• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Aux yeux de Washington, Assange est une menace aussi dangereuse que (...)

Aux yeux de Washington, Assange est une menace aussi dangereuse que Daech

JPEG

Terroristes, Iran et… WikiLeaks ? Une agence américaine de contre-espionnage place les « groupes de divulgation publique » sur la même liste qu’Al-Qaïda et Daech.

Source : RT, 11 février 2020

Traduction : lecridespeuples.fr

Le Centre national de contre-espionnage et de sécurité des États-Unis (NCSC) a averti dans son dernier rapport que « les organisations de divulgation publique » et les pirates informatiques constituent de graves menaces d’espionnage, au même niveau que les terroristes de Daech et d’Al-Qaïda, ainsi que l’Iran.

« Des entités à motivation idéologique telles que des hacktivistes, des militants de la transparence et des organisations de divulgation publique » constituent des « menaces importantes » pour les États-Unis, au même niveau que des organisations terroristes non étatiques comme Daech et Al-Qaïda, selon le rapport semestriel du Bureau du directeur du renseignement national sur la stratégie nationale de contre-espionnage, rendu public lundi.

Le rapport évite soigneusement de mentionner WikiLeaks par son nom, mais a fait référence aux « divulgations non autorisées des cyber-outils américains », c’est-à-dire entre autres aux fuites de Vault 7 qui ont révélé que la CIA est capable de déguiser ses propres cyber-intrusions en « hacks étrangers ». Cela suggère que la plateforme lancée par le pirate informatique devenu éditeur Julian Assange (maintenant incarcéré au Royaume-Uni) a pénétré profondément les secrets de la communauté du renseignement américaine.

Le NCSC ne néglige pas les épouvantails préférés du moment, la Russie et la Chine, déclarant dans le rapport que les deux pays utilisent « tous les instruments du pouvoir national pour viser les États-Unis ». Cuba, l’Iran et la Corée du Nord évitent apparemment de recourir à certains de ces instruments dans leurs attaques alléguées contre Washington, car ils sont simplement considérés comme des « menaces importantes » au même niveau que les terroristes, les hacktivistes et les « organisations criminelles transnationales ». L’agence prévient également que « des ressortissants étrangers n’ayant aucun lien formel avec les services de renseignement étrangers » peuvent « voler des données sensibles et de la propriété intellectuelle », bien que la question de savoir pourquoi il s’agirait d’une priorité pour une agence nationale de renseignements et non pour les organismes & entreprises affectés n’est pas expliquée.

Blâmant le « paysage technologique en constante évolution » pour avoir créé des ennemis capables « d’éroder l’avantage économique, militaire et technologique des États-Unis dans le monde », le rapport suggère que les « technologies émergentes » comme l’Intelligence Artificielle, le chiffrement et l’Internet des objets bénéficieront aux adversaires des Américains plus qu’aux États-Unis. Cela peut bien sûr être évité à condition que le secteur privé et « un public informé » s’associent avec le gouvernement régional, local et fédéral pour agir comme une machine de collecte d’informations monolithique.

Bien que le rapport soit en retard de quelques années (une loi de 2002 oblige le NCSC à produire un rapport au moins une fois tous les trois ans, et le dernier a été publié en 2015), les priorités de l’agence n’ont pas changé dans un sens révolutionnaire, et aucune raison de ce retard n’est mentionnée. Les « infrastructures critiques » et les « chaînes d’approvisionnement clés » doivent être protégées à tout prix, tandis que les « institutions et processus démocratiques » doivent être défendus contre « l’influence étrangère » afin de « préserver notre culture d’ouverture ».

Cependant, la section sur « la défense de la démocratie américaine contre l’influence étrangère » recommande aux États-Unis « d’approfondir les partenariats existants et de les développer », Washington étant apparemment confiant que ses alliés qui se sont fait prendre maintes fois à manipuler ouvertement les élections d’autres pays (comme Israël) ne tourneront pas leurs compétences contre l’oncle Sam. Peut-être plus ironique encore est le fait qu’une agence d’espionnage appelle à « préserver notre culture d’ouverture » tout en dénonçant les « organisations de divulgation publique » comme une menace pour le mode de vie américain au même titre que Daech. C’est une preuve supplémentaire que Washington n’a pas besoin d’aide étrangère pour semer la méfiance à l’encontre de ses propres institutions.

Pour ne manquer aucune publication et soutenir ce travail censuré en permanence, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez également nous suivre sur Facebook et Twitter.


Moyenne des avis sur cet article :  4.14/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Julot_Fr 18 février 19:43

    Il y a un contresens qlq part car Assange a aide a l’election de Trump en devoilant la triche d’Hilarious dans l’elimination de Berni Sanders. Non, Assange est un temoin essentiel pour Trump afin de prouver a des media qui font semblant de ne pas etre au courrant que l’info sur cette triche venait de Seith Rich (un staff democrate assassine par la suite) et non de Hacker russes. Les Brits qui entretiennent le mythe des mechants russes (skrypal..) et soutienne le reseau de corruption d’Hilarious ne veulent pas que ca se sache, difficile de les voir lacher Assange donc.. la on comprend la logique de ce torchon d’article qui souhaite empecher l’extradition d’Assange


    • V_Parlier V_Parlier 18 février 20:02

      @Julot_Fr
      Il me semble que votre naïve admiration de Trump (ni mieux ni pire que ses adversaires politiques) vous fait échaffauder tout un tas de théories tirées par les cheveux.


    • Hugo Drax Hugo Drax 19 février 06:05

      @Julot_Fr
      +1
      Même le malheureux remainer Jeremy Bernard Corbyn s’y est mis il y a quelques jours ! La clarification d’un Killary’s corpse bag / 50, démotive dans la gauchiasserie transnationale…


    • Hugo Drax Hugo Drax 19 février 06:29

      @Hugo Drax
      Pour ceux qui ne se souviennent plus très bien, qui ont la mémoire qui flanche


    • Julot_Fr 19 février 09:37

      @V_Parlier

      Je n ai emis aucun avis critique sur Trump, on s’arretera la sur la pertinence de votre commentaire. Pour ceux qui veulent creuser le probleme, le meilleurs endroit sera www.youtube.com/user/bstill3 et voir les videos en relation avec le sujet. Sinon attendre le resultat des enquetes en cours par Bill Barr


    • pasglop 18 février 21:43
      @Julot_fr
      Bien que très attristé par les embarras gastro-intestinaux provoqués dans la sphère du renseignement anglo-saxon (et au-delà) par l’existence de Wikileaks, j’aimerai bien savoir, en termes de droit, quels sont les arguments qui permettent de justifier à la fois sa détention à Londres et la demande d’extradition américaine...

      • Traroth Traroth 19 février 10:39

        @pasglop
        En termes de droit, ce n’est pas très défendable : Assange n’est pas un ressortissant étasunien, il n’a commis aucun acte illégal sur le territoire étasunien, il n’a pas non plus lui-même procédé à des actes d’espionnage envers les Etats-Unis, c’est à dire du vol d’informations classifiées. Donc même selon le droit étasunien, l’accusation est très bancale. Ensuite, selon le droit internationale, l’extradition n’est décidée que si les actes dont la personne est accusée constituent aussi un délit ou un crime dans le pays où se trouve la personne. De quoi peut-il être accusé au Royaume-Uni ?

        Mais en fait, tout ça n’est rien face à une loi bien supérieure : la loi du plus fort.


      • Traroth Traroth 19 février 10:34

        En d’autres termes, la blague de Coluche « On ne peut pas dire la vérité à la télé : il y a trop de monde qui regarde » n’est pas une blague du tout. C’est la pure vérité.


        • Initiativedharman Initiativedharman 19 février 15:35

          @Traroth
          Il fût un temps où on pouvait dire la vérité à la télé avec Polac ou Desproges mais ce temps là est révolu.


        • Esprit Critique 19 février 17:21

          C’est moins pire qu’en macronie ou un Parti , le RN (qui a fait 47 % de Voies des ouvriers aux Européennes, plus que n’en a jamais fait le PCF inféodé a Moscou), est considéré comme plus dangereux que le Nazislamime galopant !

          Ah , c’est salaud d’ouvriers !


          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 19 février 20:39

            Assange est beaucoup plus dangereux que Daech. La suprématie militaire américaine rend improbable que les USA soient vaincus par une puissance étrangère, alors qu’il est PROBABLE que le pays implose et se disloque comme conséquence de ses rivalités internes et des injustices qui y deviennent insupportables. Quand on dit que le moitié de la richesse des USA appartient en bout de ligne a 30 personnes, le corollaire cynique est qu’il suffirait d’éliminer ces 30 personnes et de redistribuer leurs avoirs pour doubler la richesse des 300 millions d’autres... Les gens comme Assange peuvent encourager la tentation de le faire...

            PJCA


            • eddofr eddofr 21 février 16:41

              Daesh tue le (petit) peuple, Assange tue le (gros) bénéfice.

              Y’a pas photo !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès