un professeur des écoles est de 2174 €. Celui d’un certifié atteint 2501 €, un agrégé 3404€ euros
        Cela n’est pas une fortune sans doute et mériterait d’être revalorisé comme d’ailleurs pas mal de professions, en dehors de l’hospitalier que je connais bien. Mais il me semble pas très adapté de crier misère, de façon corporative.
         Le salaire médiant en France est en effet de 1719 euros. Cela signifie comme vous savez que 50 % des travailleurs gagnent moins que cette somme. 
        En fait quand on regarde les statistiques européennes, la plupart des professions de la fonction publique se situent derrière les pays nordiques, L’Allemagne, la Belgique, la hollande et l’Angleterre. Ne parlons pas évidemment du Luxembourg et de la suisse qui sont à des années lumière, dans une économie opportuniste et fleurissante, qu’à rejoint l’Irlande, hier parent pauvre de l’Europe, ayant réussi son dumping avec Bruxelles.
        On a beaucoup parlé de façon démagogique des salaires des enseignants en france, en oubliant qu’ils ont exempts de primes, ce qui est tout avantage pour leurs retraites. Et autant en oubliant que la fiscalité dans les pays nordiques récupère une bien plus grande part du salaire versé que dans notre pays. Il faudrait donc une enquête impartiale pour ramener les choses à leur juste mesure. 
        Nous flirtons avec l’Espagne et l’Italie. Les syndicats devraient dénoncer en fait le patronnât, et le club fermé sur leurs intérêts des grandes fortunes. la France est le pays ou la fortune des milliardaires a triplé par rapport aux autres européens. Notre pays s’illustre par les plus gros écarts de fortune, faisant de la France le champion des inégalités. 


      • zygzornifle zygzornifle 14 septembre 16:27

        @velosolex

         Les salaires dans la grande distribution et le petit commerce personne n’en parle, c’est le smic au centime près, bien entendu personne n’en parle car ils bossent au lieu de se mettre en grève tous les 15 du mois .... 


      • titi 14 septembre 22:15

        @zygzornifle

        Ce qui compte en France pour être entendu, ce n’est pas son mérite, mais sa capacité à déverser du lisier à la porte de sa préfecture.


      • Trenien 14 septembre 22:51

        @velosolex
        Les salaires indiqués ne sont PAS des salaires moyens. Au mieux, des salaires de fin de carrière (et encore, en ayant fait une bonne carrière, majoritairement bien notée).
        Pour info, l’évolution est classe normale, qui a 11 échelons, commence à environ 1750, termine à 3150. Ensuite vient la hors-classe, qui a 6 échelons, dont les trois premiers ont les mêmes rémunérations que les 3 derniers de classe normale (il est plus rapide d’avancer pour ceux-la en hors-classe). Elle termine à 3700. Ceux qui y seront promus le feront entre le 9eme et le 11eme de la classe normale. Enfin vient la classe exceptionnelle (réservée aux fayo à la langue capable d’aller bien au fond du colon). Elle échelonne entre 3150 et un poil plus de 4000.
        A noter que j’ai pris en compte la prime ISOE, d’environ 100 euros par mois pour tous les profs qui sont en postes, mais pas les primes prof principal (environ 100 euros aussi) ou établissement ZEP (150 maintenant, je crois). Je ne compte pas non plus les heures sup’

        Donc, non, ça n’est pas la misère. Mais au début des années 80, un certifié en tout début de carrière touchait environ, 2,2 smic. Maintenant, pour un agrégé dans la même situation, c’est environ 1,4 fois le smic. Pour le certifié, dont le salaire évolue moins vite, c’est démarrage à 1500 (1,2 fois le smic) et max absolue à 3700, mais probable plafonnement vers 2700).

        Tout ça est pour une carrière complète. Si vous en connaissez, demandez aux profs si ils se sentent de continuer jusqu’à la retraite.


      • velosolex velosolex 15 septembre 10:07

        @Trenien
        Je m’érige contre le tonalité misérabilisme de certains, dont un commentaire disant qu’un prof ne peut faire vivre décemment sa famille, oubliant tout de même que la profession se situe bien au delà du salaire médiant. Ce qui peut choquer certains salariés, dont la situation n’est pas comparable, la majorité dans ce pays n’excédant pas 1780 euros. 
        Ce n’est pas pour autant que je méprise le problème, bien sûr. Mais c’est toute la fonction publique qui est à la ramasse depuis les années 80. Les analyses que vous faites sur l’évolution des salaires sont très justes, à ceci près qu’ils le sont tout autant pour tous les branches de fonctionnaires, étant liées à la non révision de la valeur du point d’indice.
        Mettez vous à leur place. Le problème doit être vue collectivement, et mettre en exergue le relevé de ce problème, et l’ajuster à tous les secteurs, et non un seul de la fonction publique, dans une point de vue corporatif !.
        Car l’’évolution des salaires depuis les années Mitterrand que vous me donnez est la même dans tous les corps de fonctionnaires, en tout cas concerne le corps hospitalier que je connais. Elle est même pire car les quelques bonus ont été donné par des primes, qui composent jusqu’à 30 à 40 % du salaire maintenant. Ce qui fait que le départ en retraite d’un infirmier ayant fait toute ses annuités est une pension divisée par deux en rapport à son salaire antérieur. Pas bien gros, équivalent à celui d’un aide soignant dans les pays du nord. Là aussi, on en assez parlé pendant la crise, plus d’un se sauve avant terme, ou s’en va en suisse ou au Luxembourg. Mais ce n’est pas une solution collective.
        Je ne veux néanmoins par confisquer la critique à mon église. L’indignité des traitements et de situations est encore plus scandaleuse dans certains secteurs privés, où le droit du travail s’est adapté à la chute du nombre d’inspecteurs. 
         La proposition d’Hidalgo, déclaration démagogique en vue des élections est une phrase choc, démagogique, ridicule ,dangereuse, et manipulatrice. Elle a réussi son coup, mais se garde, en voulant réparer un écheveau délabré à un coin, d’émettre un projet pour la société française. On contraire elle la clive, car les autres travailleurs, peuvent s’estimer injustement méprisés, par l’oubli, et par l’importance du chiffre lancé, à but de sidération. Sans pour autant s’intéresser aux causes du mépris, une vieille ornière de la société héritée de l’ancien régime, divisant les gens de peu et les gens de bien, les biens nés, les héritiers et les manants. Et la considération que l’on accorde à certaines professions et pas à d’autres. La France étant à ce niveau particulièrement détestable, dans le respect des situations assises, et de la méritocratie s’accordant à une charge prestigieuse, à l’opposé du mépris envers les métiers dits manuels. Il y aurait beaucoup à dire. . 
        Il faudrait en fait s’attarder à toutes les disparités en nombre avec les autres pays, pour en conclure que le problème vient non d’une injustice ponctuelle, liée à un métier mais est systémique à la société Française, qui repose sur une inégalité de sort bien plus importante que les autres pays. Le nombre de milliardaires et de grandes fortunes a explosé, trois fois plus qu’ailleurs. La rente considérable est à peine taxée. Nous sommes revenus à un régime proche de ce qu’il était au dix neuvième, où la rente et l’héritage rapporte plus que le travail. Travaillons à cette constatation, et alors si un système de redistribution est mis en place, il s’accordera à ne maitriser personne. J’attend qu’Hidalgo aborde ce sujet. 


      • Armelle Armelle 15 septembre 17:53

        @chantecler
        « Salaires minables qui ne permettent plus de faire vivre une famille »
        Le principe méritocratique aurait donc été mis en place à notre insu ? 


      • Trenien 16 septembre 09:00

        @velosolex
        Je n’ai pas le temps de répondre en détail, mais à noter qu’à grade et échelon égal, le salaire d’un prof est inférieur à celui d’un autre fonctionnaire (sauf peut-être en tout début de carrière, mais l’évolution est plus lente pour les profs)


      • eddofr eddofr 14 septembre 10:21

        Pourquoi je réagis comme ça ?

        Mais parce que l’élection du Président de la République, c’est sensé être le choix d’un modèle économique, social , étatique , démocratique pour l’avenir d’un pays tout entier, pas juste le choix du « plus offrant » pour chaque égoïsme.

        En votant, on est sensés exprimer notre responsabilité de citoyens, pas nos petites susceptibilités égocentrées.

        Même si au final, c’est une escroquerie, si tu votes, votes bien.

        C’est pas pour qui tu votes qui compte,

        c’est pourquoi tu votes pour lui qui compte.


        • Docteur Faustroll Séraphin 14 septembre 10:36

          @eddofr

          Oui, mais c’est pas comme ça que les animateurs gèrent le jeu !

          L’exploitation politique et médiatique de l’élection de PdlR français est calquée sur le modèle américain de jeux du cirque dont le principal objectif est d’organiser régulièrement un match pour des afficionados/supporters qui choisissent un camp par esprit de clocher (ou besoin d’appartenance à un groupe constitué), un public de souris auxquelles on a fait croire que la « démocratie » consistait à choisir entre un gros chat siamois et un gros chat persan pour mettre en place un chef qui reçoit en fait ses croquettes directement du fabriquant de croquettes.
          A part ça, dans la logique de votre démonstration, il aurait peut-être été préférable d’écrire « pour quoi » tu vote plutôt que « pourquoi ». Ceux qui ne votent plus ont compris la question telle que vous la posez. Et il y a plusieurs façons de voter : Staline préconisait aux Russes blancs de « voter avec leurs pieds ».


        • Albert123 14 septembre 20:45

          @eddofr

          « C’est pas pour qui tu votes qui compte,

          c’est pourquoi tu votes pour lui qui compte. »


          le « pourquoi » devrais je voter pour ces « qui » dégénérés qui nous ont tous trahis l’emporte largement dans ce cas là.


          on va juste devoir se taper 6 mois de bourrage de moue de tous cotés avant de se prendre 5 ans de délires mondialo woko progressisto collectivisto hystérico hygienisto moralo totalitaristes en plus,


          en tous cas ils sont peu nombreux ceux qui ont activement défendus les libertés et droits du peuple français


          « Même si au final, c’est une escroquerie, si tu votes, votes bien. »


          quand on m’invite à ce que je perçois comme étant un diner de con, je décline l’invitation.


          toutes ces promesses d’argent magique ne sont là que pour faire oublier que ces individus ne souhaitent pas rendre les libertés qu’ils nous ont prises,


          or ce sont ces libertés qui produisent de la richesse.



        • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 14 septembre 11:29

          Salaire d’Hidalgo = environ 7500€/mois plus les avantages ^^


          • Fergus Fergus 14 septembre 13:15

            Bonjour, bouffon(s) du roi

            Oui, soit trois à quatre fois moins que les patrons de services publics, et deux fois moins que les hauts-fonctionnaires !

            Pas de quoi fouetter un chat pour un métier de chien ! smiley


          • eddofr eddofr 14 septembre 14:52

            @Fergus

            Je plussois.


          • Venceslas Venceslas 14 septembre 15:54

            @Fergus
            Je veux bien échanger ma place d’enseignant contre celle d’Hidalgo. Je suis sûr que je ne pourrai pas faire pire.


          • Tesseract Tesseract 14 septembre 15:58

            @Fergus
            Pas de quoi fouetter un chat pour un métier de chien !
            ====
            Un métier de chien ? Diantre, vous y allez fort !
            Qu’est-ce qu’a fait la dame à part serrer des pinces, lire des discours (qu’elle n’a pas écrit) et promener son auguste personne dans les lambris du pouvoir...
            Un métier de chien, tu parles !
            Faudra en parler aux métallos et aux agriculteurs par exemple pour voir...


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 14 septembre 16:07

            @Tesseract
            Dame Hidalgo était inspectrice du travail des autres. Un peu de respect !


          • Fergus Fergus 14 septembre 21:02

            Bonsoir, Tesseract

            Je confirme, un « métier de chien »

            Outre le fait que vous pouvez être amené à toute heure du jour et de la nuit à vous déplacer sur un lieu d’attentat ou d’accident grave  faits heureusement rares —, vous devez constamment, ici manger votre chapeau, là négocier des compromis prise de tête, ailleurs vous coltiner des administrés agressifs. Cela sans compter les réceptions d’hôtes étrangers avec lesquels vous n’avez pas le moindre point commun, les visites d’associations diverses, d’hôpitaux, d’Ehpad, de centres médico-éducatifs, d’entreprises industrielles, ou bien encore les présences à des évènements sportifs ou culturels dont vous n’avez strictement rien à faire, etc.

            Je ne connais pas de « métallos », mais j’ai des cousins agriculteurs. smiley


          • Venceslas Venceslas 15 septembre 00:37

            @Fergus
            J’en pleure de compassion. C’est vrai que les « gens qui ne sont rien », en comparaison, ont la belle vie, et ne mérite pas plus que le SMIC, fi donc !!!


          • ETTORE ETTORE 14 septembre 12:21

            Si elle ne se moquait QUE des enseignants, on ne pourrait croire que c’est une femme politique.

            En réalité, un BON pollitiCHIEN, adopte la méthode ci dessous .

            Il ne donne pas les graines, en même temps, à toutes les poules qui se pressent à ses pieds, NON !

            D’abord les colorées, puis les plus caquetantes, puis les plus blanches, et la poignée finale, au coq !

            Vous me direz, mais comment peut elle les séparer ?

            Simple il suffit d’être la poule la plus grosse, celle dont même le coq, craint les coups de bec..

            C’est comme ça, que le tas de fumier fumant, qu’est devenue cette démoCRAD &Cie, sert de trône au plus déplumé en moralité.

            Vous pensez vraiment, que la mode du « mensonge et prévarication » lancée par les précédents « influenceurs » et utilisé à flot continu, par notre actuel pipoman, seras oublié dans un recoins de la Ville de Paris ?

            Avec des « loustics » comme cette « pince à linge opportuniste » le blason de Paris va s’en trouver changé .

            De « Fluctuat nec mergitur », (Il est battu par les flots, mais ne sombre pas )

            Il seras..........


            • Fergus Fergus 14 septembre 13:23

              Bonjour, Jean de Beauce

              « Mme Hidalgo qui a contribué à chasser les profs comme le reste des classes moyennes de la capitale »


              Pas si simple, et même caricatural.

              Ce phénomène existe en effet dans toutes les capitales et métropoles du continent, quelle que soit leur couleur politique !

              J’ai rédigé en 2018 un article qui aborde ce sujet en zoomant sur le cas de la capitale :

              Cette « gentrification » qui chasse les classes populaires de Paris.


              • Fergus Fergus 14 septembre 21:04

                Moinsser, c’est bien car cela soulage. Mais apporter des arguments concrets, c’est mieux. smiley


              • Armelle Armelle 15 septembre 18:03

                @Fergus
                Bonjour Fergus,
                Je ne crois pas que vous ayez aborder ce sujet dans cet article, lequel traite des classes populaires !!!
                Nous parlons des profs là !!! Ils ne font pas partie des classes populaires, c’est un panier qui est bien au dessus !!! Nous pourrions presque dire ; une bulle, un nuage, à mille lieux des réalités du monde...


              • Armelle Armelle 15 septembre 18:08

                @Armelle
                Et en ce qui me concerne, je ne plusse ni ne moinsse, je laisse ce jeu puéril à ceux à qui ça plait !!! Au même titre que les notes sont d’une stupidité sans nom !!! Et ça nous ramène encore aux enseignants qui n’ont pas encore bien compris comment ça se passe en entreprise, dans la vie quoi !!! 


              • Hallo Bobo Hallo Bobo 14 septembre 14:06

                Nommer Rouen « la cité de l’évêque Pierre Cauchon » est un raccourci osé : évêque de Beauvais, il a vendu Jeanne d’Arc aux anglais alors qu’elle était détenue à Compiègne, dans son diocèse. Il présida le tribunal d’Inquisition lors du célèbre procès à Rouen, ville controllée par les anglais, de manière tout à fait temporaire.


                • zygzornifle zygzornifle 14 septembre 16:24

                  La certitude d’Hidalgo c’est que le tampon sort du corps en saignant ....


                  • Aimable 14 septembre 17:46

                    Je ne suis pas sur que votre allusion a l’ évêque cauchon fasse plaisir aux haut Normands , mais l’histoire est là  smiley


                    • voxa 14 septembre 17:54

                      Bof... elle est du niveau de la Ségolène

                      .

                      Hollande et ses copines... Quel vaste programme.

                      tout ça pour finir sur un scooter...

                      .


                      • jymb 14 septembre 18:11

                        Comment tenter n’importe quoi après avoir détruit et saccagé une ville comme Paris...


                        •  C BARRATIER C BARRATIER 14 septembre 18:12

                          Augmenter le salaire des enseignants peut effectivemet améliorer le recrutement ; candidats plus nombreux, jurys pus exigeants. Avec l’enseignement primaire, il est pensable de revenir à à la semaine de 4 jours et demi. Car les 4 jours, c’est la cata pour les élèves.

                          Voir en table alphabétique des news :

                          Ecole,p rme Blanquer examen critique

                          http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=296

                          Pour augmenter le salaire des fonctionnaires , il faudra trouver des ressources nouvelles, ce ne peut être que l’impôt, et il faudra aller chercher l’argent là où il est, chez les très riches, ce n’est pas si difficile !

                          Alors Hidalgo ? Je dis chiche quand je vois par qui elle est critiquée, Blanquer en tête, Mélenchon en sourdine. C’est qu’ils sentent que la concurrente peut attirer des électeurs, plus qu’eux !


                          • titi 14 septembre 22:28

                            @C BARRATIER

                            « Augmenter le salaire des enseignants peut effectivemet améliorer le recrutement  »

                            Pas sûr que cela suffise.

                            Les futurs candidats sont confrontés pendant toute leur scolarité aux enseignants... Et le moins que l’on puisse dire c’est que la motivation ne transpire pas vraiment des enseignants... ce qui ne motive pas les autres à le devenir.


                          • stef 14 septembre 22:32

                            @C BARRATIER
                            Quand non voit les revenus des professions de santé 5-6 fois le salaire d’un agrégé pour un toubib c ’est lamentable comment en est- on arrivé là ???????


                          • Jean de Beauce Jean de Beauce 15 septembre 10:40

                            @C BARRATIER
                            En Ardêche, la question des emplois du temps du primaire se pose peut-être. Mais en banlieue parisienne, le tabou ce sont les enfants ingérables, violents et désocialisés. Il faut laisser au collectivités le choix de leurs horaires, cela fait trente ans que certaines communes fonctionnent correctement avec la semaine de quatre jours.


                          • Armelle Armelle 15 septembre 18:14

                            @titi
                            « Augmenter le salaire des enseignants peut effectivement améliorer le recrutement »

                            Bon derniers de l’OCDE, on voudrait nous faire croire qu’augmenter les profs, augmenterait leur capacités ?
                            Mais, c’est le pompon !!!!
                            La démarche rationnellesdevrait être ;
                            Des résultats probants alors augmentations et si augmentations, et bien recrutements plus faciles...


                          • Armelle Armelle 15 septembre 18:20

                            @Armelle
                            Déjà qu’ils se complaisent dans l’oisiveté !!! Les élèves et étudiants ; rien à foutre,...après moi le déluge !!!
                            D’ailleurs s’ils avaient une once de respect à l’égard de la mission que le contribuables leur donnent (à grand frais), ces fainéants professionnels n’auraient pas quitté les salles de classe dès le 15 juin dernier sur une année déjà cabossée par le covid !!!
                            Il va falloir cesser de prendre les gens pour des cons !!!


                          • Venceslas Venceslas 16 septembre 00:29

                            @titi
                            Allez le faire ! Vous comprendrez pourquoi vous ne tiendrez pas cinq minutes, Titi !


                          • Armelle Armelle 16 septembre 11:52

                            @Venceslas
                            Elle est bien bonne celle-ci !!!
                            Mais personne ne les a obligés à faire ce métier, quand on s’engage on va jusqu’au bout, on ne prend pas que les avantages !!!
                            Pourquoi sommes-nous bons derniers de l’OCDE ?
                            -Les élèves Français seraient-ils plus nuls que les autres ? Certes que non !
                            -Les programmes sont sensiblement les mêmes !
                            Et les seul points ne faisant l’objet d’un quelconque débat sont la compétence pédagogique et l’engagement des enseignants ! Et pour cause...
                            La seule façon de régler un problème est de l’exposer, et je ne vois pas où est le mal de traiter ce sujet qu’est la pédagogie, qui n’existe plus dans les cursus !!!
                            On se complaît dans la médiocrité, mais pensez donc, on s’en tape c’est bientôt les vacances ; 15 jours toutes le six semaines !!! Et cessez vos arguments du style, faites-le, vous tomberiez bien mal, sachant de quoi je parle, j’ai quitté l’enseignement parce que « mentalité pourrie » et « jmenfoutisme total », les seules choses qui comptent étant les vacances, les circulaires des syndicats, et les jours fériés, même s’ils sont religieux d’ailleurs...pour une secte ne cessant de prêcher la laïcité, c’est d’une malhonnêteté intellectuelle affligeante !!! Seul l’intérêt personnel compte...Et que penser de cette disposition tjrs actuelle, consistant à cumuler des points, lesquels permettent de choisir son affectation, faisant que les vieux briscards ciblent les établissement « pépères », et que donc les « bleus » se retrouvent en 1ère ligne dans les établissements « difficiles ». Vos arguments sont inaudibles, d’autant que vous n’en n’avez qu’un manifestement ; « faites le vous ! »
                            Quel manque de pertinence !!!
                             


                          • voxa 16 septembre 18:38

                            @stef

                            "Quand non voit les revenus des professions de santé 5-6 fois le salaire d’un agrégé pour un toubib c ’est lamentable comment en est- on arrivé là ???????

                            "

                            Et, pour les docteurs es-crocs (les dentistes) vous pouvez rajouter un zéro....

                            Tout cela avec moins de responsabilités que des artisans plombiers, maçons et autres, qui, eux, ont une obligation de résultats et une garantie décennale...

                            ...


                          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 14 septembre 20:36

                            La photo nous prouve que les femmes ont des difficultés à avouer avoir envie de péter un coup .


                            • troletbuse troletbuse 14 septembre 23:04

                              @Aita Pea Pea
                              Physionomiste, hein ? smiley


                            • Franchounet 14 septembre 21:52

                              Bel article.


                              • uleskiserge uleskiserge 15 septembre 07:28

                                Anne Hidalgo n’est-elle pas la candidate des Parisiens, et seulement des Parisiens des beaux quartiers ? 



                                L’électorat d’Anne Hidalgo (et du PS à Paris) n’est-il pas un lectorat qui n’a pour seul projet de société, l’exigence d’un air pur et la sécurité de leur personne ainsi que de leurs biens mobiliers et immobiliers, depuis que la fausse gauche à rafler la Capitale ?



                                     Rappelons que « Paris et Anne Hidalgo » - bidons-villes au Nord... Bourgeoisie et Bobos dans les autres arrondissements ; étudiants en chambre-de-bonne-placards - c’est 60% d’abstention aux Municipales de ces trente dernières années

                                Paris et son maire seraient de gauche, vraiment ?

                                Une seule réponse s’impose : de 15000 à 25000 euros le m2, Paris !



                                     Aussi, force est de constater que Paris et son maire n’ont plus rien à voir avec la France et les Français en tant que Nation, territoire et diversité de population.

                                Qu’il soit ici permis d’affirmer ce qui suit : Anne Hidalgo, n’a pas sa place dans une élection Présidentielle. 

                                 

                                ***

                                 

                                 

                                Hidalgo et consort candidat pour 2022 !

                                On reconnaît les gourdes et les crétins au fait qu’ils ne s’interdisent aucune ambition même si les locataires de l’Elysée de ces trois derniers quinquennats peuvent leur donner à penser, il est vrai, que tout est possible et permis en ce bas monde dont l’affaissement se confirmer jour après jour.



                                • Nicolas36 15 septembre 11:40

                                  @uleskiserge
                                  Analyse sèche mais juste. Plus prosaïquement Hidalgo c’est l’école Mitterand , Hollande et Cie. L’important est de se faire élire quitte à promettre n’importe quoi avec un bon slogan qui marque les esprits. C’est de l’escroquerie mais cela marche bien. Avec l’abstention généralisée , il est possible de se faire élire par la portion congrue des participants au scrutin. Le système des 2 tours est parfait pour récupérer les votes de rejets en plus. 
                                  Le pire est qu’il n’est pas impossible que Hidalgo passe dans ce contexte. Il est visible que EELV ou le PC ne jouent pas la première place. Mélanchon est l’unique danger pour une unité de la gauche bobo car il déteste viscéralement ces gens là. Le souk du même genre qui se déroule chez LR (une assemblée de corrompus) peut provoquer l’arrivée de Hidalgo entre les gouttes. On peut imaginer que Macron tombera devant Hidalgo. En terme de « féminité » on préfère l’original à la copie (comprenne qui voudra). 
                                  MLP traine sa réputation d’incapable et elle a Zemmour et Philippot aux basques qui sont plus dangereux que Dupont Aignant ou d’autres souverainistes. Cette configuration peut la faire arriver troisième si EELV et le PC se retirent ou n’obtiennent pas les 500 soutiens. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité