• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Au pays des enfants heureux !

Au pays des enfants heureux !

JPEG

Au Danemark les enfants de 6 à 16 ans reçoivent des cours d’empathie...[1] Oui, oui, d’empathie ! Et ils sont obligatoire. Alors peut être n’est-ce un hasard : classé 2ème, « pays le plus heureux du monde  » en 2017 derrière la Norvège. La France est 31ème. The World Happiness Report[2] classe 155 pays en fonction de sept critères principaux : l'aide sociale, la liberté, la générosité, l'honnêteté, l'espérance de vie, le PIB par habitant et la confiance accordée aux dirigeants. Vous me direz que tous ces classements ça vaut ce que ça vaut, mais ce sont tout de meme Les Nations Unies qui sont à l'initiative de ce projet.

Ce serait bien évidemment un raccourci facile de lier directement le bon classement du Danemark dans la liste des pays les plus heureux du monde aux cours d’empathie qui sont dispensés dans les écoles. Il faut dire que le système scolaire du pays se distingue par bien d’autres aspects : ainsi, les élèves ne sont pas notés avant l’âge de 14 ans, si bien qu’avant cet âge, ils ne sont pas constamment poussés à comparer leurs notes à celles des autres et d’être toujours en compétition, compétition qui est reconnue comme anxiogène et injuste. Un autre aspect socio-économique est à prendre en compte : les inégalités entre les plus riches et les pauvres sont moins marquées dans ce pays.

A quoi consiste un cours d’empathie ?[3] A privilégier la coopération à la compétitivité, voici ce qui est enseigné aux enfants scolarisés dans les écoles dès leur plus jeune âge. À raison d’une heure par semaine (pendant 10 ans) les jeunes suivent ces cours d’empathie ; une matière qui encourage à se préoccuper du bien-être des autres et à écouter son prochain pour mieux le comprendre et dépasser les catégorisations qui se cristallisent lors de notre développement.

Comment est organisé un cours d’empathie ? Pendant le cours, les enfants apprennent à lire, à comprendre et à écouter les émotions des autres. À l’aide d’images représentant d’autres enfants qui traversent différentes émotions, comme la tristesse, la peur, la joie, la frustration, la colère, ils sont appelés à décrire les sentiments des autres avec leurs propres mots et à exprimer leurs ressentis propres. Ces cours sont l’occasion d’exprimer des émotions en public et d’écouter celles d’autrui. Selon Brené Brown, auteure et conférencière américaine, le sentiment d’empathie se caractérise par la capacité à adopter la perspective d’un tiers, la capacité à ne pas porter de jugement et enfin la capacité à reconnaître les émotions chez les autres et à le communiquer. En cela, l’empathie se distingue de la sympathie ou encore de la compassion. C’est cette posture qui consiste à « se mettre à la place de l’autre » qui permet notamment de trouver les mots justes pour aider une personne ou comprendre ses agissements singuliers (souvent différents des nôtres). Cet exercice se fait dans une logique descriptive : il s’agit d’expliquer le ressenti de l’autre, et jamais porter un jugement sur ses sentiments ou ce qui en est la cause, commente Jessica Joëlle Alexander, co-auteure du livre The Danish way of parenting. Selon elle, c’est une belle manière de s’intéresser aux individus au lieu de se concentrer sur sa propre réussite personnelle, son « moi-moi ». C’est la bonne manière d’encourager des valeurs comme l’entraide et la solidarité.

L’enseignement de l’empathie est donc plutôt le révélateur d’un état d’esprit général qui règne dans ce pays et d’une culture où la coopération entre les individus est au moins autant – si ce n’est plus – valorisée que la réussite personnelle. L’école et la manière dont elle est organisée est bien évidemment un vecteur essentiel pour transmettre cette culture à tous, acceptée par chacun...

-----------------------------------------

Du pays des enfants heureux à celui des enfants roi

Eh bé, on en est loin, nous les français 31ème dans les 36ème dessous concernant l’entraide et surtout la solidarité ! Nous vivons plutôt dans une société qui intègre Le darwinisme social qui considère que la lutte pour la vie entre les êtres humains est l'état naturel des relations sociales et que les conflits sont aussi la source fondamentale du progrès et de l'amélioration de l'humanité. Ainsi, la concurrence entre les êtres ou groupes ne doit pas être entravée par des obstacles comme les mesures de protection sociale et d'assistance de l'Etat Providence, la solidarité ou la charité. En clair, c’est la loi de la jungle du chacun pour soi et l’empathie aux orties...[4] Car, le modèle français pousse à torturer, dès l’enfance à intégrer des normes, des injonctions, des règles, des modèles qui ne correspondent pas bien souvent aux aspirations profondes des citoyens et sont souvent incomprises car par trop tortueuses. Il faut toujours « mieux faire » et non pas « bien faire ». Ce système basé sur la compétition de individu et ses frustrations pousse à persuader que les autres, eux, savent « bien faire », alors toujours happé par l'urgence de se mesurer de « faire », chacun ne voit plus qu'en réalité il ne fait plus rien : ce n’est qu’agitation et oubli de l'essentiel. Oublier d'oser et surtout « se foutre la paix ! » ; car il n'y a pas d'autre moyen de redécouvrir ses possibilités vraies que tout à chacun a complètement oublié. Stopper tout ! Et avoir ce qui s’appel des moments à soi, de l’introspection quoi ! C'est le seul moyen d'agir. Se Libérer des protocoles, des procédures, des pseudo-urgences qui n'en sont pas, alors là, il jaillira de l'enthousiasme, de la spontanéité et surtout l'envie de regarder plus loin que son simple nombril.... Et s’intéresser aux autres en oubliant par exemple de ne pas répondre au téléphone lorsqu’un ami vous parle. Apprécier le moment enfin !

Je suis persuadé que cette notion d’empathie de vivre ensemble en bons termes (et non pas DU vivre ensemble qui n’est qu’un slogan) doit s’apprendre dès le plus jeune âge, car, je peux vous garantir après 10 ans d’enseignement que nous en sommes très-très-très loin.

A la décharge des citoyens français, il faut avouer que depuis toujours « l’homme de la rue » a été traité par ceux « qui savent » comme un limité intellectuellement dans le meilleur des cas, à un abruti des bois qui ne comprendra jamais rien. C’est culturel et donc jamais remis en cause ; « eux » savent, nous, eh ben, « on peut rien y faire »... « eux » sont responsables, « nous » pas. Donc en grandissant de manière individualiste et irresponsable comment voulez vous que devenu adulte, la majorité des citoyens de ce pays ne voit le monde qu’à partir de lui même, et reste coincée entre un « moi et moi égotiste/narcissique ». Je vais prendre un exemple de mise en responsabilité dès l’âge de 15 ans.

Prenons l’exemple d’un adolescent vivant en Finlande, dont les résultats scolaires sont classée dans le top 5 mondial depuis 25 ans. Ces jeunes gens vont dans un « lycée à la carte » : à partir de la seconde, la vie du lycéen prend une tournure plus individuelle, censée le responsabiliser. L’année scolaire est rythmée en cinq périodes de sept semaines. Pour chacune, les élèves sélectionnent eux-mêmes les matières qu’ils étudieront. Cet enseignement à la carte se traduit par la disparition des classes traditionnelles. Il est rare qu’au fil de l’année, des élèves se retrouvent en cours avec les mêmes camarades, chacun ayant choisi ses matières et, autant que possible, les horaires qui lui conviennent le mieux. Certains évitent ainsi les cours trop matinaux... En outre, pour certains modules complémentaires, il est possible d’étudier chez soi, de manière autonome, au lieu d’aller au lycée.

Je ne vais pas expliquer par le menu le système finlandais,[5] mais ce que je vois c’est une vraie mise en responsabilité, de se prendre en main de ces jeunes qui, comme partout afin de se construire ont besoin de cela. Chez eux ça fonctionne très bien, pourquoi n’essayerons nous pas ? Il faudra peut être deux ou trois générations pour réussir, mais le jeu en vaut la chandelle : vivre dans une société où le citoyen est capable d’interagir, de parler avec les autres et de considérer le collectif aussi important que le « moi même », et ne plus jamais dire « rien à battre ! » ; de plus, et je le sais, par expérience lorsque l’on donne à un jeune des responsabilités, rarement on est déçu...Sauf si on prend en exemple le petit % qui va déconner et qui fera que toutes les règles découleront de son comportement déviant... Mais là... C’est culturel vous dis-je !

Georges Zeter/aout 2018

Une suggestion : au lieu d’attendre tout de l’éducation nationale, pourquoi, vous parents ne donneriez vous pas une heure par semaine une leçon d’empathie à la maison ? Un soir par exemple ; éteindre TV, tablette, téléphone et hop ! c’est parti !



Moyenne des avis sur cet article :  3.09/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

104 réactions à cet article    



    • George L. ZETER George L. ZETER 22 août 11:28

      @covadonga*722
      ahah très français ! prendre un acte isolé et en faire une généralité, ou une réponse à un article sur l’empathie ; vous avez raison, tous ces vikings des barbares qui mangent les petits zenfants.


    • covadonga*722 covadonga*722 22 août 12:23

      @George L. ZETER
      ben non , moi j’aime les pays nordiques et leurs peuples , juste ils découvrent les affres qui étaient dévolus uniquement pour l’instant aux vilains pays colonialistes 


    • V_Parlier V_Parlier 22 août 13:49

      @George L. ZETER

      Vous n’avez apparemment pas lu le commentaire non plus. Ce que je peux dire après lecture de votre récit idyllique, c’est qu’il me fait penser au paquet cadeau qui sert à emballer actuellement les réformes sociétales en Europe (l’école sans notes, gronder c’est pas bien, la famille c’est ringue, les leçons de bisounours pour faire passer tout ça. Ca ne m’étonnerait pas qu’on ait aussi de l’initiation au LGBT au passage). Enfin, dire que l’éducation française actuelle est basée sur la compétition... Mpfff je pouffe de rire... Si déjà on demandait d’atteindre un certain niveau...

      Vous passez aussi sous silence bon nombre de contreparties demandées aux élèves pour que le système finlandais soit à peu près viable. Bon nombre d’entre elles déclencheraient les foudres de ceux-là mêmes qui n’ont que le mot Finlande à la bouche quand il faut justifier l’éducation sans travailler.

    • George L. ZETER George L. ZETER 22 août 14:09

      @V_Parlier
      parlez moi donc de votre expérience d’enseignant...


    • Albert123 22 août 15:05

      @George L. ZETER


      « Baisse des allocations pour les réfugiés, peines de prison doublées, éviction des criminels des cités, crèche obligatoire : le gouvernement danois veut éliminer les ghettos d’ici 2030 grâce à 22 mesures radicales »


      visiblement le cas est si particulier que le gouvernement Danois prend tout de même des mesures radicales pour l’endiguer.

      Quand à l’empathie, la plupart des humains la confond avec la sympathie qui est l’épicentre de la pleurnicherie émotive quand l’empathie est celui de la raison.

      « une matière qui encourage à se préoccuper du bien-être des autres et à écouter son prochain pour mieux le comprendre et dépasser les catégorisations qui se cristallisent lors de notre développement. »

      ça s’appelle du dressage et c’est tout sauf empathique car contre nature et donc aliénant.

      On tient encore là tout le paradoxe des humanistes en peau de lapin qui ne peuvent concrétiser leurs dystopies qu’en créant de toute pièce un humain 2.0 qui est tout sauf humain.

      le Danemark comme les autres ne fait pas exception, une fois l’hystérie des idéologues bisounours passée, le réel reprend ses droits.




    • George L. ZETER George L. ZETER 22 août 15:25

      @Albert123
      bon, reste plus qu’à se flinguer, quant à moi, je choisi la corde !


    • eddofr eddofr 22 août 15:30

      @covadonga*722

      Je note le commentaire du père de l’un des auteurs présumés : 

      « Si vous êtes avec une fille, chez elle, ce n’est pas un viol »

      Rien que ça, ça en dit long sur une « culture » ...

    • Albert123 22 août 16:33

      @George L. ZETER

      Quand on accepte la nature humaine pour ce qu’elle est et non pour ce que l’on voudrait qu’elle soit, on le vit assez bien.



    • Christ Roi Christ Roi 22 août 21:07

      Détruit par la LGBT locale, le Danemark est en pleine dégénérescence. Dans ces pays, leur ministre est obligé de demander à ses concitoyens de faire l’amour, tellement l’école a foutu en l’air les gosses qui une fois adultes, sont complètement dégénérés. Leur situation est dramatique mais elle sert de terrain d’expérimentation pour les autres pays qui s’en inspire. C’est pourquoi notre LGBT nous vend leur échec comme un modèle. 


    • V_Parlier V_Parlier 22 août 23:18

      @George L. ZETER
      Parce-qu’il y a besoin d’être enseignant pour prendre connaissance de ce qui se fait à l’école ? (surtout quand on a des enfants) Et pour se renseigner sur ce qui se fait en Finlande ?


    • velosolex velosolex 23 août 18:00

      @George L. ZETER
      Vous vous attaquez à un sujet à haut risque : L’école, et ses hussards zélés, aussi vigilant à s’adapter à la modernité que nos généraux en 39. 

      L’école est un bastion de gauche, mais où les pratiques de la droite la plus réactionnaire, continuent à perdurer, engendrant des résultats catastrophiques (statistiques internationales qu’on apprécie quand elles sont élogieuses, et qu’on  se moquent quand elles fustigent) , des records en ce qui est des transmissions inégalitaires, et des élèves à qui ont apprend que curiosité, vie, et parcours atypique ne sont pas appréciés.
      J’aurais rêvé comme tant d’autres d’une école à la finlandaise, mais j’ai constaté, avec mes enfants, 30 ans plus tard, que l’école que j’avais subi comme un traumatisme n’avait non seulement pas changé d’un iota,mais qu’elle s’était encore caricaturée. 

    • George L. ZETER George L. ZETER 23 août 18:30

      @velosolex
      cher velosolex vous carburez au bon sens. c’est tout à fait ça, mais en pire !



      • George L. ZETER George L. ZETER 22 août 11:31

        @Sozenz

        bonjours, voyez c’est pour cela que j’aime écrire sur AV, car entre le commentaire d’un @covadonga*722 et vous, c’est bien deux mondes qui vivent en parallèle et qui je le crains ne se croiseront jamais.
        merci pour le lien fort intéressant.

      • Ecométa Ecométa 25 août 09:50

        @George L. ZETER

        Alors pourquoi réponde et surtout commencer par ah ah bien français !
        je suis bien français et je ne me suis pas comme ça !

        Vous aussi vous faites des généralités à partir d’un cas.

      • Passante Passante 22 août 11:51
        peu d’espoir d’appliquer le modèle
        et de ramener ça chez soi au soleil,
        trop de coqs au compteur déjà..

        mais la question devient : comment se fait-ce que les nordiques
        soient si souvent plus efficaces, plus futés, plus intelligents, vraiment... ?
        moins de corruption par ces glaces ?
        moins de colonisation peut-être...
        moins d’hystérie ? moins de poses au soleil ?

        bref, debout dans la grande idiotie,
        voir l’intelligence à l’oeuvre -
        c’est tragique.




        • George L. ZETER George L. ZETER 22 août 12:02

          @Passante
          j’ai ma tite théorie sur la question des vikings honnêtes : d’abord ils vivent dans un congélo, avec 80 jours de beau temps, donc pour se réchauffer faut être proche, on retrouve ça dans les populations françaises des alpes, j’y ai vécu et je dois dire qu’il y a plus de solidarité et d’aide qu’ailleurs en, France. ensuite, il fallait être sacrement solidaire sur un drakkar pour affronter les mers et même conquérir l’amerique 500 ans avant le boucher Colomb.


        • Passante Passante 22 août 12:22
          @George L. ZETER

          je me disais aussi... le soleil
          mais y’a le Zeus hospitalier des Grecs...
          il y a l’hospitalité méditerranéenne,
          donc c’est bien le bateau qui fait la différence
          et le petit bateau pour être précis..
          sinon oui, c’est cancer du colomb

        • Alren Alren 22 août 12:47
          @Passante

          La France, l’Espagne, la GB, l’Allemagne, les USA sont ou ont été de grandes puissances, induisant un sentiment de puissance et de supériorité sur les autres peuples.

          Ce sentiment cultivé par les gouvernants est à l’origine du racisme qui est l’antithèse de l’empathie.

          Le Danemark, la Finlande n’ont jamais été des puissances et leur langue étant locale, il leur faut connaître une langue étrangère, l’anglais pour avoir une ouverture sur le monde.

        • V_Parlier V_Parlier 22 août 13:52

          @Alren
          Je crois qu’il y en a beaucoup qui ne connaissent pas la vraie histoire des Vikings, loin d’être plus tendres que les autres. Mais c’est juste un peu plus vieux.


        • Alren Alren 22 août 17:40
          @V_Parlier

          Il ne s’agit pas de « tendresse » mais du sentiment d’appartenir à une nation dominatrice et d’être de ce fait dominateur.
          Et puis remonter aux Vikings pour expliquer l’attitude moyenne des scandinaves aujourd’hui c’est comme parler des Francs de l’époque de Charlemagne pour analyser celles des Français du XXIe siècle !

          Les Danois, les Finlandais ont conscience de ne pas être citoyens d’un pays qui fut ou est une grande puissance impérialiste, colonisatrice.

          D’où, plutôt que le maintien de la « grandeur » dans un esprit de compétition, la recherche de la qualité de la vie qui passe par la qualité des relations humaines.

        • Fergus Fergus 22 août 17:44

          Bonjour, George L. ZETER

          « ils vivent dans un congélo, avec 80 jours de beau temps »

          Heu... avec 150 à 160 jours de précipitations sur 365 à Copenhague, cela laisse pas mal de temps pour apprécier la météo.

          Qui plus est, où est le « frigo » ? Le Danemark n’est pas la Laponie, et s’il y fait plutôt froid l’hiver, les températures y sont rarement négatives, et en général elles sont agréables de juin à septembre.

          Il est vrai que j’aime bien la météo des pays scandinaves.


        • George L. ZETER George L. ZETER 22 août 18:07

          @Fergus
          mea culpa, j’ai prêché par ignorance car le plus haut où je suis allé dans le nord est akemar en hollande


        • Surya Surya 22 août 11:54

          Super intéressant article, notamment par le fait qu’il n’est pas autocentré : je n’aime pas du tout l’attitude qui consiste à dire : « font c’qu’ils veulent chez eux mais nous on est Français donc NOUS on fait comme ça, même si comme vous dites c’est mieux ailleurs, et si zêtes pas contents ben zavez qu’à aller vivre là bas ! » (mais ne vous inquiétez pas ce n’est pas purement français comme attitude, on voit aussi ça ailleurs) 


          Article qui au contraire observe et relate ce qui se passe dans d’autres pays, d’autres sociétés, et même si vous critiquez la société française (qui est loin d’être la pire dans le monde concernant le manque de solidarité, la compétition, etc) avec un peu d’agressivité tout de même, vous le faites surtout, je pense, dans le but d’en tirer des enseignements susceptibles d’améliorer notre propre pays, et c’est exactement ça qu’il faut faire, et l’atttitude qu’il faut avoir : s’inspirer de ce que font les autres lorsqu’ils font mieux que nous, sans rancoeur ni jalousie, afin de se transformer soi même. 

          Toujours chercher à s’améliorer. Se changer soi-même en côtoyant les autres, en s’inspirant de ce qu’ils font, pour, au final, même si comme vous le dites ça prend une ou deux générations, changer notre société, la rendre plus heureuse.

          La vraie révolution, ce n’est pas celle que l’on apprend à l’école en France. Je ne comprendrai jamais pourquoi nous sommes supposés être si fiers d’une période de l’histoire qui n’a en réalité été qu’un gigantesque règlement de comptes et un immense bain de sang. 

          La vraie révolution, elle est totalement pacifique, elle n’en veut à personne, ne montre aucun ressentiment ni haine envers qui que ce soit, elle ne cherche à détruire personne, et ne cherche à exclure personne, bien au contraire.

          Votre article donne la pêche car il montre une voie positive à explorer, des choses nouvelles à essayer. Alors pourquoi ne pas, en effet, essayer ?


          • George L. ZETER George L. ZETER 22 août 12:06

            @Surya
            merci chère surya (surya delli, la chanson de charleli ?) les révolutions se font dans la tête et dans l’éducation, c’est un parcours personnel, sinon, les Révolutions avec un grand R se font à coups de canon.


          • Fergus Fergus 22 août 17:46

            Bonjour, Surya

            Je partage globalement votre opinion sur cet article. Ce n’est pas en regardant sans cesse son propre nombril que l’on peut progresser, mais en tirant parti des expériences conduites ailleurs et manifestement porteuses d’effets positifs.


          • Raymond75 22 août 12:07
            Les gens du Nord ont toujours eu une approche pragmatique : trouver des compromis et des solutions pour résoudre les problèmes.

            Nous en France, on s’insulte et on se jette à la figure des débats idéologiques, mais sans volonté de les résoudre.

            Deux éléments différent ces pays du notre : une tradition protestante, plus rigoureuse, qui encourage la réussite à condition d’en faire bénéficier la collectivité, et un climat rigoureux qui fait que, dans le passé, sans coopération et cohésion sociale, on disparait.

            J’ai toujours regretté que les Français ne se comportent pas ainsi ...

            • George L. ZETER George L. ZETER 22 août 13:15

              @Raymond75
              totalement 100% d’accord !


            • V_Parlier V_Parlier 22 août 14:01

              @Raymond75
              C’est drôle de voir, sur ce site où les bouffeurs de curés sont légion, des gens louer une « tradition protestante » dans des pays où les femmes étaient encore accusées en masse de sorcellerie et brûlées... au 18e siècle ! (Finlande et surtout Norvège) Mais non mais non, maintenant ils ont la cool attitude donc tout ça n’a jamais existé. Il n’y a que les français qui ont une histoire pourrie, puisqu’on vous le dit mes braves gens.


            • Raymond75 22 août 12:11
              Dans les années 70 la contre culture s’était très bien développée au Danemark, et une sorte de société parallèle se développait.

              Je me souviens d’un reportage où une jeune femme ingénieure, mais qui avait fait un choix de vie matériellement modeste, répondait à la question « pourquoi faites vous cela ? ». Réponse : « c’est pour montrer que si on peut être heureux chez nous, on peut l’être partout »  smiley

              • Arogavox 22 août 12:33

                 « Stopper tout ! [...] C’est le seul moyen d’agir. »  
                - oh, oui ! : bien au-delà du seul boycott du veaute !
                 
                     
                  
                 « ...  chacun ne voit plus qu’en réalité il ne fait plus rien :
                 ce n’est qu’agitation et oubli de l’essentiel 
                 »
                 - gâcher sa vie à vouloir la ’gagner’ par des contrats de subordination ...
                 

                    
                   Il faut toujours « mieux faire » et non pas « bien faire ».
                  - cf la sage maxime : « Le mieux est l’ennemi du bien  » !!
                   

                « le modèle français pousse à torturer, dès l’enfance à intégrer des normes, des injonctions, des règles, des modèles qui ne correspondent pas bien souvent aux aspirations profondes des citoyens et sont souvent incomprises car par trop tortueuses. »
                 - dans notre pays où il était naturel de dire : «  c’est simple comme bonjour »
                 ... connaissez-vous encore beaucoup de lieux où le simple bonjour est encore vu comme une politesse plutôt que suspecté d’un manque de déférence ?

                 Il est pourtant des lieux, ou par culture, avant même que par e-ducation, des gens savent encore dire bonjour, même à des passants.


                • George L. ZETER George L. ZETER 22 août 13:17

                  @Arogavox

                   « Il est pourtant des lieux, ou par culture, avant même que par e-ducation, des gens savent encore dire bonjour, même à des passants. » je vis dans le sud finistere et c’est encore comme ça, dire bonjour à des inconnus.


                • L'enfoiré L’enfoiré 22 août 13:47
                  @George L. ZETER,

                   Vous vous souvenez de cette chanson « Le premier pas ».
                   Il suffit d’oublier à qui est destiné dans la chanson et l’étendre à des inconnus.

                • Abou Antoun Abou Antoun 22 août 12:35
                  IL y a quand même des paradoxes.
                  Je connais bien les pays scandinaves (en touriste) j’ai voyagé plusieurs fois dans chacun d’eux. C’est une destination que je recommanderais pour les vacances (quoiqu’un peu chère).
                  Maintenant quand à y vivre, pas question !
                  Bien trop chiant !
                  Les Finlandais viennent se défouler en masse à Saint-Pétersbourg, se libérer de la foule d’interdits qui conditionnent leur vie quotidienne.
                  Pour ce qui concerne les cours d’empathie, le catéchisme faisait fonction autrefois, pour quels résultats ?


                  • V_Parlier V_Parlier 22 août 14:05

                    @Abou Antoun
                    Je pense qu’il y a pas mal de gens qui confondent la tranquillité confortable et le bonheur. Bien sûr, la tranquillité confortable ça aide mais ça ne suffit pas pour donner un sens à la vie.


                  • raymond 2 22 août 19:40

                    @Abou Antoun
                    Un bémol le taux de suicide doit tout de même être lié a l’ensoleillement tous le monde déprime avec des nuits de 18 heures !


                  • bonnes idées 22 août 12:39

                    Alors le dicton des anciens qui martèlent « ne perd pas le nord » serait donc vrai et je le pense car une boussole ne donne qu’une seule direction et c’est évidement celle là et tout le reste n’est que déduction. Qui veut dans l’avenir monter là-haut vers le Nord afin de moins ressentir les effets de cette transition indispensable à la survie de notre nature propre ? Est-on prêt à accepter le terrible choix de se priver de tout ?


                    • Jeekes Jeekes 22 août 17:16

                      @bonnes idées

                       
                      ’’Alors le dicton des anciens qui martèlent « ne perd pas le nord » serait donc vrai’’
                       
                      Ben woui.
                      Faut quand même pas oublier ’’qu’au Nord, c’étaient les corons’’
                       
                       
                      Bon, ben là, je sors...
                       



                    • L'enfoiré L’enfoiré 22 août 13:34
                      @Georges,

                       Merci. Ajouté en commentaire à mon dernier billet  smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès