• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Bienvenue en République française soviétique et encore (?) démocratique

Bienvenue en République française soviétique et encore (?) démocratique

JPEG

Dans l’homonymie des SALOMON, je demande le docteur REMI SALOMON, président de la commission médicale de l’AP-HP et non le désormais fameux JEROME SALOMON, directeur général de la santé alias le croquemort. « On peut aller chez papi et mamie à Noël, mais on ne mange pas avec eux. On coupe la bûche en deux, papi et mamie mangent dans la cuisine et nous, dans la salle à manger ». Pourquoi pas à la cave pour ceux qui en ont une. Sauf votre respect, docteur REMI SALOMON, n’auriez-vous pas les neurones qui se touchent ? Et, si l’on vous écoute, les français sont tellement débiles qu’ils attendent vos consignes sur la meilleure façon de découper la bûche et d’organiser leur réveillon en famille. Il est vrai que l’adjudant CASTEX affirmait le 24 novembre que « la première chose que nous avons devant nous, ce sont les réveillons, qui sont des usines à COVID ». Fermez le ban. Français, vous êtes prévenus, les coupables, ceux sont bien vous et non tous les gouvernants, présents et passés, qui ont mis l’hôpital dans l’état de délabrement que chacun d’entre nous a découvert depuis l’arrivée de l’épidémie au printemps 2020. D’ailleurs, fini le débat sur le nombre de lit de réanimation disponible pour accueillir les malades sans devoir les trier ou les renvoyer chez eux sine die. Sachez qu’il n’y en a toujours qu’environ 6 000 dans toute la France et que les fermetures de lit continuent. 100 ont été supprimés cet été à Nantes. Autant à Limoges. 184 encore à Reims. 

L’intellectuel et philosophe Raymond ARON écrivait que « plus grande est la surface de la société couverte par l’état, moins celui-ci a des chances d’être démocratique ».

Crise sanitaire oblige, la part de la dépense publique s’envole à 62,5% du PIB en 2020 après être restée stable à 54% en 2018 et 2019. Elle est attendue à 58,5% selon l’INSEE en 2021. Ces chiffres révèlent que la France est gouvernée par un état de type soviétique.

Le politburo, je veux dire le Comité de Défense organisé autour du premier de cordée à la pensée si complexe, pilote, décrète, ordonne, exécute, organise, mesure, sanctionne, bureaucratise et impose ses décisions à 67 millions de français, apeurés et si dociles depuis 10 mois. Il suffit de lire son ausweis explicitant les motifs de « déplacement dérogatoire » pour s’en apercevoir (le sixième, c’est mon préféré). Il suffit d’entendre Gérald DARMANIN se féliciter, tel le père fouettard, des contrôles de police ou nous livrer ses arguments en faveur du couvre-feu dès 20 heures.

Comme dans toute l’histoire des régimes autoritaires, l’état omnipotent sacrifie les livres, la culture et l’art de vivre. Cinémas, théâtres, musées, restaurants et brasseries sont sacrifiés sur l’autel du mantra présidentiel « sauver des vies ». Et quelles vies ! Celles de personnes qui décèdent à l’âge canonique de 84 ans en moyenne et qui sont atteintes pour les quatre cinquièmes d’autres pathologies graves et chroniques (chiffres de Santé Publique France). Il est vrai que tant qu’elles respirent, elles votent et généralement, plutôt en faveur du personnel déjà en place.

Pendant ce temps-là, les étudiants ne peuvent plus étudier, les jeunes actifs sont devenus inactifs, les p’tits boulots ont disparu et les rencontres virtuelles via Meetic sont sans saveur. La précarité s’est répandue depuis le printemps. Soupes populaires et Restos du cœur ne pourvoient pas suffisamment. C’est bien là, la manière la plus efficace de contrôler une population déjà fragilisée par la catastrophe économique et sociale qui s’installe, et qu’elle vit chaque jour qui passe, un peu plus douloureusement, de plus annonciatrice dans quelques mois, de syndromes relevant de la médecine psychiatrique ?

Abandonnée à l’armée de fonctionnaires au statut garantissant l’immobilité éternelle du système, l’ensemble dirigé par la caste supérieure et indéboulonnable des énarques, l’état soviétique français s’est progressivement transformé en producteur de normes, de réglementations, de lois, de procédures à n’en plus finir. Qui dit nouvelles règles dit nouvelles administrations. Le système s’est vicié. Il s’autoalimente pour toujours plus grossir et risquer à tout instant la thrombose mortelle. Un seul exemple : les Agences Régionales de Santé (ARS) que les français ont découvert avec la crise de la COVID-19. La majorité des médecins et des soignants de l’hôpital disent son utilité très relative tant elle est empreinte de lourdeurs administratives, de « juridisme et de principe de précaution poussé à l’extrême » le tout érigé en mode de gestion (déclaration de la commission collectivités territoriales et ARS du 28 mai 2020 au Sénat).

Comme tout régime soviétique, le politburo et ses apparatchiks mentent au peuple.

Quand notre premier de cordée à la pensée si complexe affirme le 28 octobre 2020 que « laisser le virus circuler librement pourrait entrainer 400 000 morts en France », c’est pour le moins peu crédible voire simplement faux. Il s’appuie sur une projection mathématique réalisée par deux épidémiologistes de l’institut Pasteur. Des gens sérieux donc. Mais, une prévision ou un sondage ne sont évidemment pas des données fiables et tangibles. Tout juste entretiennent ils la peur, objectif présidentiel ce jour là pour nous vendre son deuxième confinement. Je ne vous ferais pas l’affront de vous rappeler l’épisode printanier des masques « inutiles » de Jérôme SALOMON ou mi-juillet de l’obligation débile de porter un masque à l’air libre du Docteur VERAN.

Dernier déclaration alambiquée de l’oligarchie gouvernementale : les vaccins.

Les français sont par nature méfiants à l’encontre des vaccins. Alors que les laboratoires se contentent d’annonces publicitaires plus destinées aux bourses mondiales qu’au public et aux médecins, alors que des praticiens reconnus comme Éric CAUMES, chef de service à l’hôpital de la Pitié Salpetrière, affirme publiquement être réservé sur les vaccins en l’état actuel des informations à sa disposition, alors que notre premier de cordée lui-même affirme qu’ « on ne sait pas tout sur ce vaccin comme on ne sait pas tout sur ce virus », les commissaires politiques de la direction générale de la Santé et certains épidémiologistes des plateaux de télévision, viennent déjà recommander au peuple d’accepter de se faire vacciner, sans attendre, pour retrouver au plus vite une vie normale.

Ces mêmes donneurs de leçon et autres membres de la nomenklatura montreront-ils l’exemple ?

Enfin, j’aimerais vous interpeller sur l’autoritarisme dont font preuve nos gouvernants et plus particulièrement notre premier de cordée. Sa récente interview au média Brut en direction de la « jeunesse » me semble avoir encore dégradé l’autorité de l’état. Appeler à dénoncer sur une plateforme numérique les agissements de certains policiers quant à leur comportement durant un contrôle au faciès est une erreur grave et malsaine. Tout policier peut d’ores et déjà faire l’objet d’une plainte auprès d’un juge ou du défenseur des droits. Alors cette invitation présidentielle est synonyme d’encouragement institutionnel de l’état à la délation généralisée, méthode que l’on pouvait croire seulement réservée au pays des soviets dans les années soixante-dix.

Après trois et demi en responsabilité et confronté à des crises majeures (la COVID-19, surendettement du pays) et des fractures durables (les gilets jaunes, la réforme des retraites), notre premier de cordée laisse la technostructure de l’état commettre des intrusions inouïes et inacceptables dans nos vies quotidiennes. L’horizon de la sortie de la crise est loin, invisible aujourd’hui.

Reste à chacun d’entre nous de s’interroger et de répondre à cette question primordiale. Vivre libre ou sous le joug des injonctions de l’état impotent.

 

Bertrand RENAULT – 13 décembre 2020.


Moyenne des avis sur cet article :  4.35/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • xana 14 décembre 2020 12:41

    En fin de compte, vous nous expliquez que dans les anciens régimes communistes le vrai problème n’était pas le communisme, mais les truands qui en avaient profité pour vivre la grande vie sur le dos des travailleurs... Savez-vous que vous n’avez pas tout à fait tort ?

    Il ne faut pas oublier que TOUT ce que nous croyons savoir sur les régimes communistes nous a été expliqué et filtré par nos médias dans un but de propagande. Après tout, le communisme sans les profiteurs aurait sans doute été meilleur que la « démocratie » avec les mêmes profiteurs que nous connaissons aujourd’hui. Ca me paraît au moins possible.

    Je vis dans un pays « ex-communisme », et je peux témoigner que les gens ordinaires préféraient sur de nombreux points de vue la vie sous la « dictature » que celle sous la « démocratie ». Il est vrai que dans les deux cas ils ont été tondus par les profiteurs.

    Serait-ce possible d’imaginer un régime, communiste ou démocratique, dans lequel le peuple pourrait éliminer ses profiteurs ?


    • bertie1064 14 décembre 2020 13:23

      @xana
      bonjour, les dictatures communistes du 20ème siècle ont concentré entre quelques milliers de personnes leur pouvoir pour exploiter, surveiller, affamer et priver de liberté leur peuple au nom d’une idéologie mortelle, le communisme. Il me semble que la France de 2020 y ressemble de plus en plus. Même la liberté individuelle est devenue pernicieuse aux yeux de nos gouvernants. Quant au concept de « démocratie », il suffit d’observer l’actualité pour comprendre qu’elle n’est qu’un prétexte comme le « communisme » qui permet au pouvoir de se maintenir. La complicité des médias faisant le reste.
      Bonne journée. 


    • Giordano Bruno 14 décembre 2020 13:42

      @bertie1064
      « Dictature communiste » sonne toujours à mes oreilles comme un oxymore. Je conçois au contraire communisme et démocratie comme consubstantiels, issus d’une même idée philosophique primitive : le partage. Partage des moyens de production et partage du pouvoir politique. C’est pour cela que je trouve qu’une dictature du prolétariat ne peut sérieusement incarner l’idée fondamentale du communisme. Quelque chose cloche. C’est le cas aussi dans l’idée d’une démocratie libérale, autre oxymore. Le libéralisme, en favorisant/permettant les écarts de richesses complètements fous que nous connaissons ne peut permettre à la démocratie de fonctionner normalement. Le pouvoir corrupteur de l’argent est bien trop grand.


    • sirocco sirocco 14 décembre 2020 13:59

      @bertie1064

      Pourquoi ne pas résumer votre pertinente analyse en 2 phrases (à l’emporte-pièce mais intelligibles pour tout le monde) :


      Le communisme n’a jamais été appliqué. Nulle part (même si Cuba s’en est sensiblement approché). 
      La démocratie non plus (même si la Suisse a tenté l’expérience).


    • cettegrenouilleci 14 décembre 2020 14:44

      @xana

      Bonjour Xana

      Merci pour ce commentaire tout à fait pertinent.

      J’essaie parfois d’expliquer, dans mes discussions avec ceux qui interviennent dans les débats suscités par certains articles, que renvoyer systématiquement aux errements, aux dérives, aux fautes et aux crimes commis par les autorités de l’ex-URSS à divers moments de son histoire pour décrire et discréditer les dérapages liberticides de notre société occidentale, de l’Union Européenne, de la France désormais enfermée dans la dictature de l’UE, ce n’est pas vraiment s’aider à y voir clair et encore moins d’empêcher, de prévenir, de combattre et de faire cesser ces dérives, ces crimes qui sévissent chez nous comme dans tous les régimes autoritaires où le pouvoir a été usurpé par une minorité de profiteurs, d’arrivistes, de traitres agissant pour leur propre compte ou pour le compte d’intérêts occultes, y compris ceux des ennemis déclarés du peuple et de la nation.

      Ce sont les crimes et les criminels qui doivent être condamnés et non pas les nobles idéaux derrière lesquels ils se cachent pour perpétrer leurs forfaits.

      J’essaie aussi d’expliquer que, dans le cas de l’Union Soviétique et des démocraties populaires du camp socialiste dont il ne reste plus grand chose aujourd’hui, faire un copier-coller entre les crimes liberticides et les politiques anti-populaires et répressives conduites chez nous et ce qui s’est passé chez eux en les qualifiant de pratiques communistes ou de pratiques soviétiques n’aide pas vraiment à trouver la bonne solution aux problèmes, au contraire.

      Commentaires les plus récents, traitant de ces questions, disponibles sur agoravox, discussions échangées en particulier avec doctorix, Captain Marlo, le 421, et divers contributeurs du PRCF, et d’autres, le premier du genre développé dans un échange avec Legestr Glaz il y a environ deux ans.

      J’essaie aussi d’expliquer que, s’agissant des dérives de la dictature de l’Union Européenne, les comparer systématiquement non pas aux dérives de l’ex URSS de la période stalinienne ou de la période brejnevienne mais à l’essence même du communisme et aux idéaux soviétiques qui ont porté la défaite de l’empire tsariste, la création de l’URSS, la lutte victorieuse contre les nazis [qui nous vaut la paix et le peu de libertés citoyennes dont nous disposons encore chez nous aujourd’hui, mais pour combien de temps ?], c’est commettre un contresens historique et c’est s’empêcher de trouver le bon chemin, les bons alliés, les bonnes pratiques pour nous libérer des entraves, des chaînes, des garrots et des masques qui nous détruisent : ceux de l’oligarchie euro-atlantique, des grandes sociétés capitalistes, de Big Pharma qui sont aux commandes de la dictature de l’UE, elle-même contrôlant [notamment à travers les GOPE] les affaires de la France et des Français dans leurs moindres détails y compris à l’intérieur de nos foyers, Macron n’étant lui-même qu’un exécutant mis en place là par l’oligarchie (et non par le peuple) pour faire le sale boulot.

      Pas facile...quand des organisations qui se réclament du communisme s’appliquent, comme le PCF et d’autres, à entretenir les illusions sur les vertus de l’Union Européenne, et quand les adversaires déclarés de l’Union Européenne persistent à qualifier toutes les dérives de l’Union Européenne de « dérives soviétiques » !

      Cordiales salutations


    • cettegrenouilleci 14 décembre 2020 15:52

      @cettegrenouilleci

      petite correction syntaxique

      §1 .../...ce n’est pas vraiment s’aider à y voir clair et encore moins se donner les moyens d’empêcher , de prévenir, de combattre et de faire cesser ces dérives ces crimes qui sévissent chez nous comme dans tous les régimes autoritaires où le pouvoir a été usurpé par.../...


    • Le421... Résistant Le421 14 décembre 2020 16:36

      @bertie1064
      A tel point qu’on se demande comment il pouvait rester autant de russes vivants...
      Leçon bien apprise à ce que je vois.
      Vous pouvez me dire comment, ces derniers temps, on pouvait se rendre sur l’ISS ?
      Grâce à ces salopards de « rouges », non ?
      Allez tiens, je me calme... 


    • Sarah Juste 16 décembre 2020 07:30

      @xana... complètement d accord


    • xana 14 décembre 2020 13:29

      « priver de liberté leur peuple au nom d’une idéologie mortelle » n’est-ce pas exactement la doxa atlantiste ? Pour moi c’est de la propagande pure et simple.

      L’idée de base du communisme est certainement une bonne idée. Par contre ce qu’en ont fait les « communistes », c’est tout autre chose.

      Mais c’est pareil pour la démocratie : C’est une bonne idée. Mais ce qu’en ont fait (et continuent d’en faire) les "démocrates, ça aussi c’est tout autre chose.

      Vous ne voyez toujours pas ?


      • Le421... Résistant Le421 14 décembre 2020 16:37

        @xana
        C’est dur de faire boire un âne qui n’a pas soif !!


      • xana 14 décembre 2020 13:36

        Il faut peut-être voir au-delà des étiquettes. Quand Macron se pose en « démocrate », ainsi que les nombreux autres qui l’ont précédé, ca signifiait simplement qu’il se faisait élire sur un scrutin truqué, dont aucune surprise ne pouvait résulter.

        Quand Ceaucescu se posait en « socialiste », ca signifiait qu’il dirigeait une dictature portant le qualificatif officiel de « socialiste ». Pas grand-chose à voire avec le communisme, sauf en référence avec l’URSS qui ne valait certainement pas mieux.

        Dans les deux cas ce sont des profiteurs et des dictateurs, dans le langage de tous les jour.


        • Esprit Critique 14 décembre 2020 18:44

          Salomon rime avec c ....


          • I.A. 16 décembre 2020 14:04

            Une dérive de type soviétique est à l’oeuvre, avec inflation de « comités de contrôles » de toutes sortes, mais c’est bancal, ça se dit scientifique quand ça relève plus de la comédie grand-guignolesque.

            C’est pathétique à subir comme à observer, avec presque un « fou rire jaune » à chaque auto-attestation signée, chaque interdiction de partir en vacances ou autres...

            La France devient un pays grotesque plus que communiste.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

bertie1064


Voir ses articles



Publicité




Palmarès



Publicité