• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Barack, Moubarak, Barak, 60 ans barakat (ça suffit) !

Barack, Moubarak, Barak, 60 ans barakat (ça suffit) !

A quelques jours de l’investiture du 44 eme président des états unis d’Amérique, tous les espoirs sont portés sur la personne de Mr Barack Hussein Obama, successeur du plus détestable homme politique et président que l’Amérique ait jamais connu, dont l’histoire gardera de lui une arrogance et un cynisme évangélique, d’un va-t-en- guerre à la clairvoyance et intelligence limitées, un illuminé un tantinet naïf, ce dont une clique de loups, en l’occurrence le groupe des néo conservateurs, a sciemment exploité et manipulé au point de vouloir déclencher une guerre de religion sous une appellation douteuse voire pernicieuse "d’antiterrorisme" (terme de terrorisme qui reste a définir) ; il est plus qu’évident que ce groupe appartient à une mouvance radicale ou le déterminisme d’une race prétendument supérieure à toutes les autres, voulait en découdre une fois pour toute avec l’islam qu’on a voulu confondre avec l’islamisme, car se sentant en capacité de le faire vu la suprématie affichée de la puissance militaire d’une Amérique en pole position de superpuissance ; toujours est il que ces stratèges de mauvais augure n’ont jamais pris en compte le degré de résistance et la ténacité pugnace des résistants (des patriotes, il n’y a pas qu’en Amérique) à tenir tête à l’envahisseur oppresseur, et ce que veut dire mourir pour la liberté, en sus de la signification du djihad en islam, malgré les leçons d’un passé encore récent, l’Amérique reste un mauvais élève (dixit le général vietnamien Giap).

Il était évident que l’Amérique ne pouvait avoir le dessus sur le peuple vietnamien héroïque, même s’il y avait un déséquilibre des forces, il est encore vrai aujourd’hui qu’elle ne le pourra pas en terre d’islam (encore moins avec le peuple farouche d’Afghanistan) en témoignent les multiples guerres de croisades,sans dire que sur le plan de la géostratégie pure, les données ont changé bien en défaveur de l’occident en général, à sa tête le fer de lance qu’est l’Amérique, avec des puissances telles que la Russie, la Chine, l’Inde ou le Pakistan auxquelles on adjoindra l’Iran avec laquelle il faudra bien compter pourtant ; autant dire que l’Amérique par son entêtement fonce droit au mur, ainsi s’achèvent les empires.

Barack Hussein Obama, sur qui tous les espoirs sont permis, devrait profiter du capital sympathie de par le monde, ou tous les peuples de la planète voient en lui le sauveur de cette Amérique arrogante et belliqueuse, cela est d’autant plus vrai qu’il devrait impérativement axer sa politique en investissant le champ d’un ordre politico économique mondial juste, et ne pas tomber comme son prédécesseur Mr Bush (enfin) dans les bras de certains lobbies, aussi puissants qu’ils soient, plus encore il devrait s’engager dans le règlement de la question palestinienne, même si de prime abord elle n’est pas la priorité des problèmes des américains, qui il faut bien le signaler ont été décuplés par le clan Bush ; d’autant plus que le droit légitime des palestiniens à fonder un état viable, constituant par ailleurs la pierre d’achoppement dans les différends occidento-arabe.

L’actuel président de la république arabe d’Egypte, Mr Moubarak, héros de la guerre d’octobre 1973, dont les engagements à la cause arabe du temps du Nassérisme a vu sa courbe de popularité décroître à un rythme accéléré. Après trente (30) années de règne exclusif et sans partage, il s’est bien allié à l’occident dans une politique d’ouverture entamée par son prédécesseur Mr Essadat, qui à ce jour n’a rien récolté sur la question palestinienne, bien au contraire, c’est sur son dos que l’Egypte bénéficie d’une subvention de quelques milliards de dollars US, dont le peuple égyptien valeureux ne profite même pas assez, à l’exemple de Faust, Mr Moubarak a vendu son âme au diable pour quelques dollars de plus (un clin d’œil au western), aussi son impopularité est proportionnelle à sa longévité au pouvoir ainsi qu’à ses prises de position suspectes ; alors qu’il s’est désengagé de la cause palestinienne, il tient fermement à ses engagements vis-à-vis d’Israël et des états unis d’Amérique, d’où sa décision ferme a vouloir maintenir fermées les portes frontières de Rafah, seule ouverture entre l’Egypte et Gaza, participant ainsi à l’assiègement déplorable des gazaouis, se mettant en porte-à-faux contre les idéaux de l’arabisme tant claironné par cette même Egypte du temps de Nasser, et de l’humanisme pour le moins.

Quant à Mr Barak, le faucon israélien, bien qu’ayant participé aux négociations de paix avec le défunt Mr Arafat (paix à son âme), n’a pas pour projet l’aboutissement d’une paix durable avec les palestiniens, il n’a sûrement pas l’étoffe d’un Shamir, un ex faucon devenu colombe. L’avenir proche nous dira si ce monsieur est disposé comme a été montré en image ses pseudo politesses envers Mr Arafat lors des négociations de camp David. Il faut bien dire qu’après 60 ans de tiraillement, d’insécurité, et de massacre d’innocents, en sus de la proposition de paix des arabes présentée des mains du roi Abdallah d’Arabie Saoudite à laquelle le monde a été pris à témoin, refusée la première fois tant par les Israéliens que par les Américains, et remise sur le tapis en accord avec ces derniers, il faut garder raison et dire stop, basta, barakat !!!

 Peace now.


Moyenne des avis sur cet article :  3.31/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • gaiaol 23 décembre 2008 14:33

    très bel article abersabil

    les faucons te tombent déjà dessus mais pas grave...

    autrement, il faut bien dire que l’irresponsabilité a été instituée en valeur supreme et n’est pas un phénomène exclusif de nos gouvernants.

    y’a qu’à voir le point de vue dominant sur les palestiniens ou les irakiens ou les afghans colonisés quand ils ne sont pas massacrés : un mélange de haine et de je m’en foutisme qui déforment tout jugement ; qui décide aujourd’hui pour ces peuples menacés ? qui fixe les règles ? qui détermine leurs choix sociaux, leurs envies et leurs espoirs ?

    les déséquilibres instaurés par les chacals néoscons sont installés pour longtemps et le jeu de dupe a encore de beaux jours devant lui.

    pourtant des hommes sincères existent. de chaque coté des antagonismes. qui veulent la paix ou du moins un équilibre plus rassurant. et puisque ces hommes existent et qu’on a aujourd’hui tous les éléments pour une réflexion profonde, la seule solution serait qu’ils soient de plus en plus nombreux pour se transformer en force, et pouvoir imposer une autre alternative à l’ordre malsain et hargneux des néos cons de toute la planète.


    • jako jako 23 décembre 2008 15:16

      "les faucons te tombent déjà dessus mais pas grave... "
      "
      Et pourquoi seraient-ils faux ?


    • ghelqurna 23 décembre 2008 15:38

      Article mal foutu. Un mélange sur le nom de Barak, Moubarak. Un mélange inutile.


      • apami 23 décembre 2008 17:21

        Article illisible, constitué de phrases beaucoup trop longues.


        • Claude Simon Tzecoatl 23 décembre 2008 17:35

          Jeu de mots présidentiels inédit, analyse politique actuelle intéressante, postage nul.


          • Warhouha Warhouha 24 décembre 2008 10:17

            Tout ce bruit pour rien.... Obama ou pas, après-demain ressemblera à hier.


            • Liberty 24 décembre 2008 11:23

              Warhouha

              Tout à fait d’accord !


            • Ocséna 24 décembre 2008 23:37
              Mardi 23 Décembre 2008
               
              Obama et/ou la bourde Kennedy
               
               
              Un faux Delanoë écrit au NYT
              Par William MONTJEAN
              leJDD.fr
               
              Le vénérable New York Times a fait preuve d’une légèreté confondante en publiant lundi dans ses colonnes un courrier prétendument adressé par Bertrand Delanoë. Dans cette lettre, le maire de Paris s’insurgeait contre la candidature de Caroline Kennedy au poste de sénateur de New York. Un faux grossier qui a obligé le quotidien à présenter de piteuses excuses...


              *********************
               
              C’est désormais comme en peinture. L’art authentique est tellement frelaté, que c’est l’art faux qui détient la vérité.
               
              Comme dirait Pascal, la vraie politique se moque de la politique : La vraie se trouve ici être la fausse
               
              **********************************
               
              Voir les commentaires sur Betapolitique
               
              [->http://www.betapolitique.fr/Ordre-desordre-en-politique-l-19737.html ]
               

              • Ocséna 24 décembre 2008 23:36
                Mardi 23 Décembre 2008
                 
                Obama et/ou la bourde Kennedy 

                 
                Un faux Delanoë écrit au NYT
                Par William MONTJEAN
                leJDD.fr
                 
                Le vénérable New York Times a fait preuve d’une légèreté confondante en publiant lundi dans ses colonnes un courrier prétendument adressé par Bertrand Delanoë. Dans cette lettre, le maire de Paris s’insurgeait contre la candidature de Caroline Kennedy au poste de sénateur de New York. Un faux grossier qui a obligé le quotidien à présenter de piteuses excuses...



                *********************
                 
                C’est désormais comme en peinture. L’art authentique est tellement frelaté, que c’est l’art faux qui détient la vérité.
                 
                Comme dirait Pascal, la vraie politique se moque de la politique : La vraie se trouve ici être la fausse
                 
                **********************************
                 
                Voir les commentaires sur Betapolitique
                 
                [->http://www.betapolitique.fr/Ordre-desordre-en-politique-l-19737.html ]
                 
                 
                 

                • Ocséna 24 décembre 2008 23:37
                  Le New York Times, le faux Delanoé et l’affaire Kennedy
                   
                  Voir un peu plus haut, si ça vous a échappé.
                   
                  Il faut admettre aussi que pour le New York Times qui soi-disant s’est "planté", c’était une belle chance inespérée ! : derrière un faux bobard dont personne bien sûr n’a été dupe et n’est dupe, la chance venait enfin de livrer librement et diplomatiquement le message fondamental qui démangeait partout en vérité :
                   
                  La candidature de Caroline Kennedy au poste de sénateur vacant laissé par Hillary Clinton est-elle acceptable ?
                   
                  Mais oui tout à fait ! Dans tous les bons régimes, absolument ! 
                   
                  Sauf bien entendu le régime démocratique.
                   
                   
                  **********************************
                   
                  Voir les commentaires sur Betapolitique
                   
                  [->http://www.betapolitique.fr/Ordre-desordre-en-politique-l-19737.html ]

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

abersabil

abersabil
Voir ses articles







Palmarès