• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Au Bistro de la Toile. La « viocrophobie » Loulle, tu connais (...)

Au Bistro de la Toile. La « viocrophobie » Loulle, tu connais ?

- La viocrophobie ? Ah non. C’est nouveau ? Ça vient de sortir ?

- En quelque sorte. On peut aussi dire « gérontophobie » si on veut faire savant. Ça veut dire la phobie (peur ? Rejet ?) des vieux.

- Qui a peur des vieux Victor ? Qui les rejettent ? Attends, si je fermais la porte de mon rade à tous ceux qui ont dépassé la date de retrait – eh ! La « retraite », c’est ça – je pourrais fermer boutique !

- Aqueste cop Loulle. As ben parla. Allez, tournée générale pour les viocres, c’est moi qui paie ! Je te parle de ça parce que je viens de surprendre, dans la machine à bruit, un comique laborieux en pleine « viocrophobie ». En l’occurrence, il se foutait - en prenant une voix chevrotante et en prononçant des propos débiles - du ci-devant Collomb ancien ministre de l’intérieur et maire de Lyon. Facile et irritant.

Qui a peur des vieux ? Qui les rejettent ? Me demandais-tu ? Ben, la république et donc les politiques qui sont censés assurer une vie digne et décente à nos anciens, à ceux à qui ils doivent la société dans laquelle nous vivons tous, plus ou moins bien. Les vieux sont des citoyens à part entière, des membres essentiels au bon fonctionnement de la société par leurs activités bénévoles dans les associations y compris dans les partis politiques et les conseils municipaux. Ils empêchent aussi que la machine sociale grippe en mettant de l’huile dans les rouages, c’est-à-dire en aidant leurs enfants et petits-enfants. La république les rejette en ne leur assurant pas les moyens d’une fin de vie digne. Elle les rejette tout en leur épongeant toutes leurs éconocroques d’une vie en les parquant dans des Ehpad souvent indignes bien que hors de prix. Indignes par leur mode de « management », pour parler « moderne », qui privilégie le comptable à l’humain. C’est hélas vrai dans les EHPAD publics ou associatifs mais c’est bien pire dans les EHPAD privés où les actionnaires sont mieux traités que les résidents ! Ainsi, les dividendes distribués par Orpea – un des lideurs des EHPAD privés - ont quasi doublé entre 2012 et 2016, passant de 32 millions à 60 millions d’euros. La détresse des vieux est un « produit rentable et attractif ».

- Ah ! Je vois. Le viocre est une matière première rentable… Mais comment sont financés ces Ehpads ?

- Le financement des EHPAD se compose de trois parties : le forfait soins (32 % des charges totales), financé par l’Assurance-maladie via les agences régionales de santé (ARS) ; le forfait dépendance (15 % des charges), financé en partie par les résidents (ou leurs familles) et par le conseil départemental avec l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) ; et le forfait hébergement, payé par les résidents et leurs familles (53 % des charges). Dans le public, la médiane de celui-ci atteint 1 630 euros par mois (la moitié des résidents paient plus, l’autre moitié moins) ; dans le privé associatif, elle est de 1 800 euros, et dans le privé lucratif, de 2 460 euros, avec des tarifs pouvant grimper jusqu’à 8 000 euros.

Nettement plus onéreux, les établissements commerciaux ne garantissent pas pour autant une meilleure qualité de soins. Ils comptent actuellement vingt à vingt-cinq aides-soignants et infirmiers (équivalent temps plein) pour cent résidents, contre trente pour cent résidents dans le secteur public. Et le niveau de rémunération y est beaucoup plus bas.

- Eh ! Ils sont là pour faire du fric. Mais ça coûte un pognon de dingue, pour parler comme not’bon président ! Comment les vieux peuvent-ils payer ça ?

- En vendant la baraque, en se ruinant. Il existe aussi pour les V.P (viocres pauvres) une aide sociale à l’hébergement financée par les départements. Elle permet de prendre en charge la différence entre leurs moyens et le prix de l’hébergement pour les établissements dits « habilités », dont le tarif hébergement est plafonné.

En 2015, 120 000 personnes bénéficiaient de l’aide sociale à l’hébergement. Trois résidents sur quatre y seraient éligibles, mais ils ne sont qu’un sur deux à la demander, ce qui s’explique par la menace d’une demande d’obligation alimentaire des enfants et petits-enfants, et par la possibilité pour l’État de récupérer les aides versées sur la succession.

- Mouais… On comprend que les héritiers soient réticents. On aime bien ses vieux mais tout de même, pas au point de leur sacrifier l’héritage, même si c’est le pognon qu’ils ont laborieusement amassé au cours d’une vie… Des résidents pas toujours bien traités, des coûts supérieurs à la pension retraite dans les trois quarts des cas et un personnel sous tension : si je comprends bien, le système des EHPAD est dans une impasse.

- C’est le moins que l’on puisse dire.

- Alors qu’est-ce qu’on en fait des vieux ? On les pousse au suicide, comme les paysans ? On les « euthanasie » lorsqu’ils sont trop vétustes, comme en Belgique et au Pays-Bas et peut-être même un peu chez nous, mais sournoisement, sans le dire ?

- Mme Lagarde, alors patronne du Fonds monétaire international (FMI), aurait dit : « il est vrai qu’il y a un problème très sérieux. C’est que les gens vivent maintenant trop  ». Par conséquent, pour atténuer ou neutraliser les effets financiers du « risque de longévité », le FMI propose, entre autres mesures de choc, d’augmenter considérablement l’âge de la retraite parallèlement à l’espérance de vie pour qu’il n’y ait pas plus d’années à payer.. La « réforme Macron-Delevoy » de la retraite ne va-t-elle pas dans ce sens ? Le rêve de tout « gestionnaire » serait une bonne épidémie récurrente qui balaie chaque année tous ceux qui ont largement dépassé la date de péremption. Mais c’est assez difficile à vendre à l'opinion…

Et puis, tant qu’on y est, pourquoi ne pas faire comme dans « Soleil vert » : fabriquer avec les protéines des vieux fermement incités à « libérer le territoire » des pastilles nourrissantes, qu’on pourrait généreusement offrir aux malheureux affamés du tiers-monde…

- Là, t’envoie le bouchon un peu loin Victor.

- Pas tellement Loulle. On reconnait la qualité d'une société à la manière dont elle traite ses vieux. Notons qu'on ne trouve pas d'Africains dans les Ehpad…. Pour en revenir à des solutions un peu plus décentes, le mieux n’est-il pas de permettre aux vieux de vivre chez eux ? En famille si possible – mais le mode de vie actuel ne s’y prête plus comme avant – ou chez eux, avec le concours d’auxiliaires de vie et d’aide-soignantes qui œuvrent dans les Ssiad.

- Quésaco ?

- Ça veut dire « service de soins à domicile » Ssiad. J’ai une expérience personnelle, pour ma compagne, qui me fait mettre sur un piédestal les jeunes femmes qui se consacrent à ce service, quasiment un sacerdoce, une vocation. Elles sont compétentes mais surtout généreuses, capables de s'adapter et de réagir, dévouées et toujours souriantes pour un travail difficile, mal payé et mal considéré. Elles sont pourtant souvent le seul rayon de soleil qui entre dans le domicile des vieux qu’elles lavent, qu’elles habillent, qu’elles font manger, auxquels elles redonnent goût à la vie. Elles sont des héroïnes discrètes du quotidien.

Pourtant les Ssiad sont eux aussi en crise. Les conditions de travail sont difficiles — temps partiel, nombreux déplacements, amplitude horaire importante —, et le secteur est lui aussi fragilisé par des mesures d’économie. Malgré l’importante augmentation des personnes dépendantes, le budget des SSIAD ne suit pas. Le manque de personnel est flagrant là aussi. Et les contrats précaires, d’un mois souvent, peu attractifs. Et le métier est pénible, voire dangereux. Les aides-soignantes souffrent d’une « sinistralité » trois fois supérieure à la moyenne nationale tant leur charge est lourde. Lorsqu'il faut tourner dans un lit, lever un corps difficilement coopératif tangentant parfois le quintal, les reins, le dos en prennent un coup… Enfin, leur faible rémunération, sans espoir de promotion pendant plus de 12 ans, ajoutée à la pénibilité de leur travail dissuade de s’engager dans cette profession, d’autant plus que les volontaires doivent payer leur formation ! Un scandale.

- Pas très gai tout ça Victor. Alors qu’est-ce qu’on fait ?

- Le mieux c’est encore de rester en bonne santé. Et pour cela, différentes études fort sérieuses ont dit : « Boire un verre de vin permet de lutter contre les maladies cardio-vasculaires ». « Boire un verre de vin permet de lutter contre certains cancers ». « Boire un verre de vin permet d’éloigner de risque d’Alzeimer ».

- Ça fait déjà trois verres par jour Victor, qui devraient être remboursés par la Sécu. Allez, à la nôtre, c’est ma tournée !

 

Illustration : merci au regretté Chimulus

 

Sources

https://www.monde-diplomatique.fr/2019/03/BAQUE/59611

https://www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr/

https://www.lemonde.fr/societe/article/2017/07/18/dans-le-jura-la-greve-la-plus-longue-de-france_5162040_3224.html

https://www.liberation.fr/debats/2019/11/25/donnons-aux-aides-soignantes-les-moyens-de-s-occuper-des-personnes-agees_1765402


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • sls0 sls0 28 novembre 15:26

    En Belgique c’est privé et moins cher.

    Personnellement j’en connais deux où les gens sont bien soignés.

    En France c’est un peu pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué d’où un cout élevé.

    Chez moi il n’y a pas de maison de retraite, les vieux c’est les jeunes qui s’en occupent.

    J’ai connu une vieille sans enfant. Les 15 derniers jours de sa vie c’est tout le village qui s’occupait d’elle.

    La journée il y avait toujours un ou deux gosses pour l’aider. La nuit un adulte surveillait.

    Pour le prix du séjour en maison de retraite en France, ici c’est le resort dont profitent 140000 français par an.

    Par contre c’est pas l’endroit pour les drogués aux médicaments. Les vieux ne sont pas un marché.

    Il m’arrive très rarement d’être malade, je suis très discret sinon je me retrouve avec 3 petits déjeuners et ma maison est lavée 2 à 4 fois par jour.

    Les vieux sont respectés et utiles ici.

    Nota : je ne m’y suis pas trop intéressé mais j’avais entendu parler d’un projet de village de retraite avec bungalows, service santé, magasin, personnel de maison, piscine, activités sportives, restaurant, minibus pour emmener en ville. Pour 1300-1700$ par mois.

    De la chambre d’hôte en tout inclus pour moins de 30€/jour ça se trouve ici, à comparer au prix des maisons de retraite en France.

    30€/jour pour de l’extrait de paradis tropical contre 70€/jour d’enfer d’EHPAD français.


    • foufouille foufouille 28 novembre 15:55

      @sls0

      « Par contre c’est pas l’endroit pour les drogués aux médicaments. Les vieux ne sont pas un marché. »

      niveau médecine de herr doctor x adolf. les médocs sont juste trop cher. un doctorat de médecine, c’est pas juste 6 mois de conneries naturopathe.

      Tu as toujours le choix de crever chez toi en france car la maison de retraite n’est pas obligatoire.


    • sls0 sls0 28 novembre 16:55

      @foufouille
      L’armoire de celle qui fout ses pieds froids la nuit sur mes mollets c’est plus liquide que pilules.
      C’est moins attirant les injections mais plus efficace.
      Maintenant elle fait une spécialisation en urologie mais quand elle sévissait dans son dispensaire, son boulot c’était de soigner et non de prescrir à tour de bras.
      Au niveau formation en médecine le pays est reconnu, quand Virginia était à l’université, ça venait de tout les pays. Sa spécialisation elle la fait en Allemagne où c’est plus le problème de la langue au début que les connaissances médicales qui l’ont gêné.
      Sur le continent américain en général le médecin ne se déplace pas sauf grosse urgence. S’il ne prescrit pas les gens ne changent pas de médecin.
      Aux USA il y a des médecins dealers qui prescrivent pas mal, ça fait un sacré taux de mortalité les opiacés.
      J’ai une assurance santé locale qui rembourse les médicaments, en 6 ans je ne l’ai jamais employé, elle me coute 13€ par mois. Il y a d’autres français profil drogués aux médicaments qui payent bien plus cher. Ils sortent des critères locaux avec leur sur-médicamentation.
      J’ai failli mentir par ommission, c’est 17€ car j’ai l’option évacuation par hélicoptère.


    • foufouille foufouille 28 novembre 17:11

      @sls0

      les injections se font aux urgences sous perfusion et oui c’est plus efficace car direct dans le sang.

      le paracétamol et d’autres ne me font aucun effet par voie orale sauf à la dose maxi et pas longtemps.

      on soigne avec des médocs sinon c’est un charlatan. vu le niveau de revenu de ton pays, on ne se soigne pas plus qu’en afrique.

      Aux USA, tu prends le médecin obligatoire de ta mutuelle et les antalgiques ne tuent absolument pas plus que la maladie.

      je te souhaite un bon gros cancer ou une autre merde.


    • Fergus Fergus 28 novembre 17:16

      Bonjour, sls0

      Savez-vous qu’il existe en Bretagne  notamment dans le Finistère  des familles d’accueil pour personnes âgées sur le même modèle que celles qui sont destinées aux enfants de l’ASE ? Les « vieux » isolés y trouvent une ambiance familiale : ils prennent leurs repas à la table commune, participent aux événements festifs, etc. 

      Cela pour un coût 30 à 50 % moins cher qu’en Ehpad.


    • foufouille foufouille 28 novembre 17:24

      @sls0

      prends un marteau et explose toi une rotule morceaux pour voir si ton délire de bouffon est vrai.


    • sls0 sls0 28 novembre 17:34

      @Fergus
      Combien de temps avant que des technocrates trouvent celà inadmissible ?


    • sls0 sls0 28 novembre 18:06

      @foufouille
      En 2015 aux USA 16000 morts dus aux opiacés prescrits.
      Comme tu ne connais ni mon pays ni l’Afrique tes connaissances sur les soins locaux doivent être légères.
      Quand on voit les vacances médicales de français vers des pays africains il ne doivent pas être si mauvais.
      Il faut regarder l’espérance de vie pour se faire une idée des soins et c’est vrai que certains pays d’Afrique c’est pas fameux.
      Quand on voit le gâchis d’argent en France, à minima on devrait s’attendre à de bons résultats.
      Il faudrait comparer le cout de la santé par personne et l’espérance de vie, pas sûr que la France sorte gagnante.

      C’est gentil de s’intéresser à ma santé et de me souhaiter plein de choses sympas.
      Je t’aurais traité de dernier des salauds si tu m’avais souhaité la même vie médiocre que la tienne.


    • foufouille foufouille 28 novembre 18:24

      @sls0

      non c’est zéro morts sauf junkies sans ordonnances car le mec sépare le paracétamol de la codéine pour se défoncer.

      je sais le prix de la consultation non remboursé chez le médecin et des tas d’autres ressources sur internet ( hors cuba c’est peu génial sauf connerie ).

      c’est juste certains petits trucs non vitaux comme les dents ou le ravalage de facade qui sont moins chers.

      dans ton pays, ils sont donc tous médiocres car pauvre avec des bidonvilles.

      tu es rop vieux pour avoir ma vie pourrie qui a commencé à 22 ans car c’est pas magique lavie, le chir ne fait pas piu avec ses pouvoirs magiques pour faire repousser ton pancréas, tes intestins, etc.

      ça te ferais du bien de te droguer pour un bon gros cancer, connard fini à la pisse.


    • sls0 sls0 28 novembre 21:02

      @foufouille
      Il ne manque pas de culot le foufouille, dans mon commentaire il y a le lien parlant des morts dues aux opiacés, c’est du wiquipédia qui tient la route d’habitude. Malgré cela il ose dire zéro mort.
      Chez moi si on va au dispensaire le docteur c’est gratuit
       Il y a du privé, je ne connais qu’un endroit où j’ai payé 7€.
      Comme la miss fait une spécialisation en Allemagne où elle n’a pas eu de difficutés à suivre, l’Allemagne doit d’après vos dires avoir un niveau médiocre aussi.
      Si un médiocre n’a aucune difficulté en Allemagne, s’il n’a pas de difficultés c’est que le niveau allemand est médiocre ou que foufouille dit des conneries comme d’habitude.
      Se droguer ce n’est pas toujours bon pour la santé mais je ne crois pas que ça donne le cancer.
      Je me drogue aux sourires, à part des petits moments de bonheur, je ne crois pas qu’il y ait d’autres effets secondaires.
      L’effet miroir, le monde renvoit votre image. Si le monde, la vie vous font la gueule vous en connaissez la cause maintenant.


    • Salade75 28 novembre 16:03

      Bonjour Victor,

      "...On reconnait la qualité d’une société à la manière dont elle traite ses vieux. Notons qu’on ne trouve pas d’Africains dans les Ehpad...« 

      Au delà du lieu commun (ça marche avec tout : les vieux, les jeunes, les étrangers, les femmes, les handicapés, les homosexuels, ... et même avec les mâles blancs de plus de 50 ans), au moins vous saurez où aller pour vos vieux jours. D’autant que l’ »Afrique« , c’est grand et varié. Plus de 50 états de rêve ! Vous n’aurez que l’embarras du choix.

      Vous pourrez en profiter pour expliquer à tous les prétendants à la migration comme notre pays est pourri et ainsi les dissuader de risquer leur vie sur de frêles esquifs, eux qui, naïfs, pensent qu’ils y vivront mieux, qu’ils pourront envoyer de l’argent à leur famille ou la faire venir, que la sécu les aidera à se soigner et même que leurs enfants seront instruits gratuitement.

      Et, sans famille là-bas, vous pourrez allègrement apprécier comme l’état et les politiciens locaux sont attentifs aux vieux.

       »Qui a peur des vieux ? .... Ben, la république et donc les politiques qui sont censés assurer une vie digne et décente à nos anciens, à ceux à qui ils doivent la société dans laquelle nous vivons tous, plus ou moins bien. « 

      Amusant de reprocher à la »société« de ne pas s’occuper correctement des »vieux" tout en précisant que ce sont eux qui on construit cette société... Il semble qu’ils ont eu piscine / frite / foot (au choix) sur ce sujet pendant 50 ans au moins les vieux d’aujourd’hui.

      En attendant, ralentissez l’écoute de Guillaume Meurice (sauf quand il part visiter le salon de la lingerie : là c’est vraiment amusant). La modération s’impose, ça vous énerve et vous risqueriez de devenir extrêmement conformiste.


      • rogal 28 novembre 16:52

        « la phobie (peur ? Rejet ?) »

        La phobie c’est la peur et rien d’autre. Tout le reste n’est que confusionnisme.


        • sls0 sls0 28 novembre 17:31

          @rogal
          Vous avez raison, la phobie c’est la peur.
          Pour le racisme j’écris parfois que l’inconnu engendre la peur qui à son tour engendrera du rejet.
          Il y a parfois une relation de cause à effet mais normalement on a pas à accoller le terme phobie à tout.
          Il y a souvent confusionisme. Avec tout cette confusion comment les gens peuvent ils s’y retrouver ?
          Quelle valeur donner à un discours, un média ou article basé sur du confus.


        • kimonovert 28 novembre 20:11

          @sls0 « normalement on a pas à accoller le terme phobie à tout. » Oui ! normalement on n’a pas à accoler le terme phobie à tout... « normalement on a pas à accoller le terme phobie à tout.  »Il y a souvent confusionisme. Avec tout cette confusion comment les gens peuvent ils s’y retrouver ? Oui ! Il y a souvent confusionnisme. Avec toute cette confusion comment les gens peuvent ils s’y retrouver ? « Quelle valeur donner à un discours, un média ou article basé sur du confus. » Oui ! ZERO ! ça vous va ?

          Quelle valeur donner à un discours, un média ou article basé sur du confus.

          "


        • Xenozoid Xenozoid 28 novembre 20:20

          @kimonovert
          \
          cela sera toujours confu, les lois sont là pour ça (avocats) ,comme celle de déclaration de guerre qui deviennent confuse,tellement confuse qu’on ne les déclare plus comme au bon vieux temps des colonies et des corps expeditionnaires de la paix,mais au moins ils avaient un ministère de la guerre....confusionisme ? moi je pense que avec ses bouquins Orwell faisait un constat ,analyse that,

          la peur


        • kimonovert 28 novembre 18:26

          "- La viocrophobie ?

          - Allez, tournée générale pour les viocres,..."

          En argot français c’est vioque , nom masculin

          Un vioque désigne une personne âgée en langage familier. Le terme est utilisé pour montrer son mépris, son dégoût envers une vieille personne. Exemple : Le vioque n’était même plus capable de manger tout seul.


          • OMAR 28 novembre 18:47

            Omar9

            .

            Tiens, @VICTOR Ayoli qui fait un papier sur les vieux !!!

            Qui s’inquiète pour eux et qui prend leur défense !!!

            .

            Magnifique !!!

            .

            Soit BFM-TV ou @Cadoudal n’ont rien trouvé dans la poubelle des faits divers.

            .

            Soit que notre « contributeur » vient d’ouvrir la porte du 3eme age et pénétrer dans la gare de l’au-delà.

            .

            Mais je plusse, et je partage même...

            Sincèrement.


            • JC_Lavau JC_Lavau 28 novembre 18:50

              @OMAR. Beaucoup des piliers de ce comptoir, s’ils pratiquaient davantage les verbes du troisième âge, tels que coudre, moudre ou mordre, cesseraient de confondre les infinitifs et les participes passés.


            • OMAR 29 novembre 10:51

              Omar9
              .
              @JC_Lavau
              .
              Au 3ème verre, un pilier de comptoir confond infini et infinitif et le passé avec le futur.
              La faute à la vinasse qui rend les yeux amoureusement strabiques, le cerveau chimérique, la langue merdique et la démarche comique..


            • HELIOS HELIOS 29 novembre 01:11

              Les vieux sont une horreur pour les gouvernants !

              D’abord, ce qu’il font la plupart du temps est gratuit. Cela casse l’économie.

              Ensuite les vieux ne sont pas pressés. Ils prennent le temps de choisir, de décider et donc n’obéissent pas aux injonctions commerciales

              Pire, les vieux payent cash, c’est a dire ne font pas de crédit... évidement on ne leur en donne pas, même avec des assurances hors de prix ou des garanties transmissibles.

              Les vieux aident leurs enfants, cela met de l’huile dans les rouages de la jeunesse et en plus leur enseignement et leur expérience n’est pas effaçable comme le programme des écoles. Ils transmettent souvent des valeurs que la politique souhaite voir disparaître.

              Que voulez vous, les vieux ont des racines qu’ils transmettent a leurs enfants.

              Réellement, a part sur les montants de la retraite, les gouvernants ont tres peu de pouvoir sur les vieux... le seul qu’ils ont, c’est le mensonge, car les vieux croient en la sincérité de ceux qui parlent en leur nom.

              Et pourtant... les vieux sont ceux qui achètent des produits français, des produits chers, qui respectent les services publics, qui respectent la planete, les institutions, la police, etc...

              Macron a agit en ignoble salaud lorsqu’il a augmenté la CSG des vieux ... mais pas que, parce qu’il a baissé l’APL des jeunes sachant parfaitement que la majorité des grands parents et parfois des parents vont essayer de compenser : double peine.

              Il existe des règles de savoir vivre, de respect, d’humanité et surtout de santé mentale... chaque vieux, en fonction de ses revenus différés découlants de ses droits acquis pendant sa vie active, ou/et au minimum par la solidarité nationale... avoir une retraite qui lui permette de vivre.

              Peu importe qu’il habite en HLM, il doit pouvoir bénéficier du minimum (vital) que la société qu’il a contribué a construire, lui retourne.

              Une retraite digne et indexé est le minimum

              Pour le reste, et ceux qui n’auraient pas encore compris.... 

              Quel canal d’info, depuis qu’on parle de la réforme des retraites parle de l’origine du besoin de cette réforme ???

              Bruxelles exige que la part de retraite par rapport au PIB ne soit pas supérieur a 14%. Quel que soient les grèves, les manifs, Macron ne cédera pas, il est soumis a l’UE et au traité de Lisbonne... et n’oubliez pas la loi travail, les privatisations de la poste, de GDF, bientôt d’EDF (la française des jeux, on s’en fiche) et vous verrez que la SNCF va suivre rapidement si elle n’est pas détruite avant... comme le seront les hôpitaux, la Secu etc

              L’UE ne supportera jamais qu’il existe quelque chose de solidaire, de public, qui ne soit pas marchandisé.


              Vous savez ce qu’il vous reste a faire... n’oubliez pas que vous serez vieux un jour.


              • jmdest62 jmdest62 29 novembre 08:04

                @HELIOS
                D’abord, ce qu’il font la plupart du temps est gratuit. Cela casse l’économie.
                °
                Cela ne casse pas l’économie puisqu’on les retrouve le plus souvent dans des activités non-marchandes (assoc, conseils municipaux etc...) parce que non-rentables et pourtant indispensables.
                Si tous les retraités bénévoles cessaient leurs activités ...le pays serait bloqué presque instantanément et ils n’auraient même pas besoin de déposer un préavis de grève......la révolution tranquille en quelque sorte , chez soi , sans défiler , sans CRS ..
                Je ne suis pas sûr que nos « gouvernants » se rendent compte de cela.

                @+


              • nono le simplet nono le simplet 29 novembre 08:10

                @jmdest62
                salut
                dans les associations sportives, les associations caritatives ... c’est flagrant


              • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 29 novembre 08:16

                @HELIOS
                Remarquable et lucide analyse. Merci de ce complément à mon article.


              • cevennevive cevennevive 29 novembre 08:25

                @HELIOS, bonjour,

                Et merci pour ce commentaire dans lequel nous sommes certainement nombreux à nous reconnaître.
                C’est exactement cela...


              • Fergus Fergus 29 novembre 09:22

                Bonjour, HELIOS

                Excellent commentaire.

                A la nuance près, émise fort justement par jmdest62, sur l’implication des « vieux » dans les associations : sans ces apports bénévoles au fonctionnement de la société, celle-ci se trouverait rapidement paralysée dans de nombreux domaines.


              • eau-pression eau-pression 29 novembre 12:29

                @Fergus
                Je crains qu’@Hélios n’ait raison, en ce sens que la manie technocratique doit piaffer de mettre en case l’activité bénévole.

                Les technos de l’ENA ne sont pas les seuls à présenter cette manie. Je connais une mamie qui ne peut plus aller aider à la garderie du soir (aide aux devoirs à l’école) parce ça ne plaît pas aux instits du coin.


              • cevennevive cevennevive 29 novembre 10:00

                Bonjour Hélios, Fergus, Victor,

                Bien d’accord avec vous.

                Moi qui suis une « vieille » (pas si vieille que cela...) j’utilise mon temps entre une association de plus vieux que moi, et la bibliothèque municipale installée dans le temple de ma commune.

                Puis, comme j’ai prêté ma voiture à l’une de mes filles, je paie les contraventions et le décompte de mes points de permis ! Mais il est vrai qu’elle vit à Toulouse. Et malgré ma faible retraite, il arrive que je paie un loyer ou une caution pour aider l’une ou l’autre...

                Bon, si je précise cela, c’est pour étayer le raisonnement, très juste de Fergus et d’Hélios. Nos « bénévolats » représentent un budget faramineux si l’on compte nos heures, nos aides à la famille et notre bonne volonté d’être toujours disponible.

                Cordialement à tous.


                • Fergus Fergus 29 novembre 11:09

                  Bonjour, cevennevive

                  Le fait est qu’entre les actions bénévoles dans les associations et les aides  directes et indirectes  apportées aux enfants et petits-enfants, les « vieux » jouent un rôle primordial dans l’économie et le fonctionnement de la société.

                  Le problème est que nos gouvernants le savent et en jouent pour se décharger d’une partie de leurs responsabilités. Avec, à l’arrivée, des victimes bien réelles : ceux qui ne bénéficient pas de ces aides et se trouvent, de ce fait, dans une situation de grande précarité, voire d’indigence.

                  Bien à vous !


                • kimonovert 29 novembre 12:16

                  Beaucoup de congratulations pourtant il y a des oppositions...Est-ce que les gouvernants ne savent pas ou alors comptent sur ? Les gouvernants, excuse préalable dans notre monde d’assistés mentaux... Il faut refonder le cercle familial...A mon avis, les dits gouvernants le savent...sauf que c’est à plus grande échelle vu la matérialité de la famille _ éclatement du aux études/apprentissages des enfants, travail de ruralité vers urbanité, remembrement rural, etc._ c’est à dire que c’est au niveau de la commune...La maille territoriale s’agrandit de par les moyens de la communication globale, et c’est pourquoi on passe la brosse dans le sens du poil aux maires _ père et mère de ces familles éclatées _ pour qu’ils assument la délégation, la décentralisation tant demandée en son temps ! Le problème c’est qu’il y des bons pères et des mauvais pères, des bonnes mères et des mauvaises mères donc des bons comme des mauvais maires et assistante sociale c’est un métier que je sache !


                  • eau-pression eau-pression 29 novembre 12:34

                    @kimonovert
                    Permettez que l’hôpital vienne faire des reproches à l’infirmerie.

                    Votre discours, pour sincère qu’il paraisse, n’en est pas moins difficile à lire et décrypter.

                    A quoi attribuez-vous ce mouvement de délégation ? A une volonté politique ? A un tropisme moins visible ?


                  • kimonovert 29 novembre 23:35

                    Dans le contexte rural d’il y a 50/60 ans, la famille (grands parents, parents, enfants...) vivait dans la ferme et des activités variées de l’exploitation avec une relative autarcie... Aujourd’hui, les enfants du simple fait qu’une exploitation pour être rentable doit avoir une certaine étendue (par exemple, pour vivre de l’élevage laitier, il faut un troupeau minimum de 80 têtes et il faut disposer de 1 hectare de fourrage par tête. Il faut donc disposer en propre ou location des 80 hectares qui font une ferme laitière moderne, ce qui n’est pas un petit carré de campagne) ne peuvent y vivre tous et sont donc aller en ville et périphérie pour trouver du travail...La cellule familiale s’est réduite et l’entraide générationnelle idem !

                    Il se trouve que c’est la commune qui doit développer le secteur social pour se substituer aux familles...Les vieux doivent disposer de maisons de retraites pour un meilleur confort (c’est en inversion du fait que la génération boumer est la génération maison individuelle)...Mais le problème c’est les jeunes qui en sont à demander l’aide de la mairie suite à un manque de moyen pour assumer une vie autonome (cas vécu d’un jeune demandant au maire une aide pour payer son loyer alors qu’après avoir fait de la vente par démarchage à domicile _ grand classique des boulots un poil pourris de début de vie active autonome _ et n’arrivant pas à payer les frais induit par la nécessaire voiture, avait laissé tomber et était de fait en instance de recherche d’un autre job plus rémunérateur ! Ce n’est pas courant mais ça existe !


                    • eau-pression eau-pression 2 décembre 10:26

                      @kimonovert
                      Le confort matériel des vieux, c’est la chaleur option 1 : du poële option 2 : du foyer.
                      Sous nos climats saisonniers, il est tentant de ne voir que les contraintes matérielles comme forces organisatrices de nos sociétés. Quel est le sort des vieux dans les pays chauds, où on n’a pas besoin de poële ?

                      Selon le caractère, on peut accepter la vie sociale d’une maison de retraite, s’amuser à taper sur son verre quand le repas ne vient pas assez vite, comme à la cantine de son adolescence, ou bien fuir ces gamineries dont la prégnance nous oppresse.

                      A la perte des repères, qui est d’abord un phénomène physiologique (incapacité à traiter l’ensemble des signaux que le monde extérieur nous envoie), on peut aussi s’adapter en se réfugiant dans son jardin secret.
                      A ce comportement là, la société ne sait plus répondre quand l’imaginaire de la personne réclame malgré tout un lien à la vie extérieure. La présence continue d’intervenants rémunérés est hors de portée financière (sauf à être vraiment riche).

                      L’angoisse des vieux nous renvoie donc certains non-sens de notre organisation sociale, tant qu’on n’accepte pas (et c’est mon cas) la perspective de « soleil vert ».

                      Dans vos observations sur la vie à l’antique, vous avez oublié la paroisse. C’était le niveau hiérarchique au-dessus du niveau familial, et le premier qui a disparu.

                      Perso, je n’ironise pas sur le niveau forum.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès