• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Arkéa : la descente aux enfers continue

Arkéa : la descente aux enfers continue

Rien ne va plus pour nos dirigeants, notre banque… et donc pour nous !

Après avoir été contraints de recapitaliser la filiale d’assurance vie de la banque, Suravenir, qui était au bord du gouffre, Ronan Le Moal et Jean-Pierre Denis ont planté les salariés de la Socram et, comme on pouvait s’y attendre, l’agence de notation Moody’s a annoncé fin octobre avoir abaissé à « négative » la perspective de la notation à long terme de notre banque.

Une véritable descente aux enfers dont les seuls responsables sont nos dirigeants.

La recapitalisation en urgence de Suravenir — pour un demi-milliard d’euros  ! – s’expliquerait ainsi par une gestion hasardeuse de celle-ci.

Suravenir a toujours été considéré par nos dirigeants comme le moteur financier de leur projet d’indépendance. Problème : à force de vouloir engranger les capitaux pour faire grossir le bilan de la banque, l’épargne de nos sociétaires est mécaniquement devenue moins rentable (elle ne l’est presque plus du tout aujourd’hui). Si certains en doutaient encore, voici une nouvelle preuve que l’intérêt de nos dirigeants prime sur celui des sociétaires.

Non seulement cette recapitalisation met en péril la santé de notre banque, mais elle a contraint nos dirigeants à planter nos confrères de la Socram. Déjà en mauvaise santé, le rachat de la Socram Banque apparaissait pour les salariés de celle-ci — enfin pas pour tous puisque notre banque ne souhaitait pas sauver tout le monde, pas assez rentable sûrement — comme une véritable opportunité. Mais c’était sans compter sur l’obsession de nos dirigeants pour leur projet d’indépendance, qui a fini par les obliger à abandonner la Socram, alors que ses propriétaires, la Macif, la Maif, Matmut et BPCE, avaient donné l’exclusivité des négociations à Arkéa, une décision dont ils doivent se mordre les doigts aujourd’hui.

Et comme un fiasco n’arrive jamais seul, la fédération du Crédit Mutul Massif Central signait, début septembre, un protocole d’accord pour quitter Arkéa au 1er janvier 2020.

Le bilan de ces derniers mois est donc criant : une recapitalisation en urgence à un demi-milliard d’euros, une fédération en moins… Et, plus récemment, l’agence de notation financière Moody’s qui abaisse à «  négative  » la notation à long terme de notre banque en raison des «  obstacles  » et de l’incertitude autour du projet de séparation.

Pour rappel, ce dernier est censé avoir vu le jour dans le seul et unique but de sauver notre banque, et nous avec…

Notre banque, qui se portait d’ailleurs comme un charme avant toute cette affaire, aujourd’hui vacille. À tel point qu’il se murmure depuis quelques mois que notre cher directeur général, Ronan Le Moal, pourrait aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs. On le comprend, endosser la responsabilité de l’écroulement d’une banque, cela fait tache sur un CV.

Pendant ce temps-là, notre avenir à nous salariés, s’obscurcit. Et je ne parle pas des fermetures d’agences qui deviennent de plus en plus récurrentes. Ce qui est paradoxal pour une banque qui clamait encore l’année dernière que «  la prise en compte des réalités locales au service d’une vraie proximité avec le client final est indispensable  »…

Si l’entêtement de nos dirigeants persiste, ce ne sont pas eux, mais bien nous qui en paierons le prix…


Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • BidougN 13 novembre 08:46

    « La recapitalisation en urgence de Suravenir — pour un demi-milliard d’euros  ! – s’expliquerait ainsi par une gestion hasardeuse de celle-ci. »


    Non, ce problème concerne tous les acteurs du marché (taux négatifs), les autres feront pareils d’ici peu

    https://www.lesechos.fr/finance-marches/banque-assurances/assurance-vie-societe-generale-nexclut-pas-de-recapitaliser-sa-filiale-1145979



    • kimonovert 13 novembre 09:38

      Tirez vous et passez les concours de fonctionnaires !


      • Spartacus Spartacus 13 novembre 18:43

        Il faut licencier l’auteur pour faute lourde. Porter plainte sans se poser de question contre l’auteur pour atteinte à l’image de l’entreprise et le dégager a grand coup de pied au cul et sans indemnités.

        Dénigrer publiquement son employeur est une faute lourde au motif de l’intention de nuire sciemment. 

        C’est une agression à la personne morale qu’est l’entreprise, aux personnes citées, aux autres employés qui subissent l’atteinte à l’image publique que ce malfaisant organise par son sectarisme intellectuel. 

        Un type comme cet employé est un boulet pour une entreprise. Un TOC, Troublé Obsessionnel Compulsif incapable d’appréhender le changement, qui abuse de la liberté d’expression contre des personnes et ses collègues est proprement scandaleux.

        Il est tellement intelligent et calife a la place du calife que ça doit pas être bien compliqué avec un tel niveau de trouver un job dans une autre entreprise ou l’herbe sera tellement plus verte...


        • kéké02360 13 novembre 21:52

          @Spartacus

           collabo  smiley


        • Garibaldi2 14 novembre 05:16

          @Spartacus

          Vous avez une drôle de façon de traiter un lanceur d’alerte !


        • BidougN 14 novembre 08:42

          @Garibaldi2
          Je crois que vous confondez lanceur d’alerte et syndicaliste


        • Garibaldi2 14 novembre 15:13

          @BidougN

          En quoi serait-ce incompatible ? Ce sont souvent les gens qui sont au coeur de la machine qui peuvent le mieux en dénoncer les travers. Cf Chelsea Manning, Julian Assange.


        • Spartacus Spartacus 14 novembre 16:50

          @Garibaldi2
          Un frustré n’est pas un « lanceur d’alerte ».
          Ici c’est un lâche, qui n’a même pas le courage de démissionner de l’endroit ou il ne se sent pas bien et publie sous l’anonymat des atteintes à la personne.

          Il y a un conseil d’administration, un comité d’établissement et ce type n’a que l’objectif de nuire à son employeur.

          $Il ne se sent pas bien ? Il n’est pas « attaché ».


        • BidougN 14 novembre 21:06

          @Garibaldi2 Mais ! ....quelle comparaison foireuse ! Chelsea Manning a fait fuité des dizaines de millers de documents secret défense. Mais apparemment pour vous un tract cfdt suffit !


        • Garibaldi2 15 novembre 05:31

          @BidougN

          Ça ne change pas le fait que c’est bien celui qui est placé au coeur de la machine qui est le mieux placé pour en dénoncer les travers. J’ai donné deux exemples mondialement connus, mais il y en a beaucoup d’autres de moindre taille où ce sont des salariés de l’entreprise ou de l’administration qui ont lancé l’alerte.

          Le crédit mutuel est une banque mutualiste (une coopérative) et tous ses salariés y sont également des mutualistes car ils ont bien entendu leur(s) compte(s) bancaire(s) au crédit mutuel et ils sont porteurs de parts sociales. Les clients sont aussi porteurs de parts sociales.

          Il n’est pas illégitime pour l’un de ces salariés d’alerter sur les risques financiers puisque lui-même peut être appelé pour combler un passif en fonction du nombre de parts sociales qu’il détient : ’’Elles [les parts sociales] ont vocation à supporter les pertes de la coopérative : elles ne vaudront jamais plus que leur prix d’émission mais peuvent ne plus rien valoir. Pire (ou mieux) : en fonction des statuts, le propriétaire d’une parts sociale peut être engagé à hauteur de 2 à 5 fois la valeur de cette part (20 fois dans certains cas).
          En cas de faillite, il devra alors abonder - trouver l’argent pour combler le trou - pour plusieurs fois le montant de son « placement » et il est vérifié que l’acheteur de parts sociales a rarement connaissance des statuts.’’.

          https://blogs.mediapart.fr/patrick-le-cellier/blog/080612/les-parts-sociales-des-banques-cooperatives-sont-elles-un-bon-placement



        • Spartacus Spartacus 15 novembre 06:33

          @Garibaldi2
          Il ne dénonce rien. C’est un vulgaire procès d’intention d’un frustré ou d’un manipulateur..

          Il y a des lieux pour porter les jérémiades de ce type. Evidemment pas ici.

          Faire de la publicité négative sur son entreprise, salir des membres de son entreprise et porter atteinte à l’image de son entreprise est une faute lourde sans aucune excuse. 

          Un salarié doit faire preuve de loyauté envers son employeur.
          Porter au public des informations internes et diffamer au public des éléments du secret des affaires, à charge sur la politique commerciale de son employeur est évidemment un acte de déloyauté.

          Ce salarié est un furoncle pour l’entreprise, son image, son chiffre d’affaire, pour les personnes qu’il diffame ad hominem, ses collègues, et ses clients.

          En fait on suppute pire, en lisant entre les lignes, une culpabilité d’extorsion de fond et de chantage.
          La seule chose qu’il souhaite c’est du pognon et qu’on lui donne du fric pour qu’il cesse sa nuisance publique.

          Il veut jouer le martyr, mais ce n’est qu’un vulgate petit escroc et dans touts les cas un nuisible. Un inemployable.


        • BidougN 15 novembre 08:47

          @Garibaldi2

          Sauf que l’auteur ne fait que reprendre les informations déjà publiées dans la presse et en fait un gloubi-boulga indigeste en y ajoutant une touche personnelle de suppositions et de rumeurs non vérifiables.

          Oui, Manning était au coeur de la machine, il l’a prouvé.
          Ici, zéro preuve ! et surtout rien de neuf

          Mais vous ne voyez pas la différence, inutile d’en débattre plus longtemps

          « Le syndicat, c’est fait pour donner raison à des gens qui ont tort. »
          « Le capitalisme c’est l’exploitation de l’homme par l’homme ! Le syndicalisme c’est le contraire ! »
          Coluche


        • merthin 15 novembre 11:14

          @Spartacus

          C’est un vulgaire procès d’intention d’un frustré ou d’un manipulateur..

          Ah ? vous connaissez la situation d’Arkea de l’intérieur ?


        • merthin 15 novembre 11:19

          @Spartacus

          Un salarié doit faire preuve de loyauté envers son employeur

          ah ? même si celui-ci bafoue la loi ?


        • merthin 15 novembre 11:25

          @Spartacus

          Ce salarié est un furoncle pour l’entreprise, son image, son chiffre d’affaire


          Il semblerait qu’une racapitalisation a été nécessaire avant la publication de ce papier.

        • merthin 15 novembre 11:27

          @Spartacus

          dans touts les cas un nuisible. Un inemployable.

          mouais. En terme de nuisance, la course au profit est inégalé pour l’instant.


        • Garibaldi2 16 novembre 03:42

          @Spartacus

          Vous accusez souvent les gens d’être des escrocs quand ils écrivent des choses qui vous déplaisent ?

          Pouvez-vous citer 1 seul exemple de mensonge dans cet article, dont toutes les infos sont publiques, que ce soit la recapitulatisation, la note de Moody’s, le protocole d’accord signé par la fédération du Crédit Mutuel Massif Central de quitter Arkéa, ... Il n’y a aucune violation du secret des affaires.

          Sur le sujet : https://www.cafedelabourse.com/blog-editeurs/arkea-credit-mutuel-conflit

          https://blogs.mediapart.fr/michel-kerninon/blog/071115/du-riffifi-au-credit-mutuel


        • Garibaldi2 16 novembre 04:10

          @BidougN

          ’’un tract cfdt’’, curieux comme déclaration !

          Tout le monde a compris que vous faites ici la com du C.M.

          Etant détenteur de 3 comptes au C.M., j’examine depuis quelques temps la possibilité de les migrer vers une autre banque, étant donné que nous allons vers des temps agités, et que je n’ai pas envie d’être un jour appelé en comblement de passif à cause de ma qualité de porteur de parts sociales.

          Au fait, merci de confirmer ou d’infirmer qu’un porteur de parts du C.M. peut être appelé en comblement de passif.


        • BidougN 16 novembre 11:43

          @Garibaldi2 ’Tout le monde a compris que vous faites ici la com du C.M.’

          Perdu mais oui je suis farouchement opposé a la cfdt (alias la 5e colonne de mr Therry)

          Concernant les parts sociales, outre le fait que ce n’est pas le sujet de l’article, je ne vois pas pourquoi je m’emmenderai a vous donner la moindre reponse d’autant plus que c’est probablement le dernier placement que je ferai si j’avais des montagnes d’or


        • Garibaldi2 17 novembre 06:26

          @BidougN

          Be good haine !

          Si vous faites la com du C.M sans être payé, c’est que vous êtes un vrai couillon. Ce qui ne m’étonnerait pas, payé ou non !


        • BidougN 17 novembre 12:55

          @Garibaldi2 Félicitations ! Vous venez de demontrer que vous etiez parfaitement « syndicat compatible ». Etant en desaccord avec vous, je suis soit aux ordres d’une direction, soit un couillon. Pas etonnant qu’il y ait si peu de monde a se syndiquer en France.


        • CLOJAC CLOJAC 13 novembre 19:09

          Arkéa c’est un joli prénom nordique. Mais je préfère Ikéa.

          Pas chère, à embarquer de suite chez toi et facile à monter.


          • merthin 15 novembre 11:29

            Ronan Le Moal, pourrait aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs

            Nos libertriens en herbe vont désormais nous expliquer

            lors magnifique principe de responsabilté (à géométrie variable) smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

BretonEnColère


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès