• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Atavisme, héritage ou génotype ? Le chien dangereux

Atavisme, héritage ou génotype ? Le chien dangereux

Voici quelque temps maintenant que le mal et la fourberie ne sont plus représentés par le sempiternel berger allemand ou malinois. En effet, ce phénomène qui suivait de près la mode de ces dit chiens a tourné... Aujourd’hui c’est un nouveau cerbère, un nouveau monstre caractérisé par une mâchoire pouvant être l’égal d’un grand requin blanc (lu dans les journaux !) une bête qui est assoiffée de sang et ne cherche que des victimes potentielles durant toute sa vie ( ?) j’ai nommé : LE PITBULL

Rien que son nom fait trembler les plus courageux... Mais revenons sur terre !

Qu’est-ce qui a bien pu faire qu’une race qui, depuis longtemps maintenant, n’a plus foulé le sol sablonneux des arènes et qui est sélectionné pour son tempérament jovial et amical devienne la bête noire des personnes bien pensantes ?

En effet, malheureusement, les chiens de type terrier ont des portées conséquentes, un caractère bien trempé, permettant un minimum de rébellion si par exemple la place ou les soins manquent (ce sont des solides !). De plus, le fait que les journaux parlent à tout-va de ce chien ne fait que conforter les plus démunis (comprenez : "j’suis p’tit, moche, pas d’argent et j’veux être super reconnu !") à posséder un pitbull. Sachant que contrairement à d’autres races moins prolifiques au niveau des chiots, le pit s’acclimate à tous les environnements car il est sociable et très attaché à son maître (ou son "bourreau" !).

Partant du principe de popularité, il a ouvert la porte des "monstres sanguinaires" à bien d’autres races, tout ce qui est "bull" ou "molosse" est maintenant la panacée du "je fais peur", il y a même des politiques et des gens qui ont réussi à rebaptiser le boerboel (en afrikaner : chien de ferme), chien sud-africain issu du chien des Boers (Hollandais arrivés il y a longtemps en Afrique du Sud) et de chien indigène, de stature puissante et de caractère toujours égal de "boerbull", en fait juste par amalgame avec : bull = dangereux !

Et voilà ce chien de ferme catégorisé de 1re catégorie dans la nouvelle loi française sur les chiens dangereux. Le but ultime de cette loi vise à éradiquer deux races, le boerboel et le pitbull (on a connu quelque chose de semblable au niveau humain il y a un demi-siècle environ...), et mis quasi tous les molosses dans la catégorie 2 de cette même loi pour tenter de diminuer ces races... mais c’est l’effet inverse qui n’a pas manqué de se produire, forcément. Qui dit "chiens dangereux" dit : "je veux être respecté et être dans les caïds"... ou alors, "je vais montrer que je suis fort et un maître avec de la poigne"... et là, toutes les chances que ça parte droit dans le mur !

Des études ont été menées sur l’hérédité au niveau de l’agressivité des chiens, il en est ressorti qu’à moins de réveiller les réflexes ancestraux du chien par de mauvais traitements ou une éducation qui n’est pas en adéquation avec le chien (un grand chien agressif n’a pas les mêmes conséquences lors d’attaque qu’un chi wha wha), il est même plus probable que le chien de fort caractère et de fort gabarit aura une réponse au stress ou à la peur (80 % des agressions) nettement moins élevée de par sa confiance en lui.

En résumé, plus on fera l’apologie et la publicité (mensongère) du "chien dangereux", plus certains feront reproduire des chiens dans des conditions déplorables ou feront acquisition de chiens en totale inadéquation avec leur capacité à les gérer ou du moins les éduquer.

Mais comme ça fait vendre et ça rapporte, l’ineptie du cerbère sanguinaire a encore de beaux jours devant elle !


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 11 septembre 2007 15:46

    il faut bien laisser quelque uns de ces corniauds pour jouer avec Tom et Jerry ! smiley


    • maestro maestro 11 septembre 2007 23:55

      j’avoue ne pas vous comprendre « le chat »... vous entendez quoi ?...

      cordialement


      • LE CHAT LE CHAT 12 septembre 2007 09:48

        http://en.wikipedia.org/wiki/Spike_the_Bulldog_and_Chester_the_Terrier

        c’est pour le fun ! de l’humour félin

        bien à toi


      • maestro maestro 12 septembre 2007 10:26

        eh eh...

        en effet, c’est fou ce que le dalmatien a su se faire « bien-aimé » et d’autre chiens de disney, rien... smiley


      • RoadRunner 12 septembre 2007 11:54

        Un point Godwin pour l’auteur... smiley

        Mais je suis assez d’accord sur le fond de l’article. Ces chiens sont avant tout mal élevés, ce qui les rend dangereux.

        L’inné et l’acquis encore, la mode est à l’inné.


        • HELIOS HELIOS 12 septembre 2007 13:09

          Ahh, bon et alors, l’inné, ça existe aussi chez l’homme ? voila qui semble être interressant... Je pressents déjà pas mal de discussion sur le sujet.

          A ce propos, mon chat à moi doit avoir une flemme innée car il préfère attrapper les tarentes(ces lezards du soir qui se collent au mur le soir dans le sud) plutôt que les souris...


        • maestro maestro 12 septembre 2007 13:23

          La est justement la question, plus de 80% chez le chien est de l’acquis... de ce fait, c’est évident qu’un chien qui mord « sans raison » à soit été conditioné volontairement, soit involontairement ou l’inhibition à la morsure n’a pas été faite par sa mère (retiré trop tôt)

          pour les thèses sur ce malheureux passage que certains retienne comme fer de lance de l’article...basta ! ceci était juste pour rappeler que l’homme a réussit à faire des exactions inommables il y a un demi siècle (et continue encore dans certains pays) et aujourd’hui, au lieu d’avoir réfléchit, il le fait également sur ses animaux de compagnie !

          une citation : « la grandeur d’un peuple se mesure à la façon dont il traîte ses animaux » (I. Gandhi)


        • ddacoudre ddacoudre 12 septembre 2007 19:50

          bonjour maestro.

          une note d’humour à la suite de la citation en référence à Gandhi.« la grandeur d’un peuple se mesure à la façon dont il traite ses animaux » (I. Gandhi) Compte tenu de tous les animaux que nous destinons à l’abattoir pour remplir nos assiettes nous devons être un peuple microscopique. C’était juste un clein d’oeil qui n’ôte rien à l’esprit de la citation de Gandhi.

          cordialement


          • ddacoudre ddacoudre 12 septembre 2007 20:04

            bonjour

            Très bon ton article même l’audacieuse référence à l’holocauste, mais nous avons aussi donné dans eugénisme. A croire que face aux difficultés que nous fabriquons l’atavisme exterminateur de l’inné apeuré ou agressif ressurgit chez ceux qui ne sont pas assez « culturalisé ». mais le plus dramatique demeure bien l’instrusmentalisation qui repose sur l’exploitation de l’ignorance des citoyens car nous ne pouvons pas tout savoir, et au lieu que l’information et les journaliste éclairent les esprits ils les attisent.


          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 12 septembre 2007 20:32

            Les pit-bulls.... l’holocauste ! Holy shit ! (formule américaine pour marquer la stuprefaction). Cette façon de tout ramener à un seul sujet a fait l’objet d’une vielle blague aux USA, par Morte Sahl qui, soit dit en passant, n’était pas d’origine esquimaude.

            Sarah.. ? Yes, Sam.. They have a new girafe at the zoo... ! Oh... is that good or bad for the Jew ?

            Et quand je mets « juif » et « chien » en recherche sur mon site, ça me donne l’article suivant :

            http://nouvellesociete.org/5138

            PJCA


          • maestro maestro 12 septembre 2007 22:08

            ddacoudre : « mais le plus dramatique demeure bien l’instrusmentalisation qui repose sur l’exploitation de l’ignorance des citoyens car nous ne pouvons pas tout savoir, et au lieu que l’information et les journaliste éclairent les esprits ils les attisent. »

            Je pense que ceci sans le vouloir est un condensé d’une réalité on ne peut plus juste... merci

            En effet, difficile de répondre en temps que responsable asociatif à un problème irrationnel dans sa propagation avec des solutions rationnelles...

            Il est évident que certains ne voulant (ou ne pouvant simplement) pas argumenter sur un sujet qui semble à première vue, simpliste (les chiens dits dangereux), se focalise et polarise une partie de l’analyse pour faire obstruction du reste... mais il a disparu du fil de ce post...

            Mais revenons à l’article, qui au jour d’aujourd’hui connait le fondement de la cathégorisation de certaines races ? pourquoi en parle-t-on ces temps-ci ?

            Il y a 50 ans, c’était le chien-loup (BA) la bête à tuer (extermination du loup et d’autres prédateurs), il y a 20 ans, le dobermann (chien allemand, lisse, froid, etc.)... et aujourd’hui, le pitbull (combats, réminescence des vieux démons, invention de nouvelles « sorcières » à banir...) et certains molosses (envahisseurs...romains à l’époque et barbares).

            Les mairies et les fonctions publiques connaissent la source du problème, la résultante... pourquoi ne s’attaquent-t-ils pas au vrai problème ?...

            L’inefficacité des mesures ciblées sur des races de chiens a aussi été démontrée par une étude réalisée en Grande-Bretagne dans le but d’évaluer les résultats atteints grâce au Dangerous Dogs Act, la loi sur les chiens dangereux. Ce pays a en effet été parmi les premiers à avoir introduit une législation (Dangerous Dogs Act) définissant des mesures d’interdiction à l’encontre de plusieurs races. Une étude a été consacrée à l’évaluation de l’efficacité de cette loi (Klaassen et alii., 1996) en comparant la situation épidémiologique (urgences hospitalières) avant son existence et deux ans après son entrée en vigueur. Ce travail scientifique a abouti à la conclusion que si la loi avait pour but de protéger la population contre les risques de blessures provoquées par des chiens, ce but n’a pas été atteint.

            De plus, il s’avère extrêmement difficile, voire impossible, d’appliquer efficacement une telle loi de manière concrète, en particulier lorsque ces dispositions incluent les chiens issus de croisements avec ces races. Actuellement, il est impossible de déterminer scientifiquement l’appartenance ou non d’un individu à une race donnée. Par conséquent, il est impossible d’établir de manière incontestable si un chien est un pitbull, un pitbull croisé ou un boxer croisé avec un pointer, pour ne prendre que cet exemple. Ces faits conduisent à des situations comparables à celles apparues dans les Länder allemands ayant décrété des mesures restrictives à l’encontre des pitbulls et de leurs croisements et où la loi a eu pour conséquence l’émergence soudaine d’une population de boxers croisés pointers ou équivalents, que rien ne distingue extérieurement d’un pitbull. En France, l’établissement d’une liste de races prohibées a provoqué un engouement marqué pour des races apparentées mais ne figurant pas dans la loi. Il est donc vraisemblable que l’extension des listes établies de manière à inclure les races émergentes ne conduirait qu’à un nouveau déplacement du phénomène. En effet, il existe et il existera toujours une race de substitution à celles qui sont interdites par une liste qui ne mentionne qu’un nombre fini de races. De plus, s’il n’existait pas une telle race de substitution, quiconque la souhaite n’aurait aucune difficulté à la créer.

            Il convient de bien faire la différence entre être dangereux et être potentiellement dangereux, c’est-à-dire susceptible de devenir dangereux. Aucun expert sérieux n’a jamais prétendu que tous les chiens sont dangereux. Par contre, tous les chiens, quelle que soit leur race, restent des prédateurs carnivores domestiqués, dotés d’une mâchoire pourvue de dents acérées. Tous les chiens peuvent mordre et tous les chiens peuvent provoquer des blessures graves. Par conséquent, tous les chiens sont potentiellement dangereux. En Suisse, cela se traduit par le fait que 90 % des morsures nécessitant des soins médicaux sont causées par des chiens qui ne sont ni des molosses, ni des chiens dits de combat, ni des chiens appartenant à l’une ou l’autre des races figurant sur les listes établies par certains cantons.

            En Suisse, seulement 25 % des chiens possèdent un pedigree. Ces chiens sont soumis aux prescriptions d’élevage émanant de la société cynologique suisse, obligatoires pour l’élevage des chiens de race avec pedigree.

            Donc 75 % des chiens helvétiques sont issus d’élevages non contrôlés. Le fait de contrôler ces élevages pourrait certainement permettre de diminuer le nombre de portées de ce genre. Car chaque fois qu’une telle portée sera déclarée, l’Office vétérinaire cantonal concerné la contrôlera et pourra apprécier les conditions dans lesquelles les chiens seront élevés. Cette phase est particulièrement importante pour le bon équilibre des chiens et leur bonne insertion dans la vie sociale. Il s’agira également de sanctionner les éleveurs - au sens large du terme ! - qui ne procéderont pas à une déclaration de naissances. Sanctionner aura pour conséquence de responsabiliser les éleveurs. De plus, effectuer un tel contrôle diminuera certainement le nombre de naissances de chiens sur le territoire helvétique et ceux qui naîtront seront plus équilibrés.

            Il est illusoire de penser que seuless des races et des propriétaires déterminés devront être astreints à suivre des cours.

            En effet, des recherches ont été faites et ont révélé qu’il n’existe aucune base scientifique justifiant une loi discriminante envers certaines races. Il est donc bien difficile de déterminer objectivement quelles sont les races à inclure sur une liste de chiens dangereux, races nécessitant une autorisation et une attestation de cours d’éducation canine pour leur maître.

            Pour conclure, il est souhaitable que la loi à venir se base sur l’adéquation maître-chien, l’environnement social et naturel du maître, l’interaction avec les autres membres de la famille et ceux qui peuvent y être affiliés, ainsi que sur les spécificités de la vie actuelle.


            • Iren-Nao 13 septembre 2007 08:29

              Et encore des lois en plus, decidement on aime ca...

              Et des papiers, et donc des sans papiers a controler, arreter, expulser.

              Et tout ca continue a chier sur les trottoirs.

              Et Merde !!

              Iren-Nao

              PS : Au Nigeria la vraie tendance du cador c’est la Hyene en laisse (ca doit etre sexuel puisque meme les femelles ont des bites. smiley)


            • brieli67 12 septembre 2007 23:24

              A la ferme nous avons du molosse suisse depuis 5o ans des bouviers bernois. On ne fait pas plus paisible et caressant comme bête de compagnie. Certes loin du maître ou de sa famille il ne faut pas le toucher. C’est simple.

              Dire que l’ambassadeur Bismark roulait carrosse avec ses 6 dogues allemands blancs dans les rues de Paris. On ne discutait avec lui qu’en leur présence. Voilà qui savait s’imposer tout en étant le chouchou de toutes les Dames qui tenaient salon.

              Les temps ont changé notre affreux petit roquet se fait appeler Herr Bla-Bla sur les berges de la Spree par la propriétaire des lieux. Ben ! C’est comme celà ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès