• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Aurore Martin, militante de Batasuna a pris le maquis

Aurore Martin, militante de Batasuna a pris le maquis

Nous ne sommes pas dans les années 40 et l’époque noire et brune de la collaboration. Pourtant une jeune Française Basque, Aurore Martin est obligée de se cacher pour ne pas être livrée à un gouvernement étranger. Aurore l’a annoncé dans la presse : elle va se cacher comme avant elle les résistants au nazisme avaient dû le faire dans la France occupée.

Nous sommes dans un pays ou en théorie le droit à l’expression de ses idées politiques sont garantis par la constitution.

Nous sommes dans un pays pris en otage par une clique de plus en plus fascisante, de plus en plus décidée à faire taire toute opposition, de plus en plus déterminée à criminaliser ceux et celles qui osent exprimer leurs convictions politiques.

Nous sommes dans un pays qui a vassalisé à ce point la justice qu’elle est devenue la courroie de transmission du pouvoir dont elle applique avec zèle les décisions politiques.

Nous sommes dans une Europe faite pour les puissants contre les citoyens. Une Europe de la finance qui ne reculera devant aucuns moyens même les plus dégueulasses pour faire taire toute opposition politique.

En cette année 2010 finissante la clique Sarkozy a décidé de livrer au gouvernement espagnol une jeune Française, une militante politique membre d’un parti - Batasuna - tout ce qu’il y a de plus légal. Elle milite pour l’autodétermination du peuple Basque. C’est légal parfaitement légal... Du moins ça l’était jusqu’à ce que le gouvernement ne décide que c’est un crime.

Nous ne sommes pas l’époque de l’occupation, mais une jeune femme est obligée de se cacher pour se protéger et défendre ses convictions politiques. « Je n’ai pas l’intention de me soumettre aux autorités espagnoles, ni de faciliter à la France l’exécution de mon mandat d’arrêt européen (...). Je n’ai pas d’autre choix que de me cacher pour pouvoir continuer mon activité politique au sein de Batasuna. J’ai donc décidé d’arrêter mon contrôle judiciaire et de ne plus me montrer publiquement » a déclaré celle qui devient un symbole en devenant la première personne à prendre le maquis dans une France de plus en plus rance.

Aurore Martin est la première, sûrement pas la dernière de ceux et celles qui devront passer à la clandestinité dans un pays qui a décidé de tuer toute contestation qu’elle soit syndicale ou politique. Le capitalisme est malade et Sarkozy est prêt à sacrifier quelques manants au dieu marché. Et tant pis si il y a du sang et des larmes. Tant pis si pour satisfaire son dieu païen il piétine les valeurs de la France qu’il ne connait d’ailleurs pas.

2011 arrive, une jeune femme se bat au pays Basque pour sa liberté... Hortefeux le multi récidiviste deux fois condamné en 2010 est ministre de l’intérieur. Circulez y a rien à voir !

Carland


Moyenne des avis sur cet article :  3.1/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • Carland 21 décembre 2010 12:33

    AURORE MARTIN FAIT PARVENIR AU JPB UN COURRIER DANS LEQUEL ELLE EXPLIQUE LES RAISONS QUI L’ONT POUSSEE A SE CACHER

    Le coup de massue est tombé ! 

    Me voilà amenée à vous écrire une lettre d’un genre particulier. Je m’adresse à vous tous aujourd’hui pour vous exprimer toute mon indignation, mon inquiétude, ma peur, mais aussi toute ma détermination et ma volonté de me battre.

    Il est l’heure de défendre nos droits civils et politiques avec force, ce précédent ne laisse rien présager de bon.

    L’inacceptable est-il acceptable ? Bien sur que non ! Cependant l’histoire du Pays Basque nous a souvent démontré que l’inacceptable était possible : les extraditions, les multiples mandats d’arrêt européens délivrés à des dizaines de militants politiques (Segi, Askatasuna, Udalbiltza…), l’existence des législations et tribunaux d’exceptions à Paris et Madrid, la pratique de la torture dans les commissariats et casernes espagnoles, les partis politiques interdits, deux quotidiens fermés et ses journalistes torturés et incarcérés, les arrestations massives, la disparition et la mort de Jon Anza… Tout cela existe, cette répression est normalisée, c’est le lot quotidien du Pays Basque, des Basques. Cela est possible car les principales formations politiques en France et en Espagne, avec la complicité de leurs relais locaux, le permettent, le défendent et pour certains le laissent faire par leur silence coupable. Il est temps de prendre vos responsabilités !

    Je n’ai pas été surprise par le verdict de la Cour de Cassation. Nous le savions depuis longtemps, dans les affaires basques, les justices espagnole et française sont là pour appliquer des décisions politiques. Depuis mon incarcération à Seysse, les dés étaient jetés, le reste n’était que de la mise en scène, une belle mascarade. Tout cela pour arriver à leur fin, l’illégalisation de fait de Batasuna par l’Etat français, de toute la gauche abertzale, et plus s’ils le jugent nécessaire. Une illégalisation sournoise menée main dans la main avec l’Espagne.

    Une preuve de plus que l’Etat français est un acteur majeur et direct du conflit politique basque. En acceptant ce MAE, Paris ne fait que renforcer ses choix politiques : la répression et la négation du Pays Basque ; une négation qui est à l’origine de ce conflit. Il n’y aura pas de solution juste donc définitive tant que la France ne reconnaîtra pas l’existence politique du Pays Basque nord.

    Ce nouveau saut répressif a lieu au moment où la gauche abertzale multiplie ses efforts en faveur d’un processus démocratique de résolution de ce conflit. Mon Mandat d’Arrêt Européen et le maintien dans l’illégalité de la gauche abertzale sont des obstacles à sa mise en place. Tous les acteurs du conflit doivent pouvoir participer à ce processus en toute normalité ; dans ce sens, la gauche abertzale doit être légalisée sur l’ensemble du Pays Basque et toutes les poursuites judiciaires à son encontre stoppées.

    Malgré cette répression, ces provocations, Batasuna réaffirme son engagement en faveur de ce processus démocratique. Dans ce sens, nous mettrons tout en œuvre pour qu’il puisse aller jusqu’à son terme.

    Je n’ai pas l’intention de me soumettre aux autorités espagnoles, ni de faciliter à la France l’exécution de mon Mandat d’Arrêt Européen. Depuis quelques jours, ma vie a quelque peu changé. En effet, mon activité politique est interdite en France, en Espagne et en Pays Basque. Je n’ai pas d’autre choix que de me cacher pour pouvoir continuer mon activité politique au sein de Batasuna. J’ai donc décidé d’arrêter mon contrôle judiciaire et de ne plus me montrer publiquement. Je suis en Pays Basque, parmi vous, grâce à vous, grâce aux nombreux amis et soutiens qui m’ont accueillie et ouvert leurs portes. En Pays Basque, il y a une valeur qu’on ne nous enlèvera jamais, c’est celle de la solidarité.

    Merci à tous, proches, amis, militants, élus… pour tout le travail accompli. Sans vous tous, cela ne serait pas possible. Continuons ce travail, rassemblons-nous, créons entre tous un rempart contre la répression, créons les conditions de la résolution de ce conflit, créons les conditions de la reconnaissance politique du Pays Basque nord.

    Pour terminer cette lettre je vous demande d’avoir une pensée pour les militants incarcérés ou réfugiés, et leurs familles, qui, comme moi, vont passer les fêtes de fin d’année loin de leurs proches. "


    • bluerage 21 décembre 2010 13:02

      ahhh Aurore Martin, la gentille amie des terroristes de l’ETA...

      décidément chaque époque a les héros qu’elle mérite, je ne savais pas que nous étions tombés aussi bas....


      • Mmarvinbear Mmarvinbear 22 décembre 2010 02:00

        C’ est vrai... On a de vrais « Révolutionnaires » en papier en ce moment...

        A peine elle apprend qu’elle encourt de la prison pour avoir défendu les positions d’assassins et de meurtriers, et la voilà qui part se planquer sous le lit de sa mère comme une gamine immature qui n’a même pas le courage élémentaire de soutenir publiquement ses positions face à la justice !

        Quelle honte vraiment... Les anarchistes du début du XXè siècle allaient à l’échafaud la tête haute et en narguant les badauds venus se repaître de leur décapitation, et qu’avons nous aujourd’hui ?

        Des gosses qui partent en croisade par Internet... Révolution.com, pétitions en lignes et manifs virtuelles qui dispensent de se bouger le cul du canapé...

        Et ceux qui se bougent vraiment, ils partent se planquer dès que ça commence à chauffer un peu.

        Pauvre Proudhon, pauvre Vaillant...

        S’ils avaient vu ce que les « Révolutionnaires » allaient devenir un siècle après eux, ils se seraient inscrits direct à l’Action Française ou à la Cagoule !


      • dom y loulou dom y loulou 3 novembre 2012 15:06

        nous écrit bisounours, bien au chaud, ses vomissures contre lui-même


      • kama kama 21 décembre 2010 13:08

        En 5 ans de vie en Espagne, j’ai eu 2 bombes à moins de 500m de chez moi à Madrid.....

        Alors la pauvre française terroriste me fait bien rire. Elle mérite la prison comme tous les autres membres d’ETA et rien de plus !!!!
        Sans compter, que je ne vois pas de quel droit nous nous arrogerions le droit de décider ce qui est légal ou pas dans un autre pays... On aurait du mal a l’accpeter pour nous même. Alors si Batasuna est un parti illégal pàrcequ’il encourage au terrorisme, à la haine d’Etat, et bien il est illégal. De même qu’en France on ne peut plus faire de blagues sur les homos ou les juifs pour cause de délit d’incitation à la haine raciale ou discrimination...
        Révisez vos jugements à l’emporte pièce et descendez de vos grand chevaux, les terroristes de quelque couleurs qu’ils soient sont toujours des terroristes !!


        • kama kama 21 décembre 2010 13:12

          Je ne parle pas de la pensée pour les militants... c’est à GERBER !!!!


          Et les familles décimées par leurs putains de bombes ?? On peut penser à elles aussi ? ou ça ne fait pas partie de leur programme politique ???? A GERBER !


          J’ai des amis basques, qui me parlent en Basque pour déconner. Aucun n’est independantiste au point de faire peter quoi que ce soit. 

          Batasuna et d’autres sont des animaux, ils ne méritent certainement pas de tribune !


          • Carland 21 décembre 2010 13:15

            Que de haine... !


          • ADNdidiot 21 décembre 2010 14:40

            Moins haineux que de poser des bombes pour tuer des civiles comme le font ETA, GIA, IRA, ALmescouilles et j’en passe.


          • Redj Redj 21 décembre 2010 15:15

            Vous oubliez les USA dans votre inventaire. 


            Ah mais oui, eux bombardent pour la paix, peu importe les « dégats collatéraux ». Lorsqu’on voit déjà le nombre de civils tués en France en 40 à cause de leurs bombardements...Mais chut, ça on peut pas le dire, sinon on est un slamiste !!

          • ADNdidiot 21 décembre 2010 15:34

            Pas de problème Redj tout à fait d’accord pour ajouter les USA je ne l’avais pas mis uniquement parce que je faisait la distinction entre états terroristes et regroupement de tarés fanatiques... mais bon le résultat peut être le même au final : des innocents qui trinquent.


          • Redj Redj 21 décembre 2010 15:46

            Oui, au final, le vrai drame est que des innocents trinquent à la place des responsables visés. Mais cela a toujours été le cas lors des luttes armées, toutes les luttes.


          • ADNdidiot 21 décembre 2010 16:11

            Pour moi le terrorisme n’est pas une lutte armée, il ne s’agit pas de champs de batailles avec deux camps venus pour en découdre en connaissance des risques qu’ils prennent. 

            Le terrorisme n’est pas une lutte armée mais juste une infamie sournoise et aveugle faites par des pauvres fous kamikazes ou des pleutres poseurs de bombes dont la gâchette est leur portable actionné bien à l’abri.

          • Cogno2 21 décembre 2010 17:48

            Le terrorisme n’est pas une lutte armée mais juste une infamie sournoise et aveugle faites par des pauvres fous kamikazes ou des pleutres poseurs de bombes dont la gâchette est leur portable actionné bien à l’abri.

            Nan, quand le plus fort fait le sourd, ou méprise le plus faible par son silence, alors il ne reste que peu d’option pour se faire entendre.
            Quand ton gosse n’écoute pas, tu lui colle un baffe, ben c’est un peu l’idée, si le grand balèze ne t’écoute pas, ben tu le fais réagir, en lui en collant une.

            Après, la distinction devrait se faire au niveau des cibles, on traite de terroristes ceux qui s’en prennent aux civils, mais depuis la première guerre mondiale, les civils sont des cibles militaires.
            Donc c’est très compliqué, et en général, le terme employé pour tel ou tel groupe n’est qu’une question de point de vue.


          • Carland 22 décembre 2010 01:32

            Hors sujet et attentatoire à la vie... Replié !


          • ADNdidiot 22 décembre 2010 10:47

            @Carland

            Je ne comprend rien à tes repliages, en quoi nos propos méritent-ils cette censure ?
            L’attentat à la vie c’est justement ce qu’on dénonce... faut arrêter la moquette !

            Le plus drôle et ridicule c’est que tes repliages ont justement l’effet inverse de ce que tu crois faire
            (comme tous ceux qui replie, car tu n’es pas le seul),
            ce n’est qu’une super pub car tous le monde les ouvres pour lire ce qu’il y a de cacher et de si horrible dedans :)))

            C’est un peu l’arroseur arrosé... la preuve je te traite d’imbécile, tu va replier et tous le monde va me lire. :)))))))))))))))))

          • Mmarvinbear Mmarvinbear 22 décembre 2010 11:57

            En plus il est tellement bête qu’il se replie lui-même...


          • kama kama 21 décembre 2010 13:12

            Je ne parle pas de la pensée pour les militants... c’est à GERBER !!!!


            Et les familles décimées par leurs putains de bombes ?? On peut penser à elles aussi ? ou ça ne fait pas partie de leur programme politique ???? A GERBER !


            J’ai des amis basques, qui me parlent en Basque pour déconner. Aucun n’est independantiste au point de faire peter quoi que ce soit. 

            Batasuna et d’autres sont des animaux, ils ne méritent certainement pas de tribune !


            • Mmarvinbear Mmarvinbear 21 décembre 2010 13:42

              Bel exercice de propagande d’extrême-gauche, qui confirme l’opinion générale qui veut que les extrême se touchent, et montre bien que tous ceux qui se sont pas « amis » avec eux sont forcément des ennemis...

              Mais bon il faut quand même recadrer correctement les choses. L’ Espagne n’est pas l’ Allemagne Nazie, et la France actuelle n’est pas celle du Maréchal !

              De quoi parlons nous actuellement ?

              Batasuna, qui a porté divers autres noms, est un parti politique. Rien ne serait plus respectable, simplement Batasuna

              - Est un cache-sexe derrière lequel se trouve l’ ETA, une organisation terroriste qui use de moyens violents pour arriver à ses fins : un Pays Basque indépendant sous sa « bienveillante » direction politique et économique.

              - Refuse de condamner les actes terroristes violents de l’ETA, au motif qu’il serait préférable de condamner tous les actes violents de toutes les parties.

              C’est, à la limite, compréhensible. Pourtant, Batasuna ne le fait pas.

              Pourquoi donc ? Pourquoi ne pas dénoncer, comme ils en font la profession de foi, les violences policières espagnoles, réelles ou supposées ?

              Parce que cela, selon leur propre credo, supposerait de dénoncer aussi les violences de l’ ETA ?

              On voit donc la véritable idéologie de Batasuna : soutenir sur le plan politique le combat mené par l’ ETA, un groupe terroriste qui n’hésite pas à poser des bombes ( 4 enfants tués à Saragosse en 1987. Ou est la justification de la lutte anti-franquiste ? ) et à tirer dans le dos, faisant près de 800 morts, civils ou militaires, personne actives ou « juste » leurs conjoints.

              De plus, ETA se fournit en argent de façon très respectable : racket ( sous le nom d’ impôt révolutionnaire : tu donnes ou on te tue ), rançons d’enlèvements, trafics divers et variés (armes, drogue). Tout pour accroitre sa respectabilité.

              Pour cela, le groupe est considéré comme criminel ( on le serait à moins...) et ses partisans et membres recherchés pour complicité.

              Et il n’est pas anormal qu’une française soit poursuivie par la justice espagnole : en apportant son soutien à un groupe terroriste, elle viole les lois espagnoles. Il n’y a aucune raison pour que son sort soit différend du français qui viole les lois malgaches et se fait demander en extradition par Antatanarivo.

              Et ne venez pas pleurer sur l’infortune politique des Basques.

              Depuis la fin du franquisme, le Pays Basque est la région espagnole qui jouit de la plus forte autonomie politique et financière de toutes les régions de ce pays. Les basques peuvent voter librement pour tous les partis basques qu’ils veulent, du moment qu’ils ont renoncé et condamné la lutte violente.


              • Carland 21 décembre 2010 13:55

                Joli exercice quoique un peu longuet pour évacuer le sujet du billet : la France veut livrer à un pays étranger une ressortissante Française !


              • Mmarvinbear Mmarvinbear 21 décembre 2010 14:04

                Des français sont demandés chaque jour par des pays étrangers car ils sont accusés d’avoir violé les lois locales pour lesquelles ils encourent des peines plus ou moins longues, afin d’y être jugés et, si les faits sont avérés, d’y être condamnés.

                De la même façon, la France réclame des ressortissants étrangers qui ont fui le territoire après qu’ils y aient commis des crimes et des délits plus ou moins graves, afin de les juger et, si les faits sont avérés, de les condamner.

                Ou est le scandale ?


              • Carland 21 décembre 2010 14:25

                Vous vous enfoncez gravement : vous en venez à justifier que l’on livre une personne innocente à un pays étranger en l’assimilant à une criminelle...

                La liberté d’opinion vous dérange à ce point que vous souhaitez voir déportés tous ceux qui vous gène !!!


              • Mmarvinbear Mmarvinbear 22 décembre 2010 01:53

                "Vous vous enfoncez gravement : vous en venez à justifier que l’on livre une personne innocente à un pays étranger en l’assimilant à une criminelle..." :

                Si cette personne est soupçonnée d’avoir commis un crime à l’étranger, et si il existe suffisamment d’élément permettant de justifier cette thèse, alors en quoi est-ce amoral de la livrer à la justice de ce pays en sachant que

                - elle bénéficiera d’un procès équitable, avec les procédures d’appel prévus aux codes civils de ces pays

                - le jugement DOIT avoir lieu dans le pays ou le crime ou le délit a été commis, selon les lois de ce même pays, ce qui implique forcément une extradition


              • Joan Luc Joan Luc 5 janvier 2011 00:25

                L’Espagne n’est peut-être pas l’Allemagne nazie mais elle a du mal à tourner la page du Franquisme.


              • frugeky 21 décembre 2010 15:17

                Y’a personne qui soutient le Tibet libre qui serait également pour le Pays-Basque libre ?
                On a pourtant une réalité historique, une langue, une continuité territoriale...
                Je ne suis pas forcément pour, d’autant plus que, au moins en Espagne, les Basques jouissent d’une réelle autonomie, mais pourquoi interdire à ceux qui le font en respectant les lois de défendre leur point de vue.
                De plus, je pensais que la France, à l’instar des USA par exemple, n’extradait pas ses ressortissants.


                • ADNdidiot 21 décembre 2010 15:40

                  Comparaison pour le moins capilotractée... il y a comme une petite différence entre le traitement réservé aux Tibétien par les Chintocs et celui des Basques sous le joug des tyrans Espagnoles :))))



                • Cogno2 21 décembre 2010 17:51

                  c’est vraiment très con cette possibilité de moinssages et plussages

                  C’est en général affaire de personne plus que de contenu.
                  Toutefois, maintenant, la note ne représente plus le coté « constructif » du post, elle ne représente plus rien, ce n’est qu’un joujou inutile.


                • frugeky 21 décembre 2010 18:26

                  sais pas si la comparaison est si anodine quand on extrade une personne alors qu’elle est autorisée à faire ce qu’elle fait mais pas dans le pays d’à côté.


                • Carland 22 décembre 2010 01:49

                  Menaces de mort égal replié.


                • Mmarvinbear Mmarvinbear 22 décembre 2010 02:07

                  « De plus, je pensais que la France, à l’instar des USA par exemple, n’extradait pas ses ressortissants. »  : Eh si.

                  L’extradition de français vers l’étranger est possible vers une cinquantaine de pays, tous ceux avec qui la France a signé des accords bilatéraux.

                  Toutefois, la France n’extrade pas les suspects qui risquent la peine de mort dans un pays appliquant cette sentence.

                  Si le cas se présente, soit un accord est trouvé avant par lequel le pays demandeur s’engage à renoncer à prononcer la peine capitale, soit le jugement peut avoir lieu en France (cas très rares) si le pays demandeur accepte la procédure.


                • pilhaouer 21 décembre 2010 16:53

                  On peut parfaitement s’opposer au nationalisme et aux dérives d’ ETA sans pour autant accepter la situation nouvelle crée par le cas « Aurore Martin » qui dépasse largement les limites de la question basque.

                  C’est un basculement très important : désormais, non seulement on peut extrader un(e) ressortissant(e) français à qui rien ne peut être reproché sur le territoire français mais on peut le faire même si ce qui lui est reproché dans un autre pays européen n’est pas répréhensible au regard des lois françaises, même s’il y a risque d’une peine très lourde (12 ans) devant une juridiction d’exception

                  Les autorités espagnoles lui reprochent sa participation à des conférences de presse, un article paru dans le quotidien basque Gara et d’avoir été un temps salariée du Parti communiste des Terres basques. Parti depuis mis aussi hors-la-loi ; ce qui n’était pas le cas dans la période où Aurore Martin en était la salariée.

                  La LDH, FIDH et AEDH ont fortement protesté et dénoncent ce qu’elles considèrent comme « une entente entre Etats pour museler des opposants politiques ».
                  http://www.ldh-france.org/Aurore-Martin-ne-doit-pas-etre

                  Le conseiller général PS de Saint-Jean-Pied-de-Port François Maitia : : « Aurore Martin n’est pas une terroriste, elle n’est pas dans la logique des actions armées d’ETA ! Les faits retenus contre elle se sont produits durant la dernière trêve d’ETA (2006-2007), période d’espoir dont José Luis Zapatero fut l’un des acteurs aux parlements espagnol et européen, en laquelle moi-même et d’autres élus d’Iparralde avons cru. Cette extradition serait très choquante. »

                  Pour Didier Borotra, sénateur-maire centriste de Biarritz, « la France n’a pas à extrader une de ses concitoyennes pour un motif compréhensible en Espagne, mais qui n’est pas répréhensible en France ».

                  Premier élu UMP à le faire, Max Brisson, élu de Biarritz-Ouest et Président de l’Office Public de la Langue Basque (OPLB), a déclaré « ne pas accepter l’extradition pour ses convictions politiques et son appartenance à un parti qui n’est pas interdit en France ».

                  « Au Pays Basque, l’émotion est grande », observe Max Brisson, pour qui "la France doit protéger tous ses concitoyens, même ceux qui développent des idées radicales, pour peu qu’ils les expriment dans le cadre de l’état de droit".

                  L’ont rejoint dans cet esprit le Président UMP du Conseil Général, Jean Castaing, le socialiste Christophe Martin et 175 élus dont le député (Modem) Jean Lassalle des Pyrénées-Atlantiques.

                  Il est temps d’ouvrir les yeux !

                  PS : Haiti a réclamé à de nombreuses reprises l’extradition d’un certain Jean-Claude Duvallier ... il se porte bien, merci

                  (la France accorda le refuge, en 1986, au dictateur Jean Claude Duvalier, chassé par son peuple après une dictature sanglante inaugurée par son père François et qui dura presque trente ans . Duvalier fils s’exila avec une fortune évaluée à 900 millions de dollars extraite des caisses de l’Etat haïtien, soit une somme alors supérieure à la dette externe du pays. Malgré les demandes répétées, il ne fut jamais livré à la justice de son pays. La famille Duvalier avait pourtant détourné à son profit 80 % de l’aide économique versée à Haïti, mais constituait en ce temps une précieuse alliée pour ses amis Occidentaux dans la lutte contre le « péril communiste ».

                  http://www.monde-diplomatique.fr/2010/02/FERNANDEZ/18841


                  • herope herope 21 décembre 2010 22:37

                    Il est clair que pour le citoyen lambda tout va bien dans notre beau pays. Et que la masse d’un peuple a surement raison (voir l’accession au pouvoir d’Hitler par les urnes !).
                    Mais les lois s’entassent pour restreindre notre liberté.
                    Et c’est Loppsi qui va encore aggraver les choses ! en attendant Acta hadopi 3 etc....

                    www.fa-heropelyon.fr.gd


                    • pastori 22 décembre 2010 12:08

                      trop de repliages sur ce fil.


                      pour parler d’un sujet aussi grave il faut bien le connaître. aussi je me garderai de donner un avis sur les organisations politiques mises en cause.

                      par contre je sais par expérience que les pouvoirs trouvent toujours un moyen de diaboliser ceux qui les contestent (le plus souvent à juste titre), ce qui a pour effet de radicaliser les positions et amener les plus doux à devenir des enragés.

                      quand certains réclamaient (le bon sens) quelques petits pouvoirs aux régions , les jacobins les mettaient en prison. d’où escalade de la violence.

                      Les lois de décentralisation on ensuite donné des pouvoirs aux régions bien plus larges que ceux que réclamaient ces« terroristes »qu’on poursuivait, en faisant ainsi des clandestins. !

                      le peuple se plaint rarement par plaisir, sans raison, et avec violence. 
                       
                      quand cette violence arrive, c’est parce que les revendications sont légitimes et que les politiciens sont sourds et aveugles, ou plutôt irresponsables, accordant ensuite dans l’urgence ce qu’ils ont refusé injustement pendant longtemps.

                      • pastori 22 décembre 2010 12:11

                        replier ne sert à rien car ce ne fait que donner plus envie de lire le post.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires