• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Apprenez la langue de bois avec nos élus (leçon 4)

Apprenez la langue de bois avec nos élus (leçon 4)

Rabâcher des « recettes » censées être la seule solution.

 "Sur la compétitivité, nous avons encore des efforts considérables à faire" Edouard Philippe

À priori, la « compétitivité  » est simple à comprendre : si un boulanger fait du pain moins cher que son collègue, à qualité égale, il drainera plus de clients, et ce dernier va tirer la langue. C’est bien fait tac !

Comment va faire notre boulanger pour baisser ses prix ? peut-être en inventant ou améliorant quelque chose ou en baissant son salaire.

Mais pour les entreprises Françaises, le Medef a une autre solution : « exhorter le gouvernement à tenir son cap pro-entreprises » c'est à dire remplir leur main tendue.

 Notre gouvernement, qui ne peut rien lui refuser, a compris le message, et notre Edouard l’a bien expliqué au cours du déjeuner annuel de la Chambre de commerce et d'industrie de Cologne (Allemagne) le 10 janvier 2019 http://discours.vie-publique.fr/notices/193000066.html

La solution c’est ? C’est ? Devinez ? « la diminution importante du taux de l'impôt sur les sociétés qui passera de 33,3 % à un taux de 25 % en 2022 »

Déjà, vous voyez la Kolossal finesse de dire aux allemands que nous allons aider nos entreprises pour qu’elles fassent des casseroles et autres couteaux Laguiole moins chers que les leurs !

Outre la nouveauté époustouflante d’une telle mesure (qui s’ajoute aux 150 à 200 milliards par an des CICE et autres), celui qui paye ? C’est ? C’est ???        Le citoyen ! Bravo !

Sûr, si l’impôt sur les sociétés baisse, il faudra bien que celui des Français bouche le trou.

Ainsi, (en espérant que rien de cette aide ne fuite aux iles caïmans) le prix des produits baissera exactement de la même quantité que la baisse de notre pouvoir d’achat.

Donc, cette baisse des prix n’est pas pour nous Français mais pour les citoyens étrangers, ce qui est sympa et généreux de notre part !

Mais, notre Edouard a plus d’un tour dans son sac et annonce une autre mesure exceptionnelle de hardiesse  : « simplifier et alléger la fiscalité sur le capital » Que du nouveau ! et, deuxième Kolossal finesse  : « afin d'encourager les Français mais aussi les Allemands à venir investir dans notre pays »

Ça rappelle les mauvais films de l’après-guerre où les soldats allemands étaient toujours bernés par la ruse légendaire des résistants Français.

Bon, assez rigolé, il faut lui expliquer à notre pauvre Edouard : Comme la majorité des échanges économiques, se font à l’intérieur de la zone euro (à 82 %), nous sommes donc dans une économie quasi fermée. 

ttps ://www.senat.fr/fileadmin/Fichiers/Images/commission/affaires_europeennes/Divers/echanges_commerciaux_UE_-_Etats_Unis-1.pdf 

Ainsi, tôt ou tard, les autres pays prendront des mesures identiques pour que les couteaux suisses et les gamelles locales soient moins chers que les nôtres, .. et nous voilà repartis pour un tour !

« Puisque la zone euro est un espace de change fixe, cette déflation ne pourra que se transmettre aux autres pays. » http://44.snuipp.fr/IMG/pdf/Document_3.pdf

C’est dire la vision « moderne » de nos élus européens  : saigner les citoyens à tour de rôle, et ne demander aucun effort aux entreprises qui n’ont qu’à tendre la main.

Plutôt que réciter une vieille leçon apprise dans des "énarqueries", une vraie vision politique serait de réunir tous les gouvernements d’Europe et dire : « il faut arrêter ce carrousel de l’austérité. C’est trop dangereux.

Même ceux qui, aujourd’hui, en profitent sans mérite ni talent mais par leur seul pouvoir sur nos dirigeants, en pâtiront un jour  » 

Car un jour, notre boulanger et ses clients se poseront les questions suivantes  :

- Pourquoi la population à qui je vends chaque jour moins cher, continue de s’appauvrir ?

- Quelle est la cause de cet appauvrissement ? Manifestement, ce n’est pas ma faute, moi petit patron qui continue à baisser mes prix !

- Et si je vends, chaque jour moins cher, à une population chaque jour plus pauvre, à qui profite cette compétitivité  ?

Et peut-être l’écrira-t-il sur un gilet jaune !

Mais notre pauvre Edouard, comprend-il ce qu’il ânonne ?

 NOTES : D’après le gouvernement il y a plus de 2000 aides aux entreprises ! https://www.guichet-entreprises.fr/fr/creation-dentreprise/les-prealables-a-la-creation-dentreprise/les-aides-publiques/


Moyenne des avis sur cet article :  4.18/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Étirév 12 février 10:29

    « Apprenez la langue de bois avec nos élus » nous dit l’auteur.

    À cela nous rétorquons : Apprenez également la langue des bois avec les élus,… les trouvères et autres troubadours… c’est bien plus poétique et surtout très instructif.

    « Dans toutes les représentations alchimiques, et même symboliques au sens le plus large, le vert est la couleur du secret, de la connaissance cachée, de l’envers des choses : facile à retenir, l’envers est ce qui est en vert ! La langue des oiseaux se régale des multiples homophonies de cette couleur : dans le vert on entend aussi le verre, qui symbolise la transparence, puisque la lumière passe « à tra-vert ». Tendez l’oreille : c’est la couleur du verbe, de la vertu et de la vérité. Ce qui est tout vert est ce qui est ouvert, c’est à dire l’inverse du verrou.

    « C’est la langue verte et fleurie des troubadours... et des trouvères, les biens nommés, qui excellaient dans l’art des messages codés.  » (P. Burensteinas, Un alchimiste raconte)


    • Professeur VaZlin' Professeur VaZlin’ 12 février 17:57

      @Étirév
      Sans oublier les ver-mifuges !
      le prof


    • Pimpin 12 février 11:17

      Je cite : « Mais pour les entreprises Françaises, le Medef a une autre solution : « exhorter le gouvernement à tenir son cap pro-entreprises » c’est à dire remplir leur main tendue. »

      Non ! grosse erreur ! pas remplir leur main tendue, mais arrêter de prendre dans leurs poches pour boucher des trous créés par leur incompétence ou leur idéologie nocive !

      Actuellement en France les entreprises sont étranglées par la fiscalité et les tracasseries administratives qui ont considérablement augmenté ces dernières années. Vous citez le boulanger en exemple, alors allez en parler avec votre boulanger, il vous expliquera ce qu’il en est !

      Son but si les taxes baissent n’est pas de faire baisser le prix du pain, mais de produire mieux et d’embaucher de la main d’oeuvre (il vous expliquera pourquoi maintenant il ne peut pas le faire).

      Un entrepreneur peut agir sur de nombreux leviers pour améliorer sa compétitivité, mais s’il est étranglé par les taxes et tracasseries administratives, il est impuissant.

      Ah mais si on fait cela, les autres le feront aussi ! Mais ils le font déjà ! Et on serait stupides de ne pas le faire aussi et de protéger nos entrepreneurs, qui sont la source de création de richesses et d’emploi.

      Maintenant il ne faut pas confondre les entrepreneurs en France et les grandes entreprises multinationales qui elles bénéficient d’avantages considérables dont le plus connu est l’optimisation fiscale, mais c’est un autre sujet.


      • Professeur VaZlin' Professeur VaZlin’ 12 février 17:56

        @Pimpin

        "Son but si les taxes baissent n’est pas de faire baisser le prix du pain, mais de produire mieux et d’embaucher de la main d’oeuvre"

        J’ai déjà entendu ça avec les restaurateurs ! baisse ridicule du prix du repas, et embauches non moins ridicules !

        Notez que je parle des grandes entreprises, dont, je pense, s’il a un peu de jugeote, mon boulanger doit se sentir exclu

        Le prof


      • Pimpin 12 février 23:14

        @Professeur VaZlin’ Pour les restaurateurs, on part de très bas ! Il faut plus qu’une aumône sur la TVA pour redresser la situation et pour pouvoir payer correctement un travail difficile.
        Il faut bien comprendre que les petites et moyennes entreprises en France constituent le plus grand réservoir d’emplois. Arrêter de les massacrer avec des charges et contraintes administratives en constante augmentation est indispensable.
        Dernière contrainte en date : le prélèvement à la source, travail supplémentaire de comptabilité que les organismes comptables se sont empressés de facturer aux entreprises.
        Pour les multinationales, difficile de les atteindre, elles profitent des possibilités de la mondialisation pour faire de l’optimisation fiscale, en fait faire fabriquer dans les pays esclaves, gérer dans les paradis fiscaux et nous vendre en France au prix fort avec une marge très faible (la grosse marge est faite dans les paradis fiscaux) pour réduire l’imposition au maximum. 
        Et pour s’opposer à cela il faut changer de politique, revenir à une politique nationale de souveraineté. Il n’y a que par le vote des électeurs que cela peut se faire. Les électeurs qui se plaignent devraient y réfléchir.


      • baldis30 12 février 16:35

        Bonjour,

         L’attente programmée de la compétitivité ne doit pas être écartée et multipliée au titre des potentialités diffuses qu’une synergie intensifiée par l’engagement intense des structures vives multi-communales organisées en consortiums modaux ne permettant pas la percolation sensible d’un intrus comme Poutine ( ça y est j’ai réussi à mettre Poutine dans le coup qu’ai-je gagné ?)  !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès