• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Bertrand Cantat désire sortir du noir

Bertrand Cantat désire sortir du noir

Condamné à huit ans de prison pour la mort de Marie Trintignant, le chanteur de Noir Désir demandera à mi-peine sa libération, au mois d’août prochain. Une éventuelle sortie du tunnel pour un chanteur hors norme, sensible et rageur, qui avait su faire du rock une éventualité française.

Eté 2003. La France transpire, trop. Quinze mille personnes dites « âgées » passeront d’une statistique à l’autre en quelques jours cafouilleux du mois d’août. Les ministres réagiront trop tard, les morgues déborderont jusqu’à Rungis, le pays se demandera comment tout cela a bien pu arriver. Mais quelques semaines auparavant, au mois de juillet, le 23 plus précisément, ce n’est pas le soleil qui a rendez-vous avec les unes, mais Bertrand Cantat et Marie Trintignant. Cette dernière, en tournage sur un téléfilm public consacré à l’insignifiante auteur Colette, passe des bras de son compagnon de chanteur, Cantat, à l’hôpital, transportée dans un état grave, si ce n’est désespéré. Elle succombera à ses blessures le 1er août, tombée sous les coups du « colérique » Bertrand Cantat, chanteur majeur de Noir Désir, seul groupe indispensable de ce qu’on appelle encore le « rock français ».

Nous sommes en Lituanie, délocalisation des tournages oblige, et Cantat sera donc jugé et condamné sur place, au terme d’un procès houleux, tendu et poisseux. S’opposent deux camps très différents : d’un côté ce qu’on appellera le « clan Trintignant », soudé et puissant (c’est-à-dire riche et célèbre), de l’autre la famille et les amis de Cantat, Français ordinaires un peu dépassés par les évènements. Cantat est vite présenté comme un monstre, qui a depuis toujours l’habitude de frapper ses compagnes, ou ses femmes, qui boit beaucoup, se drogue un peu et se montre maladivement jaloux. Les ex de Marie Trintignant en rajoutent une couche, avec leurs larmes et leurs mines décomposées. Ce Cantat-là est la pire des saloperies, on ne peut guère penser autrement. Frapper une femme jusqu’à ce que mort s’en suive mérite peut-être tel acharnement. Sûrement même. Sauf qu’on ne sait pas vraiment ce qu’il s’est passé dans cette chambre de Vilnius, combien de coups portés, qui avait bu et la raison de la dispute. Sauf que la justice doit faire en sorte d’écarter les rancoeurs, les passions et les haines pour s’exercer dans la plus parfaite sérénité possible. Qu’on s’entende bien : huit ans pour meurtre, c’est pas grand-chose. Le problème est ailleurs.

Le problème est par exemple dans le comportement hystérique de certaines soi-disant grandes amies de Marie Trintignant, Lio en tête, qui se sont d’un coup métamorphosées en passionarias féministes style « chiennes de garde », mais chiennes avec la rage aux lèvres et beaucoup de mauvaise foi. Il fallait entendre, dans toutes les émissions de l’époque, l’inénarrable interprète de Banana Split dépeindre Cantat en monstre absolu, en pervers total, en impardonnable assassin qui ne devait pas sortir de son trou avant au moins une éternité. Il était soudain devenu, ce chanteur unique, le symbole, le représentant sans égal de tous les maris qui filent trop souvent des tannées à leur femme pour leur apprendre la vie, et qui les laissent, parfois, trop de fois, aussi mortes et froides que Marie Trintignant. Cantat était le visage, la figure, tous les visages, toutes les figures de ces indignes-là, de ces hommes brutaux, minables et lâches qui dominent par la terreur et avilissent par les coups. Cantat était devenu, cet été-là, loin des vieux, loin de la canicule, loin du polo déplacé du ministre de la Santé, l’homme à abattre, l’homme à vomir.

C’est cet acharnement, au contraire, qui filait la nausée. D’une part les « meilleures amies » de « Marie » se révélèrent parfois des « meilleures amies de la dernière heure », d’autre part on prêta à Cantat des comportements, des errements, qu’il n’a jamais eus. Certaines, donc, ajoutèrent de la vengeance aux larmes, en toute immoralité, en toute dégueulasserie.

Au milieu de cette foire aux atrocités-là, le groupe Noir Désir lui-même, ou ce qu’il en restait, Denis Barthe, Serge Teyssot-Gay et Frederic Vidalenc, affichèrent tout à l’opposé une unité exemplaire, sans faille, sans complaisance et sans empathie déplacée. Ils soutinrent leur ami, leur frère, leur chanteur, comme rarement on aura vu une équipe soutenir un des siens parti un peu en vrille. Jamais critiques, jamais bavards, jamais outranciers, juste à l’écoute, proches mais pas putains, fidèles mais pas aveugles. Eux savent sans doute ce qui s’est réellement passé, eux ont eu la version de Cantat, eux ont visité la part d’ombre. Ils n’en sont pas ressortis en tournant le dos, ni les talons, à leur frère d’armes. Ils l’ont épaulé, jusqu’au bout, et encore aujourd’hui, et demain. Ils ont (eux et d’autres bien sûr) maintenu l’édifice debout, malgré la tempête. Ils ont d’un coup d’un seul dépassé la mythologie show-biz, et son cortège de faux-semblants, d’arnaques et de boniments, pour apparaître soudain en vrai groupe, comme on n’en fait plus, un groupe d’individus à la vie à la mort, une force d’âme de la beauté du diable. Noir Désir, dans cette épreuve-là, a gagné en grâce ce qu’il avait perdu en force. Prisonniers d’un silence forcé, ces forcenés de l’amitié ont trouvé les moyens de transformer l’horrible en magnifique.

Aujourd’hui, à mi-peine (drôle d’expression, la peine ne cessant sans doute d’être entière), Bertrand Cantat demandera sa remise en liberté au mois d’août prochain, comme la loi le permet. Il ne serait pas choquant de voir cette demande aboutir. De savoir ce visage, cette figure, aux mots très justes, très forts, au timbre chaud et rugueux, de nouveau propriétaire de sa vie. Lui qui a fini de payer (cher) les dommages et intérêts, mais qui ne remboursera jamais, bien sûr, ce qu’il a pris. Un Bertrand Cantat un peu plus blessé, marqué, qui chantera peut-être à nouveau, ou pas. L’avenir, et ses désirs, lui appartiendront, hors noir.


Moyenne des avis sur cet article :  2.8/5   (160 votes)




Réagissez à l'article

319 réactions à cet article    


  • MyHyene MyHyene 29 mai 2007 10:32

    « Il ne serait pas choquant de voir cette demande aboutir »

    justement si...

    « Qu’on s’entende bien : huit ans pour meurtre, c’est pas grand-chose. »

    c’est trop peu...alors 4 c’est inaceptable.


    • pandaspirit 29 mai 2007 12:44

      Je pense qu’on est d’accord pour dire que 8 ans pour homicide involontaire c’est sûrement trop peu. Sauf qu’en France, la moyenne est de 5 ans pour ces affaires. Donc cantat à déjà pris plus, paiement de sa notoriété surement. Donc non ce n’est pas choquant de voir sa demande aboutir dans le système actuel de la justice. cela aurait choquant si les peines encourues était de 15 ans et qu’il sortait au bout de 4.


    • perlin 3 juin 2007 08:49

      @ pandaspirit

      Petite rectification : la peine pour homicide involontaire en France n’est pas en moyenne de 5 ans, elle l’est au maximum et ce n’est pas une référence.

      Ce qui est grave c’est la qualification de ce crime en homicide involontaire et non en meurtre.


    • Bob 4 juin 2007 19:09

      Quand le geste ce Cantat est défini comme « homicide involontaire », ça veut dire qu’il n’y avait pas d’intention de tuer, encore moins de préméditation. Tu peux penser que c’est égale, mais en droit, dans une démocratie, on fait la différence. Oui, Cantat n’a pas voulu tuer Marie Trintignant. Ce qui ne l’excuse pas. Juste, il doit être condamné pour ce qu’il a fait. Point barre.


    • snoopy86 29 mai 2007 10:34

      @ Lilian

      Très généralement j’apprécie vos articles, pas aujourd’hui...

      Qu’un assassin coupable d’avoir tabassé à mort sa compagne soit libéré aprés seulement 4 ans me semble ignoble.

      Son supposé talent ne peut en rien constituer une circonstance atténuante...


      • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 29 mai 2007 13:45

        @ Hesoneofus

        Aucune commune mesure entre un homicide involontaire sur une route - une horreur aussi - et la mort d’une femme sous les coups répétés de son compagnon. A d’autres, ce genre d’arguments indignes, et ce d’autant plus que vous reprenez la version des faits la pire, celle qui permet de justifier ce qu’autorisent tous les salopards de la terre (dont Cantat, pour moi, ne fait pas partie) : qualifier une femme d’hystérique pour justifier les coups !


      • snoopy86 29 mai 2007 20:08

        Tiré d’un lien sur un post plus bas

        « L’autopsie réalisée en France indique que l’actrice a été violemment frappée et secouée à plusieurs reprises et écarte implicitement la thèse d’une chute accidentelle. L’examen du corps relève de multiples traumatismes du visage, un oedème général du cerveau et une fracture des os du nez. »

        Un accident ?


      • Rand 29 mai 2007 12:03

        Tout comme certains proches de Marie qui ont craché sur la personne que la victime aimait le plus, belle manière de rendre hommage à quelqu’un qu’on prétend aimer.

        Au moins certaines de ses amies ont eu la décense de reconnaitre qu’entre eux c’était l’amour-fusion que Bertrand n’était jamais violent avec elle et qu’elle n’avait jamais été aussi heureuse.

        Tout ceux qui ont crachés sur Cantat n’aimaient pas Marie autant qu’il l’a aimé/aime et de toutes facons ils souffriront beaucoup moins de sa disparition que lui qui à eu 4 ans pour ne réfléchir qu’à ca du fond de sa cellule.


      • rinema 11 août 2007 00:14

        « Parce qu’il a ecrit quelques chansonnettes pour adolescentes »

        Loin de moi l’idée de céder aux clichés de la jeunesse en m’offusquant faussement du terme « adolescentes ». Et pourtant... Et pourtant.

        Parce que je n’ai que 17 ans, que je suis en « plein dedans » comme on dit. Parce qu’il s’agit de Bertrand Cantat, de Noir Désir et d’un groupe au delà des mots, et plus particulièrement des vôtres.

        Mais peut-être est-ce le deuxième terme connoté de manière péjorative qui m’interpelle. Vous commentez un article sur Betrand Cantat en évoquant ses « chansonnettes ». Au delà de toute logique, j’ose espérer que vous utilisez ce terme en n’ayant jamais entendu et écouté une chanson de Noir Désir. Parce que sinon, en tant qu’adolescente écervelée, je me vois obligée, avec regret, de vous informer que vous n’avez pas su discerner le talent, la justesse de l’interprétation, la qualité de la musique et l’émotion des paroles qui caractérisent si bien ce groupe.

        Mais nous ne sommes pas ici pour juger l’oeuvre ou le poète (le « chansonnier », si vous préférez). Vous êtes là pour juger l’homme alors qu’une décision de justice a déjà été rendue. Dois-je rappeler qu’il s’agissait d’homicide involontaire ? Cela ne fait sans doute pas beaucoup de différence pour vous. Pour la justice française et quelques autres, c’est une nuance non négligeable.

        Alors évidemment, il a battu sa femme à mort, évidemment il avait bu, évidemment il était sous l’emprise de drogues, évidemment c’est impardonnable. Et toute « adolescente » amatrice de « chansonnettes » que je suis, je me vois révoltée par le geste, choquée par les tragiques conséquences. Je suis d’accord pour affirmer que 8 ans, (voire 4), ça peut paraître indécent au regard de l’acte.

        Mais au delà des considérations judiciaires, publiques, morales, bienséantes... Bien au delà de ma logique et de ma compréhension personnelle... Je n’arrive pas à en vouloir à cet homme là.

        Et je me surprends, comme beaucoup d’autres, à espérer une sortie de prison prochaine. Il a payé, il paye, il payera encore. Laissez le respirer, cessez de l’accabler.

        "Pendant que ton ombre / En douce te quitte / Entends-tu les autres qui se battent...

        Ensemble, maintenant / On peut prendre la fuite / Disparus, pfffuit."


      • Nicolas Nicolas 29 mai 2007 10:53

        Liberer un tueur de femme ? Ca me semble tous de même mal venu, dans le contexte actuel..

        Cerres, la famille a pardonné, car elle est de gauche, et donc, étant Ouverte et de Progrés, comprend bien la détresse du meurtrier et peut se mettre à sa place, voir s’identifier à lui. Leur fille est morte, tant pis, on ne va pas en faire tout un plat ! L’important, c’est d’éviter tout esprit de vengeance. Alors sans doute (je suposes, au vu de tous ces elements) la famille veut bien qu’il sorte tout de suite. Car à quoi cela sert qu’il reste en prison ? A rien. Sans compter que ce n’était pas vraiment sa faute, mais l’aboutissement d’un long processus social et personnel. Si ca se trouve, c’est leur fille qui l’a provoqué, même. En tous cas la Société ne peut pas s’exonerer totalement de sa culpabilité. Car que cherchait cantat, pendant qu’il frappait ? Il ne faisait qu’extérioriser une tension, du à son mal être. Mal être qu’il exprimait dans ses chansons. On peut d’ailleur se demander si ces chansons ne vont pas inciter d’autre énevés à tuer. Peut être faudrait il les interdire, a cause de leur message subliminal. C’est comme pour les discours de Hitler : il ne dir rien, mais le message est subliminal. Peut on laisser de la propagande incitant au meutre (même inconscient) se répandre dans la Société ??

        D’un autre coté, 4 ans pour une femme, ca fait pas beaucoup. Ou est la Parité ? Je veut dire que pour avoir lapidé, certains ont pris des peine de 20 ans. Là, il a utilisé ses poings, mais le résultat est le même : un meurtre rituel.

        En tous cas, sa carriére est terminé, car il est inimaginable que ce tueur de femme ose revenir faire des chansons et se produire en public, comme si de rien était, comme si rien n’avait jamais eut lieu. Ca serait un trés mauvais message envoyé à la jeunesse. Sa vie doit être désormé consacré à l’expiation, a la repentance, et au silence..


        • Alpo47 Alpo47 29 mai 2007 11:36

          Pauvre Bertrand, c’est lui, finalement la victime... Marie n’avait qu’à éviter ses coups après tout... Et pour un rocker, être enfermé, privé de scène, pour un petit meurtre de rien du tout, pendant 4 ans, c’est très exagéré ... Injuste justice !

          (J’espère que tout le monde saisit bien l’immense ironie dans mon commentaire à la suite de cet article)


        • Yannick J. Yannick J. 29 mai 2007 11:47

          « Car que cherchait cantat, pendant qu’il frappait ? Il ne faisait qu’extérioriser une tension, du à son mal être »

          Oui à la première et puis ensuite à la deuxième baffe, il s’est demandé quels numéros il jouerait au kéno et à la troisième, il a pensé à la faim des enfants dans lemonde........

          ça va bien oui ?????

          même moi qui me faisait l’avocat du diable je n’aurait pas osé ça !!!!!!


        • nessoux 31 mai 2007 15:55

          Ahurissant de connerie...


        • Bob 4 juin 2007 19:12

          Qui a dit que l’emprisonnement de Cantat était injuste ?


        • IP115 29 mai 2007 10:58

          Ce lâche a tué une femme dans la pire des conditions, en la tabassant ! ce n’est ni 4 ni 8 ans qu’il mérite mais au moins 20 ans ferme ! Qu’il crève en Lituanie, on se passera très bien de sa musique !


          • jako jako 29 mai 2007 11:01

            heuh il est en prison à Bordeaux (tout pret de Juppé)


          • Hesoneofus 29 mai 2007 13:40

            tsss , elle est pas morte sous ses coups, elle est morte de ses blessures plusieur jours apres. il faut dire qu’au moment des faits, elle ( et il) etait saoul, le corps etant alors plus faible, les lesions sont plus profondes. vous n’etiez pas la , elle soit tombé sur la tete, apres un clacque et en soit morte. maintenant, je ne trouve normal que cette homme fasse sa peine, mais je trouve degoutant, ces « bien-pensante » gens qui sous pretexe qu’il a tué une femme involontairement, clame a leurs grande valeur feministe et humaniste.. en oubliant que le socle meme de l’humanisme est le PARDON.


          • Nicolas Nicolas 29 mai 2007 13:46

            « en oubliant que le socle meme de l’humanisme est le PARDON. »

            Il n’y a pas que des catholiques dans la salle, donc...


          • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 29 mai 2007 13:49

            @ Hesoneofus

            Le pardon ne s’effectue que dans la justice. Tout le monde n’est pas Jésus Christ. Et la société encore moins, qui délègue le devoir de jugement. La question posée est double : conscience-remords, allègement des peines-durée des peines.


          • SOULfly_B 29 mai 2007 14:58

            ni à Bordeaux ni dans le Gers, mais à Muret près de Toulouse, département 31 : Haute-Garonne

            Muret est une petite ville connue dans la région pour son aérodrome où se déroule chaque année le plus grand meeting aérien de la région : Air Expo www.airexpo.org


          • maxim maxim 29 mai 2007 11:00

            Lilian ,vous me surprenez .....

            nous ignorons tous ce qui s’est passé réellement à part le meutre d’une femme par brutalité ....

            et rien que pour cet acte,on a beau s’appeler Cantat ou Tartempion ,quand on a tué on paye ......


            • Hesoneofus 29 mai 2007 13:42

              c’est un homicide involontaire... pas un meurte. meutre= assasinnat. homicide involontaire=accident.


            • Goulven Goulven 29 mai 2007 11:01

              L’auteur était donc dans cette fameuse chambre d’hôtel ? Non ? Donc ... Que l’attitude des membres de Noir Désir comme de la famille de Cantat est été exemplaires, soit, c’est un fait. Que les proches de Marie Trintigant n’aient pas eu toutes la réserve que vous attendiez, c’est mal connaitre la douleur, tant mieux pour vous. Que la justice choisisse ou non cette liberté anticipée, celà n’a RIEN à voir avec le talent ou l’importance de Bertrand Cantat sur la scène française. Cet article est vraiment limite, sur un blog passe encore, sur un média « citoyen », je m’interroge ... Noir Désir est pour moi ce qui est arrivé de mieux à la scène française, et ce sur l’ensemble de leur carrière, mais cela ne m’aveugle pas. C’est bien d’ailleurs le message des autres membres de Noir Désir, ils ne se sont jamais avancé sur ce terrain sur lequel l’auteur glisse.


              • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 29 mai 2007 12:19

                @ Goulven

                Excellent commentaire, que j’applaudis.


              • Mr C 29 mai 2007 11:04

                je ne vois que des commentaires plein de haine, cette haine la qui conduit au pire, je devine meme la bave qui deborde de vos levres, vous ne savez rien de ce qui s’est passé (moi non plus d’ailleurs) mais vous jugez et condamnez sans appel, c’est qu’au fond vous etes bien ignorants, vous n’avez pas encore compris qu’en chacun de nous chacun de vous le pire existe, la monstruosite est la, tapie au fond Je vous plains finalement, continuez a ignorer la noirceur de l’ame humaine ou a la condamner sans remission possible lorsque le pire frappera a votre porte vous serez bien demunis Bravo en tous cas pour cet article courageux !!


                • Nicolas Nicolas 29 mai 2007 11:21

                  « c’est qu’au fond vous etes bien ignorants, vous n’avez pas encore compris qu’en chacun de nous chacun de vous le pire existe, la monstruosite est la, tapie au fond »

                  C’est bien pouruqoi il faut une repression illimité.

                  (En plus « Noir Désir », ce serait pas un message raciste, ca ??)


                • Brynner 29 mai 2007 11:38

                  « Continuez a ignorer la noirceur de l’âme humaine... » c’est quoi cette connerie ? Peut être faudrait-it mieux pour vous de sortir de la guerre des etoiles !! hein !! Cantat c’est pas Dark Vador !!

                  « Vous ne savez rien de ce qui s’est passé ... » sisi, on sait, une femme est morte sous les coups de son conjoint.

                  « dans chacun de nous existe le pire... » Oui, mais la tres grande majorité sait tres bien vivre avec et normalement.


                • IP115 29 mai 2007 11:40

                  « vous n’avez pas encore compris qu’en chacun de nous chacun de vous le pire existe, la monstruosite est la, tapie au fond  »

                  j’en étais pas tout à fait sûr, mais après t’avoir lu, j’en suis complètement convaincu ... smiley

                  Marie Trintignant est morte sous les coups de ce lâche, qu’elles que soient ses motivations, l’état dans lequel il était, les fautes des uns et des autres ou ce que tu veux, il doit payer comme n’importe qui d’autre, point barre !


                • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 29 mai 2007 12:24

                  @ Mr C

                  « Ignorer la noirceur de l’âme humaine »... N’importe quoi ! Et c’est pas en essayant nerveusement et désespérément de copier le style de Cantat dans ses textes que vous me ferez avaler cette couleuvre. Personne n’a jamais prétendu que l’âme humaine n’avait sa part d’obscurité. Suffit de contempler l’histoire et les actus. Arrêtez de vous faire plaisir avec ce genre de considérations ras-les-pâquerettes, contrairement à ce que vous pensez.


                • Bulgroz 29 mai 2007 12:39

                  Extrait des confessions de Bernard Cantat recueillies au Commissariat de Vilnius.

                  Mano tėvas prasprogus pirmiems Bernard Cantat alyvų žiedams iškilmingai išsitraukdavo švilpuką ir puoduką. Abu išsišiepę laukdavome pramogos. Galingas kaip Kilimandžaras alyvų krūmas po langais savo chuliganiška violetine spalva ir svaigiu kvapu suviliodavo kas vakarą kokį pusšimtį žmonių.

                  Po vakarienės Bernart Cantat tėvas atidžiai prapūsdavo švilpuką, kad garsas būtų aidus ir skaidrus, pastatydavo balkone trilitrinį vandens, ne per daug šalto. Buvome humanistai. “Helle ad bien meritež žette žalope” (dikšit Bernard Cantat).

                  Tėvas atnešdavo į balkoną dvi taburetes - sau ir man. Ir laukdavome spoksodami žemyn pro balkono turėklus nuo ketvirto aukšto. Maždaug Bernard Cantat kas antras praeivis kėsindavosi į alyvinio Kilimandžaro šakeles. Pirmiausia tėvas tik sušvilpdavo. Dažnas susinepatoginęs ir nulėkdavo šonan. Drąsesni, nepabūgę įspėjamo švilpuko, gaudavo dozę - standartinį puoduką vandens ant galvos. Vanduo krisdavo gana ilgai ir dar buvo galima kiek pakoreguoti jo skriejimo kryptį. “Siš cétažit à refaire, ge lek referai”

                  Reakcijos būdavo ir tylios, ir su keiksmais, ir tuoj ateisiu duosiu tau į snukį. Tėvas ramiai atsakydavo - ateik. Bet nei vienas neužlipdavo. Matyt švilpukas suteikdavo mūsų chuliganizmui kažkokį oficialumą. “Gen ai riienr à branšlez, ge féž fer 4 anž de tole en Franwze, ez gež vais chez Ruquier àh la télé, gé tantš à donnerz à la šhanšon Franšaise”.

                  Nelaužomas Bernard Cantat alyvų krūmas tad ilgai klestėjo, Bernard Cantat kol pirmo aukšto kaimynas nukirto. Mat užgožė jo langus. Man senajame bute dabar nėra ką laistyti vandeniu ir nėra kam švilpti. Didžiuliai alyvų krūmai auga po kitais balkonais.

                  Alyvu evoliucija mislinga. Tai, kad tai medis mazochistas, aisku buvo net turkams. Nes « Se ren » isvertus is ju kalbos reiskia « lauzyk mane ». Bet lietuviai yra sentimentalus kriviu krivaiciu palikuonys ir ne jiems suprasti pietietiska alyvu temperamenta. Neminejo tas alyvu krumas tavo tevo geruoju.

                  Senai, senai, kitą kartą Badas nekaltai paklausė : « Darne, kaip ta direktyva apribos tavo laisve ? »

                  Štai ir pirmosios kregždės.Tas pats laukia diskutuotojų apie vaivorykštėmis padabintus troleibusus, visokius kaulelius ir kt. Prognozuoju, kad tai tik pradžia. Pabaigos pradžia.

                  Nuo šiol būsime politkorektiški, prisiminsime Ezopo kalbą vėl arba grįšime į virtuves.

                  Jei galvoji-nekalbėk. Jei galvoji ir kalbi-nerašyk. Jei galvoji,kalbi ir rašai-nepasirašyk. Jei galvoji,kalbi,rašai ir pasirašai-nesistebėk.

                  Sokratas laikėsi pirmų dviejų taisyklių - nepadėjo. “Onš vaš paš Kchialer pour une gonzelle ki še lah pète artište”

                  Man labiausiai gaila, jog neisspausdino tu zinuciu, ka konkreciai rase nubaustieji. Beveik neabejoju, jog isvyde tas zinutes netgi didziausi laisviu propaguotojai pripazintu : « na sitie gal ir perlenke lazda... » Visiskai neabejoju, jog imanoma surasti tokiu slyksciu zodziu, kurie prasilenkia su istatymu ir yra baustini. O gal manai jog tie vargseliai parase kazka nekalto, panasaus i « vykit zydus lauk » ? Tokiu zinuciu Delfyje tukstanciai . Manau, ne uz tokias nubaude . Bet kai kiti nezino uz ka konkreciai nubaude - taip ir atsiranda pagrindas spelionems ir paranojai dhe Bernard Cantat.

                  Tapéš sur mašhine elektronique ah Komisarša dhe Vilniuš par moi agent Nepakaltinama Svajoklė

                  http://www.lizdas.lt


                • Hesoneofus 29 mai 2007 13:45

                  jolie fake


                • Hesoneofus 29 mai 2007 13:48

                  Gen ai riienr à branšlez, ge féž fer 4 anž de tole en Franwze, ez gež vais chez Ruquier àh la télé, gé tantš à donnerz à la šhanšon Franšaise”. en lituanien, « ai » ne donne pas é . mais plutot « ahi ». de plus il n’y a pas de « é » ( e accent) sur les clavier lituanien.


                • Gallagher_J 29 mai 2007 16:42

                  le Noir du nom Noir Désir fait référence à l’anarchie et sa couleur qui est le noir, aucun rapport avec le racisme...

                  Pour un avatar’ rouge’, ça sent le manque de culture tout ça....... smiley


                • Bulgroz 29 mai 2007 17:55

                  Ne changez rien, Léon, vous êtes très bien en policier de la pensée.

                  Je suppose que votre parcours de gauche vous a formé à cette fonction nouvelle.

                  Vous êtes une autorité morale sans faille.


                • lloran 29 mai 2007 11:09

                  Désespoir et tricherie,

                  Quand une femme meurt et beaucoup meurent chaque jour des coups de leur compagnon, il devient désespérant de voir que 4 ans sont soit disant le prix pour une justice dite équitable.

                  Pour infos, 25 annnées de prison viennent d’être donné à un femme et son frère pour avoir tué le Sir anglais.

                  Honteux de savoir que Bertrant CANTAT ou pas, on ne revient pas de la mort et qu’il a payé si peu, le prix d’une vie de FEMME.

                  Alors l’article sulfureux que vous venez d’écrire en insistant qu’il a payé « cher » est tout simplement une honte. Alors la prochaine fois, Monsieur le rédacteur de cette article, allez faire un tour sur le site des femmes battues pour les aider (http://www.sosfemmes.com/index.htm) et non les enfoncer, peut être que vous comprendrez qu’il est inacceptable que des « connards tabassent » leurs femmes.

                  Tricher avec la vérité n’amène que de la rancoeur.

                  lloran, un homme sans parti pris mais pour la vérité smiley


                  • Hesoneofus 29 mai 2007 13:50

                    il s’agissant d’un homicide avec premiditation, ou meutre avec premiditation, + association de mal faiteur et extorssion de fond. vous leurs auriez donner moins de 8 ans vous ?


                  • nos 29 mai 2007 22:08

                    il me semble que ce soit une bagarre (dispute est un pe faible) entre 2 personnes et non une histoire de femme battue ... quant à l’affaire du « Sir anglais » il s’agit d’un assassinat et non d’un homicide involontaire.

                    Sinon ne faire que la moitié de sa peine dans ce cas je trouve que c’est un peu abusé.


                  • LE CHAT LE CHAT 29 mai 2007 11:12

                    à l’heure où l’on va renforcer la législation condamnant les violences conjugales , ça serait le plus mauvais signal à envoyer ! star ou pas star , le crime est le même !


                    • Lilith 29 mai 2007 11:17

                      Cet article est plus que nul. B Cantat est un CRIMINEL. Tous les auteurs de VIOLENCE CONJUGAL ont des « justifications ». En attendant ce sont des femmes qui sont MASSACREES par des machos, des femmes ASSASSINEES par des machos-criminel.

                      Cantat est donc un machos-criminels.

                      Cet article est ecrit par un macho. Cet article sent hyper mauvais.

                      Petit rappel. Une dispute ne fait pas de mortE


                      • Hesoneofus 29 mai 2007 13:52

                        il y a plus d’homme qui sont battu par des femmes que vous croyez. et on entend moins, car le tabou est bien plus grand. je vais donc ecrire comme vous... HONTE a ces criminel de HAINEUSE-FEMINISTE qui tue de gentil mari.. il faudrait les bruller haut et court et interdire au femme d’elever des enfants.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès