• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Arménie – Azerbaïdjan : la Turquie en première ligne, contre les (...)

Arménie – Azerbaïdjan : la Turquie en première ligne, contre les Arméniens

Les informations nous arrivant de la région du Caucase sont de plus en plus inquiétantes. La Turquie, profitant de sa proximité avec l’Azerbaïdjan avance ses pions dans la région avec comme objectif d’effacer l’Artsakh de la carte et d’avancer vers l’Arménie.

A cette fin, aux côtés de l’aide en matériel qu’elle apporte au régime autocratique azéri, elle a engagé des milliers de mercenaires qu’elle a envoyés au Haut-Karabagh.

Selon The Guardian[1]des mercenaires syriens se sont engagés à travailler pour une société de sécurité privée turque en tant que gardes-frontières en Azerbaïdjan. Le quotidien rapporte des déclarations de certains mercenaires syriens engagés par la Turquie en vue de combattre aux côtés de l’armée azérie contre l’Artsakh et l’Arménie. Cela démontre la volonté hégémonique d’Ankara et constitue un signe dangereux d'escalade. Le déploiement est également le signe de l’appétit croissant de la Turquie pour la projection de sa puissance à l’étranger et ouvre un troisième théâtre dans sa rivalité régionale avec Moscou. Rappelons qu’Ankara est déjà engagée dans une lutte de puissance avec la Russie dans les conflits en Syrie et en Libye, et que les tensions pourraient maintenant se propager au Haut-Karabakh. L’Empire ottoman dont rêve le néo-sultan Erdogan ne tolère aucune autre présence que celle de la Turquie dans la région allant de la Méditerranée orientale au Caucase et au Golfe persique.

Le gouvernement arménien et les médias russes ont fait état de la présence d’environ 4 000 mercenaires syriens au Haut-Karabakh, des affirmations qui ont été bien évidemment démenties par Bakou.

Par ailleurs, hier des rapports en provenance du Caucase faisaient état de la participation directe de l’armée turque dans le conflit, avec un avion militaire arménien a été abattu par un avion turc. L’AFP[2], citée par Le Figaro, rapporte : « Le ton monte entre Erevan et Ankara, au troisième jour de combats meurtriers dans la région disputée du Nagorny Karabakh. L'Arménie a affirmé ce mardi qu'un chasseur-bombardier turc, soutenant l'Azerbaïdjan, avait abattu un de ses avions militaires. « Un avion SU-25 arménien a été abattu par un F-16 turc (...) qui venait du territoire azerbaïdjanais », a annoncé la porte-parole du ministère arménien de la Défense, Chuchan Stepanian, dans un message sur Facebook, précisant que le pilote arménien de l'appareil « était mort en héros ». »

Egalement, l’analyste Jean-René Belliard, écrit-il sur son blog[3] que de mercenaires syriens soutenus par la Turquie sont rentrés récemment de Libye, où ils se sont battus pour le gouvernement d'accord national (GNA).

Cette information a été relayée également par l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) le 26 septembre.

Belliard poursuit précisant que l'OSDH avait déclaré que les mercenaires syriens « sont rentrés de Libye après avoir rempli leurs contrats. Ils ont tous été entièrement payés ».

Des rapports précédents ont révélé que les mercenaires se sont vu promettre jusqu'à 2 000 dollars par mois. La Turquie a déployé plus de 18.000 mercenaires syriens, dont 350 enfants, en Libye depuis l'année dernière pour soutenir les forces du GNA, toujours selon l’OSDH.

Aujourd'hui, après la mise en place d'un cessez-le-feu en Libye, de nombreux mercenaires retournent en Syrie. On estime que 8.500 d’entre eux sont déjà retournés dans leur pays jusqu'à présent et qu’ils cherchent à se recycler, ce dont profite encore Ankara pour renforcer son allier azéri.

Selon la presse chypriote[4], la Turquie a transféré des troupes de Chypre en Syrie lundi dernier, 28 septembre 2020. Le matériel photographique qui corrobore cette information montre le transfert par des avions géants A-400 de troupes de la partie occupée de Chypre vers la province de Hatay, frontalière avec la région syrienne d’Idlib. La Turquie remplace ainsi les mercenaires syriens qu’elle envoie de cette région vers l’Azerbaïdjan, encadrés par des troupes régulières turques.

Cependant, l’utilisation de mercenaires syriens qui, rappelons-le, sont des islamistes appartenant à Daech ou à Al-Qaïda ainsi qu’à d’autres organisations terroristes plus petites, comporte d’autres risques.

Selon des informations de @wargonzo d'Istanbul, des mercenaires turcs, arrivés en Azerbaïdjan en provenance de Syrie, ont été placés dans des villages frontaliers, afin de se battre aux côtés de l’armée azérie. Néanmoins, ils ont commencé à établir leur propre ordre - c'est-à-dire à forcer les femmes à porter le hijab, et généralement à les forcer à vivre selon la charia. La population azerbaïdjanaise locale a mal perçu les tendances radicales et a déclenché une émeute. Pour résoudre ce conflit, le président azerbaidjanais Aliyev a dû y envoyer des forces spéciales !

Le président turc, admirateur des Frères musulmans et aspirant calife, n’est pas à ça près ! Il a soutenu financièrement et militairement l’Etat islamique en Syrie et en Irak car il représentait l’islam sunnite, dont il veut être le chef absolu dans le monde…

 

 

[4] O Phileleftheros, 30 septembre 2020.


Moyenne des avis sur cet article :  3.62/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Olivier Perriet Olivier Perriet 30 septembre 12:19

    Laissons Vladimir gérer les contradictions entre son alliance opportuniste avec le nouvel Hitler d’Ankara, scellée lors du putsch raté de 2016 (imputé aux Occidentaux, avec pour hypothèse audacieuse l’alliance baroque entre des militaires kémalistes et une confrérie musulmane ex alliée de l’AKP), et la propagande traditionnelle de « la Russie protectrice des chrétiens d’Orient ».

    Moi j’en ris d’avance.


    • V_Parlier V_Parlier 30 septembre 23:37

      @Olivier Perriet
      Et l’OTAN ? Il n’a pas d’alliance contradictoire avec une Turquie membre de l’OTAN et un pouvoir arménien pro-Ouest ? Allez donc encore chercher chez d’autres les embarras qui se posent ici même !


    • vraidrapo 30 septembre 15:05

      Rapport Israël Turquie...

      Et bien, selon Facebook, ça ne va pas si mal que le laisserait penser Erdogaz : plusieurs cargos turcs se sont rendus en Israël pour se ravitailler... en munitions ou pour entretien discret des F16 ?

      Le turc est plus prompt à détruire qu’à entretenir.

      Une petite blague pour détendre :

      c’est un sultan qui visite un chantier de construction d’une mosquée sur le site d’une église.

      L’architecte interpelle son équipe : Bektash..., Ali,... Farhat...

      le sultan ravit de sa visite se retire !

      A la visite suivante, l’architecte interpelle Agop... Raffi,... Garabed...

      Le sultan surpris interroge : la première fois tu embauchais des musulmans maintenant tu n’as que des Chrétiens ???

      Mon sultan, c’est très simple : pour démolir je fais appel aux turcs, pour construire je fais appel aux Arméniens !

      N’est-elle pas bonne ?

      2) Israël est un des rares pays « modernes » à n’avoir pas reconnu le Génocide des Arméniens, probablement que Tel-Aviv attend le second pour confirmation.

      Comme disait Simone Weill du Panthéon : « on ne peut pas contester l’Unicité de la Choa, donc il n’y a pas d’autre Génocide  »

      Gloria, Gloria !


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 30 septembre 16:42

        @vraidrapo

        difficile de ramer pour défendre Vladimir. 
        Encore !


      • arthes arthes 30 septembre 17:50

        @vraidrapo

        L’Azerbaïdjan entretient aussi de bon rapports avec Israel...Et aussi avec son « grand frère » la Russie ...Moscou va devoir jouer « funambulisme » pour sa part pour tenter de ramener le calme...Et il y en a que ça fait rire ;-/


      • vraidrapo 30 septembre 21:31

        @arthes
        Il m’est venu une idée (...*...) et si Poutine attendait que les 2 antagonistes soient épuisés pour imposer « sa » solution !?
        Cette une « technique » qui a été utilisée par d’autres en d’autres circonstances...


      • arthes arthes 30 septembre 23:16

        @vraidrapo

        Peut-être,..Les russes ont une longue histoire , on dira intime, avec les Ottomans et le Caucase, ils connaissent...N empêche...C est du funambulisme a ce stade...Les occidentaux sauraient pas faire.


      • V_Parlier V_Parlier 30 septembre 23:41

        @arthes
        C’est d’ailleurs pour ça que les officiels occidentaux ne passent leur temps qu’à pérorer sur le sujet et à projeter leur propre incapacité sur le Vladimir (cf. un spécimen présent plus haut). Quelque part il est même possible que ça les arrange, cette bande d’hypocrites, qu’une zone de chaos supplémentaire se réinstalle aux portes de la Russie


      • arthes arthes 1er octobre 16:39

        @V_Parlier

        Je ne sais pas si ça les arrange, dans le sens ce qu’ils y ont à gagner...En revanche, la Russie a tout à gagner en arrivant à stabiliser cette poudrière où des conflits plus où moins gelés semblent, fatalement, vouloir éclater en une guerre ouverte.
        Les découpages après l’effondrement de l’URSS ont engendrés d’autres foyers de conflits larvés : Abkhazie, Ossétie
        Mais...
        Tenez, le Daguestan, c’est calme par exemple...Et bien le Daguestan fait partie de la fédération de Russie.
        Ce qui ne signifie pas que la Russie doive absorber plus qu’elle n’a  smiley (la Crimée c’est autre chose) , mais « murir »elle même afin de jouer son rôle de stabilisateur /pacificateur auprès de ses anciens satelites avec lesquels elle a de nombreux échanges (la Russie est restée multi ethnique).. 
        Beaucoup de russes ont des origines azéries, bielorusses, géorgiennes ..Et de la famille dans ces pays, et les azéries viennent bosser en Russie , comme tous ceux des états de l’ancienne URSS. et sont assimilés.
        Les Russes, classe populaire moyenne vont en vacances en Turquie, c’est leur Espagne à nous, dans les années 70 smiley

        Bon, la langue azérie et ottomane est trés proche aussi. smiley

        Passionnante et aussi vaste et « infinie » que son territoire, l’histoire de la Russie...


      • vraidrapo 1er octobre 09:36

        ministère arménien de la Défense a déclaré que les opérations militaires se poursuivent le long de la ligne de contact et que, selon le ministère de la Défense, l’Azerbaïdjan a cédé le commandement aérien de son offensive contre l’Artsakh et l’Arménie à la Turquie. À partir de 10 heures, des frappes aériennes coordonnées ont visé les forces armées de l’Artsakh, les colonies civiles des régions de Martuni et de Hadrut. L’opération des avions de combat F-16 de l’armée de l’air turque opérant à partir de Kurdamir, des avions SU-25 de l’armée de l’air azerbaïdjanaise et des drones de fabrication turque Bayraktar est coordonnée par le poste de commandement aérien à distance turc E7-T, opérant à l’intérieur du territoire de Turquie, près d’Erzerum et de Kars. Hovhannisyan a poursuivi en disant que l’information est confirmée par l’enregistrement du poste de commandement de la défense aérienne conjointe de l’Arménie.


        L’Histoire frappe à la porte après 100 ans !

        La Région de Erzerum et Kars reconquise par les Arméniens, avait été donnée au Turc Kémal par les Soviets au Traité de Kars en 1921. Balayant les acquis du précédent traité international (Sèvres, 1920) qui réparait partiellement les conséquences du Génocide de 1915.

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Trait%C3%A9_de_Kars

        Si les Turcs vouent une adoration à Kémal, c’est qu’il a réussi à éviter la claque nationale de l’aventurisme de ses prédécesseurs, le Triumvirat génocidaire (Talaât, Djamal, Enver) engagés auprès de l’Empire allemand.

        Quant à Staline, le séminariste d’origine géorgienne, il n’a jamais manifesté de sympathie pour le voisin arménien. Dans ses carnets de quota de déportations systématiques vers la Sibérie, on peut lire pour la RSS d’Arménie, le chiffre 1500 !


        • vraidrapo 1er octobre 10:07

          Le patriarche arménien de Jérusalem appelle le président Rivlin à arrêter la livraison d’armes israéliennes à l’Azerbaïdjan.
          ( via la Turquie, bien sûr, en plus on charge les navires turcs pendant le Yom-Kippour  !)
          Alors les Hébreux ! On recommence à jouer avec le Veau d’or pendant que Moïse est allé chercher les Tables de la Loi. Tsk-tsk...

          https://www.armenews.com/spip.php?page=article&id_article=69065


          • vraidrapo 2 octobre 10:17

            Les soldats azéris arrivent drogués sur le front...

            13h30 : Anna Naghdalyan, la porte-parole du ministère arménien des Affaires étrangères a annoncé dans un message Facebook que le ministère des Affaires étrangères d’Arménie a accrédité des groupes de journalistes de plus de 50 grands médias internationaux. Les demandes d’accréditation se poursuivent avec la même intensité. Selon Anna Naghdalyan, environ 200 journalistes étrangers ont déjà été accrédités et la plupart d’entre eux se trouvent en Arménie et en Artsakh.


            Selon les données recueillies par les services de renseignement arméniens, la plupart des soldats morts du côté azerbaïdjanais étaient des minorités nationales vivant en Azerbaïdjan (dans un seul sens, 148 soldats Lezgi ont été tués). Cela a provoqué un mécontentement important parmi les minorités nationales, qui commenceront bientôt à exprimer leurs inquiétudes concernant la politique azerbaïdjanaise, a déclaré Poghosyan. Poghosyan a poursuivi en disant que la pratique de l’Azerbaïdjan consistant à utiliser des provocations n’est pas seulement contre les Arméniens, mais contre les personnes vivant en Azerbaïdjan.Des pratiques similaires de nettoyage ethnique étaient également pratiquées contre les Arméniens vivant en Artsakh, lorsque l’Artsakh faisait partie de l’Azerbaïdjan soviétique. Par exemple, pendant la Seconde Guerre mondiale, seulement un homme sur 19 est allé à la guerre, tandis qu’au Haut-Karabakh, c’était un sur trois : «  Ainsi, la politique de l’Azerbaïdjan envers ses minorités nationales à travers l’histoire était très discriminatoire et visait à les éliminer.
            Poghosyan a noté que lorsque les corps de soldats azerbaïdjanais ont été récupérés, ils ont trouvé des seringues dans leurs poches  ; cela signifie que l’Azerbaïdjan envoie à la guerre des soldats sous l’emprise de la drogue. Ceci, selon Poghosyan, est un crime de guerre. Il a également déclaré que la situation était sous le contrôle des forces armées arméniennes et que toutes les actions de provocation de l’adversaire recevraient une réponse adéquate.

            L’armée de défense abat un avion azerbaïdjanais qui tombe en Iran

            http://www.armenews.com/spip.php?page=article&id_article=69166

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité