• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Avant de voter aux élections européennes, il faudra penser à la (...)

Avant de voter aux élections européennes, il faudra penser à la Chine

 Deux regards sont à considérer pour ces prochaines élections, celui qui pointera la kyrielle de difficultés qui parsèment l’existence récente de cette Europe imparfaite qui louvoie entre ses valeurs et ses objectifs inhomogènes, et celui qui examinera, sans Europe, l’avenir des pays qui la compose avec en perspective le déplacement en cours du centre de gravité des puissances dominatrices vers l’Orient. L’attention vers le premier ne devra pas éclipser le second.

S’agissant des difficultés intra-européennes, on discutera immanquablement d’écologie, de cette finance opaque hors contrôle qui échappe aux institutions et aux impôts et qui gangrène l’idée européenne. Egalement, des conditions qui encadreront l’immigration et les limites que l’Europe voudra bien trouver (ou pas) pour répondre à la question de François Hollande dans son livre ; « Comment peut-on éviter la partition ? Car c'est quand même ça qui est en train de se produire : la partition ». Car l’oracle de Jacques Julliard, « …le peuple n’admettra jamais le communautarisme parce qu’il sait bien que, substitué à la République une et indivisible, il mène à la guerre civile », reste à conjurer.

Ces causes graves qui noircissent l’avenir de l’Europe pourraient être gérables par son parlement que le dégagisme ambiant devrait rendre attentif aux aspirations des peuples. Il en reste, économiques qui ne dépendent pas que d’elle et qui devront être observées indépendamment. Quel pourrait être l’avenir de chacun des pays d’Europe face aux défis asiatiques ?

Population

Pour apprécier le péril à venir, comme souvent, l’avenir se devine dans le passé.

Si la civilisation occidentale s’est répandue vers l’ouest en influençant définitivement le continent américain, vers l’est asiatique les nombreuses colonisations sont restées sans effets durables, sauf pour les campagnes de christianisation des dominicains et des jésuites qui devraient récolter le fruit de leurs efforts avec la Chine ; premier pays chrétien au monde vers 2030 (15% de sa population).

Aujourd’hui la mondialisation incontrôlable souligne les différences qui enflent au rythme des échanges, entre les « civilisations-continents ». 

La Chine, moteur des changements annoncés depuis 1973 quand Alain Peyrefitte nous a prévenus, tire donc vers elle les perspectives de temps meilleurs au détriment d’un Occident à courte vue. Il expliquait que « La Chine d'aujourd'hui ne prend son sens que si on la met en perspective avec la Chine d'hier ». On suivra donc cette recommandation pour comprendre que ce qui arrive était inéluctable.

Pour nous aider, on pourra relire ce message subliminal des chinois. Il y a quelques années à l’occasion d’une exposition internationale, la Chine annonçait à sa manière ce qui allait arriver en rappelant l’ordre des choses. Elle avait refusé de s’exposer, se contentant d’exhiber deux tableaux dans le pavillon qui lui était destiné. Ils représentaient la Cité Interdite à Pékin avec, à l’extérieur, au premier plan, des étrangers d’origines diverses alignés ; une file de ministres plénipotentiaires dans leurs costumes d’époque, attendant d’être reçus par l’empereur. Cette scène rappelait à ceux qui l’auraient oublié, que la Chine ancestrale se pensait « Céleste Empire », notion induite par son ascendant sur le reste du monde, et que par conséquent, il était de bon sens qu’ils patientent pour l’hommage à rendre au « Fils du Ciel ». Cette représentation du passé était aussi un signe pour l’avenir qu’elle préparait.

Une parenthèse de deux siècles qui s’efface devant nos yeux aujourd’hui, a fait oublier l’imposante domination chinoise pendant plus de mille ans sur les territoires et les peuples qui l’intéressaient. Son histoire a montré que même ses envahisseurs adoptèrent sa culture comme tous les autres aspects de la société chinoise pour finir par s’y fondre autour des valeurs politiques, philosophiques et morales du confucianisme, ciment de la société chinoise. Les piliers de cette civilisation semblent quasi-insensibles aux influences de l’Occident.

Les chinois ont montré leur puissance commerciale quand ils l’ont voulu. Les routes de la soie réveillées aujourd’hui sont là pour le rappeler, comme la flotte qu’ils ont déployée en mer de Chine au XVe s. pour leurs « sept grands voyages » guidées par Zheng He et son voilier amiral six fois plus grand que celui de Christophe Colomb près d’un siècle avant lui. Cette armada est en cours de reconstitution, avant de redevenir prochainement ce qu’elle était, la plus grande du monde. 

S’ils se sont isolés un temps derrière la grande muraille ou en détruisant entièrement leur flotte et les traces de leur périples maritimes, c’était volontairement. Les mandarins isolationnistes ont persuadé les empereurs chinois de se consacrer exclusivement à la Chine, convaincus de leur domination dans tous les domaines et ne voyant rien de suffisamment bon à l’extérieur des frontières pour s’y intéresser. Ce faisant, ils ont contenu l’influence des autres civilisations et ancré leurs racines dans le terreau de la culture chinoise aussi imposante que l’immensité de son territoire et de sa population.

Les japonais ont fait de même, et les indiens redéfinissent aujourd’hui leur nation non plus autour d’un territoire, mais d’une communauté d’individus ayant la même culture, à l’opposé du projet européen des origines qui pariait sur la réussite d’un multiculturalisme refusant de tracer ses origines culturelles dans la constitution.

Ainsi, l’homogénéité de ces imposantes nations mono-culturelles, discutable sur certains ses aspects, est le socle puissant sur lequel ils construisent leur avenir.

Ces quelques rappels sont à mettre en perspective pour décider de l’avenir d’une Europe qui sera, divisée et inéluctablement vassale, ou forte et résistante.

Il faudrait donc qu’elle se convainque de l’importance de la cohésion culturelle et politique qui favoriserait la compréhension et l’adoption par tous ses membres, des valeurs communautaires héritées. Celles des romains qui établissaient les bases de la civilisation occidentale en diffusant leurs idées et les valeurs du christianisme, et des penseurs grecs qui apporteront leur contribution par l’entremise des musulmans de Cordoue au moyen-Age. Cet héritage culturel, tellement présent qu’il est oublié souvent, est le liant invisible des pays européens. Il doit être le trait d’union entre les pays d’une Europe agrégée qui saura alors relativiser ses particularismes.

Elle devra se persuader aussi de l’importance déterminante de sa dimension si elle veut sauvegarder son héritage idéologique et la taille critique nécessaire à la préservation de son modèle social dépendant de sa pérennité économique.

Grand clerc, Michel Onfray annonce la fin de notre civilisation dans son livre Décadence. Nul doute que cet augure adviendra si l’Europe ne se renforce pas pour l’éviter. Pour s’en convaincre, les développements industriels prometteurs chinois, dans le ferroviaire, l’aéronautique, le spatial, l’automobile avec les cohortes d’ingénieurs et d’ouvriers aux salaires trop concurrentiels, les terres rares qu’ils contrôlent, la propriété intellectuelle qu’ils ignorent... sont autant de signaux annonciateurs des difficultés prochaines pour ses concurrents.

Devant ce mastodonte économique, nous avons la possibilité d’attendre qu’ils inondent la planète de leurs produits que nous pourrons alors copier car les leaders industriels auront changé de méridien, ou de faire face à cette hégémonie annoncée comme D. Trump s’y essaye, avec la puissance qu’il représente.

Sans Europe, quel pays pourra l’imiter ?

Si les seules considérations européennes et son contingent d’imperfections pourraient rendre souhaitable une France détachée de Bruxelles dans une Europe défaite, le terrain d’aventures qui s’ouvrirait alors doit nous rendre circonspects.

L’opinion aux consonances très actuelles d’Ernest Renan (conférence à la Sorbonne du 11/03/1882) mérite qu’on la relise « les nations ne sont pas quelque chose d’éternel. Elles ont commencé, elles finiront. La confédération européenne, probablement les remplacera. » Il ajoutait à propos des cacophonies des nations ; « … toutes ces dissonances de détail, disparaissent dans l’ensemble ». Très critique à l’encontre des politiciens ; « les transcendants de la politique, ces infaillibles qui passent leur vie à se tromper et qui du haut de leurs principes supérieurs prennent en pitié notre terre à terre. ‘’Consulter ces populations, fi donc ! Quelle naïveté ! ‘’ Il reste optimiste avec son précepte ; « … Le moyen d’avoir raison dans l’avenir est, à certaines heures, de savoir se résigner à être démodé. » Etre démodé aujourd’hui c’est croire encore à cette Europe imparfaite et convaincre les « transcendants politiques » d’Ernest Renan à écouter davantage « les terre à terre » plutôt que Goldman Sachs ou David Rockefeller auteur imbu de sa condition, qui déclarait que « la gouvernance d’un pays est une chose trop sérieuse pour la laisser au peuple ».

Comme souvent, voter impose de choisir la moins mauvaise solution ; une France inféodée à Bruxelles qui reste à modeler, ou aux futures « nations-continents » expansionnistes ?


Moyenne des avis sur cet article :  1.5/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • microf 2 février 11:46

    « Sans Europe, quel pays pourra l’imiter ? »

    Quelle question !

    En quoi voulez vous que les autres pays l´imitent ?

    le monde est un grand espace oú chacun á un certain moment donné, a ou aura un rôle a jouer.

    Il ya par exemple eu l´Empire Romain, aujourd´hui, il n´existe plus, mais     l´espace dans lequel il est parti pour évoluer dans le monde, existe toujours.

    Le rôle de l´Europe tel qu´il l´a joué auparevent, est passé. 

                  C´est comme dans une famille, il ya les grands parents, les parents, les enfants et les petits enfants.                                      Chacune des composante ce cette famille a un rôle a jouer á son temps, et lorsqu´il vieillit, il passe le flambeau á la génération suivante, c´est ce que devrait faire l´Europe, car aujourd´hui, l´Europe a vieillit.                  L´Europe est aujourd´hui comme le grand-père de la famille, il doit jouer son rôle de grand-père, rôle qui est de conseiller les enfants et petits-enfants pour qu´ils évitent les erreurs que lui grand-père a commis.

    Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l´Angleterre première puissance mondiale a passé le flambeau aux Usa et á l´Union Soviétique qui ont mènés le monde jusqu´á la dislocation de l´Union Soviétique en 1989.

    La réponse serait que la Chine et les pays émergeants pourront l´imiter mais pas en faisant comme l´Europe l´a fait á savoir occuper d´autres continents par la violence par exemple, et cei, la France pourrait le conseiller aux pays qui émergent en ce moment.

    Il ya quelques jours, disait un officiel Chinois ceci « pendant que la nous construisons des routes, batissons des ports, des ponts, ouvrons des portes,     d´autres construisent des mûrs et ferment les portes »

    Chaque chose a son temps.


    • Alren Alren 2 février 13:12

      @microf

      L’auteur nous présente les courbes de population montrant que la proportion d’humains vivant en Asie va croître par rapport en particulier à l’Europe.

      Il semble en déduire que la Chine va dominer le monde et que le niveau de richesse et la qualité de la vie sera supérieure en Chine qu’en Europe.

      C’est un mauvais raisonnement car même si le gâteau croît, les parts sont plus petites si le nombre de convives croît plus vite encore !


      Or la croissance du « gâteau » sera limitée par les ressources de la planète. Nous ne pourrons pas indéfiniment en tirer plus qu’elle ne peut renouveler.

      Ainsi la Chine risque bien de manquer d’eau, de nourriture et d’énergie si la masse des Chinois pauvres veut accéder au mode de vie « occidental » des urbains les plus aisés, où ces trois besoins sont encore satisfaits avec même du gaspillage.


      Les dirigeants chinois sont bien conscients qu’il y a urgence et que l’excédent commercial qui permet actuellement des investissements va baisser drastiquement avec les augmentations de salaires, inévitables, et la concurrence croissante de pays où la main-d’œuvre est encore meilleur marché qu’en Chine. Pendant que la robotisation de la production industrielle permettra aux pays à haute technologie de fabriquer moins cher.


      Le seul besoin fondamental sur lequel les Chinois peuvent espérer trouver une solution c’est l’énergie. Comme le charbon amène une pollution dont les Chinois sont les premières victimes,

      il reste le nucléaire et les énergies renouvelables, vent et soleil.

      Les centrales à uranium et eau pressurisée n’ont pas d’avenir : elles sont dangereuses, produisent des déchets extrêmement toxiques et seront de plus en plus difficile à alimenter, les ressources en uranium se faisant rares et donc chères.

      En attendant l’hypothétique centrale à fusion nucléaire qui ne fait pas l’objet de travaux intensifs en Chine, il reste les centrales au thorium. Mais la dépendance intellectuelle de la Chine pour les techniques occidentales lui fait négliger cette filière prometteuse pourtant.


      C’est pourquoi les décideurs chinois mises sur les panneaux solaires et les éoliennes. L’inconvénient est que le vent et le soleil sont maximaux dans le nord-ouest du pays alors que la population est massivement au sud-est près de la mer. C’est pourquoi, s’appuyant sur le savoir-faire français, les Chinois espèrent construire des lignes électriques à courant continu de plus de un million de volts de tension !

      Nul ne sait quel seront les effets du champ électrique entourant les câbles, ni les conséquences désastreuses d’une rupture de l’un d’eux.

      D’autre part, le coût sera prohibitif, bien supérieur à celui d’un gazoduc. Les ingénieurs chinois espèrent cependant qu’ils produiront assez d’électricité pour en vendre avec ces lignes à ultra-haute tension à des pays riverains comme l’Inde et pourquoi pas à l’Europe (!) à un prix ultra-compétitif.

      Ils en sont là.

      Quant à l’eau douce, la production naturelle devra peut-être être complétée par un dessalement d’eau de mer ... ce qui demandera beaucoup d’énergie.

      La nourriture et beaucoup de matières premières comme le coton devront être partiellement importées. Il faudra donc que la Chine continue d’exporter pour équilibrer sa balance des paiements.

      Mais on a vu que les circonstances seront moins favorables qu’aujourd’hui.


      Pour revenir aux Français, particulièrement à un Français, moi, je ne me soucie pas de la puissance « impérialiste » de mon pays. La Suisse a une puissance impérialiste nulle et les Suisses s’en passent très bien ! Ce qui est important, c’est d’avoir une vie épanouie dans une authentique démocratie, c’est d’être heureux.





    • L'apostilleur L’apostilleur 2 février 14:44

      @microf
      « pendant que la nous construisons des routes, batissons des ports, des ponts, ouvrons des portes, d´autres construisent des mûrs et ferment les portes  »
      Qui a construit le mur le plus grand de tous les temps ?
      «  la Chine et les pays émergeants pourront l´imiter mais pas en faisant comme l´Europe l´a fait á savoir occuper d´autres continents par la violence par exemple » 
      La Chine exploite 10 millions d’hectare de terres arables hors de ses frontières. Quant aux océans, demandez aux vietnamiens ce qu’ils pensent de l’ingérence des chinois dans leurs eaux territoriales au motif qu’ils sont en mer de Chine.
      http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20140609-conflit-mer-chine-le-petrole-vietnam


    • V_Parlier V_Parlier 2 février 20:26

      @L’apostilleur
      Il me semble que dans votre article vous espérer conjurer ce qui est déjà arrivé : Une Europe qui, justement sous les injonctions de Bruxelles, s’est laissée bouffer son fameux « leadership » technologique et scientifique par pure cupidité, avec comme prétexte la « mondialisation heureuse » et le libre échange. Ne rêvez pas, c’est fini, on ne se rattrappera pas. Donc pour me donner des envies d’UE il me faudra autre chose que cet épouvantail là ! C’est déjà là et c’est le fruit des 15-20 dernières années de gouvernance mondialiste. En un sens c’est un peu mérité : Les prétentieux euro-atlantistes ont scié la branche sur laquelle ils se trouvaient car ils n’ont pas pu résister à la tentation de l’exploitation de la main d’oeuvre (et des cerveaux depuis déjà près de 10 ans) en « low cost countries ». Quant aux Chinois il aurait fallu qu’ils soient complétement débiles pour ne pas en profiter. Quoi de plus normal ! https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-delocalisations-la-chine-et-le-184603 .


    • L'apostilleur L’apostilleur 3 février 00:35

      @V_Parlier

      « Une Europe qui, justement sous les injonctions de Bruxelles, s’est laissée bouffer son fameux « leadership » technologique et scientifique par pure cupidité, avec comme prétexte la « mondialisation heureuse » et le libre échange »

      Les aberrations européennes sont nombreuses, l’interdiction à Schneider de se marier avec Legrand en est une. Mais généralement ce n’est pas l’Europe qui est en cause, ce sont les politiques libérales des Etats en Europe. Montebourg a essayé comme il a pu de s’y opposer en France avec son décret qui permet à l’Etat de réglementer les investissements étrangers avec autorisation préalable de l’Etat parfois. Si vous voulez imposer les GAFA, il faut un consensus européen, si vous voulez harmoniser le fiscalité aussi, les réglementations du travail aussi, la ressource halieutique aussi, les normes sanitaires aussi, ... Quand les pays européens sont en guerre commerciale entre-eux pour vendre leur TGV que les chinois copient aujourd’hui Bruxelles n’y est pour rien. Relisez VERBATIM d’Attali et vous verrez comment Mitterand Thatcher et Kohl se sont partagés les domaines d’activité. L’échiquier économique et industrielle européenne a remué ses pions là. S’il faut tordre le bras de Bruxelles c’est dans d’autres domaines. L’évasion fiscale au Luxembourg (Lux Leaks), la fraude fiscale internationale et le blanchiment d’argent d’HSBC (Swiss Leaks), l’optimisation fiscale des grandes fortunes (Panama Papers), l’évitement fiscal des sociétés offshore (Paradise Papers).


    • JPCiron JPCiron 4 février 08:22

      @V_Parlier

      Ces causes graves qui noircissent l’avenir de l’Europe pourraient être gérables par son parlement que le dégagisme ambiant devrait rendre attentif aux aspirations des peuples> (L’Apostilleur)

      < sous les injonctions de Bruxelles > (V_Parlier)

      Ces considérations ignorent les Lobbies (d’ici ou d’ailleurs), ces intervenants majeurs qui ont en mains les idées et les choix que l’on retrouve immanquablement dans les décisions libres et éclairées des responsables que le peuple a (directement ou indirectement) élu/ nommé.

      Intervenants et élus/nommés que les peuples semblent rechigner à contrôler ou même à placer sous procédures de transparence intégrale.


    • izarn izarn 2 février 11:54

      C’est de la propagande anti dégagisme.

      Pourquoi voter pour des européistes qui nous conduisent à la catastrophe ?

      Quoiqu’ils fassent...

      Ensuite, on ne peut pas comparer l’existence d’un empire chinois multi millénaire, avec une UE qui date médiocrement en plus des années 50...

      Et pendant les milliers d’années que compte la Chine impériale, ont pu se développer l’empire romain, puis ensuite les pays européens tels qu’ils sont, avec leurs cultures manifestement différentes (Le chritianisme, c’est pas une nation ni un empire, en plus les gens se sont entretués pour ça !). Et effet ; c’est grâce à l’effondrement des romains chrétiens, que se sont construites nos nations !

      Etonnant non ?

       smiley

      L’union culturelle de l’UE c’est de la foutaise....On en reparlera dans 500 ans, à cette époque...Peut-etre ?

      Donc pas péril en la demeure, la Suisse se porte très bien. Et l’UE se déshonnore et se ridiculise avec le Luxembourg, paradis fiscal en son centre.

      Donc que les européistes balaient devant leur porte, et regardent pour de bon leur construction européenne non viable dans une durée très brève. Faire confiance à ce machin, n’a plus de sens.

      On ne fait pas du neuf avec des fondations, pourries dés l’origine.

      Quand on voit tout les présidents, premiers ministres européens, tous derrière Trump Le Détesté pour se farcir Maduro. Ce qui est contraire en plus à la charte de l’ONU :

      On rigole ! smiley

      Quelle autorité !

      Quand à l’augmentation de la population asiatique, il faudrait savoir depuis quand il existe une comptabilité réaliste de ces peuples, idem pour l’Afrique.

      Qui connait le nombre de chinois au 18ieme siécle à part de vagues statistiques locales ? Par exemple se souvenir de la polémique sur le nombre de tibétains. 200 000 ou 4 millions ?

       smiley



      • L'apostilleur L’apostilleur 2 février 15:05

        @izarn
        « Ensuite, on ne peut pas comparer l’existence d’un empire chinois multi millénaire, avec une UE qui date médiocrement en plus des années 50... »
        La Chine s’est constituée dans la douleurs au cours des siècles, l’Europe également depuis Charlemagne.
        Les sociétés sont homogènes ou pas en fonction de leurs cultures, comparons ce qui rassemblent les pays européens de ce qui les différencient avec les autres cultures. 
        Pour vous en convaincre, je vous suggère un périple en Birmanie, en Thaïlande, en Inde, au Sri Lanka ou n’importe au proche-Orient. Les différences avec ces sociétés révèlent nos similitudes au sein de l’Europe. 


      • Durand Durand 2 février 18:53

        @L’apostilleur

        .

        Et moi je vous conseille d’aller faire un tour en Bulgarie et vous me direz ce que vous avez comme similitude avec son gouvernement mafieux..., en Estonie ou vous pourrez assister au défilé annuel des nostalgiques des SS dans les rues de sa capitale, en Allemagne ou certains salariés gagnent moins de 3 euros de l’heure,... et je m’arrête là tellement votre niaiserie me fait gerber...

        .


      • Julot_Fr 2 février 12:13

        Un argument debile pour se tirer une balle dans le pieds, la meilleurs defense contre la chine c’est une souverainete nationale forte. c’est donc bien la sortie de l’UE qui permettrait au peuple francais de faire face a l’invasivite chinoise.


        • L'apostilleur L’apostilleur 2 février 15:12

          @Julot_Fr
           « la meilleurs defense c’est une souverainete nationale forte »
          Oui bien sûr, mais par rapport à qui ? Le Luxembourg ?
          « contre la chine » ? Vous ne devriez même pas arriver à vous convaincre vous-même.


        • Durand Durand 2 février 18:35

          @L’apostilleur

          .

          Vous n’avez rien compris à la dissuasion nucléaire... La Chine ne peut tuer que 65 millions de Français mais la France peut tuer 200 millions de chinois... Vous croyez qu’elle va s’y risquer ?

          C’est exactement ça, la « souveraineté nationale forte » !

          La Chine devra donc composer avec la France, que ça lui plaise ou pas.

          .


        • Durand Durand 2 février 18:43

          @L’apostilleur

          .

          Dès le début de votre texte, vous qualifiez l’Europe d’imparfaite alors qu’elle est une merde intégrale conçue pour saucissonner les nations qui la composent.

          Laisser supposer qu’elle puisse être perfectible c’est n’avoir rien compris à rien sauf à être payé ça...

          Là, j’ai arrêté de vous lire...

          .


        • L'apostilleur L’apostilleur 2 février 18:56

          @Durand
          La bombe nucléaire n’est pas très utile pour négocier des accords commerciaux ou parler des droits de l’Homme.


        • L'apostilleur L’apostilleur 2 février 19:07

          @Durand
          Avoir des convictions c’est bien, surtout si elles sont le résultats d’analyses et de connaissances à propos de son objet. En être prisonnier sans prendre un peu de recul sur soi même, c’est dommage.
          Je ne suis pas « payé »... Mon propos est consécutif à une réflexion personnelle qui me conduit à penser que sans Europe, la France aurait à y perdre davantage. Si je me trompe, soyez persuasif, vous intéresserez. . 
          Pour info, j’ai partagé un temps votre rejet de cette Europe à revoir. 


        • Durand Durand 2 février 19:07

          @L’apostilleur

          .

          En attendant, si on l’avait eu en 1938 on n’aurais pas eu besoin d’aller négocier à Munich !

          .


        • Durand Durand 2 février 19:11

          @L’apostilleur

          .

          Oui, vous êtes de ceux qui préfèrent vivre dans le déshonneur plutôt que de risquer une guerre... Y’en avait plein, des comme vous, à la fin des années 30... Ils ont eu le déshonneur ET la guerre !

          Vous me faites gerber !

          .


        • samy Levrai samy Levrai 2 février 21:06

          @L’apostilleur
          Avec le recul que nous avons qu’est ce que nous a apporté l’UE ? 
          au niveau industriel je dirai catastrophe
          au niveau social je dirai catastrophe
          au niveau diplomatique je dirai catastrophe
          au niveau economique en general je dirai catastrophe
          au niveau paix je dirai catastrophe
          au niveau impots et taxes,je dirai catastrophe
          au niveau democratique, je dirai catastrophe
          au niveau legislatif, je dirai catastrophe
          au niveau chomage je dirai catastrophe
          au niveau service public , je dirai catastrophe
          ...
          Avec le recul on s’aperçoit que tout ce qui est bien en France vient de la France et est en train d’être détruit par cette UE.
          J’ai du mal a percevoir une seule chose que nous aurait apporté l’UE que nous n’avions déjà, peux tu m’aider ?


        • samy Levrai samy Levrai 2 février 21:06

          @samy Levrai
          je dirais, pardon.


        • samy Levrai samy Levrai 2 février 21:55

          @L’apostilleur
          Parler des droits de l’Homme ? qui fait des guerres d’agression appelées « guerres humanitaires » en totale illégalité vis a vis du droit international et sans aucun mandat de l’ONU ? qui s’amuse a s’asseoir sur la souveraineté des pays membres de l’ONU  ? 


        • V_Parlier V_Parlier 2 février 22:59

          @samy Levrai
          Et aussi : Qui reconnait officiellement un candidat au putsch au Venezuela en appelant l’armée à pratiquer le coup ? Le parlement européen !


        • lloreen 2 février 12:29

          L’arnaque des élections européennes.

          Je vous invite à découvrir cette vidéo pour exposer les magouilles incroyables dans ce haut-lieu du brigandage légal.

          https://www.youtube.com/watch?time_continue=6&v=3gv7jxCtnpk


          • Dom66 Dom66 2 février 12:31

            « difficultés intra-européennes » A cause de qui ?? Sortons de cette Europe de merde pour les riches et de chaire à canon pour amerloques (humaine)

            « aspirations des peuples » Que savoir sur l’aspiration des peuples.....Vivre en paix et vivre de leurs travail....point (ne plus prendre de LBD dans l’Œil)

            "Pour apprécier le péril à venir, comme souvent, l’avenir se devine dans le passé" ? oui le passé US avec l’élimination de tout un peuple

            "face à cette hégémonie annoncée comme D. Trump s’y essaye, avec la puissance qu’il représente." Les US ne représente plus rien et vont finir par prendre la bonne branlé qu’ils méritent.

            « Sans Europe, quel pays pourra l’imiter » L’Europe de qui ?


            • L'apostilleur L’apostilleur 2 février 15:18

              @Dom66
              Cette affaire européenne n’est pas simple. Les écueils sont graves et nombreux.
              Mais cette opinion bien que partagée par beaucoup ne doit pas taire pour autant les conséquences sans Europe.
              Le BREXIT est révélateur d’une campagne « à charge » superficielle dont les conséquences commencent à se découvrir.


            • Durand Durand 2 février 19:01

              @L’apostilleur

              .

              Ah oui, et vous en avez un échantillon sur vous, de ces « conséquences sans l’Europe », ou bien il faut se brancher sur BFMWC pour tout bien comprendre ?

              .


            • Jeekes Jeekes 2 février 16:22

              Ouais, la Chine par-ci, la Chine par-là.

              Tremblons tous en coeur.

              Mes frères (chers mougeons), déconnez pas, votez tous ensemble pour les ordures qui ont tout délocalisé en Chine.

              Pour les salopes qui vendent aux Chinois nos bijoux de famille.

              Croyez-y dur comme fer !

               

              Hé, l’auteur, tu sais où tu peux te la carrer ton europe de merde, cette europe de la finance pourrie, des pourriticards vendus et des patrons enfoirés.

              (Et là je suis poli...)

               


              • Dom66 Dom66 2 février 19:31

                @Jeekes
                ++ smiley


              • V_Parlier V_Parlier 2 février 23:24

                @Jeekes
                Il est vrai que c’est notre piètre consolation (mais consolation quand même !) de voir tous ceux qui ont profité de la délocalisation de nos emplois se mettre à chialer parce-que les Chinois prennent maintenant le dessus. Et oui, cette UE de merde prétentieuse et devenue ultra-dépendante ne pourra bientôt plus jouer au maître du monde avec son maître USA (qui s’imagine qu’il suffit d’avoir Google et Cie pour maîtriser toute la technologe mondiale).


              • JPCiron JPCiron 4 février 09:23

                @V_Parlier

                < ceux qui ont profité de la délocalisation de nos emplois se mettre à chialer parce-que les Chinois prennent maintenant le dessus. Et oui, cette UE de merde prétentieuse ... >

                Oui, intéressante analyse.
                Il n’en demeure pas moins que ce sont ces peuples qui se pensent souverains qui ont par là même décidé d’utiliser des outils de production à bas coût (= donner plus de chômage à leurs enfants) et de ne pas contrôler les structures nationales et internationales ( = ouvrir grande les portes pour les Lobbies de tous poils et de toutes origines, à qui l’on met notre « fromage » à disposition).

                Maintenant, on ne se regardera pas dans la glace d’un oeil critique. Non, on veut des têtes. Celles-là même que l’on a mis en place. Mais, avec les suivants, nous serons comme avec les précédents : cocus et accusant quelqu’un d’autre d’être à l’origine de notre malheur.

                .


              • HELIOS HELIOS 2 février 16:40

                .... ahhhh la grande peur.... nous sommes petits, nous sommes rien... réunissons nous sous une banniere qui ne nous convient pas, qui nous fait perdre notre identité et nos armes de survie , tout cela pour affronter le grand mechant loup !

                Tant que notre indépendance, notre souveraineté existe, nous n’avons rien a craindre, mais lorsque nous n’existerons plus, qui va défendre nos valeurs rangées dans le tiroir de l’histoire ?

                Savez-vous que lorsque des contestations se font jour face a une entité forte, c’est la multitude desunie qui est la meilleure arme plutot qu’une union de facade ? comment defendriez vous un parc naturel contre une societe d’autoroute en vous reunissant pour que la societe d’autoroute achete « UN » proprietaire du parc... ou l’obliger a des milliers d’achats plus difficiles les uns que les autres, en supposant qu’il n’y ait rien au-dessus...

                la meilleure defense est adaptative.... on se reuni sur des centaines de thèmes differents et on gère avec nos differences.

                L’Europe n’a de sens que grace a sa diversité ! elle est geographique, historique et civilisationnelle. Tous le reste fait la force de ses peuples et en aucun cas il faut les detruire, les gommer, les unifier car nous ne sommes pas dans des normes technique mais dans des valeurs humaines...

                Tenez, un autre exemple... savez vous que l’anglais semble une arme pour defendre l’Europe, mais en réalité cela permet a ses ennemis de comprendre, analyser, soumettre et imposer a tout un groupe la même contrainte. Il faut garder les langues si petites soient-elles, elles nous défendent de la pensée unique et de la puissance de nos ennemis.

                Nous defendre contre la Chine, pfff, notre defense, la seule, c’est justement nous. Les chinois sont loin d’etre cons et ils ne respectent que ceux qui sont respectables. Soyons respectables en etant nous-mêmes et faisons payer a tous, notre valeur.


                • Dom66 Dom66 2 février 19:33

                  @HELIOS
                  +++ aussi pour vous smiley


                • phan 2 février 17:09
                  Jean Claude Juncker : la honte de l’Europe, vivement l’AlcoolExit !
                  Président du Conseil européen gagne 32 504 € bruts par mois, tandis que le président chinois Xi Jinping 19.000 euros par an .

                  • eau-du-robinet eau-du-robinet 2 février 21:10

                    Bonjour,

                    .

                    Il existe bien d’autres choix que celles de vouloir nous imposer de choisir entre la collera et la peste !

                    .

                    Les merdias sont les principales responsables qu’on se trouve depuis des dizaines d’années dans le mêmes types de configurations car c’est eux qui décident qui à le droit à l’antenne et quel candidat ne la pas !

                    .

                    A chaque élection avant le premier tour ils font a fond de la publicité pour le FN / RN puis quand on arrive au deuxième tour ils diabolisent le FN / RN pour faire émerger le candidat qui à été financé par l’oligarchie financière !

                    .

                    En faisant la promo au premier tour au candidat ou la candidate FN / RN les merdias font systématiquement barrage aux partis politiques émergentes.


                    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 2 février 21:50

                      L’Europe est une adolescente qui croit encore aux promesses de papiers des commissions internationales . L’amour n’est pas en retour ...zut ...flûte ...


                      • Coriosolite 3 février 19:04

                        Bonjour,

                        La puissance actuelle de la Chine avec ses 1.4 milliards d’habitants, son taux de croissance du PIB, ses investissements, ses excédents commerciaux etc. est bien réelle et peut inquiéter. 

                        Mais cette puissance est fragilisée par les tendances démographiques : vieillissement accéléré de la population, fécondité en berne à 1.5 enfant par femme, déséquilibre entre les sexes (surreprésentation masculine) et immense population rurale (40% de la population) qui migre vers les villes et qu’il faudra accueillir.

                        En 20 ans (2010/2030) la population de + de 65 ans aura doublée. Et pourrait atteindre 30% avec l’arrivée à la retraite des babyboomers chinois des années 70.

                        A la différence de l’Europe où le vieillissement de la population aura été plutôt progressif, la Chine passera presque sans transition de pays « jeune » à pays « vieux ».

                        Je ne lis pas l’avenir, mais je me demande si dans quelques décennies la Chine n’aura été en fait qu’une « 1ère puissance mondiale » éphémère.


                        • JPCiron JPCiron 3 février 22:05

                          Bonjour,

                           les indiens redéfinissent aujourd’hui leur nation non plus autour d’un territoire, mais d’une communauté d’individus ayant la même culture >


                          Oui, cette remarque intéressante peut présager d’une tendance de fond, qui pourrait fleurir un peu partout...

                          On a à présent l’Etat Ethnique d’Israel. Théodor Herzl était un visionnaire quand il disait à son ami Zadoc Kahn "A man has to choose between Zion and France.« (bien que ceci ne soit pas l’avis de ceux qui ont trouvé leur Zion en France !) Sans doute les minorités devront-elles s’adapter sans faire de vagues.

                          Aux USA, le Parti Black Panthers réclamait autrefois une sorte d’Apartheid à leur profit. Peut-être cela viendra-t-il, pour aller dans le sens de Herzl qui disait : »I am not ashamed to say". . now that I have lived to see the restoration of the Jews, I should like to pave the way for the restoration of the Negroes.« 


                          Mais on reste toujours dans la logique des »murs« , des »barrières« , des »castes", qui n’ont plus besoin d’être physiques pour être impénétrables. On revient aux tribus et aux clans.





Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès