• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Au bistro de la toile : Vous prendrez bien une végandouille (...)

Au bistro de la toile : Vous prendrez bien une végandouille ?

- Oh Loulle, tu peux me faire une de tes andouillettes au vin blanc que je m’en fasse péter l’embouligue avec deux canons de rosé de Tavel ?

- Je peux pas te refuser ça Victor. Mais,… teng ! On prend des risques, avec la terreur véganne qui nous cerne !

- De quoi tu tchatches là, Loulle ?

- Ben, t’as pas vu ? Des terroristes végans s’en prennent à des boucheries, à des poissonneries, à tel point que le syndicat des bouchers-charcutiers a porté plainte. Tè, je te lis : « "Les 18 000 artisans bouchers-charcutiers" en France "s’inquiètent des conséquences de la surmédiatisation du mode de vie vegan", indique le responsable se déclarant choqué qu’une partie de la population "veuille imposer à l’immense majorité son mode de vie pour ne pas dire son idéologie". Il déplore les "intimidations" récentes dont ont fait l’objet des boucheries-charcuteries, une "violence" qui s’exerce "tant à visage découvert que masqué".

- Eh, Loulle, la konnerie humaine est la seule approche qu’on puisse avoir de l’infini. Et en matière de konnerie, les végans étaient au premier rang à la distribution ! Un végan ne bouffe strictement rien qui provienne des animaux. Il refuse la viande animale, le poisson, mais aussi le lait, les œufs ou encore le fromage et le miel. Un végan s’habille aussi dans le respect des animaux : pas de fourrure, de cuir, de soie ou de laine. Enfin, le véganisme proscrit tous les produits, cosmétiques par exemple, testés sur les animaux. Les végans se revendiquent anti-viande, anti-élevage et s’opposent à toute hiérarchie entre espèces, notamment entre l’être humain et les animaux, y compris les rats, les puces, les tiques, les poux et les cafards. Et, manifestement, certains de ces joyeux lurons ne supportent plus de voir les autres (l’humanité encore non végane) continuer de s’en régaler !

- Ils « aiment » tellement les bestiaux ces braves gens qu’ils en arrivent à haïr le bestiau humain ! Pourtant, dans cette « nature » qu’ils disent vénérer, les bestiaux se bouffent à qui mieux mieux ! Cette grande bouffe, ce grand massacre est la condition première de l’existence harmonieuse de cette nature. Tout ce qui vit est à la fois proie et prédateur. La Vie, c’est bouffer l’autre et être bouffé. Non mais tu imagines si tous les bestiaux devenaient végans ? Sans la régulation par les prédateurs, les herbivores détruiraient en quelques décennies toute verdure sur terre, et donc toutes vies tant végétales qu’animales. Le « respect » végan entre les espèces amènerait donc la mort de toutes les espèces !

- Bien vu Loulle. Mais méfi, ne fais pas brûler mon andouillette ! Tè, j’ai une suggestion qui devrait intéresser ces pittoresques tofuphages. C’est de manger les bestiaux de l’espèce qui est la plus nombreuse et la plus nocive pour la Nature.

- C’est quoi ces bestiaux.

- Ben toi, moi, l’Homme quoi ! Enfin, ne faisons pas de sexiste, la Femme aussi. Ah ! La bonne chère rejoignant la tendre chair ! Il y aurait des boucheries anthropophagiques. Elles débiteraient et vendraient des anthropocotelettes, des anthropogigots, des anthropopiettes, de l’anthropoboudin, de l’anthroposaucisson. Rien que des races à viandes.

- Ah ! Objection Victor. On ne parle pas de race concernant les humains.

- C’est vrai. On mangerait donc de l’anthropoviande asprodermée, melanodermée, flavodermée. Il y aurait de l’élevé sous la mère mais aussi de la vieille carne fournie par les hostos et les ephads que l’industrie agroalimentaire transformerait en lasagnes, en raviolis, en hachis parmentier, en merguez.

- Ouais mais il y a un problème Victor. Est-ce que la viande humaine est halal et casher ? Parce que notre barbaque est paraît-il celle qui se rapproche le plus de celle du cochon.

- Ouais. Il faudra creuser la question. En tout cas, pour les chrétiens, pas de problème puisqu’ils préconisent de bouffer le corps de leur dieu fait homme !

- C’est vrai ça. Ton idée a de l’avenir Victor.

- Bon, sers-moi mon andouillette en attendant les temps de me faire cuire un andouille végan !

 

Illustration : mei au regretté Chimulus

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.26/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Jean Roque Jean Roque 3 juillet 00:16

     
    « Végan » au lieu de « végétarien » ...
     
    rappelle « gay » au lieu d’ « homosexuel » où pédé... où gouine ... et autres « coachs », « punchline » « urban inspired » masturbatoires etc...
     
    anglicismes mondains venant du colonisateur, tant chéri par le gland remplacé soumis, shiteux le gogochon.
    Le snobisme de ce bobo n’a d’égal que sa honte d’être qu’un souchien, et pas le supérieur colon du cosmopolitisme vénéré...
     
     
    « Jimmy Mohamed des ’petites gueules’, voilà bien un nom colon : Jimmy pour les chéris de l’Amérique méprisant les prénoms souchiens, et 4ème génération de Mohameds en prime ! »
     
    Soros, spéculateur-négrier philanthrope, idole de l’ex-France Soumise


    • Agafia Agafia 3 juillet 16:33

      @Jean Roque

      Végétarien et végan sont différents.

    • zzz'z zzz’z 3 juillet 06:15

      « A beau mentir qui vient de loin. »


      Ces consonances exotiques focalisent le neurone ; avant de se rendre compte de l’enfumage, le mensonge 1000 fois répété est devenu vérité.

      • zzz'z zzz’z 3 juillet 06:19

        @zzz’z : … Mes confuses ! C’était une réponse @Jean Roque.


      • bob14 bob14 3 juillet 07:48

        Et dire que Manu est en Afrique chez les dictateurs pour déployer son armée afin de protéger ces « trous du culs ».. smiley


        • devphil30 devphil30 3 juillet 08:18

          Excellent Victor comme toujours

          Merci pour cette brève de comptoir


          • bibou1324 bibou1324 3 juillet 11:37

            Beaucoup de choses que je n’aime pas dans cet article.


            Vous confondez un groupe extrémiste (politisé, organisé, généralement influencé par un gourou, qui se revendique comme vous dites) avec une façon de vivre, une philosophie personnelle établie en fonction de sa sensibilité. 99% des vegan se fichent que vous dégustiez votre andouillette.

            Ensuite, des mensonges éhontés. Sans prédateur, plus d’herbe. Non mais sérieusement ? Quel bas du plafond peut imaginer un truc pareil ? Vous êtes allé jusqu’en 6ème au cours de SVT ? Les mécanismes naturels de régulation ça vous dit quelque chose ?

            Vous accusez les tofuphages de détester les humains mais vous prétendez que nous sommes l’espèce la plus nuisible ... faudrait savoir. La poutre et la paille ...

            Enfin, le plus grave, vous assimilez un groupe de personne à des cannibales. C’est ce qu’on appelle de la diffamation publique et c’est puni par la loi Perben II d’un an de prison ferme et de 12 000 euros d’amende.

            Juste pour info, je ne dis jamais non à un bon steak avec quelques pommes de terres nouvelles. Mais je tenais à vous signaler que vos propos sont extrêmement limites.

            • bibou1324 bibou1324 3 juillet 11:39

              @bibou1324
              Petite rectification : 45 000 € d’amende et un an de prison. Ce qui me gène ne sont pas les propos eux même, chacun est libre d’avoir son opinion, mais le fait qu’ils soient portés sur la place publique. 


            • foufouille foufouille 3 juillet 11:58

              @bibou1324

              vas donc surfer sur les blogs végans. les omnivores sont des des carnivores, assassins, nazis, etc.


            • Samson Samson 8 juillet 14:09

              @bibou1324

              "Enfin, le plus grave, vous assimilez un groupe de personne à des cannibales. C’est ce qu’on appelle de la diffamation publique et c’est puni par la loi Perben II d’un an de prison ferme et de 12 000 euros d’amende.« 

              Relisez vos classiques !
               »Or, tandis qu’ils mangeaient, Jésus prit du pain, le bénit, le rompit et le donna aux disciples en disant : « Prenez, mangez, ceci est mon corps. »
              Puis, prenant une coupe, il rendit grâces et la leur donna en disant : « Buvez-en tous ;
              car ceci est mon sang, le sang de l’alliance, qui va être répandu pour une multitude en rémission des péchés."
              Evangile selon Saint-Mathieu, 26, 25-28

              Par le mystère de la transsubstanciation du corps en pain et du sang en vin, l’Eucharistie consiste bel et bien pour le fidèle en la consommation du corps et du sang du Christ, victime sacrificielle initiale.
              L’oeuvre de René Girard devrait vous éclairer sur la question !

              PS : Pas pour rien que je suis croyant ! smiley

            • Parrhesia Parrhesia 12 juillet 20:32
              @bibou1324
              Les propos portés sur la place publique, cela se nomme : « Liberté d’expression ».
              Et nous sommes quelques-uns à y tenir avec Victor...

            • zygzornifle zygzornifle 3 juillet 12:09

              Encre une bande de tarés capables de tuer un humain (ça finira bien par arriver accidentellement ou pas) pour sauver une pauvre bestiole , comme ces fous américains anti avortement qui tuent des médecins le pratiquant pour sauver un fœtus ....


              • zygzornifle zygzornifle 3 juillet 14:25

                Bientôt la Renault Végan fonctionnant au jus d’épinard bio avec sièges en peau de zob de bouchers tressés ....


                • oncle archibald 3 juillet 17:37

                  Très bon article Victor, avec une nuance toutefois : les andouillettes ça n’est vraiment pas fameux !

                  Pour ma part ce sera une cote de bœuf charolais chauffée près du feu et finalement saisie sur une belle braise de souches de grenache, avec effectivement quelques pommes de terre nouvelles de Guerande ou de l’ile de Ré coufites au beurre dans une poêle sur le coté de la cheminée.

                  La cote de bœuf, si tu l’aimes « bleue » mais pas froide au milieu, il n’y a pas le choix : la chauffer doucement à cœur avant de la saisir. Sinon elle sera soit cramée en surface soit restera froide au milieu.

                  Pour les pommes de terre nouvelles, avec la peau bien sûr, juste frottées au gros sel et rincées, si le beurre noircit avant qu’elles soient cuites tu le passes par l’évier et tu en remets du propre !

                  N’oublie pas la fleur de sel ! Et je suis d’accord pour le rosé de Tavel quoique depuis peu vers chez nous dans les Corbières et le Minervois on trouve depuis quelques temps de très « goutus » rosés de syrah !


                  • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 3 juillet 17:46

                    @oncle archibald
                    Hum ! Un connaisseur. Côte de boeuf d’Aubrac bien sûr.
                    Mais chez Loulle, ce n’est que de la cuisine simple de bistro. Et puis, l’andouillette c’était pour introduire - si je puis dire - ces andouilles fieffés de mangeurs de tofu !

                    Allez, trinquons avec un minervois !


                  • oncle archibald 3 juillet 18:09

                    @VICTOR Ayoli : c’est sûr que nous avons encore la chance d’avoir en france quelques agriculteurs fiers de leur boulot et de la viande qu’ils produisent. Aubrac ou Salers ou Charolais qu’importent les robes et les cornes de ces animaux, leur viande dans nos assiettes nous fait jouir jusqu’au plafond !

                    J’ai connu aussi un agriculteur des Hautes Pyrénées spécialisé dans le veau sous la mère qui se régalait de clouer les médailles sur la porte de sa grange. Le boucher du coin qui indiquait en clair le nom de l’agriculteur sur son comptoir débitait la cuisse « en travers » sous le nom de « tranche de veau » ! Ça aussi ça le fait bien sur une belle braise de souches.

                    Tout ça c’est pour les jours de fête seulement, because pépètes, mais ces viandes succulentes restent cependant bien moins chères et bien meilleures que certains « mets de fête » très prisés genre caviar ou langoustes d’élevage, pauvres bêtes forcées à grossir trop vite avec des « aliments » plus que douteux exactement comme les poulets de pacotille que l’on trouve dans les supermarchés !


                  • canard 54 canard 54 3 juillet 23:40

                    Ne dit t’on pas « con à bouffer du foin » cette expression sied bien pour les végants violents


                    • Samson Samson 8 juillet 12:50
                      La différence entre végétariens ou végétaliens et végans est que les premiers n’emmerdent personne !
                      Suite à un sévère burn-out, j’ai arrêté depuis 9 ans de consommer de la viande pour me nourrir (et je m’en porte personnellement fort bien !).
                      Je n’en fais pas pour autant une religion et - pourvu que les animaux soient élevés, tués et mangés avec respect plutôt que dans l’indifférence des critères de productivité agro-industrielle qui les réduisent (autant que nous !) à de purs produits - il ne me viendrait pas pour autant à l’idée d’imposer mes choix personnels à l’ensemble de mes concitoyens.

                      "- Ouais. Il faudra creuser la question. En tout cas, pour les chrétiens, pas de problème puisqu’ils préconisent de bouffer le corps de leur dieu fait homme !« 
                      Hé oui ! c’est bel et bien à un rituel »cannibale" que les chrétiens participent tous les dimanches ! A noter que par le mystère de la transubstanciation du corps en pain et du sang en vin, la religion chrétienne est la seule des religions du Livre à lever la malédiction de Caïn et valider les offrandes agricoles pour substitut sacrificiel ! Tout un programme !  smiley

                      Avec si possible une petite pensée de reconnaissance au feu cochon qui l’a fournie - Paix à son âme ! -, bon appétit pour l’andouillette,  smiley

                      • Samson Samson 8 juillet 14:34
                        « Avec si possible une petite pensée de reconnaissance au feu cochon ... »
                        ... ou - ne connaissant pas vos préférences gastronomiques et culinaires - veau, bien évidemment ! 

                        Cordiales salutations ! smiley


                          • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 8 juillet 18:25

                            @Samson


                            Je te salue bien bas, ami cochon, mon frère,

                            Ô toi, dont le trépas annonce bonne chère,

                            Je te salue bien bas, toi dont le sacrifice

                            Fournit à nos repas fricassées et saucisses.

                            Merci pour ton boudin, merci pour tes jambons,

                            Merci, merci pour tout, car en toi tout est bon !

                            Je te salue bien bas, ami cochon, mon frère,

                            Tu sais rassasier nos ardeurs carnassières,

                            Nous aimons tout en toi, ta tripe, ta chair fraîche

                            Tes bajoues, tes rognons, ta langue, ta ventrèche.

                            Merci pour tes pâtés, merci pour tes caillettes,

                            Tes quatre pieds panés, ton fromage de tête.

                            Je te salue bien bas, ami cochon, mon frère,

                            En humant les parfums montant de la daubière

                            Où mijote à feu doux dans du Côtes-du-Rhône

                            Les morceaux succulents que ton trépas nous donne.

                            Merci pour ton échine et ton filet mignon,

                            Merci pour ton jésus et pour tes saucissons.

                            Je te salue bien bas, ami cochon, mon frère

                            Fidèle compagnon des sorties rabassières

                            Où dans les bois de chêne, ton odorat subtil

                            Te fait trouver les truffes de décembre à avril.

                            Merci pour ton regard espiègle et rigolard,

                            Pour ton grand appétit, pour tes chants, pour ton lard.

                            Je te salue bien bas, ami cochon, mon frère,

                            Car toi seul assouvit nos passions charcutières,

                            Salé, fumé, grillé, braisé ou même cru,

                            Tu es le compagnon des meilleurs de nos crûs.

                            Merci pour les ardeurs que chez nous tu éveilles,

                            Car en chacun de nous, un peu de toi sommeille !

                            Je te salue bien bas, ami cochon, mon frère

                            Car ta réputation excite les rosières

                            Idol’ des sautopafs et terreur des cocus

                            Tu portes le flambeau de ceux qui aim’ le cul.

                            Merci pour les tétons et pour les rondes fesses

                            Pour les peaux satinées appelant les caresses.


                          • Samson Samson 8 juillet 20:48

                            @VICTOR Ayoli

                            Bel hommage et bien « gaulois » à ce compagnon autrefois familier de nos cours et basse-cours, aujourd’hui le plus souvent condamné à l’enfer impersonnel et standardisé des porcheries et abattoirs industriels.
                            Au brumeux et fort pluvieux berceau du surréalisme - où je réside -, il est plus coutumier de rendre hommage au roi Gambrinus qu’à Bacchus pour honorer la mémoire de l’’animal et lui marquer notre reconnaissance, mais nous ne crachons pas sur un bon cru pour varier smiley !

                          • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 8 juillet 18:13

                            Extra Boris Vian !
                            Tiens, j’ai écrit une ode au cochon !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès