• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Au bistro de la Toile : « Allo, à l’eau... »

Au bistro de la Toile : « Allo, à l’eau... »

- … teng ! Je peux plus arroser mon jardin Loulle. Interdiction préfectorale. D’ici qu’ils t’empêchent de mettre un peu de flotte dans ton pastaga, y a pas loin !

- Pourtant Victor, moi l’eau je n’en abuse pas, je la respecte. D’ailleurs je n’en bois jamais et pour ma toilette je pratique le nettoyage à sec : je me gratte !

- Je retrouve bien là ton grand sens civique Loulle. Pourtant la France et l’Europe souffrent d’une succession de vagues de chaleur intense. Il y a un rationnement de l’eau dans certains départements, dont le nôtre, et des risques d’incendie dans de nombreux endroits. Les grandes villes comme Paris souffrent de températures records jamais enregistrées auparavant et la consommation d’eau ne fait qu’augmenter. D’autre part, les glaciers fondent à une vitesse croissante et l’eau devient de plus en plus rare. Les ressources en eaux souterraines, dont beaucoup d’eaux fossiles, constituent une réserve importante pour l’avenir et devraient rester intactes. Mais la cupidité des sociétés de mise en bouteilles fait qu'elles acquierentt de plus en plus de sources d’eau. Regarde dans les grandes surfaces la file des imbéciles qui achètent à prix d’or de la flotte embouteillée dans du plastique alors que celle du robinet est plus saine et quasi gratuite. La situation est la même partout sur la planète : les eaux non polluées restantes sont de plus en plus entre les mains de quelques entreprises.

- C’est vrai. J’ai lu quelque part que dans la ville de Vittel la situation est absurde : des études effectuées par des agences du gouvernement français indiquent que l’aquifère duquel la population de Vittel puise son eau et où Nestlé collecte également des bouteilles d’eau sous le nom de « VITTEL » risque de s’épuiser. L’aquifère n’est pas en mesure de répondre aux demandes à long terme de la population locale et de la société d’embouteillage de Nestlé. Et qu’est-ce qu’ils ont trouvé, les têtes d’œuf du gouvernement ? La solution proposée par les autorités françaises : construire un pipeline d’environ 50 km de long pour chercher de l’eau dans une région voisine de Vittel afin de répondre aux besoins de la population, ceci pour laisser Nestlé libre d’exploiter à son seul profit et au détriment des populations locales les eaux de l’aquifère de Vittel !

- Si de tels problèmes se produisent en France, on imagine ce qui doit se peut arriver dans des pays beaucoup plus fragiles dans leur organisation sociale et politique ! On touche là du doigt la privatisation de cette ressource essentielle qu’est l’eau. Le secteur des entreprises transnationales s’organise et s’articule très consciemment à divers niveaux de gouvernement pour faire en sorte que ses demandes et ses propositions politiques soient satisfaites.

- Eh ! Les lobbies de la flotte font la loi, inspirent les lois. Nationales mais aussi internationales.

- Tu crois pas si bien dire Loulle. En février dernier, le Gouvernement suisse a annoncé la création d’une fondation à Genève, dénommée « Geneva Science and Diplomacy Anticipator » (GSDA). L’objectif de cette nouvelle fondation est de réglementer les nouvelles technologies, des drones aux voitures automatiques, en passant par le génie génétique. Cette Fondation doit « anticiper » les conséquences de ces avancées pour la société et la politique. La Fondation sera également un pont entre les communautés scientifique et diplomatique, d’où son positionnement stratégique à Genève, qui abrite plusieurs organisations internationales, des Nations Unies à l’Organisation mondiale du commerce. En fait cette « fondation » est un puissant lobby inspiré et dominé par Nestlé, l’une des principales multinationales de l’alimentaire et en particulier de l’eau. Société suisse. Le président de cette nouvelle fondation n’est autre que l’ancien PDG de Nestlé, le ci-devant Peter Brabeck-Letmathe. Le vice-président est Patrick Aebischer, ancien président de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL). Or il se trouve que le ci-devant Patrick Aebischer est également membre du comité directeur des sciences de la santé Nestlé depuis 2015, créé en 2011 par Nestlé et situé sur le campus de l’EPFL. Le choix de Peter Brabeck est un exemple du "partenariat" toujours plus étroit entre les gouvernements et les grandes entreprises transnationales, qui a conduit à la création d’une oligarchie des entreprises internationales qui prend progressivement le pouvoir au sein des démocraties occidentales. Le choix de Brabeck de présider cette Fondation indique que le but réel de cette initiative est précisément d’empêcher toute forme de réglementation gouvernementale susceptible de limiter les bénéfices tirés des avancées technologiques du secteur privé. L’objectif principal de ce genre de « fondation » - comme celles de Bill Gates et autres milliardaires soi-disant altruistes - est de défendre et de soutenir le secteur privé. Ce que l’on peut attendre de cette fondation, ce sont des propositions « d’autorégulation du secteur privé » dans les cas de conflits trop explicites. Ben voyons, on va les croire…

- Eh oui Victor. Ces « fondations » représentent une menace énorme pour la démocratie. Allez, buvons un coup pour oublier. Mais pas de l’eau, fait l’économiser : du rosé de Tavel bien frais.

Illustration : merci au regretté Chimulus


Moyenne des avis sur cet article :  2.18/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Loatse Loatse 28 août 13:26

    C’est idiot cette histoire d’eau et de réseau parallèle qui puisera dans la nappe phréatique voisine (ils sont d’accords les voisins ?)

    il suffit pour la marque de réduire sa production tout en augmentant le prix de leurs bouteilles (10 cts de plus le litre)... une bonne campagne de pub, un bon slogan pour valoriser le produit, tablant sur sa rareté et de problème d’eau il n’y en a plus...

    enfin c’est comme ca que je vois les choses... (déformation professionnelle sans doute ;)


    • San Jose 28 août 15:15

      L’eau de boisson en bouteille ou pas est peanuts comme consommation de ce fluide face aux autre usages. 


      • JL JL 28 août 17:18

        @San Jose
         
         ’’L’eau de boisson en bouteille ou pas est peanuts comme consommation de ce fluide face aux autre usages (professionnels en particulier). ’’
         
         Oui, comme la production de GES polluants dus aux véhicules particuliers est peanuts par rapport ax véhicules professionnels.
         
         Mais à l’instar des GES, ce qui sera sacrifié à l’autel du profit c’est bien la consommation à usage alimentaire.
         


      • oncle archibald 28 août 16:39

        Un nouveau scenario : ça ne sera plus Pagnol mais Bill Gates et il va réécrire « Manon des sources » version 2019 !


        • eau-pression eau-pression 28 août 17:06

          Salut ! Avec le pseudo qui m’est tombé dessus, faut bien que je verse ma p’tite goutte. Tiens, voici un lien spécialisé.

          Et puisqu’ici c’est café philo, dénonçons la compétition Bayer-Nestlé : le premier veut breveter le vivant, le second s’accaparer la source de vie.


          • cevennevive cevennevive 29 août 08:03

            Bonjour VICTOR,

            Et personne, parmi les technocrates, spécialistes et savants de salon, n’a pensé à produire de l’eau en poudre ?

            Allez, il vaut mieux en rire.

            Pétard (comme tu le dirais VICTOR) avec nos épisodes cévenols, nous pourrions en récolter de l’eau si on voulait ! Plus qu’il ne nous en faudrait ! Mais elle part dans les rivières, dans les fleuves et dans la mer, et se cochonne en chemin...

            Personnellement, j’en ai encore dans les deux fosses de ma petite station d’épuration individuelle, qui ne sert plus depuis le « tout à l’égout », et que j’ai nettoyé pour y stocker l’eau de mes toits. Elles sont à moitié pleines encore, malgré trois mois sans une goutte de pluie.

            Tchin tchin VITOR, on va boire du jus de raisin...


            • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 29 août 08:34

              @cevennevive
              En voilà une idée qu’elle est bonne : faire de l’eau déshydratée ! Bien moins cher pour le transport et à l’arrivée, il suffit de réhydrater et on a de l’eau !
              Génial non ?


            • cevennevive cevennevive 29 août 09:21

              @VICTOR Ayoli,

              Ben oui ! « ils » nous en sorti de bien plus tartes, non ?


            • chantecler chantecler 29 août 11:44

              @VICTOR Ayoli
              Salut ,
              Affirmer que l’eau du robinet est « aussi meilleure » que l’eau en bouteille c’est aller un peu vite /
              Que demande t’on à « l’eau du robinet » qu’elle ne soit pas contaminées par les bactéries et les virus .
              Donc elle est largement chlorée .
              Mais le reste : la quantité de produits chimiques qu’elle véhicule , on ne vous en dira jamais rien . Si vous pensez que les pesticides , et autres joyeusetés issues de notre agriculture , de nos usines en sont exemptes vous vous mettez le doigt dans l’oeil .
              Il y a longtemps c’était sans doute le cas et encore .
              Croyez bien que je le déplore car vendre de l’eau , en bouteilles plastiques est une absurdité .
              Mais c’en est une parmi tant d’autres et si nous tombons malades il y a notre chère médecine et sa pharmacopées pour nous soigner aux p’tits oignons !
              En attendant nos sources disparaissent , les fontaines dans les villes et villages itou et je ne suis pas certain que ce soit uniquement le fait de nos limonadiers ....


            • alinea alinea 29 août 21:53

              Bon, les boules ! si on laisse faire c’est que nous sommes des moins que rien.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès